Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations

Introduction

Texte intégral

1« Avant d’expliquer ainsi, plus ou moins ingénisement, pourquoi on trouve des objets sur les gués, il semble bon de se demander si ce fait existe bien » (GAUCHER, 1981, p. 32). Cette phrase illustre bien le scepticisme dont ont fait preuve, pendant longtemps, beaucoup d’archéologues à l’égard des vestiges issus du lit des cours d’eau. Certes, ces découvertes fortuites d’objets ont fait couler beaucoup d’encre depuis le XIXe siècle, mais sans que l’on n’ait jamais pu leur apporter d’explication définitive. Le rattachement des nombreux objets tirés des fleuves et rivières à l’existence de passages à gué, a été établi dès le XIXe siècle. Cependant le mode de dépôt de ces vestiges accidentel ou volontaire) n’a jamais pu être clairement défini. Ce problème d’interprétation résulte, en partie, du fait que ces trouvailles, souvent dispersées dès leur sortie de l’eau, n’ont jamais ou rarement été considérées comme des ensembles, et que leur publication, la plupart du temps tardive, est incomplète. La compréhension était égale- ment limitée par l’absence, jusqu’à une époque récente, d’observations in situ du fond des cours d’eau, avant ou après le passage des dragues.

2Ce chapitre présente un bilan archéologique, pour chaque grande période représentée (Néolithique, Âge du Bronze, Âges du Fer, période gallo-romaine), des données disponibles à l’heure actuelle et des acquis de la recherche dans la vallée de la Saône entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs. Cette analyse, en s’appuyant sur les résultats présentés précédemment, revient plus en détail sur les problèmes d’interprétation posés par la présence répétitive de certains objets dans le lit de la rivière, et plus particulièrement au niveau des passages à gué. Les recherches menées dans le lit de la Saône ont en effet apporté, dans certains cas, des explications (qui varient selon la période considérée) à la présence, en grande quantité, de mobilier archéologique sur les lieux de franchissement.

3Pour chaque grande période, les principaux types d’objets découverts sur les gués de la Saône sont inventoriés et les différents contextes dans lesquels ils sont habituellement découverts font l’objet d’un récapitulatif. En dernier lieu, les diverses interprétations qui ont été proposées jusqu’à maintenant pour expliquer la présence de ce mobilier dans le lit de la rivière, sont examinées et discutées à la lumière des résultats de fouilles récentes et parfois inédites.

4Une vision d’ensemble est proposée, incluant, même si elles ne sont pas encore étudiées dans leur totalité, toutes les catégories de vestiges rencontrées sur les gués (vaisselle céramique et métallique, armes, outils, etc.). Elle a pour but de montrer la diversité et la richesse des sites de gué et de mettre en évidence es possibilités et les limites que l’on rencontre dans l’interprétation des découvertes qu’ils sont susceptibles de livrer.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search