Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Complémentarité ou concurrence entre les gués, les bacs et les ponts ?

Texte intégral

1Les traversées des cours d’eau ne s’effectuaient pas uniquement à gué, mais aussi à l’aide d’un bac. L’usage d’un gué et l’emploi d’embarcation, lorsque la hauteur d’eau rendait le haut-fond impraticable, sont deux modes de traversée complémentaires, surtout en l’absence d’un pont. Des exemples empruntés à d’autres rivières montrent qu’un gué pouvait également fonctionner en alternance avec un pont : « La via episcolis utilisait le gué pour relier Tours et Chinon, situé à Port Huault en aval du village d’Azay-le-Rideau et c ’est au XIes. que le bourg prit de l’importance. Il le dut certainement à la construction d’un pont de bois et d’un château pour protéger le passage. Le gué perdit peu à peu de son importance, mais de 1442 à 1492, alors que le pont d’Azay était ruiné, le gué fut réutilisé pendant ces cinquante années. [...] Entre 1553 et 1592, des documents font état d’un pont le long du gué » (CHAYNES, 1992).

2À propos du Bazacle sur la Garonne, il est précisé que

« Le passage a été doublé peu avant 1219 par un pont, le pont du Bazacle, le troisième construit sur la Garonne après le Pont Vieux (1152) et le Pont Neuf ou de la Daurade, ouvert à la circulation dès 1180. [...] L’utilisation du gué, durant tout le Moyen Âge, dépendait de l’état des ponts sur la Garonne » (REY-DELQUÉ, 1990).

3Sur la Saône, des faits similaires ont pu se produire dans l’Antiquité à Chalon (unique pont romain attesté sur la Grande Saône), ou au Moyen Âge à Mâcon et à Tournus, seuls ponts médiévaux connus entre le nord de Lyon et Tournus. On sait que les bacs ont souvent été mis en place à proximité immédiate des gués et qu’à ce même emplacement, on a ensuite construit des ponts. Cette succession paraît logique si l’on considère qu’il est plus facile d’utiliser une trame de chemins préexistante que de créer un nouveau réseau viaire. De plus, les hauts-fonds naturels utilisés pour leur faible hauteur d’eau constituaient des bases solides pour ancrer des piles de pont. Cette constatation est souvent évoquée par les ingénieurs des Ponts et Chaussées pour établir l’assise des barrages sur les mêmes seuils, que ce soit sur la Saône ou sur d’autres rivières, comme l’Oise par exemple. Le site de Belleville est un exemple caractéristique de cette succession, en un même point, des trois modes de franchissement. Une carte postale du début du XXe siècle montre le bac au premier plan et au deuxième plan, le chantier de construction du pont (fig. 88). Au même endroit, un gué est figuré sur une carte du XIXe siècle conservée au Service historique de l’armée de terre (fig. 87).

4Le gué, en période sèche, constituait sans doute le moyen le plus simple de traverser la rivière. On peut également penser que sa gratuité pouvait être une motivation supplémentaire pour le préférer au bac, dont l’emprunt était taxé, comme en témoignent les archives médiévales et modernes. Les lois et ordonnances publiées dans les Annales des Ponts et Chaussées au début du XIXe siècle, alors que les ponts étaient encore soumis à péage, montrent que, même lorsqu’un pont existait, on pouvait, dans le but d’économiser une redevance, lui préférer le gué quand celui-ci était encore praticable. Ce choix n’était pas toujours du goût du concessionnaire du pont ou du bac. Un premier exemple fait état d’un concessionnaire sur la Garonne, qui avait tenté de détourner les chalands vers son pont en rendant le gué voisin hors d’usage :

« Le sieur Gérard, concessionnaire du Pont de la Cité-sur-l’Isle, avait obtenu du Préfet de la Dordogne la faculté d’établir une estacade dans cette rivière, pour empêcher le passage à gué des voitures dans un point voisin du pont... » (Annales des Ponts et Chaussées, lois et ordonnances, 1837, n° DCXLIX, 5 septembre 1836).

5Un deuxième exemple relate le rejet d’une plainte déposée auprès de l’administration :

  • « Le passage à gué d’un cours d’eau sur lequel est établi un bac ou un pont n’est pas une infraction aux droits du concessionnaire, s ’il n ’a pas pour but de couvrir une fraude à ces droits. Arrêt de la cour de Cassation, chambre criminelle.
    ... Attendu que le passage à gué, placé en dehors des prévisions et même de la raison d’être de la concession, reste un bénéfice acquis au public, sans avoir besoin d’être réservé
    ... Attendu qu ’il est constaté qu ’une voiture attelée de trois chevaux, chargée de fumier, conduite par Decante, et appartenant à Plé, a passé à gué à 80 m du pont de la Tombe
    ... rejette le pourvoi » (Annales des Ponts et Chaussées, lois et ordonnances, 1862, n° 513, 24 mai 1862).

6Dans un troisième exemple (Annexe 10), l’État donne raison au concessionnaire en ordonnant la suppression des passages à gué distants de 1200 m, tant en amont qu’en aval, de l’emplacement du pont suspendu de Moussac sur le Gardon, à l’exception du passage de Brignon (Annales des Ponts et Chaussées, lois et ordonnances, 1841, n° 1).

7Il faut croire que les plaintes et les litiges entre usagers des gués et concessionnaires des ponts à péage furent nombreux, car un arrêt de la cour de Cassation définit ce qui doit être considéré comme un passage à gué exempt de droits et ce qui constitue une infraction :

Fig. 83. Le tracé du gué d’Allériot (1) n’a pu être restitué. Deux tracés sont proposés pour le gué de Bougerot : l’un correspond à sa localisa
tion sur une carte du XIXe siècle (2) ; l’autre (3) est déterminé par la présence de vestiges archéologiques, une motte médiévale et des sites
gallo-romains, dont une nécropole qui semble border une voie d’accès à la rivière sur la rive droite. DAO Gh. Macabéo / Afan.

8« 1) Le droit du Gouvernement d’imposer un péage pour la traversée des cours d’eau est général et s’applique à tous les cours d’eau, navigables ou non, sous la même sanction pénale.

92) Le décret qui autorise l’établissement d’un pont avec ou sans péage n’est point subordonné à l’avis probable du Conseil d’État rendu en assemblée générale.

103) Le passage à gué est celui qui s’opère sur le lit même du cours d’eau, sans interposition d’aucune base artificielle. En conséquence, tout passage à l’aide de bateaux ou de voitures constitue une contravention » (Annales des Ponts et Chaussées, lois et ordonnances, 1877, n° 8, 27 janvier 1876).

11Cette définition contredit le deuxième jugement cité et traduit probablement la pression qu’ont dû exercer les propriétaires de concessions soucieux de rentabiliser leur investissement.

12Aucun document (ancien ou récent) concernant précisément la Saône n’a pour le moment été retrouvé. Le gué de la Casaque est le seul passage pour lequel l’hypothèse d’une possible concurrence entre le gué et le bac a été proposée. Une recherche ciblée dans les archives permettrait sans doute de découvrir quelques cas de litige entre usagers des gués et détenteurs des redevances dues au passage sur un pont ou au moyen d’un bac.

13D’autre part, une note écrite par L. Bidault de Grésigny en 1920, suggère que non seulement des passeurs de gués ont pu exister sur le cours de la Saône, mais qu’en plus, leur service impliquait une rétribution, probablement non officialisée : « Grâce à l'intelligente protection de l’Administration du Service de la Saône, j’ai pu sauver bon nombre d’objets qui, à n’en pas douter, fussent promptement allés rejoindre à l’étranger quantités d’autres monuments de l’Âge du Bronze et de l’époque gallo-romaine. Un ouvrier était chargé par moi de recueillir tous les débris intéressants que les dragues arracheraient au lit de la Saône. De mon côté je dirigeai des fouilles et des sondages dans les propriétés particulières contiguës à la rivière. Enfin, je me livrai à un examen fréquent des gués et des berges. Les passeurs des gués à péage, ou les dragues opérant sur leurs emplacements me donnèrent quantité d’objets intéressants ». Ces passeurs, probablement des riverains connaissant parfaitement le lit de la rivière, devaient guider les voyageurs afin que la traversée se déroule sans incident. On peut supposer que la traversée d’un chariot lourdement chargé ne s’improvisait pas. Ces passeurs devaient offrir leurs Services aux abords des “grands gués”, ceux qui étaient utilisés par les voyageurs à longue distance ne connaissant pas le cheminement à suivre.

Table des illustrations

Légende Fig. 83. Le tracé du gué d’Allériot (1) n’a pu être restitué. Deux tracés sont proposés pour le gué de Bougerot : l’un correspond à sa localisation sur une carte du XIXe siècle (2) ; l’autre (3) est déterminé par la présence de vestiges archéologiques, une motte médiévale et des sitesgallo-romains, dont une nécropole qui semble border une voie d’accès à la rivière sur la rive droite. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search