Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations

Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) au Néolithique

Texte intégral

1La richesse en gisements néolithiques des bords immédiats de la Saône a été révélée par les prospections menées au XIXe siècle, avant la mise en eau des barrages. L’historique détaillé de ces recherches a été présenté par J.-P. Thevenot (1973) dans la publication du gisement d’Ouroux-sur-Saône. Cette analyse étant complète et bien documentée, il n’a pas été jugé utile de la reprendre dans le présent travail.

2L’occupation la plus dense des bords de la rivière se rattache au Néolithique final. À l’heure actuelle, l’habitat d’Ouroux est l’unique site qui a fait l’objet d’une fouille méthodique étendue. Les résultats de ces travaux ont permis de caractériser cette phase d’occupation sous l’appellation de Groupe de la Saône. On connaît finalement assez mal la succession des installations qui jalonnaient le cours de la rivière à la fin du Néolithique, mais on possède encore moins de données sur les phases plus anciennes. Des occupations du Néolithique moyen ont cependant été mises au jour récemment, notamment à Cormoranche (les Ordeliers, BARTHÉLÉMY, 1982 et 1983), au Villars (DURIAUD, 1996a, p. 74), à Tournus (DURIAUD, 1996b, p. 76) et à Ouroux. Ce dernier site recèle également des vestiges de la fin du Néolithique ancien (renseignement C. Bontemps).

3Les dragages opérés sur les hauts-fonds de la Grande Saône ont régulièrement livré du mobilier néolithique, mais la représentativité des vestiges aujourd’hui disponibles est complètement faussée. En effet, les témoins matériels de ces périodes sont beaucoup moins spectaculaires que les vestiges des époques postérieures tels que, par exemple, les armes ou la vaisselle métalliques protohistoriques ou gallo-romaines. La céramique néolithique est fragile et les outils en silex ou en bois de cerf ont rarement retenu l’attention des dragueurs. À propos de ces derniers éléments, on peut citer une anecdote : lors des travaux effectués au niveau du gué de la Roie de Ciel sur le Doubs, les dragueurs ont dit « en avoir jeté une pleine brouette » (fichier L. Bonnamour). Sur le site de Verde net, où un poignard en silex a été récupéré, d’autres vestiges du même type ont été remontés mais n’ont pas été conservés.

4Dans le Chalonnais, où les dragages ont été régulièrement suivis, sur 50 km de rivière, quatorze gués sur les vingt-cinq répertoriés dans l’inventaire ont livré des vestiges d’époque néolithique : Mare Jandeau, Gigny-Thorey, Port de Grosne, Pont Sarrasin, Saint-Loup-de-Varennes, les Ronzeaux, Port Guillot, Benne Lafaux, les Piles, Verdenet, Bougerot, Verjux, Raconnay et Allerey. Sur ces quuatorze lots de mobilier, qui comprennent dix objets au maximum chacun, quatre renferment des éléments du Néolithique moyen (Saint-Loup-de-Varennes, les Ronzeaux, Port Guillot, les Piles). Les autres se rattachent à la phase finale du Néolithique.

5Ces hauts-fonds ont probablement été utilisés par l’homme au Néolithique. L’analyse des différents matériaux retrouvés sur le site d’Ouroux, par exemple, atteste que les contacts entre les deux rives étaient fréquents, et que la rivière, alors, ne représentait pas un obstacle infranchissable, loin de là (THEVENOT, 1996, p. 66). Le village d’Ouroux, dont l’extension est reconnue sur plus de 1 000 m de longueur, se trouve au niveau d’un haut-fond sur lequel aucune découverte archéologique n’a été signalée. En revanche, légèrement en amont de cet habitat, le gué du Port de Grosne a livré du mobilier du Néolithique final (deux céramiques, deux haches, un anneau-disque, un poids de filet, une hache en bois de cerf et un silex). Cette zone de confluence a par ailleurs connu, sur la rive gauche (commune d’Ouroux-sur-Saône), une occupation au cours du Néolithique ancien et moyen, révélée par les prospections et fouilles récentes de C. Bontemps. Les concentrations de vestiges, parfois impressionnantes, observées sur les plages et dans les rejets de dragage au XIXe siècle ne correspondaient peut-être as uniquement à des sites de berge érodés. Des installations de lit mineur, implantées sur les hauts-fonds, comparables à celles du Bronze final qui ont été fouillées dans le Chalonnais (sites du gué des Piles et d’Ouroux-sur-Saône), ont probablement existé. La description par C. Savoye (1899) des vestiges du gué de Grelonges fait penser à une station palafittique du Néolithique telle qu’on en connaît sur les lacs jurassiens, savoyards ou suisses. Il en va de même pour la quantité d’objets (silex taillés, poteries grossières, fragments de meules, etc.) signalée lors des dragages effectués sur le gué de Belle-ville (SAVOYE, 1899). Au nord de Mâcon, l’île Saint-Jean, située à proximité d’un gué, a certainement abrité un établissement préhistorique (JEANTON, LAFAY, 1917). À Saint-Loup-de-Varennes, l’existence d’un site néolithique de lit mineur a été pressentie par L. Bonnamour. Dans ces deux derniers cas, des occupations sont également mentionnées sur les berges. On peut alors se demander si, comme cela a été supposé pour l’Âge du Bronze final, une complémentarité existait entre les sites de berge et ceux du lit mineur : dans un même secteur, la présence de différentes installations peut aussi s’expliquer par un décalage chronologique. Les données actuellement disponibles ne permettent malheureusement pas de développer cette problématique. Même si l’on n’est pas en mesure de prouver, par des faits tangibles, la fréquentation des gués de la Grande Saône au Néolithique, plusieurs observations la laissent fortement présumer. Une occupation intense des berges au Néolithique final, la présence de sites sur ou aux abords immédiats des hauts-fonds recensés ainsi qu’une probable stabilité du cours de la Grande Saône depuis cette période jusqu’à nos jours (voir première partie), sont les principaux éléments qui accréditent cette hypothèse.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search