Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les passages probables

Texte intégral

1Les passages à gué dont l’existence est probable sont au nombre de vingt et un. Ils cumulent généralement dans leur environnement, associés à la présence d’un haut-fond, des indices d’ordre topographique ou toponymique avec des témoignages et des découvertes archéologiques, que ce soit sur les berges ou dans le lit mineur.

La partie aval de la Grande Saône

2Entre Lyon et Mâcon, les témoignages exploités dans le cadre de cet inventaire sont pour la plupart anciens et les découvertes archéologiques, lorsqu’elles ont fait l’objet d’une mention, n’ont souvent pas été conservées ou se trouvent dans des collections privées.

3À l’Île-Barbe, la lecture d’une inscription placée dans un pilier de l’ancienne église (VALENTIN-SMITH, 1852, p. 68) et datée du XVIIIe siècle, montre qu’en période de basses eaux, le bras de rivière séparant la rive droite de l’île pouvait être franchi à gué : « L’an 1714, le 12 Février, 27 pas de large à pied sec on a traversé la Saône sur le gravier de St Rambert à l’isle un jour de suite ». Plusieurs découvertes d’époque romaine sont issues du lit de la Saône, au niveau de l’île : deux patères en bronze (ARMAND-CALL1AT, 1959), ainsi qu’une statuette de déesse assise, tenant une patère, conservées au Musée des Antiquités Nationales (BRAEMER, 1963), et une cruche avec une anse décorée trouvée « dans la Saône, au-dessous de Saint-Rambert par une drague qui retirait des graviers pour les remblais du chemin de fer » (COMARMOND, 1857, p. 327). Les dragages ont probablement mis au jour des vestiges plus anciens, car au muséum de Lyon un carton porte la mention “Île-Barbe” avec quelques éléments pré- ou protohistoriques (une hache en pierre et trois pesons néolithiques, fichier L. Bonnamour). Les découvertes archéologiques effectuées sur l’île même ont fait récemment l’objet d’un résumé (REYNAUD, 1995, p. 50) et permettent d’attester une présence romaine (tombes de vétérans) et paléochrétienne (inscription). Seuls les vestiges conservés au muséum de Lyon laissent supposer une fréquentation pré- ou protohistorique de ce secteur.

4Entre Albigny et Fleurieu, l’existence d’une traversée à gué est suggérée par une phrase relevée dans un terrier du Chapitre Saint-Jean datant de 1471 (CAMPONE, 1995) : « chemin allant de la croix de Sainte-Marie d’Albigny, traversant la Saône, à la croix de Fleurieu côté Empire ». Ce chemin qui traverse la rivière est très probablement un passage à gué servant également à matérialiser une limite de territoire. Une dague datant de la deuxième moitié du XVe siècle a été trouvée dans les années 70, au niveau de l’île Fleurieu, à l’intérieur du clayonnage (BONNAMOUR, 1980a, p. 11). J. Rossiaud (1994, p. 279) signale, vers le PK 20-21, un port de la Ville-Vert ou port de Vimy, dont la première mention remonte à 1416. Il précise que ce passage permet d’accéder à la partie septentrionale des Monts-d’Or et cite l’exemple des maîtres-jurés de l’œuvre du pont du Rhône, qui, en 1395, pour reconnaître les carrières de rive droite, empruntent la route de rive gauche et traversent la rivière à Vimy. Il n’est pas précisé de quelle façon s’effectuait cette traversée (bac ou gué ?), mais on voit là un exemple de franchissement en un point particulier, lié à un itinéraire, et probablement aussi à la présence des carrières toutes proches. On peut penser qu’un gué a bien fonctionné au XVe siècle à cet endroit, mais il est impossible, dans l’état actuel des découvertes, d’affirmer que ce passage a été utilisé aux époques antérieures ou postérieures.

5Au Port Masson, un important haut-fond a malheureusement fait l’objet de nombreux dragages ; il aurait même été dynamité dans les années cinquante. En 1975, L. Bonnamour a rencontré les dragueurs qui ont travaillé dans ce secteur : ils signalent des découvertes de pierres à la pointe amont du clayonnage, mais pas de poterie ni d’autres objets. Seul un vase du deuxième Âge du Fer se trouve dans la collection Dubois (fichier L. Bonnamour). La littérature archéologique mentionne plusieurs découvertes venant de Saint-Germain-au-Mont-d’Or (commune de rive droite), mais sans grande précision (MILLOTTE, 1963, p. 339). Parmi elles, un lot d’objets de l’Âge du Bronze, conservé au muséum de Lyon, provient du lit de la rivière dans les limites de cette commune : une épée de Mörigen, deux haches à ailerons terminaux, une hache à talon circulaire, un fragment de faucille, quatre épingles, cinq bracelets ou fragments. Une épingle du Bronze moyen, conservée dans la collection Palix (GALLAY, HUBERT, 1972, p. 297), a la même indication, vague, de provenance. Au niveau du “Port Maçon” figuré sur la carte de 1862, près du PK 24 (fig. 34), un gué est mentionné par A. Buisson, et d’après l’abbé Beauvery, il y a là un lieu-dit “le pont Romain”. Des piles de pont ancien ont en effet été vues par plusieurs témoins vers la fin de la guerre 39-45, après la destruction du barrage de Bernalin qui se trouve à deux kilomètres en amont. « Des riverains et pêcheurs actuels connaissent ces piles, auxquelles ils amarrent leur barque. Les piles ne traversent pas tout le lit du cours d’eau : certaines ont dû être détruites, au voisinage de la rive gauche, pour permettre le passage des bateaux. Un chemin direct conduit encore aujourd’hui, du lieu-dit le “Pont Romain” à Poleymieux, par Saint-Germain et atteint la Glande. Il est jalonné de découvertes gallo-romaines : monnaies gauloises et romaines, républicaines et impériales, armes, deux sarcophages des IIe et IIIe siècles » (notes abbé Beauvery). Une photo prise par l’abbé Beauvery montre un amas de grosses pierres (aujourd’hui disparu) au bord de la Saône : elles ont pu appartenir au pavage démantelé d’un ancien gué. D’après J. Rossiaud, le port Masson (portus Massoni) est cité dès 1362. « Son importance vient des tuileries et fours à chaux qui appartenaient à des bourgeois de Lyon et dont la production est avantagée par la fiscalité péagère qui frappe plus lourdement les matériaux d’amont » (ROSSIAUD, 1994, p. 282). L’examen de la carte des bords de Saône de 1862, montre deux limites de communes se faisant presque face au niveau du PK 24 (rive gauche : Genay / Massieux ; rive droite : Saint-Germain-au-Mont-d’Or / Quincieux). Deux chemins pourraient correspondre aux anciens accès au gué ; ils peuvent également avoir été créés pour accéder au port : rive droite, chemin ordinaire de Chasselay au Port Maçon ; rive gauche, chemin vicinal ordinaire du Port Maçon à Civrieux. Enfin le même toponyme (Port Maçon) est employé sur les deux berges (fig. 34).

6À Saint-Bernard, les témoignages concordent également pour signaler la présence de grosses pierres dans le lit de la rivière ainsi que des découvertes archéologiques qui ont été partagées entre les dragueurs.

7À Anse, un dragueur situe un gué (fiche L. Bonnamour) à environ 150 m en amont du pont de Saint-Bernard et mentionne de nombreuses trouvailles effectuées sur cet emplacement (30 à 40 épingles environ). Ce passage est également connu grâce à la publication de L. Armand-Calliat (1957). Cependant, une enquête menée par L. Bonnamour auprès des dragueurs locaux a permis d’affirmer que les découvertes publiées avec la provenance “gué d’Anse”, sont issues, en fait, de trois sites différents : le gué du Roquet, le gué d’Anse et la plage de Villefranche (gué de Jassans-Riottier).

8On note, dans le secteur d’Anse, une certaine profusion archéologique, que ce soit dans la rivière même ou sur ses berges. Un glaive romain trouvé par un vigneron en 1864, au hameau de la Bruyère, en bordure de la Saône, est signalé par J.-E. Valentin-Smith (1888, pl. X, 4). À la hauteur de ce même hameau, des armes de l’Âge du Bronze et des âges du Fer ont été sorties du lit de la rivière (GIVRY, 1928 ; MOREL, 1929 et 1930). En 1975, L. Bonnamour a pu photographier à Anse la collection Raymond Dubois, qui comprend trois armes en fer trouvées en amont du pont de Saint-Bernard : deux grands scramasaxes et une longue épée du XVe siècle portant sur une face de la lame une inscription en lettres incrustées d’argent, et sur l’autre face, une rosace et une croix, toutes deux inscrites dans un cercle. Il a acquis pour le Musée Denon, auprès d’un dragueur, une pointe de lance mérovingienne à crochets, trouvée au PK 35,100 le long de la rive gauche. Plus récemment, entre les PK 35,500 et 36, un complexe d’habitat du Bronze final a été identifié sur la rive droite. Une prospection subaquatique, menée par le Centre National de la Recherche Archéologique Subaquatique (CNRAS), entre les PK 36 et 37, a permis de localiser une couche archéologique du Bronze final, qui serait peut-être la prolongation d’un établissement de berge (HÉNON, 1988, p. 133). La présence d’une telle implantation avait été pressentie dès la fin du XIXe siècle, par C. Savoye (1899, p. 124) qui mentionne l’existence probable de palafittes. Une lance à douille du Bronze final à également été trouvée au niveau d’Anse, sans plus de précision (JEANNET, 1974, p. 4). Sur la rive gauche, dans le val du Formans, près de la Bruyère, J.-E. Valentin-Smith (1888) avait signalé des ensembles funéraires du Bronze final et du Hallstatt (fig. 53). Sur la rive droite, le secteur du Bourdelan recèle des vestiges d’époques diverses. Une importante station préhistorique avait été reconnue par C. Savoye (1899, p. 124), et des prospections récentes ont permis de recueillir du mobilier néolithique (BRAVARD, 1990, p. 58). Des vestiges du IIe s. ap. J.-C. ont également été mis au jour dans cette zone (LEGLAY, 1968, p. 578). G. Jeanton (1919, p. 12) fait passer la via Agrippa par Anse, et signale qu’au Moyen Âge, les Hospitaliers y avaient créé une commanderie. La présence de l’épée décrite plus haut est peut-être liée à cet établissement : la rosace est en fait une croix pattée et l’autre croix, une croix de templier. La croix pattée est celle de Malte ; or, à partir de 1313, les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ont repris les biens des Templiers.

9Au niveau de Port Rivière, T. Dumorey (1779) décrit un banc de gravier. Aucun haut-fond n’a été reconnu sur les documents des Ponts et Chaussées actuellement disponibles ; néanmoins, l’existence d’un ancien gué dans ce secteur est probable car il a livré de nombreuses découvertes archéologiques. C. Savoye (1899, p. 122) mentionne un gué aux environs de Port Rivière, appelé gué de Voldé, près duquel on pouvait voir, avant la construction des barrages, de nombreux pilotis, qu’il interprète comme des restes de palafittes. Ces informations sont ensuite reprises par E. Dubois (1938, p. 157 et 1940, p. 150), mais, si la localisation est exactement la même, le gué est appelé alternativement gué de Voldé ou gué de Messimy. Il existe sur la carte actuelle au 1 : 25 000, sur la rive droite, un toponyme assez proche de celui employé par C. Savoye : le Voldey. Il se situe au niveau du PK 52, c’est-à-dire plus de trois kilomètres en amont de la localisation supposée du gué de Voldé. Après vérification sur une carte plus ancienne, il s’avère que le toponyme a été déformé récemment. Ce lieu-dit s’appelait, au XIXe siècle, le Verdet et n’a sans doute rien à voir avec le gué de Voldé. Une fiche de l’abbé Beauvery fait également état d’un passage dans le même secteur, appelé cette fois Gué de Napoléon, en souvenir, pense-t-il, d’un passage de l’empereur. On peut également voir dans cette appellation une allusion aux dragages exécutés sous les ordres de Napoléon III à l’emplacement du gué de Grelonges. L’existence de ce gué lui a été confirmée par le témoignage d’un dragueur ayant vu des dalles ; les découvertes archéologiques faites à cet endroit ont été partagées entre les dragueurs. En 1973, un important site du Bronze final, localisé près de la rive gauche, a été détruit par des dragages. De la céramique a été vue par les dragueurs mais n’a pas été conservée. Quelques objets de bronze, recueillis par un collectionneur privé, sont les seuls documents qui subsistent de ce gisement (BONNAMOUR, 1979b, p. 54). Ils ont été publiés avec une partie de la collection Palix (GALLAY, HUBERT, 1972) ; ils constituent un lot de treize éléments du Bronze final (couteaux, faucille, épingles, bracelets, hache) et s’apparentent plutôt aux types métalliques rencontrés sur les habitats de cette période (fig. 57). S’ajoutent à cela des épingles et un poignard du Bronze moyen, ainsi qu’une fibule hallstattienne et un bracelet de La Tène finale. Deux autres épingles en bronze figurent dans la collection Lamercerie (JEANNET, 1974, nos 1 et 2). Si un gué a bien existé dans ce secteur, il est probable qu’un village du Bronze final était établi à proximité de ce passage. L’ensemble des trouvailles témoignerait (malgré une représentativité sûrement faussée par leur dispersion) d’une fréquentation protohistorique, peut-être continue, de cette zone. Il ressort de ces diverses observations, qu’un seuil existait probablement aux abords de Port Rivière et que sur ce haut-fond se greffaient au moins deux ensembles différents. Le premier, près de la rive droite, décrit par C. Savoye (1899, p. 122), reste difficilement identifiable. On peut penser à la présence probable d’un habitat du Néolithique final de type Ouroux. Quant aux pieux mentionnés par le même auteur, ils pouvaient tout à fait correspondre aux vestiges d’une benne de moulin ou de pêcherie, d’époque médiévale ou moderne. Le second, près de la rive gauche, correspondait vraisemblablement à un habitat du Bronze final du type Gué des Piles. Ces deux zones de découvertes et donc d’implantations humaines, pourraient matérialiser les deux débouchés d’un éventuel gué.

Fig. 34. Un gué a probablement existé près du Port Masson (commune de Genay). Outre la présence d’un haut-fond, on note celle de deux limites communales, de la convergence de chemins et du même toponyme sur les deux rives. Un bac était également utilisé au XIXe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.

10Il reste à citer les indices reconnus sur la carte de la Saône de 1862 : sur la rive droite, un chemin permet un accès direct au Port de Rivière (PK 47,300). Trois autres chemins aboutissent à la rivière, au niveau des PK 47,700, 47,900 et 48,300. Sur la rive gauche, un chemin appelé chemin vicinal ordinaire du Port de Rivière va à la Saône ; or, le Port de Rivière est situé sur la rive opposée. Cette présence du même toponyme sur les deux rives est peut-être liée à la création moderne d’un bac ou d’un port. J. Rossiaud (1994, p. 291) parle effectivement d’un port d’importance locale dont la première mention remonte à 1499. Elle pourrait également garder le souvenir d’un ancien passage à gué. Un autre accès part de Messimy, descend droit vers la Saône, s’interrompt au niveau du ruisseau de Mâtre, pour reprendre 50 m plus loin et arriver à la Saône. Il s’agit peut-être d’un ancien chemin, qui passait le Mâtre à gué, et dont l’emploi a cessé lorsqu’un pont a été construit en un autre endroit.

Le secteur de Mâcon

11Lors de la rédaction du doctorat, deux passages ont été reconnus dans le secteur de Mâcon, un au sud de la ville appelé gué de Mâcon (DUMONT, 1997, p. 30-31), l’autre au nord, nommé gué de l’île Saint-Jean (DUMONT, 1997, p. 115-120). Depuis 1997, la consultation aux Archives départementales du Rhône de plans jusqu’alors inédits, fournit de nouvelles données et permet de localiser quatre passages potentiels entre les PK 79 et 84. Les deux nouveaux sites (Marbey et aval de l’île Saint-Jean) ont un degré de probabilité d’existence supérieur aux deux gués détectés antérieurement (voir le tableau récapitulatif) mais tous sont présentés ensemble afin de montrer la complexité de cette zone et le niveau de compréhension actuel.

Le gué de Mâcon (fig. 35, n° 1)

12Localisé au sud de la ville, le “passage de Mâcon” constituait un important obstacle à la navigation. Le chenal était encombré d’îles (fig. 12) et un rapport daté de 1825 décrit un atterrissement de 200 m de long (depuis l’aval du pont de Mâcon jusqu’à l’île de la Réjouissance) et de 60 m de large, sur lequel la hauteur d’eau, à l’étiage, ne dépasse pas 0,90 m (A.D. Rhône, section moderne, série S, non classée). Les dragages et les aménagements, commencés dès les années 1840, se sont poursuivis durant plus d’un siècle et ont livré régulièrement des trouvailles archéologiques dont il ne subsiste que de rares témoignages. Ainsi, G. Jeanton (1943d) a publié un lot d’objets recueillis lors de l’aménagement du port fluvial (PK 79) : une épée du Bronze moyen, une épingle et une autre épée du Bronze final, une hache et une épée du deuxième Âge du Fer, ainsi qu’une pointe de lance à ailettes du haut Moyen Âge et une pointe de lance de datation indéterminée. L’existence d’un gué en ce point de la rivière est possible, mais la rareté des informations concernant l’environnement archéologique en limite l’analyse.

Le gué de Marbey et le gué aval de l’île Saint-Jean (fig. 35, nos 2 et 3)

13En amont du pont de Mâcon, existaient deux hauts-fonds très proches l’un de l’autre. Ils sont visibles sur un profil en long daté de 1838 (A.D. Rhône, section moderne, série S, non classée). Le premier porte le nom de passage de Marbey et, selon les indications écrites sur le plan, doit être dragué ; le deuxième, sans nom, se présente sous la forme de trois petites bosses également à draguer. Au nord de ces deux seuils, près de l’île Saint-Jean, un rapport de 1860 mentionne un ensablement du chenal, des dragages et des rétrécissements à effectuer.

Fig. 35. La Saône dans la traversée de Mâcon, carte de 1862. Quatre hauts-fonds représentant autant de gués potentiels ont été localisés d’après l’analyse d’un profil en long dressé en 1838 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.

14Au début du siècle, des travaux de dragage occasionnent d’importantes découvertes archéologiques qui sont en partie publiées par G. Jeanton et G. Lafay en 1917 (fig. 56). Le titre de leur article, « Nouvelles découvertes archéologiques dans la Saône en aval de l’île Saint-Jean », ainsi que la connaissance d’un seul haut-fond au nord de Mâcon, celui de l’île Saint-Jean, ont eu pour résultat, dans l’inventaire rédigé en 1997, d’assimiler, à tort, ces découvertes à ce haut-fond et de l’appeler gué de l’île Saint-Jean. Depuis la lecture des archives conservées à Lyon, il est possible de reconsidérer le problème de la localisation des objets issus du lit de la Saône.

15G. Jeanton et G. Lafay ont noté deux points de concentration du mobilier archéologique. Le premier se trouve en face de la maison Brun, qui figure sur la carte de 1862, sur la rive gauche, au niveau du PK 81,600. Sur la rive opposée, une limite sépare les communes de Flacé et de Mâcon et on voit le toponyme “Marbey”, qui a donné son nom au seuil. Un lot d’objets conservés au Musée de Tournus, sous l’appellation “le Breuil’’ ou “Port du Breuil”, peut être rattaché de façon certaine au passage de Marbey. En effet, le port du Breuil, visible sur la carte de 1862, se trouve à l’extrémité sud du perré de Marbey (fig. 35).

16Le deuxième point de trouvaille se situe 1,5 km en amont du passage de Marbey, au niveau du lieu-dit des Nivres, toponyme mentionné par les auteurs de l’article et visible sur la carte de Saône de 1862. À cet endroit, deux limites communales se font face de part et d’autre de la rivière. C’est également là que, dans le lit mineur, le plan de 1838 figure un seuil sous la forme de trois pics successifs. Les dragueurs ont remarqué, à cet endroit, au milieu de la rivière, « une échine de grande dureté, contre laquelle les godets se brisent, ramenant à la surface des débris de pieux noircis et très durs ». Les dragues ont également remonté des fragments de bétonnage et des pierres. Les auteurs interprètent ces découvertes comme les restes d’une station palafittique préhistorique qui aurait persisté sous cette forme jusqu’au Moyen Âge. Ils s’appuient sur deux chartes de l’abbaye de Tournus, datées du XIIIe siècle, qui décrivent une petite île au sud de l’île Saint-Jean et qui mentionnent l’intention, de la part des moines, d’édifier de nouvelles constructions au-dessus de l’eau. De toutes ces informations et observations, on peut déduire l’existence certaine d’un important haut-fond vers le PK 83 qui a concentré à ses abords immédiats diverses installations humaines au fil des siècles. Les palafittes décrits ainsi que la présence, dans le mobilier, d’un important lot d’objets de l’Âge du Bronze, correspondent vraisemblablement à une occupation de type Gué des Piles. Cet habitat, comme les autre sites du même genre répertoriés le long de la Saône, aurait été établi sur un haut-fond, au voisinage immédiat d’un gué. Ce gué a pu être pavé au cours des périodes historiques : cette hypothèse repose sur la présence de pierres dans les godets de drague ainsi que sur des témoignages de dragueurs qui affirment qu’un gué pavé existait dans ce secteur. Petit à petit, les divers aménagements effectués aux abords du haut-fond ont contribué à bloquer les sédiments et autres matériaux charriés par les eaux de la rivière, formant ainsi une petite île, citée dans des documents d’archives médiévaux et appelée “île Parve” à la fin de l’ancien régime. On peut supposer que les travaux projetés par les moines correspondaient à un moulin ou à une pêcherie, car ce type d’installation se trouve souvent sur les hauts-fonds, afin de bénéficier d’une assise stable et d’un courant accru.

17Les deux passages, dont l’existence est probable en raison notamment de l’importante quantité de vestiges qu’ils ont livrés, n’ont pas forcément fonctionné en même temps. Bien que deux points précis de découvertes soient mentionnés par les auteurs de l’article, les 157 objets publiés ont néanmoins été regroupés en un seul lot, ce qui rend difficile une éventuelle différenciation chronologique.

Le gué de l’île Saint-Jean (fig. 35, n° 4)

18Il reste à évoquer le passage le plus au nord de Mâcon, celui de l’île Saint-Jean. Même si l’on sait maintenant que les objets décrits au début du siècle proviennent de l’aval, l’existence d’un gué au voisinage immédiat de l’île reste possible. Un haut-fond est visible sur des profils anciens et, dans le milieu des années 80, un plongeur avait repéré, à la pointe amont de l’île, des pieux médiévaux (renseignement L. Bonnamour). L’île abritait dès le XIIIe siècle des bâtiments et au XVIe s. une chapelle. Puthod, dans son dictionnaire mâconnais (PUTHOD, An 8, p. 123), parle également de la présence d’un ermite et d’« une grange que faisait valoir cet ermite ». Dans un autre article, G. Jeanton (1943b, p. 99) explique que cette même île faisait l’objet d’un pèlerinage. Les berges, à hauteur de l’île, sont riches en vestiges de différentes périodes : A. Arcelin signale en 1874 (p. 47), au bief de Feillens (affluent de rive gauche), une couche gallo-romaine et en aval du bief des vestiges néolithiques et de l’Âge du Bronze. Sur le cadastre, les prés situés au nord de la limite communale séparant Feillens de Vésines, et en bordure immédiate de la Saône, portent le nom de prés du Grand Molard. Ce toponyme pourrait indiquer l’existence d’un établissement médiéval, une motte par exemple. Sur la rive droite, depuis les premières maisons du hameau de Varennes (commune de Sancé) jusqu’en face de l’extrémité sud de l’île Saint-Jean, une importante station du Néolithique est signalée au début du siècle. C’est sans doute la même, ou sa continuation, qui est mentionnée en 1980 (BARTHÉLÉMY, 1980) au lieu-dit les Platières (au niveau de l’île). Une station gallo-romaine est également localisée en face de la pointe nord de l’île par A. Arcelin, c’est-à-dire presque en face de la couche de la même époque mentionnée sur l’autre rive par le même auteur. À l’occasion de travaux, au lieu-dit “Prés-Rochats”, outre des vestiges néolithiques, une voie pavée, de six mètres de large, qui va en direction de l’île Saint-Jean, a été repérée à 200 mètres de la Saône (BARTHÉLÉMY, 1972, p. 12). Cet axe de circulation n’est malheureusement pas daté.

Conclusion

19On ne peut que déplorer la destruction des sites fluviaux de Mâcon et d’un secteur qui offrait, pour une longueur de 5 km, quatre possibilités de franchir la rivière à gué. Cette destruction a commencé très tôt puisque G. Jeanton et G. Lafay précisent que « dès avant 1888, époque où l’un de nous fit ses premières trouvailles, l’emplacement que nous venons de mentionner a fourni à des collectionneurs comme M. Lacroix, et au Musée de Mâcon, certaines pièces curieuses, désignées seulement comme provenant de “la Saône à Mâcon’’ ». Les auteurs rapportent également que Napoléon III aurait fait opérer des fouilles à l’île Saint-Jean afin de vérifier l’existence d’un possible lieu de passage des Helvètes. D’après eux, ce sont « les trouvailles d’armes et d’objets de toutes sortes recueillies dans cet endroit de la Saône au début du XIXe siècle » qui seraient à l’origine de cette démarche. Pour finir, ils précisent qu’ils n’ont pu décrire, dans le cadre de leur publication, qu’une partie des découvertes, et que de nombreux d’objets sont allés enrichir des collections particulières que leurs propriétaires ne souhaitaient pas faire connaître.

20Dans la bibliographie, beaucoup d’autres objets dont la provenance est trop vague ne peuvent être pris en compte (« trouvés dans la Saône près de Mâcon »). L’inventaire présenté par passage n’est pas donc pas représentatif : on peut citer, par exemple, pour les périodes protohistoriques deux lingots de fer bipyramidaux (MOHEN, 1980, fig. 20, nos 3 et 4), un moule de hache à ailerons subterminaux et anneau actuellement conservé au Pitt Ri vers Muséum of Oxford (COGHLAN, 1962 ; MOHEN, 1978, p. 25), une enclume appartenant au British Muséum, deux épées du Bronze final III (type à antennes et type de Mâcon) conservées au Musée des Ursulines de Mâcon (BONNAMOUR, 1990b, nos 34 et 41), ou encore, pour l’époque gallo-romaine, une statue mutilée, en bronze, représentant Bacchus (REBOURG, 1993, p. 320) et une casserole, en bronze, à têtes de cygnes avec estampille capouanne, signalée dans l’inventaire du Musée Archéologique de Dijon. On peut ajouter, pour la période médiévale, quatre plaques de ceinture, en bronze, déposées au Musée d’Annecy (GAILLARD de SÉMAINVILLE, 1980, p. 40). Cette liste n’est, bien entendu, pas exhaustive. Les nombreux objets protohistoriques, non localisés précisément sur le secteur de Mâcon, pourraient tout aussi bien provenir de l’un des quatre passages à gué potentiels recensés, ou encore d’un site d’une autre nature (dépôt par exemple) entièrement détruit sans qu’aucune observation n’ait pu être faite.

21La publication par G. Jeanton et G. Lafay des trouvailles et de leurs observations faites à l’occasion de la surveillance des dragages, constitue l’unique témoin de cette richesse. Seul un examen précis des bathymétries actuelles de la Saône permettrait de voir si une part de cet important potentiel est encore conservée.

La partie amont de la Grande Saône

22Entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, douze passages à gués probables sont répertoriés. La présence d’un haut-fond, les témoignages de riverains ou de dragueurs, la découverte d’un mobilier archéologique appartenant à diverses périodes sont autant d’éléments qui rendent l’existence de ces passages probable. Cependant, leur tracé ainsi que leur fréquentation au cours des différentes périodes restent difficiles à déterminer. Contrairement aux passages situés en aval, une partie des objets découverts à leurs abords a souvent été conservée. Ce phénomène est dû à une surveillance plus soutenue de la part des érudits locaux puis des archéologues. Toutes les données compilées dans le cadre du doctorat (DUMONT, 1997) n’ont pas été reprises. Néanmoins, les douze gués sont présentés sous la forme d’un résumé qui renvoie souvent, pour plus de détails, au mémoire de thèse. Cette présentation permet de montrer le caractère répétitif des trouvailles qui, en raison d’un meilleur suivi archéologique entre le nord de Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, ressort plus clairement.

Le gué du Port de Boz (ou gué de La Salle ou du Port Celet)

23T. Dumorey (1779) mentionne, un peu au-dessous de la Mouge, affluent de rive droite, une petite île, apparemment située côté rive droite, puisqu’elle « laisse le chemin (des bateaux) au levant ». Aucune trace, ni autre mention de cette île, n’a été retrouvée sur aucun document. Un lot d’objets, recueilli en 1968 par un dragueur, légèrement en amont du port de Boz, appelé aussi le Port Celet, a pu être acquis par le Musée Denon (BONNAMOUR, 1983a, p. 24). Cette série comprend onze objets métalliques (dix armes, dont une du Bronze moyen, une romaine, sept du haut Moyen Âge et un outil), ainsi que quatre céramiques d’époques diverses et une rame moderne. Une plongée de prospection effectuée en 1983 par L. Bonnamour n’a pas permis de localiser l’emplacement précis des découvertes. Un alignement de pieux (non datés) a été repéré, mais assez loin au large. Des témoignages de pêcheurs ont été recueillis à cette occasion : un passage aurait existé à quelques centaines de mètres en aval du chemin actuel aboutissant à la Saône, très légèrement en aval du port de Boz (c’est-à-dire aux environs du PK 92). Ce gué aurait été utilisé par les habitants du lieu pour aller à la messe, sur la rive droite de la Saône (fichier L. Bonnamour). En 1992, dans le cadre de la mise au gabarit européen, de nouvelles prospections subaquatiques ont permis de localiser des pieux, vestiges d’un clayonnage médiéval (Xe-XIIe s.) partiellement détruit par les dragages (PICHON, BONNAMOUR, 1992, p. 3). Dans la littérature archéologique ancienne, les berges de ce secteur apparaissent riches en vestiges : H. de Ferry (1869, p. 356), après avoir mentionné une « couche à silex », évoque une probabilité de gué et situe le Port de Boz au débouché d’une voie romaine. A. Arcelin (1874, p. 44), puis G. Jeanton (1927, p. 84 et 96) et enfin E. Dubois (1942, p. 141) signalent d’importants vestiges d’époque romaine sur les berges et dans le lit mineur. J. Hannezo (1917, p. 73) ajoute à cet ensemble, dans les environs du Porcelet, qui « communiquait par un petit canal avec un étang aujourd’hui très diminué », l’existence d’une poype. Sur le cadastre napoléonien, à côté de l’étang des Frettes, et à 500 m de la Saône, se trouve effectivement un lieu-dit “le Molard”. Sur la carte de 1862, deux limites communales convergent et un chemin d’accès à la rivière, situé sur la rive droite, est appelé chemin du “Port Celet” alors que ce lieu est sur la rive gauche (fig. 36). L’emploi d’un toponyme situé sur la berge opposée implique la notion de traversée, un bac probablement, mais aussi, peut-être le souvenir d’un gué.

Le gué de Jean de Saône (ou gué de Monthellet ou du Port du Perron)

24Cette zone est sans aucun doute l’une des plus intéressantes et des plus riches rencontrées depuis Lyon, que ce soit d’un point de vue toponymique, archéologique ou topographique (fig. 76). Paradoxalement, l’abondance des découvertes faites dans le lit de la Saône ne trouve pas encore aujourd’hui d’explication définitive. Cela tient en grande partie aux conditions dans lesquelles ont été exécutés les nombreux et destructeurs travaux de dragage, notamment pendant les années 70. Voici ce qu’en dit L. Bonnamour dans un de ses dossiers : « La drague s’est déplacée sur deux kilomètres, du P K 98.5 au PK 100.5, et parfois d’une rive à l’autre. L’essentiel des travaux a été effectué au voisinage de la rive droite. Les conditions de trouvailles ont été peu favorables, en raison d’une part, du peu d’intérêt manifesté par les ouvriers, et d’autre part, à cause du matériel de dragage utilisé (pas de système de criblage). Les petits objets ont été récupérés dans des conditions médiocres à la station de criblage au port de Tournus. De plus les ouvriers ont opéré un tri parmi les objets remontés par la drague, rejetant à l’eau tout ce qui ne leur paraissait pas suffisamment intéressant (tessons de céramique), plusieurs objets importants ont ainsi été dispersés (deux épées et un casque). Il est difficile de localiser avec précision les trouvailles. Pour la protohistoire, au moins, le plus fécond est aux environs du P K 100, au voisinage immédiat de l’actuel port Jean de Saône ». Comme il n’était pas possible de définir précisément la provenance de tous les objets découverts dans ce secteur compris entre les PK 98,5 et 100,5, ils ont été attribués à un seul et même gué : le gué de Jean de Saône. On peut penser que de nouvelles données (notamment archivistiques) permettront un jour de confirmer l’existence de deux passages au lieu d’un seul. Cependant, pour les raisons déjà évoquées, la répartition des trouvailles entre deux sites ne pourra jamais se faire. Pour finir, il faut souligner le fait que, sans l’action du Groupe de Recherche Archéologique de Tournus et de L. Bonnamour, on ne connaîtrait absolument rien ou presque de ce passage, aujourd’hui en grande partie détruit, et qui apparaît cependant comme un des sites majeurs de la Grande Saône.

25Une partie de ces objets a été publiée (BONNAMOUR, 1974c, 1976b, 1977b, 1990b ; BONNAMOUR, BULARD, 1976 ; FEUGÈRE et alii, 1988 ; DURIAUD, 1987) et un inventaire des découvertes a été dressé récemment par S. Gras dans le cadre de mémoires universitaires (GRAS, 1995 et 1996). Trois haches polies constituent les seuls éléments néolithiques. Les découvertes de l’Âge du Bronze sont nettement supérieures en nombre, bien que certainement peu représentatives de ce qui est réellement sorti de l’eau. En effet, pour soixante-cinq objets métalliques, on ne compte qu’une dizaine de vases ou fragments de céramiques. Ce contraste est le même pour les âges du Fer : quarante-trois éléments métalliques pour trois vases en céramique (fig. 64). Cette tendance s’inverse pour l’époque romaine sans que l’on ne puisse rien en déduire, car la plupart des céramiques de cette période ont été recueillies par des archéologues du Groupement de Recherches Archéologiques en Tournugeois, donc des personnes sensibilisées à tous les types de vestiges. Une étude typochronologique de ce mobilier abondant permettrait peut-être de dégager une prédominance de tel ou tel type de vase et de voir également si ce passage a été fréquenté durant tout ou partie de la période gallo-romaine. Le mobilier de Jean-de-Saône comprend également treize éléments métalliques du haut Moyen Âge, dont le plus connu est sans aucun doute une patène avec inscription (GRAS, 1974), ainsi qu’une céramique et quelques éléments divers. La période moderne est représentée par une quarantaine de vases ou fragments, ainsi que par un couteau, une épée, un outil et un pistolet.

26Les berges recèlent également d’importants témoins d’occupation : sur la rive droite, des sites d’époques néolithique, hallstattienne et gallo-romaine ont été repérés non loin de la Saône (DUMONT, 1997, p. 130). Sur la rive gauche, plusieurs auteurs signalent au lieu-dit “les Cadoles”, un grand nombre de pieux (LE GRAND de MERCEY, 1879a, p. 11-13 ; BIDAULT de GRÉSIGNY, 1920, p. 27). Cet emplacement n’a pu être localisé précisément et il est impossible de savoir à quoi correspondait cette installation.

27Une étude détaillée de tout ce secteur (précision chronologique des sites repérés, recherches sur les anciens chemins et sur les traces d’éventuels parcellaires antiques ou médiévaux des deux côtés de la Saône), permettrait certainement de mieux comprendre l’évolution de l’occupation des bords de la Saône ainsi que celle des moyens de la traverser.

Fig. 36. Au niveau des communes de La Salle et de Boz deux passages à gué ont pu être utilisés à des époques différentes : deux seuils sont identifiés dans les documents des Ponts et Chaussées et du mobilier archéologique y a été découvert lors de dragages. Un petit alignement de pieux médiévaux a été repéré près du PK 92 et au même niveau, sur la rive gauche, la zone cerclée correspond probablement à une motte du Moyen Age. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Le gué du Villars

28Ce secteur a été dragué, notamment en 1848, 1859, 1907, 1972, 1981 et 1992. Une partie des trouvailles de 1907 est allée au Musée Greuze de Tournus. On peut citer entre autres, deux pila, quatre épées des âges du Fer, un chaudron, une aiguière en bronze et une ascia (MARTIN, 1910, p. 158 et 166). Les dragages de 1972 et 1981 ont livré trois pointes de lance du Bronze final, une épée à rognons (ou à sphères) et une hache de La Tène, ainsi que des fragments de récipient métallique indatables, de la vaisselle gallo-romaine en bronze, deux plats en étain d’époque moderne (BONNAMOUR, 1981a, et fichier L. Bonnamour). Tout le mobilier mis au jour n’a pu être acquis par les musées. D’après les dragueurs ayant travaillé en 1981, ces trouvailles étaient réparties sur plus de 500 m de longueur. D’une manière générale, les objets recueillis depuis le XIXe siècle semblent provenir d’une zone comprise entre les PK 108 et 109. Les dragueurs ont également observé la présence de nombreux pieux appointés qu’on ne peut dater. Une monographie sur Le Villars décrit la reconnaissance des limites du droit de pêche et de navigation sur la Saône du Prieur du Villars (MARTIN, DARD, 1920, p. 29). Cette limite semble matérialisée par des pieux placés en face de la confluence du Bief Chenevey, dit de “la Fontaine Nilon”, qui correspond au ruisseau Nylon visible sur la carte de 1862. Il est possible que ces pieux, qui servent de référence pour déterminer une limite, et qui avaient peut-être une autre fonction (pêcherie ?), soient les mêmes que ceux vus par les dragueurs. Une prospection subaquatique, effectuée en 1992 dans le cadre de la mise au gabarit européen de la Saône, a permis de repérer une zone apparemment épargnée jusque là par les dragues, et qui a livré un peu de mobilier archéologique : un fragment de meule gallo-romaine, une anse d’amphore et un fragment de céramique du XVIIIe siècle (PICHON, BONNAMOUR, 1992, p. 3).

29Entre les PK 109 et 110, là où est localisé un haut-fond, des prospections récentes ont permis de repérer dans la berge de la rive gauche un foyer du Néolithique moyen, un autre du Bronze final et des vestiges gallo-romains (renseignement J. Duriaud). De la céramique et une fibule hallstattiennes sont également signalées au lieu-dit “la Maladière” (JEANNET, 1964a et b). Mais la concentration de découvertes, notamment gallo-romaines, se situe environ 300 m en amont du PK 110, vers Saint-Jean-d’Angely, près de la confluence de l’Arvoux (affluent de rive droite) avec la Saône. G. Jeanton (1926, p. 21 et 29) signale, dans la Saône, une statue de Jupiter et parle également de débris de pilotis et de très nombreux vestiges antiques qui correspondraient, selon lui, à un port antique relié à l’importante agglomération de Préty par un chemin pavé, d’apparence antique. Le même auteur signale également de forts enrochements qu’il assimile aux restes de la culée d’un pont, mais qui pourraient aussi bien correspondre à un ancien aménagement de berge ou à un point de chargement de pierres car des carrières existaient à proximité, sur la commune de Lacrost. Il reste à mentionner un dernier indice visible sur la carte de 1862 : la convergence de deux limites communales au niveau du PK 110.

Gué de Tournus

30Un rapport daté de 1825 décrit un haut-fond qui s’étend en aval du pont de Tournus sur 800 m de long et 30 m de large, et sur lequel la hauteur d’eau n’excède pas, parfois, 28 cm. Un plan daté de 1850 montre, avec le seuil mentionné, un autre obstacle à la navigation qui est appelé « ancienne digue en maçonnerie ». Cette digue, qui part du pont près de la rive gauche, traverse la rivière en oblique en direction de la rive droite. Il s’agit probablement des restes d’un aménagement lié à un moulin. L’implantation de moulins à cet endroit est attribuée à l’abbé Berard et remonterait au XIIIe siècle. Au XVIIIe siècle, ils sont ainsi décrits : « Il fit élever trois gros piliers de pierre, au milieu de la rivière, avec une grande écluse ci-devant » (JUENIN, 1733, p. 149). A. Bernard (1926, p. 166) précise que « s’il les établit là, c’est probablement parce qu’à cet endroit, on n’y vit jamais la Saône geler ». Ces piles ont donc été construites sur le haut-fond afin de profiter d’un courant accru par la présence du seuil. Ces ouvrages, bien visibles sur une gravure de Tournus datée de 1581 (fig. 37), barraient plus de la moitié de la rivière. Ils ont été détruits pendant les basses eaux de 1779 car ils constituaient un obstacle dangereux pour les bateaux (JUENIN, 1733, p. 150). Cette destruction n’a dû se faire que partiellement car les archives montrent qu’au milieu du XIXe siècle, il subsiste encore les restes d’une digue construite au Moyen Âge pour canaliser l’eau aux abords du moulin (fig. 37).

31La Saône a livré, dans la traversée de Tournus, des vestiges plus anciens. Deux haches polies néolithiques ont été trouvées : l’une pendant la construction du grand pont en béton (PK 111), près de la rive gauche, l’autre en 1963 près de la rive droite (PK 111,400), par un pêcheur (remise au musée Greuze). Une épée du Bronze moyen et quatre du Bronze final proviennent de la Saône à Tournus (JEANNET, 1968, p. 88 ; BONNAMOUR, 1990b, n° 26). Une hache et une pendeloque-rasoir, également du Bronze final, complètent cette série. D’autres découvertes anciennes sont signalées dans le lit de la rivière : en 1900, en face du quartier de la Madeleine (PK 111,600), les dragages ont ramené beaucoup d’objets gallo-romains, en particulier une stèle en pierre blanche de Tonnerre représen tant un homme debout paraissant tenir, de la main gauche, un outil à manche court, posé sur un socle (JEANTON, 1926, p. 9). Dans les années 1930, un buste en bronze figurant un portrait d’Agrippa en Imperator, aurait également été découvert au niveau de Tournus. En fait, ce buste actuellement conservé au Musée Denon n’est pas antique (BOUCHER, 1983, n° 167).

Fig. 37. L’ancien moulin de Tournus : en haut, détail d’une gravure du XVIe siècle montrant le moulin installé dans le chenal et les deux digues qui canalisent l’eau. Au centre, les vestiges d’une ancienne digue du moulin d’après un plan levé en 1850 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. En bas, localisation de la digue immédiatement en aval du pont de Tournus. DAO Gh. Macabéo / Afan.

32C’est à la hauteur du quartier de la Madeleine que G. Jeanton situait le castrum de Tournus. Des recherches récentes ont confirmé ce fait, précisant les contours de l’enceinte. Un accès à la Saône existait au niveau du quartier de la Madeleine (SAINT-JEAN-VITUS, 1996, p. 244). Or, une photo aérienne, communiquée par J.– P. Bourguignon, montre effectivement une anomalie à la surface de l’eau qui pourrait bien correspondre à l’emplacement du haut-fond repéré dans les archives des Ponts et Chaussées. Son utilisation comme gué à l’époque romaine apparaît maintenant comme probable, d’autant plus qu’aucun pont n’a, semble-t-il, jamais existé à cette période au niveau de la ville de Tournus (REBOURG, 1994. p. 464).

Le gué de l’Épine

33D’après L. Armand-Calliat (1937, p. 98), G. Jeanton a reconnu, en face du moulin de l’Épine, les traces d’un gué avec armes et poteries romaines. On sait peu de chose du résultat des dragages pratiqués dans ce secteur en 1962. Deux casseroles et une cruche en bronze d’époque romaine ont été acquis par le Musée Denon (BARATTE et alii, 1984, nos 90, 91, 140). Une louche estampillée, donnée au Musée Greuze de Tournus (PERRIN, 1973), déclarée en premier lieu comme provenant de Préty (gué du Villars), venait en fait de l’Épine (fichier L. Bonnamour). Il est probable que ces découvertes étaient accompagnées d’autres objets, de la céramique par exemple, mais aucune information n’a pu être recueillie à leur sujet. En 1982, des plongées de prospection à la hauteur du Moulin de l’Épine, ont permis de repérer un trou de drague (sans doute celui de 1962), s’étendant à 50-100 m en aval du confluent du ruisseau (PK 116,100) et au moins sur 400 m en amont, à 100 m de la rive droite. À la hauteur du ruisseau, se trouvaient des grosses pierres et quelques tessons gallo-romains. À environ 2 à 300 m en amont, dans le fond du trou de drague, un pieu a été repéré. Quatre vases médiévaux et un vase romain en céramique ont été récupérés, au large, en face de l’allée des Sanguignis. Ce secteur a de nouveau fait l’objet d’une prospection subaquatique en 1992, dans le cadre de la mise au gabarit européen de la Saône (PICHON, BONNAMOUR, 1992, p. 4). Une pointe de lance du Bronze final ainsi que deux fragments d’amphore et un morceau de céramique médiévale ont été remontés. De plus, les plongeurs ont repéré une ligne de pieux datés de la fin du XIVe siècle, vestige d’un ancien clayonnage (fig. 38). Les dragages qui ont suivi ces prospections ont livré un petit lot de mobilier d’époques variées : une épée du Bronze final, un tesson de céramique protohistorique, de la céramique, un glaive et un vase en bronze d’époque romaine, ainsi qu’un vase médiéval. Aucun archéologue ne se trouvant en permanence sur la drague pour surveiller ces travaux, il est possible que d’autres découvertes soient restées ignorées.

34Sur les berges de ce secteur, en rive droite et à 300 m de la Saône, dans le Champ Sanguignis, subsiste un menhir qui appartenait à un groupe de pierres érigées au Néolithique final (MAZENOT, 1939 ; DURIAUD, 1996). Sur la rive gauche, G. Jeanton (1931, p. 34) signale, au lieu-dit la Grande Entrée, une importante station romaine, appelée la ville de Toulongeon. On y a notamment découvert des tegulae et des monnaies antiques. Enfin, sur la carte de 1862, deux limites communales arrivent à la Saône dans ce secteur (fig. 38).

Gué de la Tuilerie

35Au XIXe siècle, un barrage a été construit près de l’extrémité aval d’un haut-fond signalé dans les archives. Ce secteur a été dragué à plusieurs reprises à cette époque mais également tout au long du XXe siècle. Des découvertes anciennes, pour la plupart mal localisées, sont mentionnées dans ce secteur : une pointe à douille ornée du B. F. III et un dépôt de fondeur trouvés dans les berges de la Saône près de Gigny en 1845 (MILLOTTE, 1963, p. 296). J. Déchelette (1913, p. 54) cite deux haches en bronze découvertes au barrage de Gigny. Durant l’été 1973, une drague a travaillé entre les PK 123,300 et 123,400, le long de la rive gauche. Ces travaux ont été de faible ampleur, mais ont cependant sorti de l’eau une série d’objets (dix-sept numéros d’inventaire) pour la plupart publiés (BONNAMOUR, 1975a, p. 36). Ce lot comprend de la céramique du Bronze final (trois fragments), une broche et deux épées de La Tène dans leur fourreau, unpilum, un vase en bronze, un morceau d’amphore et de la céramique d’époque romaine, ainsi qu’un vase médiéval et une épée moderne. D’après L. Bonnamour, « la drague se trouvait sur la bordure aval du gué, qui doit s’étendre pratiquement jusqu ’à la tuilerie » (PK 124). Si ce haut-fond a bien été utilisé pour traverser la rivière, on peut supposer qu’une bonne partie des vestiges qu’il renferme a été épargnée par les dragues.

36Sur les deux berges, des voies romaines parallèles à la rivière sont repérées (fig. 39 et 65). Sur la rive gauche, la présence d’une nécropole antique est probable : une gravure illustrant un texte du XVIIIe siècle, qui relate un conflit lié à un droit de pêche, figure une des bornes qui auraient servi à marquer les limites (ARMAND-CALLIAT, 1945). Il s’agit en réalité d’une stèle funéraire gallo-romaine récupérée dans une nécropole située non loin, en relation avec les voies déjà mentionnées ou avec un axe transversal permettant d’accéder au gué.

Gué de Saint-Loup-de-Varennes

37Une mention de découverte ancienne existe sur la commune de Saint-Loup-de-Varennes, mais elle reste vague quant à la localisation des vestiges : il s’agit d’une grande quantité de monnaies romaines en bronze retirée de la Saône par les dragueurs en 1932 puis dispersée (REBOURG, 1994, p. 171). Plus récemment, ce secteur a été dragué à plusieurs reprises, notamment en 1975, 1985, 1987, 1988 et 1989. L. Bonnamour a surveillé ponctuellement ces travaux et a pu récupérer une partie du mobilier sorti de l’eau.

38Cette série d’objets concerne presque toutes les périodes, depuis la fin de la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne. Ces découvertes sont difficiles à interpréter, le suivi n’ayant pas pu se faire de façon régulière. Ainsi, en 1975, les dragueurs ont affirmé avoir mis au jour de nombreux objets près de la rive gauche, au niveau du PK 135 (BONNAMOUR, 1975a, p. 28). D’après eux, il existait une butte allant jusqu’au milieu de la Saône (sur 30 à 50 m de longueur maximale). Cette butte constituait sans doute le départ du haut-fond et donc probablement du gué, car la présence de vestiges tend à indiquer qu’il a été utilisé pour traverser la rivière. Les dragueurs ont décrit les objets qu’ils ont remontés dans les godets de la drague : un poignard en os du Bronze ancien (BONNAMOUR, 1990b, n° 3), de nombreux ossements, beaucoup de poteries grossières brisées, deux meules plates (récupérées), des objets en bois et en os travaillés, des tuiles, des céramiques et des fragments d’amphores romaines, sept ou huit gros poids en pierre avec des chaînes forgées et des restes de bâchut, au moins huit poids de filet en calcaire à gorge (un seul conservé), au moins trois flotteurs de filet en bois. Il est difficile de conclure à partir d’un tel inventaire ; cependant une partie de ce mobilier a vraisemblablement appartenu à un site néolithique ou de l’Âge du Bronze. La fréquentation gallo-romaine apparaît évidente, d’autant plus qu’un certain nombre de découvertes de la même époque sont signalées sur de petites éminences de la rive gauche (REBOURG, 1994, p. 165). Ces sites ne sont cependant pas localisés précisément dans la prairie qui borde la rivière. La carte actuelle au 1 : 25 000 laisse voir une butte en légère surélévation par rapport à la plaine environnante, immédiatement en bordure du cours d’eau, au niveau du PK 135,500. Au lieu-dit “les Sablons”, qui jouxte la rivière au niveau du PK 135,200, des anomalies ont été repérées par F. Cognot lors de prospections aériennes. Ces deux zones seraient susceptibles de donner de plus amples informations quant à l’occupation de la rive gauche.

Fig. 38. Au niveau des communes de Boyer et de Simandre, la présence d’un haut-fond et la remontée d’un abondant mobilier archéologique d’époques diverses près du chemin reliant le moulin de l’Épine à la Saône, rendent l’existence d’un gué probable. De plus, des plongées de prospection ont permis de repérer les restes d’un clayonnage du XIVe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.

39La drague a également travaillé près de la rive droite. L. Bonnamour a pu observer qu’elle remontait, près du PK 135,150, de nombreux ossements et des bois en grande quantité. Au PK 135,200, des vestiges d’époques variées étaient mélangés à une couche d’argile grise contenant du bois et des ossements. On a récolté trois vases du Néolithique moyen, période rarement reconnue dans la Saône (BONNAMOUR, 1989a, p. 40), quelques rares céramiques du Bronze final, dont une brisée par la drague, et deux épées ainsi que deux pointes de lances laténiennes (seuls éléments de l’Âge du Fer). Les vestiges gallo-romains sont les plus abondants : la céramique domine, accompagnée de deux armes, de deux outils et d’une meule. Du Moyen Âge on connaît une dizaine de céramiques, et de l’époque moderne vingt-deux objets, ce qui en fait la période la mieux représentée après l’époque romaine. Il s’agit essentiellement de céramiques, auxquelles il convient d’ajouter une épée, une dague, une poire à poudre et une crémaillère. Un lot d’objets non datés regroupe cinq peignes, un disque, une spatule en bois, et des semelles en cuir. À cela s’ajoutent des pieux et des éléments d’au moins deux embarcations différentes (dont un bateau du XIXe siècle) qui n’ont pas été conservés.

Fig. 39. Tracés hypothétiques des gués de la Tuilerie (1) et de Gigny-Thorey (2) à l’époque gallo-romaine. Les sites de cette période ont été repérés en prospection. Le gué de Gigny-Thorey a livré un abondant mobilier de toutes les époques. Un habitat du Bronze final est probablement conservé entre la digue et la rive gauche. Ce gué est par ailleurs signalé dans les archives du XIXe siècle. Sur ces deux passages, situés à 1 km l’un de l’autre, on peut penser que celui de Gigny-Thorey a connu, au fil des siècles, une fréquentation plus importante que celui de la Tuilerie. DAO Gh. Macabéo / Afan.

40Si l’accès à ce gué se trouvait probablement au niveau du PK 135, sur la rive gauche, on peut supposer que de l’autre côté il partait un peu plus en amont. Cette hypothèse s’appuie sur la concentration de trouvailles près des PK 135,165 et 135,200, ainsi que sur la convergence de deux chemins en un seul, qui s’interrompt à 350 mètres de la rivière, mais qui, si on le prolonge, aboutit à la rivière au niveau du PK 135,250. Le premier chemin s’appelle “le chemin vicinal ordinaire de Lux à la Saône”, prouvant par là, qu’à une époque indéterminée, mais antérieure à la date à laquelle a été dessinée la carte (1862), il se prolongeait jusqu’au cours d’eau. Le deuxième, dénommé “chemin vicinal ordinaire de la prairie”, vient de Saint-Loup-de-Varennes et suit le tracé de la limite séparant cette commune de celle de Sevrey (en 1862). La figure 47 présente le cheminement hypothétique de ce gué.

41Il sera probablement difficile de vérifier la réalité de ce passage, car les dragages ont en grande partie détruit le site avant même qu’une intervention ait été possible. Il serait cependant intéressant de procéder à un relevé bathymétrique du chenal afin de voir si, par chance, il subsiste quelques portions du gué.

Le gué de Benne Lafaux (ou du Petit Creusot)

42Dans cette boucle que forme la Saône au sud de Chalon, les destructions liées aux aménagements du chenal ou des environs immédiats sont précoces, que ce soit pour améliorer la navigation ou pour exploiter les matériaux (sable et gravier). Néanmoins, il subsiste du XIXe siècle des témoignages ainsi que des objets issus de collections privées constituées à cette époque. Le secteur de Benne Lafaux a été dragué pour la première fois en 1842- 44, afin de supprimer le haut-fond gênant la navigation. L. Landa (1869, p. 150-151) a décrit ces travaux. En 1852-53, un extrait des archives des Ponts et Chaussées mentionne que des matériaux (200 000 m3) ont été extraits par la compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon. En 1869-70, des dragages sont pratiqués à l’occasion de la construction du pont du chemin de fer de Chalon-sur-Saône à Louhans.

43Plusieurs collections ont pour origine ces trois phases de travaux : celles de J. Chevrier, de M. Labouré et de M. Gauthier-Velard, données à des époques différentes au Musée Denon, et celle de H.-E. Millon, qui se trouve en partie au Musée des Antiquités Nationales (DÉCHELETTE, 1913). Malgré cette profusion exceptionnelle de documents anciens, on peut penser qu’un certain nombre de vestiges a disparu et ceci pour deux raisons. La première est donnée par L. Landa lui-même : « Peu de personnes firent attention à cette phénoménale résurrection. L’entrepreneur avait, du reste, traité avec des brocanteurs de Lyon dont les agents ne quittaient pas la drague ». La deuxième raison réside dans le tri qu’ont opéré les érudits locaux dans leur récupération : « C’est un de nos confrères, M. le conseiller Millon, de la Cour de Dijon, à cette époque juge suppléant au tribunal civil de Chalon, qui, dans ses visites quotidiennes au bord de la rivière, eut le mérite et la constance d’y recueillir alors beaucoup d’objets de l’époque gauloise [...] ainsi que des objets de l’époque romaine. Il sut les choisir avec un discernement remarquable » (LANDA, 1869).

44Dans les anciens inventaires, neuf éléments néolithiques (bois de cerf, silex, hache en roche verte, poinçon en os) et cinq objets de l’Âge du Bronze sont mentionnés (haches, épées, couteau). Un objet appelé marteau ainsi qu’une faucille en bronze, cités dans les inventaires, mais non retrouvés par la suite, se rapportaient vraisemblablement à cette période. Aucun objet du premier Âge du Fer n’est signalé. En revanche, c’est à Benne Lafaux que l’on a situé, dès le début du siècle, le port gaulois de Chalon, ceci en raison du nombre important d’objets du deuxième Âge du Fer sortis de l’eau : quarante-cinq au total dont huit en bronze, trente-cinq en fer et deux céramiques. La présence de petits objets variés (fibule, mors, entraves, etc.) est suffisamment rare dans les collectes du XIXe siècle pour être mentionnée. C’est J. Déchelette (1913) qui, le premier, en publiant la collection Millon, donne cette interprétation des trouvailles. Pour lui, la présence d’une grande quantité d’amphores et de « pièces de bois plantées ou gisant horizontalement » atteste la présence à cet endroit du port gaulois. Il compare ces découvertes à celles de la station de La Tène en Suisse, désignée alors comme un poste de péage. Si J. Déchelette situait ce port sur la rive gauche, L. Armand-Calliat (1937, p. 50) optait pour la rive droite. En 1975, L. Bonnamour reconsidère la question en exploitant de nouvelles données extraites d’un dossier d’archives des Ponts et Chaussées. L’étude de ces plans et profils fait ressortir la présence d’un haut-fond et de deux îles entre les PK 140 et 141, rendant possible l’existence d’un gué. Afin d’expliquer la profusion d’objets, C. Millon en 1881, lors d’une présentation de ses découvertes à la Société des Antiquaires de France, puis L. Bidault de Grésigny en 1920, avaient déjà évoqué cette hypothèse.

45On dénombre 347 objets d’époque gallo-romaine (soit 77 % du total des découvertes), dont la plupart sont issus des collections anciennes (quinze éléments seulement proviennent des plongées de prospection récentes). Fait inhabituel, la céramique représente plus de 70 % des trouvailles. Ceci s’explique par l’achat à l’Hôtel des ventes de Chalon, à la fin des années 70, d’un lot de 239 céramiques ou fragments de sigillée issus de la collection Millon (BONNAMOUR, 1977a, p. 27). Dans ce lot on remarque des découvertes peu fréquentes comme des lampes en terre cuite ou des éléments faits de matériaux rarement recueillis sur les dragues : un autel en pierre blanche et deux socles, un vase en verre et une statuette en terre blanche. Tout le reste est en métal : un couteau, une clef, des hipposandales, trois asciae et deux armes sont en fer ; le mobilier en bronze est assez étonnant par sa variété et sa quantité : trente-deux éléments de vaisselle, mais aussi une cloche, un strigile, un élément de harnachement, un piédestal, deux statues (un Mercure et une tête de bélier). Plusieurs découvertes anciennes sont mentionnées sur la rive droite (CHEVRIER, 1869a) où passe la voie romaine de Chalon à Lyon (via Agrippa). D’après L. Armand-Calliat (1967, p. 309), elle est jalonnée par des sépultures mises au jour à la Grange Frangy, à l’emplacement des anciens abattoirs, mais aussi plus au sud sur la commune de Saint-Rémy. Sur la rive gauche, une nécropole gallo-romaine se trouvait sous un des ateliers de l’usine Schneider, c’est-à-dire assez près de la Saône, aux environs du PK 141 (fig. 40). En 1985, des travaux menés dans l’enceinte de cette même usine ont mis au jour des vestiges des IIe et IIIe s. (MONTHEL, 1986).

46Les collections anciennes renferment sept éléments du haut Moyen Âge : un couteau, trois lances, un scramasaxe et deux céramiques. Le bas Moyen Âge est représenté par une épée, une lance, un poignard, ainsi que par deux fragments de céramique récoltés en plongée. Sur une carte datée de 1691, on distingue une anomalie circulaire qui pourrait correspondre à une motte. Elle a malheureusement été entièrement détruite par l’implantation de l’usine Schneider (SUHARD-MARÉCHAL. 1997).

47Peu d’objets de la période moderne sont conservés (deux lances, deux céramiques et quelques éléments divers). Au cours des plongées de 1994, des vestiges médiévaux et modernes ont été aperçus dans les rejets de dragages avec les tessons antiques. Ces périodes étant habituellement représentées en majorité par de la céramique, et celle-ci n’ayant pas ou peu été récupérée, il est difficile d’avoir une idée de la fréquentation du site. Le toponyme “Benne” indique généralement la présence dans le lit de la rivière d’une pêcherie fixe ou d’un dispositif destiné à canaliser l’eau pour les moulins sur bateaux ou sur piles. D’autre part, sur la rive gauche, un port, le port Baroy, est figuré sur la carte de 1862 (fig. 40) ; il serait intéressant d’en connaître l’origine.

48De nombreux témoins des activités pratiquées au bord de la rivière au XIXe siècle sont présents au fond de la rivière. Ils proviennent notamment des chantiers de construction de bateaux de bois, qui ont fonctionné durant tout le XIXe siècle (BONNAMOUR, 1984a).

49Il reste à mentionner, sur la rive droite, au niveau du PK 140,700, la limite communale Chalon-sur-Saône / Saint-Rémy, ainsi qu’une découverte non datée effectuée au XIXe s. : J. Chevrier (1883) signale une pirogue monoxyle trouvée par la drague, près de la rive gauche, en face des chantiers Schneider.

Le gué de l’île Saint-Nicolas

50Ce passage doit son nom à la présence, contre la rive gauche, d’une île appartenant à la confrérie Saint-Nicolas qui regroupait des mariniers et des pêcheurs. Un document d’archives mentionne, à la fin du XVe siècle, « une isle assise en la rivière de Saône enprès Chastenoy, entre l’isle de Chastenoy, et deux isletons au-dessus » (GALLAS, 1935, p. 162). Un autre document de 1580 précise que l’île est « enclosée et environnée de la rivière lorsque les eaux croissent » (GALLAS, 1935, p. 163). Au XVIIIe siècle, cette portion de terre porte toujours l’appellation d’île, mais elle est rattachée à la berge, telle qu’on peut la voir sur la carte de 1862 (fig. 52). Petit à petit, le bras la séparant de la berge s’est comblé, soit naturellement (on peut penser que le courant s’affaiblit dans la courbe et dépose des sédiments), soit artificiellement. Les constructions de digue pour récupérer une bande de terre sont en effet une pratique courante. Un aménagement comme une pêcherie aurait également pu accélérer le comblement du chenal. Lorsqu’elles tombent en désuétude, de telles structures, constituées de pieux, bloquent alors tout ce que la rivière charrie et constituent de véritables pièges à sédiments. La présence d’un dispositif destiné à capturer le poisson dans une portion de rivière ayant appartenu à une confrérie de pêcheurs ne surprendrait pas.

51Cette île Saint-Nicolas avait aussi pour nom île de Saint-Usuge ou Sainte-Uruge, qui correspond au vocable d’une chapelle voisine, construite sur la berge, côté rive gauche de la Saône (chapelle Saint-Eusèbe). En 1971, dans un champ cultivé situé entre l’emplacement primitif de la chapelle et la Saône, L. Bonnamour a repéré un petit tertre riche en vestiges gallo-romains : pierres, mortier, fragments de meules, tegulae et céramique commune (BONNAMOUR, 1973a, p. 22). Récemment, le creusement d’un bassin d’aviron a entraîné la destruction du site de la Chapelle Saint-Eusèbe sans qu’on sache véritablement ce qu’il contenait. Des sépultures mérovingiennes sont mentionnées (BONNAMOUR, 1976b, p. 42) et les fondations d’un bâtiment de plan octogonal auraient été vues par un archéologue local (renseignement L. Bonnamour). Un morceau de statue représentant un torse de femme, interprété comme une figuration de Diane, aurait été découvert, d’après L. Armand-Calliat (1950c), dans le lit mineur, au niveau du lieu-dit la Chapelle Saint-Eusèbe. Il reste à préciser que des vestiges antiques sont également signalés en face, sur la rive droite. En effet, les éminences observées dans la prairie de Crissey étaient, d’après L. Landa, couvertes « malgré la culture, d’une grande quantité de tuileaux, poterie latine, ossements ». Cet auteur signale également un banc de gravier considérable, qui s’étend depuis la rive droite jusqu’à 40 à 50 mètres dans le lit de la rivière (LANDA, 1869, p. 110). Il est possible que cet atterrissement, sur lequel existait une structure rectangulaire formée de quatre pièces de chêne et interprétée alors comme un puits, corresponde à une portion de gué aménagé.

Fig. 40. Les passages à gué de Benne Lafaux et du Port Villiers à Chalon-sur-Saône. Le site de Benne Lafaux a été détruit par les travaux du XIXe siècle alors que celui du Port Villiers a pu faire l’objet de sondages. La nécropole gallo-romaine de la rive droite est probablement implantée le long de la Via Agrippa ; celle de la rive gauche pourrait avoir une relation avec un accès au gué de Benne Lafaux. Un plan de Chalon conservé au Service historique de l’armée de terre à Vincennes (SUHARD-MARÉCHAL, 1997) figure sur la rive gauche, à l’emplacement des usines du Creusot, une anomalie circulaire qui pourrait correspondre à une ancienne motte médiévale. Les digues implantées dans le chenal témoignent de la difficulté que présentait ce passage. DAO Gh. Macabéo / Afan.

52Des dragages ont eu lieu dans cette zone, mais on connaît peu de choses les concernant. Une épée à poignée de bronze et lame en fer (HENRY, 1933, p. 114, note 4), la partie inférieure d’une épée du Bronze final (DÉCHELETTE, 1913, p. 61) et une épée à sphères du deuxième Âge du Fer (COROT, 1901, p. 8, note 2) sont les seuls objets issus des travaux anciens dont au moins une mention, ou dans le meilleur des cas, un dessin sont parvenus jusqu’à nous. Un dragueur se souvient avoir trouvé, à hauteur du PK 144, deux faucilles et une lance en bronze qui ont été vendues à un antiquaire. Un autre témoin affirme que de nombreux objets en bronze auraient été découverts au même endroit. Les observations faites en plongée en 1995 ont permis de constater que la rivière avait tendance, dans cette zone, à déposer des sédiments sur la rive gauche et que, du côté de la rive droite, le passage a visiblement été entièrement détruit par les dragages anciens (BONNAMOUR, 1995). Il sera donc difficile de comprendre la position des vestiges trouvés autrefois.

Le gué de Verdenet

53Aucun haut-fond n’a été retrouvé dans les documents d’archives consultés ; cependant, tous les témoignages de dragueurs et de pêcheurs concordent : il existait une île dans la Saône au niveau du PK 148-148,500. Un ancien pilote de Saône affirme que les capitaines des remorqueurs évitaient le milieu de la Saône à Châtenoy et passaient soit près de la rive droite, soit près de la rive gauche, car il arrivait qu’ils accrochent le fond (la zone difficile s’étendait sur 300 ou 400 m). Cette île aurait été visible à la fin de la Seconde Guerre mondiale après la destruction du barrage de Gigny. Elle devait déjà être submergée au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire avant la mise en eau des barrages (1880), puisqu’elle ne figure pas sur la carte de 1862 (fig. 41). En revanche, elle est citée dans un document du XVIe siècle (supra, gué de l’île Saint-Nicolas). Il est difficile d’expliquer la disparition de cette île (phénomène d’érosion ?) et seule une recherche en archives permettrait sans doute d’en préciser la date (entre le XVIe et le XIXe s.). L’absence de mobilier des périodes moderne et contemporaine peut indiquer un abandon du passage consécutif à des modifications morphologiques qu’a pu connaître cette zone entre le XVe et le début du XIXe s. (disparition de l’île). Cependant, il faut se garder d’une interprétation trop rapide, car on peut aussi penser que personne sur les dragues ne s’est intéressé à des objets (dont la majeure partie devait être constituée de céramique) trop récents pour les collectionneurs. Il apparaît dans tous les cas que l’assise de cette île devait être très solide et compacte. Les dragueurs ne seraient pas parvenus à la détruire à cause de la présence de pieux et de troncs d’arbres plantés verticalement. Au niveau du PK 149, les dragueurs nomment le milieu de la rivière “les grès”, et qualifient les sédiments rencontrés de véritable béton car la drague a beaucoup de mal à les entamer.

54Près de la rive droite, plusieurs témoins ont signalé l’existence de bois disposés parallèlement à la berge. Ces vestiges, qui étaient encore visibles exceptionnellement par eau très claire dans les années 70, n’émergeaient néanmoins jamais, même par très basses eaux. Les pêcheurs, qui ont surnommé cet ensemble le “mur de bois”, le connaissent bien car ils y accrochent leur ligne. On pourrait être tenté d’interpréter cette structure comme un ancien quai, mais un tel aménagement, en l’absence d’observation in situ et de prélèvement, est impossible à dater. Sa proximité avec la berge pourrait faire penser à un clayonnage destiné à la protéger, ou encore à une épave de bateau, mais cela reste du domaine de l’hypothèse.

55G. Jeanton (1919, p. 13) mentionne que « le temple de Verdenay protégeait l’important gué d’Allériot au nord de Chalon ». Or, le lieu-dit Verdenet se trouve au niveau du gué du même nom et non pas à proximité du gué d’Allériot, localisé deux kilomètres en amont. Il y a peut-être eu confusion entre les deux passages, à moins que celui de Verdenet n’ait disparu, ou qu’on lui ait préféré celui d’Allériot dans le courant du Moyen Âge. Une recherche en archives serait la bienvenue pour tenter d’abord de situer précisément l’emplacement de cette commanderie, et ensuite de voir s’il est fait mention d’un ou plusieurs gués en relation avec cet établissement.

56Les nombreux dragages pratiqués dans ce secteur (en 1929, 1949, 1964, 1970 et 1978, entre autres) ont mis au jour des vestiges archéologiques dont seule une partie est connue (BONNAMOUR, 1969b, n° 76 ; 1971a, p. 23 ; 1975a, p. 22 ; 1977a, p. 65). Des découvertes effectuées à la fin des années 40, il ne reste que des témoignages oraux ou de brèves mentions. On peut citer, par exemple, la pirogue monoxyle contenant un crâne humain et une grande épingle en bronze du Bronze final trouvée près de la berge à la limite des communes de Châtenoy et d’Allériot (ARMAND-CALLIAT, 1960a, p. 1 ; MILLOTTE, 1963, p. 280). En 1952, L. Armand-Calliat mentionne qu’une patère en bronze draguée en aval de Verdenet a été vendue à L. Niepce, et qu’entre les PK 149 et 150, sur plusieurs centaines de mètres, de très nombreux vases en céramique et deux pointes de lance en bronze ont été sortis de l’eau. Une bonne partie des trouvailles des années 60 (objets précieux notamment) a été vendue à des collectionneurs privés.

57Soixante-douze objets en tout sont répertoriés au Musée Denon, ce qui est finalement assez peu, en comparaison des témoignages recueillis (DUMONT, 1997, p. 216-218). La plupart des périodes sont représentées, mais souvent par un faible nombre d’objets ou par une seule catégorie de vestiges (objets métalliques notamment). On peut difficilement quantifier ce qui se trouvait réellement sur ce site, la céramique ayant été manifestement négligée par les collecteurs et les beaux objets étant partis très rapidement dans des circuits privés. En exemple, on peut citer le cas des récipients en bronze d’époque romaine : six sur les dix connus sont chez des particuliers, qui ont heureusement accepté de les laisser étudier.

Fig.41. Au niveau du gué de Verdenet, aucun haut-fond n’est signalé dans les documents du XIXe siècle ; cependant, une île existait dans le lit de la rivière à cet endroit. Le toponyme “La pièce au gué", localisé sur la rive droite, et les découvertes archéologiques consécutives aux dragages rendent l’existence de ce passage probable. DAO Gh. Macabéo / Afan.

58Il reste à mentionner plusieurs éléments reconnus sur la carte de 1862 (fig. 41). Sur la rive droite figure un lieu-dit “la Pièce au Gué” et deux chemins arrivent à la Saône : l’un au PK 149 longe un lieu-dit “la Borne Ronde”, l’autre au PK 148,600 n’a pas de nom. Sur la rive opposée, la limite séparant les communes de Châtenoy et d’Allériot ainsi que les cantons de Chalon et de Saint-Martin-en-Bresse aboutit à la Saône au niveau du PK 148,900 et longe un chemin d’accès à la rivière.

59La répartition des découvertes en plusieurs points du lit mineur (aux alentours de l’ancienne île, près des deux berges et là où les dragueurs signalent une zone dure), ajoutée aux autres indices, plaide en faveur de l’existence d’un haut-fond utilisé comme gué, près duquel une île a probablement accueilli divers établissements.

Le gué d’Allériot

60Dans les années 30, L. Armand-Calliat (1937) signale des trouvailles fortuites (patère en bronze, amphores, armes en fer) et l’existence d’un gué. Ce secteur a été dragué à maintes reprises mais on sait finalement assez peu de choses de ce qui a pu être retiré des eaux. Une note mentionne par exemple la découverte de cinq casseroles romaines en bronze dans la Saône près d’Allériot (REBOURG, 1994, p. 419), mais une enquête menée par L. Bonnamour a permis de savoir que ces casseroles venaient en fait du lit du Doubs à Saunières. La plupart de ces trouvailles ont été vendues à des collectionneurs privés. Le Musée Denon conserve quelques objets découverts dans les années 60, ou au cours de la décennie suivante, période où L. Bonnamour a pu surveiller quelques-uns de ces travaux ou tout du moins recueillir des informations auprès des dragueurs. Trente objets provenant d’Allériot sont conservés au Musée de Chalon et deux autres appartenant à des particuliers ont pu être étudiés. Ils se rattachent au Bronze final, aux âges du Fer, à l’époque gallo-romaine, au Moyen Âge et à l’époque moderne. Dans un document d’archives du XIIe siècle, un passage, commandé par le château de Sassenay, est cité à Allériot. Un port concerné par le commerce longue distance est évoqué dans les comptes des diverses impositions levées à la frontière de la France et de l’ Empire (RICHARD, 1950, p. 259 et 270). En 1433, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, accordait aux Chartreux de Dijon la possession d’une partie de la Saône, « au lieu que londit le portai d’Aleriot jusques à la banne Claude la Lombart pour en icelle place [...] faire une banne à prandre poisson et y edijfier ung molin sur navoy emprès ladite banne » (CANAT, 1992, p. 33).

61Une plongée de prospection effectuée en 1984 n’a pas permis de repérer des vestiges. Le secteur semble très perturbé par les dragages et si la présence d’un gué est presque certaine, il sera sans doute difficile d’avoir des précisions concernant ses accès. La carte de 1862 montre, sur la rive gauche, un chemin partant d’Allériot et arrivant à la Saône au PK 150,800 (fig. 83,1). Un autre, s’interrompant 600 m avant la rivière, aboutirait à la berge, si on le prolongeait, au niveau du PK 151,200. Sur la rive droite, le chemin vicinal ordinaire de Sassenay à la Saône, probablement assez ancien, est déjà tombé en désuétude au milieu du XIXe s., puisqu’il se perd dans la prairie 100 m avant la rivière au niveau du PK 151,400. Le chemin vicinal ordinaire de Sassenay à Allériot est intéressant puisque son appellation utilise le nom de la commune située sur la rive opposée. Il est probablement antérieur au bac figuré sur la carte, car ce dernier se trouve à 600 m en aval de la rencontre du chemin avec la rivière. Il pourrait correspondre à un ancien emplacement de traversée (bac ou gué), puisqu’en 1862, il n’est déjà plus indiqué qu’en pointillés, du moins dans sa partie la plus proche de Sassenay. Il s’interrompt contre un bief qui devait probablement se franchir à gué.

Le gué de Verjux

62Un habitant de Verjux a affirmé que le gué partait de la rive gauche, aux abords du PK 158, dans le prolongement du chemin venant du hameau de Mont. On raconte que ce gué était jadis utilisé par les gamins qui gardaient les vaches pour aller se battre contre ceux de Gergy (fichier L. Bonnamour). Sur la rive gauche, le chemin de Gergy à Saint-Martin-en-Bresse est intéressant, car son appellation mentionne le nom de la commune située sur la rive opposée. Il atteste donc la possibilité de traverser la rivière à cet endroit, mais pas forcément au moyen d’un gué. En effet, dans le prolongement de ce chemin, la carte de 1862 montre une rampe d’accès au bac longue d’une centaine de mètres, construite dans le lit de la rivière (fig. 81,1)– Sur la rive droite, un chemin indiqué en pointillés arrive à la Saône au PK 158. Un autre, au PK 159,250, correspond à l’accès au bac. Des plongées effectuées par L. Bonnamour ont permis de repérer effectivement des zones de haut-fond où la profondeur n’excède pas 3,50 m, alors que de part et d’autre de ces seuils, elle est de 6 m. Quelques pierres plates ont été observées, mais aucun vestige archéologique n’était visible. Près de la rive gauche, des sondages ont été pratiqués préalablement aux dragages prévus pour la mise au gabarit européen de la Saône (CHASTEL, PICHON, 1992, p. 55). Aucun vestige n’a été découvert, alors que les dragages anciens ont occasionné d’importantes trouvailles dont une petite partie se trouve aujourd’hui au Musée Denon (collection Namin constituée à la fin des années 50). D’autres travaux d’extractions, menés en 1967, 1977 puis 1982 et 1984, ont livré du mobilier protohistorique, gallo-romain et médiéval.

63On peut enfin signaler la motte de Gergy, sur la rive droite, à hauteur du PK 159 et à 700 m de la Saône. Sa mention la plus ancienne, retrouvée en archives, date de la fin du Xe s. - début XIe s., période pendant laquelle Hugues de Chalon, évêque d’Auxerre, détient la seigneurie de Gergy. C. Canat (1992, p. 35) a retrouvé un docu- ment daté de 1174, dans lequel Guy, seigneur de Verdun, autorisait les religieuses de l’abbaye de Maizières à construire une banne (pêcherie) au-dessous de Verjux. Mais ces renseignements restent trop vagues pour pouvoir situer précisément cet aménagement.

Table des illustrations

Légende Fig. 34. Un gué a probablement existé près du Port Masson (commune de Genay). Outre la présence d’un haut-fond, on note celle de deux limites communales, de la convergence de chemins et du même toponyme sur les deux rives. Un bac était également utilisé au XIXe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 35. La Saône dans la traversée de Mâcon, carte de 1862. Quatre hauts-fonds représentant autant de gués potentiels ont été localisés d’après l’analyse d’un profil en long dressé en 1838 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-2.png
Fichier image/png, 1016k
Légende Fig. 36. Au niveau des communes de La Salle et de Boz deux passages à gué ont pu être utilisés à des époques différentes : deux seuils sont identifiés dans les documents des Ponts et Chaussées et du mobilier archéologique y a été découvert lors de dragages. Un petit alignement de pieux médiévaux a été repéré près du PK 92 et au même niveau, sur la rive gauche, la zone cerclée correspond probablement à une motte du Moyen Age. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 37. L’ancien moulin de Tournus : en haut, détail d’une gravure du XVIe siècle montrant le moulin installé dans le chenal et les deux digues qui canalisent l’eau. Au centre, les vestiges d’une ancienne digue du moulin d’après un plan levé en 1850 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. En bas, localisation de la digue immédiatement en aval du pont de Tournus. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 38. Au niveau des communes de Boyer et de Simandre, la présence d’un haut-fond et la remontée d’un abondant mobilier archéologique d’époques diverses près du chemin reliant le moulin de l’Épine à la Saône, rendent l’existence d’un gué probable. De plus, des plongées de prospection ont permis de repérer les restes d’un clayonnage du XIVe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 39. Tracés hypothétiques des gués de la Tuilerie (1) et de Gigny-Thorey (2) à l’époque gallo-romaine. Les sites de cette période ont été repérés en prospection. Le gué de Gigny-Thorey a livré un abondant mobilier de toutes les époques. Un habitat du Bronze final est probablement conservé entre la digue et la rive gauche. Ce gué est par ailleurs signalé dans les archives du XIXe siècle. Sur ces deux passages, situés à 1 km l’un de l’autre, on peut penser que celui de Gigny-Thorey a connu, au fil des siècles, une fréquentation plus importante que celui de la Tuilerie. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 40. Les passages à gué de Benne Lafaux et du Port Villiers à Chalon-sur-Saône. Le site de Benne Lafaux a été détruit par les travaux du XIXe siècle alors que celui du Port Villiers a pu faire l’objet de sondages. La nécropole gallo-romaine de la rive droite est probablement implantée le long de la Via Agrippa ; celle de la rive gauche pourrait avoir une relation avec un accès au gué de Benne Lafaux. Un plan de Chalon conservé au Service historique de l’armée de terre à Vincennes (SUHARD-MARÉCHAL, 1997) figure sur la rive gauche, à l’emplacement des usines du Creusot, une anomalie circulaire qui pourrait correspondre à une ancienne motte médiévale. Les digues implantées dans le chenal témoignent de la difficulté que présentait ce passage. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig.41. Au niveau du gué de Verdenet, aucun haut-fond n’est signalé dans les documents du XIXe siècle ; cependant, une île existait dans le lit de la rivière à cet endroit. Le toponyme “La pièce au gué", localisé sur la rive droite, et les découvertes archéologiques consécutives aux dragages rendent l’existence de ce passage probable. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search