Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations

Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) aux âges du Fer

Texte intégral

Introduction

1Les objets pris en compte dans ce chapitre sont, sauf exception, localisés précisément sur des gués, essentiellement entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs. Des découvertes ont été effectuées entre Lyon et Mâcon, mais elles sont mal localisées ; la plupart se trouvent dans des collections privées et sont donc difficilement accessibles à l’étude. Certaines n’ont laissé qu’une mention puis ont purement et simplement disparu. Parmi les quelques objets découverts au nord de Lyon et publiés, on peut cependant mentionner un bracelet du Hallstatt provenant de Béligny (JEANTON, LAFAY, 1918a, p. 489), ainsi que deux pointes de lance et une assiette de La Tène recueillies dans la région d’Anse (ARMAND-CALLIAT, 1957a, p. 131). Le secteur de Trévoux-Saint-Bernard a également livré des armes (GIVRY, 1928) et un chenet (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 313). Ces données partielles ne permettent pas de restituer une vision de l’occupation des bords de Saône au nord de Lyon. Le travail qui suit concerne donc majoritairement le secteur le mieux documenté, compris entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs.

2Les âges du Fer dans la vallée de la Saône ont fait l’objet d’une exposition et d’un colloque en 1983 (BONNAMOUR, 1983b). Depuis, de nouveaux éléments recueillis lors de dragages ou de prospections subaquatiques ont été régulièrement publiés dans les Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône. Un chapitre du catalogue de l’exposition Du silex à la poudre (GUILLAUMET, 1990) rassemble un choix représentatif des armes. Deux autres catalogues, dont un mémoire de maîtrise, présentent de la vaisselle métallique de cette période (BARATTE et alii, 1984 ; NÉMETH, 1993). Deux travaux universitaires récents regroupent des études de céramique, l’un pour le premier Âge du Fer (COLLET, 1991), l’autre pour La Tène (BARRAL, 1994).

3L’analyse qui suit doit beaucoup à ces diverses entreprises. L’objectif consiste, non pas à effectuer une nouvelle étude typologique des différents objets, mais plutôt à obtenir une vision globale de la Grande Saône aux âges du Fer, avec pour base la carte des gués et l’inventaire archéologique établis aux chapitres précédents.

La vallée de la Saône aux âges du Fer : données actuelles

L’occupation des bords de la rivière

4En 1958, L. Armand-Calliat suggérait, en invoquant une aggravation des conditions climatiques, une désertion temporaire des bords de la Saône au cours du premier Âge du Fer. Cependant, un récent inventaire des sites ayant livré de la céramique hallstattienne, effectué par S. Collet (1991), recense, entre Verdun et Mâcon, vingt-quatre sites localisés en bordure de la rivière, montrant que ses débordements n’ont pas empêché les implantations humaines.

5Une seule sépulture est signalée à Lacrost près de Tournus, mais sa datation est incertaine (Bronze final ou Hallstatt ancien). Sept sites ont des fonction indéterminées et seize sont considérés comme étant des habitats. Ces établissements se trouvent soit à proximité immédiate de la rivière, soit sur de légères éminences artificielles ou naturelles. Malgré ce travail de synthèse, la documentation s’avère encore trop pauvre en sites fouillés pour établir une relation, durant le premier Âge du Fer, entre un habitat de berge, son terroir et son éventuelle utilisation de la rivière. Tout au plus peut-on relever la proximité de certains établissements avec des gués qui auraient pu fonctionner à cette époque : Allerey, Verjux, les Ronzeaux, le Port de Grosne. Ces gués ont tous livré du mobilier hallstattien.

6Les bords de la Saône conservent également des traces d’établissements du deuxième Âge du Fer. Les environs de Verdun-sur-le-Doubs, de Chalon-sur-Saône, de Tournus et de Mâcon (c’est-à-dire les zones les mieux prospectées) ont livré des vestiges essentiellement datés de la fin de La Tène (IIe-Ier s. av. J.-C.). Là encore, les fouilles sont trop peu nombreuses et leurs résultats inégaux. Un seul site terrestre (Bragny) a montré des niveaux d’occupation de La Tène ancienne (FLOUEST, 1991) et un établissement, celui du Petit-Chauvort, comprend du mobilier de La Tène moyenne (BARRAL, 1992, p. 272). En revanche, la présence importante d’objets de ces deux périodes dans le lit de la Saône (armes notamment) atteste une fréquentation probablement ininterrompue des abords de la rivière. On peut supposer que ces établissements n’ont pas fait l’objet de suffisamment d’attention de la part des chercheurs, mais on peut également évoquer des raisons taphonomiques (fort recouvrement, mauvaise conservation, etc.).

L’établissement portuaire de Chalon

7En 1975, L. Bonnamour faisait le point des connaissances sur la place et l’importance de Chalon dans l’Antiquité. Il rappelait que Chalon était le principal port de la cité des Éduens, statut justifié par sa situation sur la Saône à un carrefour de voies fluviales et terrestres (BONNAMOUR, 1975b). Depuis le XIXe siècle, les archéologues ont tenté de situer précisément l’emplacement de ce port. J. Déchelette optait pour la rive gauche et L. Armand-Calliat pour la rive droite de la Saône. Tous deux étaient d’accord pour localiser ce port au sud immédiat de Chalon, au lieu-dit Benne Lafaux, où d’importants dragages avaient été effectués en 1842 puis en 1869. Ces travaux ont fait l’objet, à l’époque, d’un suivi par des érudits locaux, ce qui constitue en soi un fait rare, voire exceptionnel. Les nombreux objets archéologiques retirés des eaux furent alors répartis entre différents protagonistes : J. Chevrier, dont l’essentiel de la collection se trouve maintenant au Musée Denon, le conseiller Millon, dont la collection publiée par J. Déchelette (1913) est au Musée des Antiquités Nationales, et enfin des brocanteurs de Lyon dont les agents ne quittaient pas la drague et avec lesquels l’entrepreneur avait traité.

8L’examen des documents des Ponts et Chaussées permettait à L. Bonnamour, grâce à de nouvelles observations, d’attester la présence, à Benne Lafaux, d’un gué et d’une île. L’étude des profils en travers du lit mineur lui permit de situer de façon vraisemblable un établissement portuaire entre cette île et la rive gauche de la Saône. Cette hypothèse est étayée par les récits des travaux du XIXe siècle : des quantités importantes d’amphores, ainsi que des pièces de bois plantées ou gisant horizontalement sont signalées de ce côté-là.

9En 1983, J.-P. Guillaumet reconsidère la question en localisant cette fois-ci le port plus au sud, au Port Guillot, où de nombreux objets du deuxième Âge du Fer ont été mis au jour (fig. 59).

10Ainsi, chaque nouvelle découverte d’importance relance la question : la focalisation, au XIXe siècle, de la recherche sur les textes d’une part et sur les trouvailles de Chalon d’autre part, qui sont à l’époque encore uniques et exceptionnelles, ont influencé pour plusieurs décennies les hypothèses émises quant à la localisation du port gaulois de Chalon. Dans les années 80, le débat reprend à l’occasion des surveillances de dragages et des premières prospections subaquatiques. On s’aperçoit en fait que des trouvailles comme celles de Benne Lafaux se répètent le long de la Saône, en particulier dans la région chalonnaise : ainsi les gués de Verdenet au nord de Chalon (fig. 60), du Port Guillot ou encore du Port de Grosne au sud (fig. 61) ont livré un nombre d’objets du deuxième Âge du Fer quasiment équivalent au site de Benne Lafaux. Le seul fait acquis reste que ces lots d’objets sont tous en relation avec la présence d’un haut-fond.

11Une inscription fait état des oppidani Cabilonnenses (les habitants de l’oppidum de Chalon) mais aucun niveau laténien n’a été découvert pour le moment à l’emplacement actuel de Chalon. L’oppidum n’est donc toujours pas localisé. La présence d’un péage appartenant aux Éduens, et par là même celle d’un port, semblent très probables également. C. Goudineau et C. Peyre (1993) précisent que « le territoire éduen, avec ses ports sur la Saône (Mâcon et Chalon), avec Bibracte, avec son réseau de clientèles, constituait non pas une mais la plaque tournante du commerce entre le midi, au sens large et la Gaule intérieure ». Un passage de La Guerre des Gaules (VII, 42) mentionne la présence de marchands romains : « Marcus Aristius, tribun militaire, était en route pour rejoindre sa légion, on le force à quitter Cavillonum (Chalon) en lui promettant sur l’honneur qu’il ne sera pas inquiété. On expulse également les Romains qui s’étaient établis dans la ville pour y faire du commerce ». Malheureusement, la localisation du port de Chalon reste aujourd’hui impossible, même si le site de Benne Lafaux apparaît comme le plus vraisemblable. Cependant, la quantité impressionnante d’amphores mentionnée par L. Landa en 1869 (plusieurs milliers) a toujours été considérée comme appartenant à la fin de l’Âge du Fer (type Dressel 1), alors qu’aucun exemplaire n’a été dessiné ni même conservé. Elles pourraient aussi bien être postérieures à la conquête. Au cours des plongées effectuées en 1982, 1984 et 1994, de nombreux tessons (très altérés) de céramiques et d’amphores ont pu être observés dans ce qui constituait manifestement des rejets de dragages anciens. Ces ramassages ont permis de constater que les fragments de Dressel I ne représentent qu’une petite partie des trouvailles. Dans sa description des travaux en 1869, L. Landa donne la précision suivante : « Et je ne parle que des amphores, tandis que pour chaque amphore, on rencontre au moins trois ou quatre autres vases ». Cette présence massive de céramiques, apparemment en bon état de conservation, fait tout de suite penser à la zone gallo-romaine du Port Guillot, interprétée comme une zone portuaire malgré l’absence de structures reconnues. Les pièces de bois mentionnées par J. Déchelette et par L. Landa auraient pu constituer un quai d’époque romaine, pas forcément créé à l’emplacement d’un port plus ancien, mais elles pouvaient également appartenir à un ouvrage plus récent (aménagement de berge médiéval ou moderne par exemple). Il faut simplement rappeler, comme cela a déjà été expliqué pour le Port Guillot, que la présence d’un port fluvial n’implique pas nécessairement la mise en place d’installations et qu’à Benne Lafaux, comme au Port Guillot, c’est plutôt la présence d’un haut-fond et d’un gué qui a conditionné les diverses activités humaines.

Les objets des âges du Fer trouvés sur les gués

La céramique

12L’inventaire de la céramique du premier Âge du Fer dans la moyenne vallée de la Saône (COLLET, 1991) recense des découvertes de vases sur sept gués : Allerey (un), Gergy (un), les Piles (un), les Ronzeaux (dix), le Pont Sarrasin (un), la Mare Jandeau (un) et l’île d’Amprun (dix). Ce matériau étant rarement recueilli sur les dragues, le nombre de vases est assez faible et il s’agit souvent de fragments. De plus, les tessons montrent la plupart du temps un aspect uniforme, la couche de sur face n’ayant pas résisté à un séjour prolongé dans l’eau. Les céramiques grossières de la fin du Bronze final et du Hallstatt ancien présentant des similitudes, il est parfois impossible de donner une attribution chronologique exacte à certains tessons. Il est également difficile de répartir certains fragments de pots entre les différentes phases du premier Âge du Fer.

Fig. 59. Une partie du mobilier des âges du Fer recueilli sur le gué du Port Guillot (communes de Lux et Saint-Marcel). Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 60. Les armes du deuxième Âge du Fer recueillies sur le gué de Verdenet (commune de Sassenay). Deux céramiques de cette époque sont inventoriées, ce qui est caractéristique des collectes sélectives effectuées par les dragueurs. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 61. Le mobilier du deuxième Âge du fer recueilli sur le gué du Port de Grosne (communes d’Ouroux et de Mamay). Ce passage est celui qui a livré, à l’heure actuelle, le plus grand nombre d’armes laténiennes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

13Si on est en mesure d’affirmer que le premier Âge du Fer est représenté sur les passages à gué par du mobilier céramique, il est en revanche impossible de dire si ce mobilier provient d’installations de berges ou de lit mineur comme cela était le cas au Bronze final, ou s’il est lié de façon intrinsèque à la fréquentation du gué.

14La céramique du deuxième Âge du Fer trouvée dans la Saône a fait l’objet d’une étude récente (BARRAL, 1994), dont sont extraites les constatations suivantes : la céramique grossière est la mieux représentée et les pots sont les types les plus courants. Les vases en céramique fine se rapportent plutôt à des formes de bouteilles. Cette série ne comprend aucun élément de La Tène ancienne ou moyenne. En revanche, les trouvailles s’échelonnent sans hiatus sur les deux derniers siècles av. J.-C. Les conclusions et l’interprétation de P. Barrai sont les suivantes : « le nombre de pots en céramique grossière pourrait suggérer l’existence d’un commerce utilisant ces récipients comme vase de transport. Mais cette hypothèse est contradictoire avec la diversité des formes de vases et avec la variété des modules. La série de pots à col mouluré forme le seul groupe homogène illustrant un type de pot représenté dans toute la moyenne vallée de la Saône, sur les sites de gué. Les autres variétés de pot correspondant à des productions bien cernées, sont trop faiblement attestées pour qu ’on puisse tirer parti de leur répartition. Autant qu’on puisse en juger sur un échantillon aussi faible, il n’existe pas d’exemple pertinent de diffusion à plus ou moins longue distance d’un type de pot attaché à une micro-région donnée, d’après les découvertes du lit de la Saône.

15Dans ces conditions, l’hypothèse que les vases céramiques découverts sur les sites de gué constituent pour l’essentiel des vases à offrandes paraît très vraisemblable. Cette hypothèse serait cohérente avec la prédominance de certains types de vases (pot à nourriture en céramique grossière, vase à liquide en céramique fine), qui traduit un phénomène de sélection comparable à celui que l’on observe pour les dépôts des sanctuaires (aux Bolards et à Mirebeau) » (BARRAL, 1994, p. 86).

Les ustensiles liés au foyer

16Dix-sept broches à rôtir sont réparties sur six gués. Un faisceau de sept broches et une isolée proviennent du gué de Benne Lafaux ; le gué de Gigny-Thorey en a livré trois (fig. 62, nos 1, 2 et 3), de même que celui de la Mare Jandeau. On dénombre également un exemplaire sur les sites de la Tuilerie, la Vanne de la Mouraillère et des Ronzeaux (fig. 63, n° 7). Ce dernier passage a également livré deux landiers (nos 11 et 12, chenets qui portent, sur la partie verticale, des crochets pour poser les broches, GUILLAUMET, 1996, p. 314). Une pelle à feu provient du gué de Verjux. On peut également mentionner le chenet découvert à Saint-Bernard, bien que sa localisation ne soit pas très précise (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 313). Tous ces objets sont généralement datés du deuxième Âge du Fer, mais il est possible que certaines broches, ainsi que la pelle, soient plus tardives.

17Ces éléments de la vie quotidienne peuvent revêtir en certaines circonstances une autre signification. Ils sont souvent mis en relation avec le culte domestique et se retrouvent en contexte funéraire. C’est le cas par exemple en Italie, au premier Âge du Fer, où les chenets et les broches sont découverts dans des sépultures. Des chenets sont également présents dans certaines tombes aristocratiques de La Tène finale (METZLER-ZENS, 1991, p. 143). On en trouve aussi sur les sites de hauteur (broches à Manching). J.-P. Guillaumet (1996, p. 143) signale que « ces objets se retrouvent dans des dépôts terrestres comme à Kappel, Larina, Sainte-Blandine, associés à des armes, des parures ou des outils ». Il relate également une découverte dans le Rhin. Un élément de cadre en fer, à figuration très stylisée de tête de bovidé, a été trouvé dans le Rhône, probablement sur le gué de Grigny (FEUGÈRE, 1982).

La vaisselle métallique

18Six récipients en bronze du premier Âge du Fer sont localisés précisément : un sur le gué des Ronzeaux (situle du Hallstatt final), un sur le gué de Verjux (bassin du Hallstatt final), un à Damerey (situle du Hallstatt moyen/final) et trois sur le gué du Port Guillot (deux du Hallstatt final et un indéterminé).

19Vingt et un récipients et deux louches-fourchettes de La Tène ont été trouvés sur huit sites. Ils appartiennent en majorité à la fin de cette période, et la moitié se répartit sur les deux gués situés au sud de Chalon : Benne Lafaux (trois) et Port Guillot (huit). Il faut leur ajouter sept vases récupérés anciennement dans cette zone mais dont la localisation sur l’un des deux sites n’a pu être précisée. Plusieurs importations du monde méditerranéen sont répertoriées : une anse en bronze, découverte entre Chalon et Tournus et datée du IVe s. av. J.-C., a probablement été fabriquée dans un atelier grec d’Italie ; une aryballe, peut-être issue du gué de Benne Lafaux, appartient à un groupe de vases datés du Ve et IVe s. av. J.-C. dont les formes les plus proches proviennent d’Italie ; une cruche à embouchure trilobée découverte sur le gué du Port Guillot a été fabriquée quelque part dans le monde grec au cours du IVe s. av. J.-C. (GUILLAUMET, SZABÓ, 1985, p. 71). À cette série s’ajoutent trois pièces d’argenterie romaine d’époque républicaine draguées sur le gué de Gigny-Thorey.

Fig. 62. Une partie du mobilier du deuxième Âge du Fer récolté sur le gué de Gigny-Thorey. Un peu plus de la moitié des éléments recueillis pour cette période sont des objets métalliques. Une série d’objets italiques importés dans le courant du Ier s. av. J.-C. a pu être identifiée : elle comprend des morceaux d’amphores, de la céramique arétine et trois vases en argent (en bas à droite de la figure). Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon. Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 63. Le mobilier du deuxième Âge du Fer recueilli au niveau du gué des Ronzeaux (communes d’Épervans et Lux). Ces vestiges ont été trouvés des deux côtés du lit mineur, dans une zone assez bien délimitée. Ce secteur est aujourd’hui considéré comme étant entièrement détruit par les dragages. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

20La vaisselle métallique a souffert de son passage dans les godets des dragues. Si certains exemplaires sont ressortis miraculeusement intacts de l’eau, d’autres ne méritaient plus alors l’appellation de récipient. La faible épaisseur de leur paroi explique en partie leur fragilité. Ainsi, un chaudron trouvé à Gigny-Thorey a été « totalement aplati par la drague et n ’a pu retrouver sa forme exacte en dépit de sa restauration » ; de même, la situle trouvée au gué des Ronzeaux a été très abîmée par le passage sur le crible de la drague (BARATTE et alii, n° 46). Les attaches et les anses ont souvent disparu.

21Ces vases ont servi avant de se retrouver dans la Saône : onze d’entre eux présentent des réparations, parfois multiples, sur le fond, la panse ou au niveau des attaches. Un pot de Benne Lafaux comporte des traces de noir de fumée.

22Les récipients à usage culinaire ont pu être utilisés dans un autre but : les situles, qui apparaissent au VIIe s. av. J.-C. et dont la forme perdure jusqu’au Ier s. av. J.-C., ont servi d’urnes cinéraires dans les tombes celtiques ; elles sont souvent découvertes en contexte funéraire aux premier et deuxième âges du Fer (BOULOUMIÉ, 1977). Un usage cérémoniel, lié à la consommation du vin, est également évoqué (PERRIN, 1990, p. 73). Les chaudrons étaient destinés à la cuisson, en particulier celle de la viande bouillie. Se rapportent également à cette consommation les louches-fourchettes, dont les dents recourbées permettaient d’éviter la perforation du fond des récipients en tôle de bronze mince (CHAPOTAT, 1970, p. 78). Ces ustensiles se retrouvent sur les oppidums comme à Manching (JACOBI, 1974, p. 147) ou dans des dépôts comme celui de Larina (PERRIN, 1990). La station de La Tène en a également livré plusieurs exemplaires (VOUGA, 1923, pl. XXVII).

23Cette concentration de trouvailles a conduit, dès les années 40, à supposer l’existence d’ateliers locaux de chaudronniers sur l’oppidum de Cabilonum (Chalon-sur-Saône) ou aux abords immédiats (ARMAND-CALLIAT, 1949b). J.-P. Guillaumet (BARATTE et alii, 1984, p. 44) reprend cette hypothèse et précise : « Les profils, lorsqu ’on les compare par empilement, sont très proches les uns des autres et une unité se dégage dans la technique, les volumes et les tailles. Ces arguments fragiles sont les seuls qui peuvent consolider, tant pour ces périodes que pour les suivantes, les hypothèses de L. Armand-Calliat. Elles deviendront certitudes lorsqu’un atelier sera découvert ».

24Un atelier de production de vases métalliques a pu exister dans les environs immédiats de Chalon, mais sa présence n’expliquerait pas forcément les raisons pour lesquelles ces récipients se sont retrouvés dans la rivière, sur des points de franchissement. Il est peu probable que tous ces vases aient été perdus accidentellement. On avance souvent la thèse du naufrage d’un bateau sur chacun des gués où ont été retrouvés plusieurs récipients de la même période. Il faudrait avoir la certitude que ces productions faisaient l’objet d’un commerce par voie fluviale, trafic sur lequel on ne possède, à l’heure actuelle, aucune information. Aucun élément de bateau des âges du Fer n’a pour le moment été retrouvé sur un gué. De plus, si on ajoutait aux vases les autres trouvailles de la même période, on en déduirait que les âges du Fer ont connu de bien piètres navigateurs. L’existence d’une zone portuaire a également été invoquée. Ces vases auraient alors été perdus lors de manœuvres de transbordement, témoignant encore une fois d’une grande maladresse. Enfin, une part de ces récipients est usagée, ce qui n’est pas, généralement, la caractéristique d’objets destinés au négoce.

25B. Raftery (1994) rappelle le nombre important de chaudrons en bronze trouvés dans les marais et tourbières en Irlande durant les âges du Fer, ainsi que la symbolique du chaudron dans la mythologie celtique. Il signale également que la découverte du chaudron en argent de Gundestrup au Danemark semble confirmer l’appartenance de ce type de récipient à la catégorie des objets rituels. On peut ajouter à cette série le chaudron de Duchov (Rép. Tchèque), trouvé près d’une source, et qui contenait un dépôt votif de plusieurs centaines d’éléments de parure.

Les outils

26Le nombre d’outils recensés est assez faible. Ces ustensiles, pour la plupart rouillés lors de leur sortie de l’eau, n’ont sans doute pas retenu l’attention des dragueurs.

27L’inventaire des découvertes anciennes effectuées sur le gué de Benne Lafaux mentionne un ciseau, deux couteaux et une hache. Une faucille de La Tène provient du Port de Grosne. Les gués du Villars, d’Uchizy, de Verjux et de la Casaque ont livré chacun une hache, six autres ont été trouvées sur le gué de Jean de Saône (fig. 64). Au premier Âge du Fer, la hache pouvait présenter un caractère symbolique. Un exemplaire a été retrouvé dans la tombe de Hochdorf (BIEL, 1987) et sur le char cultuel de Strettweg (Autriche, Land de Styrie), un personnage, qui représente peut-être un des deux donateurs et qui accompagne la procession, lève une hache. Dans ces cas précis, la hache est employée pour l’abattage sacrificiel du bétail (PERRIN, 1990, p. 78).

28Les outils sont généralement découverts en contexte domestique mais aussi dans des dépôts. Daté de la fin du deuxième Âge du Fer, celui de Kolín (Bohême) contenait des armes, des instruments agricoles et des outils divers. En raison de sa composition variée et de sa localisation en bordure d’un cours d’eau, il est interprété comme un ex-voto (MOTYKOVÁ, RYBOVÁ, 1991).

Les lingots

29Des lingots en fer, plats et à soie enroulée, du type currency bar, datés du deuxième Âge du Fer, ont été découverts sur deux gués chalonnais : quatre au gué des Piles et trois paquets – trois, cinq et quatre éléments – sur le gué du Port Guillot (fig. 59, nos 16 à 21). Un saumon de fer, du gué de Benne Lafaux, est publié par J. Déchelette (1913, p. 262) dans les objets gallo-romains. Cependant, il fait lui-même remarquer qu’il peut être plus ancien et que son poids correspond exactement à celui du faisceau de broches (2,9 kilos) recueilli sur le même site. Deux autres lingots du même type, également conservés au Musée des Antiquités Nationales, figurent dans L’Âge du Fer en Aquitaine (MOHEN, 1980, p. 51). Ils proviennent de la Saône près de Mâcon et sont attribués au deuxième Âge du Fer. On en a trouvé encore sur d’autres sites, localisés sur la Petite Saône comme à Seurre, où plusieurs dizaines d’exemplaires ont été remontés par une drague au cours de l’hiver 1976-77. Au sujet de ces découvertes, L. Bonnamour précise que, en raison de leur aspect peu spectaculaire, bon nombre des lingots remontés par les dragues ont dû passer totalement inaperçus. À Seurre et au gué des Piles, seule l’identification par un archéologue sur la drague même, peu après la trouvaille, a permis d’éviter qu’ils ne soient rejetés à l’eau ou vendus à la ferraille (BONNAMOUR, 1980a, p. 23).

Fig. 64. Le mobilier du deuxième Âge du Fer recueilli sur les dragues après leur passage sur le gué de Jean de Saône (commune de Montbellet). Pour 43 objets métalliques récoltés on ne compte que 3 céramiques : les tessons ont été rejetés à l’eau par les dragueurs et plusieurs éléments métalliques ont été dispersés. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

30Des lingots-barres similaires à ceux du gué des Piles et du Port Guillot ont été trouvés sur l’oppidum de Manching, dans le dépôt de Bern-Tiefenau (MÜLLER, 1991a), à côté d’épées ployées, de morceaux de chars et d’outils, et dans le dépôt votif de Niederzier (JOACHIM, 1991), près d’un habitat, associés à des bijoux en or et à des monnaies. On peut également mentionner les cinq exemplaires mis au jour dans le Trou de l’ Ambre à Eprave (Belgique). L’auteur rappelle que « les circonstances de découverte des différents exemplaires ou des séries n’offrent aucun élément pour en éclaircir l’usage » (MARIËN, 1970). Il précise qu’un seul cas de découverte de lingot dans une tombe est connu, à Ulversheim, et interprète le site du Trou de l’ Ambre comme une grotte-refuge. J.-L. Brunaux (1987, p. 157) rappelle cependant que le fer, au deuxième Âge du Fer, est un métal précieux et penche pour une interprétation cultuelle de ce site. En milieu aquatique, deux découvertes méritent d’être signalées à titre de comparaison : en Irlande, à Llyn Cerrig Bach (GREEN, 1991), sur la rive d’un ancien lac, au pied d’une petite falaise, des lingots figuraient parmi un ensemble d’objets divers (armes, chaînes de prisonnier, outils, objets domestiques). Sur la station de La Tène (Suisse), ils sont mentionnés par dizaines et R. Wyss (1984, p. 138), à propos de la trouvaille du marais de Wauwil, les compare aux monnaies.

Les armes

31Dans le cadre de cette étude, soixante-quinze épées, trois fourreaux, soixante-deux lances, un poignard et un casque, tous localisés précisément sur la Grande Saône, ont été retenus. Seize épées et quatorze lances, trouvées dans cette zone mais sans provenance exacte, ont été laissées de côté. Une trentaine d’exemplaires trouvés dans la Haute et la Petite Saône, ainsi que dans le Doubs, ne sont pas pris en compte, mais leur présence indique que ce type de découverte ne se limite pas à la zone géographique étudiée. Il faut ajouter à cela les armes rejetées à l’eau, ou celles qui ont été vendues à des collectionneurs. Le pourcentage des pertes est probablement supérieur à celui qui a été constaté pour les armes de l’Âge du Bronze car, comme les outils, elles ne sont souvent, à leur sortie de l’eau, que d’informes morceaux de métal rouillé.

32Le premier Âge du Fer est faiblement représenté : deux épées en bronze de type de Gündlingen proviennent du Port de Grosne et de la Truchère. Elles sont caractéristiques du tout début du Hallstatt (DAUBIGNEY, VUAILLAT, 1992, p. 117). De cette même époque, le gué de Jean de Saône a livré une bouterolle en bronze, partie extrême d’un fourreau de grande épée, ainsi qu’une pointe de lance. Une deuxième lance du Hallstatt a été recueillie sur le gué du Port de Brouard. Deux poignards du Hallstatt final sont localisés sur le gué d’Allériot et sur le gué des Piles.

33Les armes attribuables au deuxième Âge du Fer sont plus nombreuses : on dénombre soixante-treize épées, deux fourreaux seuls, cinquante-neuf lances et un casque.

34Les lances sont difficiles à dater précisément. Leur classification typologique se heurte à « une absence relative de variabilité qui tient avant tout à la parfaite adaptation de l’objet à sa fonction » (BRUNAUX, RAPIN, 1988, p. 85). En l’absence de toute référence stratigraphique ou d’association certaine avec d’autres objets, les lances laténiennes de la Saône ne peuvent, pour le moment, être attribuées à des phases chronologiques précises. Une étude en cours menée par J.-P. Guillaumet apportera de nouveaux éléments de réflexion.

35Les épées et leurs fourreaux ont fait l’objet de travaux récents (SZABÓ, GUILLAUMET, en cours). Sur soixante-quinze éléments, six sont attribuables à La Tène, sans plus de précision, dix-huit à La Tène ancienne, vingt-six à La Tène moyenne et vingt-cinq à La Tène finale. Même si ces chiffres sont susceptibles d’évoluer, on peut déjà en déduire que la présence des armes sur les passages de Saône est à peu près constante durant tout le deuxième Âge du Fer. Les origines et les influences qui ont pu être dégagées sont multiples et concernent diverses zones européennes : les îles Britanniques, l’Italie, la Hongrie, le moyen Danube, le plateau suisse. Certains exemplaires, comme les épées à sphères datées du IIe s. av. J.-C., se répartissent dans toute l’Europe celtique continentale. Beaucoup ont été trouvées fortuitement dans les cours d’eau (SPINDLER, 1980, p. 113). Trois des six exemplaires connus en Centre-Ouest proviennent de milieux aquatiques. Celle de Juac (Charente) fut probablement découverte à l’emplacement d’un ancien gué (GENDRON et alii, 1986, p. 41). La plus grosse concentration est issue du fossé de l’oppidum du Cayla à Mailhac (TAFFANEL, 1967).

36Certaines armes sorties de la Saône sont considérées comme des exemplaires uniques : c’est le cas du fourreau d’Allerey.

37La seule arme défensive est le casque en bronze retrouvé sur le gué de Jean de Saône (fig. 64, n° 1). Il est apparenté au type de Berru et se rattache très probablement à La Tène ancienne. M. Feugère (1994, p. 51) précise que ce type de casque se rencontre souvent en Champagne, dans les sépultures les plus riches, qui sont pour la plupart des tombes à char.

Accessoires vestimentaires et parures

38Le gué d’Asnières a livré une fibule dérivée du type en nacelle ainsi qu’un bracelet filiforme en bronze coulé dont le pourtour du jonc est orné d’un décor serpentiforme. Ces deux éléments sont attribués au Hallstatt final (BULARD, 1977, p. 68 et 69). Se rattache également à cette époque la fibule en bronze à arbalète et pied relevé du gué de Port Rivière (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 299). Deux bracelets trouvés sur le gué du Port Guillot et un autre bracelet provenant du gué de Gigny-Thorey appartiennent au Hallstatt sans plus de précision. Il en va de même d’une fibule en bronze à appendice conique trouvée le long de la berge à Prety (JEANNET, 1964b).

39Une fibule en fer du gué de Verdenet ainsi qu’une fibule en bronze du type de Duchcov trouvée sur le gué de Benne Lafaux sont datées de La Tène ancienne. Le bracelet en bronze à nodosités provenant du gué de l’île Saint-Jean pourrait appartenir à la même période (BULARD, 1977, p. 71).

40La Tène finale est représentée sur le gué de Port Rivière par un bracelet en bronze à extrémités enroulées se terminant en spirales (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 299).

41Deux bracelets (un sur le gué des Ronzeaux l’autre sur le gué de Gigny-Thorey) sont datés de La Tène sans plus de précision, de même que la fibule annulaire hispanique de Jean de Saône (FEUGÈRE, 1978a).

42Les éléments de parure ou d’accessoires vestimentaires sont assez peu nombreux. Leur faible représentation tient sans aucun doute à leur petite taille. La preuve en est donnée par les découvertes du gué de Jean de Saône (fig. 64). Il a livré le plus grand nombre de fibules (dix), tout simplement parce que les membres du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus ont surveillé les rejets à la station de criblage. D’autre part, ces petits objets sont très difficiles à repérer lors de prospections subaquatiques, ainsi que durant la pratique d’un sondage à la suceuse. Une sous-représentation de cette catégorie est donc normale.

43Les fibules, comme les éléments de parure, sont trouvées sur tous les types de sites : habitats, sépultures ou dépôts, le plus célèbre étant celui de Duchov (BRUNAUX, 1987, p. 157). Le petit échantillon disponible de cette classe d’objets ne permet pas d’apporter une explication à leur présence dans la Saône.

Les monnaies

44Aucune monnaie d’époque gauloise ne figure au répertoire des objets localisés précisément sur les gués. Quelques-unes (une vingtaine) sont signalées dans le Catalogue des monnaies nouvellement acquises par la Société d’Histoire de Chalon à la fin du XIXe siècle (BATAULT, 1886). Elles portent la mention « trouvée au bord de la Saône » ou « dans la Saône ». En raison de leurs petites dimensions, les monnaies ont pu échapper aux chercheurs. Mais le fait que même en cas de surveillance accrue (comme cela a été fait à la station de criblage pour le gué de Jean de Saône) aucune n’ait été recueillie laisse supposer que cette absence correspond bien à une réalité archéologique.

45Un trésor découvert à Bâle en 1883 a livré, en plus des objets de parure en or, au moins une centaine de monnaies en or. Cette découverte est interprétée comme une offrande à des divinités celtiques. Ce type de dépôt associant des bijoux et des monnaies est, d’après A. Furger-Gunti (1982), fréquemment rencontré dans des lieux ayant un rapport avec l’eau. En revanche, J.– L. Brunaux (1987, p. 158) souligne l’absence de découvertes de monnaies dans les dépôts des sanctuaires laténiens datés de La Tène C et de La Tène D1.

Divers

Les mors de cheval

46Deux mors sont signalés dans les découvertes du gué de Benne Lafaux et un autre exemplaire provient du gué de Jean de Saône. Ce type d’objet n’est pas rare aux âges du Fer. On le retrouve dans les sépultures, ainsi que sur les sites de hauteur ou de plaine ; l’habitat laténien du Petit Chauvort, installé sur la rive gauche de la Saône, en a livré deux.

47Un autre mors, publié, mais non localisé précisément, mérite d’être mentionné. Découvert aux alentours de Pont-de-Vaux, il est en bronze et pourrait dater du début du deuxième Âge du Fer (BONNAMOUR, 1986a, p. 72).

Le trophée de Benne Lafaux

48Cet objet, découvert anciennement sur le gué de Benne Lafaux, est décrit pour la première fois par L. Armand-Calliat (1947, p. 426). Il s’agit d’une hampe en bronze, traversée par quatre bandes flexibles et très minces, également en bronze. À la partie supérieure de la hampe, des petites tiges fixaient quatre statuettes de cervidés, dont trois subsistent. S. Boucher (1983), dans son étude des bronzes figurés du musée Denon, n’a pas trouvé de comparaison directe. Elle rappelle cependant que ce type d’instrument à décor animal (oiseaux le plus souvent) se rencontre en Étrurie, d’où celui-ci pourrait provenir, et elle le rattache au VIIe s. av. J.-C.

49Le caractère exceptionnel de cet objet, tout comme certaines armes décrites précédemment, inciterait à le classer dans la catégorie des offrandes. Cependant, il est impossible d’affirmer qu’il a été déposé dans la rivière ou dans une sépulture sur la berge ou sur une île détruite par les importants travaux de dragage qui ont eu lieu sur ce passage au XIXe siècle.

Les objets d’attribution chronologique incertaine

Ustensiles divers, outillage

50Un certain nombre d’objets attribués aux âges du Fer dès leur découverte sont peut-être plus tardifs. La louche-fourchette trouvée sur le gué de Gigny-Thorey appartient à une catégorie d’ustensiles rattachés généralement au deuxième Âge du Fer. Cependant, lors de sa publication, L. Bonnamour (1985b) a rappelé que ce type d’instrument, baptisé “crochet-louche”, est attribué du Haut-Empire par M. Feugère, mais il précise que la rareté des trouvailles et l’absence de contexte ne permettent pas de dater précisément l’apparition de cet ustensile culinaire en Gaule.

51Le même problème se pose au sujet du samovar recueilli sur le gué du Port Guillot (fig. 73, n° 16) et étudié récemment par O. Németh (1993, p. 96) : « ce vase rentre dans la série peu nombreuse des ustensiles romains qui maintiennent chauds les liquides, parfois des vins aromatisés, des infusions, et qui sont munis, à cet effet, d’une tubulure intérieure formant foyer. Les découpes maladroites, les jonctions sans soin faites avec une masse exagérée de soudure laissant partout de nombreuses bavures, le masque de lion de facture médiocre contrastant avec la forme élégante du vase, indiquent qu ’il y a eu transformation, et que ce vase n ’avait pas, à l’origine, cette destination. On connaît en effet des situles de forme identique, montées sur trois pieds, avec anse. Dites de Beaucaire, elles étaient, d’après une étude récente, fabriquées en Italie du nord au dernier tiers du IIe siècle et durant la première moitié du Ier s. av. J.-C. La transformation en samovar a eu lieu à une date indéterminée, vraisemblablement proche de l’époque où la situle a été fabriquée ». Doit-on classer ce récipient avec les trouvailles du deuxième Âge du Fer ou correspond-il vraiment à une production et une utilisation d’époque romaine ? L’absence de contexte ne permet pas d’apporter de réponse définitive. De telles questions pourraient également être posées au sujet de certaines productions indigènes de céramiques : dans quelle mesure ont-elles varié après la conquête romaine ? Une étude de l’ensemble de la céramique récoltée sur le gué du Port Guillot (plusieurs centaines de vases) permettrait peut-être d’apporter de nouveaux éléments.

52Les outils dénués de tout contexte sont également difficilement datables. C’est le cas, par exemple d’une faucille trouvée sur le gué de la Casaque : elle pourrait aussi bien s’intégrer au lot d’objets laténiens qu’à la série de mobilier gallo-romain. La pelle à feu récupérée à Verjux et le tisonnier provenant du gué du Port Villiers entrent également dans cette catégorie d’ustensiles. La forme de ces outils n’évoluera pas ou peu par la suite et cette permanence ne facilite pas les tentatives de datation.

Les entraves

53Trois entraves à cadenas figurent parmi les objets du gué de Benne Lafaux étudiés par J. Déchelette (1913, p. 184). Elles sont conservées au Musée des Antiquités Nationales. Une quatrième entrave du même type a été trouvée dans la Petite Saône à Glanon (DAUBIGNEY, GUILLAUMET, 1985) et a également été datée du deuxième Âge du Fer. Cette attribution chronologique est remise en cause par C. Rolley. Dans son analyse de la publication de la trouvaille de Neupotz (ROLLEY, 1994, p. 330), il apporte les précisions suivantes : « Les chaînes, entraves, serrures et clefs (26 numéros), sont l’occasion d’une liste et d’une carte de ces objets en Europe occidentale celtique et romaine (sauf la Bretagne). On entravait les soldats punis, des prisonniers, surtout des esclaves : ces objets sont beaucoup plus nombreux sur les sites civils que sur les sites militaires. En face de 65 exemplaires d’époque romaine, on en compte 8 de la fin de La Tène. Cela confirme le scepticisme qu’a pu soulever l’affirmation, à propos d’un exemplaire de Côte-d’Or, trouvaille de rivière que rien ne permet de dater... ». Si le doute subsiste pour l’exemplaire de Glanon, dans le cas de Benne Lafaux, en revanche, la datation des trois entraves, qui repose sur le fait qu’elles étaient agglomérées à des objets de La Tène (pointe de lance, hache, fragment d’épée), apparaît comme très probable.

54À Llyn Cerrig Bach (GREEN, 1991), deux chaînes de prisonnier étaient associées à des armes, des mors et des lingots, l’ensemble constituant certainement un dépôt votif. N. Spichtig (1995), dans la publication d’une entrave récemment découverte sur le site de Bâle – Gasfabrik, rappelle que la plupart des entraves connues proviennent de lieux de culte et de dépôts en milieu aquatique. Un dépôt volontaire est également envisagé sur ce site.

Les amphores

55Les amphores recueillies dans la Saône ont été étudiées dans le cadre d’une thèse (OLMER, 1997). À partir des nombreux fragments récoltés sur les dragues, en prospection ou en fouille, F. Olmer a déterminé un nombre minimal d’individus. Dans la Grande Saône, deux catégories peuvent se rattacher à La Tène finale ou au début de la période gallo-romaine :

  • deux amphores du type Lamboglia ont été reconnues sur les gués du Port Villiers et du Port Guillot. Cette forme apparaît avant – 100 et est encore attestée à l’époque augustéenne (PY, 1993),

  • la catégorie la mieux représentée, celle des amphores de type Dressel 1, se retrouve sur dix-sept sites de gué entre Verdun et Montmerle. Sur ce nombre, six passages n’ont livré que des traces résiduelles (un seul exemplaire). En revanche, ce nombre dépasse la dizaine en cinq endroits : Verjux (seize), Port Guillot (vingt-six), Casaque (vingt-cinq), Gigny-Thorey (treize), Ormes-Boyer (dix-huit). Le nombre minimal d’individus est le plus élevé sur les deux sites ayant fait l’objet d’une fouille, puis sur des passages où la surveillance des dragages a été intensive. Il faut donc en déduire qu’une fois de plus ces chiffres ne sont pas représentatifs. L’amphore à l’état de fragments a souvent été rejetée par les dragueurs et laissée au fond de l’eau par les plongeurs.

56La fonction essentiellement vinaire de ces récipients, pour les deux types évoqués, tendrait à lier leur présence, dans la Saône, à un usage purement commercial. Cependant, il faut rappeler que des amphores de type Dressel 1 sont également retrouvées dans des contextes cultuels tels que les puits funéraires ou à offrandes du sud-ouest de la France (BOUDET, 1994 et 1995). N. Metzler-Zens (1991), à propos des riches sépultures gauloises, rappelle la fonction rituelle que peut avoir le vin et que « l’amphore est le dépôt par excellence de la sépulture aristocratique celte à l’époque de La Tène finale ».

Les casques de Mannheim

57Trois casques du type Mannheim ont été trouvés dans la Grande Saône : un au nord de Lyon, non localisé précisément (FEUGÈRE, 1994, p. 46), un sur le gué de Taponas (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 299) et un sur le gué de Raconnay (BONNAMOUR, 1976b, p. 20). Un quatrième provient du Doubs à Ciel (FEUGÈRE, 1990, n° 131). Un autre a été signalé sur le gué de Jean de Saône (BONNAMOUR, 1983b, p. 30, et repris dans FEUGÈRE, 1993, p. 85), mais il s’agit en fait d’un casque de l’Âge du Bronze.

58Ces casques ont tout d’abord été considérés comme purement laténiens. Dans l’analyse de celui de Taponas, une comparaison stylistique est établie, sur la base du décor, avec le torque d’argent de Trichtingen (Wurtemberg) daté du IIe s. av. J.-C. (GALLAY, HUBERT, 1972). Les auteurs font également remarquer que des casques simples du même type figurent sur le chaudron de Gundestrup daté de 100 av. J.-C. La dernière comparaison est établie avec une tombe de Trêves qui a fourni un casque et qui, selon l’ensemble des trouvailles, appartient au milieu du Ier s. av. J.-C. La fourchette chronologique est assez large, mais l’appartenance à une tradition gauloise semblait alors évidente.

59À l’heure actuelle, cette arme défensive est attribuée, sur la base de sa technologie et de sa diffusion, aux légions césariennes (FEUGÈRE, 1990, p. 112).

60La majorité de ces casques sont issus du milieu fluvial, c’est-à-dire hors de tout contexte stratigraphique. Un exemplaire a été retiré d’un bras du Rhône, peut-être sur l’emplacement d’un gué (PERRIN, 1990, p. 14). Les puits à offrandes d’Agen, datés de la fin de l’ Âge du Fer, en ont également livré plusieurs (BOUDET, 1995). Dans ces dépôts, qui semblent une spécificité culturelle du sud-ouest de la France, les casques sont associés directement ou indirectement à des vases céramiques indigènes complets, des crochets en fer, de la vaisselle métallique, des éléments de parure (fibule et bague), des seaux en bois ainsi que des amphores vinaires italiques.

61La présence de ce type de casque dans un tel contexte amène maintenant à formuler deux hypothèses quant aux trouvailles de la Saône : la première consiste à les considérer comme un élément certain des armées de César et donc à les rattacher à des faits de guerre connus (la Guerre des Gaules). M. Feugère (1994, p. 47) pense que les notables indigènes du milieu du Ier s. av. J.-C. considéraient sans doute le casque romain comme un signe supplémentaire d’intégration, donc de pouvoir ; la deuxième serait de considérer qu’ils ont été déposés volontairement dans l’eau selon une tradition laténienne, dans une période transitoire, en même temps que d’autres catégories d’armes. On ne peut se prononcer en faveur de l’une ou l’autre de ces explications.

La tête de Gaulois

62Le seul élément issu de la Grande Saône et pouvant se rattacher à la religion gauloise est une tête humaine en bronze recueillie à la fin du XIXe siècle, dans la Saône près de Lyon. Elle est publiée par A. Danicourt en 1880 et H. de Villefosse (dans BIDAULT de GRÉSIGNY, 1920, p. 37) signale qu’elle est conservée au musée de Péronne. Elle a malheureusement disparu en 1917, lorsque le musée a été entièrement détruit. Sa ressemblance avec la statue du dieu de Bouray (Essonne), conservée au Musée des Antiquités Nationales, est flagrante : yeux, nez, chevelure, torque et attitude hiératique sont autant d’éléments présentant des similitudes. S. Deyts (1992, p. 15) considère que la statue en bronze du dieu de Bouray est une des œuvres les plus précoces de la Gaule soumise par César en 52 av. J.-C.

63S’il s’agit bien d’une représentation d’un dieu gaulois, la statue issue de la Saône est probablement postérieure à la conquête, car d’après S. Deyts « les effigies divines autochtones, pas plus en Narbonnaise que dans le reste de la Gaule, ne sont antérieures à la fin du Ier siècle avant J.-C. ». Sa présence dans la Saône, en l’absence de toute précision quant à sa localisation, reste inexpliquée (érosion d’un sanctuaire établi sur la berge, offrande ?). La rareté de ce type de vestige méritait cependant une mention.

64On peut également citer la découverte, dans la Petite Saône à Seurre, où l’existence d’un passage à gué est probable, d’une statue ithyphallique en bois qui est interprétée comme une représentation de divinité (BONNAMOUR, 1983b, p. 27). Elle a été datée par le radiocarbone des environs de 500 av. J.-C. (Hallstatt final).

Les crânes

65Le problème des restes humains retrouvés sur les gués a déjà été évoqué dans le chapitre consacré aux vestiges du Bronze final. Cependant, plusieurs cas de découvertes en milieu humide, se rapportant également aux âges du Fer, peuvent être cités. En Irlande, dans le lac Loughnashade, quatre trompettes de bronze sont découvertes en 1798. Le caractère exceptionnel de ces objets les classe dans le domaine du rituel. Plus tard, au même endroit, des crânes humains sont retirés des eaux : il est probable qu’un lien existait entre ces deux trouvailles (RAFTERY, 1994). Les cas les plus célèbres et les plus sujets à discussion sont ceux des stations de La Tène et de Cornaux-les-Sauge (Suisse). À La Tène, de nombreux squelettes humains portent parfois des traces de coups (DUNNING, 1991) et G. Kaenel (1988, p. 15) rappelle l’existence d’un squelette ayant été retrouvé avec une corde autour du cou. Les 2 à 3 000 objets recueillis sur ce site localisé sur un bras secondaire de la Thielle, l’ont été de façon sélective, privés de tout contexte. La présence de lances et d’épées mutilées fait penser aux découvertes effectuées dans les grands sanctuaires comme celui de Gournay-sur-Aronde et rend vraisemblable l’hypothèse de dépôts volontaires d’offrandes.

66Lors de la deuxième correction des eaux du Jura, à Cornaux-les-Sauge, dans le même secteur, on a retrouvé un pont effondré ainsi que des squelettes accompagnés de poteries, d’armes et de quelques outils et éléments de parure (SCHWAB, MÜLLER. 1973 ; SCHWAB, 1992). Pour H. Schwab, une catastrophe naturelle serait à l’origine de l’effondrement des ponts et expliquerait la présence de corps humains ainsi que l’accumulation de mobilier. Le nombre important d’armes (boucliers, lances, épées) proviendrait d’un sanctuaire situé dans ou à proximité de l’habitat et non pas d’un lieu de culte où les objets auraient été jetés à l’eau. Pour F. Millier (1992), leur immersion n’est pas consécutive à un événement naturel mais à un acte intentionnel d’origine humaine. Comme cela a été fait pour la station de La Tène, il établit la comparaison avec les grands sanctuaires, tel celui de Gournay-sur-Aronde. L’interprétation rituelle est également retenue dans le cas du site de l’ancien port de Genève, daté de La Tène finale, et qui a livré de nombreux restes humains. Des traces de traumatismes et, dans un cas, la base d’un crâne découpé, font supposer l’existence d’un rituel et la pratique de sacrifices humains (BONNET, 1991).

67Le problème majeur qui s’oppose à une interprétation définitive de ces vestiges réside souvent dans l’ancienneté de leur découverte. Il en va de même pour les crânes issus de la Saône, qui ont tous été collectés lors de campagnes de dragage. Un seul crâne a été attribué à l’Âge du Fer, sans avoir fait l’objet d’une analyse C14 ; il présente des marques de coups d’épée et d’enclouage. Il provient du gué des Ronzeaux, site qui a livré le plus grand nombre de crânes (douze au total).

Le champ des interprétations

Le passage des Helvètes et les combats sur les gués

68Dès le XIXe siècle, les érudits locaux rattachent la présence d’armes dans le lit de la Saône à des faits militaires historiques et plus particulièrement à des épisodes de la Guerre des Gaules : Napoléon fait draguer la Saône au gué de Grelonges pour retrouver les témoins du passage des Helvètes, mais dans un échange de propos entre érudits du début de notre siècle, on peut lire ceci à propos du gué d’Allerey : « on a découvert dans la plaine d’Allerey, une très grande quantité d’armes et aussi de nombreux étriers de bronze, lors de la construction de la gare du chemin de fer de cette localité et de ses abords. Une grande bataille semble avoir eu lieu dans cette plaine, sur les abords de la Saône, non loin du gué de la Vandaine. Cette plaine est encore dénommée dans le pays “feux-de-campements”. C’est donc probablement là que César fit son camp le soir de la bataille, avant sa marche sur Alésia » (NAVARRE, 1908). G. Jeanton et G. Lafay (1917, p. 310) rappellent que le passage des Helvètes a aussi été placé à l’île Saint-Jean par Monnier dans l’Annuaire de Saône-et-Loire de 1824 et que Napoléon III aurait fait opérer des fouilles au niveau de l’île pour vérifier cette hypothèse. L. Bidault de Grésigny (1912) situe quant à lui la rencontre des Helvètes avec les soldats de Jules César, dans la plaine d’Ouroux-sur-Saône (commune sur laquelle se trouve le gué de la Casaque), car des quantités d’armes et d’ossements humains sont sans cesse retirées dans ces parages. Les quatre points potentiels pour localiser cet événement historique (du nord au sud de la Grande Saône : Allerey, Ouroux, Mâcon-île Saint-Jean et Grelonges) ont en commun d’avoir été des passages à gué dont l’utilisation aux périodes protohistorique et antique est probable, et sur lesquels un abondant mobilier archéologique a été découvert.

69Dans les années cinquante, les interprétations proposées pour expliquer la présence d’armes protohistoriques dans les cours d’eau ne font plus référence au récit de la Guerre des Gaules, mais plutôt aux légendes irlandaises. Un article écrit par R. Louis (1954b) signale des découvertes d’armes dans le lit de la Marne, le long d’une chaussée empierrée (gué). Si l’auteur a le mérite d’accorder un intérêt à ce genre de trouvailles, il développe également une théorie qui sera reprise jusqu’à nos jours pour expliquer la présence d’armes de l’Âge du Bronze mais aussi des âges du Fer dans les cours d’eau. R. Louis puise des références dans les épopées irlandaises qui relatent des combats mythologiques sur des gués. « Les armes trouvées au gué de Brasles témoignent de combats livrés de part et d’autre du gué, voire sur le gué lui-même. Cette hypothèse explique parfaitement, non seulement que les armes aient été trouvées toutes dans le gué pavé ou à ses abords immédiats, mais aussi que plusieurs épées aient été recueillies brisées, plusieurs pointes de lance émoussées » (LOUIS, 1954b, p. 187). Dans le cas de la Saône, on peut tout simplement opposer à l’hypothèse des combats sur les gués la proportion d’épées découvertes dans leur fourreau, position qui ne correspond pas à une attitude offensive ou défensive. Sur soixante-treize épées du deuxième Âge du Fer, soixante-deux ont été recueillies avec leur fourreau, ce qui représente environ 85 %. La plupart de ces fourreaux sont en très mauvais état, et parfois même, il n’en subsiste que des traces. On peut donc supposer que, parmi le groupe des épées retrouvées seules, certains exemplaires étaient dans leur fourreau au moment de leur immersion, mais que celui-ci n’a pas été préservé.

70Un autre article (ETTLINGER, 1960), mêlant légendes celtiques et découvertes archéologiques, présente diverses hypothèses : les armes sont une part de butin offerte aux dieux ; les bords de la rivière pouvaient être utilisés pour faire la toilette funèbre ; les combats ont eu lieu de tout temps sur les gués ; des barrages de buissons épineux et de branchages étaient dressés sur un gué pour arrêter l’ennemi. Seul ce dernier point peut être relié à des faits réellement constatés : cette tactique est en effet décrite dans les archives militaires du XIXe siècle (voir première partie).

71G. Kaenel (1988, p. 112) a fait la critique des parallèles établis entre les légendes celtiques et les faits archéologiques : « Bon nombre de tentatives d’applications de ces textes au domaine pré-romain, centre européen, relèvent d’assertions invérifiables, voire de la fiction romanesque, charmante, mais qui inspire le plus grand scepticisme lorsqu’il s’agit de transplanter ces données à la réalité archéologique ».

72Les autres allusions aux gués font référence à des phénomènes surnaturels liés au combat ou à la mort : vision de la laveuse du gué, femme qui lavait les armures tachées du sang des hommes destinés à mourir, âmes des trépassés qui manifestaient leur présence aux gués des rivières, tout comme aux croisées des chemins. Ces légendes se rapportent souvent à des lieux de passage importants, difficiles, ou présentant un caractère environnemental exceptionnel. L’auteur reconnaît d’ailleurs que les nombreuses allusions faites aux gués dans les récits irlandais découlent d’une réalité géographique : rivières au courant lent et au lit peu profond, présentant d’innombrables opportunités de franchissement. Plusieurs études portant sur les croyances populaires et les superstitions montrent bien que les légendes liées à des lavandières surnaturelles existent dans de nombreuses régions : « Dans le Berry, ce sont des mères dénaturées qui ont tué leur enfant et sont après leur mort, condamnées à laver jusqu ’au jugement dernier le cadavre de leur victime. En Haute-Bretagne, la femme à laquelle on n ’a pas mis de suaire propre, revient le laver toutes les nuits » (WASSERMANN, 1986, p. 20). À travers ces croyances, auxquelles on peut ajouter tous les interdits liés au moment consacré à la lessive (interdit de laver pendant la semaine sainte par exemple), transparaît la mauvaise réputation qui était attachée aux femmes qui lavent, ainsi que l’importance des lieux de lavage. Ces légendes transmises jusqu’à une époque récente pourraient exprimer un syncrétisme entre des croyances païennes et des croyances religieuses populaires. Elles sont surtout l’expression de la perception et d’un jugement porté sur un groupe (des femmes) exerçant une activité particulière, souvent à l’écart du village.

L’hypothèse funéraire et l’érosion des sites de berge

73Certaines catégories d’objets des âges du Fer, issues du lit mineur de la Saône, trouvent des comparaisons dans le domaine sépulcral. Il s’agit des chenets et des broches qui sont des dépôts funéraires traditionnels au Hallstatt et que l’on retrouve dans la sépulture de Clémency (METZLER-ZENS, 1991). La vaisselle de bronze sert à mélanger le vin aux ablutions, et les armes sont déposées dans la majorité des tombes aristocratiques gauloises (épées et lances). On pourrait donc expliquer la présence de ces objets par l’érosion de tombes implantées le long de la Saône, et spécialement à proximité des gués.

74Pour le premier Âge du Fer comme pour l’Âge du Bronze, des essais de comparaison entre le mobilier issu des cours d’eau et le mobilier découvert dans les sépultures ont été tentés. Sur le Rhin moyen, les faits suivants ont été constatés par W. Torbrügge (1971) : le faible nombre d’épées retrouvées en milieu humide au tout début du Hallstatt serait compensé par un accroissement du dépôt d’épées dans les sépultures. Cette tendance serait inversement proportionnelle aux pratiques existantes à la fin du Bronze final. En France, P.-Y. Milcent (1994) met en relation les trois types de dépôts suivants : sépultures, stocks de métal et cours d’eau. Cette éventualité a également été évoquée par R. Bradley (1990), pour qui les trouvailles subaquatiques peuvent être complémentaires des trouvailles terrestres. Il souligne que si l’on peut suggérer un lien entre ces catégories, il est plus difficile de trouver une interprétation. Peut-on opposer à la rareté des épées du Hallstatt retrouvées dans la Saône des trouvailles plus abondantes en sépultures ? L’absence de découvertes de tombes hallstattiennes à proximité immédiate de la Saône ne permet pas de répondre à cette question. On peut simplement signaler qu’une étude récente (GERDSEN, 1985) montre que les régions voisines (Franche-Comté et Bourgogne aux environs de Dijon et de Châtillon-sur-Seine) ont livré de nombreuses tombes à épée du début du Hallstatt.

75Pour ce qui concerne le deuxième Âge du Fer, l’importance des découvertes supposerait, dans l’hypothèse de sépultures détruites par l’action des eaux, une concentration de nécropoles particulièrement riches, et réparties tout au long du cours de la Grande Saône. Pour le moment, les tombes de ces périodes sont quasiment absentes du val de Saône. Une seule découverte terrestre, pouvant être interprétée comme une sépulture, est signalée près du gué de Gigny-Thorey, au lieu-dit “le Plâtre”, à 300 m de la Saône, sur une butte, c’est-à-dire hors de portée des eaux (BONNAMOUR, 1985b). Il s’agit de fragments d’une épée gauloise à l’intérieur de son fourreau. Cet unique exemple ne permet pas d’affirmer que toutes les tombes étaient implantées dans les mêmes conditions, mais une certaine logique peut le laisser supposer.

76Dans tous les cas de figure, comme cela a déjà été décrit pour les vestiges de l’Âge du Bronze, l’hypothèse de l’érosion n’expliquerait qu’une partie des découvertes, celles qui sont effectuées près des berges. Sur le gué de la Casaque, par exemple, deux pointes de lance proviennent d’une zone empierrée à l’époque romaine et localisée au milieu de la rivière, à 100 m du bord.

Les sanctuaires

77Il est tentant, lorsque l’on constate sur un site la présence non expliquée d’armes, de se référer aux dépôts des sanctuaires du nord de la France tels que Ribemont-sur-Ancre ou Gournay-sur-Aronde. Ce dernier, qui a fonctionné de la première moitié du IIIe s. av. J.-C. jusqu’à environ 120 av. J.-C., a livré, comme le lit de la Saône, des armes trouvant leur comparaison dans tout le monde celtique. Les armes recueillies sont considérées comme des objets de prestige par leur décor ou leur rareté, ce qui pourrait s’appliquer à une partie des exemplaires issus de la rivière. Pour J.-L. Brunaux (BRUNAUX, RAPIN, 1988, p. 157), n’avaient de valeur votive que les équipements complets ou les objets prestigieux par leur décor ou leur rareté. Cependant, la comparaison s’arrête là, car la répartition chronologique des éléments issus de Saône est plus étalée, même si une suprématie est constatée à La Tène moyenne et finale. D’après A. Rapin, « c’est à partir du IIIe s. av. J.-C. que les panoplies se standardisent, sur la base de l’épée, de la lance et du bouclier » (BRUNAUX, RAPIN. 1988, p. 137). Mais contrairement à Gournay, aucun élément de bouclier n’a été retrouvé dans la Saône, alors que cette arme est présente en grande quantité dans le sanctuaire (trois fois plus de boucliers que de lances). L’importance du bouclier comme signal visuel dans la bataille, mais aussi lors de l’exposition de trophée dont il est un des principaux éléments, fait penser qu’il n’y a pas eu d’expositions similaires d’armes au bord de la Saône ou sur les gués. Dans d’autres zones géographiques, en Irlande ou en Grande Bretagne par exemple, des boucliers ont été découverts dans des lacs ou des cours d’eau, comme la Tamise ou la rivière Withan (FITZPATRICK, 1984, p. 298).

78Alors que les fourreaux de Ribemont-sur-Ancre sont presque tous dotés de leur système de suspension (LEJARS, 1994), les meilleurs exemplaires issus de la Saône ne conservent, dans quelques cas, que le pontet. D’après J.-P. Guillaumet, ces suspensions n’étaient déjà plus solidaires de l’arme au moment de leur immersion. Les lames d’épée n’ont pas fait l’objet d’examens détaillés, mais l’étude des fourreaux menée par J.– P. Guillaumet révèle que deux exemplaires au moins portent des traces de réparation. Une partie de ces armes, non quantifiable pour le moment, a donc servi avant de se retrouver dans la Saône. Il en va de même pour certaines panoplies, qui lors de leur entrée dans les sanctuaires n’étaient pas neuves et pouvaient avoir été utilisées, probablement dans des combats (BRUNAUX, RAPIN, 1988). La dernière comparaison que l’on pourrait établir entre les armes des sanctuaires et celles de la Saône, c’est leurs provenances multiples, parfois éloignées du lieu de dépôt. La principale différence réside dans le fait qu’aucune trace de destruction volontaire (épée ou lance ployée, bris inhumatoire) n’a été constatée sur les armes de la Saône. Si elles ont été déposées volontairement dans l’eau, il n’a pas semblé nécessaire de les rendre inutilisables. On pourrait penser que le seul fait de les mettre dans l’eau rendait toute récupération impossible (malgré la faible profondeur) et ne nécessitait donc pas un travail de destruction préalable.

79Le cas des armes de La Tène finale découvertes dans le lit de la Zihl, près de Port (Suisse), montre que toutes les armes des âges du Fer retrouvées dans les cours d’eau ne présentent pas les mêmes caractéristiques. Celles qui sont issues de la Zihl portaient des traces de coups et on pense qu’elles ont pu être fixées à une construction, en trophée, avant de tomber à l’eau (MÜLLER, 1991b). Une comparaison précise de toutes les armes découvertes dans les rivières et les fleuves permettrait peut-être de dégager des tendances différentes selon les zones géographiques ou les périodes considérées à l’intérieur des âges du Fer. Elles sont nombreuses et concernent surtout le deuxième Âge du Fer. On peut citer en France et en Europe, sans souci d’exhaustivité, celles de l’Ognon (MONNET, THÉVENIN, 1983), de l’Yonne (HURE, 1931 ; LOUIS, 1954a), de la Marne (CHEVALLIER, 1959, 1963b ; GUILLAUMET, 1974), du Rhône (DURAND, 1993), de la Seine (PIGANIOL, 1963 ; GUILLAUMET, 1974), du Danube (SPINDLER, 1980) ou encore de la Haine (Belgique – HUBERT, 1982) et de la Broyé (Suisse – KAENEL, 1988), de la Tamise ou de la rivière Withan (Royaume-Uni – FITZPATRICK, 1984).

Les dépôts

80La Saône a livré, avec les armes, d’autres objets contemporains (outils, parures, instruments liés au foyer). Il en va de même pour les autres cours d’eau : chenets dans la Marne, cadre métallique dans le Rhône, mors dans l’Yonne, outils divers (faucille, houe, gouge, couteaux) dans la Haine. Dans la rivière Witham à Fiskerton (Lincolnshire), un groupe d’armes, d’outils, de poteries et d’os d’animaux était associé à une chaussée en madrier qui traverse la rivière (BRADLEY, 1990, p. 174). Pour l’auteur, une similitude avec le ponton de la station de La Tène pourrait être établie, mais il est fort probable qu’il s’agit d’une sorte de gué aménagé. Un tel système de franchissement mixte constitué de pieux et de poutres en bois sur lesquels ont été posées des dalles en pierre a été étudié sur le Clain dans la Vienne (GRANDJEAN, OLLIVIER, 1993). La fourchette chronologique de cet ouvrage va de – 72 à 163.

81L’étude du site de Gournay a permis à A. Rapin d’affirmer que les principes régissant l’entrée des armes sont différents dans un sanctuaire ou dans une sépulture. De la même façon, on peut penser que la variabilité des objets contenus dans les dépôts, dont la fonction n’est pas encore expliquée, implique des motivations diverses. Pour J.-L. Brunaux, ces dépôts se répartissent en deux catégories : l’une à forte proportion d’armes, d’équipement militaire (La Tène, sanctuaires de type belge), l’autre caractérisée par la découverte de Kolín en Bohême (armement peu nombreux, objets liés à l’artisanat, à l’habitat et à l’attelage ainsi qu’aux activités agricoles et domestiques). Le dépôt de la faille de la Chuire à Larina (38) se rapproche de la deuxième catégorie, avec pour principale différence, la présence de nombreuses fibules (PERRIN, 1990). Il fait penser aux découvertes de la colline de Sainte-Blandine à Vienne (Isère – CHAPOTAT, 1970). Ce dernier site concerne une période allant du IIe s. av. J.-C. jusqu’à l’époque augustéenne, alors que la majorité du mobilier de la faille de la Chuire va du milieu du IIIe s. av. J.-C. jusqu’à la première moitié du Ier s. av. J.-C. Une différence apparaît : à Sainte-Blandine, aucun objet n’a subi de destruction volontaire alors que la faille de la Chuire a livré, entre autres, une fourchette déformée et une lame de faux ployée. On le voit, la bipartition des dépôts annoncée ci-dessus n’est pas si évidente lorsqu’on analyse en détail leur contenu. Le mobilier de la Saône comporte des caractères communs à ces sites mais aussi quelques différences notables. Comme sur le site de La Tène, on a une majorité d’armes, mais contrairement à ce qui est constaté sur cette station, dans la Saône, de même qu’à Sainte-Blandine, aucune n’a été dégradée. Aucun élément de bouclier n’est présent, contrairement à La Tène, à Larina ou à Sainte-Blandine. Les ustensiles de toilette, rasoirs, forces, pinces à épiler, sondes ou cuillers à fard, présents à Sainte-Blandine et à La Tène sont absents de la Saône et de la faille de la Chuire. La Saône n’a livré, sur les gués, aucune pièce de char, alors que ce type de mobilier existe à Larina, à La Tène mais pas à Sainte-Blandine. On peut également opposer l’absence de monnaies celtiques sur les passages de la Saône (tout en gardant à l’esprit d’éventuels problèmes de représentativité), aux nombreuses découvertes effectuées sur les sites de La Tène, dans les marais de Lucerne, dans les dépôts de Bern-Tiefenau et de Niederzier.

82Certains dépôts présentent des caractéristiques plus marquées : on peut citer le caractère artisanal de celui de Chynov (Bohême) ou de celui de Kolín, déjà cité. À Duchov (Bohême), 2500 objets de parure (fibules et parures annulaires) ont été trouvés près d’une source. Mais n’oublions pas qu’à La Tène, site présenté comme recelant essentiellement des armes, il existe également une quantité non négligeable d’objets liés à l’artisanat.

83Il reste que, si on prend la répartition des trouvailles par site, les gués de la Saône ont livré un nombre d’objets très inférieur à celui des grands dépôts, auxquels il est tentant de la comparer. La faille de la Chuire contenait plusieurs milliers d’objets métalliques et de céramiques presque complètes. À Sainte-Blandine, lors de la seule trouvaille fortuite de 1955, « plus de quatorze cent pièces en bronze, en fer et en céramique, accompagnées d’une infinité de tessons, furent en effet extraites de quatre mètres cubes de terre, toutes offrant une ressemblance frappante avec les exemplaires des trouvailles précédentes » (CHAPOTAT, 1970). Le dépôt de Bern-Tiefenau comprenait de 700 à 1000 objets de métal.

84Le gué du Port de Grosne est, pour le moment, le plus riche en armes : vingt du deuxième Âge du Fer. Si on tient compte du pourcentage de perte évoqué précédemment, en considérant qu’on possède moins de la moitié du mobilier, ce chiffre passerait à cinquante armes. On n’aurait donc déposé volontairement, en moyenne, sur les 450 ans que couvre le deuxième Âge du Fer, qu’une arme tous les neuf ans. Ce chiffre est presque le même pour le gué de Benne Lafaux (découvertes anciennes). Ceux de Jean de Saône, de Gigny-Thorey, des Ronzeaux ou de Verdenet ont livré chacun une dizaine d’armes. Ces chiffres sont inférieurs en ce qui concerne la vaisselle métallique ou l’outillage par exemple. Même en tenant compte des pertes, on reste encore loin des lots d’armes ou d’autres objets cités à titre de comparaison.

85Cependant, si les trouvailles de sites de gués sont numériquement inférieures aux grands dépôts connus, elles présentent un caractère assez homogène et surtout répétitif. Sur une cinquantaine de kilomètres, du gué de Verdenet (au nord de Chalon) à celui de Fleurville, huit gués ont livré chacun un lot d’au moins une vingtaine d’objets du deuxième Âge du Fer (armes, céramiques, vaisselle, outils, divers...). Dans la même zone, d’autres passages présentent le même type de découvertes mais en nombre restreint (moins de dix objets).

86Ce constat pourrait s’appliquer par extension à toute la Grande Saône malgré le manque chronique de données relatives à la partie aval, mais peut-être également à la Petite Saône, où des découvertes similaires ont été effectuées. Il reste à savoir si ce phénomène est propre à la

87Saône ou à une zone géographique plus étendue, ou s’il pourrait se répéter sur tous les cours d’eau pendant le deuxième Âge du Fer.

Conclusion

88L’analyse des catégories d’objets découverts dans le lit de la Saône permet de confirmer la corrélation entre un phénomène topographique (les hauts-fonds naturels ayant pu servir de gué) et la présence de ces vestiges. Le caractère non fortuit, mais volontaire du dépôt d’une bonne partie de ces objets est très probable. Si les combats sur les gués ont peut-être existé en d’autres temps, ils ne peuvent être à l’origine de la présence d’épées retrouvées engagées dans leur fourreau ; ils expliquent encore moins la présence du mobilier contemporain découvert avec ces armes (outils, vaisselle, parure, etc.). Il reste l’hypothèse de dépôts liés au domaine funéraire, aux rites de franchissement ou encore aux divinités aquatiques. J.-L. Brunaux (1987, p. 157) rappelle qu’au deuxième Âge du Fer, le fer est un métal précieux et qu’immerger une épée, qui constitue une masse de fer, c’est sacrifier un objet de grande valeur et, symboliquement, le guerrier qui le portait. Il dissocie le jet de l’épée dans les rivières d’un autre type de dépôt, constitué d’outils et de bric-à-brac (BRUNAUX, 1987, p. 157). Cependant, on sait maintenant, d’après l’exemple de la Saône, que les trouvailles de rivière ne se limitent pas aux armes, et que la réalité et la diversité des dépôts, qu’ils soient terrestres ou issus de milieux humides sont beaucoup plus complexes. Malgré le caractère partiel des données concernant les dépôts d’objets des âges du Fer, on constate que ces lots présentent des points communs et des variantes. Ces différences ourraient être liées à la typologie des sites (hauteur, lac, rivière, proximité ou non d’un habitat, d’une nécropole, etc.), mais aussi à des variations géographiques, chronologiques et donc culturelles, voire cultuelles. Tant que ces trouvailles ne seront pas publiées dans leur intégralité, avec le maximum de renseignements sur les conditions de collecte, on ne pourra donner une définition plus précise de ce phénomène et encore moins établir une typologie de ce genre de découvertes.

Table des illustrations

Légende Fig. 59. Une partie du mobilier des âges du Fer recueilli sur le gué du Port Guillot (communes de Lux et Saint-Marcel). Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 60. Les armes du deuxième Âge du Fer recueillies sur le gué de Verdenet (commune de Sassenay). Deux céramiques de cette époque sont inventoriées, ce qui est caractéristique des collectes sélectives effectuées par les dragueurs. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 61. Le mobilier du deuxième Âge du fer recueilli sur le gué du Port de Grosne (communes d’Ouroux et de Mamay). Ce passage est celui qui a livré, à l’heure actuelle, le plus grand nombre d’armes laténiennes. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 62. Une partie du mobilier du deuxième Âge du Fer récolté sur le gué de Gigny-Thorey. Un peu plus de la moitié des éléments recueillis pour cette période sont des objets métalliques. Une série d’objets italiques importés dans le courant du Ier s. av. J.-C. a pu être identifiée : elle comprend des morceaux d’amphores, de la céramique arétine et trois vases en argent (en bas à droite de la figure). Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon. Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 63. Le mobilier du deuxième Âge du Fer recueilli au niveau du gué des Ronzeaux (communes d’Épervans et Lux). Ces vestiges ont été trouvés des deux côtés du lit mineur, dans une zone assez bien délimitée. Ce secteur est aujourd’hui considéré comme étant entièrement détruit par les dragages. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 64. Le mobilier du deuxième Âge du Fer recueilli sur les dragues après leur passage sur le gué de Jean de Saône (commune de Montbellet). Pour 43 objets métalliques récoltés on ne compte que 3 céramiques : les tessons ont été rejetés à l’eau par les dragueurs et plusieurs éléments métalliques ont été dispersés. Dessin des objets : C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search