Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les passages probables

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les passages à gué dont l’existence est probable sont au nombre de vingt et un. Ils cumulent généralement dans leur environnement, associés à la présence d’un haut-fond, des indices d’ordre topographique ou toponymique avec des témoignages et des découvertes archéologiques, que ce soit sur les berges ou dans le lit mineur.

La partie aval de la Grande Saône

Entre Lyon et Mâcon, les témoignages exploités dans le cadre de cet inventaire sont pour la plupart anciens et les découvertes archéologiques, lorsqu’elles ont fait l’objet d’une mention, n’ont souvent pas été conservées ou se trouvent dans des collections privées.

À l’Île-Barbe, la lecture d’une inscription placée dans un pilier de l’ancienne église (VALENTIN-SMITH, 1852, p. 68) et datée du XVIIIe siècle, montre qu’en période de basses eaux, le bras de rivière séparant la rive droite de l’île pouvait être franchi à gué : « L’an 1714, le 12 Février, 27 pas de large à pied sec on a traversé la Saône sur le gravier de St Rambert à l’is...

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search