Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Résumé. Les passages à gué de la Grande Saône (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon). Approche archéologique et historique d’un espace fluvial

Texte intégral

1La Saône prend sa source dans les Vosges à Vioménil et se jette dans le Rhône à Lyon, après avoir parcouru 480 km. L’étude des gués a essentiellement concerné la partie sud de la rivière (166 km) comprise entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon.

2Ce travail s’attache tout d’abord à définir d’un point de vue géomorphologique ce qu’est un passage à gué. Un gué est un haut-fond naturel formé de sédiments de natures diverses et présent à intervalle régulier sur le thalweg de la rivière. Afin d’établir un recensement des hauts-fonds, qui constituent autant de lieux de traversée potentiels, il importait tout d’abord de connaître l’aspect naturel que la Saône offrait avant les travaux destinés à améliorer les conditions de navigation. Cet aspect a pu être appréhendé grâce à l’examen des archives des Ponts et Chaussées. Créé en 1835, le Service Spécial de la Saône avait pour but d’aménager et d’entretenir un chenal navigable possédant une hauteur d’eau suffisante. Pour cela, il a fallu entre autre neutraliser les obstacles que constituaient les hauts-fonds, et sur lesquels, en période de basses eaux, la hauteur d’eau était comprise entre 40 et 80 cm seulement. Chaque projet d’amélioration a donné lieu à des levés de profils et de plans divers ainsi qu’à la rédaction de commentaires aujourd’hui très précieux pour qui veut comprendre la transformation radicale qu’a subie le lit mineur de la Saône en 150 ans. La restitution du profil de la rivière antérieur aux grands travaux a permis de recenser un haut-fond tous les 2,5 km ; elle est d’autant plus importante que le tracé de la Saône a semble-t-il connu, de manière générale, assez peu de modifications depuis le Néolithique. Ainsi, la vision obtenue pour le début du XIXe siècle pourrait se révéler assez proche de la configuration du cours d’eau à des époques antérieures.

3Les passages à gué sont ensuite présentés par ordre de probabilité : quatre degrés ont été définis (existence incertaine, possible, probable ou certaine) en fonction des données disponibles. Les informations exploitées sont issues de sources variées (cartes et plans anciens, carte archéologique des berges, photographies aériennes, témoignages de dragueurs, prospections et fouilles subaquatiques) et toutes les phases chronologiques sont prises en compte.

4Quatre synthèses présentent par période (Néolithique, Âge du Bronze, Âges du Fer et période romaine), un bilan des connaissances relatives aux sites et au mobilier archéologique découvert dans la Saône sur ou aux abords des passages à gué. Les données de fouilles récentes permettent de reconsidérer le phénomène de dépôt volontaire d’objets sur les gués, notamment pour l’époque romaine.

5La dernière partie recense, toujours de façon transchronologique, les types de sites reconnus dans le lit mineur de la Saône aux abords des gués. Les motifs de traversée, le fonctionnement et les différents niveaux d’utilisation des gués ainsi que la complémentarité entre les modes de franchissement sont évoqués.

6Partant d’un phénomène bien délimité (la traversée à gué d’une rivière), cette étude aboutit en fait à une synthèse d’archéologie fluviale, montrant le riche potentiel que peuvent receler les cours d’eau et l’intérêt d’adopter, pour leur étude, une approche pluridisciplinaire.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search