Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Les indices géographiques et les sites divers présents sur les berges aux abords des gués

Texte intégral

1Les gués ont polarisé des activités directement associées à la rivière (navigation, pêche, commerce) qui ont laissé de nombreux vestiges dans son lit même. Cependant, il ne faut pas oublier que ces lieux de passage étaient étroitement liés aux implantations humaines de la vallée, quelle que soit l’époque considérée. Les berges, près des accès aux gués, ont donc conservé un certain nombre de sites et d’indices, dont la présence, dans le paysage actuel, est susceptible de confirmer l’existence d’un passage. Cette relation a déjà été mise en évidence par J.-M. Desbordes (1985) dans la région du Limousin, mais sa réflexion peut s’appliquer de façon générale à tous les cours d’eau : « Lorsque les affleurements sont ponctuels, tout le trafic doit transiter, d’une berge à l’autre, par d’étroits cheminements. Les rives des cours d’eau sont alors les lieux de rencontre des troupeaux, des charrois, des cavaliers et des piétons, tous réunis pour franchir la rivière : c’est donc au voisinage des gués, ou du pont qui lui fait suite, que s’édifieront nécropoles et lieux de culte, champs de foire, auberges, fortifications, équipements suscités par l’affluence des voyageurs et des marchandises sur les berges. Une toponymie spécifique s’est souvent cristallisée près des anciens passages à gués ou à pont... ».

2Un certain nombre de toponymes révélateurs ont effectivement été relevés dans l’inventaire. Le terme de gué est très rare et n’est présent que près de deux passages, au gué de l’île de la Mothe (“chemin du Grand Gué”, fig. 76) et au gué de Verdenet (“la pièce au gué”, fig. 41). Une recherche précise et approfondie sur tous les anciens cadastres permettrait peut-être d’en retrouver d’autres. Le terme “port” est un peu plus fréquent. Portus, en latin médiéval, pouvait revêtir plusieurs sens : une échelle, un quai au bord d’un fleuve, un passage à bac, ou plus généralement un passage ou une redevance de passage (NIERMEYER, VAN DE KIEFT, 1976 ; BLAISE, 1975). Le long de la Grande Saône, on peut mentionner par exemple le Portel au gué de Varennes, le Porthelot à Gigny-Thorey, le Portail de Turey au gué de la Tuilerie, le Porto de Damerey. Dans ces cas où, sur la carte de 1862, aucun port n’est plus figuré, on peut supposer que l’on a affaire à d’anciens lieux de passage ou de transbordement dont l’activité s’est éteinte depuis un certain temps. Les nombreux petits ports encore présents sur la carte de 1862 sont, pour un certain nombre d’entre eux, des créations modernes, mais d’autres ont probablement une origine plus ancienne. Un plan du lit de la Saône à Fleurville, levé en 1843, figure ainsi les deux ports modernes et sur la rive droite un “ancien port” dont les dates de création et d’utilisation sont inconnues (fig. 32). Une recherche poussée dans les archives médiévales nous renseignerait sur la fréquence, la fonction de ces ports et leur évolution dans le temps.

3La présence du même toponyme sur les deux rives a été relevée sur deux gués certains : celui de Chauvort (fig. 81) et celui du Port Guillot (fig. 47). Dans d’autres cas comme pour les gués de Port Masson, de Bemalin, de Port Rivière et de Port de Mure, le même toponyme est employé sur les deux rives pour désigner un chemin. Parfois, le nom d’une commune est utilisé pour désigner un chemin sur une rive, alors que cette localité se trouve sur la berge opposée (gués de Trévoux, de Port Rivière, du Port de Boz, de Verjux). Dans tous ces exemples, le doublement des noms évoque sans aucun doute la notion de traversée, par bac pour les toponymes les plus récents ou par gué, ces deux modes de franchissement ayant pu fonctionner ensemble.

4La concordance des limites administratives actuelles a déjà été évoquée sur d’autres cours d’eau que la Saône. Dans son étude des gués du Limousin, J.-M. Desbordes (1985) explique la relation entre les points de passage obligés et les limites territoriales : « Démultipliés sur les plateaux, les itinéraires convergent peu à peu jusqu ’aux gués. Le passage d’une rivière est alors un véritable “carrefour éclaté” puisque tout le trafic transite, sur le cours d’eau et à ses abords immédiats, par une seule et même section routière scindée, de part et d’autre, en plusieurs cheminements tracés en éventail dès que la topographie le permet. Il est donc logique de fixer limites paroissiales ou limites sectionnâtes sur le segment commun à tous ces itinéraires, c’est-à-dire au gué ou au pont ».

5Sur la Grande Saône, les deux tiers des gués reconnus ont dans leur environnement immédiat une limite de commune (vingt-six gués), voire deux, qui se trouvent parfois exactement l’une en face de l’autre (dix-neuf gués). Une ancienne limite était matérialisée au gué du Villars par des pieux plantés dans le lit de la Saône : « Guillaume Saulnier de la Noue, juge de Tournas, se rendit au Villars pour vérifier la limite sur la Saône entre le Prieur du Villars et la Justice de Tournas. Il procéda à la reconnaissance des pieux placés en face l’ embouchure du bief Chenevey, autrement dit de la fontaine Nilon, conformément à une transaction faite entre le Prieur du Villars et l’Hôtelier de l’abbaye de Tournus, le 29 juillet 1507, par devant Charpeney et Bauvault, notaires à Lyon. Le bief susdit faisait limite entre les deux seigneuries » (MARTIN, DARD, 1920). Le texte ne permet pas de savoir si ces pieux étaient préexistants et appartenaient à un aménagement (pêcherie par exemple), ou s’ils ont été placés là exprès pour faire office de bornage. Toujours est-il que leur localisation, dont l’origine semble remonter au XVIe siècle, correspond à la limite actuelle séparant les communes du Villars et de Tournus et coïncide avec l’emplacement d’un ancien gué.

6Certains sites récurrents aux abords des gués sont directement liés au réseau viaire implanté dans la vallée de la Saône au cours de l’Antiquité. Il s’agit en premier lieu des nécropoles gallo-romaines. Elles sont signalées près des gués de la Tuilerie, de Gigny-Thorey (fig. 39), des Ronzeaux, du Port Guillot (fig. 47) et de Benne Lafaux (fig. 40). Ce sont malheureusement toutes des découvertes anciennes, ou mal publiées, qu’on ne peut dater précisément dans l’Antiquité. Durant toute cette période, les nécropoles étaient dans leur grande majorité implantées en bordure ou à proximité immédiate d’une voie de circulation. On peut penser qu’elles se trouvaient, dans les exemples cités précédemment, en relation avec un axe transversal est-ouest qui traversait la Saône à gué. Leur localisation précise aurait alors pu permettre, si elles avaient été fouillées, de déterminer les accès au passage. Elles pouvaient également avoir été implantées le long d’une voie orientée nord-sud qui longeait la rivière. Ce dernier cas de figure s’applique probablement aux sites de Benne Lafaux et de la Tuilerie.

7Pour la période médiévale, deux types de sites ont une répartition évidente en rapport avec les gués, les voies de circulation et le trafic qui leur était lié. G. Jeanton (1919) a recensé les commanderies des ordres hospitaliers qui ont été construites dans le Mâconnais et en Bourgogne. Ils les met d’abord en relation avec une grande voie de circulation qui reliait Lyon à Chalon, et il insiste sur la liaison que certains de ces établissements pouvaient avoir avec un emplacement de gué. Il cite la commanderie de Verdeney (fig. 41), celle de Chalon établie sur les bords de la Saône et celle de Mâcon, « construite dans une île dessous Mâcon ». Il évoque également le temple de Loisy qui protégeait « la route de Chalon à Cuisery et la navigation sur la Seille ». On peut ajouter à cette liste celles d’Anse, de Belleville, ainsi que deux « maisons intermédiaires, des sortes de postes de secours, dépendant de la commanderie de Montbellet » qui se trouvaient à Senozan et à Farges. Il est difficile de dire, dans ces derniers cas, si ces gîtes d’étapes étaient liés uniquement à la route ou à un passage à gué, ou aux deux à la fois.

8Les mottes castrales sont également fréquemment situées près des lieux de traversée. Ces édifices sont mentionnés ou figurés sur des cartes anciennes auprès de quatorze gués dont sept sont attestés de façon certaine : Jassans-Riottier, Belleville, Thoissey, Port Jean Gras, Port d’Arciat, Port de Boz, île de la Mothe, Mare Jandeau, Port de Grosne, la Casaque, Benne Lafaux, Bougerot, Damerey, Verjux. Trois exemples étaient encore marquants dans le paysage, récemment : il s’agit de la motte de Belleville, visible sur la carte de 1862 (fig. 77), de celle de la Casaque (un tableau du XIXe s. figure à son emplacement les ruines d’un édifice moderne) et de celle de Jassans-Riottier, qui domine la Saône sur une carte postale du début du siècle (fig. 78). Deux passages comportent en outre dans leur appellation un toponyme rappelant ce type d’établissement : le gué de la Motte Nozillot (Bougerot) et le gué de l’île de la Mothe. En l’absence de fouilles, il est difficile de dater précisément ces édifices, qui sont fréquents du XIe au XIIIe siècle. Une étude de la région du Velin met en évidence les relations étroites qui existaient entre ces mottes et les points stratégiques de circulation : « Neuf fortifications de terre contrôlent directement un port, un pont ou un gué. Les passages sur le Rhône, ponts et gués, points de départ à partir de Lyon de toutes les voies traversant le Velin, sont contrôlés par la “Motte Béchevelin” et la “Petite Motte”. En direction du sud et du sud-est, le passage s’effectuait obligatoirement au pied de la “Grande Motte” ; vers le nord et l’est, le carrefour était surveillé par la “Motte de la Ferrandière”, enfin, la “Motte de Cusset” surveillait au nord le pont du même nom. Toutes les autres mottes, Décines, Jons, Anthon, Feyzin, Solaize, étaient en relation avec le Rhône » (BOUCHARLAT, 1988). La plupart des mottes établies le long du cours de la Grande Saône remplissaient un rôle stratégique et économique. Elles contrôlaient non seulement un gué ou un passage de bac, mais également un péage.

Fig. 76. Au niveau de la commune de Montbellet, deux passages ont existé pour franchir la Saône à moins d’un kilomètre de distance. Le gué de l’île de la Mothe, dont l’existence est certaine au XIXe siècle, a probablement remplacé le gué de Jean de Saône localisé à moins d’un kilomètre en aval. Cette hypothèse repose sur la présence du toponyme “Chemin du Grand Gué” et sur l’implantation à l’époque médiévale d’une motte (dont l’emplacement exact n’a pu être déterminé). Les tracés dessinés sont hypothétiques. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 76. Au niveau de la commune de Montbellet, deux passages ont existé pour franchir la Saône à moins d’un kilomètre de distance. Le gué de l’île de la Mothe, dont l’existence est certaine au XIXe siècle, a probablement remplacé le gué de Jean de Saône localisé à moins d’un kilomètre en aval. Cette hypothèse repose sur la présence du toponyme “Chemin du Grand Gué” et sur l’implantation à l’époque médiévale d’une motte (dont l’emplacement exact n’a pu être déterminé). Les tracés dessinés sont hypothétiques. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search