Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les passages certains

Texte intégral

1Les passages à gué dont l’existence est attestée de façon certaine sont au nombre de vingt-six. Ils sont caractérisés principalement par une mention confirmant leur utilisation au cours des périodes récentes, par la découverte d’un abondant mobilier lors de dragages ou au cours d’opération de prospection ou de fouilles subaquatiques, et, dans certains cas, par la présence d’aménagements. Les passages les mieux documentées sont, bien entendu, ceux qui ont fait l’objet d’opérations de terrain, les moins connus étant les gués localisés seulement par une mention en archives. Les données les concernant étant inégales, cinq degrés de connaissance ont été définis et, pour chacun d’eux, un ou deux passages sont présentés à titre d’exemple afin de faire ressortir l’apport méthodologique de cette étude. Chaque passage pourra faire l’objet, par la suite, de publications monographiques regroupant l’analyse détaillée du mobilier, le contexte de découverte et l’environnement archéologique.

Les gués révélés uniquement par une mention en archives

2L’existence des gués de l’île-Roy et d’Épervans est attestée au début du XIXe siècle par leur mention dans les archives du Service historique de l’armée de terre pour le premier (M.R. 1208, CASTELNAU, 1834), et dans les archives des Ponts et Chaussées conservées à Mâcon pour le deuxième. À l’île Roy, il n’existe aucune mention de découverte archéologique.

3À Épervans, la faiblesse des indices recueillis n’aurait pas permis de soupçonner l’existence d’un passage à cet endroit. Un seuil est décrit en aval du canal d’Épervans dans un rapport des Ponts et Chaussées de 1826 (longueur 400 m, hauteur d’eau 0,60 m). Il est figuré sur le profil de 1836 et un plan de 1838 montre très nettement l’étendue du haut-fond (fig. 42). L’obstacle apparaît ensuite ponctuellement pendant les sécheresses de 1862 et 1870. Si la présence d’un haut-fond est bien attestée, les indices archéologiques restent rares. Une demande de dédommagement, adressée par un dragueur au Service de la navigation, mentionne les difficultés rencontrées lors des dragages de différents passages, dont celui d’Épervans, en raison de la présence de bancs de terre argileuse très compacte et « d’anciens ouvrages » (A.D. Saône-et-Loire, série S, liasse 372, 1844). Deux découvertes anciennes provenant de ce secteur sont conservées au Musée Denon : une épingle en bronze draguée vers 1940 à proximité de l’île Chaumette (BONNAMOUR, 1967, fig. 2, n° 5) et un fragment d’épée gauloise trouvé en 1957. Un dragueur, dont le témoignage a été recueilli par L. Bonnamour, affirme avoir découvert une grande quantité de poteries à Épervans, à quelques dizaines de mètres en aval de l’île Chaumette (nom actuel de l’ancien bras de la Saône, dû au patronyme du particulier qui a eu l’initiative de creuser le canal, voir fig. 6), vers le début des années cinquante. Ces vases, qui ont été vendus par sacs entiers à un antiquaire local, n’ont pas été datés.

4Il faut recourir aux archives pour confirmer la présence d’un passage à gué, en cet endroit, au XIXe siècle. Le rapport établi en 1874 par les ingénieurs chargés de la Saône pour le 7e corps d’armée de Besançon parle effectivement d’un gué à Épervans, à la borne kilométrique 133. Si le haut-fond existait aux époques antérieures, il a fort probablement servi de lieu de franchissement, mais les données manquent encore pour en être sûr.

Les gués attestés par une mention en archives et des données anciennes (découvertes de dragage et témoignages)

5L’existence de dix passages, visiblement très touchés par les différents travaux opérés à leurs abords, peut cependant être confirmée pour la période contemporaine et fortement présumée pour les époques antérieures, grâce aux observations anciennes, à la collecte d’informations auprès des dragueurs et à l’examen des documents d’archives. Il s’agit, du sud au nord de la Grande Saône, des passages de Trévoux, Jassans-Riottier, Grelonges, Belleville, Farges, la Truchère, L’Homme d’Armes, Chauvort, Dheune et Verdun. Deux exemples sont développés, les autres figurant dans le mémoire de doctorat (DUMONT, 1997).

Le gué de Grelonges (ou de Boitrait)

6Le gué de Grelonges est sans aucun doute le passage le plus célèbre de la Saône. Cette renommée est due notamment aux dragages que Napoléon III y fit exécuter en 1862, afin de retrouver la preuve du passage des Helvètes en ce point (VALENTIN-SMITH, 1888). Les découvertes ne furent pas à la hauteur des espérances : quelques armes des âges du Fer et du Bronze ainsi qu’une bague romaine. La principale description de ce site, qui sera reprise par la suite dans tous les écrits consacrés à ce gué (DUBOIS, 1938, p. 157, par exemple) est celle de C. Savoye (1899, p. 79) : « En 1896 le chenal ayant été élargi, le courant dans cette partie devint plus rapide et, une crue aidant, des affouillements se produisirent, une masse de débris provenant, croyons-nous, des affaissements successifs de l’île et qu’on pourrait sans exagération évaluer à 1200 m3, a été rejetée sur la rive droite, à un kilomètre en aval du gué ». Dans cet amoncellement, l’auteur note la présence de débris de pilotis, clayonnages de cabanes, charbons, cailloux rouges craquelés par le feu, morceaux de meules, silex, haches polies, os d’animaux, et crée l’appellation des “palafittes de Grelonges”, faisant référence aux stations lacustres explorées à la même époque sur les lacs suisses et français. D’après lui, c’est l’implantation d’un village néolithique qui aurait contribué à créer l’île (fig. 43). Cette hypothèse est contestée par d’autres auteurs. L.-B. Morel (1929, p. 181) avance une explication plus classique : pour lui, ces pilotis ont pour origine un pont construit par César. La fouille récente de deux habitats de l’Âge du Bronze final dans le lit mineur de la Saône (Ouroux et Gué des Piles) suggère que les comparaisons osées par C. Savoye étaient probablement exactes. Cependant, la nature des objets découverts (plus de quinze cents silex taillés, vingt-cinq instruments en pierre polie, d’abondants fragments de poteries, des meules brisées de forme ronde ou rectangulaire, des restes de pilotis, des ossements animaux, une demi-mâchoire humaine, etc.) rappelle plutôt une station néolithique, ce qui n’exclut pas la possibilité d’installations postérieures au même endroit. D’après les descriptions de C. Savoye, on peut penser que ce site présentait un état de conservation assez exceptionnel mais sa localisation reste incertaine, car la masse de vestiges, retrouvée au niveau du PK 45,500, ne provient pas forcément du gué que l’auteur situe un kilomètre en amont. Le courant a très bien pu faire effondrer un site néolithique en affouillant la berge. Ce phénomène d’érosion de site de berge se produit encore de nos jours, dans des proportions moindres, comme par exemple sur le site d’Ouroux, fouillé par J.-P. Thevenot (1973).

Fig. 42. Le gué d’Épervans. Avant l’étude des archives des Ponts et Chaussées, l’existence de ce gué n’était pas soupçonnée. Sur le profil en long dressé en 1836, la hauteur d’eau n’est que de 0,74 m et un plan levé en 1838 montre très nettement le haut-fond qui traverse en oblique la rivière. Un chemin d’accès est visible sur la rive droite et sur l’autre rive, une haie pérennise l’emplacement d’un ancien chemin (d’après la carte des bords de Saône de 1862).

7Une île, aujourd’hui disparue, existait dans le secteur de Grelonges. Elle a fait l’objet de nombreuses descriptions, parfois même contradictoires. Un prieuré de cloitrées est construit sur cette île au XIIe siècle. Cette fondation est ordinairement attribuée à Guichard II (1100-1137), sans qu’on puisse en donner avec certitude la date. On suppose que l’île, dont le nom serait à l’origine gravi longa, devait être suffisamment étendue pour recevoir une telle construction. Les récits des visites de l’ordre apportent des renseignements sur l’évolution du prieuré : les revenus des moniales se révèlent très rapidement insuffisants pour faire face à un afflux de personnes. Le prieuré était à l’origine conçu pour douze personnes ; or, en 1262 elles sont 19, puis 29 en 1277 et 34 en 1289. De plus, les textes mentionnent un certain nombre d’enfants dont la présence aggrave les charges. Une visite parle de « dépenses excessives de chauffage qui ont entraîné la disparition complète du bois des religieuses – et peut-être la moindre résistance de l’île à l’érosion de la Saône ? » (PERRIN, 1973, p. 118). La visite de 1269 indique en effet qu’« au spirituel comme au temporel, la maison va bien, excepté cependant que l’eau mine les terres et que l’inondation a obligé cette année les moniales à abandonner leur île » (MEHU, 1910, p. 44). Le phénomène habituel des inondations provoquant une érosion répétée, ainsi qu’un nombre trop élevé de pensionnaires avec des moyens insuffisants pour entretenir les bâtiments, font que vers 1300, l’abbé de Cluny décide le transfert des moniales sur la rive droite, à Salles. Plusieurs mentions prouvent cependant que l’île et son prieuré subsistent encore assez longtemps après ce déplacement. En 1333, les hommes d’armes de l’archevêque de Lyon, en conflit avec le sire de Beaujeu, pillent le prieuré. En 1357, il reste un sacristain et son compagnon qui n’est pas un prêtre, si bien que l’office et les messes ne peuvent plus être célébrés comme il se doit. Des témoignages laissent entendre qu’à la fin du XIVe siècle, il y a à Grelonges des bâtiments utilisables (PERRIN, 1973, p. 122). Cependant, il semblerait qu’au cours du XIVe siècle, le lit de la Saône ait changé. Tous les auteurs s’accordent pour dire que le bras principal de la rivière occupait à une époque indéterminée une dépression visible encore actuellement sur la rive gauche, entre la maison du passeur et la ferme de Grelonges. À la place du lit actuel, se trouvait l’île, qui n’était séparée de la rive droite que par un petit chenal. Puis, ce petit bras serait devenu le lit principal de la rivière, l’autre chenal se comblant, rattachant ainsi une partie de l’île à la berge gauche actuelle, l’autre partie étant détruite par l’action du courant. L’examen des textes a permis à J.-A. Perrin de dater approximativement ce changement : « Des témoignages intéressants sont donnés à ce sujet dans une information par témoins que fit faire le bailly de Mâcon en 1403 à la suite d’un différend entre les religieuses de Salles et les collecteurs d’impôts de Beauregarcl : ceux-ci voulaient percevoir le droit dit de rêve pour le passage des marchandises du Royaume vers l’Empire, en l’espèce de Salles à Grelonges, Salles étant manifestement du Royaume, Grelonges pouvant alors paraître plutôt de l’Empire. Les témoignages recueillis font ressortir que la terre du prieuré de Grelonges faisait partie du Royaume, non seulement parce que c’étaient les seigneurs de Beaujeu qui l’avaient fondé, mais aussi parce que l’île était primitivement toute proche de la rive du Royaume. Ainsi, un certain Guillaume Jomard de la Rivière, déclare que sa mère très âgée lui a dit que, dans sa jeunesse, on pou vait passer du Royaume à Grelonges sur une planche de bois. Un autre témoin, Jean Delpay de Reneins, toujours en 1403, déclare à son tour : « Il y a vingt-cinq ans que le cours de la Saône a changé ». Dans sa jeunesse, dit-il, il allait pêcher et mettre des engins et filets du côté de l’Empire (ce qui n’est plus possible quand il témoigne). Plusieurs autres, sur le point précis du litige, affirment que le droit de rêve n ’a jamais été perçu pour les marchandises transportées du Royaume à Grelonges. Et l’information conclut « que les biens de l’église de Grelonges, avant que la Saône ait changé de lit, étaient à la part du Royaume dans la châtellenie de Reneins, que par conséquent les officiers de Beauregard n’y ont pas juridiction » (PERRIN, 1973, p. 114).

Fig. 43. La Saône au niveau de Grelonges (communes de Fareins et de Saint-Georges-de-Reneins), carte de 1862. Le gué et les découvertes archéologiques, dont la position est approximative, sont pointés d’après la carte dressée par C. Savoye (publiée dans BESANÇON. 1907). La position réelle de l’ancienne île de Grelonges reste pour le moment inconnue. Un autre gué plus ancien que celui qui est signalé au XIXe siècle a probablement existé légèrement en aval, à la hauteur de la Grange du Diable. DAO Gh. Macabéo / Afan.

8Cette modification du cours de la Saône s’est opérée, sans que l’on en connaisse les causes, probablement dans la deuxième moitié ou la fin du XIVe siècle, et, d’après les témoignages, de façon assez rapide. Une étude géomorphologique de cet ancien bras de Saône, conjuguée à l’analyse des textes médiévaux, permettrait peut-être de mieux comprendre ce phénomène. Cependant, au début du XVIe siècle, l’île est encore citée, mais sans que l’on puisse savoir si elle est déjà rattachée en tout ou partie à la rive gauche. En 1604, le Parlement de Dombes ordonne la réparation des bâtiments. En 1609, Marie de Bourbon-Montpensier, souveraine de Dombes, permet aux dames de Salles d’abandonner la petite chapelle et « d’en réédifier une autre, en un lieu plus commode, à la charge de mettre une croix à la place de l’ancienne et de faire, dans la nouvelle, le service accoutumé » (MEHU, 1910, p. 47). Cette chapelle, construite entre le château de Fléchères et la ferme de Grelonges, et placée sous le vocable de Saint-Denis, existe encore en 1826, comme en témoigne le rédacteur des visites pastorales de Mgr. Devie. Mais au début du siècle, E. Mehu (1910, p. 135) signale que son emplacement ne se distingue plus et que les fondations ont été minées pour les besoins du labourage. Une statue de Saint-Denis fait encore, à l’époque, l’objet d’un pèlerinage. Le fermier de Grelonges a affirmé avoir trouvé des tombes près du socle de cette statue.

9Plusieurs documents peuvent aider à localiser l’emplacement de l’île et du gué. Sur la carte illustrant un article sur les trésors de Boitray (BESANÇON, 1907, p. 111), C. Savoye situe l’île de Grelonges au niveau du PK 46,500. C’est là que se voyaient encore, d’après lui, un îlot par basses eaux ainsi qu’une quinzaine de pilotis (une tranchée qu’on y pratiqua laissa voir des vestiges de tuiles, de briques et de maçonneries). C’est également là, toujours d’après le même auteur, que se trouvait le passage à gué : en 1860, des tombereaux chargés y traversaient la Saône et des baigneurs, en 1872, vont d’une rive à l’autre sans perdre pied (fig. 43). D’après J.– A. Perrin (1973, p. 111), c’est vraisemblablement dans ce secteur que Napoléon III fit faire des dragages. Plusieurs auteurs placent cette île plus en aval, au niveau de la Grange du Diable (PK 45,600). Pour E. Mehu, le prieuré devait se trouver à peu près au niveau de la ferme et de la maison du passeur, car il remarque à cet endroit une base de colonne abandonnée, et c’est là qu’on est venu récupérer, en 1907, un chapiteau provenant sans doute de la chapelle primitive du prieuré, pour le déposer au château de Fléchères. I.-A. Perrin concilie ces deux hypothèses en supposant l’existence d’une île dont la pointe amont serait l’îlot repéré par C. Savoye et dont la pointe aval se situerait en face de la ferme de Grelonges, ce qui aurait représenté une île de près d’un kilomètre de long. D’autres îles de taille similaire ont existé sur la Saône. On peut citer à titre de comparaison l’île Roy près de Collonges (900 m), l’île Beyne près de Quincieux (1 000 m) ou encore l’île Saint-Jean au nord de Mâcon (700 m), toutes trois représentées sur la carte de 1862. Cette même carte figure, au niveau du PK 46,200 et 46,350, très près de la rive droite, et en aval de l’îlot décrit par C. Savoye (replacé approximativement sur la fig. 43), une bande de terre émergée. Elle ne correspond probablement pas à l’ancienne île de Grelonges, car sa situation, à seulement 40 m de la berge, coïncide mal avec l’hypothèse d’un rattachement de cette île à la rive gauche. Il pourrait s’agir de restes d’un aménagement médiéval (clayonnage pour protéger la berge, pêcherie ou implantation de moulin ?), ou de vestiges du village palaffitique de type Gué des Piles dont l’érosion est relatée par C. Savoye environ trente ans après la réalisation de la carte des bords de Saône. Ce qui est presque certain, c’est que l’on se trouve à proximité du débouché rive droite du gué utilisé dans le courant du XIXe siècle. Sa mention dans les archives militaires vient s’ajouter aux témoignages de C. Savoye : « À une lieue et demie environ au-dessus de Villefranche, entre les châteaux de Laye et de Fléchère il existe un autre gué plus profond que le précédent mais dont le fond composé de sable et de graviers est peut-être un peu meilleur » (M.R. 1206, LUREY, 1835). Il figure également sur une carte d’état-major au 1 : 80 000 (fig. 15). Il semble qu’aucune partie visible de ce gué ne subsiste à l’heure actuelle. Au printemps 1993, une plongée de prospection a permis de voir qu’en rive gauche, le lit de la rivière est entièrement dragué et ce, presque jusqu’à la berge. En rive droite, la zone a été également très draguée, mais il reste une plage recouverte d’une faible hauteur d’eau, s’avançant jusqu’à 50 m environ du bord : elle pourrait constituer un possible départ de gué. Aucun vestige archéologique n’est visible. Au niveau du château de Boitray, une élévation pavée, large d’environ 1,50 m, part en biais dans la rivière et peut être suivie sur une vingtaine de mètres. Il s’agit très probablement des restes d’une digue moderne, qui a été interprétée et publiée récemment à tort comme étant le départ du gué (LÉVY-BRUHL, 1992, p. 25).

10Sur les berges, d’autres observations archéologiques ont été effectuées, notamment sur la rive droite : A. Arcelin (1874, p. 53) mentionne de la céramique de l’Âge du Fer en amont de la Grange du Diable et de la céramique gallo-romaine un peu en aval du même point. En 1899, C. Savoye (p. 123) a repéré, au nord de la Grange du Diable, une couche d’époque gallo-romaine ainsi qu’une station de l’Âge du Bronze. Dans ce secteur, des tombes sous dalles, non datées, ont été découvertes anciennement. Sur la même rive, mais à 700 mètres de la Saône, se trouve une éminence à l’abri des crues où des vestiges de différentes périodes sont attestés : C. Savoye (1900b) décrit des découvertes néolithiques et gallo-romaines dont notamment un trésor mis au jour en 1880, composé d’environ 150 pièces en argent, trois bagues en or (étudiées par H. Guiraud, 1981) et sept cuillères en argent, probablement enfoui dans le courant du IIIe siècle. C. Savoye a pratiqué des fouilles à cet endroit et prétend que le gisement a déjà été bouleversé par des travaux anciens. Il mentionne des incinérations sans qu’il soit possible de dire à quelle période elles se rattachaient. Il a poursuivi ensuite ses travaux au nord du château, où se trouvait une vaste nécropole à inhumations non datée. En 1963, la butte sableuse a fait l’objet d’une fouille et a livré une industrie mésolithique et des éléments néolithiques, dont un vase pouvant être rattaché au Campani-forme (PHILIBERT, 1967a et b). Le site a été détruit par les travaux d’aménagement de l’autoroute A6. Sur la carte de 1862, un chemin va en direction de la Grange du Diable, mais s’interrompt 200 m avant d’arriver à la rivière. Sur la rive gauche, se trouve le chemin vicinal ordinaire du port de Laferrière à Chalon. Ce document conserve également l’appellation de port de Grelonges. Enfin, la limite de commune Messimy / Fareins arrive à la Saône au niveau du PK 46.

11Le gué de Grelonges était sans conteste un site riche en vestiges de diverses périodes, soit dans le lit de la rivière, soit sur les berges, soit sur les buttes voisines. Repéré très tôt et largement commenté dans la littérature archéologique, il demeure cependant très mal connu. Il est possible qu’au départ une implantation de lit mineur du type Gué des Piles, mais d’époque néolithique, ait contribué à créer une île, qui s’est accrue au fil des siècles et sur laquelle, dernière étape d’une succession d’occupations, un couvent s’est établi au Moyen Âge. Cette sédimentation progressive expliquerait la très bonne conservation des vestiges observés au XIXe siècle. Il est également probable que le lit de la Saône ait connu une importante modification à la fin de la période médiévale. Les phénomènes qui ont entraîné ce processus ne sont pas clairement identifiés. On sait que la rivière attaque régulièrement les bandes de terre qui se trouvent dans son lit et qu’une crue plus importante que les autres peut causer des dégâts considérables et irrémédiables. Un tel phénomène a pu se produire dans le courant de la période médiévale, même si l’île était protégée par des ouvrages, comme cela est mentionné pour les îles de Farges ou de Saint-Jean au nord de Mâcon.

12Dans tous les cas, il est fort probable que l’emplacement du gué décrit au XIXe siècle ne corresponde pas au passage utilisé avant le XIVe siècle (si passage il y a eu). Un premier gué aurait très bien pu exister au niveau de la Grange du Diable, là où semblent se concentrer des vestiges néolithiques, protohistoriques, gallo-romains et peut-être du haut Moyen Âge (les tombes à dalles). Un deuxième passage, utilisé encore au XIXe siècle, aurait pu se mettre en place plus en amont. Ce déplacement expliquerait peut-être l’abandon du chemin qui va en direction de la Saône au niveau de la Grange du Diable. On serait donc en présence d’un déplacement de gué, motivé par un changement de configuration de la rivière. On peut également penser qu’à un mouvement assez ancien, s’est ajoutée une reprise d’érosion dès le milieu du XIXe siècle, consécutive cette fois aux travaux d’aménagement du lit mineur menés à grande échelle et remettant au jour des vestiges en partie bouleversés anciennement.

13Pour mieux comprendre un site d’une telle complexité, de nouvelles observations de terrain seraient nécessaires.

Le gué de l’Homme d’Armes (ou du Moulin Ravet)

14Un haut-fond long de 400 m, et offrant une hauteur d’eau de 0,85 m, est signalé sur un document daté de 1826. Sur le profil de 1836, le seuil s’étend sur près de deux kilomètres et doit être dragué sur presque toute sa longueur (fig. 44). La construction de perrés sur la rive droite et de clayonnages sur la rive gauche, ainsi que des dragages effectués de 1845 à 1846, ont modifié l’aspect du seuil en le scindant en deux pics, séparés, en 1862, par une fosse de 2,20 m de profondeur. Le seuil situé en aval prend alors un autre nom (passage du Moulin Ravet). Sur le profil en long de 1891, les deux pics sont arasés (1,40 m) et la fosse s’est comblée. Sur celui de 1901, le thalweg est complètement aplani et la profondeur est de 1,80 m : l’obstacle a disparu du chenal navigable.

15Le partage du haut-fond en deux parties explique probablement la mention, sur la liste établie pour l’armée en 1874, de deux gués à seulement 300 m d’intervalle (A.D. Saône-et-Loire, 3S103, état des ponts, bacs, gués sur la Saône en 1874) : « gué à l’homme d’Armes, à 230 m en aval de la borne kilométrique 114 » (PK 113,770) et « gué au Moulin Ravet, à 75 m en amont de la borne kilométrique 114 » (PK 114,75). L’absence de précision quant à la berge sur laquelle le repère est pris incite à penser que, dans ce cas, il y a eu une confusion, liée à l’existence de deux noms différents pour ce qui formait à l’origine un seul et même seuil. Les deux gués répertoriés se confondent donc probablement en un seul, les deux références kilométriques correspondant aux accès de la rive gauche et de la rive droite. Il est également possible que ces deux points, situés à 300 m l’un de l’autre, se trouvent sur la même rive et représentent un déplacement de l’accès au gué, lié à la modification du haut-fond. Cependant, un plan figurant le haut-fond tel qu’il se présente en 1838 va plutôt dans le sens de la première hypothèse : il montre en effet une vaste plage contre la rive droite, légèrement en amont du PK 114, ainsi qu’une langue de terre oblique partant de la rive gauche, à environ 400 m en aval du PK 114 (fig. 44). Le tracé du gué, du moins tel qu’il se présentait au XIXe siècle, est donc restituable.

Fig. 44. Le passage à gué de l’Homme d’Armes (commune de Tournus). Le profil en long levé en 1836 montre la faible profondeur de la rivière (1 m) à cet endroit avant les aménagements. Le plan dressé en 1838 figure le haut-fond qui s’avance dans la rivière et qui était encore utilisé pour la franchir, comme l’indique sa mention dans un inventaire des passages à gué effectué pour l’armée en 1874. Les découvertes archéologiques effectuées dans ce secteur suggèrent une utilisation de ce gué au cours des époques antérieures (protohistoire, Antiquité et Moyen Âge). DAO Gh. Macabéo / Afan.

16Pour les périodes antérieures, tous les témoignages concordent pour affirmer qu’il existait une importante concentration de vestiges près de la rive droite, vers le lieu-dit “la Grange” (commune de Tournus), situé au niveau du PK 114,100. On peut donc penser que, si ce gué a été fréquenté antérieurement au XIXe siècle, son accès a peu varié. Différents auteurs décrivent à cet endroit des pieux qu’ils attribuent à l’existence d’une station palafittique (JEANTON, LAFAY, 1917, p. 306). Thomas Dumorey (1779) signale dans ce même lieu ce qu’il pense être une ancienne benne ou bouchet (ces termes désignent les clayonnages au Moyen Âge et à l’époque moderne) située au milieu de la rivière : « Il en existe encore des vieux piquets et des pierres nuisibles à la navigation ; le vent jette souvent les bateaux de décize sur cette benne et ils s’y blessent ». Il est évident qu’une importante installation de lit mineur existait à cet endroit, antérieurement au XVIIIe siècle, mais il est impossible de la caractériser ou de la dater : palafittes del’ Âge du Bronze semblables au village du gué des Piles, pêcherie, moulin, canalisation de la rivière ou encore protection de berge médiévale ou moderne ? L’absence de données récentes permet toutes les hypothèses et sur ce point précis, les destructions hypothèquent considérablement toute nouvelle tentative de recherche. En effet, deux plongées ont été effectuées en 1982 : depuis la Grange, un trou de drague s’étend sur deux à trois cents mètres de long en direction de l’amont.

Les gués attestés par les archives, par des données de dragage récentes et parfois par des plongées de prospection

17Ces gués sont non seulement cités dans les archives contemporaines, mais ils ont livré, de plus, un abondant mobilier archéologique d’époques variées, en grande partie conservé, qui laisse supposer une pérennité de l’utilisation de ces passages. Ces vestiges ont été recueillis sur les dragues grâce à une surveillance qui, même si elle n’a pas été permanente, a néanmoins permis des observations précises quant à la localisation, le type et la fréquence des trouvailles. Ces notes sont consignées dans le fichier de L. Bonnamour et les éléments les plus marquants du corpus ont été publiés au fur et à mesure des découvertes dans les chroniques archéologiques des Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône. Le recoupement de ces données avec celles qui ont été extraites des archives permet de cerner précisément des zones de passage fréquentées assidument au fil des siècles mais dont le potentiel archéologique a été en grande partie détruit, soit sur les berges soit dans le lit mineur. Cependant, ces portions de rivière n’ayant pas ou peu fait l’objet de prospection subaquatique, seules des vérifications sur le terrain et l’analyse des bathymétries actuelles permettraient un diagnostic fiable. Sur les huit gués classés dans cette catégorie (du sud au nord : La Mothe, Uchizy, Mare Jandeau, Ronzeaux, Gigny-Thorey, Port de Grosne, Bougerot, Raconnay), trois sont présentés à titre d’exemple.

Le gué de la Mare Jandeau (ou d’Ormes-Boyer)

18Un obstacle est signalé en 1826, et en 1836, ce passage est décrit comme étant étroit et présentant un banc de sable oblique sur lequel la hauteur d’eau minimale est de 0,89 m (fig. 45). En 1861, la situation n’a guère évolué (profondeur : 0,87 m) et, durant la sécheresse de 1870, le minimum descend à 0,65 m. En revanche, sur le profil de 1891, le seuil est arasé et recouvert par 1,70 m d’eau dans le chenal navigable.

19La richesse archéologique de ce secteur a été révélée à la fin des années 1970, lors de la construction d’un barrage destiné à remplacer celui de Gigny, situé en amont. L’inventaire du Musée Denon recense 325 objets provenant du site de la Mare Jandeau, dont une importante proportion de céramiques, fait dû essentiellement à la présence d’un archéologue sur la drague. L’essentiel de ce mobilier est publié (BONNAMOUR, 1980b, 1981a, 1983a), mais il faut préciser que, malgré les tentatives de suivi régulier, la récupération des objets a été difficile en raison de l’ampleur des travaux et de « la puissance destructrice du matériel utilisé » (BONNAMOUR, 1980a, p. 51), et que beaucoup d’objets ont été, après passage sur les cribles, rejetés à l’eau... Comme sur la plupart des autres passages du Chalonnais, le mobilier recueilli se rattache à diverses périodes : Néolithique final, Bronze final I, II et III, premier et deuxième Âge du Fer, époques gallo-romaine, médiévale et moderne. L. Bonnamour, s’appuyant sur l’analyse de la répartition des trouvailles dans le lit de la rivière, situe l’un des accès au gué sur la rive gauche, vers le PK 118, c’est-à-dire à l’endroit où arrive aujourd’hui un chemin de terre qui suit la limite communale Ormes/Simandre. Cette hypothèse est renforcée par la mention, au XIXe siècle, dans le recensement effectué pour l’armée, d’un « gué à Marjandeau à la borne kilométrique 118 » (A.D. Saône-et-Loire, 3S103, état des ponts, bacs, gués sur la Saône). Le même auteur situe le débouché sur la rive opposée, presque au même niveau : c’est là qu’arrive le chemin vicinal ordinaire de la Saône à Boyer. Cette hypothèse donne un tracé perpendiculaire à la rivière, qui ne correspond pas à ce qu’on rencontre habituellement, les hauts-fonds coupant dans la quasi-totalité des cas la rivière en oblique. Un plan de secteur levé en 1838, c’est-à-dire avant les premiers travaux d’aménagement, montre bien une vaste plage accolée à la rive gauche, entre les PK 117,700 et 118 (fig. 45). En revanche, cette plage se prolonge en amont par un haut-fond, qui s’étale jusqu’au milieu de la rivière et en direction de la rive droite. Ce document nous livre sans doute l’orientation de l’ancien gué, et on peut penser que l’accès rive droite se faisait plutôt par le chemin longeant le bief de Merdery, appelé sur la carte des bords de Saône de 1862 “voie romaine” (fig. 46). Cette structure, qui paraît un peu étroite pour une voie, est en surélévation par rapport aux terres environnantes. Elle rejoint directement une ancienne voie, qui correspond probablement à la via Agrippa et dont le tracé est ponctuellement reconnu jusqu’à Marnay. Il est difficile de dater et d’attribuer une fonction à cet aménagement, mais il évoque fortement les chaussées surélevées médiévales connues en Charente et destinées à ménager un accès à la rivière en période de crue (CHAPELOT, RIETH, 1995, p. 122). Le plan de 1838 montre l’implantation de la future digue : elle traverse dans le sens de la longueur la vaste plage qui devait constituer le débouché du gué côté rive gauche (fig. 45). La construction de cet ouvrage a donc vraisemblablement bouleversé tout ou partie des vestiges liés à ce passage. Le courant ne circulant plus que faiblement entre cette digue et la rive gauche, la sédimentation s’est accrue et a scellé rapidement les vestiges déjà partiellement perturbés. Les céramiques et les amphores d’époque romaine découvertes dans ce secteur pourraient correspondre à une zone de chargement de bateaux et les tuiles à un aménagement du haut-fond destiné à en faciliter l’accès.

20Le lit mineur étant complètement modifié par les travaux récents, seules de nouvelles recherches en archéologie terrestre, axées notamment sur la mise en évidence de l’ancien réseau viaire et d’un probable bras de la Saône aujourd’hui totalement atterri (fig. 5), permettraient d’affiner la compréhension de cet ancien lieu de franchissement.

Fig. 45. Le passage de la Mare Jandeau (communes d’Ormes et de Boyer). Plan et profil en long, datés respectivement de 1838 et 1836, figurant le haut-fond (Archives départementales du Rhône, série S, non classé). Ce gué est cité dans un recensement effectué en 1874 pour l’armée et d’importantes trouvailles archéologiques allant de la fin du Néolithique jusqu’à l’époque moderne, ont été remontées lors des dragages. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Le gué des Ronzeaux (ou de la Darse ou Aval du Port Guillot)

21La compréhension de la zone des Ronzeaux est rendue extrêmement difficile en raison de la destruction presque totale du lit mineur et des berges particulièrement côté rive gauche. En effet, c’est là qu’en 1975, un bassin (appelé également darse) a été creusé dans le cadre de l’aménagement de la zone industrielle sud de Chalon-sur-Saône. Ces travaux ont été accompagnés de dragages, pratiqués dans le lit mineur de façon intensive jusqu’en 1981, puis de manière beaucoup plus espacée jusqu’en 1989, ravageant totalement le fond de la rivière du PK 136 au PK 137,500, à l’exception d’une mince bande épargnée le long de la rive droite. Ils n’ont pratiquement pas pu être suivis et les observations n’ont été faites bien souvent qu’après le passage des dragues. Les surveillances ne se sont pas toujours déroulées dans des conditions satisfaisantes. En février 1980, par exemple, les dragages se pratiquaient en partie de nuit et pendant une période de forte crue. En novembre 1981, la présence d’un épais brouillard a empêché la localisation précise des trouvailles. De tous ces faits il découle une certaine confusion, qui se retrouve notamment dans le mobilier enregistré sur l’inventaire du musée. Différentes appellations ont été employées, que seule une étude des fiches manuscrites a permis de relier entre elles (« la Saône à hauteur de la darse », « la Saône à Lux », « Épervans, 200 m aval de la darse »). Les différentes notes de L. Bonnamour parues dans les chroniques archéologiques des Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, au fur et à mesure de l’avancement des travaux, trahissent également l’impossibilité, à l’époque, de relier ces objets à un site défini. L’analyse qui suit apporte quelques précisions sur les découvertes effectuées et sur l’interprétation que l’on peut en faire.

22Un haut-fond est signalé dans les documents des Ponts et Chaussées. Un plan de 1847 montre qu’un clayonnage existait près de la rive gauche, du PK 136,550 au PK 137,200. Cet ouvrage n’est mentionné dans aucun autre document et ne figure pas sur la carte de 1862. On ne connaît donc pas la date de sa construction et on peut même se demander s’il ne serait pas antérieur aux premiers travaux connus du XIXe siècle. Dans tous les cas, sa disparition des plans montre qu’il n’a pas alors été jugé nécessaire de l’entretenir ni de l’aménager en digue basse enrochée comme cela a été fait sur tous les autres clayonnages. On suppose ainsi que les rectifications du lit par dragages qui figurent sur le plan de 1847 ont suffi à éliminer la gêne provoquée par la présence du seuil dans le chenal navigable. On peut penser que la construction de cet ouvrage, ainsi que le creusement du lit, ont déjà dû provoquer une érosion du site archéologique. La présence, parmi les vestiges remontés en surface, de nombreux tessons concrétionnés pourrait en être la preuve.

Fig. 46. Le tracé probable du gué de la Mare Jandeau replacé sur la carte de 1862. Sur ce document figure encore l’appellation de “voie romaine” pour désigner le chemin parallèle à la rive droite et la voie d’accès à la rivière. Deux limites de communes se font face. DAO Gh. Macabéo / Afan.

23503 objets ont été récupérés dans ce secteur. Il est évident, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, qu’ils ne représentent qu’une partie des trouvailles réellement effectuées. La période néolithique est faiblement représentée : une céramique du Néolithique moyen, cinq bois de cerf et une lame de silex. Sur la rive droite et à environ 700 m de la Saône, au printemps 1974, de vastes décapages entrepris avec d’importants moyens mécaniques en vue de l’ouverture d’une sablière, ont totalement détruit plusieurs sites dont, semble-t-il, une occupation du Néolithique final. À cet emplacement, appelé “en Teppe Morin” par les deux archéologues qui sont intervenus afin de récupérer ce qui pouvait l’être (BONNAMOUR. 1975a, p. 31), se trouve maintenant un petit lac artificiel. Sur la rive gauche, au lieu-dit “les Lacs” (ou “les Las”), une pointe de flèche en cuivre du Néolithique final ou du Bronze ancien a été trouvée (BONNAMOUR, 1990b, n° 43). Une épingle du Bronze moyen a été récoltée près du PK 137, le long de la rive gauche. C’est le seul élément de cette époque, dans cette zone. Pour le Bronze final on connaît plus de vestiges (83 numéros d’inventaire). Si quelques tessons ainsi qu’une tasse en tôle de bronze à anse rivée (BARATTE et alii, 1984, n° 69) se rapportent au début de cette période, la majeure partie appartient à la fin et est essentiellement constituée de céramiques, auxquelles il convient d’ajouter une faucille, une hache, un hameçon et deux lances en bronze. Les objets proviennent de plusieurs endroits distincts : près de la rive droite, au PK 136,200, presque au milieu de la rivière, entre les PK 136 et 136,300 / 400, près de la rive gauche, entre les PK 136,800 et 137,100. Sur ce dernier point, des pieux avaient également été repérés et assimilés au mobilier Bronze final, mais le clayonnage probablement mis en place au XIXe siècle, mentionné ci-dessus, se situe au même endroit. Il n’est donc pas exclu que les pieux soient en relation avec cet aménagement récent. La présence de céramiques de deux phases différentes de l’Âge du Bronze final (I et III), ainsi que leur répartition en au moins deux points dans la rivière, suggèrent une succession ou une continuité d’habitat. peut-être à la fois sur la berge et dans le lit mineur. Cette hypothèse sera difficile à vérifier, car il ne subsiste aucun espoir de retrouver un lambeau de site en place. En effet, des plongées de prospection menées en 1981 vis-à-vis du PK 136 n’ont pas permis de localiser des restes de niveaux non perturbés. La drague s’est approchée à moins de 10 mètres de la berge et seuls de gros éléments de bois horizontaux ont été entrevus sous un peu plus d’un mètre de sédiments. Ces bois n’étaient visiblement pas travaillés. Au cours d’autres plongées effectuées en 1987, des vases du Bronze final, en position secondaire, ont été observés sur le tombant du trou de drague, à 7 m de profondeur. Les dragueurs ont signalé des pieux près de la rive droite, au PK 136,400, là où ont été trouvées les deux pointes de lance et de la céramique. D’autres pieux ont été reconnus au milieu de la rivière, avec les restes d’une pirogue monoxyle complètement mise en pièces par les godets des dragues, et dont aucun morceau n’a été conservé. Ces éléments en bois ne sont évidemment pas datables, mais dans ce contexte, ils pourraient se rapporter à cette période.

24Du premier Âge du Fer n’ont été recueillies que deux céramiques et une situle en bronze. Le site de Teppe Morin, mentionné ci-dessus, a livré de la céramique hallstattienne. Lors de l’intervention des archéologues, il avait été presque totalement détruit et seuls subsistaient des fonds de foyers de cette époque. L’extension de l’habitat a été estimée à un hectare. Les vestiges du deuxième Âge du Fer sont un peu plus nombreux. Ils consistent en une dizaine d’éléments céramiques et quinze objets métalliques dont neuf armes (six épées et trois lances), deux chenêts, une broche, une louche, un vase et une armille (fig. 63). À cela s’ajoute une meule en granité. Les vestiges ont été trouvés des deux côtés du lit mineur, mais dans une zone comprise entre les PK 136 et 136,300, finalement assez limitée par rapport aux découvertes de l’Âge du Bronze final. Aucun site n’est connu sur la berge.

25L’époque gallo-romaine est la plus richement représentée : 276 objets, dont une majorité de céramiques (236), une vingtaine d’objets métalliques (un bassin, un chaudron, deux cruches, un seau et une monnaie en bronze, des outils et deux armes en fer ; fig. 71), ainsi que des éléments divers tels que deux charnières en os ou deux fragments de vases en verre. Dans le lot de céramiques on distingue une trentaine de fragments de sigillée et plus de soixante morceaux d’amphores. Si certains éléments sont fragmentés et concrétionnés, d’autres sont complets ou ont été brisés par la drague (cassures fraîches), montrant par là que la zone comportait encore, au moment des extractions pratiquées à la fin des années 70 et au début des années 80, des parties non draguées ou non érodées par les travaux anciens. Ces vestiges proviennent de plusieurs points du lit mineur. Ceux qui ont été retrouvés près de la rive gauche, entre le PK 136,050 et le PK 136,200, font penser à un établissement de berge érodé ou détruit et entraîné dans le lit de la rivière. Il s’agit de nombreuses pierres de grosse taille, sur lesquelles subsistait du mortier de tuileaux, de tuiles et d’importantes quantités d’ossements et de céramiques. Ces vestiges se trouvent en aval de la darse dont le creusement a apparemment détruit des implantations de berge gallo-romaines. Les restes ont pu être rejetés à la Saône dans un premier temps, puis dragués à nouveau lors des extractions. Ces travaux concernant l’aménagement du bassin n’ont pas fait l’objet de surveillance, mais d’après le témoignage d’un conducteur d’engin, ils ont mis au jour deux grands bâtiments romains, d’une cinquantaine de mètres de long et d’une largeur en substructions de vingt mètres environ, implantés perpendiculairement à la Saône, à peu de distance de son lit actuel. À l’intérieur de ces bâtiments, furent entrevues de grandes quantités de céramiques. En 1987, sur la rive est du bassin de la darse, une incinération du Ier s. ap. J.-C. a pu être en partie fouillée (rapport G. Monthel, inédit). D’après l’auteur de ce rapport, elle est probablement à mettre en relation avec un ancien chemin qui traversait la plaine à cet endroit et fut détruit par les travaux. Cet accès est visible sur la carte de 1862 et relie le village d’Épervans à la Saône au niveau du PK 136,800 (fig. 47). Il est possible que ce chemin corresponde à l’accès antique au gué. Cette hypothèse sera impossible à vérifier puisque la portion la plus proche de la rivière (d’une longueur de 500 m) n’existe plus. On peut cependant citer la présence de céramique gallo-romaine sur le gisement des Lacs, situé non loin de cette voie (BONNAMOUR, 1975a, p. 27). Sur la rive droite, le site de Teppe Morin a également livré des vestiges de cette période.

26Une trentaine d’éléments d’époque médiévale ont été remontés du fond de la rivière, du PK 135,900 au PK 136,400 près de la rive droite. Près de la rive opposée, de la céramique cassée anciennement a été trouvée au PK 136. Un troisième point de découverte est localisé plus en amont, près du PK 137,300. Si le haut Moyen Âge n’a livré que de la céramique (production des ateliers de Sevrey), l’époque mérovingienne se distingue par la présence d’armes (deux framées, trois scramasaxes et une hache), mais aussi d’une pirogue non conservée mais datée par le radiocarbone. Une lance d’époque carolingienne figure également dans l’inventaire (BONNAMOUR, 1983a, p. 52). Aucun site n’est mentionné sur les berges.

Fig. 47. Les gués de Saint-Loup-de-Varennes, des Ronzeaux et du Port Guillot au sud de Chalon-sur-Saône. Les tracés des deux premiers gués sont hypothétiques. Celui du Port Guillot a fait l’objet de fouilles subaquatiques : le seuil a été pavé à l’époque romaine et au Moyen Âge, ses abords ont été aménagés par la construction de clayonnages dans lesquels s’insérait une pêcherie. Deux nécropoles gallo-romaines sont localisées aux abords des gués du Port Guillot et des Ronzeaux. Ces deux passages à gué sont signalés dans le recensement effectué pour l’armée en 1874. DAO Gh. Macabéo / Afan.

27Des vestiges de la période moderne sont présents : ce sont pour la plupart des céramiques (trente-quatre numéros d’inventaire) auxquelles il faut ajouter deux épées et deux couteaux. Il reste à mentionner un certain nombre de découvertes non datables effectuées dans le lit de la rivière. Il s’agit d’ossements humains dont, notamment, douze crânes. L’un d’eux, portant des traces de coups d’épées, serait intéressant à dater. Des débris de vannerie ainsi que des restes de bateaux ont également été repérés lors des dragages. Non datés, ils conservent cependant l’intérêt de s’ajouter à la liste des épaves que l’on rencontre habituellement échouées sur ou à proximité immédiate des hauts-fonds.

28Sur les berges, des anomalies ont été détectées en prospection aérienne. Sur la rive gauche, au lieu-dit “Truffière sud”, c’est-à-dire au sud-est de la darse, F. Cognot a vu des tertres circulaires et des traces rectilignes d’anciens parcellaires (REBOURG, 1994, p. 164). Sur la rive droite, au lieu-dit “Pré Juillin”, un vaste retranchement de forme trapézoïdale aux angles légèrement arrondis a été repéré. Le fossé qui en délimite les contours présente une ouverture du côté de la Saône (BONNAMOUR, 1975a, p. 31). Cette anomalie est classée sous l’appellation de camp romain dans la carte archéologique de Saône-et-Loire (REBOURG, 1994, p. 79). Cependant, aucune vérification au sol ne permet à l’heure actuelle de dater cet aménagement. Là encore, des vérifications par sondage seraient nécessaires.

29Au XIXe siècle, ce gué existait de façon certaine puisqu’il est mentionné dans la liste établie pour le 7e corps d’armée de Besançon. Pour la première fois, on voit apparaître le nom de ce passage : le toponyme employé est celui des Ronzeaux. C’est celui-ci qui sera retenu dorénavant pour la publication ou l’étude du mobilier s’y rapportant. Il convient donc de laisser de côté les appellations “gué de la Darse” ou “gué aval du Port-Gui llot”, employées notamment dans mon mémoire de DEA (DUMONT, 1992, n° 43). Un lieu-dit à l’orthographe avoisinante, “les Rouzeaux”, figure effectivement sur la carte de 1862, sur la rive droite de la Saône entre les PK 136 et 137 (fig. 47). La carte actuelle au 1 : 25 000 déforme encore un peu cette appellation qui devient les Roseaux. Dans tous les cas, cette mention, ainsi que la présence du haut-fond sur le profil en long de 1836, confirment bien les suppositions qui avaient été émises après les découvertes de dragages. Cependant, l’absence d’un accès à la rive droite sur la carte de 1862 reste inexpliquée. Le document d’archives place l’accès sur ce côté de la rivière au PK 136,375. On peut penser que l’usage de ce gué avait déjà disparu depuis un certain temps lorsque la carte a été levée et que les informations reprises par les Ponts et Chaussées en 1874 dataient un peu ou s’inspiraient de souvenirs des riverains.

30On ne peut que regretter la destruction sans surveillance d’une zone située près de la ville de Chalon-sur-Saône, dont une étude précise aurait sans doute pu apporter des données capitales, notamment sur le commerce et les voies de circulation à l’époque gallo-romaine. Seules des recherches sur la rive droite (la mieux préservée), ou encore sur la rive gauche, immédiatement en aval de la darse et en bordure de la Saône, permettraient d’approfondir nos connaissances.

Le gué de Gigny-Thorey (ou du Porthelot)

31Un document de 1826 signale un haut-fond au lieu-dit “Les Moutiaux de Thorey” (profondeur : 0,64 m) et le profil en long de 1836 indique des dragages à réaliser. Ce passage a fait l’objet de nombreux aménagements (perrés sur la rive droite, clayonnages sur la rive gauche, dragages), mais ce n’est qu’à l’issue de la mise en eau des barrages que l’obstacle a définitivement disparu. Des découvertes anciennes sont signalées, notamment celle d’une cuirasse en bronze lors de la construction du pont en 1864-65. Dans le courant du XXe siècle, ce secteur a subi de nombreux travaux et extractions, en 1922 (trois objets sont signalés à proximité du pont), 1966, 1970, 1981, 1984 et 1985-86. Ces deux dernières campagnes ont pu faire l’objet de surveillance non seulement sur les dragues, mais également sous l’eau. En effet, pour la première fois, il a été possible de contrôler, en plongée, le travail de la drague, voire de le précéder, puisqu’une prospection a pu être menée préalablement aux dragages. Deux articles ont été publiés par L. Bonnamour (1985b et 1989b) et une synthèse des données disponibles est présentée dans le mémoire de doctorat (DUMONT, 1997, p. 153-157).

32Les premières observations subaquatiques, effectuées après les campagnes d’extraction des années 1980, ont montré que ce secteur était recouvert d’une couche de sable atteignant cinquante centimètres sur l’emplacement probable du gué. Ainsi, avant le passage des dragues, peu de vestiges archéologiques apparaissaient sur le fond. Seule une faible hauteur d’eau (4 m) pouvait laisser supposer la présence d’un gué. Dans ce cas, l’action des dragues, malgré ses conséquences destructrices, a permis de localiser rapidement un site, dont la fouille aurait nécessité la mise en œuvre d’importants moyens, indisponibles à l’époque. Un ensemble de mobilier archéologique a été récupéré sur les dragues ; en tout, 409 objets sont répertoriés, dont la moitié appartient à l’époque romaine.

33Les dragages pratiqués contre la digue basse du XIXe siècle, côté large, ont mis au jour une concentration de vases, pour la plupart intacts, du Bronze final, qui témoignent de la proximité d’un habitat. Contre toute attente, les découvertes ont décru avec la poursuite des travaux vers l’amont. La majeure partie du site subsiste donc probablement à l’intérieur de la digue, à l’emplacement d’un haut-fond constitué de terre, matériau moins rentable que le sable ou le gravier et délaissé pour cette raison par la drague en 1981. L’examen d’un plan de 1838 montre effectivement un haut-fond, qui commence sous la forme d’une vaste plage accolée à la rive gauche et qui s’étale longitudinalement dans le milieu du lit, sur une longueur d’environ 300 m (fig. 48). Le projet de digue recoupe ce banc de terre à draguer, qui constitue probablement le seuil guéable. L’habitat de l’Âge du Bronze était établi près du débouché d’un gué potentiel, comme ses homologues du gué des Piles à Chalon ou d’Ouroux. La présence de mobilier du deuxième Âge du Fer (fig. 62), d’époque romaine (fig. 69), médiévale et moderne incite à supposer une fois de plus la pérennité de ce passage. Son utilisation au XIXe siècle est confirmée par cet extrait de la liste établie pour l’armée : « gué à Thorey, à 200 m en amont de la borne kilométrique 125. Ce gué est traversé par une digue basse à 100 m de la rive gauche, dont le couronnement est situé à 0,50 m en-dessous des eaux moyennes » (A.D. Saône-et-Loire, 3S103, état des ponts, bacs, gués sur la Saône en 1874).

Les gués attestés par les archives et par une fouille subaquatique

34Deux passages à gué localisés au sud de Chalon-sur-Saône, le Port Guillot et la Casaque, ont fait l’objet de fouilles subaquatiques étendues qui ont permis de mettre en évidence leur aménagement à l’époque romaine (pavage). Ces deux points de franchissement sont par ailleurs cités dans les archives contemporaines. La présentation des données les concernant montre les méthodes employées et l’évolution de la problématique liée notamment à la détection de phénomènes de dépôts volontaires d’objets sur les gués durant l’Antiquité.

Le gué du Port Guillot (ou de la Raie de Droux)

35La première fouille concerne le passage à gué du Port Guillot : elle peut être considérée comme l’expérience qui a permis de révéler véritablement la potentialité archéologique et les facettes multiples que peuvent présenter les sites fluviaux. La proximité de ce gué avec la ville de Chalon-sur-Saône, située à deux kilomètres au nord, constitue à la fois un avantage et un inconvénient. L’extension de l’agglomération et notamment, dans ce secteur, l’installation précoce d’une zone à vocation industrielle, ont engendré, dès le XIXe siècle, des destructions tant sur les berges que dans le lit mineur, où les extractions de sable et de graviers, matériaux nécessaires aux diverses constructions (notamment celle d’une centrale thermique), ont été pratiquées régulièrement pendant près d’un siècle. Cependant, les collectionneurs et les érudits locaux se sont intéressés à ce site dès les premiers travaux, ce qui permet aujourd’hui de disposer d’un certain nombre d’informations et de vestiges archéologiques issus de dragages anciens, dont la provenance est assurée, fait suffisamment rare pour être mentionné.

36Tous les témoignages concordent pour souligner la richesse du site qui a alimenté plusieurs collections particulières. Celle que Jules Chevrier a léguée au Musée Denon (MEULIEN, 1886) comprend trois pièces de vaisselle métallique romaine provenant du Port Guillot (une cruche et deux chaudrons en bronze). En 1902, a eu lieu à Chalon-sur-Saône la vente aux enchères de la collection de M. Grozellier, propriétaire à Lux, qui était en contact direct avec les dragueurs. Elle comprenait, entre autres, vingt vases en bronze et a été en partie rachetée par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon et par le Musée Greuze de Tournus. Les trouvailles, déjà importantes au XIXe siècle, vont ensuite se multiplier. À la fin des années 1920, sur la rive gauche de la Saône, débutent les travaux de construction de la centrale thermique de Chalon. Les découvertes sont si abondantes qu’antiquaires et collectionneurs suivent en permanence la drague, à tel point que celle-ci doit être déplacée afin de l’éloigner de la berge et d’empêcher ainsi les importuns d’y monter (fichier L. Bonnamour). Des poteries et des amphores peuvent alors être achetées chez les antiquaires de Chalon, ainsi qu’à la salle des ventes. Deux collections constituées à cette époque se trouvent aujourd’hui en partie au Musée Denon. Il s’agit des collections de M. Nugue, qui a suivi de très près les travaux, et de M. Pinette, son beau-frère. Dans les années cinquante, un brocanteur ayant débarrassé le grenier de ce dernier, a témoigné de la présence de plusieurs centaines de vases en terre. Il les a proposés au Musée Denon, mais sans succès. L. Armand-Calliat lui ayant répondu qu’il en avait déjà suffisamment (il s’agissait probablement de ceux que lui avait laissés M. Nugue). N’ayant pas réussi à les vendre, il fut contraint de les jeter (fichier L. Bonnamour). Cette anecdote montre bien la précarité des collections privées, et aussi le mépris pour la céramique, matériau qui, même lorsqu’il est récupéré sur les dragues, connaît souvent bien des déboires et des cheminements complexes se terminant parfois dans un dépotoir...

37Un troisième lot, comportant une cinquantaine d’éléments, dont l’histoire et la provenance ont été reconstituées grâce à une enquête menée par L. Bonnamour, a déjà été cité dans le chapitre consacré à la représentativité du mobilier archéologique. Un trésor d’argenterie romaine, acheté par le Musée des Antiquités Nationales en 1934, est donné comme provenant du Port Guillot (ARMAND-CALLIAT, 1937, p. 71-73) mais il pourrait aussi bien provenir des environs du passage de Benne Lafaux situé deux kilomètres plus au nord. Est-il nécessaire de préciser que des dizaines d’objets sont sans aucun doute conservés chez de nombreux particuliers et que ce sont probablement des centaines d’autres qui n’ont pas été récupérés et sont retournés à l’eau après avoir effectué un très bref passage sur une drague, ou ont servi de remblais ?

Fig. 48. Le passage de Gigny-Thorey. Le profil en long de 1836 et le plan levé en 1838 (Archives départementales du Rhône, série S, non classé) montrent le haut-fond sur lequel la hauteur d’eau minimale est de 0,89 m. Ce gué est cité dans l’inventaire établi pour l’armée en 1874. D’importantes découvertes archéologiques suggèrent une utilisation aux époques antérieures. DAO Gh. Macabéo / Afan.

38La reprise de toutes ces informations, ainsi que d’autres indices, ont fait penser, dès le début des années 80, qu’un gué avait existé au Port Guillot. Sur la rive gauche une limite communale sépare Chalon de Saint-Marcel. Le même toponyme est présent des deux côtés de la rivière : “au Port Guillot” sur la rive gauche, et “le Port Guillot” sur la rive droite (fig. 47). Enfin, un haut-fond existait sur le seul profil en long alors disponible, celui qu’a levé l’ingénieur Thiollière en 1869.

39À partir de 1982, le site fait l’objet de nombreuses plongées de prospection, dont les résultats sont classés sous l’appellation “Lux / Saint-Marcel / amont du pont sud”. Des sondages ponctuels sont pratiqués en 1987 et trois campagnes de fouilles sont menées par L. Bonnamour pendant les étés 1988, 1989 et 1990. Près de huit années d’observations, et parfois de tâtonnements, ont été nécessaires pour interpréter certains aménagements ou phénomènes particuliers. Ce gué fait aujourd’hui l’objet d’une surveillance et, chaque année, des prospections subaquatiques ont lieu sur ou aux abords de son tracé (BONNAMOUR, 1995). Le résumé qui suit présente le résultat de ces travaux et utilise principalement les rapports de prospections et de fouilles subaquatiques (BONNAMOUR, 1987a, 1988, 1989d et 1990a).

40La première confirmation de l’existence du gué du Port Guillot provient de l’étude du levé bathymétrique effectué en 1988 par le Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées de Blois. Réalisé à l’échelle 1 : 5 000, il couvre une portion de rivière de 700 m de long, depuis le pont sud de Chalon-sur-Saône jusqu’au confluent, sur la rive droite, de la Raie ou Roie de Droux, appelée la Corne sur la carte de 1862. Son analyse révèle la configuration du fond de la rivière et permet, par la coloration de toutes les courbes supérieures à la cote 168, de faire ressortir l’existence de passages resserrés, de faux bras et de hauts-fonds. On obtient donc un aspect vraisemblablement assez proche de celui que la rivière présentait avant la construction et la mise en eau des barrages à la fin du XIXe siècle. Il convient cependant de pondérer ce résultat, car cette bathymétrie met également en évidence la présence d’importants trous de drague qui ont attaqué en de multiples endroits le lit de la Saône, morcelant le haut-fond et laissant ainsi deviner la part de destruction subie par les vestiges qui pouvaient s’y trouver. Un tel document permet d’éviter de perdre du temps en plongées inutiles dans les zones draguées. Il constitue également un excellent support pour reporter sur le papier, au fur et à mesure de l’avancement des travaux, les secteurs prospectés ou fouillés, ainsi que les découvertes effectuées. Enfin, on peut attribuer à la bathymétrie un usage muséographique, puisqu’elle a permis la réalisation d’une maquette du fond de la rivière, présentant à la fois le lit ancien (avec le tracé du gué) et le lit actuel, c’est-à-dire un canal aux bords parallèles.

41Cet examen a été complété par une prospection au sonar latéral. Les nombreux indices qu’elle a mis en évidence se sont révélés être, après vérification en plongée, des anomalies modernes, principalement des corps métalliques tels que des barques de pêche contemporaines, ou encore des éléments naturels comme des troncs d’arbres.

42En 1990, une auscultation au pénétrateur de sédiments a été effectuée par le Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de Blois, en amont du pont et sur une longueur de 350 m. Ces mesures avaient pour but d’expérimenter un nouveau matériel, d’en tester les possibilités dans le domaine de l’archéologie subaquatique, d’avoir une coupe des différentes couches de sédiments reposant sur le fond, de mesurer les épaisseurs de matériaux recouvrants et de détecter d’éventuelles anomalies présentes sur ou aux abords du gué. L’image obtenue confirme les données de la bathymétrie de 1988 quant à la présence et à l’orientation du haut-fond. Celui-ci est constitué de matériaux relativement réflecteurs, c’est-à-dire des sables et du gravier assez compacts. De part et d’autre du seuil se trouvent des matériaux non réfléchissants (argile et sable) épais d’un mètre environ, ainsi qu’une série d’anomalies, qui n’ont malheureusement pas pu être vérifiées pendant la dernière campagne de fouilles.

43Les objets provenant du gué du Port Guillot, recensés et actuellement disponibles, sont au nombre de 2053 et ne sont pas tous étudiés.

44Seuls trois vestiges du Néolithique sont issus du gué. Il s’agit d’une cuillère chasséenne (Néolithique moyen), d’un fragment de carène de vase de la fin du Néolithique moyen et d’un grand bois de cervidé débité au silex. Les collections anciennes du Musée Denon (vente Grozellier) renferment les deux seuls éléments connus sur le gué du Port Guillot attribuables à la fin du Bronze moyen. Il s’agit de deux épingles en bronze à col renflé et à côtes (BONNAMOUR, 1969b, nos 116 et 117).

45La fin de l’Âge du Bronze est représentée par un nombre de vestiges plus important, soit dans les collections du début du siècle soit dans celles qui sont issues des prospections et des fouilles. Cependant, la composition des séries diffère totalement selon les méthodes employées. Aucun élément métallique n’a été découvert pendant huit années de travaux subaquatiques, alors que des dragages des années trente, on ne conserve que ce type d’objets. En effet, les anciennes collections du Musée Denon renferment vingt et un éléments en bronze du Bronze final en provenance du Port Guillot, mais aucune céramique (fig. 58). Tous ont été publiés par L. Bonnamour (1969b) ; on peut considérer qu’ils ne représentent qu’une petite partie de ce qui a été réellement trouvé et que le mobilier céramique n’a pas été récupéré. La majorité appartient à la fin de cette période (quinze) et se répartit en deux catégories : outils (dix) et armes (cinq). Sur sept éléments du B.F. I, quatre sont des outils, deux sont des armes (une lance et une épée) et un seul se range dans la catégorie des objets de parure (épingle). Les recherches subaquatiques menées sur le haut-fond ont permis la découverte, en 1983, d’une pirogue monoxyle dont la présence apparaît très nettement sur les images obtenues par la prospection au pénétrateur de sédiments. Située à une cinquantaine de mètres de la rive gauche, elle est assez bien conservée, malgré la cassure d’une de ses extrémités. Elle mesure 7,35 m de long et est datée par C14 entre les IXe et VIIIe s. av. J.-C. Elle repose dans une couche d’argile qui se poursuit en aval et en amont. Un sondage effectué en 1985 montre que cette couche a été laminée par l’érosion et qu’il ne subsiste plus que d’infimes vestiges, végétaux notamment, plaqués en surface. Un vase du B. F. III archéologiquement complet, enfoncé dans cette argile, a pu être récupéré à quelques mètres au sud de l’embarcation (BONNAMOUR. 1985c). La poursuite des sondages, parallèlement à la pirogue, puis en amont en direction de la rive droite, a permis de repérer d’autres vestiges en place : un rondin pourvu d’une mortaise, un piquet isolé, ainsi qu’une zone à mince couche argileuse, à 17 m en amont, renfermant des végétaux, des tessons et des fragments osseux. La pirogue ne se trouve donc pas isolée, mais semble plutôt appartenir à un contexte d’implantation de lit mineur du Bronze final comparable à celui du gué des Piles. De toute évidence, c’est l’abondance de bois couchés, notamment un grand tronc d’arbre repéré juste en amont de la pirogue, qui l’a sauvée, ainsi qu’une infime partie du site, d’une destruction totale par l’érosion du courant, mais aussi par dragages. En effet, les dragues à godets, utilisées jusqu’à une date récente, avaient beaucoup de mal à entamer de telles pièces de bois et les dragueurs, lorsqu’ils les rencontraient, préféraient chaque fois que possible, déplacer la drague.

46La présence de la pirogue, dans une couche d’argile grise qui se retrouve en plusieurs endroits sur le seuil, atteste l’existence de ce dernier au Bronze final. Il est donc très probable, même si nous n’en possédons aucune preuve, que ce haut-fond a été utilisé alors pour traverser la rivière à gué. Le mobilier de l’Âge du Bronze découvert sur le gué du Port Guillot permet de retrouver les grandes tendances observées sur presque tous les sites de passage ou à leurs abords : une fréquentation anecdotique au Bronze moyen, un peu plus importante au début du Bronze final, et une occupation assez dense à la fin de cette période. La partie du site qui renfermait les objets métalliques a probablement été complètement détruite par les dragages, ce qui expliquerait l’absence de découverte de métal au cours des prospections et fouilles récentes.

47Pour la période hallstattienne on possède deux fragments de céramique, un bracelet et trois récipients en bronze, dont deux sont issus des dragages anciens et un des prospections. Aucun établissement n’est connu sur les berges, mais on peut néanmoins évoquer une possible continuité dans l’utilisation du passage durant cette période.

48Les vestiges du deuxième Âge du Fer sont plus nombreux (fig. 59). Parmi les découvertes anciennes, on dénombre huit récipients en bronze, trois vases en céramique et quatre armes (trois lances et une épée). Les prospections et les fouilles ont permis d’élargir l’échantillon d’objets en ajoutant des armes (deux épées et trois lances), mais également huit lingots de fer et un lot de céramiques (deux profils complets et neuf fragments). Contrairement à ce qui avait été constaté pour l’Âge du Bronze, les objets métalliques ne proviennent pas uniquement des récupérations de dragages et, fait exceptionnel, de la céramique protohistorique trouvée en 1930 est parvenue intacte jusqu’à nous ! Ce phénomène s’explique par le bon état de conservation (profil complet) et par la qualité esthétique (présence d’un décor peint) des deux vases. Publiés très tôt (ARMAND-CALLIAT, 1941), ils ont ensuite été donnés au Musée. Aucun site n’est mentionné sur les berges ; néanmoins la présence d’un mobilier relativement important rend probable la fréquentation de ce secteur pendant le deuxième Âge du Fer.

49Un peu plus de 300 éléments d’époque gallo-romaine, issus des dragages anciens, sont actuellement connus et consultables. Exceptionnellement, ce lot est constitué majoritairement de céramiques ; il s’agit des vases récupérés par M. Nugue dans les années 30. On sait qu’une partie de cette collection, qui était conservée chez M. Pinette, a disparu. Les prospections et les quelques sondages récents ont livré près de 600 poteries dont 269 sont entières. Si l’on considère que les dragages ont brassé des milliers de mètres cubes, on peut imaginer que ce sont des centaines, voire des milliers de poteries qui ont été détruites. On peut aussi penser que certaines pièces présentant un intérêt particulier ont trouvé acquéreur très rapidement, et qu’il reste peu de chance de pouvoir les étudier ou simplement connaître leur provenance exacte. Ainsi, un témoin ayant assisté aux dragages liés à la construction de la centrale thermique se souvient avoir vu un grand vase en forme d’amphore avec trois médaillons ovales sur la panse : un buste de femme, un buste de soldat avec cuirasse et une scène érotique (une femme avec un âne). De même, pour un demi-millier de céramiques, seulement cinq objets en bronze ont été trouvés entre 1982 et 1996 (une sonde, une passoire, deux chaudrons et une cruche), alors que seize sont répertoriés en 1930 (vaisselle uniquement), auxquels il convient d’ajouter un nombre indéterminable d’éléments partis immédiatement dans des circuits privés. Il semble donc que les objets en fer, tout comme la céramique, ont été négligés par les dragueurs et les collectionneurs. En effet, les fouilles en ont livré trois fois plus que les travaux d’extraction du début du siècle. L’échantillon est varié et comprend deux vases, un style et des outils, certains liés à la batellerie (fig. 72 et 73).

50La comparaison des trouvailles anciennes et récentes met également en évidence le fait que certains types d’objets ne figurent jamais parmi les récoltes de dragages. Il s’agit en particulier des éléments en matières périssables (bois, vannerie, chanvre et cuir) dont plusieurs dizaines ont été trouvés en fouille, ainsi que les os, les matériaux très fragiles comme le verre (trois fragments), ou divers comme la pierre, les briques, les tuiles, etc.

51Dès les premières plongées, une concentration de vestiges d’époque romaine a été aperçue en amont du pont sud, près de la rive droite (commune de Lux). La présence de ces vestiges, apparents en surface des sédiments et bien dégagés, est probablement en partie liée à la présence, en aval, du pont sud (appelé également pont de Bresse) construit en 1975. En effet, en 1983, après deux crues importantes, il a été constaté que les nouvelles découvertes étaient dues à l’érosion provoquée par les tourbillons qu’occasionnent les piles de ce pont. Les plongées effectuées de 1982 à 1996 ont confirmé que cette érosion régressive se poursuit lentement, mais de façon irrémédiable, et qu’une profusion de trouvailles de surface en est la conséquence. Des prospections récentes ont permis de constater que ce phénomène ne s’est pas arrêté ni même ralenti, et qu’il provoquera donc, à plus ou moins long terme, la destruction de ce qui subsiste du passage. Le cas du Port Guillot montre bien que la conservation, ou à l’inverse, la destruction d’un site en milieu fluvial tient à peu de chose, et que des vestiges qui ont traversé plusieurs siècles sans grand dommage peuvent être ruinés en quelques décennies par la construction d’un simple ouvrage, pont ou digue par exemple.

52Les vestiges repérés près de la rive droite sont répartis en deux secteurs distincts : l’un, près de la berge, consiste en une accumulation de pierres et de matériaux divers de remploi (tuiles et morceaux de tubuli d’hypocauste) ; l’autre, à une cinquantaine de mètres de la berge, présente un pavage qui a été dégagé et topographié sur une longueur de 22 m. Son orientation correspondant exactement à l’axe du haut-fond tel qu’il a été révélé par la bathymétrie, on peut en déduire que le seuil naturel a été aménagé spécialement pour traverser la rivière à gué. Les dalles sont en calcaire blanc, de forme sensiblement quadrangulaire, d’une épaisseur allant de 5 à 10 cm ; leurs dimensions varient de 14 x 25 cm pour les plus petites à 29 x 40 cm pour les plus grandes. Elles sont disposées de manière à laisser le moins d’espace possible entre elles. Sous ce pavage, une couche d’argile grise peu épaisse et présente de façon inégale est en tout point semblable à celle qui renferme, près de la rive opposée, les vestiges du Bronze final. Ce niveau argileux existait donc préalablement à l’aménagement du gué et n’a d’ailleurs été conservé dans le lit de la rivière que sous les pierres ou aux abords de gros obstacles tels que les troncs d’arbres ou la pirogue. L’empierrement existait sur toute la longueur du gué. En effet, les prospections ont très tôt révélé la présence de pierres plates dans la traversée du chenal. De plus, sur les cinq portions de haut-fond subsistant, révélées par la bathymétrie, les vérifications faites en plongée ont permis de retrouver à chaque fois des accumulations de pierres auxquelles sont mêlées des tuiles romaines. L’ensemble de cette structure, qui couvrait une longueur de 350 m, a subi des dégradations. Disparaissant totalement par endroit, le semis de pierres est assez clairsemé dans d’autres secteurs. Il est possible que des dalles aient été emportées par l’érosion, ou qu’elles aient été récupérées pour un autre usage. Une coupe relevée en amont de la zone topographiée montre bien que le pavage marque une nette déclivité en direction du chenal. Cette pente est le résultat du glissement progressif du pavage vers le trou que représente la passe navigable. À son contact, certaines pierres ont même basculé et occupent une position sub-verticale. L’interruption brutale de la couche d’argile grise en limite du chenal confirme la destruction partielle du haut-fond et par là même de l’aménagement du gué. S’il reste difficile de donner la largeur exacte de cette chaussée en raison des dégradations subies (la largeur maximale topographiée est de 4 m), on peut cependant dire que le haut-fond naturel est large de dix mètres en moyenne.

53La datation précise d’un tel dispositif s’est révélée assez difficile, en raison des conditions inhérentes au travail en rivière. Son origine antique ne fait aucun doute. En effet, les matériaux superficiels qui le recouvraient renfermaient quelques vestiges du haut et bas Moyen Âge, alors qu’entre les pierres se trouvait uniquement du mobilier gallo-romain. Afin de préciser cette attribution chronologique, des sondages ont été pratiqués de part et d’autre du gué, en plusieurs points, et certains phénomènes ont pu être mis en évidence.

54Tout au long de la période gallo-romaine d’importantes perturbations liées à des crues de la rivière sont attestées. L’analyse des carottages, pratiquée par P.– G. Salvador, montre la présence de dépôts liés à des débordements. À ces constatations s’ajoutent la présence de concentrations d’éléments légers (cuirs, bois, végétaux) entraînés et déposés ensemble, puis rapidement recouverts, ainsi que la position caractéristique des vases entiers, retrouvés toujours en position verticale ou légèrement inclinée, le col en haut. La première de ces crues pourrait être intervenue au cours du Ier s. ap. J.-C. Elle a semble-t-il entraîné et déposé, en aval du gué, un abondant mobilier de cette époque. En effet, en 1989, l’extension des décapages vers le large, à une dizaine de mètres du pavage, et en aval de celui-ci, a mis au jour un important lot de céramiques attribuables au Ier s. La zone du pavage n’a livré, quant à elle, qu’exceptionnellement des éléments de cette période. On peut donc penser qu’une crue a entraîné les témoins archéologiques de cette utilisation du gué.

55Après ce bouleversement, le site a probablement été de nouveau fréquenté jusqu’au milieu du IIIe s., époque où est intervenue une nouvelle grosse crue qui aurait emporté des installations riveraines, comme semble en témoigner la présence de vestiges d’une activité artisanale (semelles neuves et usagées, chutes de cuir qui font penser à un atelier de cordonnerie). Une grande partie des objets alors entraînés par les eaux s’est retrouvée piégée derrière le monticule que constitue le haut-fond, dans une fosse où elle a été mélangée avec quelques rares éléments plus anciens, notamment de la céramique du Néolithique (une cuiller chasséenne), de l’Âge du Bronze et de La Tène.

56C’est vraisemblablement après cette catastrophe naturelle que le gué aurait été complètement aménagé ou réaménagé, car la puissance de tels désordres aurait fort bien pu détruire un premier empierrement, constitué par exemple de petites dallettes et qui n’aurait pas résisté à la force du courant. Aucun élément tangible ne peut étayer cette hypothèse. On peut seulement citer à titre de comparaison l’aménagement du gué de la Casaque qui date probablement du Ier s. ap. J.-C.

57Si dans les dépôts d’alluvions accumulés dans la fosse naturelle située en aval du gué, on retrouve de rares vestiges des époques antérieures à la période gallo-romaine, ainsi qu’une importante quantité de mobilier des IIe et IIIe s., en revanche, aucun élément postérieur à cette date n’y figure. Il semblerait qu’aucun remaniement ne soit intervenu après le IIIe s. On peut supposer que l’empierrement mis en place avec soin à ce moment a contribué à stabiliser le haut-fond, sa masse formant alors un obstacle suffisamment important pour résister plusieurs siècles, assurant par là même la conservation de tout ce qui se trouvait immédiatement en aval. L’accumulation de matériaux, constatée assez près de la berge, aurait pu être apportée là pour renforcer la chaussée. C’est à leur présence que l’on doit également la conservation des couches d’alluvions riches en vestiges périssables (bois et cuir) des IIe et IIIe s.

58Une amélioration climatique ou une régularisation du cours de la rivière grâce à des aménagements pratiqués en amont auraient également pu contribuer à limiter la force des crues et les dégâts occasionnés sur les bords et dans le lit mineur, mais les connaissances dans ces domaines sont encore trop pauvres pour pouvoir être utilisées comme base de schéma d’évolution.

59La présence d’une zone portuaire a été tout de suite évoquée pour expliquer les nombreuses trouvailles de céramiques gallo-romaines sur et aux abords du gué. Si aucun aménagement de type quai n’a pu être reconnu dans l’eau pour cette période, on peut penser que les activités de chargement ou de déchargement des bateaux s’opéraient simplement depuis la voie d’accès au gué à l’aide d’infrastructures mobiles (planches et tréteaux) qui ne laissent aucune trace. Ce principe a été employé sur la Saône jusqu’au début du XXe siècle, comme l’attestent de nombreuses cartes postales (fig. 20 et 21).

60Il reste à préciser au sujet du tracé du gué, que ses deux débouchés correspondent à deux rampes d’accès à la rivière qui sont contemporaines. L’une, sur la rive droite, fait partie d’un perré construit au XIXe siècle ; sur la carte de 1862, on peut voir qu’un chemin arrive à la Saône à une centaine de mètres en amont (fig. 47). Il permet de joindre Sevrey à Lux, puis Lux à la rivière, parallèlement à l’accès au Port Guillot. L’autre, sur la rive gauche, est une rampe bétonnée destinée à la mise à l’eau de bateaux qui a probablement repris l’emplacement d’un ancien chemin. Non loin de là, passe la limite communale Chalon / Saint-Marcel. Dans les années trente ont été découverts, près de la berge, les restes de ce qui semble être une nécropole (d’après un article de journal non daté, probablement vers 1930, fichier L. Bonnamour). Les nécropoles étant établies le long des voies, on pourrait avoir là un élément supplémentaire pour prouver l’existence d’un accès au gué. Mais ce site a certainement été complètement détruit sans que d’autres observations aient été faites. C’est sur cette même rive que B. Gaspard (1856, p. 314) a reconnu une voie romaine dans la chaussée surélevée d’un mètre environ par rapport à la plaine, qui conduit « directement de Saint-Marcel au Port Guillot sur la Saône, et au-delà de cette rivière jusqu ’à Lux ». L. Armand-Calliat pense plutôt qu’il pourrait s’agir d’une simple digue de protection. D’après lui, la voie venant de Saint-Marcel serait passée à 300 m à l’ouest de cette levée près des lieux-dits le Pré Ferré et le Champ Pavé (REBOURG, 1993, p. 133).

61L’abondance des découvertes du haut Moyen Âge ne laisse aucun doute quant à une continuité de la fréquentation du gué. Les collections issues des dragages anciens révèlent déjà ce phénomène. Sur soixante-dix objets, vingt sont métalliques, dont un vase en bronze et des armes en fer (dix lances, huit scramasaxes et une framée). Il est probable que sur les centaines de vases récupérés par un brocanteur chez M. Pinette, certains étaient d’époque médiévale. Les recherches récentes, comme pour la période gallo-romaine, n’ont pas permis de recueillir autant d’objets métalliques que sur les dragues. En effet, depuis 1982 on dénombre trois armes et deux vases en bronze pour soixante céramiques, dont plus de la moitié (quarante-trois) possèdent leur profil complet.

62Pour le bas Moyen Âge, seules deux lances et une céramique sont identifiées dans les collections anciennes, alors que l’inventaire récent recense deux petits objets (un anneau et une monnaie) ainsi que 175 poteries, dont 82 au profil complet.

63Pour le Moyen Âge, un dispositif de clayonnage a été repéré et en partie topographié (fig. 47). Il part, en amont, du milieu de la rivière, en face de la confluence de la Raie de Droux, et rejoint ensuite la rive gauche, au niveau du débouché du gué. Cette première portion est coupée sur 150 m de long par des dragages effectués en 1987. En aval du gué, aucun pieu n’a pu être retrouvé sur 200 m environ, car cette zone a été très perturbée par le creusement du canal de rejet des eaux de la centrale thermique. L’alignement de pieux ne se retrouve donc qu’au voisinage du pont sud, d’où on peut le suivre de façon ponctuelle jusqu’en aval de la Vanne de Mouraillère. En cet endroit, les pieux sont à nouveau situés au milieu du lit mineur et semblent constituer l’extrémité aval de ce dispositif. Cet aménagement homogène, formé d’une ou deux rangées de pieux en bois blanc non refendus et disposés en quinconce sur une largeur moyenne d’un mètre, était recouvert à l’origine de gravier et s’étendait donc sur environ 1400 m (BONNAMOUR, 1992b).

64Sur ce clayonnage sont greffés deux constructions. La première, installée en amont immédiat du gué, est une pêcherie fixe qui se présente sous la forme d’un grand V dont la pointe est dirigée vers l’aval. L’une des deux branches, la plus proche de la berge, est constituée d’une portion du clayonnage. Deux nasses en osier ont été retrouvées à l’intérieur. L’implantation d’un piège à poissons à cet endroit a été sans aucun doute dictée par la proximité du haut-fond sur lequel la hauteur d’eau est faible et le courant accru. Le deuxième aménagement, localisé à une dizaine de mètres en amont de la pêcherie, est une estacade ou un quai, constitué de pieux disposés perpendiculairement à la berge. Les datations radiocarbone effectuées sur l’ensemble des aménagements permettent de situer la mise en place du clayonnage au cours des IXe-Xe s. Son entretien s’est poursuivi jusqu’à la fin du XIIIe s., voire jusqu’au XIVe s. La pêcherie fixe a été intégrée au clayonnage et entretenue entre les XIe et XIIIe s. L’estacade a fonctionné au cours de la même période.

65L’aménagement longitudinal correspond exactement aux dispositifs mis en place au début du XIXe siècle pour les besoins de la navigation aux abords des hauts-fonds (LAVAL, 1845). Le clayonnage médiéval de Chalon / Saint-Marcel avait pour but de canaliser le cours de la Saône et celui de la Raie de Droux, afin de créer, aux abords du gué du Port Guillot, une passe navigable. La découverte, au large de l’estacade, d’une accumulation de céramiques, et la présence de vestiges identiques en d’autres points, permet de penser que le débouché en rive gauche du gué a servi pendant plusieurs siècles de zone de chargement des poteries fabriquées par les ateliers de Sevrey. Situés sur la rive droite, à trois kilomètres de la Saône, ils ont fonctionné durant presque tout le Moyen Âge et l’époque moderne, leur production s’étant même poursuivie jusqu’au XIXe siècle (RENIMEL, 1974). L’accès au quai de transbordement, situé sur la rive opposée pour des raisons d’accessibilité aux bateaux, se faisait donc par le gué. Il existe une forte probabilité pour que cette activité potière ait été pratiquée à Sevrey même ou dans les proches environs, antérieurement au Moyen Âge, et que son origine remonte à l’époque romaine. Cependant, s’il est prouvé que l’artisanat potier s’est développé à Sevrey sur les vestiges d’un habitat gallo-romain (PETIDENT, 1996), les recherches entreprises jusqu’à maintenant n’ont pas permis de retrouver les ateliers contemporains de cette occupation.

66Il reste enfin à mentionner la présence de deux embarcations. La partie médiane d’une pirogue monoxyle datée du VIIe s., déjà à l’état d’épave lors de son immersion définitive, a été sciée puis brisée avant d’être intégrée au dispositif de la pêcherie. À 50 m de la rive gauche, à 150 m en aval du gué, un bateau assemblé du XIIIe s. a été découvert en 1983 (BONNAMOUR, 1985c).

67La période moderne est plus riche en vestiges que le Moyen Âge : 347 numéros d’inventaire dont 338 céramiques. Jugés sans doute inintéressants à l’époque des dragages, les objets modernes ne figurent pas parmi les trouvailles anciennes. Ils sont pourtant les témoins de la continuité de l’utilisation du gué, mais aussi, probablement d’une zone de transbordement pour les ateliers de Sevrey. J. Chevrier (1883) souligne l’importance qu’a pu avoir le Port Guillot, appelé également le Porto, et rappelle qu’il était « la dernière étape des hâleurs de la Saône entre Lyon et Chalon. Il y avait grand mouvement de gens et de chevaux, des écuries très vastes recevaient fréquemment jusqu’à quatre-vingts colliers. Aujourd’hui le plus grand calme et le silence complet des champs ont remplacé les cris des mariniers et le hennissement des équipages ».

68Au XIXe siècle, le gué figure dans l’inventaire établi pour le 7e corps d’armée de Besançon. Il porte le nom de l’affluent de rive droite, la Raie de Droux, et un de ses débouchés est localisé au PK 138, 670. Ce point correspond à 170 m près à l’accès reconnu en fouille, sur la rive gauche, pour le gué antique.

Le gué de la Casaque (ou du Port de Varennes)

Historique

69L. Armand-Calliat (1957b) donnait déjà comme possible l’existence d’un gué en amont du port d’Ouroux : il aurait été visible pendant la Deuxième Guerre mondiale et aurait livré de nombreuses armes en fer. Plusieurs découvertes anciennes sont en effet mentionnées, mais leur localisation reste souvent incertaine. C’est le cas par exemple de la collection Lamarre, constituée de seize objets métalliques de l’Âge du Bronze trouvés à Ouroux (BONNAMOUR, 1983e), ou d’une casserole en bronze au manche orné de têtes stylisées de cygnes et d’oiseaux qui pourrait tout aussi bien provenir du gué d’Ouroux-Marnay situé en aval (BARATTE et alii, 1984, n° 82). Lors de la construction du pont, en 1909, on a également découvert une anse de vase en bronze (ARMAND-CALLIAT, 1937, p. 209). Pour L. Bidault de Grésigny (1912, p. 589), les découvertes répétées d’armes et d’ossements humains désignent le secteur d’Ouroux comme le lieu de rencontre entre les Helvètes et Jules César. D’après les dragueurs, avant la Deuxième Guerre mondiale, l’un des points les plus féconds en découvertes entre Ormes et Épervans, correspondait à la portion de rivière située en amont du Port d’Ouroux. Ces informations sont trop vagues pour pouvoir être exploitées aujourd’hui, mais elles laissent deviner la richesse archéologique de cette zone.

70Les dragages pratiqués en 1970, 1971, 1974, 1978 et 1983 ont tous mis au jour quelques vestiges archéologiques d’époques diverses. Mais ce sont surtout des extractions pratiquées en 1990 qui ont attiré l’attention sur ce site : la drague a remonté alors une épée de l’Âge du Bronze, des éléments du deuxième Âge du Fer, un important mobilier gallo-romain (céramiques, louche et cruche en bronze), ainsi que des objets du haut Moyen Âge et de l’époque moderne. À la suite de ces trouvailles, des prospections (1991 et 1992), puis une fouille subaquatique (1993) ont été menées sous la direction de L. Bonnamour. Le résumé de ces travaux s’appuie sur les rapports de fouilles (BONNAMOUR, 1992a et 1993a).

Repérage du gué par les moyens de télédétection et par les prospections subaquatiques

71Après les premières plongées de prospection, ce secteur est apparu comme perturbé et présentait, par endroit, des phénomènes inhabituels de sédimentation, ainsi que des vestiges reposant à une profondeur jamais rencontrée jusque-là (un pavage a été repéré à 7,50 m). Afin d’éviter une perte de temps et d’énergie dans des prospections systématiques et pour comprendre les anomalies de profondeur et d’enfouissement des vestiges, des moyens sophistiqués de détection ont été utilisés.

72Une prospection électrique à courant continu, effectuée par le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées de Nantes, atteste bien que le secteur est perturbé d’un point de vue géologique et met en évidence, à une profondeur d’investigation de 100 m, l’existence, d’amont en aval, de trois compartiments aux niveaux décalés : aux extrémités de la zone sondée, deux secteurs s’affaissent et au centre, un compartiment stable est surélevé. Des facteurs d’origine sismique seraient à l’origine de telles anomalies. Les fouilles d’une épave et d’un aménagement d’époque médiévale, pratiquées en amont, sur le site du Pont Sarrasin, permettent de proposer la date de ces mouvements. Leur destruction brutale et l’arrivée rapide d’une forte sédimentation, associées à des datations radiocarbone, font penser qu’ils pourraient être une des conséquences du tremblement de terre de Bâle de 1356 (BONNAMOUR, 1992b ; voir gué du Pont Sarrasin, DUMONT, 1997, p. 173). Cependant, l’amplitude des mouvements subis par ce secteur reste difficile à déterminer.

73Une prospection au pénétrateur de sédiments, menée par le Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées de Blois (J.-C. Jouanneau dans BONNAMOUR. 1990a et 1991b), a permis de localiser des anomalies, dont notamment des hauts-fonds susceptibles de constituer les possibles restes du gué. Mais après des vérifications en plongée et la réalisation de sondages, on a constaté qu’un dépôt de 1,50 m de gros graviers compacts surmontant une couche de galets a faussé les résultats de l’auscultation. Ce niveau, qui atteste un phénomène de sédimentation brutale, avec une remise en mouvement de la charge de fond (galets), est probablement la conséquence du mouvement sismique mentionné ci-dessus. Il découle de cette observation, que l’ensemble des anomalies détectées au pénétrateur de sédiments ne peut concerner que le niveau superficiel et n’intéresse donc que la période moderne.

74En juin 1993, avant la campagne de fouilles de l’été, un troisième type de prospection du fond de la rivière a été mis en œuvre. Il s’agit d’un relevé bathymétrique, effectué par le Service de la Navigation Rhône-Saône (subdivision de Mâcon), à l’échelle 1 : 1 000, avec une équidistance des courbes de 30 cm. Il met en évidence trois importantes zones de dragage entre les PK 130 et 131 (permettant ainsi d’éviter aux plongeurs ces zones perturbées et stériles) et sert également à positionner l’ensemble des indices observés.

75Les prospections effectuées en plongée ont permis de retrouver en place, sur environ 200 m de longueur, un tronçon du gué, constitué de dalles jointives. Les éléments retrouvés entre et sous les pierres attestent un aménagement datable de l’époque romaine. Cependant, ce pavage est caractérisé par des différences de profondeur (6,50 m en amont, 5 m en aval) qui ne trouvent pas encore d’explication certaine, et il disparaît progressivement sous une couche de sédiments de plus en plus épaisse quand on avance vers l’amont. Ces perturbations pourraient être une conséquence des mouvements géologiques mentionnés plus haut ; mais la relation directe de cause à effet reste impossible à prouver. Le tronçon qui a été reconnu de façon continue se situe à peu près au milieu du lit actuel, dans l’axe de la rivière. Les efforts déployés pour retrouver le prolongement de ce gué, et notamment ses débouchés près des deux rives, se sont heurtés à la présence de trous de drague, mais aussi, en amont, à une importante sédimentation que les moyens disponibles ne permettaient pas de dégager. Les observations qui ont quand même pu être faites montrent que ce site présente une configuration très complexe : le gué (ou plutôt devrait-on dire les gués) de la Casaque se présente sous la forme d’un pavage central d’un peu plus de 200 m de long, auquel se raccorderaient quatre accès possibles le reliant aux deux rives, aussi bien en amont qu’en aval (fig. 49). Seul l’aménagement de la partie médiane, qui a fait l’objet d’une fouille fine, a pu être daté de l’époque romaine et plus probablement du Ier s. Les autres vestiges restent difficilement datables. Tout au plus peut-on supposer que deux gués ayant employé apparemment un tronçon commun, et dont les tracés se croisent, ont fonctionné à cet endroit, mais pas forcément au même moment.

Le mobilier du lit mineur et les sites de berges

76L’étude du mobilier recueilli et des sites localisés sur les berges permet d’envisager quelques hypothèses. 327 objets au total ont été recueillis dans le secteur dont près de la moitié (156) sont issus des dragages de 1990 (environ 10 % du mobilier récolté en fouille ou sur les dragues n’a pu encore être daté et n’a donc pas été pris en compte dans cette étude). Sur ces 156 objets, 124 sont des céramiques (soit 80 %), constatation démontrant, s’il en était besoin, l’influence que peut avoir sur ce type de collecte, le passage régulier sur la drague, d’un archéologue entretenant de bonnes relations avec les dragueurs. La faible part du mobilier recueilli lors des dragages antérieurs à 1990 est plutôt inquiétante. On peut supposer qu’ils ont été aussi féconds en découvertes, mais que, n’ayant fait l’objet d’aucune surveillance, les objets qu’ils ont livrés sont soit retournés dans l’eau par méconnaissance ou par manque d’intérêt, soit vendus à des collectionneurs. Il faut cependant préciser qu’en 1990, malgré une certaine vigilance, un lot d’épées en fer dans leur fourreau (vraisemblablement du deuxième Âge du Fer) a été dérobé sur la drague et peut donc être considéré comme momentanément perdu. 143 objets ont été remontés lors des prospections ou des fouilles. Il est difficile de comparer les quantités d’objets récoltées à la suite des dragages surveillés avec celles qui ont été recueillies pendant les fouilles. Le volume de matériaux déplacés n’est en effet pas le même, et les archéologues n’ont pas travaillé au même endroit que les dragues. Or, la fouille du gué du Port Guillot a montré que certaines portions d’un passage peuvent être plus propices à la conservation des vestiges que d’autres. Dans les deux types de collectes, le mobilier gallo-romain prédomine. Cependant, les éléments issus des fouilles sont de natures plus diverses (bois, verre, pierre, tuiles, etc.) que ceux qui ont été recueillis sur les dragues. La part importante de métal trouvé en fouille est due à l’utilisation, pour la première fois, d’un détecteur de métaux, afin de repérer la présence d’éventuels objets métalliques sous le pavage en place. L’importance de la zone prospectée (250 m de long par 6 m de largeur en moyenne) et le temps nécessaire à une telle recherche, n’ont pas permis de mener une prospection fine sur la totalité du passage conservé. Les objets de petite taille tels que fibules ou monnaies n’ont fait l’objet d’une recherche poussée que sur une centaine de mètres. Sur le reste de la zone, la prospection a été axée essentiellement sur les grosses anomalies sonores provoquées par des objets comme les armes, les outils et la vaisselle métallique. Ce travail, qui a nécessité plus de cent heures de plongée, avait pour but d’apporter de nouveaux éléments de compréhension au problème de la relation pouvant exister entre les passages à gué et les objets découverts à proximité (BONNAMOUR, DUMONT, 1996). L’emploi d’un détecteur de métaux permet d’accéder pour la première fois à un autre niveau de comparaison. La campagne de prospection de 1992, effectuée sans ce type de matériel, a permis de récupérer, toutes époques confondues, cinquante-deux objets dont quarante-six éléments céramiques, et seulement un objet en bronze et trois en fer. La fouille de 1993, menée avec le détecteur, a livré quatre-vingt-cinq objets, dont six en bronze, vingt-six éléments en fer et vingt-neuf céramiques. Parmi les objets en fer, quinze sont d’époque gallo-romaine. Les petits objets en bronze (clef, monnaies, fibule) ou en fer, comme les appes, par exemple, ne sont pas plus visibles sur une drague qu’au fond de la rivière lors d’une prospection ou d’une fouille subaquatique. On peut donc considérer que sur tous les autres sites de la Grande Saône (sauf pour le gué de Montbellet, où la présence d’archéologues à la station de criblage a permis la récupération de fibules), ce type d’objet est systématiquement ou presque, absent, non pas pour des raisons purement archéologiques, mais surtout pour des questions de méthodes et de moyens mis en œuvre.

Fig. 49. Les gués de la Casaque (ou du Port de Varennes) et du Pont Sarrasin. Le tracé du gué de la Casaque a évolué au fil des siècles. Le trait noir plein matérialise le pavage mis en place au Ier s. ap. J.-C. et les traits alternés montrent les différentes hypothèses de débouchés sur les deux rives. La ligne de pieux correspond à un aménagement mis en place au Moyen Âge et destiné à faciliter la navigation aux abords des deux hauts-fonds. DAO Gh. Macabéo / Afan.

77L. Armand-Calliat (1957b) mentionne au Port d’Ouroux, c’est-à-dire près du débouché supposé du gué pendant l’Antiquité, la découverte d’une enclume et de céramique de l’Âge du Bronze. Un dépôt métallique, daté du Bronze moyen-début du Bronze final (seize objets au total, dont deux sont conservés au Musée des Antiquités Nationales et quatorze au Musée Denon), provient très probablement de ce gué, puisqu’une enquête menée par L. Bonnamour (1983e) montre que ces objets sont issus de la rivière en amont du port, entre les dernières maisons et le Pont Sarrasin. Les dragages de 1990 ont livré une épée du Bronze final. Les prospections et les fouilles ont permis de localiser des concentrations de céramiques de la même période près de la rive droite, sur le passage, à proximité du débouché supposé du gué antique, et enfin près de la rive gauche, au pied des dernières maisons du Port d’Ouroux. Ces éléments étaient en contact avec le pavage, mais aucune couche en place n’a pu être mise en évidence. Il semblerait que les sédiments et une bonne partie du mobilier archéologique protohistorique aient été évacués, au fur et à mesure de leur dépôt, par l’action du courant jusqu’à l’époque romaine, où la mise en place d’un pavage a contribué à bloquer les vestiges. Il est possible que la butte qui constitue le port d’Ouroux ait abrité un établissement à l’Âge du Bronze final. L’usage du gué est probable durant cette période.

78Aucune découverte du premier Âge du Fer n’a été faite dans le lit de la Saône. Le site le plus proche ayant livré du mobilier de cette époque (céramique et fragment de ceinture en bronze), se trouve à 400 m de la Saône, à hauteur du PK 129.400, en rive gauche, au lieu-dit “les Boulets” (BONNAMOUR, 1975a, p. 34). Ce gisement est à la même distance du gué du Port de Grosne. Les dragages de 1990 ont sorti de l’eau trois céramiques du deuxième Âge du Fer, ainsi qu’une faucille, une pointe de lance et un lot d’épées dont une partie a disparu. La fouille de 1993 a permis de mettre au jour, sur le gué même, une pointe de lance, une hache à douille et un talon de javeline. Près du débouché supposé du gué antique, sur la rive gauche, et sur l’éminence que constitue l’actuel port d’Ouroux, L. Armand-Calliat (1958, p. 119) signale la découverte de six deniers gaulois d’argent, des Séquanes avec l’inscription TOGIRIX, et deux monnaies grecques de l’Eubée (« trouvées au bord de la Saône, au port d’Ouroux, avant 1886 »). Le gué a probablement été utilisé durant la période laténienne.

79La période gallo-romaine est la mieux représentée. Tout d’abord, le gué a été aménagé par un apport de pierres (dallettes et grosses pierres) et de remblais (tegulae). Les deux types de pierres ont été trouvés le plus souvent étroitement imbriqués, à l’exception d’un secteur où un niveau de grosses dalles est superposé à une couche de dallettes. On peut supposer que le gué a fait l’objet de deux aménagements successifs au cours de l’époque romaine. Les vestiges recueillis sur et sous le pavage permettraient de situer le premier apport de matériaux dans le courant du Ier siècle de notre ère.

80L’éventail des découvertes est complet (fig. 70) et comprend des outils (hache et herminettes, fers de perche, serpe, couteaux), des monnaies des Ier et IIe siècles, des ancres et poids de filet en pierre, des plombs de filet, une fibule et une clef. Des armes proviennent également de la fouille : un glaive de type de Pompéi (Ier s.) et une pointe de lance. Une épée et un pilum ont été récupérés sur la drague. Cinq récipients métalliques sont recensés : une casserole, une louche, une cruche et un vase du Ier siècle ainsi qu’un couvercle du IIe ou IIIe siècle. La majeure partie du mobilier inventorié est constituée de céramiques. Un petit nombre d’entre elles, toutes fragmentées, provient de la fouille. Contrairement à ce qui avait été observé sur le gué du port Guillot, aucun vase complet n’a été trouvé sur et aux abords de la portion conservée du pavage. Tous les éléments découverts appartiennent au Ier siècle. Aucune céramique des IIe-IIIe s. (comme des cruches à bec tréflé habituellement rencontrées sur tous les autres gués de la région) ne figure parmi les découvertes de la fouille de 1993, alors qu’il en avait été trouvé lors des dragages pratiqués près des berges en 1990 et des sondages menés en 1992 aux abords des trous de drague. Il faut peut-être voir dans ce phénomène l’existence d’une portion de gué postérieure à celle qui a été fouillée, et qui n’a pas été reconnue, soit en raison d’une forte sédimentation, soit parce qu’elle a été complètement détruite par les travaux d’extraction. Le secteur du débouché du gué en rive gauche, à proximité des dernières maisons du port d’Ouroux, bien que passablement bouleversé, est le plus riche en mobilier céramique. Cette constatation n’est pas surprenante, car à cet emplacement, sur la berge, des découvertes d’époque romaine sont signalées dès le XIXe siècle. L. Armand-Calliat (1937) mentionne des vases et des statuettes en bronze ainsi que la présence, dans le mur d’une maison du port, d’une stèle de la déesse Epona dont la provenance exacte reste inconnue. Cet auteur place également Ouroux à la bifurcation de la voie romaine de Chalon à Lons-le-Saunier et d’une route antique allant à Ormes. Dans les berges de la Saône, en avril 1933, le Dr Lénez a reconnu une couche gallo-romaine avec des tessons de sigillée à 0,25 m de profondeur (REBOURG, 1994, p. 407).

81Pour l’époque mérovingienne on a une douzaine d’éléments. Les dragages de 1990 ont mis au jour deux céramiques et un scramasaxe. Les prospections et fouilles de 1992 et 1993 ont permis de recueillir deux autres vases, une plaque-boucle en fer, une hache, un grand fauchard et une agrafe. Trois objets de l’époque carolingienne recueillis sur la drague proviennent du gué : il s’agit d’une grande lance à ailettes trouvée sur le pavage, d’un vase en céramique et d’une épée à lame damassée. Le site des Boulets, déjà mentionné ci-dessus, a livré un passe-courroie mérovingien en bronze ainsi que de la céramique de la fin de cette période.

82Le bas Moyen Âge a laissé peu de vestiges : quatre fragments de céramiques, une série d’appes comparables à celles de l’épave du XIVe s. fouillée en amont près du gué du Pont Sarrasin, des ancres et des poids de filet en pierre. En 1990, la drague pratiquant des extractions en bordure de la rive gauche, à la hauteur du PK 130,500, a détruit une portion de clayonnage. Les plongées effectuées dans le but de retrouver la trace de cette structure se sont soldées par un échec, en raison probablement de la forte sédimentation qui doit en recouvrir les restes. Cependant, les fouilles du site du Pont Sarrasin, localisé en amont, ont permis de rattacher cet ouvrage à un sytème de protection de berge, mis en place au XIVe siècle entre les deux hauts-fonds (BONNAMOUR, 1992b).

83Sur la rive droite (commune de Varennes-le-Grand), se trouvait le château de la Casaque, à l’endroit où des bâtiments sont encore visibles sur la carte de 1862. Il n’en reste aujourd’hui plus qu’un tertre. Les archives mentionnent, notamment dans un document daté de 1324, « la motte sur la Saône et les bois environ ladite motte, et le port, savoir le passage de la Saône audit lieu ». En 1375 on retrouve « le péage de Saône audit lieu item une vane en la Saône audit lieu » (ARHM Fort, 1994, t. II).

84Que faut-il comprendre à travers ces trop brèves citations ? Tout d’abord que le lieu, avec un port, un péage et une motte revêtait une certaine importance économique et peut-être stratégique. Un extrait du livre de M. Terrin (1996) parle également d’un bac dont l’emplacement a varié : « Autrefois [...] il était beaucoup plus au nord, en amont de la rivière, à l’extrémité du village actuel. Il y avait alors à cet endroit une grosse maison composée d’un très grand corps de logis et de deux vastes ailes qui l’abritaient de chaque côté. Elle se trouvait sur la rive droite de la Saône, du côté de Marnay, en fait sur la commune de Varennes. Cette maison appartenait à madame Chevalier, belle-mère d’un certain monsieur Casaque. C’est tout près de cette maison qui subsista jusqu’en 1876 qu’on passait alors les voyageurs sur le bac, de l’autre côté de la Saône ». Sur la carte de 1862, le bac a déjà été déplacé vers l’aval et à son ancien emplacement subsiste le toponyme “Port de Varennes”. L’implantation d’un bac et d’un port pourrait expliquer la présence, légèrement en aval de la Casaque, au PK 130,100, de deux anciens chemins qui convergent en direction de la Saône et dont la trace est encore visible sur photo aérienne. Ces accès peuvent également être plus anciens et correspondre à un débouché du gué antique. Seule une fouille permettrait de les dater. Au même endroit arrive la limite communale séparant Saint-Loup-de-Varennes de Marnay.

85Port et bac ont probablement été créés au plus tard dans le courant du XIVe siècle, peut-être même avant, et ont fonctionné simultanément. La quantité de mobilier du bas Moyen Âge apparaît assez faible par rapport aux autres gués connus ou fouillés dans la région. Il est cependant possible que le gué aménagé pendant l’Antiquité ait continué à être utilisé à l’époque médiévale, mais il est également possible que les mouvements d’ordre géologique que semble avoir connus ce secteur aient rendu le gué impraticable. Une autre explication d’ordre économique pourrait également être avancée : il s’agit de la concurrence que peut représenter un gué pour l’exploitation d’un bac, chaque traversée étant taxée, ce qui n’était peut-être pas le cas pour un franchissement à pied. Des recherches en archives seraient nécessaires afin de mieux connaître ces phénomènes de traversée et leurs implications économiques. Il serait également intéressant de savoir la date exacte du déplacement du bac et ses raisons, ainsi que celle de la disparition du port, sans doute au profit de celui d’Ouroux localisé sur la rive opposée. C’est là qu’ont été retrouvés, en plongée, la plupart des vestiges d’époque moderne, au voisinage de la rive gauche et à l’aplomb des maisons d’Ouroux. Ce lot comprend de la céramique des ateliers de Sevrey (XVe-XVIIe s.), des outils de mariniers et des céramiques plus tardives, des XVIIIe et XIXe siècles.

86C’est à l’époque contemporaine que le gué est de nouveau attesté sur la liste établie pour le 7e corps d’armée de Besançon : « gué au port de Varennes, à 480 m en aval du PK 131 ». Le lieu-dit indique la rive droite et place un des débouchés de ce gué au PK 130,520, c’est-à-dire, à 20 m près, au niveau des anomalies repérées en 1991 lors de la prospection au pénétrateur de sédiments. C’est également dans ce secteur qu’on a remarqué un pavage lors d’une plongée de prospection. On peut supposer que l’on était en présence de la portion d’un probable troisième gué de la Casaque, mis en place au XVIIIe ou au XIXe siècle, le haut-fond s’étant alors reformé (après les bouleversements déjà mentionnés ?) adoptant une nouvelle configuration. Il reste à ajouter que dans ce secteur gît l’épave d’une savoyarde datée de la fin du XVIIe siècle.

87Ce schéma d’évolution n’est qu’hypothétique et seules des recherches en archives permettraient de l’infirmer ou de le confirmer. De nouvelles fouilles demanderaient de trop gros moyens de déblaiement pour être envisagées dans la conjoncture actuelle.

Les gués attestés par les fouilles mais non cités dans les archives

88Trois passages ont été reconnus de façon certaine après la conduite de prospections ou de sondages subaquatiques alors que, contrairement aux gués du Port Guillot et de la Casaque, ils ne sont pas cités dans les archives modernes ou contemporaines. Le tracé du gué du Pont Sarrasin est visible sur la figure 49 (voir DUMONT, 1997, p. 173-177). Les gués du Port Villiers et des Piles, localisés dans la traversée de Chalon-sur-Saône, sont présentés dans le texte.

Le gué du Port Villiers (ou de l’Hôpital)

89La destruction du seuil dans la passe navigable en 1981 a révélé l’existence d’un gué qui n’était pas soupçonné jusqu’à cette date (BONNAMOUR, 1980a, p. 25). Les dragueurs ont affirmé que les objets étaient mêlés à une sorte de noyau dur (constitué de pierre et de bois) dont la largeur était de 6 m et d’orientation oblique. Quelques trouvailles anciennes proviennent de ce secteur : une épée du début du Bronze final (BONNAMOUR, 1969b, n° 44), une cruche, un vase et des monnaies d’époque romaine, ainsi qu’un casque et des monnaies du XVIe siècle. Deux témoins affirment qu’après la destruction du barrage de Gigny (1945), il était possible de traverser la Saône à pied, à hauteur de la tour de Doyenné (île Saint-Laurent) jusqu’à la partie amont du Port Villiers, avec de l’eau jusqu’aux chevilles. Ce passage, large d’une dizaine de mètres, était en effet à peine recouvert d’eau. Un cliché couleur de l’IGN (non daté mais probablement des années 70), utilisé par la société d’équipement comme couverture d’une plaquette présentant la ville de Chalon, fait ressortir, entre le Port Villiers et l’hôpital, une trace oblique à la surface de l’eau qui pourrait bien correspondre à un léger remous provoqué par le haut-fond. Un plan levé par T. Dumorey en 1758 montre des moulins implantés sur le seuil du Port Villiers, probablement pour profiter d’un courant plus important (fig. 50). Les dragages, puis un sondage ainsi que des prospections subaquatiques ont permis de recueillir de plus amples informations sur le tracé et la fréquentation de ce gué situé en plein centre de Chalon et à proximité immédiate du plus ancien pont de la Saône connu à ce jour (BONNAMOUR, 1982b et 1983c).

90Pour les périodes protohistoriques, deux tessons du Bronze final viennent s’ajouter à l’épée déjà citée. Aucun élément du premier Âge du Fer n’a été découvert. Deux fragments de céramique et un chaudron en bronze sont les seules trouvailles du deuxième Âge du Fer.

91La période gallo-romaine a fourni le mobilier le plus abondant : une soixantaine de numéros d’inventaire, dont les deux tiers sont des céramiques. Lors des plongées de 1980, il a été constaté que les rebords des trous de drague sont littéralement tapissés de vestiges antiques (tuiles, amphores, céramiques) et que la zone des vestiges correspond très exactement à un secteur riche en pierres et en galets. Ce passage, comme ceux de la Casaque ou du Port Guillot, a été aménagé à l’époque romaine par l’apport de matériaux de remblais et de dalles. Un sondage pratiqué à une vingtaine de mètres de la rive droite a montré que ce remblai, recouvert de 60 cm de sédiment plus récent, repose sur une couche dure et épaisse, par endroits, de plusieurs dizaines de cm, se présentant sous la forme d’un conglomérat ferrugineux. Le tracé de ce gué partait de la rive droite au niveau de la partie amont des escaliers du Port Villiers. C’est là qu’arrivait le mur d’enceinte dont la ville fut dotée, à une date supposée tardive dans l’Antiquité, mais pour l’instant inconnue. Le gué permettait de gagner l’île Saint-Laurent au niveau de l’hôpital (fig. 40), près du débouché du pont Saint-Laurent. Le catalogue manuscrit des collections de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon mentionne la présence d’amphores dans les fondations de l’hôpital (1874). Sous cet établissement, des découvertes sont également signalées, notamment une statuette en bronze d’Apollon, trois monnaies du Bas Empire et plusieurs céramiques, et des niveaux d’occupation sont attestés dès le Ier s. sur l’île (ARMAND-CALLIAT, 1937, p. 48-52 ; REBOURG, 1993, p. 137). Un plan de la traversée de Chalon relevé pendant la sécheresse de 1839 montre très précisément la configuration d’un haut-fond traversant dans sa totalité le bras de Saône qui sépare l’île Saint-Laurent de la rive gauche (A.D. Rhône, série S, non classée, voir fig. 51). Sur cette rive, au niveau de l’île, partent deux voies antiques. L’une permettait de rallier Besançon. L’autre allant dans la direction d’Épervans et Ouroux, est encore visible sur le plan levé en 1839 et porte le nom de “chemin de Chalon à Ouroux” (voir fig- 4).

92On se trouve face à un cas intéressant de présence, au même endroit, dans le bras principal de la Saône, de deux moyens de franchissement de la rivière : un pont (le seul attesté à l’époque romaine sur tout le cours de la Saône) et un gué. En 1980, l’hypothèse suivante a été proposée : le haut-fond, aménagé après la conquête romaine et essentiellement utilisé au cours du Haut-Empire, aurait ensuite été abandonné durant une période mal définie, avant d’être à nouveau fréquenté au Bas-Empire. L’aménagement de ce passage serait antérieur à la construction du pont (BONNAMOUR, 1980a, p. 25). La fouille des fondations du pont, menée par L. Bonnamour (1996), permettra probablement de conforter cette hypothèse. Dans tous les cas, l’utilisation conjointe des deux moyens de traversée (dont l’un est intermittent et soumis aux contraintes climatiques) est tout à fait probable et non contradictoire.

93Quelques éléments du haut Moyen Âge ont été recueillis au cours des plongées de prospection. Seul un tesson du bas Moyen Âge figure dans la liste des trouvailles. La période moderne est un peu mieux représentée (quatre céramiques, une épée, un casque, trois haches et quelques éléments divers). En 1844, des monnaies du XVIe siècle avaient également été trouvées.

94Une quarantaine d’objets ne sont pas datés pour l’instant. Il s’agit pour l’essentiel d’outils, dont la permanence des formes ne facilite pas l’attribution chronologique lorsqu’ils sont trouvés en dehors de tout contexte stratigraphique. De plus, tous les vestiges aperçus en prospection n’ont pas été ramassés.

95Il est possible que le gué du Port Villiers ait continué à être fréquenté épisodiquement et parallèlement à l’usage du pont. Il serait intéressant de voir si une partie de ce gué subsiste encore entre les trous de drague afin d’en préciser la fréquentation et de la mettre en relation avec les différentes phases de construction ou de réparation du pont Saint-Laurent.

Le gué des Piles

96Un haut-fond est signalé dans les documents des Ponts et Chaussées. Ce secteur a été dragué anciennement, mais on sait peu de choses de ces travaux et des découvertes qu’ils ont occasionnées. Seuls six objets sont conservés au Musée Denon. En 1869, L. Landa décrit des pieux près de la rive droite, et, en 1952, L. Armand-Calliat signale que « le lit de la Saône à Chalon peut être regardé comme une véritable mine d’antiquités qui a enrichi un grand nombre de collections publiques ou privées. L’un des points les plus féconds correspond à la région des Piles, construction d’origine mystérieuse, débris de moulins du Moyen Âge situés un peu au nord de la ville » (ARMAND-CALLIAT, 1952b, p. 57). Dans les années 70, les surveillances des dragages permettent de recueillir des vestiges d’époques variées. Comme pour le site du Port Villiers, ce sont les plongées de prospection, puis les fouilles subaquatiques qui vont permettre de préciser la nature du site et de ses environs immédiats ainsi que sa fréquentation.

Fig. 50. Plan levé par Thomas Dumorey en 1758 (période de basses eaux) au niveau du pont Saint-Laurent à Chalon-sur-Saône. Les moulins installés en aval du pont et sur le seuil du Port Villiers ainsi que les bancs de sable et de gravier nommés atterrissements gênent considérablement la navigation. Document C981 conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or à Dijon.

Fig. 51. Plan de la traversée de Chalon-sur-Saône levé pendant la sécheresse de 1839. On voit nettement dans le bras de rivière séparant l’île Saint-Laurent de la rive gauche (appelé Bras de la Genise) le haut-fond qui permettait probablement de traverser à gué. DAO Gh. Macabéo / Afan.

97Pour l’époque néolithique, on recense sur ce haut-fond deux tessons, dont un attribuable à la phase moyenne. Les deux premières phases de l’Âge du Bronze ne sont pas ou sont peu représentées (une épingle du Bronze moyen figure dans l’inventaire). Le seuil et ses environs proches ont connu une fréquentation marquée à la fin du Bronze final (fig. 52). Le résumé qui suit s’appuie sur une publication récente présentant toutes ces données (BONNAMOUR, 1989c). Un peu plus de 40 % des découvertes enregistrées sur le gué des Piles appartiennent à la fin de l’Âge du Bronze. Comme pour le gué du Port de Grosne, cette prépondérance s’explique par la présence d’établissements implantés dans le lit mineur, aux abords du gué. Trois habitats du Bronze final III ont été localisés : les deux premiers (le Pont de la Comète et les Piles / Saint-Marcel) sont très perturbés. Le troisième, situé à 200 m en aval du tracé supposé du gué, en plein milieu de la rivière, et appelé l’habitat du gué des Piles, est le mieux conservé. Quatre campagnes de fouilles lui ont été consacrées entre 1983 et 1986 (BONNAMOUR, 1983d, 1985e, 1986d) et ont donné lieu à une publication (BONNAMOUR, 1989c). Cet habitat a été occupé à la fin du B. F. IIIa et au début du B.E IIIb. Deux épées du type de Forel (Bronze final IIIa) ont été recueillies sur le haut-fond. À 700 m environ en amont du gué, près de la rive droite, au lieu-dit “Port Ferrier”, la découverte d’un lot de six objets en bronze du B. F. III (un casque, trois épées, un bracelet et une faucille), qui appartenaient probablement à un dépôt, confirme la richesse de cette zone (BONNAMOUR, 1975a, p. 16).

98Sur la partie aval du gué, un poignard en fer du Hallstatt final conservé dans son fourreau a été remonté lors d’une prospection subaquatique (BONNAMOUR, 1983a, p. 30). Une céramique au profil complet vient s’ajouter à cette découverte. Les objets du deuxième Âge du Fer sont tous métalliques : une épée et quatre lingots en fer, une paire de forces et une épingle en bronze.

Fig. 52. Les gués des Piles et de l’île Saint-Nicolas au nord immédiat de Chalon-sur-Saône. Trois habitats du Bronze final sont implantés sur le haut-fond des Piles qui doit son nom à la présence d’anciennes piles de moulin. Le tracé figuré est celui qui a été reconnu pour la période gallo-romaine. Le tracé du gué de l’île Saint-Nicolas est hypothétique. DAO Gh. Macabéo / Afan.

99L’époque romaine est largement représentée sur le gué des Piles. La plupart des objets recueillis sont des céramiques, auxquelles s’ajoutent quelques éléments en pierre (meule et ancres de bateau), des tuiles et des briques, ainsi que trois vases en bronze (deux casseroles et une cruche), un vase en verre et une lampe. Ce gué a été aménagé dans l’Antiquité. En 1983, des plongées de prospection ont permis de localiser près de la rive droite et un peu en aval du rempart Sainte-Marie (PK 142,450), une zone de pierres large d’une dizaine de mètres, orientée en oblique, en direction de l’amont et de la rive opposée (BONNAMOUR, 1983d, p. 2). À cet endroit arrivait la limite séparant les communes de Chalon-sur-Saône et de Saint-Jean-des-Vignes. Cette séparation ne figure pas sur les cartes actuelles car le village de Saint-Jean-des-Vignes a été rattaché à la Ville de Chalon. Sur la carte de 1862, elle suit le ruisseau de Crissey et, dans sa partie la plus proche de la Saône, le rempart Sainte-Marie. À 400 m en amont, passe le chemin vicinal ordinaire de Saint-Jean-des-Vignes à la Saône. L. Landa décrit, en 1869 (p. 108), au niveau du PK 142,400 actuel, des pieux et d’autres vestiges qui étaient visibles à l’occasion des basses eaux de 1868. Ces pieux en chêne, de gros diamètre, étaient en partie disposés perpendiculairement à la rive. « L’îlot ou joncquière est un peu plus avant dans la rivière, et se trouve à peine découvert, malgré les basses eaux. Les pierrailles y abondent, ainsi que la poterie latine (amphores, vases, tuileaux) ; j’y ai trouvé aussi un lingot plat de bronze, du poids de 1200 gr., un biscayen de terre cuite ; pas un seul silex. Les os sont ceux de sanglier ou de cochon, cerf, cheval, bœuf, chien ou loup. La quantité d’os, de pierrailles, de poteries, est assez forte pour me convaincre qu’il y a là les restes d’un établissement fluviatile sur pilotis, qu’il serait intéressant de draguer ». L. Bonnamour a repris ces informations et rattache ces découvertes à l’existence probable d’un aménagement de type estacade ou appontement qui pourrait remonter à l’époque romaine. Il pense qu’une telle structure aurait pu être en relation avec les ateliers de potiers précoces mis au jour à Saint-Jean-des-Vignes (BONNAMOUR, 1994). Cette hypothèse reste à vérifier, car pour l’instant, les plongées menées dans le but de retrouver ces vestiges se sont révélées négatives.

100Au large, le gué est totalement détruit par les dragages, mais de nombreuses pierres jalonnent son tracé supposé. Près de la rive gauche, lors d’un sondage effectué en 1987 préalablement aux travaux de construction du pont Nord, à l’emplacement prévu pour la pile est, quelques pierres et des fragments de tegulae ont pu être observés. En 1990, les travaux de construction de la pile ont mis au jour une petite série de dalles calcaires de dimensions identiques à celles observées sur les gués du Port Guillot et de la Casaque. Selon les ouvriers, ces dalles ne se rencontreraient qu’en amont du batardeau implanté pour couler la pile. Ces quelques indices permettent de situer dans ce secteur, c’est-à-dire près du PK 143, le débouché du gué, déterminant ainsi un tracé long de 500 m. Un ancien chemin part du PK 142,700 et se dirige pratiquement en droite ligne en direction du nord, vers Châtenoy-en-Bresse et Allériot. Sur une carte publiée en 1869, L. Landa signale que cette voie est bordée de plusieurs sites gallo-romains et porte le nom évocateur de “Voie de Chalon". Il reste à ajouter qu’une limite communale (Saint-Marcel / Chalon) et cantonale fait face à la limite signalée sur la rive opposée (PK 142,500).

101Huit éléments du haut Moyen Âge sont répertoriés, dont quatre en fer (deux scramasaxes, une hache et une lance) et quatre en céramique (l’une d’entre elles vient du débouché du gué rive gauche). Le bas Moyen Âge a livré quelques vestiges assez disparates : une céramique, des crampons en fer et deux outils liés à la batellerie.

102Le gué tire son nom de la présence dans le lit de la Saône des restes de piles de moulin. Elles sont figurées sur la carte de 1862. Le choix de l’implantation d’un tel dispositif à cet endroit s’explique par la rapidité accrue du courant au passage du haut-fond. L. Armand-Calliat (1952b, p. 57) signale que ces piles sont citées dans des documents d’archives de 1603. Les plongées de 1987 ont permis d’observer, en amont des deux piles, un chenal aménagé, disposé en oblique par rapport à l’axe de la rivière, et dont la bordure amont se trouve renforcée par des blocs de pierre et limitée, à sa partie supérieure, par une rangée de piquets régulièrement espacés (BONNAMOUR, 1987a, p. 11). En 1993, des prélèvements ont été effectués, mais n’ont débouché sur aucune datation radiocarbone faute de moyens financiers. C’est sans nul doute cet aménagement que décrit T. Dumorey (1779) : « Vis-à-vis les piles baillis qui sont dans le milieu de la Saône, et où était autrefois une ruine, il existe une vieille benne qui s’étend jusqu’au milieu de la Saône. Les bateaux y touchent presque toujours par les vents du nord-ouest, qui les poussent sur les piquets du bouchet, qui les blessent souvent. Il convient de les faire arracher ».

103Il reste à mentionner, près de la rive droite, au niveau du PK 142,450 et à une cinquantaine de mètres du bord, la présence de quelques dizaines de piquets en bois blanc, de faible diamètre, implantés parallèlement à la berge. Cet aménagement, daté des XIe-XIIe s. par deux analyses radiocarbone, avait probablement la même fonction que le clayonnage du Port Guillot : resserrer le lit de la rivière au niveau du haut-fond afin d’augmenter le flux et de faciliter ainsi le passage des bateaux.

104Situé au nord immédiat de Chalon-sur-Saône et à 800 m du gué du Port Villiers, le gué des Piles a probablement connu une fréquentation presque ininterrompue depuis l’Âge du Bronze final jusqu’au Moyen Âge. Il reste malheureusement peu de chances d’en savoir plus sur son aménagement en raison des destructions occasionnées par les dragages.

Table des illustrations

Légende Fig. 42. Le gué d’Épervans. Avant l’étude des archives des Ponts et Chaussées, l’existence de ce gué n’était pas soupçonnée. Sur le profil en long dressé en 1836, la hauteur d’eau n’est que de 0,74 m et un plan levé en 1838 montre très nettement le haut-fond qui traverse en oblique la rivière. Un chemin d’accès est visible sur la rive droite et sur l’autre rive, une haie pérennise l’emplacement d’un ancien chemin (d’après la carte des bords de Saône de 1862).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 43. La Saône au niveau de Grelonges (communes de Fareins et de Saint-Georges-de-Reneins), carte de 1862. Le gué et les découvertes archéologiques, dont la position est approximative, sont pointés d’après la carte dressée par C. Savoye (publiée dans BESANÇON. 1907). La position réelle de l’ancienne île de Grelonges reste pour le moment inconnue. Un autre gué plus ancien que celui qui est signalé au XIXe siècle a probablement existé légèrement en aval, à la hauteur de la Grange du Diable. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 44. Le passage à gué de l’Homme d’Armes (commune de Tournus). Le profil en long levé en 1836 montre la faible profondeur de la rivière (1 m) à cet endroit avant les aménagements. Le plan dressé en 1838 figure le haut-fond qui s’avance dans la rivière et qui était encore utilisé pour la franchir, comme l’indique sa mention dans un inventaire des passages à gué effectué pour l’armée en 1874. Les découvertes archéologiques effectuées dans ce secteur suggèrent une utilisation de ce gué au cours des époques antérieures (protohistoire, Antiquité et Moyen Âge). DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 45. Le passage de la Mare Jandeau (communes d’Ormes et de Boyer). Plan et profil en long, datés respectivement de 1838 et 1836, figurant le haut-fond (Archives départementales du Rhône, série S, non classé). Ce gué est cité dans un recensement effectué en 1874 pour l’armée et d’importantes trouvailles archéologiques allant de la fin du Néolithique jusqu’à l’époque moderne, ont été remontées lors des dragages. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 46. Le tracé probable du gué de la Mare Jandeau replacé sur la carte de 1862. Sur ce document figure encore l’appellation de “voie romaine” pour désigner le chemin parallèle à la rive droite et la voie d’accès à la rivière. Deux limites de communes se font face. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 47. Les gués de Saint-Loup-de-Varennes, des Ronzeaux et du Port Guillot au sud de Chalon-sur-Saône. Les tracés des deux premiers gués sont hypothétiques. Celui du Port Guillot a fait l’objet de fouilles subaquatiques : le seuil a été pavé à l’époque romaine et au Moyen Âge, ses abords ont été aménagés par la construction de clayonnages dans lesquels s’insérait une pêcherie. Deux nécropoles gallo-romaines sont localisées aux abords des gués du Port Guillot et des Ronzeaux. Ces deux passages à gué sont signalés dans le recensement effectué pour l’armée en 1874. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 48. Le passage de Gigny-Thorey. Le profil en long de 1836 et le plan levé en 1838 (Archives départementales du Rhône, série S, non classé) montrent le haut-fond sur lequel la hauteur d’eau minimale est de 0,89 m. Ce gué est cité dans l’inventaire établi pour l’armée en 1874. D’importantes découvertes archéologiques suggèrent une utilisation aux époques antérieures. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 49. Les gués de la Casaque (ou du Port de Varennes) et du Pont Sarrasin. Le tracé du gué de la Casaque a évolué au fil des siècles. Le trait noir plein matérialise le pavage mis en place au Ier s. ap. J.-C. et les traits alternés montrent les différentes hypothèses de débouchés sur les deux rives. La ligne de pieux correspond à un aménagement mis en place au Moyen Âge et destiné à faciliter la navigation aux abords des deux hauts-fonds. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 50. Plan levé par Thomas Dumorey en 1758 (période de basses eaux) au niveau du pont Saint-Laurent à Chalon-sur-Saône. Les moulins installés en aval du pont et sur le seuil du Port Villiers ainsi que les bancs de sable et de gravier nommés atterrissements gênent considérablement la navigation. Document C981 conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or à Dijon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 51. Plan de la traversée de Chalon-sur-Saône levé pendant la sécheresse de 1839. On voit nettement dans le bras de rivière séparant l’île Saint-Laurent de la rive gauche (appelé Bras de la Genise) le haut-fond qui permettait probablement de traverser à gué. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 52. Les gués des Piles et de l’île Saint-Nicolas au nord immédiat de Chalon-sur-Saône. Trois habitats du Bronze final sont implantés sur le haut-fond des Piles qui doit son nom à la présence d’anciennes piles de moulin. Le tracé figuré est celui qui a été reconnu pour la période gallo-romaine. Le tracé du gué de l’île Saint-Nicolas est hypothétique. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17503/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search