Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse

Les types de sites reconnus dans le lit mineur aux abords ou sur les gués

Texte intégral

1Au XIXe siècle. H, de Ferry, constatant, au cours de prospections terrestres, la présence d’une multitude d’objets le long de la Saône, définissait trois types de gisements, dont un seul lui paraissait en place : le site de berge. Les objets trouvés sur les plages ou dans le lit même de la rivière ne pouvaient être, selon lui, que remaniés. Certains auteurs ont, en revanche, plaidé assez tôt pour l’existence d’installations humaines dans le lit mineur (SAVOYE, 1899 ; JEANTON, LAFAY, 1917). Grâce aux fouilles subaquatiques, on sait maintenant que les vestiges issus de la Saône peuvent être liés à différentes structures ayant en commun leur proximité avec un gué.

Les gués pavés

2La première d’entre elles consiste en l’aménagement même du gué par la pose d’un pavage et l’ajout de matériaux de remblais (tuiles notamment). Trois pavages posés durant l’Antiquité ont été reconnus ou partiellement fouillés sur les gués de la Casaque, du Port Guillot et des Piles.

3Ces aménagements ont certainement été plus fréquents, car la présence de pierres, dans les godets ou sur les tas de rejet des dragues, a été constatée sur d’autres sites. Les efforts déployés pour la mise en place de telles structures (forcément en période sèche) montrent bien l’importance accordée à ces passages. A. Grenier (1934), dans son manuel d’archéologie romaine, disait, à juste titre, que « le gué n ’est que la continuation de la route dans le cours d’eau ». Le déploiement d’un réseau routier fiable incluait donc probablement la viabilisation de la traversée des cours d’eau qui s’effectuait, dans l’ Antiquité, essentiellement par gué. Sur la Saône, à l’heure actuelle, un seul pont romain est attesté, celui de Chalon-sur-Saône (BONNAMOUR, 1996). Aucun pavage antérieur ou postérieur à cette période n’est connu, mais rien n’est plus difficile à dater qu’une dalle déposée sur le pont d’une drague... Certaines d’entre elles auraient pu appartenir aux périodes médiévales ou modernes. Les deux gués pavés qui ont fait l’objet d’une fouille n’étaient pas conservés dans leur intégralité. Celui du Port Guillot aurait pu être renforcé au Moyen Âge par exemple, mais aucun aménagement n’ayant été préservé dans sa partie la plus proche des vestiges médiévaux (estacade et pêcherie), cette éventualité est invérifiable. La présence de tels aménagements en place renforce, dans tous les cas, l’hypothèse de stabilité du cours de la Grande Saône, même si des exceptions d’évolutions et de bouleversements locaux ont été constatées, comme au gué de la Casaque.

Les structures constituées de pieux

4Dans toute la littérature ancienne concernant la Saône, des pieux, aperçus le plus souvent à l’occasion d’étiages exceptionnels, sont mentionnés. Leur attribution chronologique varie selon l’époque à laquelle ces descriptions ont été rédigées. Les auteurs de la fin du XIXe s. ont souvent fait le rapprochement avec les cités lacustres que l’on découvrait alors en Suisse et sur les lacs savoyards. Au gué de l’ Homme d’Armes, des pieux décrits au XIXe siècle comme des vestiges de palafittes sont, au XVIIIe siècle, qualifiés par T. Dumorey de restes d’anciennes bennes (digues clayonnées). Aux gués de Port Masson, de la Mare Jandeau, ou du Pont Sarrasin, la présence de pilotis pendant les périodes de basses eaux laissait croire en l’existence de ponts romains. Les recherches subaquatiques ont apporté la preuve que les deux premières attributions pouvaient être plus souvent vérifiées que la dernière. La fouille du Gué des Piles et les découvertes du Port de Grosne ont montré que des établissements, en tous points comparables à leurs homologues lacustres suisses, ont existé dans le lit de la Saône (fig. 54). D’autre part, la fouille des pêcheries du Port Guillot et du Pont Sarrasin, ainsi que l’examen des archives médiévales ou modernes (CANAT, 1992), témoignent de la présence, également dans le lit de la rivière, de pièges à poissons constitués de rangées de pieux. Probablement nombreux aux époques médiévale et moderne, ces dispositifs ont peut-être existé aux époques antérieures.

5Les pieux décrits au XIXe siècle pouvaient également faire partie d’une structure destinée à canaliser l’eau vers un moulin installé sur bateau ou sur piles, comme cela était le cas à Chalon (gué des Piles), à Tournus (fig. 37) ou à Port Rivière. Toutes ces installations étaient implantées sur les hauts-fonds ou à leurs abords immédiats, afin de profiter d’un courant accru par le passage du flux sur le seuil.

6Les clayonnages médiévaux destinés à resserrer le lit de la rivière afin d’y maintenir une hauteur d’eau nécessaire à la navigation se trouvaient aussi majoritairement aux abords des gués, afin d’en faciliter le passage. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées ont refait le même travail, à plus grande échelle sans doute, au cours du XIXe siècle. La carte des épis et digues basses établis à cette époque dans le lit de la Grande Saône correspond point par point à la répartition des hauts-fonds les plus importants, donc des gués, qui gênaient la navigation. Les aménagements médiévaux ne sont pas propres à la Saône et on peut citer à titre de comparaison une structure similaire, observée dans le lit du Lot et datée des XIIIe-XIVe s. (KLODZINSKI, 1990).

Les épaves

7Les gués et leurs abords immédiats ont eu la particularité de bloquer, à diverses époques, les épaves : barques ou pirogues hors d’usage et abandonnées ou embarcations coulées à la suite de tempêtes. On peut citer, sur le gué du Port Guillot, une pirogue du Bronze final, une pirogue mérovingienne et un bateau du XIIIe siècle ; sur le gué de Benne Lafaux, une pirogue est signalée par J. Chevrier (non conservée) ; sur le gué des Ronzeaux, les restes de deux pirogues ont été observés ; sur le gué de Saint-Loup-de-Varennes, la drague a remonté les éléments d’au moins deux embarcations différentes dont il ne reste rien ; aux abords du gué du Pont Sarrasin gisent une épave du XIVe s., une savoyarde du XVIIe s. et un bateau du XIXe s. (BONNAMOUR, 1999).

8Ces naufrages pouvaient également survenir au passage des hauts-fonds. La découverte, lors des fouilles ou des prospections subaquatiques, sur les gués, de nombreuses appes (agrafes de calfatage) appartenant à différentes périodes, montre que les bateaux accrochaient assez régulièrement les pierres du gué, lorsque celui-ci était aménagé, ou simplement les matériaux qui constituaient le seuil. Les archives modernes gardent la mémoire de ce phénomène. Un rapport de 1869 classe les hauts-fonds en deux catégories : ceux qui nécessitent une amélioration immédiate et ceux qui, bien qu’opposant une gêne au passage des bateaux, ne les arrêtent pas absolument grâce à la nature de leur sol composé de sable mobile très fin sur lequel « les fonçures peuvent frotter sans dommages » (A.D. Rhône, série S. Dragages extraordinaires entre Chalon et Lyon, 21 juin 1869).

Les structures portuaires

9Cette évocation des moyens de transport par eau amène à parler des structures relatives aux activités portuaires, dont la rareté sur la Saône peut surprendre. Eneffet, au gué du Port Guillot, unique passage où la fonction portuaire est attestée par la présence de grandes quantités de céramiques, seule une estacade médiévale a été découverte, alors que le transbordement des poterie produites non loin de là, à Sevrey, a probablement perduré depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne. Un autre dispositif, interprété également comme une estacade, est signalé anciennement au gué des Piles. Des quais en bois ont probablement existé près du gué de Benne Lafaux au sud de Chalon, car de grosses pièces en bois sont décrites par les témoins des travaux, mais la destruction au XIXe siècle de cette zone empêche de dater ces structures qui se trouvaient à l’emplacement présumé du port antique et peut-être laténien de Chalon-sur- Saône. Cette pauvreté en aménagements portuaires s’explique en partie par le fait que ces activités pouvaient s’exercer sans structure particulière. T. Dumorey (1779) fait la remarque suivante : « Il est à observer que tous les ports qui sont dans la Saône, exceptés ceux des villes, ne sont autres choses que des plages un peu élevées, au pied desquelles il se trouve un fond d’eau suffisant pour charger les bateaux ». Des cartes postales du début du XXe siècle montrent effectivement des manœuvres de déchargement de péniches uniquement à l’aide de planches posées sur des tréteaux et de brouettes (fig. 20 et 21). Au gué du Port Guillot, on a supposé que le chargement des poteries s’effectuait à l’aide de la rampe d’accès au gué, les bateaux pouvant stationner en aval du seuil, où se trouvait une fosse suffisamment profonde.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search