Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

De l’histoire au mythe : l’anneau bourguignon des Burgondes.

Préface

Jean-François Bazin et Michel Clément

Texte intégral

Les Burgondes occupent une place importante dans l’imaginaire collectif de la Bourgogne.

Si, comme cet important et utile Colloque l’a bien montré, nos connaissances sur les Burgondes apparaissent imprécises et fragmentaires, elles ne doivent pas nous faire oublier les conséquences de ce peuplement sur notre Région.

« Le Bourguignon, a écrit joliment Gaston Roupnel, est un homme qui s’est arrêté en chemin ». Voulant marquer ainsi le rôle constamment joué dans notre histoire par le contact des civilisations et le mariage des cultures, par les grandes voies de communication qui ont vu passer ici tant d’invasions et de migrations, il notait aussi l’illustration originale offerte de cette situation par les Burgondes.

Car, rejetés de partout, ces gens se fixent enfin ici. Force est de constater qu’ils réussissent à forger les outils d’une civilisation, en opérant une révolution agronomique par la mise en valeur de terres mieux partagées, un nouvel éveil du droit par la loi Gombette, une répartition intelligente du sol autour des pagi qui aujourd’hui encore sont nos pays...

Je m’aventure sans doute sur des chemins où je n’ai nulle compétence, mais voici simplement ce que j’ai appris dans mes livres d’histoire, de droit, de géographie. Quant à notre nom, notre bien le plus précieux, d’où vient-il sinon de ces Burgondes assez attachants pour imposer en quelques décennies cette identité à un vaste territoire ?

Les liens qui unissent ces errants enfin intégrés et les cultures rencontrées sur leur route ne laissent pas d’émerveiller l’esprit, depuis les lointaines attaches nordiques jusqu’aux influences hunniques et l’art des steppes appris de leurs ennemis...

Curieusement, mais non sans raison, le rêve burgonde disparaît en Bourgogne pendant plusieurs siècles et à la manière d’une source vauclusienne, d’une résurgence, d’une douix bourguignonne qui renaît soudain au grand soleil après un long parcours sous terre, voit à nouveau le jour au début du XXe siècle lorsque réapparaît l’Idée bourguignonne.

A l’évidence romantique, ce rêve inspire aimablement un mouvement poétique bourguignon, le Cep burgonde de Gustave Gasser. Il s’agit bien d’un sentiment « national », comme l’a dit Maurice Chaume du réveil bourguignon à plusieurs époques, ou à tout le moins d’une revendication de liberté locale, d’un droit à l’existence propre.

1Beaucoup plus étrange apparaît l’œuvre de Johannes Thomasset, qui dès le début des années 1930 et de façon marginale écrit un Chant burgonde, un Chant barbare, un Vent d’Est, chantant une Bourgogne régénérée par le Rhin mais également par l’hellénisme. Les nazis tenteront de se servir de lui, mais à la vérité sans succès ni écho. Barbares nourris d’hellénisme, Burgondes, nous gardons une double nostalgie : celle du Nord et celle du Sud, proclame l’ermite du château de Saint-Gilles entre Chagny et Montceau, appelant de ses vœux l’union des forces du Nord et des grâces du Sud. Rééditées par les Editions de la Phalange à Bruxelles en 1938, ces pages forment un cadre à des perversions politiques qui s’y engouffreront. C’est un premier aspect du mythe burgonde au XXesiècle.

2Dans l’œuvre d’Henri Vincenot, rien de tel évidemment. Notre vieux Celte à la tournure gauloise (le portrait physique d’Astérix) et aux moustaches plus généreuses que celles de Vercingétorix sur le Mont Auxois se borne au tableau des types humains. La critique sociale ne l’entraîne jamais très loin, mais il estime avoir des yeux pour voir. Sur les marchés, il prétend reconnaître les Eduens, les Sénons, les Mandubiens. Dans les châteaux, il voit les Burgondes, en tout cas leurs fils, les aristocrates, les possédants (patrimoine culturel et artistique, nullement les forges et les ateliers), ceux qui ont vraiment bousculé le fonds gaulois et même le fonds romain pour gouverner le pays. C’est un second aspect du mythe burgonde au XXe siècle.

3Et aujourd’hui ? Dira-t-on que la coopération entre le Land de Rhénanie-Palatinat et la Région de Bourgogne prolonge cette singulière aventure de l’histoire ? Qu’on y pense cependant... L’Anneau des Burgondes ne serait-il pas, en définitive, bourguignon ?

4Je souhaite que l’histoire bourguignonne reprenne ses titres et ses droits. Certes, les « études bourguignonnes » comme on les appelle concernent davantage le temps des ducs Valois, et la Lotharingie est une image inversée de l’ambition burgonde. Certes, il existe une fâcheuse coupure entre l’archéologie et l’histoire. Mais la Bourgogne entend renouer avec ses racines. Supprimée fâcheusement par les réformes d’Edgar Faure, la chaire d’histoire de la Bourgogne avait disparu à l’Université de Bourgogne. Sous une forme adaptée au temps présent, elle doit renaître revivifiée. Bref, cette réflexion approfondie sur les Burgondes ouvre sur l’avenir, sur un renouveau des sciences archéologiques et historiques où la Bourgogne prendra sa part du travail dans une communauté européenne.

5L’œuvre entreprise par Henri Gaillard de Sémainville répond pleinement à cet objectif, qui doit être poursuivi et élargi, développé et enrichi.

Jean-François Bazin

***

6La Bourgogne trouve son nom dans celui du peuple des Burgondes, peuple germanique qui aurait participé avec d’autres aux « Invasions barbares » après la chute de l’Empire romain.

7C’est en tout cas ce que nous ont appris les manuels scolaires tout au long de notre enfance. Et c’est bien à l’école que nous avons tous, citoyens ordinaires ou spécialistes de l’Histoire, constitué le socle de connaissances sur lequel peu à peu s’est édifiée notre culture historique.

8La Nation elle-même, en France comme dans la plupart des pays, puise dans l’Histoire les éléments susceptibles de conforter son origine lointaine ou l’idéologie du moment. Ainsi le second Empire puis la IIIe République allaient-ils rechercher dans le rassemblement des peuples gaulois par Vercingétorix les fondements de la France et de l’unité nationale, au prix de quelques contorsions avec la vérité.

9Or, la science ne peut se satisfaire de cette approche et le propre de toute recherche est bien la remise en cause permanente des idées reçues et des certitudes définitives. L’Histoire n’échappe pas à cette obligation morale et intellectuelle et bien des dogmes que nous avions appris à l’école ont vacillé devant les avancées récentes de la recherche historique.

10Si l’on se penche sur le « problème burgonde », et que l’on recherche dans la réalité archéologique quelque élément tangible, on s’aperçoit que, pour le moins, la présence des Burgondes en Bourgogne n’est pas une évidence. Somme toute, on est devant un problème assez comparable à celui des « migrations » bretonnes dans l’ouest de la France, où il a fallu la conjonction des efforts des spécialistes de l’archéologie, de l’anthropologie, de la linguistique et de la toponymie pour mettre un peu d’ordre dans la pensée et renverser des mythes qui avaient la peau dure.

11C’est à ce travail fondamental qu’Henri Gaillard de Sémainville s’est attelé en organisant à Dijon en 1992 un colloque international sur les Burgondes, avec la participation des meilleurs spécialistes français et étrangers. C’est un honneur pour le Ministère de la Culture d’avoir apporté sa contribution tant à l’organisation qu’au financement du colloque et de ses actes : la politique mise en œuvre par l’Etat pour protéger et valoriser le patrimoine national ne trouve en effet de justification qu’au prix d’une recherche constante de la réalité historique.

Michel Clément

Auteurs

Directeur régional des affaires culturelles

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search