Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

SOCIÉTÉ ET CONVIVIALITÉ

L’iconographie de l’ars medica dans l’empire romain : modèles provinciaux versus modèles italiques

Maria Ángeles Alonso Alonso

Résumé

Le but de notre article est d’analyser les différentes manières de représenter les médecins dans l’iconographie funéraire de Rome et d’Italie d’une part, et d’autre part dans les provinces occidentales. À partir de l’étude de cinq monuments d’origine italique, notre réflexion se projette vers trois exemples provinciaux, de sorte que la confrontation des deux groupes permette d’établir des convergences et des divergences dans les stratégies d’auto-représentation des medici. L’étude spécifique de chaque monument dans son contexte nous permet de valoriser globalement les caractéristiques des images relatives à la médecine et aux praticiens dans l’art funéraire de l’Empire romain, ainsi que d’évaluer jusqu’à quel point elles ont reflété une notion universelle de l’ars medica à travers des conventions iconographiques. Pour chaque cas étudié, on a développé l’examen intégré de l’iconographie et de l’épigraphie, des éléments indissociables qui coïncident dans un monumentum qu’on considère comme un message final du défunt et sa manière de transmettre la mémoire de soi.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La profession privée la plus attestée parmi celles documentées dans l’épigraphie grecque et latine est, de loin, celle de medicus1. Cela met en évidence non seulement le succès et la grande diffusion de la médecine dans l’Empire romain, mais aussi l’attention particulière portée par les médecins et les autres praticiens aux monuments écrits et/ou iconographiques, capables d’immortaliser leurs expérience et existence. Les images des médecins sont moins abondantes que les textes, mais des exemples de qualité les dévoilent en train d’utiliser des instruments de travail spécifiques, ou en plein exercice de leur activité.

Le but de notre recherche est d’analyser les différentes façons dont les praticiens de l’ars medica sont représentés sur leurs monuments funéraires. Ceux-ci sont conçus d’une façon intégrale, c’est-à-dire, comme le réceptacle d’un message iconographique et d’un texte qui doivent être décodés conjointement. Plus précisément, notre intérêt porte sur les imagines qui montre...

Auteur

Chercheuse postdoctorale Juan de la Cierva, Université du Pays Basque (UPV/EHU).

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search