Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Les Burgondes et les problèmes de leur histoire

Introduction

Jean Richard

Résumé

Aus Mangel an einschlägigen historischen Texten und wegen der Tatsache, daß das Epos im jetzigen Zustand zur Spätepik gehört, beruht die Rekonstruktion der Geschichte der Burgunden noch weitgehend auf Hypothesen und Interpretationen. Also ist es nicht sicher, da der gröte Teil des burgundischen Staminés östlich des Rheins nicht weitergelebt hat. Infolgedessen mag seine Niederlage im Jahr 437 von Attila selbst, eher als von Söldnern in Diensten des Aetius veranlaβt worden sein. Es ist auch nicht sicher, da sie in dieser Katastrophe ihre Dynastie verloren haben und sich unter dem Druck der Westgoten zum Arianismus bekehrten. Die Größe der burgundischen Bevölkerung ist vielleicht unterschätzt worden: eine burgundische Natio bestand im 9. Jahrhundert weiter. Daher erhoffen sich die Historiker von den archäologischen Zeugnissen die Kenntnisse, die letztere schon zum Teil erbracht haben.

Texte intégral

1L’histoire du peuple burgonde a bénéficié de la persistance d’une tradition qui s’est manifestée tant par la survie d’un nom devenu celui d’une des parties constitutives du royaume des Francs, et par-delà, du royaume de France et de l’Empire, que par le maintien d’une identité nationale, et surtout par le développement d’une légende épique qui s’est traduite, à la fin du XIIe siècle, par la création de l’épopée des Nibelungen. Les interactions de l’histoire et de la légende ont valu aux Burgondes des Ve et VIe siècles de bénéficier d’un éclairage exceptionnel, qui ne va cependant pas sans laisser subsister de vastes zones d’ombre, dans lesquelles l’hypothèse a parfois eu tendance à se substituer à la démonstration. D’où l’intérêt qui se porte sur les témoignages archéologiques, dans la mesure où ceux-ci paraissent susceptibles de confirmer ou d’infirmer les théories des historiens.

2Il faut déjà dire que le nom du peuple lui-même pose question. Attestée dès l’Antiquité, la forme Burgundiones s’est maintenue aussi bien au temps du roi Gondebaud, qui fit mettre par écrit la Lex Burgondionum, qu’aux époques plus récentes qui ont gardé les appellations de « Bourguignons » et de « Bourgoing », tandis que sur Burgundus s’était formé le nom de Burgundia : la Bourgogne.

3L’étymologie de ce nom avait amené les anciens historiens à supposer qu’il venait de l’installation des Burgondes dans des forteresses, les burgi. Pour Saint-Julien de Balleure, c’était des Celtes, ayant pour chef-lieu le Bourg d’Ogne (près d’Is-sur-Tille) d’où ils tiraient leur nom, qui avaient entrepris une vaste migration, jusqu’aux approches de la mer Noire, pour en revenir avec les grandes invasions et retrouver leur ancienne patrie...

4On admet de nos jours une autre migration, qui serait partie de Scandinavie (certains ont même précisé qu’il se serait agi de la région de Bergen) en laissant au passage son nom à l’ile de Bornholm, pour aboutir au pays d’entre Vistule et Oder, puis d’entre Oder et Main. Et ce sont les archéologues qui ont défini une culture, implantée dans cette dernière contrée, qui pourrait précisément être celle de ces Burgondes stabilisés pendant deux siècles après avoir été arrêtés par les Romains. Malheureusement l’histoire est muette, et elle n’a rien conservé des contacts pacifiques ou belliqueux qui n’ont pas pu manquer de marquer cet établissement. Les relations des Burgondes avec les Vandales et les Goths qu’on a supposé leur être apparentés, comme étant eux aussi des Germains orientaux (mais une hypothèse se fondant sur des indices linguistiques fort ténus, voyait plutôt en eux des Germains septentrionaux du groupe Scandinave), nous restent en réalité inconnues, faute de pouvoir localiser avec précision les habitats des uns et des autres et définir leur parenté.

5A la fin du IVe siècle, ils reprennent contact avec les Romains, sans doute parce que la prèssion des peuples refoulés par les Huns venus des steppes eurasiatiques les poussait vers le limes. On sait comment ils ont été associés à ce franchissement du Rhin par les Alains, les Vandales et les Suèves, qui marqua, en 406, la rupture de la frontière de l’Empire face aux peuples d’outre-Rhin. Mais ils ne s’établissent sur la rive gauche du fleuve qu’à l’appel de l’empereur Jovin et s’y installent à titre de fédérés en 413.

6La tradition épique a retenu le souvenir d’un royaume de Worms ; les historiens l’ont mise en doute, situant ce royaume burgonde plus au Nord ; les archéologues ont mis en avant la possibilité de l’occupation par les Burgondes du site d’Alzey. Mais on a prêté moins d’attention a un épisode qui se situe vers 430 ; la mort - peut-être provoquée par une indigestion - de l’un des frères d’Attila, Octar, qui survint pendant qu’il menait une campagne contre les Burgondes. On ne connaît pas avec précision ce que pouvait être l’empire des Huns à cette époque ; mais cet événement donne à penser que ces derniers étaient au contact des Burgondes, et que ceux-ci constituaient encore à ce moment un état-tampon entre la frontière de l’empire romain et les terres parcourues par les Huns. On est ainsi tenté de supposer que, tandis qu’une partie de ce peuple s’était établie à l’Ouest du Rhin, la masse des Burgondes demeurait installée entre ce fleuve et la haute vallée du Main, probablement jusque vers Wurzbourg.

7Or les chroniqueurs ont inscrit sous deux dates différentes deux défaites subies par les Burgondes, l’une en 435, l’autre en 437. La première fut infligée à Gundahar par Aetius ; la seconde est décrite comme un anéantissement de la dynastie et du peuple burgonde par les Huns. Depuis plus d’un siècle, les historiens ont admis qu’il y avait lieu de réunir ces deux notations, et que les Huns qui avaient détruit la domination burgonde étaient, non pas les sujets d’Attila, mais des mercenaires au service des Romains.

8Ceci les amenait à retenir la notation que donne Prosper d’Aquitaine pour l’année 437 : « une guerre mémorable éclata contre le peuple des Burgondes, au cours de laquelle cette nation fut presque entière détruite, avec son roi, par Aetius » (d’autres auteurs précisent que 20 000 Burgondes auraient péri) - alors que, sous la date de 435, le même avait noté : « Aetius vainquit Gundicaire, roi des Burgondes, habitant en Gaule, et accorda la paix à ses supplications. Mais il ne jouit pas longtemps de cette paix : en effet les Huns le firent disparaître avec son peuple et sa race ». Nous préférerions retenir cette notation, en considérant que le chroniqueur, mentionnant en 437 la destruction du peuple burgonde, a réuni en un seul et même événement les deux épisodes qu’il venait de citer. Or nous savons que les Huns avaient leurs propres problèmes à régler avec les Burgondes ; ils ont pu profiter de l’affaiblissement de ceux-ci pour se jeter sur eux, sans avoir besoin d’être pris à la solde des Romains. Et, à la suite de leur victoire, Attila a vraisemblablement, selon l’usage des chefs nomades, incorporé les vaincus à son peuple (Sinor 1993) : la destruction du royaume burgonde serait donc bien de son fait, comme le rapporte le Nibelungenlied.

9L’anéantissement de la race royale pose un problème : on sait que Gondebaud cite dans le prologue de la Loi des Burgondes ses prédécesseurs, Gibica, Gundahar, Gislahar et Gundomar que la légende épique connaît sous les noms de Gibbich, Gunther, Giselher et Guttorm ou Gernot. Les trois derniers sont donnés dans la chanson des Nibelungen comme ayant péri sous les coups des Huns d’Attila. Mais la même Loi fait état d’une continuité dynastique qui peut laisser supposer qu’au moins une ligne collatérale parvint à échapper à l’anéantissement. Les historiens d’aujourd’hui admettent volontiers que les rois burgondes de la seconde moitié du Ve siècle étaient issus de la dynastie qui régnait sur les Wisigoths. Il faut avouer que nous sommes ici dans le domaine de l’hypothèse, même si les noms de Gundioc et de Chilpéric, qui régnent sur les Burgondes et apportent leur aide aux Wisigoths contre les Suèves, n’apparaissent qu’en 456.

10La seule donnée certaine, c’est le transfert par Aetius dans la Sapaudia, c’est-à-dire dans la partie occidentale de l’ancien pays des Helvètes, de ce qui restait du peuple burgonde, autrement dit ceux du « royaume de Worms », avec ses chefs, car ils conservaient leur statut de fédérés, en 443. Et après la défaite d’Attila aux Champs catalauniques (451), qui précéda de peu la mort du conquérant (453), une nouvelle migration amena de nombreux Burgondes à rejoindre ceux qui y étaient déjà établis. Ces nouveaux venus seraient ainsi ceux d’outre Rhin précédemment incorporés de force à la confédération hunnique, mais libérés par l’effondrement de son empire, et qui, si nous retenons le témoignage des archéologues, auraient entraîné avec eux des éléments d’origine turcomongole et peut-être adopté certains usages tels que la déformation crânienne. Nous ne sommes malheureusement pas assez informés de la structure interne de l’état d’Attila pour pouvoir être plus affirmatifs.

11Si l’on retient cette perspective, on est amené à mettre en doute l’hypothèse d’une première conversion des Burgondes au catholicisme, qui serait intervenue au temps du « royaume de Worms », dans un environnement gallo-romain, le passage à l’arianisme étant lié à la subordination supposée des Burgondes aux Wisigoths dans le second tiers du Ve siècle. Si la masse du peuple burgonde était demeurée à l’Est du Rhin, c’est au contact des Vandales, des Goths et des peuples apparentés qu’il aurait reçu la forme arienne du christianisme, peut-être dès la fin du IVe siècle, en la conservant par la suite.

12Etablis dans l’empire romain, entre Alpes et Jura, pour couvrir les approches de l’Italie et de la Gaule méridionale contre les Alamans, les Burgondes se sont caractérisés par une grande facilité à s’incorporer au monde romain. Ils ont fourni de hauts dignitaires à la cour de Ravenne, des protecteurs à une aristocratie sénatoriale qui leur a ouvert les portes de Lyon et des cités de la Lyonnaise, et qui les a utilisés pour ses propres ambitions, tout en acceptant le partage des domaines réquisitionnés pour leur établissement. L’égalité des droits des uns et des autres, la mise en place d’une double hiérarchie comtale, correspondant à la dualité des droits, la coexistence des deux Eglises, paraissent témoigner d’une symbiose qui a préparé une assimilation dont le VIe siècle a vu la réalisation.

13L’importance numérique des éléments burgondes disséminés à travers ce qui allait constituer le royaume de Bourgogne reste difficile à cerner. La toponymie passait pour fournir un moyen de reconnaître les établissements burgondes, qui auraient été caractérisés par des finales en ans. Cette hypothèse est, de nos jours, battue en brèche. Reste l’archéologie, et les trouvailles sont ici fort intéressantes. Décevantes, peut-être, à qui attendrait des résultats globalement utilisables pour parvenir à un traitement statistique, elles apportent néanmoins bien des perspectives neuves sur ce qu’étaient ces Burgondes vivant au contact d’un milieu gallo-romain, adoptant sa langue, ses habitudes, et se mêlant à des éléments francs. Dès le début du viie siècle, les grands de Burgondie font bloc face aux représentants du roi de Neustrie dont ils ont cependant accepté la souveraineté, et ils commencent à invoquer la « coutume du pays ». On pense à l’Aquitaine décrite par M. Rouche...

14Et néanmoins, même après la conquête de Charles Martel qui a cherché à briser les structures permettant aux « sénateurs » et aux Burgundofarones de défendre leurs autonomies contre son pouvoir, en introduisant les éléments d’une nouvelle aristocratie austrasienne ou transrhénane, l’individualité burgonde n’a pas disparu. On sait comment l’archevêque de Lyon Agobard invectivait contre la Loi Gombette parce que celle-ci permettait à ceux qui s’en réclamaient d’échapper aux châtiments du fait de la difficulté de trouver un nombre suffisant de témoins ou de cojureurs du même droit. C’est dire que les hommes de droit burgonde étaient devenus relativement rares au sein de la population du Lyonnais ; ils n’en étaient pas moins suffisamment nombreux pour que leur statut particulier pût apparaître comme une gêne. Et ceci peut laisser supposer que, trois siècles plus tôt, leur proportion était encore plus importante.

15On nous pardonnera d’avoir souligné certaines incertitudes de notre documentation. Les hypothèses qui ont été avancées restent parfois fragiles ; celles qu’on peut leur opposer n’emportent pas nécessairement la conviction. L’archéologie nous apporte des données nouvelles. C’est celles-ci, dans les pages qui suivent, qui vont nous placer sur un terrain plus solide.

Bibliographie

Bibliographie

SINOR, 1993 = SINOR D. The historical Attila. In : Attila. The man and his image, éd. Franz H. Bäuml and Marianna D. Birnbaum, Budapest, Corvina, 1993, p. 3-15.

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search