Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Les gués ont-ils tous fonctionné simultanément ?

Texte intégral

1Le croisement des données historiques et archéologiques permet de recenser, toutes époques confondues, soixante-treize possibilités de traversée à gué sur 166 km de rivière, entre l’amont de Lyon et Verdun-sur-le-Doubs, soit un passage tous les 2,3 km environ. Cet inventaire présente des disparités, au niveau du degré de connaissance de chaque gué, dues essentiellement au problème de suivi des travaux menés dans le lit de la rivière. Malgré ces manques, il est possible, à partir d’observations effectuées sur les cas les mieux documentés, d’émettre des hypothèses sur la fréquentation de ces lieux de franchissement au fil des siècles et de proposer des pistes de recherche pour affiner cette analyse.

2Les passages à gué pour lesquels on dispose de nombreuses données (suivi de dragages, plongées de prospection, fouilles) ont tous livré un mobilier archéologique abondant, dont la répartition chronologique va la plupart du temps du Néolithique au XIXe siècle. Cette diversité chronologique n’est pas propre à la Saône, mais semble caractériser les gués dans leur grande majorité sur l’ensemble du territoire. Ainsi, pour la Loire, G. Cordier (1973) parle d’objets « appartenant à des époques diverses, s’étendant du Néolithique jusqu’à nos jours ». À propos de la Seine et de l’Yonne, H. Verdier de Pennery (1959) mentionne une majorité d’objets protohistoriques et gallo-romains, mais il précise que les périodes préhistoriques et mérovingiennes sont également bien représentées. Des dragages de l’Oise, pratiqués à la limite des communes de Verberie, Longueil-Sainte-Marie et Rivecourt ont livré « un matériel archéologique abondant. La céramique est représentée de La Tène II au XIXe siècle » (CAUX, 1972). Sur la Marne, au gué de Chézy-sur-Marne, l’inventaire des objets recueillis montre « que le gué a été fréquenté depuis la période chalcolithique jusqu’au Moyen Âge » (CHEVALLIER, 1963b). Une observation similaire a été faite à propos des découvertes effectuées dans la Garonne, sur le gué du Ramier du Bazacle : « G. Fouet et G. Savès ont évalué l’importance de ces trouvailles : 4275 objets pour l’essentiel métalliques, le plus souvent en parfait état de conservation, qui se répartissent en 1915 monnaies, 290 méreaux et 2 520 objets divers, le tout s’échelonnant de la période antique au Second Empire. Ces objets sont donc la preuve d’un passage continu pendant une période d’environ dix-neuf siècles » (REY-DELQUÉ, 1990).

3Cette large représentation chronologique ne signifie pas pour autant que les gués ont tous connu une fréquentation assidue et ininterrompue pendant près de 5000 ans. On peut aussi supposer que tous ces passages n’avaient pas la même importance ni le même niveau d’utilisation, comme le montre l’étude d’un gué sur la Vienne :

« Reconnaissons l’importance du passage de la Vienne à Verthamont, à peu près à mi-distance entre les ponts de Limoges et d’Aixe. Mais n’oublions pas qu’il existait d’autres gués sur la Vienne de part et d’autre de Limoges, les uns d’importance à tout le moins régionale, comme celui de la Salesse près de Saint-Priest-Taurion, utilisé aussi lors des guerres de Religion et celui du gué de la Roche en aval d’Aixe-sur-Vienne. Les autres gués avaient au plus une importance locale : ainsi le gué des Isles, situé sous le bourg actuel d’Isle et autrefois en bordure du domaine de l’évêque de Limoges, et celui de l’Aiguille, à quelques hectomètres en amont du gué de Verthamont » (LACOTTE, 1991).

4Un passage sera préféré à un autre à un moment donné de son histoire pour franchir la rivière, pour différentes raisons liées soit au degré d’anthropisation des rives, soit à la configuration naturelle du haut-fond et des berges.

5On voit bien, d’après l’inventaire des sites découverts aux abords de ces passages et d’après les motifs de traversée, que la présence d’un habitat à l’âge du Bronze, le passage d’une voie de circulation sur une longue distance ou l’implantation d’un riche domaine à l’époque gallo-romaine, celle d’une ville, d’une foire ou d’un marché aux époques plus récentes, pouvaient faire d’un gué un passage très fréquenté, parfois de façon saisonnière. Sur les soixante-treize gués repérés le long de la Grande Saône, une certaine proportion n’avait sans doute qu’un usage local, permettant de relier deux communautés établies de chaque côté de la rivière ou un groupe humain et ses terres situées sur la rive opposée.

6L’analyse de certains passages de la Saône montre que des points de traversée ont pu connaître une fréquentation importante durant l’Antiquité et le Moyen Âge, puis tomber presque dans l’oubli au cours de la période moderne, comme l’a montré l’étude détaillée du Port Guillot. D’autres passages ont apparemment connu une histoire similaire.

7L’exemple de Farges montre qu’au XIXe siècle, le gué ne servait plus qu’aux traversées du bétail, alors que dans l’Antiquité ce passage était probablement plus important, puisque des constructions de cette période sont mentionnées au milieu de la rivière, sur l’île. Sur la rive droite, G. Jeanton (1932a) décrit aussi les restes d’une mansio (« nombreux vestiges de construction et de tegulae ») qui était implantée au bord de la voie romaine d’Agrippa, à son intersection avec le chemin qui mène au port de Farges. Des vestiges antiques sont également signalés sur l’autre rive, en face du port et à la pointe sud du bois de Maillence, où des pierres de construction ont été observées dans la berge (renseignement J. Duriaud).

8Dans le cas du passage de Chauvort, c’est l’inverse qui se produit : une faible fréquentation aux périodes anciennes et un passage réputé au Moyen Âge et à l’époque moderne. En effet, aucune découverte se rapportant aux âges du Bronze ou du Fer n’est recensée. Dans le bourg de Petit Chauvort se trouve un important site laténien (GUILLOT, 1971 ; BARRAL, 1992), qui a souvent été mis en relation avec le gué de Chauvort malgré l’absence de découvertes fluviales contemporaines de cette occupation. Cela tient en partie au fait que le nom même de Chauvort a été attribué à l’époque celtique : cavoritum, de ritos qui signifie gué, d’après P. Lebel (1953), sans que l’on puisse dire si cette étymologie est fondée ou non. Pour la période romaine, il n’existe que la mention de céramiques draguées à l’île Billotte (fichier L. Bonnamour), près du haut-fond, ainsi qu’une trouvaille fortuite signalée par L. Armand-Calliat (1937) : il s’agit de trois éléments de vaisselle en bronze découverts au Petit Chauvort en 1870 près de la Saône, auxquels étaient associés de nombreuses tuiles à rebord et une monnaie de Tibère. Ils sont aujourd’hui conservés au Musée des Antiquités Nationales (TASSINARI. 1975). Durant tout le bas Moyen Âge, Chauvort a visiblement été un important lieu de passage ainsi qu’un port fluvial fréquenté. J. Richard (1950) en a étudié les archives : « C’est le passage de Chauvort qui fait l’importance de ce bourg et de son château, bien plus que les trois autres “porteaux” de Verdun (Bragny, Saunières et les Bordes). C’est à Chauvort, en effet, que la route venant des passages du Jura franchissait la Saône pour se diriger sur Autun et la vallée de la Loire. Tous ces passages, contrôlés par le château de Verdun, fief des comtes et des évêques de Chalon, donnent lieu à la perception de péages sur les bateaux, sur les routes traversant le Doubs ou la Saône ». Ce passage a été utilisé par un commerce à longue distance : « Les vins de Beaune y passent par grandes quantités (au XIVe s., à côté de ceux qui y franchissent la Saône, on y embarque les tonneaux destinés à la cour d’Avignon), ainsi que les cuirs du Morvan, ceux de la région beaunoise ou nuitonne, et les draps ou les harengs que l’on porte à Belle-vèvre ou à Lons-le-Saunier ». L’activité de cette portion de Saône est aussi fortement liée à des événements ponctuels ou saisonniers, comme la foire de Ciel. Quelques céramiques médiévales sont signalées dans les trouvailles anciennes de dragage et l’inventaire du Musée Denon recense onze objets d’époque moderne, en provenance de Chauvort (de la céramique, une dague et un casque). Ce gué est cité à deux reprises dans le courant du XIXe siècle et on le retrouve même sur une carte d’état-major au 1 : 80 000 datée de 1870 (fig. 16). Son tracé, indiqué en pointillé, a été reporté sur l’extrait de carte de 1862 (fig. 81,4). Il partait de la rive gauche, aux environs du PK 164,850 et arrivait sur l’autre rive vers le PK 164,650, ce qui représente un cheminement d’un peu moins de 300 m de long. On le retrouve dans les mémoires et reconnaissances de l’armée : « gué en aval du bac de Chauvort » et « entre les deux Chauvorts, où l’on voit que sa direction, après avoir été oblique en descendant remonte ensuite aussi obliquement ». La prépondérance de ce passage au Moyen Âge a fait supposer à plusieurs auteurs son importance aux époques antérieures, notamment aux âges du Fer, mais rien n’est moins sûr, car d’autres possibilités de traversée existent à proximité et le franchissement de la rivière a très bien pu se décaler d’un ou deux kilomètres selon les époques. Si on se réfère aux trouvailles effectuées dans l’eau, on aurait plutôt tendance à penser que c’est le gué d’Allerey, situé à quelques centaines de mètres en aval, qui aurait été utilisé de préférence durant la période laténienne. Cette hypothèse est très fragile puisqu’elle repose sur la notion de présence/absence de mobilier et on sait très bien que nombre d’objets ont été soustraits à la connaissance des archéologues sur tout le cours de la Saône. Cependant, le secteur d’Allerey n’a pas été mieux surveillé que celui de Chauvort ; on peut donc penser que si des armes laténiennes avaient été trouvées à Chauvort, on en aurait au moins eu connaissance par des témoignages oraux. Cette zone du sud de Verdun, où convergent trois cours d’eau (la Saône, la Dheune et le Doubs), et par là même trois grands couloirs de circulation a, dès la protohistoire, fixé les établissements humains. Mais les données des sites fluviaux sont insuffisantes pour arriver à déterminer quel passage pouvait être préféré à un autre. Sur quatre kilomètres de rivière, du PK 163 au PK 167, il existe quatre hauts-fonds (Allerey, Chauvort, Dheune et Verdun), donc quatre possibilités de traverser à gué (fig. 81). Il est d’ailleurs possible que tous aient pu être fréquentés en même temps, certains pour un usage local, et peut-être un ou deux privilégiés pour les trajets sur de longues distances. C’est ce qui ressort au Moyen Âge pour Chauvort, mais ce phénomène ne s’applique pas forcément aux époques antérieures. Le seul moyen de prouver que cette hypothèse régressive est exacte consisterait à démontrer archéologiquement l’ancienneté supposée des chemins d’accès, ce qui n’a jamais été fait.

9Sur la Seille, principal affluent de la Grande Saône, G. Jeanton (1926) a également étudié les possibilités de traversée qui existaient à Ratenelle, localité des bords de Seille située à 5 km de la Saône. Il ne dénombre pas moins de trois gués dans un espace d’à peine un kilomètre : « Le plus septentrional, le gué du Carrouge, servait à la voie romaine de Romenay à Préty, celui du milieu, le gué du Sable, doit remonter au Moyen Âge, il servait certainement à la desserte d’un chemin ancien venant de Sermoyer [...] Ce chemin est encore indiqué sur les cartes d’état-major. Le gué le plus méridional, celui de la Pierre, devait probablement servir à une voie antique suivant la même direction, et que le chemin du Moyen Âge a doublée ». Il décrit ensuite les vestiges d’un de ces gués, montrant par là le potentiel archéologique que pourraient encore receler certains affluents ou petites rivières : « M.A. Lagrange a établi l’existence d’une voie romaine venant de Romenay et aboutissant sur la Seille au port de Lissiat. D’après des précisions recueillies auprès des plus anciens habitants de Ratenelle, cette voie traverse la Seille au lieu-dit le Carrouge. Aux basses eaux, lors des chômages de la rivière, on distingue parfaitement une chaussée pavée en pierres blanches, sans doute de Lacrost. Légèrement en oblique sur le cours de la Seille, elle saille considérablement au-dessus des fonds environnants qui sont sableux » (LUC, LAGRANGE, 1932).

Fig. 81. La Saône entre Verdun-sur-le-Doubs et Verjux. Sur neuf kilomètres de rivière, six possibilités de traversée à gué ont été recensées : le tracé du gué de Verjux (1) n’a pu être restitué ; celui du gué de Raconnay (2) a été en partie reconnu en plongée ; le gué d’Allerey (3) est mentionné au XVIIIe siècle mais ses accès restent à localiser ; le gué de Chauvort (4) est figuré sur une carte du XIXe siècle ; celui de la Dheune (5) est également pointé sur une carte du siècle dernier et celui de Verdun (6) est signalé dans les archives des Ponts et Chaussées en aval du barrage. A partir de Verjux, plusieurs cheminements, en direction de Verdun ou des différents passages à gué. sont encore visibles en 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.

10Des recherches plus récentes, menées par A. Barthélémy (1975), lui ont permis de dresser une carte des sites de la Seille aux environs de Romenay. Il a pratiqué un sondage vers l’un des débouchés supposés de gué mentionnés par G. Jeanton. La coupe effectuée dans la berge a effectivement livré du mobilier d’époque romaine. Il rappelle également qu’au XVIIIe siècle, le pont routier actuel n’existait pas, et cite à ce propos « la revendication des habitants de Romenay dans leur cahier de doléances, au sujet de l’obligation qui leur est faite d’aller chercher le sel de gabelle à Tournus, en traversant la Seille où l’on court les risques de périr ».

11J.-M. Desbordes (1981) explique les trois emplacements successifs du franchissement de la Corrèze vers Brive par des changements d’itinéraires entre l’Antiquité et le Moyen Âge : « Le premier passage, établi à plus d’un kilomètre de l’agglomération murée du Moyen Âge, dessert les structures gauloises et gallo-romaines de Roumégoux, sur la rive droite de la rivière ; l’ampleur de ces vestiges, qui s’étendent sur plus de 10 km, suggère l’hypothèse d’un vicus. Le second passage, déjà plus proche de la ville médiévale, peut être mis en relation avec un centre de décision politique et religieux établi au carrefour des grands itinéraires ; Grégoire de Tours place à Briva Carretia, Brive sur la Corrèze, le couronnement du roi Gondebaud au IVes. et une basilique richement ornée. Le troisième, pour ainsi dire contigu aux murailles de la ville au XVes., est évidemment lié à la prospérité d’une agglomération marchande commerçant avec Limoges et Paris ».

12Sur la Saône, un phénomène comparable d’adaptation et de déplacement d’un passage, en fonction de l’évolution des implantations sur les berges, est probable dans le secteur compris entre les PK 98 et 102 (communes de Fleurville et d’Uchizy), où les gués de Fleurville, de Jean de Saône et de l’île de la Mothe ont probablement existé de façon alternée. Cette hypothèse repose sur plusieurs éléments, comme la présence d’un abondant mobilier archéologique réparti sur deux kilomètres de lit mineur au gué de Jean de Saône. G. Jeanton (1934a), qui a étudié le réseau viaire implanté sur les berges, constate que « ce passage de la Saône entre Mirande et Chamerande paraît un des plus anciens et un des plus importants sur la Saône. Il semble s’être fait d’abord au port du Perron (PK 98,5 environ), puis plus tard, un peu plus haut au port Jean de Saône où était en dernier lieu le bac, et où au Moyen Âge se trouvait un château aux sires de Montbellet dont l’emplacement s’appelle encore la Motte ». Ce dernier point correspond au gué de l’île de la Mothe localisé entre les PK 101 et 102. Un haut-fond est signalé dans les archives des Ponts et Chaussées et deux limites communales arrivent à la Saône l’une en face de l’autre : sur la rive droite, celle de Montbellet / Uchizy et, sur la rive gauche, celle de Saint-Bénigne / Arbigny. Cette dernière limite suit un chemin appelé, sur la carte de la Saône de 1862, “chemin vicinal ordinaire du Grand Gué” (fig. 76). Dans cette zone particulièrement riche et complexe, où les travaux ont été destructeurs, la dénomination de ce chemin est un élément de compréhension supplémentaire. Il comporte en effet une notion d’ordre de grandeur et donc d’importance. Le gué de l’île de la Mothe pourrait être celui qui aurait définitivement supplanté les deux autres passages mentionnés (Fleurville et Jean de Saône). Les raisons de cette éventuelle migration pourraient résulter de la construction du château à la hauteur d’un seuil naturel, et dont le toponyme “la Mothe”, présent au niveau du PK 101,5, garderait le souvenir. Là encore, seule une étude poussée des microtoponymes, des archives et de tous les anciens plans et cadastres disponibles pour cette zone serait en mesure de fournir des précisions sur ce déplacement. Dans tous les cas, l’utilisation du haut-fond de la Mothe en tant que gué est confirmée par sa présence dans la liste établie pour le 7e corps d’armée de Besançon : « gué de la Mothe, à 150 m en aval de la borne kilométrique 101 ». Il est également cité dans les archives de Vincennes : « à 200 m, au-dessous d’Uchizy, au point où se trouve le bac (PK 102,100), on rencontre deux gués : un à la tête de l’île d’Arbigny [...] un second à l’extrémité de la deuxième île (on les nomme aussi îles de Broix) » (MR 1203, DUMESNIL, 1835). Il est fort probable que la deuxième île dont il est question soit celle de la Mothe, et que l’extrémité citée soit la pointe aval de cette dernière, car cette localisation correspond à celle de la liste établie par les Ponts et Chaussées.

13L’étude de J. Richard sur les passages de Saône entre Pontailler et Verdun-sur-le-Doubs (Petite Saône) met en évidence l’influence des décisions politiques et économiques sur les axes de circulation : « les modifications apportées aux XIIe et XIIIe s. au statut des rives de la Saône par l’ entreprenante politique des ducs de Bourgogne – et, plus tard, des rois de France – paraissent avoir amené un remaniement complet de la carte des ports et passages » (RICHARD, 1950). Une étude similaire sur la Grande Saône apporterait sans aucun doute de nouveaux éléments qui faciliteraient la compréhension de l’évolution des lieux de traversée en certains points. Cette lutte d’influence concernant le contrôle des points de passage obligés n’est pas propre à la Saône. Au Moyen Âge, sur le site d’Echandens-la Tornallaz (VD, Suisse), la construction d’un poste de surveillance à proximité du passage de la Venoge aurait été nécessaire, alors qu’une concurrence entre deux tracés, l’un taxé et l’autre pas, avait lieu. Les auteurs suggèrent « la possible interdiction d’aller passer cette même rivière sous Bussigny pour éviter le développement d’un itinéraire d’évitement du péage » (PLUMETTAZ, ROBERT-BLISS, 1992).

14D’autres facteurs, d’ordre naturel, ont pu provoquer le déplacement d’un gué dans un rayon de quelques dizaines ou centaines de mètres et entraîner un simple changement de cheminement. C’est probablement ce qui s’est produit au passage du Port de Grosne où, sur une zone d’un kilomètre, trois tracés différents ont été reconnus (fig. 82). Ce gué qui assurait le franchissement de la Saône entre les communes d’Ouroux et de Marnay, a livré du mobilier archéologique néolithique ainsi qu’un riche gisement de l’Âge du Bronze final (voir chapitre Âge du Bronze). Les éléments du deuxième Âge du Fer sont plus nombreux et localisés en plusieurs points dans le lit de la rivière : aux PK 127 et 127,500 du côté de la rive droite, et entre les PK 128,300 et 128,600 plutôt près de la rive gauche. C’est sur ce haut-fond que le plus grand nombre d’armes laténiennes ont été récupérées (douze épées, sept lances et une poignée de bouclier) ; il faut y ajouter deux broches et quelques céramiques (fig. 61, nos 21 à 25). La présence d’importants vestiges gallo-romains rend probable l’utilisation du gué à cette époque, mais son tracé reste difficile à restituer (voir chapitre sur le réseau viaire). Des objets d’époque médiévale ont également été découverts sur ce gué. Dans le village de Marnay, à 900 m de la Saône, il existait probablement une poype. Le toponyme “motte” désigne un chemin cernant un terrain de forme ovale. À quelques mètres au large de la ligne de pieux supposés d’époque romaine, en bordure d’un trou de drague, et plus que probablement en majeure partie détruit par celui-ci, subsistent les restes d’un aménagement constitué d’un ligne de piquets en bois blanc, conservée sur une longueur de huit mètres environ (BONNAMOUR, 1993b). Près de la rive opposée, vers le PK 128,500, sur une longueur d’environ 150 m, une ligne parallèle à la berge, constituée également de piquets en bois blanc, a pu être observée en bordure d’un trou de drague. Elle pourrait correspondre à un ancien dispositif de protection de la berge. La datation radiocarbone de deux de ces piquets les situe l’un au XIVe siècle et l’autre entre le XVe et le XVIIe siècles. Un port existait au XVe siècle sur la rive droite : une ordonnance de Jean sans Peur le cite parmi les cinq ports ducaux auxquels l’importation du sel est réservée (Pontailler, Auxonne, Saint-Jean-de-Losne, Chalon et Marnay ; RICHARD, 1950), prouvant par là son importance.

15Une dizaine de céramiques, deux récipients en étain, une sonde de drague à main, ainsi que des éléments de radeaux montrent que le secteur, notamment au voisinage et en amont du port de Grosne, a connu une fréquentation et une activité jusqu’au XIXe s. L’existence d’un gué est d’ailleurs attestée par sa mention dans la liste établie pour le 7e corps d’armée de Besançon. Des indications précises permettent de reconstituer son tracé. Les accès sont situés, sur la rive droite, à 1 000 m en aval du port de Grosne, ou à 1 800 m du village de Marnay (PK 127,400), et sur la rive gauche, à 360 m en amont de la borne K 127 (PK 127,360). Plusieurs témoignages recueillis par L. Bonnamour font également état d’un gué, encore utilisable exceptionnellement au XXe siècle : « 1971 : Emmanuel Corcelles, ancien dragueur habitant au hameau de Velard à Ouroux, m ’a affirmé avoir traversé la Saône à gué en août 1944, après la destruction du barrage de Gigny, en partant du clayonnage au voisinage de Curtil Brenot (PK 128), pour aboutir près des abreuvoirs de Marnay (environs du PK 127,500) ». D’après un autre témoin, le gué serait situé en face de l’arrivée de la rue d’Ouroux, chemin aboutissant à la Saône au PK 128 et conduisant d’une part à Velars et d’autre part à Saint-Germain-du-Plain (fichier L. Bonnamour). Il faut noter que de part et d’autre de la Saône, se trouvent deux limites communales (fig. 82) : sur la rive droite celle de Marnay/ Gigny (PK 126,750) et sur la rive gauche, celle d’Ouroux / Saint-Germain-du-Plain (PK 127,550).

16On voit que les tracés reportés sur la carte d’après les archives et les témoignages ne concordent pas du tout en ce qui concerne les débouchés du gué sur les rives. Le premier gué correspond aux zones de découvertes du deuxième Âge du Fer et d’époque gallo-romaine (fig. 82, n° 1). L’orientation de son tracé est sensiblement la même que celle qui a été repérée par les riverains au milieu du XXe s. (n° 3), alors que toutes deux sont en complète contradiction avec le tracé donné dans les archives (fig. 82, n° 2).

17Il apparaît possible que les riverains aient retrouvé en 1944 l’usage du gué le plus ancien et non pas celui du XIXe siècle, qui semble avoir disparu des mémoires. Ce phénomène reste difficile à expliquer. On pourrait supposer que les indications contenues dans le document établi par les Ponts et Chaussées sont fausses, mais cela est peu plausible étant donné sa précision et sa concordance, sur la rive gauche, avec un chemin d’accès, ainsi que sur la rive droite, avec un débouché également mentionné un siècle plus tard. Il faut plutôt penser que le haut-fond a évolué et subi des modifications dans sa configuration, tout en restant localisé dans une zone couvrant 1,5 km. Seule une étude de terrain plus poussée permettrait de mieux comprendre l’évolution de ce gué.

18D’autres exemples de passages ayant connu des modifications d’ordre morphologique peuvent être cités.

19À Grelonges, le gué du XIXe siècle n’était sûrement pas le même que celui des périodes antérieures au XIVe siècle. Une modification du lit de la rivière, dont la cause n’est pas clairement déterminée, serait à l’origine du déplacement du gué. À Ouroux, le secteur du gué de la Casaque a été perturbé par des mouvements géologiques qui ont pu rendre impraticable le seuil aménagé durant l’Antiquité.

20Les interventions humaines, la mise en place de certains aménagements, notamment aux époques médiévales et modernes, ont également pu provoquer une modification suffisante du régime de la rivière pour rendre son franchissement impraticable en certains points, soit momentanément, soit sur de plus longues périodes. Aucun exemple n’a pu être mis en évidence sur la Saône, mais des cas relevés sur d’autres cours d’eau montrent que cette hypothèse n’est pas à négliger : J.-M. Desbordes (1979), à propos du franchissement de la Briance, cite un « gué au lieu-dit Enguemort, corruption probable du Limousin en gô mort, ce qui suggère un gué abandonné, délaissé par le trafic. L’édification d’un barrage sur la rivière, en aval et à faible distance du gué, a relevé le plan d’eau et a condamné le passage ». R. Lacotte (1991), au sujet du passage de la Vienne au gué de Verthamont, se demande pourquoi on a implanté un bac au XVIIIe siècle « là où un gué avait suffi pendant des millénaires. Vraisemblablement parce que le passage à gué était devenu très difficile. En effet, en 1740, existait au Bas-Caillaud, à un kilomètre en aval, un moulin à farine, lequel fut transformé en papeterie avant 1760 par son propriétaire, le sieur Romanet du Caillaud. Y eut-il surélévation de la digue pour produire davantage d’énergie ? C’est possible, ce qui aurait accru le remous, donc gêné le passage à gué ». A. Chaynes (1992) a relevé des faits semblables sur l’Indre : « Ce gué semble avoir été le passage le plus ancien [...] Au Moyen Âge, l’implantation de moulins accompagnés de déversoirs a provoqué une hausse du niveau de l’eau rendant le gué inutilisable. Il a fallu construire un pont, d’autant plus que l’on venait d’aménager une belle voie le long de l’Indre. Après l’écroulement de celui-ci, ses pierres ont servi à aménager provisoirement un second gué, immédiatement au pied du pont ». On peut enfin noter que selon les sources exploitées, la localisation d’un passage potentiel peut être différente. C’est le cas du gué de Bougerot, figuré au XIXe siècle sur une carte d’état-major avec suffisamment de précision pour qu’on puisse en situer les accès : il part de la rive droite au niveau du PK 153,3 pour déboucher sur la rive gauche au PK 152,7, ce qui représente un cheminement de 600 m (fig. 83). Cette localisation correspond à divers témoignages de riverains recueillis dans les années 60. Ce gué est également cité dans les reconnaissances militaires ainsi que dans l’inventaire des Ponts et Chaussées dressé en 1874. Cependant, plusieurs indices relevés sur les berges inciteraient à localiser ce passage à 800 m en aval. Il s’agit d’une motte médiévale (“La Motte Nozillot”), de sites gallo-romains, dont une nécropole qui pourrait border une voie d’accès à la rivière sur la rive droite (lieu-dit “Mare Mousseau”), et de deux limites communales. Un important haut-fond existait dans le lit de la rivière comme en témoignent les digues figurées sur la carte de 1862 (fig. 83). Les travaux de dragage pratiqués depuis le XIXe siècle jusqu’à une époque récente ont livré du mobilier archéologique d’époques diverses (Néolithique, Âge du Bronze, Antiquité, Moyen Âge) mais ont fortement perturbé ce secteur, hypothéquant ainsi la possibilité de savoir si le tracé de ce gué a évolué au fil des siècles.

Fig. 82. La traversée à gué de la Saône au niveau de la commune de Marnay (gué du Port de Grosne) a probablement évolué en fonction de la configuration du haut-fond naturel. Le tracé n° 1 correspond aux zones de découverte des vestiges du deuxième Âge du Fer et de l’époque romaine. Le tracé n° 2 est signalé dans les archives du XIXe siècle et le troisième cheminement (qui est proche du n° 1) a été suivi par les riverains à la fin de la Seconde Guerre mondiale, après la destruction des barrages. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 81. La Saône entre Verdun-sur-le-Doubs et Verjux. Sur neuf kilomètres de rivière, six possibilités de traversée à gué ont été recensées : le tracé du gué de Verjux (1) n’a pu être restitué ; celui du gué de Raconnay (2) a été en partie reconnu en plongée ; le gué d’Allerey (3) est mentionné au XVIIIe siècle mais ses accès restent à localiser ; le gué de Chauvort (4) est figuré sur une carte du XIXe siècle ; celui de la Dheune (5) est également pointé sur une carte du siècle dernier et celui de Verdun (6) est signalé dans les archives des Ponts et Chaussées en aval du barrage. A partir de Verjux, plusieurs cheminements, en direction de Verdun ou des différents passages à gué. sont encore visibles en 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17542/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 82. La traversée à gué de la Saône au niveau de la commune de Marnay (gué du Port de Grosne) a probablement évolué en fonction de la configuration du haut-fond naturel. Le tracé n° 1 correspond aux zones de découverte des vestiges du deuxième Âge du Fer et de l’époque romaine. Le tracé n° 2 est signalé dans les archives du XIXe siècle et le troisième cheminement (qui est proche du n° 1) a été suivi par les riverains à la fin de la Seconde Guerre mondiale, après la destruction des barrages. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search