Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Conclusion

Texte intégral

1Le croisement des données archivistiques et archéologiques, toutes époques confondues, permet de recenser sur la Grande Saône soixante-treize possibilités de traversée à gué. Sur ce total, neuf gués ne correspondent pas à un emplacement de haut-fond. Leur probabilité d’existence repose sur des indices topographiques, toponymiques ou archéologiques. Ces neuf hauts-fonds ont pu être en partie supprimés dans le chenal navigable, dès les premiers travaux, ou n’ont peut-être pas été jugés assez importants (gênants pour la navigation) par les ingénieurs des Ponts et Chaussées pour nécessiter un relevé topographique. Certains d’entre eux ont également pu échapper aux sondages qui n’étaient effectués que tous les 100 mètres.

2Vingt-six gués sont reconnus de façon absolument certaine par un témoignage écrit ou par les fouilles subaquatiques. Le tableau récapitulatif montre cependant une nette disparité géographique. Entre Lyon et Mâcon (du PK 0 au PK 84), seuls cinq gués sont attestés de façon certaine, et uniquement grâce aux documents d’archives, aucune fouille archéologique n’ayant eu lieu dans cette zone. De Mâcon à Verdun-sur-le-Doubs (du PK 84 au PK 167), c’est-à-dire sur la même distance, l’existence de vingt et un gués a pu être prouvée de façon incontestable (soit quatre fois plus). Parmi eux, six, localisés dans la région chalonnaise, ont été reconnus sans l’aide de documents écrits, uniquement sur des bases archéologiques : la Casaque, Pont Sarrasin, Port Guillot, Port Villiers, les Piles et Raconnay. L’usage des deux premiers au XIXe siècle a été confirmé par une mention relevée dans les archives.

3Cette différence de répartition des passages ne signifie pas que l’usage des gués a été une pratique plus répandue au nord qu’au sud de Mâcon. Elle est simplement le reflet de l’état de la recherche et du manque d’intérêt accordé à la rivière dans sa moitié méridionale. Les sites du Chalonnais, qui ont fait l’objet de surveillances, de prospections ou de fouilles subaquatiques, pourraient servir de référence et contribuer à une meilleure compréhension des vestiges souvent collectés, au nord de Lyon, sans observation in situ. Cependant, le cours de la rivière n’ayant pas connu une évolution homogène, les comparaisons devront se faire avec prudence. En effet, les réponses apportées par la Saône à l’action de divers phénomènes naturels (présence d’un affluent, mouvements géologiques, etc.) et humains (aménagements du lit mineur) n’ont certainement pas été les mêmes, au fil des siècles, sur un parcours de 160 kilomètres.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search