Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Avant-propos

Henri Gaillard de Sémainville

Texte intégral

1Ce volume constitue les Actes du colloque international organisé à l’Université de Dijon les 5 et 6 novembre 1992 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Service Régional de l’Archéologie), l’Université de Bourgogne et l’Association pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne. Il regroupe l’ensemble des communications présentées à cette occasion, à l’exception de deux : celle de Magdalena Maczynska, aujourd’hui professeur à l’Université de Lodz, portant sur les inhumations « étranges » dans le monde mérovingien, et celle de Sophie Manfredi, Françoise Passard et Jean-Pierre Urlacher, de Besançon, qui ont présenté l’importante nécropole de Doubs (Doubs). Ces communications, dont le thème concerne moins directement les Burgondes, seront publiées dans un autre cadre. Inversement, cet ouvrage bénéficie des contributions que plusieurs personnalités n’ayant pu être présentes à Dijon ont bien voulu nous faire parvenir. Il s’agit de Charles Bonnet, Archéologue cantonal de Genève, d’Achim Leube, du Deutsches archäologisches Institut (Université Humboldt de Berlin), de Félix Teichner, de l’Instituto arqueologico alemao de Lisbonne et de Herwig Wolfram, Directeur de l’ Institut für österreichische Geschichtsforschung (Université de Vienne).

2L’idée de faire le point sur ce que l’archéologie permet de savoir aujourd’hui des Burgondes est partie du constat suivant : le peuple burgonde est très mal connu ; il est même sans doute le plus mal connu de tous les grands peuples germaniques qui se sont installés en Gaule. La rareté des découvertes archéologiques ainsi que les erreurs que l’on a longtemps commises dans leur interprétation et leur datation expliquent que les quelques ouvrages d’historiens qui traitent du sujet (nous pensons à ceux d’O. Perrin et de R. Guichard, notamment) soient à peu près totalement à revoir sur le plan archéologique. Or ces vingt dernières années ont été marquées, dans un contexte de progrès rapides de la connaissance générale de l’archéologie des Invasions et de l’époque mérovingienne, par des travaux qui ont fait sensiblement avancer la recherche sur les Burgondes, de la Pologne à la Bourgogne, en passant par l’Allemagne et la Suisse. S’ajoutant à cela, des découvertes récentes et importantes, encore largement inédites, comme celles faites à Beaune et en Suisse romande, constituaient autant d’arguments en faveur de ce colloque, le premier du genre consacré aux Burgondes. Son organisation à Dijon n’avait évidemment rien d’illogique, dans la capitale d’une Région dont le nom perpétue leur souvenir et où se manifeste un intérêt très vif pour une Histoire - assez exceptionnelle il est vrai - qui a laissé de multiples et souvent prestigieuses traces archéologiques et monumentales, particulièrement pour l’Antiquité et le Moyen Age.

3Ce livre traduit les nombreuses interrogations que suscite chez les archéologues la recherche des Burgondes. On en trouvera chemin faisant bien des exemples. On relèvera deci de-là quelques divergences d’interprétation entre chercheurs, et le lecteur peu habitué à la littérature archéologique sera peut-être dérouté devant des positions qu’il jugera trop critiques, trop prudentes et conduisant plus souvent à des hypothèses, voire à de nouvelles questions, qu’à des conclusions tranchées et assurées... N’oublions pas que la recherche ne peut solidement avancer qu’en se fondant sur des raisonnements prudents et mesurés, en évitant le piège du « roman historique » dans lequel l’archéologie est trop souvent tombée dans le passé. La matière première de l’archéologue est par définition fragile, fluctuante, soumise aux aléas de la conservation des vestiges du passé et de leur mise au jour. Plus la documentation est rare et plus ce que l’on croyait acquis peut être remis en cause par de nouvelles données. Avec les Burgondes, le terrain est particulièrement mouvant, la principale difficulté portant sur l’identification-même des traces archéologiques de ce peuple, parce qu’elles sont à la fois trop peu nombreuses et délicates à interpréter, les deux problèmes étant du reste intimement liés.

4La « discrétion archéologique » des Burgondes est tout spécialement manifeste en Gaule, que ce soit en Rhénanie ou dans leur royaume rhodanien. Dans ces régions, surtout les dernières, l’inhumation habillée n’est plus guère pratiquée par les populations indigènes, et les Burgondes, peu nombreux de surcroît, pourraient bien s’être rapidement conformés aux habitudes locales. C’est évidemment un manque de chance pour les archéologues travaillant sur cette question... Il leur arrive même d’envier leurs collègues spécialistes des Francs, ces derniers ayant, comme on le sait, pratiqué l’inhumation habillée de manière beaucoup plus systématique et prolongée... En ce qui concerne la Rhénanie, on retiendra également la brièveté du séjour des Burgondes, ce qui n’est évidemment pas propice à la multiplication des traces.

5Quant aux problèmes d’interprétation, ils tiennent en particulier aux difficultés que l’on rencontre pour identifier ce qui est proprement burgonde et le différencier de ce qui relève d’autres populations, germaniques ou non. Comment, par exemple, distinguer clairement les sépultures et les habitats des Burgondes de ceux d’autres peuples, notamment de Germains orientaux ? Les textes font état des contacts multiples, assez souvent belliqueux, qu’ils ont eus, au cours de leur histoire entre Vistule et Rhin, avec des peuples comme les Vandales, les Goths, les Gépides, les Alamans, les Alains, les Huns ou les Francs. Si l’on en croit ces sources, les Burgondes ont été défaits à d’assez nombreuses reprises, quelquefois très sévèrement... Or, à chaque fois, ils renaissent, et parfois rapidement. Peut-on expliquer ce phénomène par leur seul excédent démographique ? ou ne faut-il pas plutôt envisager l’existence de fédérations, d’agglomérats, plus ou moins fluctuants, de peuples ou de fractions de peuples, à l’image de ce que l’on sait, par exemple, des Goths et des Huns ? C’est en tout cas, pour les Burgondes, une hypothèse plausible qui s’accorde bien avec certaines découvertes archéologiques, entre autres la pratique de la déformation crânienne artificielle. On comprend, du fait de ces contacts et de ces mélanges, qu’il soit difficile d’individualiser les divers peuples, et que plusieurs titres de ce volume ne fassent pas mention de Burgondes, mais, plus prudemment, de « Germains orientaux », voire d’« étrangers », ou aient recours à la forme interrogative. Les chercheurs polonais et allemands qui travaillent dans les secteurs entre Vistule et Elbe parviennent bien à définir des ensembles culturels et à mettre en évidence des contacts et des évolutions, mais la difficulté est alors de relier ces observations archéologiques aux maigres et imprécises informations des auteurs de l’Antiquité. Les divergences d’interprétation sont, on le constatera, encore importantes, mais la multiplication des données de terrain autorise l’élaboration d’hypothèses intéressantes dont la crédibilité devra toutefois être affermie.

6On a, en outre, beaucoup de difficultés à suivre les Burgondes dans leurs migrations d’une région à l’autre : si les sources historiques deviennent de plus en plus nombreuses et de moins en moins imprécises à mesure que le temps passe et que le contact se fait plus étroit avec le monde romain, l’archéologie, du moins dans l’état actuel de la recherche, ne permet encore d’établir que de trop rares et fragiles « ponts » entre ces secteurs. Cela ne s’explique sans doute pas que par la tendance (ou la capacité, si l’on préfère...), déjà évoquée plus haut, qu’auraient eue les Burgondes à s’adapter rapidement à un monde nouveau (n’a-t-on pas parlé à leur sujet de « peuple-caméléon » ?). Il est plus vraisemblable que nous n’avons pas suffisamment de données ou que nous ne savons pas encore bien déchiffrer celles que nous avons. Il est de plus en plus probable également (le fait est même certain en Rhénanie et pour le royaume rhodanien) que les Burgondes ne se sont pas toujours déplacés tous en même temps, mais par fractions et sur des périodes qui ont pu être longues, ce qui doit contribuer évidemment à brouiller les cartes. L’intérêt de telles rencontres entre des chercheurs travaillant dans des secteurs géographiques parfois très éloignés est évident pour tenter de combler ces lacunes.

7Les contacts entre chercheurs suisses et français s’intéressant à la dernière phase de l’histoire des Burgondes - celle de la Sapaudia et du royaume rhodanien - sont depuis longtemps étroits et fructueux. Mais qu’on ne se méprenne pas : le nombre relativement important des contributions portant sur cette période ne doit pas masquer là encore l’ampleur des manques. Un seul exemple suffira à s’en convaincre : si, parmi le trop rare matériel archéologique dont nous disposons pour cette séquence, nous sommes en mesure de reconnaître des productions caractéristiques des Alamans, des Wisigoths ou des Ostrogoths, nous en sommes réduits à quelques timides hypothèses pour les Burgondes... La part des traditions et des artisans indigènes est, par ailleurs, manifestement importante (voir, par exemple, leur permanence dans les garnitures de ceinture de l’époque mérovingienne), mais pas toujours aisée à préciser. Un des objectifs du colloque était justement de clarifier ces données, trop souvent mal interprétées dans le passé (tant dans leur attribution ethnique que dans leur datation), qu’il s’agisse de découvertes anciennes ou de fouilles récentes, sans oublier les rapports des Burgondes avec les populations gallo-romaines et avec les Francs. Si la numismatique et la question de l’habitat - cette dernière par manque de données - n’ont malheureusement pas pu être traitées, le point a été également fait par les spécialistes sur deux domaines délicats : l’anthropologie et la toponymie. Là comme ailleurs, l’intérêt d’une poursuite des recherches apparaît clairement, par exemple pour la toponymie : c’est ainsi qu’une étude approfondie des noms de lieux en -ans et -ens à l’emplacement des anciens royaumes burgonde et wisigothique nous semblerait fort utile.

8Mais que cette énumération de problèmes et de difficultés ne laisse pas le lecteur sur une note trop pessimiste ! Si la tâche qui reste à accomplir est considérable, des perspectives s’ouvrent aux chercheurs. Leur concrétisation passe inévitablement par la fouille soignée de sites, en particulier de nécropoles et d’habitats, et leur publication, cela va de soi... Nous espérons que cet ouvrage pourra contribuer à la relance des recherches tout en fournissant à ceux que cette question intéresse, à commencer par les historiens, un bilan aussi complet et récent que possible.

9Ce colloque et cette publication n’auraient pas pu aboutir sans un certain nombre de collaborations et d’appuis, auxquels il m’est agréable de rendre hommage. Il s’agit tout d’abord - sans eux, évidemment, rien n’aurait été possible - des chercheurs, qui ont accepté de bonne grâce de se plier aux règles de cet « exercice ». Je remercie tout particulièrement nos amis étrangers, qu’ils soient venus de Suisse, de la lointaine Pologne ou de Mayence : les Burgondes – clin d’œil de l’Histoire ! - ont ainsi donné une nouvelle occasion de resserrer les liens qui unissent la Bourgogne au Land de Rhénanie-Palatinat.

10Dans cet esprit, nous avons également sollicité plusieurs partenaires qui se sont associés fort activement à l’opération : la Maison de Rhénanie-Palatinat, sous l’impulsion dynamique de son Directeur, M. Till Meyer, a accompagné le colloque en organisant plusieurs manifestations destinées notamment au public scolaire (création, par la Compagnie de l’Escalier, d’un spectacle théâtral original autour des Nibelungen, organisation, avec l’aide du Rectorat et de MM. Kuhn et Maréchal, I.P.R., d’un concours dans les collèges de l’Académie, projection - très appréciée par les congressistes - de films de Fritz Lang, La mort de Siegfried et La revanche de Kriemhild).

11Quant à l’Amicale Bourgogne-Rhénanie-Palatinat, elle a assumé bénévolement une lourde tâche de traduction de textes allemands en français (MM. Michel Marty, Jean Nurdin et Jacques Raviot), M. Nurdin, Professeur émérite à l’Université de Bourgogne et Président de la commission culturelle de l’Amicale, ayant en outre effectué, avec une rare disponibilité, la traduction en allemand des résumés en français et assuré la coordination de l’ensemble des traductions. C’est grâce à leur précieux concours et aux efforts de plusieurs auteurs de langue allemande qui ont tenu à nous remettre leur contribution dans notre langue que les Actes sont entièrement en français, avec résumés en allemand.

12Notre volonté de toucher un public élargi s’est traduite également par l’organisation de conférences : conférence de Max Martin, à l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, en ouverture du colloque ; exposé du signataire de ces lignes à destination des enseignants de l’Académie (au C.R.D.P., en liaison avec M. Maréchal, I.P.R. d’Histoire-Géographie).

13Outre l’Université de Bourgogne, le Service Régional de l’Archéologie et l’Association pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne ont eu un rôle primordial dans la réussite du colloque comme dans la préparation et la diffusion des Actes. Je tiens à témoigner ma gratitude aux Présidents de l’Université, M. Bertrand, puis Mme Pérard, ainsi qu’aux responsables du Service Régional de l’Archéologie, MM. Duhamel et Mordant, et à leurs collaborateurs. Ils ont, de même que les Directeurs Régionaux des Affaires Culturelles qui se sont succédé pendant cette période, MM. Leprêtre, Serra et Clément, soutenu le projet sans réserve et facilité l’obtention de crédits de la part des services centraux du Ministère de la Culture (Sous-Direction de l’Archéologie).

14L’Association pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne a accepté d’assumer la responsabilité de la maîtrise d’œuvre du colloque et de l’édition des Actes. J’en sais gré à Mme Boyon et M. Dubreuil, qui ont fait preuve de toute la rigueur nécessaire à cette gestion. Je suis heureux également d’exprimer ma reconnaissance à M. le Doyen J. Richard, membre de l’institut, qui, en sa double qualité de Président de cette association et d’éminent spécialiste de la Bourgogne médiévale, nous a apporté un appui précieux et nous a fait l’honneur de rédiger l’introduction de ce volume.

15Le Conseil Régional de Bourgogne a accordé une aide très substantielle à cette opération qui s’inscrit dans le cadre de ses efforts en faveur de la connaissance des racines régionales et de la promotion de son patrimoine historique. Ma gratitude va aux deux derniers Présidents de la Région, MM. J.-P. Soisson (auquel j’associerai son conseiller Cl. Patriat) et J.-F. Bazin, qui se sont personnellement intéressés à l’entreprise. L’impression de cet ouvrage n’aurait pas été possible sans les financements du Conseil Régional et du Ministère de la Culture (ce dernier sur avis favorable des experts du Conseil National de la Recherche Archéologique)

16La Ville de Dijon a également apporté son concours à l’organisation du colloque. Elle a bien voulu, notamment, recevoir les participants dans le cadre prestigieux du Palais des Etats. Parmi les nombreuses autres collaborations dont nous avons bénéficié, je citerai Mme Maczynska, dont les talents d’interprète ont été mis à contribution, MM. Lallement et Tainturier (Université de Bourgogne), pour leur aide dans la préparation du manuscrit, Mme Moreira qui s’est occupée de la saisie des textes, M. Kaenel, Directeur du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne. L’ouvrage ayant donné lieu à une souscription, il a été fait appel à des collègues et amis, qui ont accepté généreusement de nous aider dans la diffusion. Nous les en remercions chaleureusement et - j’espère qu’ils voudront bien nous pardonner - collectivement, tant ils sont nombreux.

17Enfin, last but not least, j’aimerais rendre hommage à l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, et particulièrement à son Président, M.P. Périn, pour l’appui amical et efficace qu’ils nous ont apporté. Je profiterai de cette occasion pour saluer le beau travail que fait, depuis plus de quinze ans, cette association en faveur du renouveau de l’archéologie mérovingienne en France.

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search