Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations

Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) à l’époque gallo-romaine

Texte intégral

Introduction

1Entre Lyon et Mâcon, où les dragages n’ont pas fait l’objet d’un suivi, un passage sur deux a livré du mobilier antique, mais dans la plupart des cas, ces objets ne se trouvent pas dans des collections accessibles ou ne sont connus que par les témoignages des dragueurs. En revanche, entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, on recense des vestiges d’époque romaine sur tous les gués localisés dans cette portion de rivière.

2Dans la plupart des cas, la période romaine est la mieux représentée en nombre d’objets, parmi lesquels la céramique est la plus importante. Dans le cadre de cette étude, plus de 2 500 objets (tous types confondus) ont été inventoriés. Ces chiffres sont loin de refléter la réalité car certains sites ne sont connus que par du mobilier métallique. De nombreuses prospections et trois campagnes de fouilles menées sur le gué du Port Guillot ont livré une quantité impressionnante de poteries, ainsi que du petit mobilier en bois, des éléments en cuir ou des fragments de vases en verre, montrant par là que les vestiges métalliques, qui ont jusqu’à maintenant retenu l’attention des chercheurs, ne reflètent qu’une part de la réalité archéologique des gués dans l’Antiquité. Cependant, dans ce travail, une fois de plus, les commentaires s’attarderont sur les armes ou la vaisselle métallique car ce sont les éléments les mieux étudiés et publiés (fig. 68 à 74). Les analyses concernant la céramique ou d’autres éléments à caractère artisanal tels que les outils restent encore trop rares. Ces objets ne peuvent souvent qu’être cités. Leur simple évocation a pour but de montrer que les gués ont livré un mobilier diversifié qu’il faudrait prendre en considération dans sa totalité. Le niveau d’analyse suivant devrait consister à publier des monographies de sites, comme on le fait pour les sites terrestres, même si on n’est pas en mesure d’expliquer toutes les conditions de dépôt et les phénomènes qui sont liés à la présence de ces objets dans le lit de la rivière.

L’occupation des bords de la Grande Saône : données actuelles

3Axe de circulation privilégié permettant de gagner, à partir de Lyon, l’ouest, le nord et l’est de la Gaule, jusqu’aux limites de l’Empire, la vallée de la Saône a connu, durant toute la période romaine, une fréquentation intense. Mais les connaissances précises sur l’occupation du val de Saône pendant quatre siècles reposent encore trop souvent sur des données anciennes. Quelques synthèses récentes existent néanmoins. C. Caclin (1995), par des prospections terrestres et aériennes et par l’examen des cadastres antiques, a renouvelé les connaissances concernant les implantations d’époque romaine sur la rive gauche, au nord de Lyon, entre Parcieux et Thoissey. Il a pu dresser un schéma d’évolution caractérisé par des implantations d’établissements nouveaux à la période augustéenne, un développement spectaculaire de l’occupation au cours du Haut-Empire suivi d’un abandon ou d’un regroupement de l’habitat pendant le Bas-Empire. La majorité des sites repérés (65 %) sont localisés à plus de 8 km de la rivière, mais les plus importants (ceux qui ont fourni le mobilier le plus riche) se trouvent à une distance comprise entre 800 m et 1,8 km de la Saône. Le seul lieu à vocation probablement commerciale (le Thiollet) est à 500 m de la rive actuelle et à proximité d’un gué, celui de Montmerle. Les sites les plus riches pourraient appartenir à deux catégories : des demeures résidentielles, dont la présence est généralement attestée autour des grands centres urbains (dans ce cas, Lyon), ou des grands domaines agricoles, dont la production pouvait être commercialisée aisément grâce à la proximité d’un axe de passage important (rivière et voie terrestre qui la longeait).

4Dans le Tournugeois et le Chalonnais, des prospections terrestres ont été menées par l’abbé Gaudillère, J. Duriaud, J.-P. Bourguignon, A. Guillot et C. Alary, mais les synthèses restent rares. Le fichier de sites de l’abbé Gaudillère (1973) recense 200 points de découvertes, mettant en évidence l’existence d’une constellation de fermes situées à dix minutes de marche au maximum les unes des autres. D’un point de vue chronologique, les sites localisés le plus près de la Saône semblent être les plus anciens, les établissements plus récents se trouvant visiblement un peu plus à l’écart de la rivière. Dans un récent bilan sur le Tournugeois, J.– P. Bourguignon (1996) constate, comme au nord de Lyon, une forte expansion à la fin du Ier s. et au cours du IIe s. ap. J.-C. La majorité des sites de cette phase d’occupation sont de petits établissements ruraux mais il existe également de grands domaines. Parmi les découvertes anciennes, plusieurs demeures apparemment luxueuses sont recensées, notamment à Ormes, à Fleurville, ou à Saint-Rémy (REBOURG, 1993). Elles sont toutes situées à environ un kilomètre de la Saône. Dans l’hypothèse où de telles installations constituaient le siège de grands domaines agricoles, on pourrait voir, dans ces cas-là, un modèle d’implantation d’ordre économique. Un tel schéma est déjà évoqué par G. Jeanton, au sud de Tournus, où, sur la rive gauche se trouvait un site gallo-romain appelé Muret de la Mousse. Cet établissement correspondait probablement au port de Préty où d’importants vestiges sont signalés. Un autre site existait à la Truchère, au confluent de la Seille, et pourrait avoir rempli la fonction de zone portuaire (JEANTON, 1926). Au sud de Chalon, près du gué des Ronzeaux, des bâtiments d’époque romaine renfermant de grandes quantités de vases en céramique sont signalés. Mis au jour lors de travaux non surveillés, ils n’ont pas fait l’objet de relevé. Cependant, le témoignage d’un conducteur d’engin fait état de deux grands bâtiments implantés perpendiculairement à la rivière. Malgré l’absence de données plus précises, on peut supposer qu’il existait de grands domaines, avec leurs dépendances et leurs entrepôts à vocation commerciale implantés en bord de Saône. Une telle possibilité a été évoquée près de Bourges, lors de la découverte d’un quai romain (FERDIÈRE, 1979).

Le réseau viaire et les gués

Introduction

5Le réseau viaire (fig. 65), comme l’occupation du territoire, est assez mal connu. La plupart des données le concernant sont anciennes et ont rarement fait l’objet de vérifications au sol. Les principales synthèses sont celles de B. Gaspard (1856), G. Jeanton (1939), L. Armand-Calliat (1937) et É. Thevenot (1969). Sur la rive droite passait la Via Agrippa, qui reliait Lyon à Boulogne en passant par Chalon-sur-Saône et Autun. On ignore le détail de son tracé dans la basse vallée de la Saône et C. Caclin précise qu’on connaît encore moins les probables voies secondaires permettant la desserte régionale et locale (CACLIN, 1995). Sur la rive gauche, l’examen des cadastres et les résultats des prospections aériennes lui ont permis de mettre en évidence deux tronçons de voies à Trévoux et à Mogneneins, et de pointer trois nécropoles qui pourraient jalonner une voie (à Trévoux, Messimy et Montmerle). Au niveau de Saint-Bernard, C. Caclin signale également un axe de circulation qui permettait apparemment d’éviter le méandre que la Saône décrit à cet endroit.

6Plusieurs exemples montrent que la confrontation des données archéologiques terrestres, souvent anciennes, avec les informations issues du lit mineur de la rivière, permet de mieux cerner le réseau viaire et les potentialités de certaines zones (DUMONT, 2001).

Les gués de Saint-Romain-des-îles et du Port Jean Gras

7G. Jeanton a restitué le tracé de la Via Agrippa entre Mâcon et Belleville. Cette portion correspond, sur la carte de 1862, au vieux chemin reliant ces deux villes. L’endroit où elle se rapproche le plus de la Saône, au niveau de l’affluent la Mauvaise, est décrit ainsi : « On peut suivre le chemin sur le cadastre par les lignes de buissons, jusqu ’à la Mauvaise qui présente un coude prononcé vers le passage présumé de la voie, coude sans doute produit par le barrage formé par la chaussée et le pont lui-même. Les lignes de buissons qui disparaissent dans le thalweg reprennent ensuite ; la voie passe alors entre le village de Saint-Symphorien et la Saône en un point dont le nom est caractéristique, les Piles. Ce nom indique des colonnes, des milliaires ou autres monuments de ce genre ». La carte de 1862 figure effectivement le coude de la Mauvaise ainsi que le toponyme des Piles, mais il est difficile de faire ressortir l’ancien itinéraire. Aucun pont antique n’est attesté sur la Mauvaise, mais des recherches seraient à entreprendre pour essayer de retrouver des traces d’un ancien mode de franchissement. Dans ce secteur, deux possibilités de traverser la Saône à gué existent : le gué de Saint-Romain-des-îles en aval de l’affluent et le gué du Port Jean Gras en amont (fig. 66). Même si aucun haut-fond n’a été retrouvé dans les documents du XIXe siècle pour ce dernier passage, les témoignages concordent pour penser qu’il était plus important que le gué situé en aval : le même toponyme est présent sur les deux berges (“Port Jean Gras”), deux limites communales aboutissent à la rivière, une motte médiévale était implantée sur la rive droite (PERRAUD, 1912) et enfin, des dalles ont été vues au fond de la rivière par des dragueurs. Ces derniers signalent également avoir remonté, parmi d’autres objets d’époques diverses, des bouchons d’amphore et une cruche gallo-romaine. Si la voie romaine se rapprochait de la Saône pour la traverser et rejoindre un axe sur la rive opposée, on peut supposer que ce franchissement s’effectuait au niveau du Port Jean Gras.

Fig. 65. Carte des passages à gué potentiels et des voies romaines connues entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Le gué de l’île de Farges

8Ce gué attesté dans les archives militaires du XIXe siècle par une mention précise a fait l’objet de dragages dont on ne connaît pas ou peu les résultats. Plusieurs mentions de découvertes anciennes dans ce secteur semblent indiquer une fréquentation importante à l’époque romaine, que ce soit du lit de la rivière, de l’île ou des deux berges. Cette convergence d’indices fait de ce point de passage une zone à fort potentiel, qui mériterait de nouvelles recherches de terrain.

9En 1931, G. Jeanton signale une épée gallo-romaine retirée de la Saône par un marinier à l’île de Farges. Il mentionne également des découvertes anciennes sur l’île de Farges, située près de la rive droite et appelée aussi île d’Uchizy. Il s’agit de débris antiques attribués à un ancien temple romain, notamment des fragments de colonnes cannelées et une corniche sur laquelle était sculpté un animal (JEANTON, 1926). Ce même auteur parle également d’un lieu-dit appelé “La Maladière”, localisé sur la rive droite, à 600 m de la rivière et à hauteur du gué potentiel. Il rappelle que cette maladière relevait au Moyen Âge des Chevaliers du Temple, puis des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, mais qu’auparavant, il existait sur ce point de la voie romaine une mansio « qui est marquée par de nombreux vestiges de constructions et de tegulae » (JEANTON, 1932a). D’autres mentions concernant ce secteur décrivent des découvertes, dans ce même lieu-dit, de monnaies anciennes et d’ustensiles antiques (MONNIER, 1839). Sur la rive gauche, en face du port de Farges et à la pointe sud du bois de Maillence, des pierres de construction ont été repérées dans la berge (renseignement J. Duriaud). Sur la carte de 1862, le toponyme “Maladière” désigne un ruisseau qui se jette dans la Saône au niveau du haut-fond. Ce document montre aussi très nettement la convergence de deux limites communales dans ce secteur qui garde sans aucune doute l’empreinte d’un ancien lieu de franchissement.

Fig. 66. La Saône au niveau de la commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne. Deux gués potentiels existent dans ce secteur : l’un au niveau de l’île des Chanillons, l’autre près du Port Jean Gras. La gravière de Saint-Symphorien-d’Ancelles a livré lors de son exploitation, des vestiges laténiens et gallo-romains. Une motte médiévale dont l’emplacement exact reste incertain est également signalée sur la même rive (PERRAUD, 1910). G. Jeanton (1939) a restitué de ce côté-ci de la Saône une partie du tracé de la Via Agrippa qui correspondrait à l’ancien chemin reliant Mâcon à Belleville. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Les gués situés au nord de Tournus (Pont Sarrasin, de la Tuilerie et de la Mare Jandeau)

10Au nord de Tournus, les travaux menés par J.– P. Bourguignon ont permis de faire ressortir deux tronçons de voie (sur les communes de Baudrières et de Lacrost) le long desquels se répartissent plusieurs établissement d’époque gallo-romaine. Ce n’est qu’en multipliant de telles recherches sur le terrain que l’on arrivera à préciser l’organisation du réseau viaire de la vallée de la Saône et à établir les relations entre les deux rives par l’intermédiaire des gués.

11Entre Tournus et Chalon, la Via Agrippa a été décrite par L. Armand-Calliat (1937) puis par É. Thevenot (1969) : « Dans tout le parcours Chalon-Tournus, la voie se tient à faible distance de la Saône et décrit un vaste arc de cercle. Elle est coupée par plusieurs voies secondaires qui se dirigent d’ouest en est et vont passer la rivière, l’une sans doute au Pont Sarrasin en face de Varennes, une autre au port de la Colonne, une autre au sud d’Ormes. [...] La raison de ce détour paraît résider dans l’existence de plusieurs points de passage et ports sur la rivière dont il y avait intérêt à ne pas trop s’éloigner pour conserver une liaison étroite entre la voie de terre et la voie d’eau ». Les trois passages mentionnés correspondent tous à des gués dont l’usage est certain ou probable. En face de Varennes, au Pont Sarrasin, un gué est attesté, mais on ne peut dire avec certitude qu’il était fréquenté durant l’Antiquité (fig. 49). En revanche, un pavage aménagé à l’époque romaine a été découvert à quelques centaines de mètres en aval, sur le gué de la Casaque. Le gué de la Tuilerie est le plus proche du Port de la Colonne et à Ormes, le secteur du gué de la Mare Jandeau a livré, sur les bords immédiats de la rivière et dans le lit mineur, de nombreux vestiges gallo-romains. Ces gués permettaient probablement de relier la voie de circulation principale à une voie de rive gauche nord-sud ou à des axes transversaux, dont on peut imaginer qu’ils avaient une importance locale ou régionale (fig. 67). B. Gaspard (1856) a proposé une synthèse de ce réseau de la rive gauche. Il décrit une route allant de Chalon-sur-Saône à Lons-le-Saunier par Louhans et qui passait par Épervans et Ouroux. C’est sur le territoire de ces communes que se trouvent les débouchés des gués du Pont Sarrasin et de la Casaque. Il signale également une voie secondaire qui joignait Ouroux à la Colonne : « De la route qui vient d’être décrite, une branche se détachait à Velars, hameau d’Ouroux, laquelle traversait toute la prairie de Saint-Germain-du-Plain ou de Thorey, sous la forme d’une chaussée nommée le Mur, et qui se dirigeait au port de la Colonne sur la Saône. Cette chaussée de terre et de gravier, haute d’environ 4 pieds, sur une largeur de 40 à 45, et sur une longueur d’à peu près 8 kilomètres, n ’est jamais couverte par les eaux, lors des inondations. Elle passait la Saône sur un pont dont on voit encore les ruines, et communiquait au-delà par une autre chaussée romaine, en croisant la grande voie de Lyon à Boulogne. [...]Peut-être se prolongeait-elle un peu plus au sud et traversait-elle la rivière près d’Ormes, sur un autre pont dont les culées sont encore très apparentes dans les basses eaux, et où aboutissait la levée des romains, dirigée de l’occident à l’orient et venant du bois de la Vèvre, entre les communes de Gigny et de Boyer ».

12Comme l’inventaire archéologique des passages le montre, les attributions de vestiges aperçus dans la rivière à des ponts romains ne se sont jamais vérifiées. Il s’agissait en fait de restes de dispositifs liés à des moulins ou à des pêcheries implantés généralement sur ou au voisinage immédiat d’un haut-fond. Ces liaisons entre les deux rives existaient probablement aux endroits cités par ces auteurs, mais le mode de traversée utilisé était le gué. La carte de 1862 figure ces anciennes voies, mais il subsiste un doute au sujet de la fonction réelle des levées de terre (digue ou voie, ou les deux à la fois ?). Elles auraient pu en effet être aménagées à l’époque médiévale sur un trajet antique. Seules des fouilles permettraient de connaître leur origine.

Le gué du port de Grosne

13Ce passage, surtout connu par les découverte de l’Âge du Bronze effectuées dans les années 70 lors de dragages (BONNAMOUR, 1973d et 1974a), a également livré d’abondants vestiges d’époque gallo-romaine répartis sur plus de 1,5 km dans le lit de la rivière, parmi lesquels on peut citer des outils, deux pila et six vases métalliques. Plusieurs concentrations particulières ont été notées. L’une d’elles, située près de la rive gauche et recelant de nombreux fragments d’amphores (dont trois cols avec leur bouchon), évoque un lieu de chargement de marchandises. Près de la rive droite, et à deux reprises, la drague a remonté des monnaies en bronze, dont seules quelques-unes, non identifiables car trop oxydées, ont été récupérées. Dans le même secteur, des pieux de fort diamètre, correspondant vraisemblablement à un appontement, ont été découverts (BONNAMOUR, 1983d). Près de cette même rive, des témoins auraient vu, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que la destruction des barrages avait entraîné une baisse du niveau d’eau, une épave chargée de céramiques. Les habitants du lieu auraient même utilisé des vases comme cibles pour tirer à la carabine ! (témoignage recueilli par L. Bonnamour). Sur les deux berges, plusieurs sites d’époque romaine ont été repérés en prospection. Cependant, si l’utilisation de ce gué durant l’Antiquité est probable, son tracé reste difficile à restituer. Des plongées effectuées en 1993 ont permis de repérer à plusieurs reprises, près de la rive droite, des pierres et de la céramique romaine. Ces points forment une ligne qui se dirige vers la rive opposée, à l’endroit où arrive un ancien chemin (fig. 82,1). Celui-ci est recoupé, à 200 m de la rivière, par un axe parallèle au cours d’eau. Au croisement ainsi formé, appelé “le Quart”, se trouvent deux sites gallo-romains. Ce tracé du gué correspond presque à celui qu’ont emprunté les riverains pendant la Seconde Guerre mondiale, à la faveur de l’abaissement général du plan d’eau (fig. 82,3). Il débouchait vraisemblablement, sur la rive droite, en un point où des concentrations de pierres, avec de la céramique romaine, ont été remarquées en plongée en 1993. S’il s’agit bien là du gué antique, son cheminement serait long d’un peu plus d’un kilomètre, ce qui représente une distance importante, mais plausible. En revanche, il ne concorde pas avec celui qui est indiqué dans les archives militaires du XIXe siècle (voir quatrième partie et fig. 82,2).

Fig. 67. Extrait de la carte au 1 : 25 000 présentant la Saône entre Gigny et Boyer (voir fig. 5), avec le tracé hypothétique des gués de la Tuilerie et de Gigny-Thorey à l’époque gallo-romaine ainsi que les sites connus de cette période. Ces gués, ainsi que celui de la Mare Jandeau situé juste au sud de la limite de la carte, permettaient sans doute de relier entre elles les deux voies parallèles à la Saône qui ont été repérées de chaque côté de la rivière. DAO Y. Robin.

Le gué du Port Guillot, au sud de Chalon-sur-Saône

14B. Gaspard (1856) décrit également une voie reliant Saint-Marcel (rive gauche) à Luc (l’actuel village de Lux, rive droite). « Une chaussée de terre, haute d’environ un mètre, conduit directement de Saint-Marcel au Port Guillot sur la Saône ; et au-delà de cette rivière, elle mène à travers la prairie jusqu ’au village de Luc. Il est à présumer que cette chaussée est un ouvrage romain ou celtique, comme celles de Saint-Rémy, de Saint-Marcel, d’Épervans, de Saint-Germain-du-Plain et d’Ormes ; cependant on ne connaît pas de trouvaille antique qui lui soit relative, et on ne voit pas sur quel lieu important elle se serait dirigée ultérieurement. Le Port Guillot, qui ne possède aujourd’hui ni port ni bac, où on ne livre aucune marchandise, qui n ’est occupé que par une seule maison, n ’est connu que par la scène qui s ’y passa, en 1634, entre le roi Louis XIII et la fermière de ce port ». Plus d’un siècle après la rédaction de cette note, les recherches subaquatiques ont permis de reconnaître, au niveau du Port Guillot, un passage à gué aménagé à l’époque romaine et on connaît mieux, à l’heure actuelle, le tronçon immergé de la voie que sa partie terrestre (fig. 47) ! En 1937, L. Armand-Calliat mettait en doute le tracé donné par Gaspard : « Le Docteur Gaspard croit reconnaître une route romaine dans la chaussée haute d’environ un mètre qui conduit directement de Saint-Marcel au Port Guillot sur la Saône. Nous ne l’admettrons que sous réserves, car il s’agit peut-être ici d’une simple digue destinée à protéger la région contre les inondations. Mais il y a lieu d’observer (et Gaspard n ’a pas fait cette remarque) qu ’à trois cents mètres à l’ouest de la levée en question se trouve un lieu-dit le Pré Ferré, et un autre tout voisin appelé au Champ Pavé. À notre avis, c’est peut-être là que passait la voie venant de Saint-Marcel et se dirigeant vers le Port Guillot ou Port de Lux ». Depuis les travaux de L. Armand Calliat, aucune autre observation n’a été faite qui permettrait de trancher en faveur de l’une de ces hypothèses. Depuis les années 30, ce secteur a connu des aménagements divers qui ont entraîné de nombreuses destructions et des remblaiements, rendant toute nouvelle recherche difficile.

Le nord de Chalon-sur-Saône

15Au nord de Chalon, sur la rive droite, une voie reliant cette ville à Langres et à Trêves (Germanie inférieure) a été reconnue (GUILLOT, 1983). Elle passe au plus près de la rivière au niveau du gué de Raconnay et une liaison serait possible à cet endroit avec la rive gauche. A. Guillot mentionne en effet un chemin qui vient de la voie antique et rejoint la Saône au port de Raconnay en décrivant une boucle. Le gué de Raconnay a livré du mobilier d’époque romaine mais aucun aménagement de cette période n’a été décelé.

16Sur la rive gauche, au nord immédiat de Chalon-sur-Saône, un chemin part du débouché du gué des Piles en direction de Chatenoy-en-Bresse. Il permet d’éviter le méandre formé par la rivière à cet endroit. L. Landa le signale en 1869 sous le nom de “Vie de Chalon” et le suppose antique. Une liaison pouvait également exister avec le gué de l’île Saint-Nicolas (fig. 52). Cependant, aucun élément archéologique ne permet pour le moment d’attester l’ancienneté de cette voie. B. Gaspard fait passer la voie Chalon-Besançon-Mayence (Germanie supérieure) plus à l’écart de la rivière, par Saint-Marcel, Allériot, Bey et Damerey, ce qui correspond à l’actuel tracé de la route nationale 73. Aucun vestige antique n’ayant été découvert lors de travaux pratiqués récemment le long de cette route, cette hypothèse doit être abandonnée (renseignement L. Bonnamour).

17B. Gaspard suppose l’existence d’une voie qui reliait Autun à Poligny (Jura) en passant par Chauvort, puis Verdun-sur-le-Doubs. Verdun était une agglomération secondaire près de laquelle il existe trois possibilités de gué (gués de Chauvort, de la Dheune et de Verdun), sans que l’on puisse déterminer laquelle était privilégiée au cours de l’Antiquité. Sur la rive gauche, entre Verjux et Verdun, l’examen de la carte de 1862 et des sites gallo-romains repérés laisse deviner plusieurs cheminements possibles entre ces deux villages et en direction des six gués repérés dans ce secteur (fig. 81).

Les vestiges d’époque romaine découverts sur les passages à gué

La céramique

18C’est le matériau retrouvé le plus fréquemment sur les gués. La céramique représente 80 % du total des découvertes de la période gallo-romaine effectuées dans la Grande Saône. Cependant, les chiffres actuels devraient être largement revus à la hausse car, jusqu’à une époque récente, les poteries ont rarement été récupérées sur les dragues. Une exception peut néanmoins être citée : la collection Nugues, constituée dans les années 1930 et provenant du gué du Port Guillot, comprend en effet un lot important de céramique commune. La sigillée représente environ 8 % des céramiques récoltées. Le lot le plus important provient du gué de Benne Lafaux et avait été récupéré par H.-E. Millon puis racheté par le Musée Denon.

19Le milieu fluvial permet une bonne conservation de ce matériau ordinairement très vite réduit à l’état de tessons sur les sites terrestres. La Saône a livré une forte proportion de vases entiers ou de formes archéologiquement complètes, donnant ainsi aux romanistes un corpus d’une exceptionnelle richesse.

20La céramique servait de vaisselle de table ou d’emballage pour le transport et la vente de denrées alimentaires. Certaines céramiques retrouvées sur les gués correspondaient à des productions locales destinées à être commercialisées. Une bonne part des poteries découvertes sur le gué du Port Guillot provenait sans doute d’ateliers localisés dans les environs de Sevrey. Deux types de récipients, dont des exemplaires ont été retrouvés à Lyon et à Saint-Romain-en-Gal, sont des productions propres au val de Saône, datées des IIe et IIIe siècles (LEBLANC, DESBAT, 1992). Il s’agit des cruches à bec tréflé (BONNAMOUR, 1987b) et des vases tripodes à déversoir phallique. L’examen d’une série de pots ovoïdes mis au jour tout au long de la Saône sur divers sites de gués montre que tous contenaient, au moment de leur découverte, un dépôt constitué de grains de millet. Il pouvait s’agir, à l’origine, d’une préparation sous forme de bouillie ou de bière. La présence répétée de ces vases datés du Ier s. sur les sites de Saône pourrait témoigner de l’existence d’un commerce, le long de cette rivière, de certains produits alimentaires (BONNAMOUR, MARINVAL, 1985). La découverte récente de tels récipients dans le chargement de deux bateaux à Chalon-sur-Saône conforte cette hypothèse (BONNAMOUR, 1996).

21Le recensement des amphores effectué par F. Olmer (1997) donne un nombre minimal d’individus de 175. Ce chiffre ne correspond absolument pas à une réalité archéologique puisque les amphores, lorsqu’elles sont fragmentées, ne sont pas récupérées sur les dragues ; quant aux exemplaires complets, ils étaient sans doute rapidement vendus à des particuliers. De plus, ce type de vestiges n’a pas toujours été systématiquement ramassé pendant les prospections subaquatiques. L’exemple du gué de Benne Lafaux, cité dans l’inventaire archéologique, montre bien la perte d’information qui a pu se produire pour cette catégorie d’objets. Sur les milliers d’amphores décrites anciennement, aucune n’a été conservée. Le gué qui, pour le moment, en a livré le plus grand nombre (nombre minimal d’individus : quarante-cinq) est celui qui a fait l’objet de trois campagnes de fouilles, c’est-à-dire le gué du Port Guillot.

22Une catégorie de céramique retrouvée de façon répétitive sur les gués de la Grande Saône et analysée récemment (BONNAMOUR, 1987b), pourrait avoir eu un caractère d’offrande. Il s’agit des cruches à bec tréflé, que l’on considère comme des bouilloires (BATIGNE, DESBAT, 1996), dont certaines ont été perforées intentionnellement avant d’être jetées à l’eau. Cette mutilation pouvait concerner des récipients destinés à être commercialisés mais qui auraient été rendus invendables après avoir été malmenés lors des manœuvres de transbordement (ce fait a été constaté pour des vases médiévaux qui transitaient par le gué du Port Guillot). Cependant, deux observations font douter de leur destination commerciale. D’une part, sur douze cruches perforées, sept sont usagées et d’autre part, plusieurs de ces récipients présentent sur leur panse un graffito gravé à la pointe après cuisson. La moitié des noms sont des génitifs et correspondent donc vraisemblablement aux noms des propriétaires de ces vases. Il semble que ce type de récipient particulier ait été déposé volontairement dans la rivière. Depuis la parution de cette étude, de nouveaux exemplaires de cruches ont été découverts sur les gués, notamment sur celui de la Casaque où deux récipients portent un graffito (fig. 70, nos 11, 12).

23Des céramiques portant des inscriptions sont trouvées parfois en contexte funéraire. On peut citer, à titre d’exemple, les gobelets de la nécropole de la Brèche (Gard) qui portent le nom de leur propriétaire (TUFFREAU-LIBRE, 1992). On voit, à travers cet exemple, que la céramique peut avoir un rôle de symbole dans les rites funéraires à l’époque romaine. Certaines poteries ont pu être fabriquées pour un usage funéraire mais on ne déposait pas forcément des céramiques neuves et de nombreux exemples de pots usagés sont connus dans les nécropoles. C’est le cas dans les nécropoles du nord de la Gaule, au Ier siècle, où l’on recense fréquemment des objets usagés et réparés. Dans la nécropole de l’image (Saint-Marcel, Indre), il existe d’autres pratiques : beaucoup d’urnes ont la partie supérieure brisée et montrent des traces de perforation dans les parois et au fond. Les couvercles sont également souvent brisés ou perforés. Les bols tripodes sont parfois privés d’un ou de tous leurs pieds (TUFFREAU-LIBRE, 1992, p. 122). Dans la Saône, outre l’exemple des cruches déjà cité, on peut mentionner une série de pots découverts anciennement sur le gué du Port Guillot (collection Nugues) dont une partie a également été perforée de façon intentionnelle. Il serait intéressant, dans le cadre d’une étude globale de la céramique gallo-romaine de ce passage, de recenser, de manière exhaustive, les cassures ou perforations pratiquées avant l’immersion, de déterminer quels types de récipients sont concernés par de telles pratiques et de comparer cet échantillon chronologiquement et typologiquement avec celui des nécropoles et des sanctuaires connus.

24La céramique était également déposée dans les sanctuaires, entière ou brisée : « La fouille du fanum de Pouillé a montré que l’on pouvait offrir un tesson isolé [...] L’abondance des tessons dans les sources et les fontaines montre quand même que la céramique a fourni les ex-voto les plus nombreux » (BOURGEOIS, 1991). Ces récipients pouvaient également contenir des offrandes alimentaires qui sont rarement conservées. La présence d’aliments déposés volontairement est attestée, entre autres, à la fontaine du sanctuaire des Fontaines-Salées à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne). Pour ce qui concerne la Saône, L. Bonnamour avait émis l’hypothèse que les vases contenant des grains de millet pouvaient aussi être des vases à offrandes déposés sur ou aux abords des gués (BONNAMOUR, MARINVAL, 1985), mais leur présence dans la cargaison d’un bateau récemment mis au jour sous le pont romain de Chalon (BONNAMOUR, 1996a) rend plus plausible le rôle commercial de ces récipients.

Les monnaies

25A. Grenier (1934, p. 185) indique que la découverte de monnaies dans une rivière est un indice pour détecter un lieu de franchissement : « On sait en effet qu’un usage constant dans l’Antiquité, lorsque l’on franchissait un cours d’eau, à gué, sur un pont ou même, sans doute, par bac consistait à racheter par une offrande la colère de la divinité dont on violait le lit. L’exemple classique est celui du gué de Saint-Léonard par lequel la voie venant de Jublains traverse la Mayenne. [...] On y a trouvé près de 17000 pièces de monnaies dont la série se prolonge de l’époque gauloise jusqu’à Tetricus avec une prédominance marquée des monnaies du IIe s. et en particulier des Antonins ». D’autres exemples semblent confirmer ces faits. Au gué de Jappe-Renard sur la Théols (Indre) des monnaies des Ier et IIe s. ont été recueillies (POUPET, 1978). Le gué du Bazacle sur la Garonne, près de Toulouse, a livré, en 1971, plus d’un millier de monnaies romaines « généralement très usées et très frustes » (LABROUSSE, 1972). Ces découvertes se sont poursuivies en 1972 (« 727 monnaies antiques allant de deux petits bronzes massaliotes du Ier s. av. J.-C. à des espèces du IVe s. ») et en 1973 où « 7 500 monnaies, en majorité antiques » ont encore été ramassées (LABROUSSE, 1974). Le trésor de Garonne, découvert en 1965 à une quinzaine de kilomètres en amont de Bordeaux, constitué de près de 4000 monnaies romaines en bronze, a été interprété, quant à lui, comme la cargaison d’un bateau ayant fait naufrage (SANTROT, 1988). Dans le Tibre à Rome, des monnaies de toutes les époques ont été retrouvées, mais les pièces antiques sont les plus nombreuses (LE GALL, 1953). Les monnaies ont également été collectées en nombre important « dans les sanctuaires fréquentés après la conquête des Trois Gaules. Certaines frappes locales pouvaient être destinées aux cultes locaux » (FAUDUET, 1993). Dans la Saône, des trouvailles de monnaies sont signalées à plusieurs reprises, comme sur les gués de Belleville et du Port de Grosne par exemple, mais elles ont rarement pu être récupérées. Un lot de pièces découvert sur le gué de Jean de Saône et donné au Musée Greuze a aujourd’hui disparu. Il ne subsiste que quinze monnaies (du IVe s.) gardées par l’inventeur (GRAS, 1995). On pourrait penser que cette rareté est uniquement due aux aléas des dragages. Cependant, la fouille du gué de la Casaque, dont plusieurs sections ont été passées au détecteur de métaux, n’a permis de récupérer qu’un nombre assez faible de monnaies qui n’autorise pas à se prononcer en faveur du jet intentionnel ou de la perte accidentelle (BONNAMOUR, 1993a). En revanche, la fouille du pont romain de Chalon-sur-Saône livre chaque année une quantité significative de monnaies qui fait penser à un dépôt volontaire effectué lors de la fondation de l’édifice (BONNAMOUR, 1996a). Le jet de monnaies serait donc peut-être lié, sur la Saône, à la construction ou aux passages des ponts mais pas aux traversées à gué. Seules de nouvelles recherches sur le terrain permettraient de vérifier ce phénomène.

Les fibules

26De rares fibules ont été retrouvées sur les gués de la Grande Saône. Trois proviennent du gué de Benne Lafaux, une du gué de Verdenet, une du gué de Saint-Loup-de-Varennes, deux du gué de la Casaque et trois de Jean de Saône. Le faible nombre de découvertes est probablement dû à la petite taille de ces objets qui sont difficilement visibles dans les godets de drague ou même en plongée. Cependant, comme cela a déjà été constaté pour les monnaies, la prospection au détecteur de métaux du gué de la Casaque n’a permis de recueillir que deux exemplaires.

27Les fibules sont généralement trouvées en contexte domestique mais aussi en nombre important dans les sépultures et les sanctuaires.

Les outils

28Les gués de la Grande Saône ont livré une série d’outils divers. On peut d’ores et déjà avancer que l’échantillon dont on dispose à l’heure actuelle est loin d’être représentatif, car ce type de vestige en fer est souvent corrodé et donc peu récupéré sur les dragues. La deuxième difficulté que présente l’analyse de ces objets réside dans la permanence de leur forme, parfois jusqu’aux périodes moderne et contemporaine. Leur présence dans le lit d’une rivière, hors de tout contexte stratigraphique, n’en facilite pas l’attribution chronologique. On peut cependant citer comme étant de l’époque romaine, des serpes, des faux et faucilles, des couteaux, des haches, des chaînes, des crémaillères, des hipposandales. Les outils liés directement aux activités de la rivière sont nombreux mais parmi les outils de la batellerie (crochets, gaffes, arpis) ou les ancres en pierre fréquemment retrouvées sur les gués, il est difficile de donner la part se rattachant de façon absolument certaine à l’époque romaine. Cet ensemble de vestiges, rarement dessinés ou publiés, mériterait un examen détaillé.

29Dans le monde romain, les outils sont retrouvés en contexte domestique. Ils sont parfois rassemblés en nombre important, comme cela est le cas à Marculeni (Roumanie ; GLODARIU et alii, 1970) où on en a découvert 160. Fragmentaires ou entiers, ils se rapportent à l’agriculture, la charpenterie et la ferronnerie. D’après les auteurs de l’article, ils appartenaient à une grande propriété rurale et avaient été dissimulés dans des circonstances militaro-politiques troubles. Les outils peuvent aussi être déposés en contexte funéraire, comme à Avenches (VD, Suisse), où la tombe d’un charpentier naval a livré tout l’outillage du défunt (DELLEY, 1983). Des sanctuaires ont également fourni des outils, mais sous forme d’ex-voto métalliques miniaturisés. C’est le cas par exemple à Lachau (Drôme ; LANCEL, 1975).

30Un type d’herminette, appelé ascia, revêtait également des fonctions multiples : « cet instrument servait au travail du bois et de la pierre (du gros œuvre jusqu ’au profilage de moulures et dégauchissage de sculpture). On a souvent découvert cet instrument de façon isolée dans les carrières, il est souvent représenté sur des caissons funéraires et des sarcophages, soit accompagné d’une équerre et d’un ciseau, soit d’une râpe et d’une forme (cordonnier) » (CÜPPERS et alii, 1983). De nombreuses tombes portent en effet la mention sub ascia dedicare, montrant que la fonction utilitaire de cet outil était doublée d’une forte connotation symbolique. D’après P. Veyne (1982), « consacrer un monument sous /’ascia était un moyen de faire vite ; c ’était consacrer le tombeau avant son achèvement, alors que l’outil du constructeur était encore à l’œuvre. [...] Au moment où on faisait l’acquisition du tombeau, on le consacrait, on en faisait la dédicace ; ainsi dédié aux mânes, le tombeau recevait un caractère sacré, bien qu’il fût à peine sorti des mains de l’ouvrier et qu’aucun corps n’y fût encore enseveli ». Sur la Grande Saône, vingt asciae ont pu être recensées sur dix gués différents, tous localisés dans le Chalonnais : Mare Jandeau (fig. 68), Gigny-Thorey (fig. 69), Port de Grosne, Casaque (fig. 70), Ronzeaux (fig. 71), Port Guillot (fig. 73), Benne Lafaux, Port Villiers, Allerey (fig. 74) et Allériot. Les trois exemplaires signalés sur le gué de Benne Lafaux ne sont connus que par des témoignages écrits. Sur le gué de la Casaque, trois asciae ont été découvertes à l’aide du détecteur de métaux. Deux d’entre elles étaient en position secondaire, dans une zone où le pavage était partiellement détruit par l’action du courant. La troisième, estampillée et de taille importante, était recouverte d’une grosse dalle calcaire appartenant au pavage du gué. Sa taille et son poids font qu’en aucun cas sa position ne peut résulter de l’action du courant. En effet, les seuls éléments susceptibles d’avoir été déposés entre et même sous les pierres par l’action de l’eau sont légers et de petite dimension : petits tessons de céramiques, débris de faune et fragments de végétaux ont pu migrer entre les dalles. Un sondage pratiqué afin de voir si une fosse avait été creusée pour enfouir cet objet s’est révélé négatif. Une telle structure est quasiment impossible à détecter sous l’eau, dans des niveaux instables de sables et de graviers mélangés. On peut néanmoins affirmer que cette ascia se trouvait en position primaire sous le pavage du gué et qu’elle y a été volontairement déposée.

Les armes

31La série d’armes romaines trouvées dans la Grande Saône comprend quarante-huit éléments auxquels s’ajoutent des armes issues de sépultures implantées sur les bords immédiats (quatre) ou découvertes dans la Petite Saône (deux) ou dans le Doubs (neuf). Sur les quarante-huit armes, trente-six sont localisées précisément sur vingt et un gués différents. Deux passages seulement sont concernés entre Lyon et Mâcon (gués de Belleville et de Taponas). En 1977, un recensement des armes romaines trouvées dans la vallée de la Saône prenait en compte vingt-huit éléments, récupérés depuis le XIXe siècle en divers points de la rivière et de son principal affluent, le Doubs (BAILLY, 1977). Sur ce nombre, quatorze exemplaires seulement étaient localisés précisément sur des gués entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs. En vingt ans, la collection d’armes romaines a donc plus que doublé. Cet enrichissement est essentiellement dû aux recherches menées dans la région chalonnaise. Il faut préciser que les armes romaines, comme leurs homologues du deuxième Âge du Fer, sont en majorité en fer et n’ont donc pas toujours été l’objet d’attention particulière sur les dragues. Pour des durées à peu près similaires (environ 400 ans), et dans des conditions de collectes équivalentes, on peut donc constater que la part des armes retrouvée sur les passages à gué est nettement inférieure à l’époque romaine (quarante-huit éléments) qu’à La Tène (soixante-treize épées, deux fourreaux seuls, cinquante-neuf lances et un casque localisés précisément, soit un total de 135).

Fig. 68. Le mobilier métallique gallo-romain récolté sur les dragues au niveau du gué de la Mare Jandeau (communes d’Ormes et de Boyer). Ce gué a également livré une quantité importante de céramiques de cette période. Le mobilier d’époque romaine représente au total près des deux tiers des découvertes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 69. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué de Gigny-Thorey. Armement, outillage et vaisselle sont les principales catégories d’objets représentées. La vaisselle métallique trouvée au début du siècle dans la berge au lieu-dit “Porthelot” n’est pas figurée. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 70. Une partie du mobilier gallo-romain découvert sur le gué de la Casaque (toutes les céramiques ne sont pas figurées). L’ascia estampillée, le glaive et la casserole en bronze ont été trouvés en place dans ou sous le pavage du gué. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 71. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué des Ronzeaux (communes d’Épervans et Lux). La céramique, qui constitue la majorité des découvertes, n’est pas représentée. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

32Comme pour les périodes précédentes, plusieurs hypothèses ont été apportées pour expliquer la présence de ces armes. L’analyse qui suit les prend en compte et présente les contextes dans lesquels on rencontre habituellement ce type d’objets. Elle utilise en partie un article écrit en collaboration avec L. Bonnamour (BONNAMOUR, DUMONT, 1996). D’autre part, une sélection des éléments les plus caractéristiques a été publiée récemment (FEUGÈRE, 1990). Il convient de rappeler qu’il est encore souvent impossible de préciser la date d’apparition et la durée d’utilisation de la plupart des armes romaines. L’absence de contexte relatif aux découvertes fluviales ne fait qu’aggraver ce constat ; aussi la série prise en compte n’est-elle présentée que sous la forme d’un bref récapitulatif.

33L’armement républicain est représenté par un lot de quatre casques de type Mannheim, dont trois proviennent de la Saône et un du Doubs (FEUGÈRE, 1994). Une épée en fer avec garde en bronze, probablement de la fin de la République, a été trouvée récemment sur le gué de l’Épine. Une autre épée longue à lame étroite, provenant du gué de la Casaque, pourrait également appartenir à cette catégorie. Certains pila, parmi les douze dénombrés, sont rattachables à cette période. Un spécimen a été recueilli sur ce même passage.

34Les époques impériales, et notamment le Haut-Empire, ont laissé des témoins plus nombreux et plus variés. Un casque de type Niederbieber, dans lequel était roulée une cotte de mailles, a été découvert en 1878 en bordure de Saône, à Ouroux. Il n’en reste malheureusement qu’un dessin, qui permet de l’assimiler au type I défini par Waurick (SANDRE, 1892 ; WAURICK, 1988). Deux cottes de mailles retirées du Doubs à Pontoux complètent la panoplie défensive, à laquelle il faut ajouter le casque de cavalerie de Chalon-sur-Saône (gué de Benne Lafaux) : orné d’un décor de nœud de serpents, il est comparable à l’exemplaire roumain de Cetate-Razboieni (Alba, Roumanie) et entre dans la catégorie des casques de type Guisborough (FEUGÈRE, 1994).

35L’armement offensif est relativement abondant : quatre glaives de type Mayence et dix de type Pompéi font que cette catégorie est la mieux représentée. Les épées longues sont au nombre de trois. On note également la présence d’une épée courte (FEUGÈRE, 1990, n° 111) et de deux épées à pommeau évidé ou à anneau (Ringknaufschwerter). Il s’agit de deux découvertes anciennes (DÉCHELETTE, 1913, fig. 49 ; FEUGÈRE, 1993, p. 158). Deux des cinq poignards recensés apparaissent comme exceptionnels. Trouvés dans la Saône à Allériot (BONNAMOUR, FERNOUX, 1969) et dans le Doubs à Pontoux (BAILLY, 1977, n° 24), ils possèdent tous deux un fourreau orné. Parmi les pointes de lance, deux exemplaires originaires du Doubs appartiennent à la catégorie des lances de bénéficiaire (FEUGÈRE, 1990, nos 129 et 130).

36Trois pointes de lance à douille et barbelures (FEUGÈRE, 1990, nos 125-126-127) ainsi qu’une épée avec marque estampée (FEUGÈRE, 1990, n° 114) sont, à l’heure actuelle, les seules armes attribuables avec certitude à la fin du Bas-Empire. Il faut ajouter à cette série une armature de trait de catapulte (BAILLY, 1977, n° 18).

37La Saône a également livré un umbo de bouclier en fer, des pila de formes et de tailles variées, quelques pointes de lance et deux pointes de trait (FEUGÈRE, 1990, nos 123 et 124). Il est difficile de proposer une attribution chronologique précise pour ces objets.

38La présence d’armes romaines est généralement reliée à des événements historiques, dont la Guerre des Gaules, qui, par son importance, comme par sa durée, aurait dû laisser le plus de traces dans la vallée de la Saône. Or, le récapitulatif des découvertes montre une faible représentation de l’armement républicain. Dans son analyse des armes de cette période, M. Feugère (1993) rappelle que le seul site que l’on peut directement rattacher à des événements militaires connus par des textes demeure, en Gaule, celui d’Alésia. Pour les périodes suivantes, d’autres faits connus par des témoignages écrits ont été recensés (BONNAMOUR, DUMONT, 1996) mais aucune preuve tangible ne permet de les relier directement avec les armes retrouvées dans le lit de la Saône.

39Les armes romaines découvertes dans des sépultures sont assez rares. M. Feugère (1993) rappelle que le soldat romain (contrairement au guerrier gaulois) n’est normalement pas inhumé avec son armement. Cependant, des tombes du Haut-Empire en ont livré. Ce phénomène pourrait témoigner de l’origine ethnique des défunts, le dépôt d’armes étant bien attesté, à la période suivante, en milieu germanique. Les tombes où sont déposées des armes correspondraient à celles d’auxiliaires germains ayant servi dans les troupes romaines. Pour d’autres auteurs, « la présence des armes manifesterait l’appartenance du défunt à un statut social privilégié, pratiquant la chasse. Ces derniers s’appuient sur un document exceptionnel, un document antique connu sous le nom de Testament du Lingon : les dernières volontés du défunt précisent en effet qu ’il devra être enseveli avec ses armes de chasse, lances, épées et coutelas » (FEUGÈRE, 1993, p. 34).

40Dans la vallée de la Saône, trois découvertes anciennes d’armes dans des sépultures en bordure de la rivière sont signalées : un glaive issu d’une tombe de la nécropole de Charnay-lès-Chalon (MONNIER, 1862), un autre glaive provenant de Saint-Bernard (VALENTIN-SMITH, 1888, attribution à une sépulture incertaine), enfin, un casque de type Niederbieber accompagné d’une cotte de mailles, découvert à Ouroux-sur-Saône. L’ancienneté de ces découvertes et la disparition des objets en limitent l’interprétation. Bien que l’attribution de ces armes à des tombes soit probable, des renseignements essentiels manquent : emplacement exact pour Saint-Bernard, datation précise, conditions de dépôt...

41On peut simplement préciser que la nécropole de Charnay se situait à proximité de la voie romaine Chalon-Besançon et que des vestiges gallo-romains sont signalés sur cette commune (REBOURG, 1994). En ce qui concerne la trouvaille d’Ouroux-sur-Saône, le lieu de découverte, baptisé Trou de la Mauroy, se trouve au niveau d’un gué possible sur lequel aucun vestige n’est recensé. En revanche, il se situe à un kilomètre en amont du gué du Port de Grosne et à un kilomètre en aval du gué de la Casaque. Ces deux passages ont livré du mobilier romain (céramique, armes, vaisselle métallique, fig. 70). Dans ce secteur, des sites terrestres sont également signalés non loin de la Saône. Malheureusement, le site a servi de carrière d’exploitation d’argile au XIXe siècle pour la tuilerie du port d’Ouroux et ce qu’il en reste est aujourd’hui recouvert d’une digue.

42Les armes sont très rarement retrouvées dans les sanctuaires gallo-romains. M. Feugère (1993) signale cependant qu’une épée dans son fourreau de bois a été déposée à Mézin (Lot-et-Garonne) au IIIe s. I. Fauduet (1993) note leur présence sous forme miniaturisée dans les sanctuaires de la Gaule à partir de la deuxième moitié du Ier s., mais « la destination de ces offrandes reste inconnue comme l’identité de ceux qui les ont déposées ». Dans la Saône, aucune arme miniature n’a été découverte.

43La prospection menée sur le pavage du gué de la Casaque à l’aide d’un détecteur de métaux a permis de mettre au jour un glaive à poignée de bois de type Pompéi (ce type d’arme apparaît dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C.). Il reposait à 30 cm sous l’empierrement. Comme pour la découverte de l’ascia, il n’a pas été possible de mettre en évidence une éventuelle fosse. Cependant, la position primaire de cet objet, déposé volontairement sous le pavage du gué mis en place dans le courant du Ier s., ne fait aucun doute. Une pointe de lance a également été recueillie, mais dans un secteur du gué où le pavage était partiellement détruit. Pendant les dragages pratiqués avant la fouille, en 1990, deux autres armes avaient été sorties de l’eau : un pilum d’époque césarienne et une épée probablement contemporaine.

La vaisselle métallique

44L’analyse qui suit utilise les attributions chronologiques données dans deux ouvrages présentant l’essentiel de la vaisselle métallique issue du lit de la Saône : Les vases antiques de métal au musée de Chalon-sur-Saône (BARATTE et alii, 1984), et le mémoire de maîtrise d’O. Németh (1993). On ne dira jamais assez l’importance de la rédaction de tels catalogues, qui présentent de façon exhaustive toutes les découvertes d’une catégorie de vestiges. Ils sont les bases indispensables à la recherche.

45152 récipients en métal sont localisés précisément sur vingt-trois sites de gué. Sur ce total, neuf exemplaires seulement proviennent de passages situés entre Lyon et Mâcon. La perte d’informations, pour cette catégorie d’objets, est donc très importante. Sur 143 récipients recueillis sur dix-huit gués entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, un tiers (quarante-huit) est regroupé sur deux passages du sud de Chalon : Benne Lafaux et Port Guillot (fig. 72 et 73). Ces deux sites ont fait l’objet de travaux d’aménagement précoces, mais ils ont également été surveillés de près par des érudits locaux. La richesse de ces deux sites a été imputée à leur proximité avec la ville de Chalon-sur-Saône, agglomération importante à l’époque gallo-romaine et probable centre de production d’objets manufacturés. Cependant, la présence de lots significatifs de vaisselle métallique sur les gués de Gigny-Thorey (neuf éléments, fig. 69) et de la Mare Jandeau (onze éléments, fig. 68), situés respectivement à 16 et 22 km au sud de Chalon, permet de penser que l’existence d’un centre urbain ne suffit pas à expliquer ces découvertes. On peut en effet supposer que si le gué de Gigny-Thorey avait bénéficié de la même attention que ses homologues chalonnais, le nombre d’objets aujourd’hui conservés serait équivalent ou assez proche des séries de Benne Lafaux et du Port Guillot. En prenant en compte les découvertes effectuées et connues sur les passages à gué localisés entre Verdun-sur-le-Doubs et le nord de Mâcon, on peut tenter d’évaluer la perte d’information. Ces dix-sept passages ont livré une moyenne de huit ustensiles : Allerey (quatre), Raconnay (deux), Allériot (quatre), Verdenet (dix), Damerey (trois), les Piles (quatre), Benne Lafaux (vingt-deux), Port Guillot (vingt-six), les Ronzeaux (six), la Casaque (cinq), Port de Grosne (huit), Gigny-Thorey (neuf), Mare Jandeau (onze), l’Épine (cinq), l’Homme d’Armes (deux), le Villars (quatre), Jean de Saône (douze). Si on multiplie ce chiffre par le nombre de gués reconnus comme probables ou certains tout le long de la Grande Saône (soit quarante-six gués) on obtient un total de 368 récipients. On peut donc estimer que l’échantillon actuellement disponible (152) représente environ 40 % de ce qui a pu être réellement découvert sur les passages de la Grande Saône. Il faut préciser que, parmi les trouvailles répertoriées mais non prises en compte dans ce calcul, figurent quarante-quatre vases dont l’indication de provenance est trop imprécise (la Saône, ou la Saône en Chalonnais). Sur ce nombre, douze se répartissent probablement entre les gués de Benne-Lafaux et du Port Guillot. De telles découvertes ne se limitent pas à la Grande Saône. La Petite Saône, le Doubs et même une rivière beaucoup plus petite comme la Thalie ont également livré des récipients d’époque romaine en métal.

46Les types rencontrés sont variés : les casseroles et les cruches sont les deux catégories les mieux représentées, en nombre à peu près équivalent. Viennent ensuite, par ordre décroissant, les chaudrons, les louches, les plats, les bassins et les passoires. Étant donné le pourcentage de perte évoqué ci-dessus, on peut difficilement raisonner en matière de présence ou absence de certains types de vases. Les variations constatées selon les passages ne sont probablement dues qu’aux hasards des découvertes. Au gué de Benne-Lafaux, par exemple, quatre casseroles et six cruches, entre autres, sont signalées mais aucun chaudron ne figure dans l’inventaire, alors qu’au gué du Port Guillot, pour onze chaudrons on ne recense que deux casseroles et trois cruches (fig. 72 et 73).

47L’analyse chronologique, qui pourrait permettre de déterminer à quel moment précis dans la période gallo-romaine ces récipients se sont retrouvés dans l’eau, reste pour le moment aléatoire. En effet, si certaines séries peuvent être datées assez précisément, comme par exemple les casseroles fabriquées en Italie au Ier s., d’autres éléments sont insérés dans des fourchettes chronologiques très larges, couvrant parfois deux ou même trois siècles ! L’exemple le plus caractéristique est celui des chaudrons de type Festland : « production de Gaule du nord, ils connaissent une durée d’utilisation assez longue du IIIe au Ve s. dans les provinces de Germanie » (BONNET, PLOUIN, 1992). Cependant, la présence, dans la Saône, de trois exemplaires non achevés, a fait supposer que ces chaudrons pouvaient être fabriqués localement (BARATTE et alii, 1984). Comme aucun atelier n’a pour le moment été mis au jour, on ne peut savoir si ces chaudrons étaient contemporains ou non des productions septentrionales. Les plats ovales de type Regensburg sont « difficiles à dater, car ils ont perduré longtemps sans changement notable [...] ils apparaissent à la fin du Ier s. ap. J.-C. et existent encore sous Constantin » (BONNET, PLOUIN, 1992). Plusieurs éléments métalliques sont susceptibles de voir leur attribution chronologique évoluer, d’autres ne sont pas encore datés. De plus, la durée de vie et d’utilisation des objets métalliques peut être très longue. Pour toutes ces raisons, auxquelles s’ajoute l’absence de contexte stratigraphique, il serait prématuré d’établir une répartition chronologique de ce mobilier sur les gués de la Saône. On peut seulement rappeler les différents contextes de découvertes de la vaisselle métalliques et voir si des comparaisons ou des analogies sont possibles avec les trouvailles effectuées dans le lit de la Saône.

48En introduction du catalogue paru en 1984 (BARATTE et alii), L. Bonnamour proposait trois hypothèses pour expliquer la présence de la vaisselle métallique romaine dans la Saône.

49La première consistait à évoquer la présence dans la berge de riches nécropoles à incinération du Ier s. ap. J.-C. Leur érosion par le courant aurait entraîné le mobilier des tombes dans le lit du cours d’eau.

50Des sépultures datées du Ier s. ont livré du mobilier comprenant de la vaisselle métallique, mais elles sont situées hors de la zone géographique considérée dans cette étude. On peut citer en exemple celle de Trinquies en Picardie où une quarantaine d’objets, dont des ustensiles métalliques, ont été découverts (BAYARD, 1993). Le tombeau de Neuvy-Pailloux dans l’Indre recelait également une cruche à anse, des bassins et un manche de patère en bronze (BARBET, 1992). L’auteur attribue cette pratique à la permanence d’une coutume locale forte, qui consiste à enterrer le défunt avec tous les objets de la vie quotidienne. Il s’agit de la sépulture d’un Gaulois romanisé mais attaché à certaines traditions. Des particularismes locaux sont également invoqués pour expliquer la présence de riches sépultures à inhumation du Haut-Empire, en milieu rural, à la limite nord du marais Poitevin et de la Charente. La richesse du mobilier (vaisselle en verre et en bronze, parures, etc.) est associée à l’existence de familles aisées d’exploitants ou de propriétaires terriens qui se sont fait inhumer sur leur propre domaine (SIMON, HIENARD, 1993). Une étude sur les sépultures et les habitats gallo-romains en Bas-Berry met en évidence que « les nécropoles se situent près des villae et que les axes routiers et fluviaux attirent les monuments funéraires importants » (BRISSAUD, 1993). L’auteur décrit une sépulture particulière appelée monument de Mitatis (commune de Sauzelles) datée de la fin du IIe s. ap. J.-C. : « Taillée dans un affleurement rocheux des bords de Creuse (3 m de haut sur 3,5 m de large), il s’agit d’une sépulture à incinération isolée. L’urne en verre, unique, est cubique. Elle était placée dans une cavité centrale ménagée au sommet du monument : trois personnages (un homme et deux femmes) sont représentés chacun dans une niche en compagnie d’un chien. Le cadre romantique ne doit pas faire oublier qu’à la fin du IIe siècle la Creuse était navigable, et que ce monument devait être alors parfaitement visible depuis la rivière ».

51On pourrait tout à fait imaginer des sépultures de grands propriétaires, placées de façon ostentatoire au bord de la Saône. Cependant, aucune découverte de ce type n’a été effectuée à ce jour et les nécropoles connues dans le val de Saône ne comprenaient pas de riches sépultures. Celle du Grand Champeau à Gergy (ALARY, 1990), dont l’origine remonte au Ier s. ap. J.-C. et dont l’utilisation principale se place au IIe s., ne contenait que des fibules, des morceaux d’amphores, de la céramique, une pièce de monnaie en bronze et une urne en verre. Celle de la Citadelle à Chalon, en contexte urbain, a également été utilisée dans le courant du Ier s. Parmi le mobilier découvert, à côté des urnes funéraires, on trouve « des sigillées, des lampes à huile, des monnaies, des figurines, des objets en os, en général passés au feu, et ayant sans doute été placés sur le bûcher avec le corps » (AUGROS, 1996). La nécropole des Cordiers à Mâcon n’a également livré que des céramiques et des petits objets personnels, fibules, couteau, clef (BARTHÉLÉMY, 1996). La nécropole du Petit Creusot, située près du débouché du gué de Benne-Lafaux au sud immédiat de Chalon (fig. 40) et citée par L. Bonnamour comme un des cas possibles de riche nécropole, est très mal connue. L’examen du mobilier conservé, des fibules essentiellement, montre qu’elle a été utilisée tout au long du Ier s. ap. J.-C. (FEUGÈRE, 1978b). Aucune découverte de vaisselle métallique n’est signalée. La nécropole, située près du débouché du Port Guillot, n’est connue que par une brève mention dans la presse locale.

Fig. 72. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué du Port Guillot (1). La céramique, non étudiée, n’est pas représentée ; elle constitue cependant la majorité des découvertes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 73. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué du Port Guillot (2). Dessin des objets : C. Michel. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

52Seul le site de Porthelot, près du débouché du gué de Gigny-Thorey, mentionné en exemple par L. Bonnamour, pourrait correspondre à une riche sépulture. L. Bidault de Grésigny en fait la description suivante : « J’ai retiré d’un terrain situé sur la rive gauche appartenant à M. Jauffre, à côté de Porthelot, une magnifique aiguière en bronze du commencement de l’époque romaine [...] À côté, j’ai arraché moi-même dans la berge, au milieu de fragments de poteries, de tuiles à rebords et d’autres matériaux de constructions de l’époque romaine, une très belle clef et un glaive [...] Toujours dans le même endroit ou à quelques centaines de mètres, ont été trouvés un plateau rond, dont le fond est incrusté de feuilles de laurier en argent, un autre plat long, deux casseroles plaquées d’argent, quantités de poteries dont beaucoup sont intactes et de belles formes. Cette trouvaille intéressante a été faite à un peu plus d’un mètre de profondeur, dans les alluvions enlevées par M. Jauffre pour trouver la terre argileuse nécessaire à la fabrication des tuiles ». L’étalement des découvertes sur plusieurs centaines de mètres signifierait que plusieurs sépultures étaient implantées dans la berge. Mais la présence de matériaux de construction fait également penser à un établissement (grosse villa ?), d’autant plus que l’auteur précise par ailleurs qu’à Porthelot « on voit encore aujourd’hui les murs de villas romaines écroulées dans les couches qui forment la berge » (BIDAULT de GRÉSIGNY, 1920). En 1984, L. Bonnamour signale qu’il a observé, après les crues, un foyer riche en céramique et en fragments de tuiles et d’amphores. Le seul fait attesté pour ce site est l’érosion de la rivière qui a entraîné, dans le courant du XIXe siècle, la destruction d’un établissement d’époque gallo-romaine qu’il est malheureusement impossible de caractériser. La présence de cinq éléments de vaisselle métallique antique pourrait également faire penser à une cachette, du même type que celle qui a été mise au jour à Vienne, place Camille Jouffray, par exemple (BARATTE et alii, 1989). Contrairement à la majorité des découvertes de ce genre, cette dernière a bénéficié d’une fouille récente qui a permis d’en cerner le contexte. La série d’objets comprenant de la vaisselle précieuse mais aussi des outils a été enfouie sous une maison au IIIe s., vraisemblablement sous la menace d’un danger imminent. En revanche, l’origine n’est pas clairement déterminée. Ce mobilier présente en effet, par sa composition, des analogies avec les objets généralement déposés dans les sanctuaires (offrandes des fidèles et matériel nécessaire au bon fonctionnement du temple).

53Dans la vallée de la Grande Saône, plusieurs trésors ou cachettes, essentiellement constitués de monnaies, contiennent également de la vaisselle en bronze ou en argent. À Verjux, un des deux trésors monétaires découverts à 600 m de la rivière était rassemblé dans une céramique elle-même déposée dans un chaudron en bronze avec une passoire du même métal (ALARY, 1996). Ces deux séries, dont l’enfouissement remonte au IIIe s., sont associées à un établissement gallo-romain. À Boitray, non loin du gué de Grelonges, deux trésors ont vraisemblablement été enfouis au début du IVe s. : « Le trésor de Gentil a restitué cent cinquante pièces de monnaie à l’effigie de plusieurs empereurs, trois bagues en or, dites chevalières et sept cuillères en argent en forme de spatule. Ces objets étaient renfermés dans des espèces de sacs en cuir dont on reconnut encore les traces. Le trésor de Verchère a restitué environ cinq cents pièces de monnaie, presque toutes en argent et un vase en argent qui renfermait un collier en or et pierreries, dix bagues d’or et quatre d’argent » (BESANÇON, 1907). Deux séries de récipients métalliques issues des bords de la Saône pourraient être assimilées à des cachettes. Il s’agit de la découverte du Petit Chauvort signalée par L. Armand-Calliat (1937). Un plat, une passoire et une casserole en bronze étaient associés à une monnaie et à des tuiles. Le lot de cinq pièces d’argenterie conservé au Musée des Antiquités Nationales pourrait également recevoir la dénomination de trésor ou cachette mais son origine n’est pas certaine. Il a été découvert dans la berge côté rive gauche, à proximité du gué de Benne Lafaux, d’après R. Lantier (1941) : « Les travaux de rectification effectués aux berges de la Saône, face aux établissement Schneider-Creusot... », et au débouché du gué du Port Guillot d’après L. Armand-Calliat (1937) : « D’après les renseignements recueillis auprès d’un garde de navigation, le trésor de Chalon aurait été mis au jour au printemps 1930, lors de l’établissement de l’estacade de l’usine thermique, sur la rive gauche de la Saône, en face de l’embouchure de la Corne, c’est-à-dire à un peu plus d’un kilomètre au sud du pont de chemin de fer de la ligne de Louhans ». Un doute subsiste donc quant à l’origine exacte de cette série. Son attribution au Ier s. établie par R. Lantier n’a pu être confirmée par O. Németh (1993). On peut toutefois noter que la collection Millon, constituée sur le gué de Benne Lafaux, comprend deux récipients en argent (une louche et une coupe) qui auraient peut-être pu faire partie du même lot.

54Cachettes, trésors ou sépultures implantées dans la berge sont autant d’hypothèses qui ne peuvent être vérifiées en raison de l’ancienneté et de la pauvreté des informations disponibles. Toutefois, si de tels ensembles avaient réellement existé, ils permettraient d’expliquer une faible partie seulement de la vaisselle métallique retrouvée sur les gués de la Saône. Comme cela a déjà été signalé, les objets entraînés dans la rivière par le courant qui érode les berges se déposent près de la rive et ne vont jamais jusqu’au milieu du lit mineur.

55La deuxième hypothèse avancée par L. Bonnamour mettait la vaisselle métallique en relation avec les installations portuaires. Si aucune installation de ce type n’a pu être clairement mise en évidence, il est cependant très probable que de telles activités se pratiquaient au niveau des gués dont la chaussée pouvait servir de lieu de transbordement. Si une partie des poteries retrouvées près des hauts-fonds correspond vraisemblablement à des contenants rejetés après utilisation, à des vases endommagés lors des manœuvres de transbordement, on peut cependant s’interroger sur les éventuelles pertes d’objets précieux tels que des récipients métalliques, d’autant plus que la faible hauteur d’eau devait permettre leur récupération à l’aide d’une gaffe ou d’un crochet. On peut raisonnablement penser que certains de ces objets ont été acheminés par voie d’eau mais cela n’explique pas pour autant leur présence dans l’eau. Il serait intéressant d’étudier en détail tous ces récipients et de définir quels types ont été retrouvés neufs, usagés ou en cours de fabrication.

56La troisième hypothèse mettait la vaisselle métallique en relation avec les gués, ce qui n’a fait que se confirmer au fil des nouvelles découvertes, et évoquait un dépôt intentionnel d’une partie des récipients dans un but cultuel ou votif.

57Dans le monde romain, si la vaisselle métallique est retrouvée dans des contextes domestiques, elle peut également avoir un rôle ou une signification religieuse ou symbolique. Ainsi l’utilisation des casseroles (récipient également désigné, selon les auteurs, par le terme de patère, qui présente une connotation plutôt religieuse) reste encore mal définie. Si un usage domestique est probable, O. Németh (1993) précise toutefois que l’emploi de soudures à l’étain pour fixer des petits pieds sur le fond interdit toute cuisson. Elle pense qu’elles servaient à présenter les aliments et C. Rolley (1994) suggère qu’elles pouvaient être utilisées en liaison avec des cruches pour le lavage des mains, dans le but de recueillir l’eau. Certaines casseroles sont munies d’un manche dont le décor porte des attributs religieux en rapport notamment avec Mercure, Athena et Apollon (TASSINARI, 1970). Elles figurent parfois parmi les découvertes de sanctuaires comme à Puech-Cau (SOUTOU, 1962). Dans le trésor de Berthouville, les donateurs indigènes ont offert des coupes et des casseroles (FAUDUET, 1993). Il est difficile de distinguer une vaisselle à usage proprement cultuel. On peut cependant citer, à titre d’exemple, les patères en céramique fabriquées par les ateliers de Lezoux, Vichy et Toulon-sur-Allier, qui imitent les formes métalliques. Leurs manches étaient décorés de motifs ayant trait à la fécondité des champs, à la végétation et aux animaux d’élevage, thèmes différents des exemplaires métalliques. Leur fragilité les rendait peu fonctionnelles et il est très probable qu’elles aient été fabriquées à des fins cultuelles (VERTET, 1972). Les casseroles à manche orné de têtes de cygnes, appelées parfois casseroles en tôle de bronze, ont été fabriquées au Ier s. en grandes quantités et expédiées vers les pays de population germanique où il était d’usage de déposer dans les tombes des vases en bronze (SOUTOU, 1962). D’après l’auteur, elles étaient destinées à un public peu fortuné puisque fabriquées avec une faible quantité de métal. Plusieurs casseroles de ce type ont été retrouvées sur les gués de la Grande Saône (un exemplaire sur les gués d’Anse, du Villars, de Benne Lafaux, et un quatrième à Ouroux non localisé précisément).

58Les cruches, récipients liés au banquet et au service du vin, pouvaient être utilisées pour le lavage des mains (ROLLEY, 1994). À propos d’une catégorie de cruche à anse ornée d’un pied humain, dont deux types ont été mis en évidence, l’un oriental et l’autre occidental, C. Szabό (1983) précise : « En ce qui concerne ce dernier, le fait que le caractère des sites soit directement en relation avec l’eau, et avec les rites de sacrifices est sans doute important. Partant de cette base, nous supposons que le récipient était éventuellement destiné à contenir de l’eau utilisée dans des buts rituels de vivo flumine ». Trois exemplaires de ce type de cruches ont été découverts dans la Saône, l’un mal localisé, près de Jassans-Riottier, les deux autres sur les gués de la Mare Jandeau et du Port Guillot (fig. 68 et 73). Un quatrième récipient, dont l’anse se termine par une représentation de doigt humain, est apparenté à ce type et provient du gué d’Allerey (fig. 74).

59Les cruches et les casseroles figurent assez fréquemment en bas-relief sur le côté des autels. Elles sont les principaux instruments employés pendant les sacrifices : la casserole pour les libations, la cruche pour l’eau lustrale (TUFFREAU-LIBRE, 1992).

60Une casserole en bronze du Ier s. a été découverte sur le gué de la Casaque, placée à l’horizontale, calée entre les pierres du pavage, dans un niveau de gravier compact. Sa position ne peut en aucun cas résulter de l’action du courant. Cet ustensile, comme l’ascia et le glaive déjà mentionnés, a donc été déposé volontairement sur le passage. Ce gué a également livré, au cours des dragages de 1990 et de 1996, une louche, une cruche et une coupe en bronze du Ier s. ainsi qu’un couvercle de récipient en bronze daté des IIe-IIIe s. (fig. 70).

Interprétation

61Pour la première fois, on peut affirmer que sur un passage à gué, trois objets, un outil, une arme et un récipient métallique ont été placés volontairement entre ou sous les pierres. Cette constatation représente un grand progrès dans l’étude des découvertes effectuées en milieu fluvial, mais elle ne peut être généralisée, faute de preuve, à toutes les trouvailles. Deux des trois objets (la casserole et le glaive) sont datés du Ier s. ; l’ascia ne peut recevoir d’attribution chronologique certaine dans l’époque romaine.

62On peut supposer que ce genre de dépôt d’éléments métalliques correspond à une pratique du début de notre ère mais on n’est pas en mesure de dire si elle a perduré ou si elle a évolué. De plus, si l’on tente de passer à un niveau supérieur d’analyse, c’est-à-dire expliquer la ou les motivations de ces dépôts, on ne peut que proposer des hypothèses, en se fondant sur quelques extraits des textes antiques et surtout sur la seule étude effectuée sur un culte consacré à un fleuve à l’époque romaine, celle de J. Le Gall (1953) sur le Tibre.

Fig. 74. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué d’Allerey. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

63Une inscription gravée sur un socle et découverte à Chalon-sur-Saône atteste que la Saône était divinisée à l’époque romaine sous l’appellation de Souconna (fig. 75). L. Armand-Calliat (1962b) a supposé l’existence d’un sanctuaire lié à l’eau, dans Chalon, à proximité immédiate de la Saône, à l’emplacement de l’actuelle rue de Thiard. Ce sanctuaire aurait été celui des nautes de la Saône, ce qui expliquerait la dédicace à Souconna ainsi que la présence d’éléments de frise représentant les Noces de Neptune et d’Amphitrite. On peut citer en comparaison, l’exemple de Lausanne (Suisse) où les nautes du lac Léman ont rédigé une dédicace en l’honneur de Neptune (FAUDUET, 1993). F. de Izarra (1993) pense que la barque votive en bronze retrouvée à Lyon sur la colline de Fourvière était un ex-voto déposé dans le sanctuaire de la divinité de la rivière par les nautes. L’hypothèse du sanctuaire a également été avancée pour expliquer la découverte, dans le lit de la Lys à Thiennes (Nord), de trois statues en bronze qui constituaient manifestement un ensemble : « Elles étaient honorées conjointement, ensemble elles ont été volées ou soustraites au pillage puis cachées ou abandonnées, non loin du sanctuaire où elles figuraient. Un culte des eaux pouvait être à l’origine de cette triade » (BOUCHER, 1972). Si l’existence d’une importante corporation de nautes ayant navigué sur la Saône est bien attestée par l’épigraphie (BONNARD, 1913), celle d’un sanctuaire ayant un rapport direct avec cette profession ou avec la rivière n’a jamais été confirmée par d’autres découvertes archéologiques.

64On pourrait penser qu’à défaut de sanctuaire, des offrandes auraient pu être déposées directement dans le lit de la Saône. C’est ce qui s’est vraisemblablement produit pour le Tibre : « Il y avait bien un dieu du Tibre, Tiberinus Pater, mais on ne le séparait pas des eaux auxquelles il fallait s’adresser en même temps qu ’à lui. [...] On ne lui consacrait pas de temple parce qu ’on ne pouvait enfermer ses eaux dans un édifice, ni d’autel parce qu’elles pouvaient engloutir directement victimes et offrandes. L’existence de Tiberinus Pater masque à peine la réalité : le véritable objet de culte était le fleuve lui-même » (LE GALL, 1953). Cependant, les eaux du Tibre étaient considérées comme guérisseuses. Des terres cuites en forme de parties du corps ont été retrouvées dans son lit. Ces ex-voto sont comparables à ceux qui ont été mis au jour dans les sources de la Seine (petites plaques de tôle de bronze représentant des organes). Dans la Saône, aucun objet de ce type n’a été découvert. Aucun élément issu du lit de la rivière ne porte de dédicace à Souconna ou à tout autre divinité, comme cela est parfois le cas dans les sanctuaires ou dans des lieux ayant un rapport avec l’eau. C. Bourgeois (1991) d’après L. Bonnard (1907) en donne plusieurs exemples : « La plaque de bronze de Plombières (Vosges) trouvée dans le lit du ruisseau de l’Eau-Gronne, avec plusieurs autres et qui est dédiée à Neptune [...] Les trois patères de cuivre trouvées à Evaux (Creuse) en 1856, dans l’un des anciens puits, et dont l’une est dédiée au dieu Ivaos. Le vase de bronze trouvé à Néris (Allier) en 1876, dans un ancien puits aussi, et qui porte une dédicace au dieu Ibossus. Le vase de bronze trouvé à Chassenay (Côte-d’Or) dans un puits encore, et qui est consacré à Albius et Damona ». On peut donc supposer, en l’absence de ce genre de découverte dans la Saône, que les objets qui y ont été déposés ne correspondaient pas à un culte à motivations médicales.

Fig. 75. Socle en pierre découvert en 1912 à Chalon-sur-Saône, portant une dédicace des habitants de la ville antique de Chalon à la déesse Saône : Aug (usto) Sac (rum) Deae Soucormae oppidani Cabilonnenses p (onendum) c (uraverunt). Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

65J. Le Gall précise que les eaux du Tibre jouaient aussi un rôle de purification rituelle et morale : « À la fin du Ier siècle ap. J.-C., au témoignage de Perse et de Juvénal, on voyait couramment des gens se plonger dans les eaux du Tibre pour s ’y laver de leurs péchés. [...] La notion de purification par le fleuve dérive de la connaissance de son action matérielle : comme il entraîne les souillures visibles, il entraîne les souillures invisibles du corps et de l’âme ». Toujours d’après J. Le Gall, la force surnaturelle des eaux du fleuve, pour ses riverains, pouvait être dangereuse si on entrait en contact avec elle d’une façon déplaisante, brutale, surtout lorsque le fleuve avait manifesté sa colère par un prodige (crue ou brusque retrait des eaux). Il cite en exemple les précautions prises pour la construction d’un pont dans Rome : « La construction du pont Sublicius a été confiée à des hommes qui connaissaient les précautions magico-religieuses qu’il était nécessaire de prendre pour éviter ce danger et pour contraindre le fleuve à supporter le pont ». On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec une phrase du poète grec Hésiode (Les travaux et les jours, 737-741) qui évoque la traversée des fleuves, même s’il existe un décalage chronologique : « Que tes pieds ne franchissent pas les belles ondes des fleuves éternels, avant que tu n’aies, les yeux tournés vers le beau cours, fait une prière, tes mains d’abord lavées dans l’eau aimable et blanche : qui traverse un fleuve sans avoir lavé sa conscience et ses mains attire sur lui le courroux des dieux, qui plus tard lui infligeront des souffrances » (cité dans MAZON, 1928).

66Un certain nombre d’objets retrouvés sur les gués de la Saône pourraient être liés à des rites de traversée. On pense notamment aux formes de récipients destinés à contenir les liquides, les cruches en céramique, les cruches en bronze et aussi les casseroles qui pouvaient servir à recueillir l’eau lors du lavage des mains (ROLLEY, 1994).

67À ces rites de passage auraient très bien pu s’ajouter des rites liés au culte de la rivière elle-même, dans lesquels les hauts-fonds (donc les gués) auraient pu avoir une certaine importance. Là encore cette hypothèse est suggérée par une comparaison avec le culte du Tibre. Le lit de ce fleuve a livré, en plus des ex-voto anatomiques, de nombreux autres objets dont la destination première n’était pas cultuelle et qui ne portaient aucune dédicace : poteries, lampes à huile, monnaies, etc. De plus, J. Le Gall (1953) précise les faits suivants : « Très nettement les croyants ont préféré, dès l’origine, pour célébrer le culte du Tibre, des conditions géographiques particulières, celles que présentaient les grands terre-pleins alluviaux qui ne découvraient qu’aux basses eaux. Ce choix ne leur a pas été conseillé par des raisons pratiques, qui n ’ont pu jouer que beaucoup plus tard lorsque les constructions ont envahi les rives, ils l’ont donc fait pour des raisons religieuses. [...] Ces terrains qui émergeaient périodiquement du sein des eaux leur appartenaient et participaient de leur caractère sacré au même titre que les ex-voto, les victimes et les criminels qu’elles engloutissaient. Provisoirement, leur exondation permettait aux hommes de pénétrer dans le domaine du sacré dont ils étaient exclus d’ordinaire, il était naturel qu’ils en profitassent pour célébrer les rites du fleuve. Ils le faisaient au moment où les terre-pleins venaient d’apparaître, c’est-à-dire où ils conservaient toute l’intégralité de leur caractère, ou à celui où ils allaient disparaître sous les eaux et rentrer dans le monde surnaturel »

68Si les eaux de la Saône, comme celles du Tibre, étaient considérées comme sacrées, les hauts-fonds dont certaines portions devaient émerger en période de basses eaux, ainsi que les îles, ont probablement été l’objet d’attentions particulières de la part des riverains de la rivière et des usagers des gués. À d’éventuels rites de passage célébrés aux débouchés du gué, se sont donc probablement ajoutés des offrandes déposées plus en avant dans la rivière, quand les conditions le permettaient. Le fait d’avoir découvert des objets métalliques sous les pierres d’un gué le laisse fortement présumer. S’il y a eu offrandes de céramiques, il faudrait les situer plutôt aux débouchés du gué. Ce phénomène avait déjà été constaté sur le gué du Port Guillot : la majeure partie des récipients (cruches notamment) provient des extrémités du passage ; cependant, le secteur médian n’a pas fait l’objet de recherches approfondies. Dans le cas du site de la Casaque, la fouille de la partie centrale fait apparaître une différence : le mobilier céramique trouvé dans ce secteur est peu abondant et ne comprend que des éléments fragmentaires (à l’exception de deux mortiers complets), attribuables au Ier s. ap. J.-C. La casserole et le glaive (retrouvés dans le pavage) ainsi que le pilum, l’épée longue, la cruche et le vase en bronze, tous issus des dragages, se rattachent également au Ier s. ap. J.-C. Peut-être se trouve-t-on en présence de deux phénomènes d’offrandes différents : un dépôt d’objets métalliques du début de notre ère, apparemment réparti sur toute la longueur du gué, et un type d’offrandes plus tardif (IIe-IIIe s. ap. J.-C.), constitué de céramiques et localisé aux débouchés du passage.

69Les découvertes d’époque romaine sont fréquentes dans les cours d’eau européens depuis le XIXe siècle ; cependant l’une des plus spectaculaires et des plus récentes est sans doute celle qui a été effectuée à Neupotz dans le Rhin (Allemagne, Land de Rhénanie-Palatinat ; KÜNZL, 1993). Constituée d’un millier d’objets antiques, elle a pour origine des dragages pratiqués dans un bras mort du fleuve pendant plus de quinze ans (de 1967 à 1983). Les auteurs de la publication exhaustive de cet ensemble ont pris le parti de faire de cette masse d’objets un lot homogène en le rattachant à un événement ponctuel : des Alamans, après s’être livrés au pillage, traversaient le Rhin pour rentrer chez eux avec deux chariots chargés de butin. Les bacs qui convoyaient ces chariots sur l’autre rive du Rhin auraient coulé pendant la traversée. Cet épisode est situé au IIIe s. ap. J.-C. L’incohérence de cette explication a déjà été soulignée par C. Rolley (1994) et J.-P. Callu (1995) ; il n’est donc pas utile de revenir en détail sur les défauts qu’elle présente.

70On peut cependant tenter de proposer d’autres hypothèses et d’établir des comparaisons avec les lots de mobilier recueillis dans le lit de la Saône.

71On ne peut nier les incursions des Alamans en Gaule, mais il est fort probable que tous ces objets ne correspondent pas à un unique dépôt, qu’il soit accidentel ou non. Le lot renferme des éléments dont l’attribution chronologique est antérieure au IIIe s. : une situle du Ve s. av. J.-C., un pichet du IIIe s. av. J.-C. et trois armes laténiennes. De plus, les remarques qui ont été formulées dans le chapitre précédent à propos des problèmes de datation de la vaisselle métallique (à savoir des attributions chronologiques couvrant parfois deux siècles et la permanence de certaines formes ou leur durée d’utilisation) peuvent également s’appliquer à cette série dépourvue de tout contexte stratigraphique.

72Après s’être posé la question de l’homogénéité de cette trouvaille et au vu de certaines découvertes effectuées en d’autres points frontières de l’Empire romain, on peut se demander si ces objets doivent vraiment être considérés dans leur totalité comme du butin résultant de pillages. La découverte en Écosse, sur le site terrestre de Trapain Low, d’un riche mobilier en argent est analysée ainsi : « Autrefois, ce trésor était considéré comme butin de pillage. Toutefois, son interprétation comme un des aspects de la politique romaine aux frontières est préférable : c’est le plus beau de toute une série de pièces d’argent découvertes au-delà de la frontière, de l’Irlande au Danemark et à la Pologne, paiement ou cadeau pour acheter la sécurité. Il est peu probable que cet argent ait jamais été utilisé comme monnaie ou comme vaisselle de table par les indigènes. Naturellement cette vaisselle de table est parvenue en Écosse en services dépareillés, en tant que masse d’argent. Son principal usage semble avoir été réservé, comme matière première, à la fabrication de chaînes ou de fibules penannulaires durant les quelques siècles suivants » (HUNTER, 1993). En Germanie du Nord et de l’Est, dans le courant du IIIe siècle, l’apparition dans les tombes d’un riche mobilier d’origine romaine fait penser à B. Cunliffe que ces produits de luxe pouvaient représenter « des dons diplomatiques offerts par certains généraux romains en échange de serments de fidélité, mais il se pourrait tout aussi bien qu’il s’agisse là de l’apparition, pour des périodes relativement courtes, d’élites indigènes contrôlant des itinéraires commerciaux » (CUNLIFFE, 1993). On peut envisager qu’une partie des objets issus du lit du fleuve pourrait avoir comme origine un cadeau diplomatique ou un paiement stratégique.

73À Neupotz, la vaisselle métallique, qui représente 11 % des trouvailles, est associée à des éléments divers dont l’une des caractéristiques est de présenter des analogies avec les types d’objets recueillis sur les gués de la Saône : des armes, des outils (dont certains sont liés à la batellerie), des ancrages et des garnitures de bateaux. Les seuls bateaux romains découverts dans la Saône ne se trouvent pas sur un gué mais contre la pile d’un pont (BONNAMOUR, 1996a) ; cependant, l’inventaire archéologique a montré que les épaves (toutes époques confondues) sont généralement retrouvées aux abords des hauts-fonds et donc des gués. La série de Neupotz comprend également des éléments liés au transport terrestre (morceaux de chariots, hipposandales). Dans la Saône, un seul élément de char a été retrouvé (un moyeu sur le gué des Ronzeaux) mais il n’est pas absolument certain qu’il soit romain. Des hipposandales sont signalées sur les gués de Benne Lafaux et de la Mare Jandeau (fig. 68, n° 15). Ce type de vestiges n’a été que trop rarement récupéré sur les dragues.

74Les similitudes sont également chronologiques, puisque des éléments pré-romains ont été découverts dans le Rhin. On remarque aussi la présence de nombreux objets qui, lorsqu’ils sont découverts hors de tout contexte stratigraphique, sont difficiles à dater : les outils déjà cités mais aussi certaines pièces de vaisselle métallique comme les chaudrons de type Festland. Quarante-trois exemplaires de ce type de récipient sont recensés à Neupotz et onze sur le gué du Port Guillot. On peut supposer que si la totalité du mobilier mis au jour lors des dragages effectués sur ce passage avait été conservée, on posséderait, aujourd’hui, une série quantitativement équivalente ou proche de celle de Neupotz.

75On a vu que plusieurs phénomènes pouvaient intervenir dans les conditions de dépôts des objets dans le lit de la Saône. Le dépôt volontaire d’une arme, d’un outil et d’un récipient métallique a pu être prouvé. On peut dès lors se demander si dans le Rhin, de telles pratiques n’auraient pu avoir lieu. Des mentions de pratiques similaires ont été collectées en Europe du Nord et même si elles présentent un certain décalage géographique ou chronologique avec la datation proposée pour la découverte de Neupotz, il paraît intéressant d’en faire état.

76C. Bourgeois (1991) signale l’anecdote suivante :

« Pour ce qui est des Germains, Orose (Historiarum Liber, V, 16, 1-7) rapporte que les Cimbres, vainqueurs des Romains à Arausio (Orange) en 105 av. J.-C., jetèrent dans le Rhône leur butin après l’avoir mutilé ».

77L’analyse des pratiques rituelles des peuples germaniques (TODD, 1990) montre que les dépôts dans les lieux humides (marais et tourbières) étaient fréquents et qu’ils comprenaient des quantités impressionnantes d’objets variés. Des dépôts datant du Ier s. av. J.-C. renfermaient notamment des éléments de chars : « On a récemment mis au jour dans une tourbière de Rappendam, en Zélande, des morceaux de chars. [...] Outre ces fragments de chars, ce dépôt contenait quelque quarante roues, trois socs de charrue, un squelette de femme et les restes de nombreux sacrifices d’animaux ». On peut rappeler qu’à Neupotz, deux chars ont pu être reconstitués, mais à côté, C. Rolley (1994) remarque qu’« il y avait beaucoup de roues, Il au moins, probablement entre 30 et 40 ».

78Ces découvertes sont généralement mises en rapport avec un culte de la fertilité. Certains lieux de dépôt, utilisés pendant plusieurs siècles, ont permis de déterminer une évolution : à partir du IIe s. ap. J.-C., ils prennent une connotation nettement guerrière, avec une augmentation du nombre d’armes. Le dépôt de Nydam (fin IIe – début Ve) comprenait 900 armes auxquelles étaient associés des fibules, des ceintures, des poteries, des ustensiles en bois, des instruments agricoles, des restes d’animaux sacrifiés et des monnaies romaines (dont la plus récente est un denier daté de 218). « Les objets, recouverts par un à deux mètres de tourbe, étaient disséminés sur une aire d’environ 1000 mètres carrés ». Trois bateaux contenant des équipements militaires et d’autres offrandes avaient été délibérément immergés. Le dépôt de Vimose présente également une composition variée d’équipements militaires datant de la fin du IIe et du début du IIIer s. ap. J.-C. : il comprend des armes tant germaniques que romaines, des fibules, des instruments agricoles et autres outils ainsi que de la vaisselle en bois.

79Si on ne peut affirmer que tous les Germains pratiquaient les mêmes rites, on peut néanmoins se demander si butin de pillage ou cadeau diplomatique (ou l’un et l’autre si on retient une possible évolution chronologique) n’auraient pas pu avoir, à Neupotz, comme destination finale, donc lieu d’offrande, le lit du fleuve ou une zone marécageuse le bordant. On sait par l’épigraphie que le Rhin était divinisé. Une dédicace au Père Rhin a été mise au jour à Strasbourg (KERN, 1993). D’après C. Bourgeois (1991), « c’est la première attestation du Père Rhin en Rhénanie romaine ; par ailleurs le fleuve dieu paraît une seule fois en Germanie supérieure, trois fois associé au génie du lieu et/ou à d’autres divinités en Germanie inférieure. Le qualificatif est préromain ».

80La trouvaille de Neupotz peut être interprétée de différentes façons. Si accident de traversée il y a effectivement eu, il aurait pu se produire pendant un passage à gué. Mais que connaît-on du lit du Rhin dans ce secteur à l’époque romaine ? S’il s’agit d’un dépôt volontaire, sa chronologie et ses motivations restent inconnues (offrande à un dieu fleuve, à une autre divinité ou ex-voto pour remercier d’une bonne traversée, etc. ?). Des vérifications in situ auraient peut-être permis de confirmer, en partie au moins, l’une de ces suppositions. Le cas de Neupotz, découverte récente publiée intégralement, montre les limites interprétatives que l’on rencontre face à un lot de mobilier dépouillé de tout contexte. Il est tentant de vouloir donner un sens et par là même, une date précise ou une restitution des phénomènes humains qui sont à l’origine de cette accumulation d’objets. Il est également frustrant de reconnaître que l’étude de cette série ne peut dépasser le stade de la comparaison typologique ou de l’analyse des technologies de fabrication des objets. Tant que l’on se limitera à la collecte de ces objets sans la faire suivre, ou encore mieux, précéder de prospections ou de fouilles subaquatiques, on devra se contenter du premier niveau d’étude. À l’heure actuelle, la simple récupération devrait être considérée comme une étape dépassée de la recherche archéologique.

Table des illustrations

Légende Fig. 65. Carte des passages à gué potentiels et des voies romaines connues entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 66. La Saône au niveau de la commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne. Deux gués potentiels existent dans ce secteur : l’un au niveau de l’île des Chanillons, l’autre près du Port Jean Gras. La gravière de Saint-Symphorien-d’Ancelles a livré lors de son exploitation, des vestiges laténiens et gallo-romains. Une motte médiévale dont l’emplacement exact reste incertain est également signalée sur la même rive (PERRAUD, 1910). G. Jeanton (1939) a restitué de ce côté-ci de la Saône une partie du tracé de la Via Agrippa qui correspondrait à l’ancien chemin reliant Mâcon à Belleville. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 67. Extrait de la carte au 1 : 25 000 présentant la Saône entre Gigny et Boyer (voir fig. 5), avec le tracé hypothétique des gués de la Tuilerie et de Gigny-Thorey à l’époque gallo-romaine ainsi que les sites connus de cette période. Ces gués, ainsi que celui de la Mare Jandeau situé juste au sud de la limite de la carte, permettaient sans doute de relier entre elles les deux voies parallèles à la Saône qui ont été repérées de chaque côté de la rivière. DAO Y. Robin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 68. Le mobilier métallique gallo-romain récolté sur les dragues au niveau du gué de la Mare Jandeau (communes d’Ormes et de Boyer). Ce gué a également livré une quantité importante de céramiques de cette période. Le mobilier d’époque romaine représente au total près des deux tiers des découvertes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 69. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué de Gigny-Thorey. Armement, outillage et vaisselle sont les principales catégories d’objets représentées. La vaisselle métallique trouvée au début du siècle dans la berge au lieu-dit “Porthelot” n’est pas figurée. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 70. Une partie du mobilier gallo-romain découvert sur le gué de la Casaque (toutes les céramiques ne sont pas figurées). L’ascia estampillée, le glaive et la casserole en bronze ont été trouvés en place dans ou sous le pavage du gué. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 71. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué des Ronzeaux (communes d’Épervans et Lux). La céramique, qui constitue la majorité des découvertes, n’est pas représentée. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 72. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué du Port Guillot (1). La céramique, non étudiée, n’est pas représentée ; elle constitue cependant la majorité des découvertes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 73. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué du Port Guillot (2). Dessin des objets : C. Michel. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 74. Le mobilier métallique gallo-romain recueilli sur le gué d’Allerey. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 75. Socle en pierre découvert en 1912 à Chalon-sur-Saône, portant une dédicace des habitants de la ville antique de Chalon à la déesse Saône : Aug (usto) Sac (rum) Deae Soucormae oppidani Cabilonnenses p (onendum) c (uraverunt). Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search