Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Les gués, la rivière et l’imaginaire

Texte intégral

1Ce travail aura permis, en plusieurs occasions, d’approcher ou d’effleurer un champ d’étude qui mériterait des développements ultérieurs : il s’agit des légendes ou des traditions orales attachées aux anciens passages à gué et, de façon plus générale, à la rivière et aux eaux courantes. Certains récits oraux sont parfois directement utiles à l’archéologue, puisqu’ils font état de vestiges, même si leur interprétation reste ensuite à vérifier sur le terrain. Lorsqu’aucun indice de site n’émerge de récits incroyables, on garde néanmoins à l’esprit que la rivière et ses eaux souvent troubles ont fasciné, inquiété l’homme qui vivait à ses côtés. Les riverains, pour pallier leur ignorance de ce qui pouvait exister au fond ou pour conjurer leur peur, ont développé un monde imaginaire qui renvoie directement aux questions posées sur de probables offrandes liées notamment au franchissement des eaux durant les périodes anciennes. Jusqu’à une époque récente, ces traversées, qu’elles s’effectuent à pied, à cheval ou en bateau, se soldaient régulièrement par des accidents et des noyades, comme en témoigne le cahier des miracles à Saint-Nicolas-de-Port, conservé aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (MÉCHIN, 1978). On peut y lire les circonstances dans lesquelles saint Nicolas est censé avoir secouru passeurs malchanceux ou imprudents : « 1612, Michel Cœurdaine, sa charrette se renverse au milieu du gué ; 1613, fils du marquis de Vesnes, risque la noyade en passant un gué à cheval ; 1623, Louis Prinet, se perd dans une rivière en traversant un pré plein d’eau ; 1634, Thouvenin Drunot, en difficulté lors du passage du gué à Pont-à-Mousson ; 1628, enfant du boucher Petrezat (5 ans et demi), tombe dans la rivière, est rattrapé juste avant la roue du moulin », etc. Le Musée de Fourvière à Lyon conserve ainsi un ex-voto représentant le sauvetage miraculeux de Pierre Guérin, tombé dans la Saône à demi gelée, au cours de l’hiver 1820 (fig. 85).

2En plusieurs points de la Saône, les gués et la notion de traversée qui leur était attachée, se sont transformés, dans la tradition orale, en souterrains qui reliaient les deux rives. C’est le cas par exemple à Belleville où il existait, au bord de la rivière, sur la rive droite, une motte castrale bien visible dans le paysage jusqu’à une époque récente (fig. 77). Elle n’a été détruite que lors de la construction de l’autoroute A6 (JEANNET, 1971). Elle contrôlait le passage sur la Saône et un important péage en dépendait (PERRAT, GARDETTE, 1961). On associe habituellement à la motte de Belleville la poype de Guereins, localisée sur la rive opposée, mais l’emplacement de cette dernière n’a jamais pu être retrouvé (JEANNET, 1971). D’après E. Dubois (1938), « une poype, dite du Luel, était fortifiée au XVesiècle ; une tradition conservée dans le pays, et notamment par les mariniers de la Saône veut qu ’un passage souterrain la relie à celle de Belleville, par dessous le lit de la rivière. C’est probablement le souvenir déformé d’un gué ».

3Au niveau du gué de Jassans-Riottier, sur la rive gauche, se trouvait une motte médiévale, placée au bord de la côtière de la Dombes et dont un péage sur la Saône dépendait (BAZZANA et alii, 1986). Là encore, E. Dubois (1938) parle des légendes qui sont attachées à ces lieux : « La poype de Riottier couronne la côtière et domine la Saône. [...]Elle sert de demeure à une fée d’une sauvage beauté que son libertinage et sa férocité portent à séduire les nautonniers de la Saône, à les entraîner dans les flots de la tranquille rivière et à les y faire mourir de volupté. [...] L’imagination populaire y voit encore deux souterrains habités par des esprits : l’un de ces souterrains se dirige vers Saint-Didier-de-Formans ; l’autre vers Bardelans, en passant sous la Saône ».

4Dans les deux cas mentionnés, où la tradition orale fait allusion à un souterrain, les gués sont attestés de façon certaine et une ancienne motte médiévale se trouvait dans leur environnement. On peut voir là une adaptation originale de la légende universelle du souterrain partant d’un château.

5Plusieurs légendes ou croyances, ayant toutes un rapport avec la Saône ou avec l’eau de façon plus générale, se rattachent au site de l’île Barbe. L. Niepce (1890) relate comment la tête de saint Florent, décapité près de Thil-Châtel, « fut portée par les eaux de la Tille, dans la Saône, dont elle suivit le cours jusqu’au lieu appelé l’Île Barbe, où les moines de son monastère la recueillirent pieusement et la placèrent dans un riche reliquaire ». Il rappelle également que « les moines de l’île gardaient aussi pieusement le souvenir d’un fait bien surnaturel dont ils avaient été témoins. Vers 667, saint Ennemond, évêque de Lyon, venait d’être égorgé par les ordres du cruel maire du palais Ebroïn. Le ciel, dit la légende, ayant pris soin du corps de ce grand saint, fit bien connaître sa sainteté à la terre, car ayant été mis sur la rivière de la Saône, en une barque sans patrons, sans rames ni gouvernail, et cet office lui ayant été rendu par des chrétiens qui révéraient le saint, mais qui craignaient de passer pour être les auteurs de sa mort s’ils accompagnaient ce corps massacré, il arriva, par un miracle, qu’en toutes les villes, bourgs et villages vis-à-vis desquels passait cette barque qui portait ce saint corps, les cloches sonnèrent toutes d’elles-mêmes ».

6Les légendes évoquant un transport miraculeux de corps par voie d’eau ne sont pas propres à la Saône. À propos du cimetière des Alyscamps d’Arles, Gervais de Tilbury relate ceci : « La coutume veut que l’on envoie depuis des lointaines régions, au fil du Rhône, le corps des morts dans des tonneaux enduits de poix et des coffres avec de l’argent renfermé, en guise d’aumône pour ce cimetière si sacré » (cité dans DUCHESNE, 1992). Le cas du village de Collonges (rive droite de la Saône) fait penser que des faits réels ont pu inspirer ces légendes. Un hameau situé sur la rive gauche de la Saône (le Vernay) dépendait de la paroisse de Collonges, sur l’autre rive. Ainsi, pour les baptêmes ou les funérailles, nouveau-nés et défunts devaient passer la Saône en bateau, sauf lorsque la rivière était trop haute ou gelée (DUC, 1971). G. Bachelard nous rappelle également « les valeurs inconscientes accumulées autour des funérailles par l’image du voyage sur l’eau [...] L’imagination profonde, l’imagination matérielle veut que l’eau ait sa part dans la mort ; elle a besoin de l’eau pour garder à la mort son sens de voyage » (BACHELARD, 1942, p. 90). Il fait également allusion à la barque de Caron, symbole de cet ultime voyage, que l’on retrouve encore figurée dans les églises au cours du Moyen Âge et même après.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search