Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Pourquoi traverser la rivière ?

Texte intégral

1L’abondante documentation historique et archéologique exploitée dans le cadre de cette étude révèle différents motifs de traversée. Il faut tout d’abord préciser que si la Saône a été pendant longtemps une frontière politique et territoriale, les actes des riverains montrent qu’elle ne constituait pas, à leurs yeux, un obstacle infranchissable, bien au contraire. La notion de limite territoriale, que ce soit à l’échelle d’une commune ou d’une entité plus vaste, serait d’ailleurs à revoir au cas par cas, car plusieurs exemples de possessions localisées sur la rive opposée ont été recensés.

2À Thoissey, port situé sur la rive gauche, existait un péage important mentionné dès 1232. Les voitures, marchandises et denrées venant de la Bresse étaient taxées à l’embarquement et un péage était acquitté au confluent de la Chalaronne, pour tout ce qui était transporté par la rivière (DESBAT, 1990). Un fort, dont l’existence est attestée au XVIe siècle, a été implanté à Thoissey où la Saône n’est pas large, facile à franchir et visible sur deux kilomètres. Il existait également une maison forte, appartenant à la Dombes (rive gauche), mais située en terre beaujolaise (rive droite). L. Desbat (1988), qui a reconstitué l’histoire du port de Thoissey, explique le rôle que pouvait jouer cette enclave côté Royaume : « Sans doute permettait-elle d’assurer la liaison et le trafic entre les deux rives, d’exercer une surveillance plus efficace et de confirmer le prestige de la souveraineté de Dombes qui avait ainsi l’honneur de poser un pied en terre beaujolaise ».

3La commune du Villars (rive droite) possédait, jusqu’à la Révolution, des prés sur la rive gauche de la Saône, qui nécessitèrent la construction d’un bac pour la rentrée des récoltes (MARTIN, DARD, 1920).

4Des terres situées sur le territoire d’Arbigny (rive gauche) appartenaient « de temps immémorial » à la commune d’Uchizy (rive droite). Il semblerait, dans ce cas précis, que cet état de fait ait causé quelques difficultés relationnelles entre les riverains des deux bords. Puthod (An 8) en fait état dans son Dictionnaire Mâconnais : « Les habitants de cette commune avaient au-delà de la rivière de Saône, des bois spacieux, propres à la chasse. Il revenait à l’abbaye, pour un sanglier pris, la tête et les pieds ; pour un cerf ou une biche, l’épaule. Mais des désordres qui survinrent, occasionnés par les prétentions d’un village voisin, Arbigny, attirèrent l’œil du magistrat ; et une sentence arbitrale de l’an 1487, secondement un arrêt du conseil d’état, forcèrent depuis les habitants à convertir leurs bois en prés ou terres labourables. Telle est l’origine de la prairie d’Huchisi. [...] Cette commune d’Huchisi faisait exception à la règle générale, qui voulait que la rivière de Saône séparât entièrement la Bresse du Mâçonnais ». La commune d’Uchizy utilisait encore au XIXe siècle ces terres comme pâturage, faisant ainsi traverser le bétail à gué pour s’y rendre. Cette pratique existait sur d’autres cours d’eau au début du XXe siècle, comme le montre une carte postale de la rivière d’Ain à Pont-d’Ain (fig. 79). Dans le cas d’Uchizy, elle est la source d’un conflit avec l’admi nistration des Ponts et Chaussées qui souhaite approfondir le chenal : « Le principal argument qu’on a fait valoir à l’appui de cette pétition, c’est que la commune d’Uchizy propriétaire de vastes pâturages sur la rive gauche de la Saône, y envoie maintenant son bétail en lui faisant traverser la rivière à gué, sauf à l’époque des hautes eaux ; et qu’elle sera privée de cet avantage si l’on ouvre un chenal dans le bras droit » (voir annexe 6). Un autre exemple de franchissement de la Saône par du petit bétail, cette fois pour la glandée, est cité à Chauvort où, en 1468, 700 porcs passent par le portail de Chauvort « du Royaume en l’Empire pour mener es paissons es bois de Chaussins et qui despuis ont esté ramenez dudict Empire ou Royaulme » (RICHARD, 1950), attestant l’existence de transhumances sur de longues distances.

Fig. 77. Le secteur de Belleville en 1862. La motte médiévale est encore visible : implantée en bordure immédiate de la Saône, elle contrôlait le passage et un péage en dépendait. On peut également noter la présence des toponymes “Commanderie” (un établissement hospitalier lié à une route fréquentée) et “Aiguerande” (terme frontière), ainsi que l’existence de deux limites de communes. La construction des digues au XIXe siècle témoigne de la difficulté que présentait le passage (haut-fond + île + confluence de l’Ardière). DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 78. Carte postale du début du XXe siècle montrant la motte médiévale de Riottier surmontée d’une construction moderne et dominant la Saône. Document Musée Denon. Chalon-sur-Saône.

Fig. 79. Le gué de Varambon sur la rivière d’Ain. Les vaches vont paître dans les brotteaux de la rive opposée en suivant le gué. Carte postale du début du XXe siècle (d’après ANDRE. PETIT, 1988).

5Des migrations saisonnières, nécessitant le franchissement du cours d’eau, avaient également lieu pour d’autres événements ponctuels, tels que les foires. Ainsi, l’étude des recettes de 1468-1469 du port et du passage de Chauvort montre que « la foire de Ciel provoque le passage de gens venus de loin (de Saulieu, de Saint-Saulge, de Châtillon-en-Bazois, d’Autun) avec des cuirs, des écorces pour les tanneries, des bovins et des poulains, en même temps que les marchands beaunois apportent leurs draps » (RICHARD, 1950). On peut supposer, par analogie, que d’autres sites de traversée ont connu une fréquentation liée à leur activité économique au cours des périodes historiques. Le port de Montmerle, par exemple, cité dans les textes dès 1080 (ROSSIAUD, 1993), était le siège de grandes foires dont témoignent les archives médiévales, et qui ont survécu jusqu’à une époque récente (CACLIN, 1995). À Albigny, les maîtres-jurés de l’œuvre du pont du Rhône franchissent la Saône pour se rendre aux carrières de pierres situées sur la rive gauche (ROSSIAUD, 1994).

6Des raisons d’ordre religieux ont pu motiver ces traversées. Ainsi, au XIXe siècle, la portion de Saône située entre les communes de Crêches-sur-Saône (rive droite) et de Cormoranche-sur-Saône (rive gauche) s’animait particulièrement une fois l’an : au 15 août, pour le pèlerinage très fréquenté de Dracé-les-Olières. Ce hameau de Crèches abrite une chapelle, érigée en 1680, dans laquelle se trouve une toile représentant Saint-Roch, invoqué d’abord contre les maladies contagieuses, pour conjurer les épidémies, mais aussi contre les maladies du bétail et de la volaille. « On faisait bon accueil aux Bressans [...] et l’affluence des gens d’outre-Saône était telle qu’il fallait doubler et tripler le service de la batellerie à Arciat et à Jean-Gras pour assurer le passage des pèlerins » (DESVIGNES, 1943). On a là un cas de traversée exceptionnelle, qui pourrait expliquer le fonctionnement épisodique de lieux de franchissement. L’auteur mentionne l’usage de bacs, cependant, les deux points de traversée cités correspondent également à deux gués probables (gué du Port d’Arciat appelé également gué de la Paille et gué du Port Jean Gras).

7Un autre exemple de pèlerinage est décrit par G. Jeanton sur la commune de Saint-Albain (rive droite) : « Ces pèlerinages ou cultes étaient au nombre de trois : montagne de Saint-Pancrace, fontaine Saint-Panc race et probablement à celle toute voisine de Saint-Martin, et enfin à Sainte-Marguerite. Le premier, dénommé viage à Saint-Pancrace, était destiné à guérir les boiteries du bétail et des humains ; on y venait de très loin jadis et en foule énorme le lundi de Pâques et le lundi de la Pentecôte, notamment d’outre-Saône ; c’était là que les fidèles des deux rives se rencontraient » (JEANTON, 1934b). Pour l’auteur, il s’agissait d’un centre important de cultes antiques, christianisé. Si cette hypothèse reste pour le moment invérifiée, on peut toutefois noter l’importance d’un tel rendez-vous, pour lequel les riverains n’hésitent pas à franchir la rivière. Un haut-fond est signalé dans les archives des Ponts et Chaussées au niveau du port de Brouard (commune de Saint-Albain), là où deux limites communales se font face et où des dragages ont remonté des objets gallo-romains et médiévaux (fig. 80).

8L’Île Barbe, qui était probablement reliée à la rive droite par un gué, a également été un lieu de pèlerinage dans les périodes de grandes sécheresses, notamment en 1504, 1534 et 1556 (NIEPCE, 1890). Le gué du Port de Boz était fréquenté pour aller à la messe (témoignage recueilli par L. Bonnamour), montrant par là que certaines localités pouvaient dépendre d’une paroisse établie sur l’autre rive. C’est ainsi que les habitants d’un hameau de Collonges devaient franchir la rivière pour les baptêmes, les mariages et les enterrements (DUC, 1971). On peut enfin citer, d’après l’étude de P. Gras (1954), saint Gervais, qui aurait franchi la Saône au gué de Chauvort peu de temps avant d’être assassiné dans la forêt, aux environs de Gergy. Le parcours de ce personnage a été restitué à travers le récit de sa vie, en présumant de l’ancienneté des chemins reconnus pour les périodes suivantes et passant par Chauvort.

9La traversée ne s’effectuait pas toujours dans un but pacifique : ainsi, à Verjux, le gué est resté dans la mémoire des habitants qui, enfants, alors qu’ils gardaient les vaches, le franchissaient pour aller se battre contre ceux de Gergy, le village d’en face (témoignage recueilli par L. Bonnamour).

10Ces exemples de communications entre les deux rives amènent à penser que lorsque l’on étudie les populations établies sur les bords de la Saône, à quelque période que ce soit, il ne convient peut-être pas de réfléchir en termes d’opposition ou de contraste entre les deux rives, mais plutôt en termes d’échanges ou de complémentarité. Les récits relatifs au début du siècle, collectés par L. Bonnamour, montrent que l’antagonisme existait plutôt entre les gens de la rivière (pêcheurs, mariniers, haleurs, dragueurs) et ceux qui vivaient de la terre (agriculteurs).

Fig. 80. Emplacement supposé du gué du Port de Brouard (communes de Fleurville et Reyssouze). Un haut-fond est signalé dans les documents des Ponts et Chaussées, deux limites communales aboutissent à la Saône presque l’une en face de l’autre et G. Jeanton (1934b) mentionne, sur la rive droite, à Saint-Albain, l’existence d’un pèlerinage très fréquenté, en particulier par ‘‘les gens d’outre-Saône". L’interruption des chemins d’accès à la rivière, sur la rive gauche, signifie que ce passage était déjà abandonné en 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 77. Le secteur de Belleville en 1862. La motte médiévale est encore visible : implantée en bordure immédiate de la Saône, elle contrôlait le passage et un péage en dépendait. On peut également noter la présence des toponymes “Commanderie” (un établissement hospitalier lié à une route fréquentée) et “Aiguerande” (terme frontière), ainsi que l’existence de deux limites de communes. La construction des digues au XIXe siècle témoigne de la difficulté que présentait le passage (haut-fond + île + confluence de l’Ardière). DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 78. Carte postale du début du XXe siècle montrant la motte médiévale de Riottier surmontée d’une construction moderne et dominant la Saône. Document Musée Denon. Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 79. Le gué de Varambon sur la rivière d’Ain. Les vaches vont paître dans les brotteaux de la rive opposée en suivant le gué. Carte postale du début du XXe siècle (d’après ANDRE. PETIT, 1988).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17539/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 80. Emplacement supposé du gué du Port de Brouard (communes de Fleurville et Reyssouze). Un haut-fond est signalé dans les documents des Ponts et Chaussées, deux limites communales aboutissent à la Saône presque l’une en face de l’autre et G. Jeanton (1934b) mentionne, sur la rive droite, à Saint-Albain, l’existence d’un pèlerinage très fréquenté, en particulier par ‘‘les gens d’outre-Saône". L’interruption des chemins d’accès à la rivière, sur la rive gauche, signifie que ce passage était déjà abandonné en 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17539/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search