Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Conclusion

Texte intégral

1L’étude des gués de la Saône ne se limite pas à dresser une simple liste de points de franchissement. Elle démontre, d’une part l’implantation pérenne des passages dans le paysage, d’autre part la diversité des sites qui leur sont associés, tant sur les berges que dans le lit mineur.

2L’analyse des profils en long du lit de la Saône, à travers les plans levés par les ingénieurs des Ponts et Chaussées au XIXe siècle, a tout d’abord permis de pointer soixante-six hauts-fonds, qui représentent alors autant d’obstacles à la navigation, mais qui constituent, pour les époques antérieures à la canalisation de la Saône, autant de passages potentiellement utilisables par l’homme pour franchir la rivière.

3La présence quasi systématique sur ces hauts-fonds d’un mobilier archéologique attribuable à différentes périodes (depuis la Protohistoire jusqu’à l’époque moderne), ainsi que la concordance de leurs emplacements avec les indices d’occupation humaine sur les berges, attestent que le lit de la Saône a connu une relative stabilité. Des variations sont certes ponctuellement attestées, mais la mention dans les archives militaires du XIXe siècle de plusieurs gués dont l’existence au cours des périodes antérieures est fort probable, montre que l’emplacement des hauts-fonds naturels utilisés par l’homme pour passer d’une rive à l’autre a, dans la majorité des cas, très peu varié. La découverte, en position primaire, au fond de la rivière, de deux pavages d’époque romaine sur des points de franchissement mentionnés par les militaires en 1874 confirme cette pérennité. La présence sur ces pavages ou entre les pierres, d’un mobilier particulier, lié au milieu fluvial, démontre qu’il ne s’agit pas d’anciennes voies terrestres recouvertes par l’eau à la suite d’une modification du cours de la rivière, mais bien de portions de voies immergées, aménagées spécialement pour faciliter la traversée des piétons, des animaux et des voitures attelées. On peut citer par exemple, parmi les objets recueillis sur le gué du Port Guillot, de nombreuses agrafes de calfatages (appelées appes) de toutes les époques, que les bateaux ont perdues lors du passage délicat sur le seuil (la coque des bateaux accrochait régulièrement les pierres du gué), mais aussi des outils de batellerie (crochets, gaffes), ou encore, pour l’Âge du Bronze final, les restes d’une pirogue monoxyle. Au Moyen Âge, clayonnages et pêcherie sont construits sur et aux abords du haut-fond.

4La mise en place des pavages de gué devait se faire au cours des périodes sèches ; là encore, les archives contemporaines nous renseignent sur les hauteurs d’eau qui recouvraient les seuils de la Saône en été : pas plus de quelques dizaines de centimètres, certaines portions se retrouvant même parfois entièrement découvertes. Ces observations ont bien entendu été effectuées avant 1880, date de la mise en eau des barrages de la Saône. Ce partage en biefs artificiels a définitivement rendu les gués impraticables, en les noyant, et a également fait disparaître de nombreux usages liés à la rivière et aux ressources qu’elle procurait aux populations riveraines. Après cette date, la Saône change de statut : d’un chenal divaguant par endroits, encombré d’une multitude d’îles et de seuils, aménagé d’installations destinées à la pêche et à la meunerie, aux plages basses faisant office de zones portuaires, la rivière passe à l’état de canal destiné à la navigation de bateaux aux tonnages de plus en plus élevés. On comprend mieux, à partir de cette transformation brutale et radicale, l’importance des sources historiques récentes. Même si elles paraissent bien éloignées des périodes considérées dans ce travail (Protohistoire et Antiquité notamment), elles représentent néanmoins la seule source écrite fiable qui livre un descriptif précis de l’état pré-industriel de la rivière. Rarement sollicitées par les archéologues jusqu’à présent, elles constituent, pour le domaine fluvial, un complément indispensable aux études menées en parallèle (environnementales, historiques et géographiques). Elles permettent, avec toute la prudence qui s’impose, une démarche rétrospective, et donnent, après le croisement avec les autres données, une vision probablement assez proche de ce que pouvait être la Saône aux époques antérieures ainsi qu’une idée de la complexité des rapports existant entre l’homme et le milieu fluvial.

5Les archives militaires sont les seuls témoignages écrits mentionnant les traversées à gué d’un point de vue technique et fonctionnel : hauteur d’eau maximale au-delà de laquelle le passage est impossible, longueur de la traversée, largeur du gué, etc. Elles nous apprennent que la seule présence d’un haut-fond ne suffit pas à assurer une bonne traversée : il faut également des accès praticables, des berges en pente douce, un fond stable, autant de notions qui peuvent aider à comprendre, pour les époques antérieures, les raisons de la fréquentation assidue ou exceptionnelle de tel ou tel passage, et parfois même sa désaffection. Les archives militaires témoignent également de l’importance stratégique du gué, qui comme tout lieu de passage obligé, doit être contrôlé, voire détruit en temps de guerre lorsqu’il se trouve trop près d’une frontière.

6D’autres sources écrites prennent en compte la dimension économique des gués. Des procès menés au XIXe siècle montrent, par exemple, qu’un passage à gué pouvait occasionner une perte de revenu conséquente pour le concessionnaire du pont situé à proximité. Au Moyen Âge, où les ponts étaient encore rares, plusieurs études montrent que les passages (par bac ou à gué) représentaient une source de profit importante pour celui qui les contrôlait. Au gré de l’évolution des pouvoirs politiques, certains points de franchissement pouvaient ainsi être favorisés artificiellement au détriment d’autres lieux, modifiant par là même des axes de circulation. Ce domaine n’a été qu’effleuré dans le cadre de l’étude des gués de la Saône et il constitue un important potentiel de recherche.

7Toutes ces données démontrent que les conditions naturelles et les facteurs humains, politiques et économiques, auxquels on peut ajouter certains phénomènes cultuels (rites liés à la traversée, pèlerinages, croyances diverses liées à l’eau), sont étroitement liés et doivent être pris en compte de façon globale dans le cadre d’une étude d’archéologie fluviale. On sait, grâce aux travaux conduits sur la Saône depuis le début des années 80, que les gués, qui ont polarisé pendant des siècles une part importante des activités humaines le long de l’axe fluvial, doivent être considérés comme des points de passage, mais également comme autant de lieux probables d’habitat ou d’échanges, tant dans le domaine matériel que spirituel. Si la Saône est souvent présentée comme une frontière politique et territoriale, les actes des riverains montrent qu’elle ne constituait pas, à leurs yeux, un obstacle infranchissable, bien au contraire. La fréquence et la pérennité de ces communications amènent à penser que lorsque l’on étudie les populations établies sur les bords de la Saône (et peut-être d’autres cours d’eau ?), à quelque période que ce soit, il ne convient peut-être pas de réfléchir en termes d’opposition ou de contraste entre les deux rives, mais plutôt en termes d’échanges ou de complémentarité.

8Après avoir mis en évidence leur réalité physique et humaine, ainsi que la complexité des sites de gué, ce travail a permis de reconsidérer les problèmes des objets retrouvés en grande quantité sur les passages.

9Ce sont les fouilles subaquatiques qui ont apporté les éléments majeurs de compréhension. Elles ont en premier lieu prouvé que des structures peuvent exister en place dans le lit de la rivière et que leur étude est possible. Ainsi, une part des vestiges présents sur les gués appartient, selon les périodes, à des habitats, mais aussi à des installations diversifiées liées au commerce ou encore à l’exploitation du milieu aquatique. Cependant, une autre partie des vestiges peut aujourd’hui être attribuée à des dépôts volontaires. Les investigations menées sous le pavage en place d’époque romaine du gué de la Casaque ont mis en évidence le dépôt volontaire de trois objets métalliques (une arme, un outil et un élément de vaisselle). On a enfin la preuve, après toutes les suppositions qui ont été émises au sujet des objets issus des cours d’eau, qu’à une époque donnée (le début de notre ère), des objets ont été placés intentionnellement sous les pierres d’un lieu de franchissement aménagé. Au cours des époques antérieures (Âge du Bronze et Âges du Fer), de telles pratiques ont probablement existé. La présence répétitive, sur les passages à gué, d’un mobilier que l’on retrouve plutôt dans des contextes funéraires ou de dépôts, le laisse penser, mais il manque encore aujourd’hui des données de terrain fiables. En effet, la plupart des objets protohistoriques sont issus de dragages et aucun gué aménagé au cours de la protohistoire n’a encore été découvert. Si l’accent a souvent été mis sur les armes ou la vaisselle métallique, il faut toutefois rappeler que l’on peut considérer comme offrandes probables d’autres catégories d’objets, telles que la céramique, les outils ou les objets de parure.

10Il reste encore un important travail d’étude à mener sur les milliers d’objets conservés dans les réserves du Musée Denon, notamment sur la céramique gallo-romaine. Les problèmes liés à la fabrication, à la diffusion, mais aussi à la fonction des différents récipients récoltés sur les gués, seraient à examiner, en prenant en compte les nouveaux éléments apportés par les fouilles de deux gués et par celle du pont romain de Chalon-sur-Saône. Les objets du Moyen Âge n’ont pas fait l’objet d’une synthèse : une part des découvertes est sans conteste liée à des activités domestiques, artisanales ou commerciales, mais on suppose qu’un certain pourcentage d’entre eux pourrait, comme pour les époques antérieures, se rattacher au domaine du rituel. Le recensement de toutes les pratiques liées à l’eau, notamment durant le haut Moyen Âge, aiderait peut-être à comprendre la présence de certains types d’objets sur les gués.

11Certaines données présentées dans cet ouvrage, concernant notamment le dépôt volontaire d’objets sur les gués, sont totalement nouvelles et ne reposent que sur la fouille de deux passages. Seule la mise en œuvre d’autres recherches de terrain, associant étroitement l’archéologie des berges aux travaux subaquatiques et à l’examen de documents d’archives, qu’ils soient médiévaux ou du XIXe siècle, pourrait élargir le champ des connaissances. On peut rappeler le potentiel archéologique que représentent les cours d’eau de moindre importance que la Saône. Ils ont souvent été moins touchés par les aménagements et peuvent receler, dans certains cas, les mêmes types de vestiges que ceux qui sont présentés dans ce travail. Des découvertes sont en effet mentionnées dans plusieurs affluents de la Saône : la Seille, la Grosne et la Vandaine, sur laquelle un gué aménagé à l’époque romaine a été détecté. Ces propos ont pour but d’attirer l’attention de la communauté archéologique sur l’importance qu’il y aurait à surveiller de très près les différents travaux, de curage notamment, qui se sont multipliés au cours des dernières années sur les petits cours d’eau, et qui pourraient livrer, en cas d’intervention archéologique préventive, quantité d’informations nouvelles. De la même façon, il faut garder à l’esprit que si tous les grands cours d’eau ont été aménagés au cours des XIXe et XXe siècle, cela ne signifie par pour autant, comme on l’a pensé jusqu’à une époque toute récente, que leur potentiel archéologique est réduit à néant. Les recherches menées, par exemple, sur la Seine en amont de Paris, par le Groupe de recherches archéologiques subaquatiques (GRAS), ont prouvé que ce fleuve, malgré les importants dragages dont il a fait l’objet, livre encore des vestiges en place, particulièrement bien conservés, comme des pirogues mésolithiques, des restes de passages à gué ou des aménagements médiévaux (BONNIN, 1993 et 1994). Cette richesse surprenante s’explique par le fait que les travaux menés dans le lit de la Seine, comme dans celui de la Saône, n’ont souvent concerné que l’emprise du chenal navigable, c’est-à-dire une largeur d’environ 80 m, alors que la Saône, au sud de Chalon-sur-Saône, s’étale sur environ 300 m de large. Il est donc important de mesurer l’intérêt qu’il y aurait à étudier systématiquement, avant tous travaux éventuels dans le lit des fleuves et rivières navigables, le potentiel archéologique du lit mineur et des berges, en associant plusieurs études et disciplines : géomorphologie, archives, carte archéologique, carto- et photo-interprétation. Une étude de ce genre a été menée récemment sur la rivière Oise et prouve l’intérêt d’une telle démarche (BOSTYN et alii, 1999). On notera également l’importance primordiale des relevés bathymétriques, qui sont généralement effectués par le service de la navigation et dont l’analyse complète les études documentaires et précède utilement la phase de terrain. Cette vision précise du relief du fond de la rivière permet de n’intervenir que dans les zones non draguées et d’éviter ainsi de gaspiller du temps et de l’énergie.

12La collecte de toutes les informations actuellement disponibles sur les passages à gué de la Grande Saône montre une nette disparité des données (mobilier, témoignages oraux, informations concernant l’occupation des berges, etc.) entre les parties aval et amont. Ce déséquilibre, qui constitue une des limites de ce travail, s’explique très bien : alors que la moitié nord (entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs) a bénéficié d’un suivi archéologique régulier, la partie sud (comprise entre Lyon et Mâcon) reste en revanche très mal connue, aucune politique de surveillance des dragages n’ayant jamais été développée. Sans les recherches menées activement par L. Bonnamour dans le Chalonnais, on ne disposerait que de très rares connaissances sur les gués en particulier et sur l’archéologie fluviale de façon plus générale. L’été 2000 voit se terminer la dernière campagne de fouilles subaquatiques en Saône et l’on peut s’interroger sur l’avenir de l’archéologie fluviale en France de manière générale. Ces recherches nécessitent, certes, d’importants moyens matériels et humains, mais leur apport pour la connaissance des vallées fluviales est d’une richesse incomparable.

13Les cours d’eau mériteraient d’autant plus d’attention de la part des archéologues, des géomorphologues, des historiens et des ethnologues, qu’ils subissent depuis plus d’un siècle des transformations radicales. Ces bouleversements entraînent des destructions irrémédiables, tout autant du patrimoine matériel que d’un mode de vie et d’appréhension du milieu qu’il sera de plus en plus difficile de restituer.

Fig. 85. Ex-voto représentant le sauvetage miraculeux de Pierre Guérin, tombé dans la Saône à demi gelée, hiver 1820. Lyon, fondation Fourvière.

Fig. 86. La Saône à Anse à la fin du XVIIe siècle. Ce document anonyme, conservé aux Archives départementales du Rhône à Lyon (section ancienne – cote 3 PL 593 A), figure un ancien bras emprunté de façon intermittente par les eaux de la rivière. Cliché A. Dumont.

Fig. 87. La Saône à Belleville. Plan aquarelle conservé au Service historique de l’armée de terre à Vincennes (1M1208), figurant, par une ligne en pointillé, en aval de l’île, le gué de Belleville.

Fig. 88. La Saône à Belleville. Photographie du début du XXe siècle montrant au premier plan le bac de Belleville et en arrière-plan le chantier de construction du pont destiné à le remplacer. Trois modes différents de franchissement se sont ainsi succédé au même endroit. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Fig. 89. La Saône près de Vauchoux et de Port-sur-Saône (Haute-Saône). Quatre passages à gué sont pointés sur les deux extraits de cette carte illustrant la reconnaissance de l’aide de camp E. de Viterne en 1825. Document du Service historique de l’armée de terre à Vincennes, 1 M 1195.

Fig. 90. Extraits d’une carte du cours de la Meuse entre Pagny et Redan exécutée en 1830. L’échelle de cette carte est en toises et sur les photos, 5 cm correspondent à environ 2 km. Dans le secteur de Charny et Voichrauville (actuellement Vacherauville) on compte cinq gués sur environ dix km de rivière. En amont de Verdun, deux gués sont pointés sur environ huit km de rivière. Document du Service historique de l’armée de terre à Vincennes, 1M1060.

Fig. 91. Les accès du gué du Jolan près de Vichy (Allier). Les piétons et les cyclistes empruntent une passerelle en bois et les voitures attelées traversent dans l’eau. Cartes postales du début du XXe siècle. Collection Léonard Cuffez.

Table des illustrations

Légende Fig. 85. Ex-voto représentant le sauvetage miraculeux de Pierre Guérin, tombé dans la Saône à demi gelée, hiver 1820. Lyon, fondation Fourvière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 86. La Saône à Anse à la fin du XVIIe siècle. Ce document anonyme, conservé aux Archives départementales du Rhône à Lyon (section ancienne – cote 3 PL 593 A), figure un ancien bras emprunté de façon intermittente par les eaux de la rivière. Cliché A. Dumont.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 87. La Saône à Belleville. Plan aquarelle conservé au Service historique de l’armée de terre à Vincennes (1M1208), figurant, par une ligne en pointillé, en aval de l’île, le gué de Belleville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 88. La Saône à Belleville. Photographie du début du XXe siècle montrant au premier plan le bac de Belleville et en arrière-plan le chantier de construction du pont destiné à le remplacer. Trois modes différents de franchissement se sont ainsi succédé au même endroit. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 89. La Saône près de Vauchoux et de Port-sur-Saône (Haute-Saône). Quatre passages à gué sont pointés sur les deux extraits de cette carte illustrant la reconnaissance de l’aide de camp E. de Viterne en 1825. Document du Service historique de l’armée de terre à Vincennes, 1 M 1195.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 90. Extraits d’une carte du cours de la Meuse entre Pagny et Redan exécutée en 1830. L’échelle de cette carte est en toises et sur les photos, 5 cm correspondent à environ 2 km. Dans le secteur de Charny et Voichrauville (actuellement Vacherauville) on compte cinq gués sur environ dix km de rivière. En amont de Verdun, deux gués sont pointés sur environ huit km de rivière. Document du Service historique de l’armée de terre à Vincennes, 1M1060.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 91. Les accès du gué du Jolan près de Vichy (Allier). Les piétons et les cyclistes empruntent une passerelle en bois et les voitures attelées traversent dans l’eau. Cartes postales du début du XXe siècle. Collection Léonard Cuffez.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17554/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search