Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations

Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) à l’Âge du Bronze

Texte intégral

Historique de la recherche

1En 1862, M.-C. Guigue et J.-E. Valentin-Smith fouillent, sur ordre de Napoléon III, les tumulus protohistoriques de Saint-Bernard (fig. 53), commune riveraine de la Saône située dans le département de l’Ain (VALENTIN-SMITH, 1888). Les premiers “pilotis lacustres” sont mentionnés par H. Ricard en 1863 à proximité de Mâcon (BIDAULT de GRÉSIGNY, 1920, p. 27). En 1870, H. de Ferry et A. Arcelin publient, dans le Mâçonnais préhistorique, le premier classement méthodique des gisements repérés : quinze sites de l’Âge du Bronze sont alors répertoriés entre Quincieux et Chalon-sur-Saône. Trente ans plus tard, le même travail est repris dans le Beaujolais préhistorique par C. Savoye (1899, p. 79), qui constate une relation entre l’existence des gués et la présence de sites archéologiques : la découverte la plus marquante est alors celle des “palafittes” de Grelonges. Même si les vestiges décrits s’apparentent plutôt à un site néolithique, l’existence, dans le lit de la Saône, d’établissements semblables aux cités lacustres suisses est alors sérieusement envisagée. Un autre gisement d’importance est celui de l’île Saint-Jean, au nord de Mâcon, où un important mobilier métallique fut recueilli et publié (JEANTON, LAFAY, 1917).

Fig. 53. La Saône entre Jassans et Trévoux. Quatre gués potentiels ont été repérés dans ce secteur : 1, gué de Trévoux (découverte d’une faucille en bronze) ; 2, gué de Saint-Bernard ; 3, gué d’Anse ; 4, gué de Jassans-Riottier (pas de haut-fond repéré mais confirmé par des trouvailles de dragage et une mention sur une carte). Sur la rive gauche ont été replacées les découvertes mentionnées au XIXe siècle par J.– E. Valentin-Smith (1888). Les termes employés par cet auteur pour désigner les vestiges mis au jour ont été conservés. Sur la rive droite se trouve l’habitat Bronze final du Bourdelan récemment fouillé (HÉNON, 1988) et dans le lit mineur des vestiges ont été repérés lors de plongées. DAO Gh. Macabéo / Afan.

2Il faudra ensuite attendre le milieu des années soixante pour que de nouveaux travaux soient entrepris : L. Bonnamour fouille et publie plusieurs sites de berges (BONNAMOUR, 1964, 1965, 1972b, 1973b et c), tout en commençant une surveillance active des dragages, qu’il poursuivra jusqu’en 1992. Dans le Mâçonnais, A. Barthélémy (1961) et A. Gaudillière (1979a) reprennent également les recherches sur le terrain. La dernière étape est celle de la fouille subaquatique de deux habitats du lit mineur, Ouroux et le Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (fig. 54). Seul ce dernier site a été publié (BONNAMOUR, 1989c ; BONNAMOUR et alii, 1990).

3Dans l’état actuel de la recherche, l’abondance de la documentation relative à la Saône et à ses abords immédiats (facilité de prospection et lisibilité des coupes de rives érodées par la rivière, intensité des dragages, focalisation de la recherche sur la rivière) s’oppose à la rareté des informations concernant les sites terrestres des marges (fort recouvrement des sites, pas de surveillance suivie des travaux).

Le Bronze ancien et le Bronze moyen

4Les deux premières phases de l’Âge du Bronze ne sont connues, à l’heure actuelle, le long de la Grande Saône, que par les découvertes faites lors des dragages. Beaucoup sont anciennes, mal localisées et consistent essentiellement en objets métalliques. On peut cependant mentionner le site des Ordeliers à Cormoranche (Ain), près du gué de l’île d’Emprunt, qui est le seul gisement des bords de Saône ayant livré des traces d’occupations du Bronze ancien (BARTHÉLÉMY, 1983).

5Pour le Bronze ancien, seules quatre céramiques sont recensées : dans la berge à Verjux par A. Guillot, au nord immédiat de Chalon-sur-Saône sur le site du Port Ferrier (BONNAMOUR, 1975a, p. 20), à Ouroux parmi les nombreux vestiges remontés par la drague, et enfin une tasse complète provenant de la Truchère au sud de Tournus (JEANNET, 1968a, p. 88). Parmi les éléments métalliques localisés, on connaît essentiellement des haches (Neuville, gués de Thoissey, Jean de Saône, Verjux), des poignards (Villefranche, gués de Jassans-Riottier, Mâcon, Port de Grosne) et des hallebardes (gué de Mâcon et environs de Chalon). Plusieurs publications présentent un inventaire détaillé de ces objets (BONNAMOUR, 1969b ; BONNAMOUR et alii, 1976 ; BONNAMOUR, 1990b ; MORDANT, 1996). Leur analyse se limite à des comparaisons typologiques avec les différentes sphères culturelles du Bronze ancien. Ces vestiges jalonnent tout le cours de la rivière entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs, contrastant ainsi avec une absence totale d’établissements sur les berges, alors que pour la période précédente, le Néolithique final, l’occupation des bords immédiats de la Saône était dense. Étant donné la présence régulière d’objets du Bronze ancien, une brutale interruption de la fréquentation de la rivière semble exclue. Cette lacune pourrait être due à des phénomènes d’ordre taphonomique.

6Les objets métalliques du Bronze ancien découverts en Europe sont issus de différents contextes. Dans les lacs suisses une grande quantité provient de fouilles anciennes (XIXe siècle) et on ne peut les rattacher avec certitude à des habitats (HAFNER, 1996). Le village lacustre d’Arbon-BIeiche (lac de Constance) a livré une centaine d’objets en bronze et la présence, sur le site même, d’un moule et de tuyères en argile fait penser à une fabrication sur place (HOCHULI, 1996, p. 214). Les poignards et les épingles sont fréquemment découverts en contexte funéraire (CORBOUD, 1996) et la hallebarde (dont quatre exemplaires en tout ont été retrouvés sur tout le cours de la Saône) est habituellement considérée comme un objet cérémoniel ou un emblème social. De même, certaines haches, comme les haches-spatules, sont définies comme « des pièces destinées à l’échange plutôt qu’à l’usage pratique » (BRIARD, 1989). En Grande-Bretagne et en Irlande, une étude comparative a été menée sur la présence d’éléments métalliques dans les tourbières, les rivières et les sépultures, au début de l’Âge du Bronze. Les résultats obtenus suggèrent qu’une part des découvertes de rivière, notamment les haches décorées, appartient à un système de déposition délibérée à caractère rituel (NEEDHAM, 1988). La rareté des données concernant la vallée de la Saône ne permet pas d’établir des relations ou des comparaisons similaires. En effet, les seules sépultures du Bronze ancien connues à l’heure actuelle se trouvent à dix kilomètres de la rivière, dans les collines du Mâconnais (nécropole de la Bergère à Verzé, BARTHÉLÉMY, 1976).

7F. Healy et R.-A. Housley (1992), à propos des découvertes de restes humains datés du Bronze ancien dans la région des Fenlands, supposent l’existence d’une pratique funéraire consistant à déposer, dans des lieux humides, les morts et le mobilier les accompagnant. Cette hypothèse, émise également pour le Bronze moyen, sera plus amplement discutée au chapitre traitant des vestiges du Bronze final.

8Au Bronze moyen, comme au Bronze ancien, aucun habitat, aucune nécropole n’est recensé à proximité de la Saône. Seuls les objets métalliques issus du lit mineur témoignent d’une présence humaine le long de la rivière. Leur étude se limite également à des comparaisons typologiques et à la mise en évidence des échanges et des influences entre les diverses aires culturelles (BONNAMOUR, 1969b ; BONNAMOUR et alii, 1976 ; BONNAMOUR, 1990b).

9L’éventail des objets recueillis dans le lit de la rivière se répartit entre les haches, les poignards et les épingles. Là encore, ces objets se retrouvent, en Europe, dans différents contextes.

10Dans toute la France, au Bronze moyen, on recense de nombreux dépôts ou “cachettes”, définis par G. Verron (1991) comme « des groupes d’objets en bronze enfouis dans le sol sans contexte archéologique direct ». L’examen précis de leur composition et de leur environnement (proximité d’un habitat ou d’un lieu humide) pourrait permettre à terme de distinguer trois catégories : atelier de fondeur, lot d’un récupérateur de métal ou offrande (MILLOTTE, 1989 ; VERRON, 1991).

11Dans la zone des tumulus (est de la France et Allemagne du sud), l’association des haches avec les poignards et les épingles caractérise la panoplie déposée avec le défunt. Cette pratique se généralise à la fin du Bronze ancien. Le poignard est déposé sur l’abdomen ou au côté droit, la hache vers la tête, du côté gauche, et l’épingle du côté droit de la poitrine (MORDANT, PÉTREQUIN, 1989, p. 276). Cet assemblage se retrouve sur la Saône dans deux cas précis, au gué de Jean de Saône où trois haches, trois épingles et deux poignards ont été récupérés et au gué de Port Rivière, où huit épingles et un poignard figurent parmi les trouvailles de dragage. Leur dépôt pourrait correspondre à un rite funéraire, mais la probabilité de l’existence de cachettes ou d’ateliers de fondeur détruits par les dragages n’est pas à exclure. Comme pour le Bronze ancien, les données de comparaison disponibles, tant sur les berges que dans le lit mineur, sont trop rares et n’autorisent donc pas le choix d’une hypothèse. Se pose également le problème d’attribution chronologique de ces lots de mobilier, qui, lorsqu’ils sont découverts en ensemble clos (sépulture ou dépôt terrestre), sont datés par l’objet le plus récent. Mais, en raison de la durée d’utilisation des artefacts métalliques, il n’est pas rare que des cachettes regroupent des éléments du Bronze moyen et du début du Bronze final. Il est donc difficile d’affirmer que tout le mobilier métallique retrouvé sur un gué, au cours de dragages non surveillés (ce qui est le cas de la majeure partie des éléments du Bronze moyen), a été déposé en même temps. Ainsi, certains objets de la phase moyenne de l’Âge du Bronze ne se sont peut-être retrouvés dans la rivière qu’au début du Bronze final.

Le Bronze final : données spatiales

Chronologie des occupations

12Ce bilan est fondé sur l’analyse, faite en collaboration avec J.-M. Treffort, du mobilier céramique issu des sites du lit mineur et des bords immédiats de la Grande Saône. Les sources documentaires actuellement disponibles sont de deux ordres, d’une part une série de publications d’importance inégale, et d’autre part une masse de mobilier essentiellement céramique, le plus souvent inédit. Compte tenu de l’état disparate de cette documentation et de la connaissance très partielle, ne serait-ce que de la position chronologique de certains sites ; compte tenu également des difficultés d’accès à la documentation issue des fouilles de sauvetage récentes de la région lyonnaise, on peut provisoirement dresser le constat suivant : sur une quarantaine d’habitats reconnus ou probables, vingt-trois sites de Saône (habitats situés sur la berge, sur une île ou dans le lit mineur) et huit sites terrestres présentent assez d’éléments pour pouvoir être datés, au moins de façon succincte. En dédoublant les sites où plusieurs phases d’occupation peuvent être reconnues (dans la limite provisoire d’une tripartition B.F. I-IIa / B. F. IIb / B. F. III), on obtient vingt-sept sites de Saône (dont quatre sont rattachables au B.F. I-IIa, un ou peut-être deux seulement au B. F. IIb et 21 au B. F. III), et huit sites terrestres (dont trois sont rattachables au B.F. I-IIa et cinq au B. F. III). Si l’on cumule les données, sept sites renvoient au B.F. I-IIa, deux au B. F. IIb et vingt-six au B. F. III. Cet état des lieux, d’ordre strictement chronologique, amène plusieurs remarques :

13Bien que présents en faible nombre, les sites du début du Bronze final existent en bordure de Saône au niveau des gués de la Mare Jandeau, des Ronzeaux et d’Allerey. Ils sont représentés par des séries généralement très réduites et le peu de matériel publié ne permet pas toujours de risquer une attribution au B.F.I ou au B. F. IIa ; néanmoins, il semblerait, à première vue, que le B.F. I soit majoritairement représenté.

14Le B. F. IIb n’a été reconnu de façon certaine que sur un seul site, celui d’Ouroux-Marnay (gué du Port de Grosne) : une partie du mobilier encore inédit, issu des dragages des années 70, se rattache sans conteste à cette période. Certains éléments publiés suggèrent que du matériel de cette phase pourrait également exister à Gigny-Thorey (BONNAMOUR, 1989 b, p. 48).

15Comme cela a été constaté depuis longtemps, le B. F. III est sur-représenté, avec une majorité de sites qui semblent se rattacher plutôt à la fin du B. F. IIIa et au B. F. IIIb, soit aux Xe et IXe siècle av. J.-C., avec une absence presque générale de critères typologiques et stylistiques attribuables à la phase ancienne du B. F. IIIa. On peut citer les gués de l’île d’Emprunt, d’Asnières, de la Mouge, de Jean de Saône, de la Mare Jandeau, de Gigny-Thorey, du Port de Grosne, de la Casaque, du Pont Sarrasin, des Ronzeaux, du Port Guillot, des Piles, de Raconnay et d’Allerey.

16On constate donc globalement une fréquentation moyenne au B.F. I, qui semble décroître au B. F. IIa pour devenir rare durant la période d’expansion du groupe RSFO (B. F. IIb et B. F. IIIa ancien) et finalement exploser au B. F. III.

17De façon paradoxale, ce sont les nécropoles qui nous renseignent le mieux sur les productions céramiques de la phase moyenne du Bronze final. Cinq sites sépulcraux présentent, en effet, un matériel caractéristique de cette période : Charnay (BONNAMOUR, 1984d et 1985f), Sassenay (BONNAMOUR, 1969b, p. 75), Granges (ARMAND-CALLIAT, 1940b), Saint-Bernard (VALENTIN-SMITH, 1888) et Quincieux (HÉNON, 1988), contre deux pour le B.E III (Gigny, au lieu-dit Lampagny, BONNAMOUR, 1975a, p. 30, et LACROST, DURIAUD, 1992a) et aucun pour le B.F. I-IIa. L’urne peinte de Charnay (BONNAMOUR, 1984d) pourrait être postérieure à la fin du B. F. IIIb.

18Il reste à préciser qu’un décalage chronologique notable a également été constaté entre l’occupation du Bronze final III de la Saône et de ses rives, et l’habitat péri-lacustre du nord des Alpes françaises et de la Suisse occidentale, qui a une certaine ampleur dès le Bronze final IIb (BONNAMOUR, 1989c, p. 187).

Caractéristiques de l’occupation

19Plusieurs travaux ont, depuis une vingtaine d’années, souligné la spécificité de l’occupation Bronze final de la Saône et de ses abords immédiats. Dès 1976, les principales tendances chronologiques détaillées dans le paragraphe précédent étaient dégagées : extrême rareté de l’occupation au B.F. I-IIa, à l’exception d’indices clairsemés sur les terrasses ; occupation intensive au B. F. III (BONNAMOUR et alii, 1976).

20Quelques années plus tard, un article de synthèse sur la Saône à l’Âge du Bronze apportait des précisions en dressant le tableau suivant : « Au début du Bronze final, les habitants font une timide apparition dans la vallée même. À partir du Bronze final IIb et surtout au cours du Bronze Final III, entre 1050 et 725 avant notre ère, à la suite de conditions climatiques particulièrement favorables, on constate la présence d’une occupation très dense, non seulement sur les berges, mais également sur des îles ou des plages, ordinairement au débouché d’un passage à gué » (BONNAMOUR, 1982a, p. 23).

21Le site dit d’Ouroux a été le premier gisement de ce type reconnu sur la Saône. La description qui suit permet de mieux comprendre la complexité de ce type de gisement et les difficultés de compréhension et de fouilles inhérentes à sa position dans le lit mineur de la rivière. Au début des années 70, des dragages ont livré une importante quantité de mobilier (céramique, éléments d’architecture en bois, vanneries, végétaux, petit mobilier métallique, etc.). Ce site a servi de cadre à la première expérience de fouilles subaquatiques jamais menées en rivière (de 1979 à 1982). Les difficultés rencontrées alors n’en ont pas permis une exploitation satisfaisante. À l’heure actuelle, le mobilier, conservé en majorité au musée Denon mais aussi au DRASSM Annecy, n’est toujours pas étudié : seuls des articles présentant les circonstances de découverte et les trouvailles les plus spectaculaires ont été publiés (BONNAMOUR, 1973d et 1974a).

22Une première zone de trouvailles est localisée en bordure du clayonnage du XIXe siècle, sur une espèce de presqu’île reliée à la rive gauche et visible sur les photos aériennes. Sur la berge, au PK 127,900, était implanté le site de Curtil Brenot, fouillé par L. Bonnamour (1964) et daté du B. F. IIIa – IIIb. En se déplaçant en direction de la rive droite, les dragues ont ensuite rencontré une zone stérile d’une trentaine de mètres de large, qui correspond à la passe navigable ménagée au XIXe siècle, mais qui pourrait vraisemblablement reprendre un ancien chenal, peut-être le même qu’à l’Âge du Bronze. Viennent ensuite deux autres points de concentration de mobilier, situés assez près de la rive droite. Sur cette même rive, en amont de la Grosne (PK 128,500), des prospections ont permis de localiser un gisement du B. F. IIb-IIIa. On aurait donc à Ouroux-Marnay une occupation assez dense des deux rives de la Saône, avec des habitats implantés sur les berges et d’autres installés sur des hauts-fonds, dans le lit mineur. L’existence et l’utilisation d’un gué par les riverains apparaissent comme probables. Cependant, tous ces sites ne semblent pas contemporains : en effet, un examen très rapide de la céramique récoltée sur les dragues révèle la présence d’éléments du B. F. IIb et du B. F. IIIb.

23Il convient d’insister sur le fait que ce secteur a connu, au fil des siècles, l’intervention de plusieurs facteurs destructeurs ou perturbateurs. Tout d’abord, la récupération d’un certain nombre de bois brûlés montre que ce site (ou une partie) a été détruit par un incendie. La proximité de la confluence de la Grosne a sans doute influé sur les conditions de conservation des vestiges (fig. 54). Les apports de l’affluent ont certainement contribué à leur sédimentation, phénomène probablement accru par la présence de nombreux pieux. Mais ce cours d’eau a également pu, lors de crues importantes, attaquer une partie du site et en provoquer l’érosion. Ces deux effets contraires, mais non exclusifs, se sont sans doute succédé depuis la Protohistoire jusqu’à nos jours sans que l’on puisse en quantifier les effets. Il est cependant probable que cette alternance ait débouché sur un profil d’équilibre d’ensemble, permettant la pérennité d’un haut-fond. On peut cependant se demander quelle influence a pu avoir sur le profil du thalweg la présence des établissements de l’Âge du Bronze final.

24Il reste à ajouter à cette liste les importants travaux du XIXe siècle qui ont eu, eux aussi, une incidence sur le régime de la rivière. Les archives de Mâcon conservent un document dans lequel l’entrepreneur chargé des travaux d’amélioration de la navigation de la Saône aux passages d’Épervans, la Grosne et Ouroux, se plaint du fait suivant : « le devis stipule que les dragages sont à faire dans des bancs de sable et gravier, mais en plusieurs points, les dragueurs ont rencontré de très grandes difficultés résultant de la présence de terre argileuse et très compacte, et d’anciens ouvrages de maçonnerie, fiches et moises en charpente ». Il n’est pas précisé en quels endroits sont situés ces obstacles, mais on peut penser que la terre argileuse et peut-être les assemblages d’architecture en bois du site Bronze final en font partie.

Fig. 54. En haut, l’habitat Bronze final d’Ouroux-sur-Saône lors de sa fouille à la fin des années 70. La flèche montre la trajectoire des eaux de la Grosne, affluent de rive droite. La présence de ce tributaire a eu une incidence sur l’érosion du site (crues parfois violentes) mais aussi, probablement, sur sa préservation (apports de sédiments). Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône. En bas, plan des maisons de l’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône installé, comme ceux de Gigny-Thorey ou d’Ouroux, dans le lit mineur de la rivière (d’après BONNAMOUR, 1996b).

25En 1989, la publication des principaux résultats de la fouille du Gué des Piles a permis à L. Bonnamour d’esquisser un modèle d’occupation de la Saône chalonnaise au cours du B. F. III, en soulignant l’importance particulière des gués et la fréquente parité entre les sites de berge et les habitats du lit mineur : « Depuis une trentaine d’années, dix-sept habitats de l’extrême fin de l’ Âge du Bronze ont été localisés dans la vallée de la Saône, tant à Chalon qu’au sud de l’agglomération. Ces habitats sont répartis sur 16 km du cours de la rivière ; onze sont implantés dans l’actuel lit mineur, six sur les berges. [...] Nous sommes actuellement en mesure d’affirmer que sur ces onze habitats, sept peuvent, avec certitude, être mis en relation directe avec l’existence d’un passage à gué » (BONNAMOUR et alii, 1990, p. 97). En élargissant la recherche à tout le cours de la Grande Saône, on compte, à l’heure actuelle, un total de vingt-quatre établissements du Bronze final, dont sept sites de berge et dix-sept implantations certaines ou probables de lit mineur, dont la répartition peut être détaillée (fig. 55).

26Une installation existait peut-être aux abords du gué d’Allerey, mais les destructions occasionnées par les dragages rendent l’hypothèse difficile à vérifier. Trois de ces établissements se trouvent aux abords du gué des Piles (Chalon-Gué des Piles, Saint-Marcel-Gué des Piles, Chalon-Pont de la Comète, BONNAMOUR, 1989c). Un autre est signalé sur le gué du Port Guillot, et un, ou peut-être deux, puisque deux phases ont été reconnues (B.F. I et B. F. III), existent près du gué des Ronzeaux. Un autre site encore, très probable, au gué du Pont Sarrasin, sera difficile à étudier, en raison de la présence, sur son emplacement, d’un stock d’obus de la Deuxième guerre mondiale. Sur le gué du Port de Grosne, les découvertes de dragage et les fouilles terrestres laissent supposer une occupation assez dense des deux rives de la Saône, avec des habitats implantés sur les berges et d’autres installés sur des hauts-fonds, dans le lit mineur, tous ces sites n’étant pas contemporains : en effet, un examen très rapide de la céramique récoltée sur les dragues révèle la présence d’éléments du B. F. IIb et du B. F. IIIb. Les autres sites d’habitat probables sont ensuite localisés, de l’amont vers l’aval, aux abords des gués de Gigny-Thorey, Mare Jandeau, île de la Mothe, Mouge, Asnière, Port Rivière et Anse.

27Les résultats de la fouille de l’habitat du gué des Piles donnent une idée de l’aspect que pouvait présenter ce genre d’installation. Constitué de quatre rangées de maisons (fig. 54), le village était implanté sur un îlot argileux, localisé sur la bordure aval du gué et temporairement exondé en dehors des périodes de crues. À l’étiage, le site était séparé de la rive droite par un bras d’eau peu profond, large d’une vingtaine de mètres, et un autre bras de rivière, sans doute plus large mais moins profond, bordait probablement le site à l’est (BONNAMOUR, 1989c). Trois exemples d’installations de même type, sur des îlots éloignés de plus de 100 m du rivage, existaient à la même période sur les lacs suisses et savoyards et sont cités par B. Arnold (1990) : Eschenz-Werd sur l’émissaire du Boden (BREM et alii, 1987), Zurich-Grosser Hafner, à la sortie du lac de Zurich (PRIMAS, RUOFF, 1981) et Sévrier-Crêt de Châtillon, dans le lac d’Annecy (BOCQUET, COUREN, 1974). D’autres exemples sont signalés plus près du rivage, ou sur une presqu’île, l’interprétation variant en fonction du niveau du lac proposé.

28La Saône n’est pas le seul cours d’eau à avoir connu pareilles installations au Bronze final : on peut citer par exemple le site de Runnymede Bridge en Angleterre, où des aménagements liés à la rivière (la Tamise) ont été fouillés (NEEDHAM, 1991). Mais les destructions opérées sur les grands fleuves européens et peut-être un manque d’attention de la part des archéologues (qui n’ont vu pendant longtemps dans les découvertes fluviales qu’un amas d’objets hors contexte) ne permettent pas de disposer d’un grand nombre de comparaisons. Les conditions taphonomiques peuvent également limiter l’accès à ce type d’occupations. Dans la vallée de la Haute Saône, par exemple, F. Passard, J.-F. Piningre et J.-P. Urlacher (1992, p. 218) précisent qu’il existe « des indices d’implantation en fond de vallée ou en zones humides proches du lit de la rivière, actuellement masquées par une épaisse couche d’alluvions. Tout au plus ces découvertes attirent-elles l’attention sur un milieu fluvial particulièrement méconnu, impossible à explorer par les méthodes de prospection au sol classiques ». Il faut ajouter à cela les difficultés que pose ce type de fouilles, que ce soit sur site immergé (intervention en plongée) ou terrestre (proximité de la nappe), difficultés qui entraînent nécessairement une dépense élevée en énergie et en moyens financiers.

29On peut s’interroger sur la fonction que pouvaient avoir des sites insulaires ou semi-insulaires. En Suisse, le site de Zurich-Grosser Hafner, situé face au rivage où sont implantés d’autres villages du Bronze final, pose plusieurs problèmes que les destructions occasionnées par d’anciens travaux de dragage laissent en suspens : « ce village avait-il un terroir agricole et, si oui, où était-il situé ? Sinon, quelles relations entretenait-il avec ses voisins ? Y avait-il une certaine hiérarchie entre eux, ou cette île était-elle un centre d’échanges privilégié ? » (ARNOLD, 1990). À propos de l’habitat du gué des Piles, L. Bonnamour a suggéré que les sites implantés dans le lit mineur de la rivière ne pouvaient subsister que s’ils fonctionnaient de pair avec des sites de berges (BONNAMOUR et alii, 1990, p. 98). Tout au long du cours de la Grande Saône, plusieurs installations ont été repérées sur les bords immédiats de la rivière et ont même été partiellement fouillées pour certaines d’entre elles. Elles sont presque toutes localisées près des hauts-fonds naturels, et leur complémentarité avec les installations de lit mineur est fortement envisagée. Ces dernières auraient pu avoir une fonction de refuge temporaire, mais la présence d’une palissade (attestée au Gué des Piles) n’implique pas forcément la notion de site-refuge, cette installation ayant plutôt pour fonction, dans ce cas précis, de protéger les maisons contre les vagues et les bois flottés que charrie la rivière (BONNAMOUR, 1989c, p. 186). Il faut noter qu’on ne peut, avec les données actuellement disponibles, affirmer de façon certaine la parfaite contemporanéité des sites du lit mineur installés sur ou aux abords des gués avec leurs homologues implantés sur les berges de la Saône. Un léger décalage chronologique pourrait, dans certains cas, faire penser à un déplacement ou à une extension de l’habitat, plutôt qu’à une complémentarité entre site de berge et implantation de lit mineur.

Fig. 55. Carte de répartition des sites de l’Âge du Bronze final entre Verdun-sur-le-Doubs et Tournus. DAO Gh. Macabéo / Afan.

30On peut voir aussi dans ces implantations une motivation stratégique comme cela a été supposé dans le bassin supérieur de la Saône, où la présence d’un gué semble être un facteur déterminant d’implantation (PASSARD et alii, 1992, p. 218). Dans la Combe d’Ain, P. Pétrequin (1992, p. 245) a constaté un déplacement des sites des deux bassins lacustres de Chalain et de Clairvaux vers la basse terrasse de l’Ain. Celle-ci est parcourue par un réseau de pistes pour chariots, repérées sur des photos aériennes, notamment là où ces voies de circulation convergent, c’est-à-dire au niveau des gués permettant de franchir de petits ruisseaux. L’auteur propose de faire remonter la mise en place de ce réseau de communication au Néolithique final. Il y a peu de chances pour qu’on puisse un jour mettre en évidence les voies de communication protohistoriques le long de la Grande Saône. Des conditions taphonomiques différentes de celles de la Combe d’Ain ainsi que la mise en place de cultures destructrices ou une urbanisation précoce sont les principales causes que l’on peut évoquer. Une analyse poussée de micro-terroir aux abords des sites de gué qui semblent très importants au Bronze final, comme ceux de Gigny-Thorey ou du Port de Grosne, pourrait donner des résultats.

31Certains sites auraient pu s’établir en bordure de rivière dans un intérêt commercial. Cependant, aucun élément permettant d’attester une production de masse ou une activité d’échange n’a été clairement mis en évidence. L’étude typologique de certaines catégories d’épées fait pourtant penser à une fabrication locale de ces armes (BONNAMOUR, 1990b, p. 24), mais pour le moment de trop rares témoins d’activité métallurgique ont été découverts : un fragment de moule en molasse provient du Gué des Piles ; la fouille du site de Thorey-les Rives (Saint-Germain-du-Plain) a livré les restes d’un four de fondeur (BONNAMOUR, 1973c) ; à Ouroux (gué du Port de Grosne), un couvercle de moule à faucille en grès a été remonté par la drague ainsi qu’un fragment de tuyère en argile qui a pu tout aussi bien appartenir à un four de potier qu’à une installation de bronzier (BONNAMOUR, 1974a). Rien ne permet de dire si ces sites produisaient uniquement les objets nécessaires à la vie quotidienne ou des biens plus prestigieux, éventuellement destinés à être échangés ou commercialisés.

32On pourrait tout simplement voir dans cette volonté de s’installer près de la rivière ou dans son lit, et à proximité des lieux de traversée, un besoin d’utiliser pleinement un terroir riche, les deux rives étant disponibles pour l’élevage ou pour la culture. Un document historique se rapportant à l’île de Farges montre bien que la traversée à gué du bétail ne posait aucun problème et on possède de nombreux témoignages de l’exploitation des berges et des îles pour certaines cultures adaptées à ce milieu. Des phases climatiques caractérisées par des épisodes plutôt secs, mises en évidence, pour la fin de l’Âge du Bronze, en Allemagne, en Suisse ou dans le Jura auraient pu favoriser ces installations.

Le mobilier métallique du Bronze final

Les données actuelles

33Il n’est pas question ici de procéder à un réexamen typologique du mobilier métallique. De telles études ont déjà été faites ou sont en cours (voir par exemple le travail sur les épées de S. Boulud, 1995). Il s’agit plutôt de prendre en compte de façon globale les objets métalliques du Bronze final retrouvés sur les gués et de procéder à une analyse des différentes interprétations proposées jusqu’à maintenant. Un nombre important de productions métalliques du Bronze final a été découvert dans la Saône, comme dans la plupart des cours d’eau européens : le Rhône (CHAPOTAT, 1973 ; DURAND. 1993), la Seine (MORTILLET, 1908 ; CABROL, PAURON, 1937 ; BASTIEN, YVARD, 1980), l’Oise (BLANCHET, 1984 ; BLANCHET, LAMBOT, 1977, 1978 et 1980), la Loire (BASTIEN, 1977 ; CORDIER. 1985), le Lot (BEYNEIX et alii, 1994), la Vilaine (BRIARD et alii, 1995), l’Ill (LAMBOT, 1981), l’Escaut (WARMEMBOL et alii, 1992), le Rhin (TORBRÜGGE, 1971), le Lesum (KUBACH, 1994), la Tamise (NEEDHAM, 1988), etc. On sait qu’une partie de ces vestiges reste inconnue, le bon état de conservation des objets en bronze en ayant fait des pièces de collection recherchées. Cependant, certaines séries, recueillies à l’emplacement de gués, peuvent être considérées comme assez représentatives. C’est le cas de l’île Saint-Jean, où quatre-vingt-huit pièces de métal de l’Âge du Bronze ont été récoltées et partiellement publiées (fig. 56). de Port Rivière (fig. 57) ou de Jean de Saône, qui ont livré respectivement quatorze et quarante-trois éléments métalliques. Dans certains cas, ou pour certaines catégories d’objets qui ont récemment fait l’objet d’études récapitulatives, il est possible d’évaluer approximativement la perte d’information. Cinquante et une épées du Bronze final ont pu être rattachées précisément à un site de gué sur la Grande Saône. Cependant, entre Lyon et Mâcon (du PK 0 au PK 84, c’est-à-dire exactement sur la moitié de portion de rivière concernée) seulement quatorze sont dénombrées, alors qu’entre Mâcon et Verdun on en compte trente-sept, soit plus du double. Il faut mettre cette différence sur le compte d’une absence totale de surveillance de la moitié sud de la Grande Saône, et d’un intérêt certain porté aux travaux d’extraction au nord. Aux cinquante et un exemplaires cités, il faut en ajouter dix-sept provenant de la grande Saône de façon certaine, mais dont le lieu précis de découverte reste inconnu. Plusieurs mentions extraites de la littérature archéologique montrent bien que certains exemplaires seraient encore à ajouter à cette comptabilité : un dragueur a signalé la découverte de cinq ou six épées en bronze entre Saint-Romain-des-îles et le pont de Thoissey (fichier L. Bonnamour) ; à Thoissey, C. Savoye (1899, p. 119) témoigne que des épées et divers instruments de bronze ont disparu dès leur sortie de l’eau ; à l’île Saint-Jean, après avoir rappelé que les trouvailles mentionnées dans l’article ne représentent qu’une partie des découvertes réellement effectuées, car un grand nombre d’objets sont allés enrichir des collections particulières, les auteurs précisent qu’« ils n’ont pas eu la bonne fortune de recueillir des épées » (JEANTON, LAFAY, 1917, p. 317). L’épée, souvent interprétée comme bien de prestige par les spécialistes de l’Âge du Bronze, semble avoir conservé ce statut particulier jusqu’au XXe siècle... Si l’on ajoute à ces faits les pertes brutes (c’est-à-dire des objets qui n’ont pas été vus sur les dragues et qui sont devenus des matériaux de remblais ou qui sont retournés à l’eau), on peut estimer qu’on dispose aujourd’hui de moins de la moitié de l’échantillon d’origine. Cette estimation doit encore être minorée par la prise en compte des parties de gué non draguées, notamment dans le Chalonnais.

Fig. 56. Mobilier métallique du Bronze final recueilli en 1916, lors des dragages pratiqués au niveau de l’île Saint-Jean au nord de Mâcon (d’après JEANTON. LAFAY. 1917, échelles diverses non précisées dans la publication). DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 57. Le mobilier métallique du Bronze moyen et du Bronze final découvert au niveau du gué de Port Rivière (d’après GALLAY, HUBERT, 1972). Ce lot, actuellement conservé chez un particulier, ne représente qu’un échantillon de ce qui a été réellement sorti du lit de la rivière par les dragues. DAO Gh. Macabéo / Afan.

34Cependant, la perte a été approximativement la même pour tous les éléments en bronze, qui ont tous fait l’objet de récupération et de commercialisation, même les plus petits comme les épingles. Celles-ci ont d’ailleurs souvent été découvertes groupées. Un dragueur se souvient, par exemple, de la remontée sur le gué d’Anse de trente à quarante épingles environ (fichier L. Bonnamour). De cette remarque il découle que la représentativité des différentes catégories d’objets (armes, outils, parures) les unes par rapport aux autres peut être considérée comme relativement fiable.

35Un peu plus de 300 objets métalliques en tout ont pu être localisés précisément. Ils appartiennent à quatre grands types définis en fonction de leur utilisation.

36L’armement offensif comprend les épées (cinquante et une pièces) ainsi qu’un nombre presque égal de pointes de lance (cinquante-deux). Au total, sur vingt-trois sites de gué on a recueilli au moins une épée du Bronze final. Les gués ayant livré une seule épée sont ceux des îles d’Albigny, de Port Masson, Jassans-Riottier, la Mothe, Uchizy, l’Épine, la Casaque, le Port Villiers, Verjux, Verdun. Aux gués d’Anse, de Taponas, Belleville, Grelonges, Mâcon, Port de Grosne, Les Piles, on a trouvé deux épées, et sur plusieurs passages on a récolté trois épées ou plus : Jean de Saône (six), Tournus et la Mare Jandeau (quatre), Port Guillot, Benne Lafaux et Bougerot (trois). Huit des passages cités sont situés entre Lyon et Mâcon et quinze se trouvent dans la partie nord de la Grande Saône (entre Mâcon et Verdun), celle qui a fait l’objet d’un meilleur suivi archéologique. La panoplie défensive est beaucoup moins représentée : une cuirasse trouvée à Saint-Germain-du-Plain (gué de Gigny-Thorey) est conservée au Musée des Antiquités Nationales (BONNAMOUR, 1990b, p. 51), une autre, dont on ne possède qu’une mention écrite, a été draguée lors de la construction du barrage de Thoissey (SAVOYE, 1899, p. 119). Deux casques sont connus à Jean de Saône et à Chalon (site du Port Ferrier).

37Les outils et ustensiles sont variés. Les deux groupes les plus importants sont ceux des haches (trente-sept) et des couteaux (trente et un). Tous les autres totalisent un nombre inférieur à dix, mais on y trouve l’ensemble complet de l’outillage de la fin de l’Âge du Bronze : faucilles, enclumes, moule, ciseaux, burins, gouges, hameçons, rasoirs.

38Le troisième ensemble regroupe les objets de parure. Les épingles sont les plus nombreuses (soixante-cinq). Vingt-cinq bracelets et trois pendeloques sont également connus.

39Un seul récipient en bronze est répertorié, il s’agit d’une tasse à fond ombiliqué, trouvée sur le gué des Ronzeaux.

40Il reste à préciser que, selon les auteurs, tous ces objets ne sont pas rangés dans la même catégorie, ce qui ne simplifie pas les comparaisons avec des découvertes similaires. Souvent, les haches et les couteaux sont classés avec les armes, mais lorsqu’il est question des armes trouvées dans les cours d’eau, la plupart des auteurs ont tendance à ne citer que les épées, les casques et les lances, ou tout du moins à insister sur leur présence. Ainsi, S. Verger (1992b) affirme que « ... dans les rivières et dans les marécages, l’armement défensif lourd est au contraire abondamment représenté ». Cette constatation est exacte dans le sens où ces objets ne sont, la plupart du temps, découverts que dans ces contextes particuliers. Cependant, en ce qui concerne la Saône, on constate que les casques et les cuirasses ne représentent qu’un faible pourcentage du nombre total d’objets métalliques sortis de l’eau (deux cuirasses et deux casques pour une centaine d’armes offensives et une centaine d’objets de parure par exemple). Dans une étude consacrée aux dépôts métalliques en Île-de-France (BRUN, MORDANT, 1988), les couteaux et les haches n’ont pas été pris en compte « car leur fonction n’est pas assurée ». Il apparaît donc plus logique de séparer ce qui est attesté comme armes (épées, casques, cuirasses, lances, même si ces dernières ont pu être utilisées pour la chasse) de ce qui se rapproche plutôt de l’outillage (haches, couteaux entre autres). À ce sujet, dans son étude du mobilier métallique d’Hauterive-Champréveyres, A.-M. Rychner-Faraggi (1993, p. 14) apporte la précision suivante :

« C’est par commodité que les objets ont été rangés dans les tiroirs armes, outils et parure, mais nombre d’entre eux sont à usage multiple. La hache et le couteau, par exemple, généralement considérés comme des outils, peuvent très bien avoir servi d’armes. L’épingle, rangée parmi les objets de parure, n ’est pourtant pas purement décorative, contrairement au bracelet ou au pendentif, mais sert à fermer un vêtement ; sa tige peut aussi devenir poinçon pour trouer du cuir ou du tissu, et l’épingle devient alors outil ».

41Certains travaux ont tenté de démontrer que les trouvailles fluviales ont une destination propre au milieu aquatique (TORBRÜGGE, 1971 ; BRADLEY, 1990). L’analyse et les comparaisons qui suivent montrent que cela semble vraisemblable pour certains de ces objets. Pour les autres, en attendant des publications exhaustives des corpus, plusieurs hypothèses peuvent être envisagées.

Le champ des interprétations

Hypothèses économiques et sociales

42Un examen des dépôts métalliques dans la région Ile-de-France a conduit aux conclusions suivantes : « Les zones de fortes concentrations en rivière sont aussi des zones à forte densité relative de dépôts métalliques. Ces arguments amènent à considérer ces accumulations comme les effets de phénomènes économiques et historiques » (BRUN, MORDANT, 1988, p. 299). Pour ces auteurs, la prédominance des armes (considérées comme des biens de prestige) dans les découvertes de dragage, par rapport aux outils (10 % seulement des trouvailles), trahit deux formes de compétition (économique et guerrière). Cependant, cette hypothèse repose sur des quantités erronées d’objets car les haches et les couteaux ont été exclus de leur inventaire, leur fonction n’étant pas assurée. De la même façon, P. Brun (1988) voit dans les concentrations de trouvailles en certains points des fleuves et des rivières de l’entité RSFO des lieux de frontières où se serait livrée une compétition exacerbée. Il explique ce phénomène en s’appuyant sur la théorie de M. Mauss (1924) et suppose l’existence d’une économie de prestige dans laquelle la pratique du don réciproque serait le principal instrument du transfert des richesses, et surtout du transfert des rôles sociaux. Dans ce système, les épées sont alors interprétées comme des objets indispensables au prestige des chefs, qui se livrent à une surenchère dans la possession de tels biens. P. Brun (p. 607) explique ainsi la présence des armes dans les cours d’eau : « Dans la pratique du don (Mauss 1923-24), la sphère du prestige doit rester étanche, nettement séparée de celle de la subsistance, pour se perpétuer. Liée à une compétition de plus en plus débridée entre chefs, la production de biens de prestige tend logiquement à s’emballer. L’inflation menace. Les objets de prestige non échangés selon les règles risqueraient de faire perdre sa valeur symbolique à l’ensemble s’ils devenaient accessibles à tous. Fabriqués en grand nombre, ces objets ne pouvaient pas être récupérés pour la refonte avec des garanties suffisantes contre ces risques d’inflation et de dévaluation. La solution pouvait ainsi consister à jeter le surplus dans les fleuves, lieux inaccessibles ; une signification rituelle venant probablement habiller ces opérations de tabous bien commodes pour le contrôle social. Ces destructions de richesses évoquent aussi irrésistiblement le Potlatch Kwakiult, forme exagérée de la pratique du don causée par les Blancs qui désorganisèrent cette société du Nord-Ouest américain ». Deux objections majeures peuvent être apportées à cette théorie, qui a été qualifiée de « scénario pseudo-historique » par J. Roussot-Larroque (1988, p. 514). La première est que P. Brun précise qu’il « a pris le parti de postuler la représentativité du corpus connu », parti pris risqué lorsque l’on observe les résultats du comptage des épées sur la Grande Saône. Si celui-ci fait effectivement ressortir des concentrations d’objets en certains points de la rivière, ce phénomène ne relève cependant pas d’une réalité archéologique, mais plutôt des conditions de suivi des dragages. La deuxième est apportée par S. Lewuillon (1992, p. 113) qui rappelle que les références de la théorie maussienne sont depuis remises en question. Il signale que le potlatch, « dans son avatar de la fin du XIXe s., n’était que la projection sur une banale rétribution de services des présupposés coloniaux et missionnaires sur la sauvagerie des Indiens » et souligne le décalage existant entre la fin du 2e millénaire av. J.-C. et l’époque des textes (fin du deuxième Âge du Fer) auxquels on fait habituellement référence pour appuyer la théorie du don. Cette hypothèse des échanges rituels, remise en cause pour les âges du Fer, doit donc être envisagée avec encore plus de prudence pour les époques antérieures.

La relation métal – habitats

43On a démontré que la présence d’un haut-fond naturel et donc d’un gué pouvait être un élément déterminant dans le choix de l’emplacement d’un habitat au Bronze final. On pourrait donc penser que tous les objets de cette époque retrouvés sur les gués se rattachent à ces implantations. En effet, les stations lacustres suisses et savoyardes, qui constituent les meilleurs points de comparaisons, ont livré en grande quantité des petits objets métalliques tels que les épingles et les couteaux, qui sont souvent les plus nombreux, ainsi que d’autres éléments de parure (bracelets) ou des outils en tout genre (faucilles, haches, hameçons, etc.). Les armes sont dans la majorité des cas très peu représentées sur ces sites (voir par exemple Hauterive-Champréveyres, RYCHNER-FARAGGI, 1993 ou AUVERNIER, RYCHNER, 1987), exception faite de la station de Mörigen qui a livré plusieurs épées ou fragments d’épées (BERNATZKY-GOETZE, 1987).

44Sur la Saône, on pourrait penser qu’une partie du mobilier métallique découvert dans le lit mineur provient de l’érosion d’habitats de berges, qui ont été repérés en plusieurs endroits. Cependant l’observation d’un cas précis d’érosion à Thorey – PK 126 – les Rives (DUMONT, TREFFORT, 1990) a montré la pauvreté en métal d’un tel site, mais aussi une répartition des vestiges contre la berge, sur une bande large tout au plus de 20 m. Aucun vestige n’avait été entraîné jusqu’au milieu de la rivière, alors que les observations des dragages de la Saône relatent à plusieurs reprises des découvertes en plein chenal. Au gué des Piles, unique habitat de lit mineur fouillé et publié (BONNAMOUR, 1989c), on n’a découvert que six objets (trois épingles, une bague d’enfant, une pointe de lance et une petite herminette ou ciseau). Dans son étude, L. Bonnamour précisait que le site d’Ouroux-Marnay (gué du Port de Grosne), sur lequel la drague a extrait plus d’une tonne de céramiques, une vingtaine de petits objets métalliques seulement ont été récupérés (un anneau, quatre bracelets, cinq couteaux, quatre épingles, deux haches, trois rivets, une lance et une épée). Un lot d’objets recueillis sur une drague dans les années 70, à Port Rivière (fig. 57), pourrait correspondre à l’inventaire qui se rapporte habituellement aux sites d’habitat. La présence de céramiques (non récupérées) est signalée mais aucune arme n’est mentionnée. Il subsiste un doute quant à la représentativité du lot : certaines pièces auraient pu échapper au collectionneur qui en est actuellement le propriétaire.

45L’érosion du site constatée à Ouroux pourrait expliquer en partie le faible nombre d’éléments métalliques recueillis. Cependant, même si le métal avait été trouvé en quantité importante sur les habitats du lit mineur de la Saône, comme cela est le cas sur les stations lacustres suisses, la raison de sa présence serait encore sujette à discussion. En effet, la théorie de la perte accidentelle des objets sur les stations lacustres (auxquelles on compare les sites de Saône) est régulièrement remise en cause. F Müller, dans son étude sur les bronzes des palafittes, pense que l’on peut considérer les épingles et les couteaux comme des objets votifs lorsqu’ils proviennent de sites lacustres et que sur ces gisements, la part des déchets ou objets perdus est sans doute faible (MÜLLER, 1993). Sur la station de Hauterive-Champréveyre, la quantité d’objets abandonnés est importante alors que le bronze peut être recyclé ou refondu. Cette absence de récupération est d’autant moins compréhensible que la région est totalement dépourvue de gisements de cuivre et d’étain (RYCHNER-FARAGGI, 1993), ce qui est également le cas pour la vallée de la Saône. A.-M. Rychner-Faraggi relève « une autre contradiction entre l’abandon d’objets neufs ou en bon état et le grand souci d’économiser le métal. Certains indices, en effet, témoignent d’un recyclage d’objets cassés [...] Il est certain que la perte de petits objets peut s’expliquer dans un terrain humide et marécageux. En revanche, la découverte de gros objets, d’une accumulation de matériel, de stocks d’anneaux déposés en enfilade, d’une ceinture complète s’explique plus difficilement. Tous ces indices militeraient plutôt en faveur d’un enfouissement ou d’un abandon volontaire ». Ces constatations amènent à évoquer le possible lien entre la présence de ces objets en milieu humide et les pratiques funéraires.

L’interprétation funéraire

46V. Rychner (1988, p. 78) pense que la présence de tant d’objets en bronze sur les sites lacustres ne peut guère résulter d’une activité domestique normale et suppose la pratique de dépôts rituels, peut-être para-funéraires. En effet, l’abondance du mobilier métallique dans les stations palafittiques de la région des trois lacs contraste avec la rareté des dépôts en sépulture sur le plateau suisse (PRIMAS, 1977 ; RYCHNER-FARAGGI, 1993, p. 78). De plus, la présence de crânes humains découverts isolés dans les stations lacustres (dix-neuf sur le site de Corcelettes à Grandson VD) pourrait également témoigner d’une pratique funéraire particulière. L’examen du mobilier métallique de la station de Mörigen sur le lac de Bienne (BERNATZKY-GOETZE, 1987) montre que « selon l’importance du travail de décoration, on distingue divers groupes d’objets de valeur symbolique et de prestige différents. Alors que les éléments de parure, les épées et les groupes 1 à 3 des couteaux sont presque toujours décorés, marquant ainsi leur appartenance à une personne bien précise, les faucilles, haches et autres outils ne portent habituellement aucun décor ». Cette remarque fait penser que certains objets pouvaient être personnalisés et déposés dans les eaux du lac à la mort de leur propriétaire. En Grande-Bretagne, P.-J. Davey propose également une interprétation funéraire des objets métalliques de la fin de l’Âge du Bronze découverts dans les rivières (DAVEY, 1971).

47Les trouvailles de crânes humains, lors des dragages de la Tamise, étaient chose courante au XIXe siècle. De nombreuses pièces métalliques ont été recueillies en même temps et ont occulté ces restes osseux moins spectaculaires. R. Bradley et K. Gordon (1988) ont récemment reconsidéré le phénomène. Il reste aujourd’hui 299 crânes conservés provenant de la Tamise et quarante-huit recueillis dans la Walbrook (affluent de la Tamise). Dans ces deux cas, il est difficile de dire combien de crânes ont été réellement trouvés, certains ayant été achetés par des collectionneurs privés. Les autres ossements humains figurent rarement dans les inventaires. Sur la Walbrook, ce fait ne résulte pas d’une sélection, puisque tout a été récupéré, y compris les ossements d’animaux. Sur les quelques exemplaires issus de cette rivière trois ont été datés par C14 : deux sont probablement de la fin de l’Âge du Fer et le troisième d’époque romaine. Ils pourraient être associés à l’abondant mobilier contemporain retrouvé au même endroit. Six exemplaires extraits de la Tamise ont fait l’objet d’une analyse radiocarbone : deux appartiennent au haut Moyen Âge, un au Néolithique et quatre au Bronze final. Les auteurs effectuent un rapprochement avec la présence d’ossements humains isolés retrouvés sur les sites d’habitat de cette dernière période. Ils constatent également la rareté des sépultures du Bronze final dans la région et pensent que la rivière a pu servir de lieu de dépôt mortuaire.

48Sur la Saône, trente-cinq crânes humains provenant de dix sites sont actuellement conservés : un sur le gué des Piles, trois au gué du Port Guillot, douze au gué des Ronzeaux, un au gué de Saint-Loup-de-Varennes, deux au gué de la Casaque, trois au gué du Port de Grosne (ainsi que quelques fragments d’un quatrième et un fémur), trois au gué de Gigny-Thorey, deux au gué de la Mare Jandeau, un au gué de l’île de la Mothe et cinq au gué de Jean-de-Saône. Une mandibule humaine provient du site Bronze final de Thorey – Les Rives à Saint-Germain-du-Plain. Les découvertes de ce type ont probablement été plus fréquentes, mais on peut supposer qu’elles n’ont pas retenu l’attention des dragueurs. Sur d’autres sites, des crânes ont été signalés à L. Bonnamour par les dragueurs mais ils n’ont pas été mis de côté. Parmi les crânes conservés, aucun n’a fait l’objet d’une analyse C14.

49Des exemples archéologiques extérieurs à l’Europe prouvent que la pratique consistant à déposer des corps dans l’eau a réellement existé, mais que seules des conditions exceptionnelles de sédimentation ont permis d’en conserver la preuve. Tous localisés en Amérique du Nord, ils sont cités par Coles (1989, p. 173). Le premier exemple est celui du plan d’eau de Windover, dépression peu profonde creusée dans le substrat calcaire, dont le comblement progressif par de la tourbe a préservé les restes humains ainsi que les objets qui les accompagnaient, et qui avaient été déposés là il y a 7 000 ans par des Indiens chasseurs-cueilleurs. Les corps étaient enveloppés dans des nattes végétales ou des couvertures, puis placés dans l’eau et maintenus au fond par des pieux. 160 corps, parmi lesquels la moitié sont des enfants, ont été retrouvés à l’occasion de travaux récents de drainage. Le deuxième site est celui de Fort Center en Floride, dans le bassin du lac Okeechobee, où des communautés d’Indiens, contemporains des habitants de l’Europe de la fin de l’Âge du Bronze, ont développé un rite funéraire très élaboré. Les corps des défunts étaient préparés, peut-être décharnés (certaines parties du corps étaient même probablement prélevées sur un tertre peu élevé situé à proximité du lieu de dépôt), avant d’être enveloppés dans des tissus et placés sur une plate-forme en bois érigée au-dessus d’un étang de formation récente localisé le long d’une crique. Il a été prouvé que 150 corps empaquetés avaient été déposés sur cette structure dont les supports se terminaient par des totems en bois de pin à l’effigie d’aigles, d’oies, de canards, de dindons, de loutres et de lynx. Le troisième et dernier exemple se situe également en Floride, à Little Sait Springs, où les occupants des lieux inhumaient leurs morts dans les eaux peu profondes d’un marais, accompagnés d’objets issus de l’habitat. 1 000 corps ont ainsi été déposés dans ce marais il y a 7 000 ans.

50Le long de la Grande Saône, on ne connaît que sept nécropoles, dont deux seulement sont rattachables au Bronze final III, période d’occupation intensive des bords et du lit de la rivière. Ce dernier aurait pu faire office de lieu de sépulture, cependant aucun des crânes découverts n’est pour le moment attribuable de façon certaine au Bronze final. De plus, ces restes humains ont été retrouvés sur des passages à gué dont la fréquentation dépasse le cadre chronologique de l’Âge du Bronze. On peut toutefois préciser que l’incinération des morts était une pratique funéraire répandue à la fin de l’Âge du Bronze. Les riverains de la Saône auraient très bien pu jeter à la rivière les cendres des défunts accompagnées d’offrandes mortuaires. La découverte, près du gué de Verdenet, sur la commune de Chatenoy-en-Bresse, d’une pirogue contenant un crâne et une épingle du Bronze final (ARMAND-CALLIAT, 1952a) suggère que d’autres modes de dépôts ont pu exister. Cette découverte ancienne n’a malheureusement pas été conservée.

51Quoi qu’il en soit, ces pratiques n’expliqueraient pas la présence de tous les objets retrouvés dans l’eau, car les épées sont des biens très rarement découverts dans les contextes funéraires de la fin de l’Âge du Bronze.

Les dépôts ou cachettes de métal

52Des séries d’objets issues de la Saône pourraient correspondre à un type de dépôt appelé souvent « cache de fondeur », dont la fréquence est reconnue en archéologie terrestre pour cette période (VERRON, 1991). Un lot récupéré sur les dragues au début du siècle à l’île Saint-Jean au nord de Mâcon, constitué de quatre-vingt-huit éléments, s’apparente à ce type de découverte (fig. 56). Il est privé de contexte, mais certaines observations peuvent aider à sa compréhension. La céramique est totalement absente de l’inventaire, mais cet argument ne peut être retenu pour renforcer l’idée d’un seul dépôt d’objets métalliques, car les poteries n’étaient à l’époque jamais récoltées sur les dragues (à part quelques rares exceptions). L’absence d’épée est également peu significative car on peut penser que ce type d’arme a été immédiatement vendu à des particuliers. En revanche, deux remarques faites par les auteurs concordent avec les descriptions habituelles de caches de fondeur : « Disons aussi que la plupart des objets découverts n’étaient pas isolés, mais qu’ils ont été trouvés groupés ; c’est ainsi qu’en 1889 M. Lafay recueillit en une seule fois vingt-cinq objets en bronze, et qu’en 1913, M. Jeanton découvrit, d’un coup, quatorze objets différents, haches, faucilles, ciseau, etc. » (JEANTON, LAFAY, 1917, p. 316). Ils précisent que ces objets étaient presque tous fragmentés ou ébréchés, ce qui constitue une des caractéristiques d’un certain nombre de ces dépôts, interprétés comme des collectes de récupérateur de métal.

53Plusieurs séries de ce type ont été mises au jour tout le long de la Grande Saône : à la Truchère, au confluent de la Seille (MILLOTTE, 1963, p. 348), à Peyzieux où E. Dubois (1940) parle de « treize hachettes provenant d’une cache de fondeur : ce sont des outils usagés plutôt que brisés intentionnellement ; pourtant certains portent la trace du coin assez obtus qui a servi à les rompre. Ces hachettes sont de types divers [...]Elles étaient associées à des lames d’épées également pliées ou brisées, dont une pourvue d’une soie et d’un rivet, ce qui repousse sa date à la fin de l’Âge du Bronze ; des chaînes en bronze et une embouchure de trompette, de même métal complétaient le lot ». À Thoissey, il est précisé qu’un dépôt comprenait sept fragments de faucille, un fragment de hache plate, une tête d’épingle et un bracelet (SAVOYE, 1899, p. 148). À Ouroux, seize objets en tout, attribués à la fin du Bronze moyen ou au début du Bronze final, appartenaient probablement à ce type de dépôt (BONNAMOUR, 1983e).

54Le cas du port Ferrier, le plus célèbre des ensembles d’objets métalliques découverts sur la Grande Saône, diffère des précédents, par sa composition (trois épées, un casque, un bracelet et une faucille) et par l’état exceptionnel de conservation de ses éléments (BONNAMOUR, 1990b, p. 15 et fig. 3). Les épées et le casque n’ont en effet probablement jamais servi. Les dragages pratiqués dans les années 30 aux abords du Port Guillot ont livré un lot de mobilier métallique du Bronze final en bon état et composé d’armes, d’outils et d’éléments de parure (fig. 58). À Port Rivière, le lot d’objets connu à l’heure actuelle ne comprend aucune arme mais essentiellement des éléments de parure (fig. 57). Cependant, on ne peut miser sur la représentativité de cet échantillon. Des dépôts renfermant des armes en bon état, comme celui du Port Ferrier, ont été découverts en archéologie terrestre. Celui de Nordhausen (Thüringen-Allemagne) était composé de sept épées et d’une pointe de lance, toutes orientées dans la même direction (KUBACH. 1994, p. 71). Cette disposition particulière montre, dans ce cas précis, qu’il s’agit bien d’un dépôt volontaire.

55Si les cachettes de l’Âge du Bronze ont souvent été interprétées comme des stocks de métal récupéré et destiné à la refonte, d’autres hypothèses, notamment à caractère plutôt rituel, ont également été émises, en particulier lorsque ces dépôts ont été trouvés dans des lieux en rapport avec l’eau : marais, lacs, tourbières, rivières. En Suisse, à Saint-Moritz (GR), deux épées, un fragment de lame, une épingle et une lame de poignard appartenant au Bronze moyen ont été découverts dans un puits de captage d’une source apparemment déjà connue à l’Âge du Bronze pour ses vertus curatives (ZÜRCHER, 1972 ; SEIFERT, 2000). À Maaseik (Belgique, Limbourg), dans un ancien marais longeant un petit cours d’eau, un dépôt de haches du début du Bronze final a été mis au jour (WARMEMBOL, 1989). À Marmesse, en Haute-Marne, neuf éléments de cuirasses ont été découverts en bordure d’une zone marécageuse (MOHEN, 1987). En Charente-Maritime, une épée de la phase moyenne du Bronze final a été récupérée sur la frange d’anciens marais (GOMEZ et alii, 1981). J. Briard (1987) cite également un exemple : « En Bretagne, un très bel anneau-disque en or fut découvert au XIXe siècle dans une tourbière de Maël-Pestivien (Côtes-du-Nord), plié en quatre et maintenu par un crochet en or. Le disque était associé à un gros lingot de cuivre piano-convexe typique des dépôts de l’Âge du Bronze final, ce qui permet de dater cette offrande de 800 av. J.-C. ». En Irlande, la fin de l’Âge du Bronze se caractérise par de nombreux dépôts dans les tourbières ou dans les lacs, le plus célèbre étant celui de Dowris (Co. Offaly – HARBISON, 1994). Ces faits constatés ont amené à penser qu’un culte des eaux ou un culte rendu à des dieux de la nature aurait pu exister à l’Âge du Bronze. À ce sujet, J. Briard (1987) décrit une structure en bois découverte dans une tourbière de Hollande, à Bargeroosterveld, et interprétée comme un temple. Des dépôts de bronzes contemporains de sa construction ont également été retrouvés immergés à proximité. La fouille du site de Power Station à Fengate (Flag Fen – RU) a mis en évidence une zone sacrée que l’auteur (NEEDHAM, 1992) compare à certaines rivières qui pouvaient être traitées, selon lui, comme des sanctuaires naturels. Il cite également l’exemple d’un dépôt en grotte (Hethery Burn cave) qui serait également représentatif d’un choix de sites naturels spécifiques pour un sanctuaire. On pourrait mettre ces exemples en parallèle avec le site de Han-sur-Lesse, où le parcours souterrain de la Lesse (affluent de la Meuse) a livré de très nombreuses découvertes métalliques du Bronze final (DEHON, 1991), ainsi que l’évent de Foussoubie (résurgence), situé près du pont d’Arc en Ardèche, où ont été découverts un petit vase en bronze, une extrémité de fourreau, cinq bracelets et un fragment de rouelle (COMBIER, 1963).

56Plusieurs types de dépôts pourraient avoir existé dans le val de Saône : sur des îles (comme à l’île Saint-Jean), sur les berges (Peyzieu) et peut-être en zone inondable (site du Port Ferrier ?) ou sur les hauts-fonds (donc les gués) dont des portions devaient émerger en période de sécheresse. Si certaines séries comportent des objets usagés (île Saint-Jean, Thoissey ou Pézieux), d’autres comme les ensembles du Port Ferrier, de Port Rivière ou du Port Guillot sont en très bon état. C’est également le cas de la majorité des épées, des lances, mais aussi des haches et des épingles récoltées sur les gués. Deux épées recueillies à l’emplacement du gué des Piles sont neuves, et « au moment de la trouvaille, ces deux armes devaient se trouver réunies par un lien ou par un emballage car les soies ont été tordues, au même niveau, par un godet de drague » (BONNAMOUR, 1989c). En Italie, V. Bianco-Peroni (1979) a constaté le bon état de deux tiers des épées et poignards et de la moitié des couteaux issus des cours d’eau (BOULUD, 1995, p. 13).

57Il faut noter que le dépôt de Port Ferrier se situait à proximité immédiate d’un habitat détruit par la drague (BONNAMOUR, 1989c) et dont il ne reste malheureusement rien ou presque. Les six objets dragués, aujourd’hui connus et publiés, appartenaient vraisemblablement à un ensemble plus important. La fouille d’un tel site aurait peut-être permis de comprendre les relations qui pouvaient exister entre un habitat et le dépôt de tels objets. Ces résultats auraient pu être d’autant plus intéressants que les dépôts précédemment cités le long de la Saône, dans les berges, les îles ou sur les gués se trouvaient presque tous dans l’environnement proche d’un habitat. R. Bradley (1979) avançait déjà qu’interprétations rituelle et domestique devaient être prises en compte en même temps et ne devaient pas être considérées comme exclusives, la plupart des dépôts reconnus comme volontaires étant localisés près d’un lieu de vie.

Fig. 58. Le mobilier métallique du Bronze final découvert anciennement sur le gué du Port Guillot (d’après BONNAMOUR, 1969). L’absence totale de céramique caractérise ce lot issu de dragages non suivis. Les fouilles subaquatiques ont récemment livré d’autres vestiges de la même période (céramique et pirogue). DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 53. La Saône entre Jassans et Trévoux. Quatre gués potentiels ont été repérés dans ce secteur : 1, gué de Trévoux (découverte d’une faucille en bronze) ; 2, gué de Saint-Bernard ; 3, gué d’Anse ; 4, gué de Jassans-Riottier (pas de haut-fond repéré mais confirmé par des trouvailles de dragage et une mention sur une carte). Sur la rive gauche ont été replacées les découvertes mentionnées au XIXe siècle par J.– E. Valentin-Smith (1888). Les termes employés par cet auteur pour désigner les vestiges mis au jour ont été conservés. Sur la rive droite se trouve l’habitat Bronze final du Bourdelan récemment fouillé (HÉNON, 1988) et dans le lit mineur des vestiges ont été repérés lors de plongées. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende Fig. 54. En haut, l’habitat Bronze final d’Ouroux-sur-Saône lors de sa fouille à la fin des années 70. La flèche montre la trajectoire des eaux de la Grosne, affluent de rive droite. La présence de ce tributaire a eu une incidence sur l’érosion du site (crues parfois violentes) mais aussi, probablement, sur sa préservation (apports de sédiments). Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône. En bas, plan des maisons de l’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône installé, comme ceux de Gigny-Thorey ou d’Ouroux, dans le lit mineur de la rivière (d’après BONNAMOUR, 1996b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 55. Carte de répartition des sites de l’Âge du Bronze final entre Verdun-sur-le-Doubs et Tournus. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 56. Mobilier métallique du Bronze final recueilli en 1916, lors des dragages pratiqués au niveau de l’île Saint-Jean au nord de Mâcon (d’après JEANTON. LAFAY. 1917, échelles diverses non précisées dans la publication). DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 57. Le mobilier métallique du Bronze moyen et du Bronze final découvert au niveau du gué de Port Rivière (d’après GALLAY, HUBERT, 1972). Ce lot, actuellement conservé chez un particulier, ne représente qu’un échantillon de ce qui a été réellement sorti du lit de la rivière par les dragues. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 58. Le mobilier métallique du Bronze final découvert anciennement sur le gué du Port Guillot (d’après BONNAMOUR, 1969). L’absence totale de céramique caractérise ce lot issu de dragages non suivis. Les fouilles subaquatiques ont récemment livré d’autres vestiges de la même période (céramique et pirogue). DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17518/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search