Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Lexique

Texte intégral

APPE : sorte d’agrafe métallique, utilisée pour la construction des bateaux et servant à fixer la mousse (ou calfatage) insérée entre deux planches afin d’assurer l’étanchéité de l’assemblage.

ARPI : fer de perche terminé par une pointe et un crochet. Un arpi permettait de tirer alors qu’une gaffe était destinée à pousser (BONNAMOUR. 1981b).

ASCIA : type d’herminette servant au travail du bois ou de la pierre.

BAJOYER : paroi latérale d’une chambre d’écluse.

BANNE ou BENNE : ce terme, souvent employé par T. Dumorey (1779) dans sa description de la Saône à la fin du XVIIIe siècle, désigne des structures constituées de pieux et implantées dans le lit de la rivière : pêcheries, écluses de moulins ou digues clayonnées.

CLAYONNAGE : structure constituée de pieux entre lesquels sont insérés des branchages. L’ingénieur Laval (1845) décrit ainsi leur finition : « La face du large est la seule défendue par l’enrochement et la face opposée est simplement garnie de gravier sur la plus grande largeur possible. C’est sur ce gravier et sur les atterrissements qui se forment derrière les clayonnages que l’on plante des boutures d’osier ou de vorgines ». Les clayonnages implantés dans le lit de la Saône au XIXe siècle ont servi, dans les endroits difficiles, à créer et à maintenir un chenal de navigation avec une hauteur d’eau suffisante (voir annexe 2). Dans le Chalonnais, de tels aménagements datés du Moyen Âge ont récemment été découverts et fouillés (BONNAMOUR, 1992b).

DECIZE ou DESCIZE : trajet effectué sur une rivière de l’amont vers l’aval, dans le sens du courant, par opposition à la remonte.

DEROCTAGE : extraction de rocher par explosif. Ce procédé a été employé pour détruire certains hauts-fonds particulièrement résistants.

ÉTIAGE : niveau moyen des plus basses eaux annuelles choisi comme niveau de référence (BONNAMOUR, 1981b). Dans les documents des Ponts et Chaussées du siècle dernier, ce terme peut également désigner une baisse exceptionnelle des eaux.

FASCINE : fagot serré de branchages, utilisé pour la construction des clayonnages.

FICHE : cheville en bois.

GAFFE : fer placé à l’extrémité d’une perche, terminé par deux pointes permettant de prendre appui pour repousser le bateau (BONNAMOUR, 1981b).

LÂCHURE : action d’ouvrir les vannes d’un barrage de façon à laisser passer une grande quantité d’eau.

MAIGRE : synonymes : haut-fond ou seuil. Le profil en long d’une rivière présente une succession de hauts-fonds, sur lesquels la hauteur d’eau est faible, et de fosses, où la profondeur est importante. Le terme rapide est un autre synonyme de maigre : « L’Annuaire du Département de Saône-et-Loire définit les rapides de la Saône comme ayant une hauteur d’eau de 0,75 m à 0,35 m en dessous de l’étiage et une vitesse de 1,40 m à 2,56 m par seconde. Sur les maigres, la vitesse était d’autant plus grande que les eaux étaient basses, ce qui faisait dire aux “patrons” de Saône que les fosses se vidaient » (BONNAMOUR, 1981b). Le terme de maigre peut également désigner une période de basses eaux, pendant laquelle le débit est le plus faible.

MOISE : pièces de charpente jumelles assemblées de façon à enserrer et à maintenir d’autres pièces de bois.

MORÉE : dans les documents des Ponts et Chaussées du siècle dernier, la morée est une ancienne digue ou ancien chemin submergé. L. Bonnamour (1981b) signale qu’une morée peut également être une plage.

MOTTE : il s’agit d’un type particulier d’établissement seigneurial, assez largement diffusé pendant le Moyen Âge. La motte se présente sous la forme d’un tertre artificiel, élevé grâce à la terre extraite lors du creusement des fossés qui l’entourent et la protègent. Dans la Bresse et la Dombes, ces structures sont généralement appelées poype ou châtelard (voir BAZZANA et alii, 1986).

MOUILLE ou MEUILLE : synonyme : fosse. Endroit de la rivière où la hauteur d’eau est importante.

MUSOIR : extrémité d’une digue.

PERRÉ : structure constituée de mœllons et de pierres de taille, élevée contre les berges afin de les protéger de l’érosion du courant. Les perrés étaient également édifiés aux endroits exposés aux chocs des bateaux : ports, ponts, etc. (LAVAL, 1845).

POYPE : nom donné aux mottes médiévales dans la Bresse et la Dombes (Ain) ; voir “Motte”.

PK : point kilométrique. Le système de bornage en vigueur aujourd’hui le long de la Saône a été instauré en 1856 et a pour origine Lyon (PK 0). Verdun-sur-le-Doubs, qui est la limite nord de cette étude, se trouve au niveau du PK 167.

RAIE ou ROIE (ROYE) : terme employé pour désigner des petits affluents de la Saône (exemples : la Raie de Droux, la Roie de Damerey).

SAVOYARDE : bateau de grandes dimensions, aux flancs évasés, très large et peu profond, utilisé pour le transport des marchandises sur la Saône et sur le Rhône. Cette appellation est employée dès le XVIIe siècle. À la fin du XIXe siècle, les savoyardes n’effectuaient plus, sur la Saône, que des transports de fourrage entre Seurre et Lyon (BONNAMOUR, 1986e).

SEUIL : synonymes : maigre, haut-fond, rapide.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search