Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Les îles : un espace fluvial à part ?

Texte intégral

1Une vingtaine de gués ont dans leur environnement ou à proximité immédiate de leur tracé supposé, une ou même plusieurs îles ou îlots. Ces îles ont pour la plupart disparu : les travaux du XIXe siècle les ont réduites, voire détruites ou rattachées à la berge par des digues au profit d’un chenal de navigation débarrassé de tout obstacle. Ainsi, au passage des îles Roy, en 1785, on comptait quatre îles et deux atterrissements de cailloux. On les appelait aussi îles de Joussoux. Au début du XXe siècle, il n’en restait plus qu’une (ROLLAND, CLOUZET, 1903).

2Les îles, depuis le bas Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne, sont généralement considérées comme des terrains privés au même titre que des terres situées sur les berges. Dans une étude de L. Laroche (1963) sur la commanderie de Mâcon, il est par exemple précisé que l’Ordre de Malte possédait encore en 1769 un pré de 18 coupées dans l’île de Montmerle. Les îles d’Albigny étaient également cultivées et fournissaient, entre autres, des fagots et des liens pour la vigne. Le droit d’attacher un batelet sur la rive voisine et d’y entreposer les produits récoltés (bois, foin, noix) leur était lié. « Sur un état d’imposition du 6 mars 1791, on trouve encore 14 îles dont certaines mesurent 10, 12 et 13 bicherées (7,2 à 1,5 hectares environ) et 7 îlots. Des îles pouvaient se former ou disparaître selon le niveau de l’eau. D’autres se formaient, s’agrandissaient ou étaient réunies au rivage ou à d’autres îles par suite d’alluvion qui pouvait, selon les besoins être provoquée ou accélérée par la construction de murs en pierre ou en tout autre matériau. Malgré l’interdiction de provoquer ces dépôts et que légalement, “les îles et îlots qui se forment dans le lit des rivières navigables ou flottables appartiennent à l’état, à moins qu ’il n ’y ait titre ou prescription contraire”. Ces modifications d’îles sont à la base de certains différends et de certains procès » (Albigny-sur-Saône, 1992). Une étude menée sur les îles de la Loire montre la diversité des cultures qui y étaient pratiquées : « Les prés occupent l’essentiel de l’espace mais on pratique aussi la culture du blé, de l’orge, des pois, fèves, lin et froment » (LE NEVEZ, 1997, p. 9). Ces terres étant généralement d’un bon rapport, on comprend que les riverains et les propriétaires n’ont eu de cesse de les protéger de l’érosion de la rivière. Plusieurs îles de Saône ont visiblement fait l’objet de travaux de consolidation pour les maintenir et les protéger de l’action destructrice du courant. Ainsi, des restes de vieux murs, non datés, sont mentionnés aux extrémités des îles de Montmerle, de Saint-Jean au nord de Mâcon et de Farges. Dans ce dernier cas, les archives des Ponts et Chaussées font état de « contreforts se rattachant à la tête de l’île ». La date de leur construction, manifestement antérieure au XIXe siècle, n’est pas connue.

3Ces constructions pouvaient également avoir pour but d’augmenter la surface de ces îles ou d’en créer de nouvelles. Ainsi, sur la Loire, N. Le Nevez (1997, p. 11) rappelle la stratégie des propriétaires qui stabilisent les atterrissements de sable pour gagner des surfaces de terrain :

« Il faut rappeler que les afféagements de grèves ne sont possibles qu ’aux propriétaires des fonds riverains au droit de ces grèves. Leur stratégie va donc être de provoquer les dépôts de sable par tout moyen et de les planter dès que possible. Des techniques variées sont utilisées : troncs d’arbres déposés et fixés aux rives, pieux battus, bateaux coulés... ».

4Les îles proches des grandes agglomérations pouvaient également être, à une époque récente, un lieu de résidence. Un plan levé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1838, montre sur l’île Beyne la propriété de Monsieur Mazurel de Lyon (fig. 84).

5La présence des îles aux abords des hauts-fonds (peut-être étaient-elles elles-mêmes des portions surélevées de ces hauts-fonds) en a probablement fait, en certains points, des étapes de passages dans le cheminement de la traversée. Elles ont également servi de cadre à diverses implantations humaines : à l’Âge du Bronze final, l’habitat du Gué des Piles était installé sur l’une d’entre elles. Sur l’île de Farges, des vestiges antiques (temple ?) sont mentionnés : « ... des fragments de colonnes cannelées, ayant 0,65 m de diamètre et une corniche sur laquelle était sculpté un animal. Avant 1860, dans cette même île, on avait mis au jour une curieuse figurine en terre cuite représentant un personnage, peut-être une divinité » (JEANTON, 1926). Cette même île a également eu une fonction de refuge pendant les guerres de religion : « Un 26 juin 1591, quelques compagnies de l’armée d’Aumont, instruites qu’une foule de paysans s’étaient retirés avec leurs bestiaux et leurs meilleurs effets sur l’isle d’Huchisi, vinrent pour les enlever : heureusement le vent était contraire, et l’on sut les repousser avec tant de vigueur que leur tentative échoua, et qu ’une grande partie se noya dans la Saône » (PUTHOD, An 8). La position défensive que représente une île au milieu d’un cours d’eau est évoquée à plusieurs reprises dans l’Antiquité : « Près de l’embouchure du Parthisque, il existe, selon Ammien, une île enserrée par le Danube et complètement isolée de la terre, et qui peut servir de refuge [...] Les nombreuses îles du Rhin, au nord de Strasbourg, servent de refuge aux fuyards, en particulier en 357. Ces îles ont disparu au XIXe siècle, à la suite du Rheinbau, mais un monastère célèbre, celui de Honau, y avait été installé au Moyen Âge, à la hauteur de la Wantzenau » (VOGLER, 1994). Refuge en période d’insécurité ou isolement spirituel, les îles de la Saône ont visiblement rempli ces deux fonctions. L’île Barbe, au nord de Lyon, abritait dès les premiers temps chrétiens un édifice religieux devenu par la suite lieu de pèlerinage dans les périodes de grandes sécheresses, notamment en 1504, 1534 et 1556. L. Niepce (1890) précise que « la chapelle Notre-Dame-de-Grâce était en si grande vénération, que lorsque les bateaux descendaient la Saône, tout l’équipage devait garder le silence et se découvrir à la vue du clocher Notre-Dame de l’île, et, en passant devant le sanctuaire, le patron, seul debout sur la poupe criait : île, salut ! ». À Grelonges, c’est probablement la position isolée qui a en partie déterminé le choix de l’île pour établir un prieuré de moniales. L’île Saint-Jean au nord de Mâcon présente des similitudes avec l’île Barbe, puisque une chapelle et un pèlerinage y sont également mentionnés. Elle aurait, de plus, abrité un ermite. Cette recherche d’un isolement au milieu d’un cours d’eau fait penser au phénomène érémitique qui se développe dans toute l’Europe aux premiers temps chrétiens. De nombreux monastères sont construits sur des îles, comme celui de l’île Skellig Michael en Irlande, celui de Reichenau sur le lac de Constance ou ceux des îles de la Méditerranée (Lérins, Hyères) par exemple. « Faire anachorèse (d’un mot grec qui évoquerait quasiment notre “prendre le maquis”) impliquait certaines fois de faire retraite dans des lieux difficiles d’accès – les îles – ou éloignés de la ville [...] À Arles, il existait dès la fin du Ve s. un autre monastère, suburbain celui-là, celui de l’insula suburbana, l’île de la Cappe, sur la rive droite du Rhône, vers la Camargue. Il pourrait remonter à l’épiscopat d’Hilaire et traduire ainsi l’impact du monachisme lérinien sur la ville » (FÉVRIER, 1986). Il serait intéressant de faire une recherche des mentions de tels établissements ou des ermites établis sur des îles de fleuves et de rivières, afin de savoir si les faits constatés sur la Saône sont exceptionnels ou s’ils s’inscrivent au contraire dans un mouvement de grande ampleur. On peut citer, à titre de comparaison, les soixante-deux îles répertoriées en 1665 entre Nantes et Ingrandes : « 21 d’entre elles portent 27 constructions dont le mode de représentation précis permet de distinguer moulins, chapelles et maisons » (LE NEVEZ, 1997, p. 8), ou encore le prieuré de Notre Dame des îles installé sur une île de la rivière d’Yonne.

6G. Jeanton (1943b) voyait dans le pèlerinage de l’île Saint-Jean, ainsi que dans d’autres exemples de pratiques similaires, en vogue sur le Rhône notamment, « des survivances d’anciens cultes païens destinés à apaiser le génie des eaux ou le fleuve divinisé ». Sans aller jusque-là, on peut penser que ces bandes de terres émergées au milieu du lit d’une rivière ont probablement toujours revêtu une certaine importance pour les riverains des deux bords, que ce soit d’un point de vue économique, stratégique et politique ou religieux.

7Il semblerait que dans l’Antiquité et durant le haut Moyen Âge, ces portions de terre isolées aient eu un statut de terrain neutre sur lequel des représentants de l’autorité politique du moment pouvaient se rencontrer pour conclure des accords. Cette perception de l’île comme une sorte de no man’s land remonterait à l’Antiquité, période à laquelle la notion de frontière fluviale semble émerger. « La notion juridique de réciprocité apparut au Ier siècle avant notre ère puisque les Romains acceptèrent, de Sylla à Pompée et à Auguste, de voir dans le fleuve un facteur historique de délimitation ; l’Euphrate en reçut un caractère de statut international, qui se manifesta de façon particulièrement évidente à la fin du règne d’Auguste quand Caius César et le roi parthe choisirent de se rencontrer dans une île, au milieu d’un cours d’eau. Pour la première fois la médiane d’un fleuve était considérée comme une limite territoriale et politique » (BASLEZ, 1994). Sur la Saône, G. Jeanton et G. Lafay (1917) mentionnent la signature, en 842, du traité de Verdun et situent l’action sur l’île des Chanillons, près de Saint-Romain-des-îles.

Fig. 84. L’île Beyne, au niveau de la commune de Quincieux, mesurait en 1838, 1100 m de long. Ce plan montre qu’elle abritait une propriété (“Maison à M. Mazurel de Lyon”), avec un parc et une allée bordée d’arbres. L’extrémité aval de l’île était renforcée par un clayonnage probablement destiné à lutter contre l’érosion de la rivière. Le projet des ingénieurs prévoit de rattacher la pointe amont de l’île à la rive droite afin de concentrer la totalité du flux dans un seul bras. Archives départementales du Rhône, série S, non classé. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 84. L’île Beyne, au niveau de la commune de Quincieux, mesurait en 1838, 1100 m de long. Ce plan montre qu’elle abritait une propriété (“Maison à M. Mazurel de Lyon”), avec un parc et une allée bordée d’arbres. L’extrémité aval de l’île était renforcée par un clayonnage probablement destiné à lutter contre l’érosion de la rivière. Le projet des ingénieurs prévoit de rattacher la pointe amont de l’île à la rive droite afin de concentrer la totalité du flux dans un seul bras. Archives départementales du Rhône, série S, non classé. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search