Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les passages possibles

Texte intégral

Présence d’un haut-fond

1Le classement d’une partie des vingt-deux gués dont l’existence est possible repose uniquement sur la présence d’un haut-fond attesté dans les documents des Ponts et Chaussées. C’est le cas des passages associés aux seuils de la Plaine de la Caille, de Collonges, de Couzon, de Saint-Didier, du PK 129 et de l’île Chaumette. Trois de ces passages sont cités par Thomas Dumorey au XVIIIe siècle, pour les difficultés qu’ils présentaient alors : à Collonges, « ... il y a un banc de gravier qui avance dans la rivière à plus de la moitié de sa largeur, ce qui rejette le courant des bateaux contre les rochers qui sont dans le lit de la rivière du côté de Collonges ». À Couzon, « un banc de cailloutage traverse les trois quarts du lit de la Saône et rejette les bateaux sur le rivage opposé, où il se trouve des rochers, affleurant aux basses eaux, ce qui rend ce passage très dangereux et cause de fréquents naufrages » (fig. 28). Le passage de l’île Chaumette offre la particularité de n’être mentionné que par Thomas Dumorey, puisque le méandre dans lequel il se trouve a été recoupé au début du XIXe siècle et que le seuil est aujourd’hui dans un bras mort. Comme il n’a jamais fait l’objet d’aménagement de type dragage ou construction de digues, aucune découverte archéologique ne lui est associée. Cependant, la netteté avec laquelle ce haut-fond apparaît sur le plan dressé en 1780 (fig. 6) laisse supposer qu’il a été emprunté pour franchir la rivière et que ce secteur recèle un important potentiel archéologique.

Fig. 27. Plusieurs indices visibles sur la carte de 1862 font penser que deux gués ont pu exister près du PK 59 (Port des Trois Pigeons) et près du PK 60 (Port de Mure). Les mêmes toponymes existent sur les deux berges et des chemins d’accès à la rivière bordés de limites communales sont présents. Deux sites terrestres ont été repérés (1 : gallo-romain ; 2 : néolithique et gallo-romain). Cependant, l’existence de ces passages reste incertaine car aucun haut-fond n’a été localisé dans ce secteur et aucune découverte archéologique n’est signalée dans le lit de la Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Présence d’un haut-fond et de données complémentaires

2Pour plusieurs passages, on possède, en plus de la localisation d’un haut-fond, quelques indices, tels que la présence de limites de communes, de chemins d’accès de part et d’autres de la rivière ou de toponymes révélateurs. On peut citer, à titre d’exemple, les gués de l’île Beyne (deux chemins d’accès à la rivière et une limite communale) ou de Bernalin (même toponyme de chaque côté de la Saône, voir fig. 29) ainsi que celui de Varennes où, à 500 m de la rivière existe un lieu-dit “le Portel”. Dans le meilleur des cas, des témoignages anciens et des découvertes de dragage, malheureusement aujourd’hui dispersées ou perdues, complètent ces indices.

Fig. 28. À Couzon, la présence dans le lit de la Saône d’un important haut-fond rend possible l’existence d’un passage à gué. Sur cet extrait de la carte de 1862, on voit bien les digues construites par les ingénieurs des Ponts et Chaussées afin de resserrer le chenal navigable et augmenter le tirant d’eau. Le port, appelé aussi "Dépôt de pierres" (des carrières existent sur la rive droite), n’est qu’une large plage environnée d’îles. DAO Gh. Macabéo / Afan.

3À Montmerle, par exemple, un gué est signalé par E. Dubois (1942) vers la pointe méridionale de l’île (fig. 30). Thomas Dumorey (1779) mentionne au même endroit un obstacle à la navigation dont l’origine n’est pas naturelle : « Il y a encore vis-à-vis la queue de cette île, les restes d’un vieux mur dans la rivière, sur lequel les bateaux et surtout ceux de montée blessent souvent ». Ces renseignements sont complétés par plusieurs découvertes faites dans le lit de la rivière. Deux épées en bronze à filet simple et à rivets, draguées un peu en aval de l’île, auraient appartenu à la collection Lacroix (DUBOIS, 1940, p. 28). Un casque mérovingien en fer et argent doré, acquis par le Metropolitan Museum of Art de New York (GRANCSAY. 1949) aurait été extrait de la Saône, vers 1925, à Montmerle (Ain), et vendu par un antiquaire chalonnais à un collectionneur parisien (BONNAMOUR, 1986a, p. 28). En 1974 et 1975, des dragages ont eu lieu dans ce secteur (PK 50) : un dragueur a affirmé avoir remonté, quatre ans auparavant, une série de vases et d’amphores de la pointe amont de l’île artificielle de Montmerle, le long de la rive droite, à proximité du port de la société de dragages ; ces vestiges ont été donnés au comptable de la Société. Enfin, face au camping de Montmerle, une drague à grappin de Villefranche a remonté des ossements, une meule romaine et des fragments de poteries, ainsi qu’un vase du Néolithique final. Selon le dragueur, d’autres poteries brisées du même genre seraient remontées en surface. Des vases (non datés) auraient également été découverts entre les deux îles. Des travaux d’extraction ont également été menés en 1979 et ont permis la mise au jour d’une petite borne en pierre draguée le long de la rive droite et à hauteur de la pointe aval de l’île. Un chaudron d’époque gauloise, une pointe d’amphore, une pointe de gaffe en fer et une lampe à huile en fer (avec crochet) ont été trouvés à la pointe amont de l’île. On peut ajouter à cette série, une anse de vase en bronze publiée anciennement (PROTAT, 1900, p. 42, pl. XXVI).

4À Thoissey, un gué est mentionné dans la littérature archéologique dès la fin du XIXe siècle. D’après C. Savoye (1899, p. 119), il se trouverait « à l’emplacement du barrage. L’existence d’un gué en cet endroit ne fut peut-être pas sans avoir exercé une certaine influence sur le choix de l’emplacement du barrage. Les ouvriers employés à sa construction arrachèrent du lit du cours d’eau une cuirasse, des épées et divers ustensiles en bronze. L’entrepreneur se fit remettre ces objets et on ne sait pas quel fut leur sort [...] Nous avons en outre, ramassé des instruments préhistoriques dans un vaste rayon autour du barrage ». Le Musée Denon possède deux épées venant du barrage de Thoissey, achetées chez un antiquaire de Chalon : l’une mérovingienne, l’autre médiévale. S’ajoute à cela un bracelet de l’Âge du Bronze issu des anciennes collections (MEULIEN, 1886, n° 128). Le Musée Rolin à Autun conserve également une lance de La Tène, une pointe de gaffe et une ascia d’époque romaine, ainsi qu’un scramasaxe. En 1980, une petite drague à godets a travaillé en aval immédiat de l’ancien barrage (PK 61) : ces travaux n’ont donné lieu à aucune trouvaille. Si un gué existait à cet endroit, on peut supposer que la construction du barrage l’a détruit.

5Près d’Asnières, deux hauts-fonds proches l’un de l’autre (passages de Saint-Martin et d’Asnières) sont signalés dans les documents des Ponts et Chaussées (fig. 31). Des objets de l’Âge du Bronze final, dragués vraisemblablement en amont du port, sont mentionnés par J.-P. Millotte (1963, p. 261) : une faucille à bouton et deux épingles. Un vase datable de la même période a été trouvé dans la Saône à la hauteur de Saint-Martin-Belle-Roche (GUILLOT, 1976, p. 113). Le secteur du port a été dragué en 1971 et quelques objets ont été récupérés à la station de criblage de Tournus : un couteau et un rasoir du Bronze final, deux fibules hallstattiennes ainsi qu’un talon de hache plate. De la pointe amont de la digue basse de Saint-Martin (PK 90), proviennent une hache plate à douille, écrasée par le concasseur, ainsi qu’un bracelet du Bronze final à décor gravé. En aval de cette digue (PK 88,9), une épingle à collerettes mobiles du Bronze final a été récupérée (Musée Denon). Près de la rive droite, au PK 91, une hache polie en roche verte et une épingle en bronze à tête discoïdale rapportée et tige côtelée ont pu être recueillies. La drague a très peu travaillé à cet endroit. Selon le témoignage d’un ancien dragueur et pêcheur, on aurait trouvé une série d’amphores intactes groupées le long de la rive droite, très légèrement en amont du gué de Senozan/Asnières. Ces amphores auraient toutes été données à des particuliers. Le collègue de ce dragueur aurait repéré juste en face de cet emplacement, à 50 m de la rive gauche, une série de gros pieux qu’il n’aurait pu arracher, plantés verticalement au fond de la rivière. Ces pieux auraient été visibles encore récemment pendant une période de basses eaux (fichier L. Bonnamour). On peut noter que des pilotis avaient déjà été observés dans ce secteur, au lieu-dit “la Plate”, par H. de Ferry à la fin du XIXe siècle. Un autre témoin mentionne l’existence d’une importante villa gallo-romaine en bordure de Saône, juste en face de l’usine “France-Lait” (rive gauche, PK 90) ; en effet un monticule existe à cet endroit. Avant la construction des barrages, sa grand-mère avait l’habitude de traverser la Saône à gué dans ce secteur (fichier L. Bonnamour). L’exploration des berges a permis à H. de Ferry (1869, p. 357) de repérer, près du port d’Asnières, un important niveau néolithique ainsi qu’une station de l’Âge du Bronze. Ce gisement correspond à celui qui a été fouillé dans les années 70 par l’abbé Gaudillère, au lieu-dit “le Moteau”. Une partie de ce site de l’ Âge du Bronze final se trouverait conservée dans le lit mineur (GAUDILLÈRE. 1979a, p. 142).

6Au port de Fleurville, sur une carte du réseau viaire, G. Jeanton marque l’emplacement d’un gué (GRAS, 1995, fig. 18). Il est relié, sur la rive droite, au hameau de Mirande par un chemin appelé “Petite Vie”. Dans ce secteur, deux limites communales arrivent à la Saône presque en face l’une de l’autre (rive droite : Fleurville / Montbellet ; rive gauche : Reyssouze / Pont-de-Vaux). Plusieurs objets ont été dragués à Fleurville. M. Feugère publie une fibule du Ve s. av. J.-C., mais il précise que H. Vaussanvin, du Groupe Archéologique de Tournus, « a pu récupérer un lot important d’objets protohistoriques, gallo-romains et médiévaux recueillis en Saône par la drague ; ce n’est sans doute pas la première fois que de telles découvertes ont lieu à cet endroit ; mais c’est la première fois que l’une d’entre elles peut être acquise et étudiée par les archéologues » (FEUGÈRE, 1978b, p. 6). Cette série, recueillie entre le port de Fleurville et la pointe amont de l’île de Brouard, comprenait également une grande épingle de l’Âge du Bronze, une dizaine de vases gallo-romains et médiévaux, un chaudron gaulois, ainsi qu’un petit récipient en bronze servant à puiser le vin (simpulum). Un riverain se souvient avoir vu des objets archéologiques, notamment des pointes de lance en bronze, retirés de la Saône par les dragueurs, en amont du pont de Fleurville aux environs de 1940. Trois silex provenant de ce secteur sont également répertoriés dans l’inventaire du Musée Denon. Dans les berges. H. de Ferry (1870), puis E. Chantre (1875) signalent des découvertes aux environs de Fleurville. Étalés sur plus de trois kilomètres, ces vestiges témoignent de l’existence probable d’une importante occupation au Bronze final. E. Dubois (1942, p. 141) mentionne également qu’au port de Fleurville, la berge gauche abonde en tuileaux et en débris de poterie, jusqu’à l’embouchure de la Reyssouze et même au-delà. Un plan daté de 1843 montre, qu’en plusieurs points, le lit est encombré de bancs de gravier. Il figure également, sur la rive droite, un ancien port qui disparaît des cartes levées par la suite. Cet établissement pourrait avoir une origine médiévale ou même antique étant donné les découvertes effectuées dans ce secteur (fig. 32).

Fig. 29. Au niveau des communes de Parcieux et Quincieux, sur 4 km de rivière, deux passages à gué sont possibles : le premier, près de l’île Beyne, le deuxième près du Port Bernalin. Dans les deux cas, la construction de digues indique la présence d’un haut-fond. Le toponyme “Port Bernalin” est employé sur les deux rives, mais les chemins d’accès à la rivière, côté rive droite, s’interrompent avant la berge montrant ainsi que le passage de Bernalin n’était probablement plus utilisé à la fin du XIXe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 30. Au XIXe siècle, l’île de Montmerle mesure 1,5 km de long et sert de pâture. Au XVIIIe siècle, T. Dumorey décrit des restes de murs dans la rivière, témoins d’un probable aménagement antérieur à l’époque moderne (moulin ? digue de protection ?). Quelques trouvailles de dragage ainsi que la présence d’un haut-fond rendent l’existence d’un passage à gué possible. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Absence de haut-fond, mais présence d’indices et de données archéologiques

7Deux gués (Port Jean Gras et Damerey) peuvent exister alors qu’aucun haut-fond n’a été détecté dans les portions de rivière concernées. Dans ces cas particuliers, les indices recueillis soit auprès des riverains, soit dans le fichier répertoriant les découvertes de dragage ou encore dans la carte archéologique des berges, semblent suffisants pour cerner une zone de traversée potentielle.

8Au Port Jean Gras, la possibilité de l’existence d’un gué repose sur une convergence de témoignages oraux de dragueurs et de riverains. Il s’agit tout d’abord d’indices recueillis par l’abbé Beauvery : un gué est attesté par M. Chevalot, « qui aurait vu il y a 6 ans des dalles au fond du lit de la Saône ». Dans les fiches de L. Bonna mour un renseignement va également dans ce sens : « Selon un ancien pêcheur professionnel du nom de Léger, qui est âgé de 86 ans, et qui tient le renseignement de son grand-père, un gué aurait existé à l’emplacement de l’entreprise Chapelle au PK 68 ». Toujours d’après L. Bonnamour, cette zone a été draguée, notamment en avril 1974, par la drague Chapelle (drague fixe) au PK 68, sans qu’on sache si des vestiges archéologiques ont été découverts. Sur le territoire de la Chapelle-de-Guinchay, aucune trouvaille ancienne d’époque gallo-romaine ne peut être mise en relation directe avec la Saône (PERRAUD, 1910). L’examen du tracé d’une ancienne voie, probablement romaine, passant près de la Saône sur la rive droite, montre que ce gué était probablement en relation avec le réseau viaire et permettait une liaison avec un axe de circulation existant sur la rive gauche (fig. 66). F. Perraud (1912, p. 11) signale que « vers 1860, on voyait encore tout à fait sur les bords de la Saône, presque en face le domaine de La Bâtie, une faible éminence de terre, plantée de deux ou trois arbres et recouvrant quelques matériaux de construction. C’étaient les restes de l’ancien château ou maison forte de la Poype-de-la-Bâtie. [...] Sa position, tout à fait exceptionnelle contre la berge de la Saône, s’explique par l’immense angle rentrant que le lit de la rivière forme en cet endroit et du fond duquel l’oeil pouvait surveiller, à une grande distance, ce cours d’eau en amont et en aval [...]. Comme vestiges, on ne voit plus aujourd’hui qu ’une légère et irrégulière dépression du sol de la prairie qui indique la place d’anciens fossés. L’ovale que semblent tracer ces fossés s’allonge le long de la Saône et mesure environ 40 mètres dans son grand axe ». Cette petite seigneurie est citée à sept reprises dans des textes des XIVe, XVIe et XVIIe siècles. Cette motte devait se trouver sur la rive droite aux abords du PK 68,300, là où la Saône forme effectivement un coude. Pour finir, on remarque que le même toponyme “Port Jean Gras” est présent sur les deux berges et qu’une limite communale (entre Saint-Symphorien d’Ancelles et la Chapelle-de-Guinchay) suit le chemin vicinal ordinaire du Port Jean Gras qui arrive à la Saône sur la rive droite (PK 68,700).

Fig. 31. Deux hauts-fonds très voisins, indiqués par une seule zone tramée, sont signalés dans les documents d’archives au niveau d’Asnières entre les PK 89 et 91. Du mobilier de l’Âge du Bronze et de l’époque romaine a été retiré du lit de la rivière par les dragues et deux sites sont localisés sur les berges : un habitat du Bronze final (1) et une villa gallo-romaine (2). DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 32. Au niveau du port de Fleurville, l’existence d’un gué est possible : sur un plan levé en 1843 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, on voit très nettement un important haut-fond situé au milieu du lit mineur, qui sera dragué, et deux îles dont une sera rattachée à la berge, ainsi que l’ancien port de Fleurville, localisé à 250 m en aval du port utilisé à la fin du XIXe siècle. Ce déplacement est probablement consécutif à la construction du pont et on peut supposer que l’ancien port correspondait au débouché du gué sur la rive droite. Sur la carte de 1862, présentée ici, deux limites communales se font face. DAO Gh. Macabéo / Afan.

9Pour ce qui concerne le gué de Damerey, aucune mention de gué n’existe dans la littérature ancienne ou récente. Cependant, cette portion de rivière a livré un certain nombre de découvertes qui s’apparentent à celles que l’on trouve sur les autres sites de gué. La plupart des trouvailles issues du lit de la rivière ont été draguées dans les années 50, aux environs d’un lieu-dit “le Porto de Damerey”, situé sur la rive gauche. D’après le témoignage d’un riverain, cet endroit se trouverait juste en aval de la Raie de Damerey, aux environs du PK 154,500 (fig. 33). Peu d’objets des dragages anciens sont conservés au Musée Denon de Chalon-sur-Saône. Le Musée des Ursulines à Mâcon en possède une dizaine. Les autres, ou du moins les objets précieux, appartiennent à des collections privées qui ont été vues ou entrevues, ce qui a permis d’établir une liste et parfois d’étudier plus en détail certains objets.

10Aucun élément néolithique ne figure parmi les découvertes. De l’Âge du Bronze, on connaît plusieurs épingles dont une à collerettes fixes (BONNAMOUR, 1967, p. 774), un grand hameçon, deux haches et une épée. Une poterie (GUILLOT, 1976) et une situle en bronze (BONNAMOUR, 1970b) sont les deux seuls éléments hallstattiens recensés. Un chaudron (NÉMETH, 1993, p. 27) et deux fibules appartiennent au deuxième Âge du Fer. De l’époque gallo-romaine, le Musée de Mâcon possède une épée et un pilum (BAILLY, 1977, p. 163) et, dans les collections privées, au moins quatre vases en bronze et six amphores ont pu être recensés. En 1984, la destruction d’une partie de la berge, côté rive droite (entre les PK 155,300 et 400 environ), a mis au jour de la céramique romaine. Sur la même rive, on note la présence de deux toponymes (“Sur la Voie de Chalon”, “la Voie de Chalon”) sans doute relatifs à l’existence d’une ancienne voie, peut-être d’origine antique. Du haut Moyen Âge, on recense un vase en bronze portant une dédicace à un évêque de Chalon de la fin du Ve s. nommé Iamblique (GRAS, 1976), une céramique au Musée Denon, deux pointes de lance carolingiennes au Musée de Mâcon et un vase mérovingien chez un particulier. Du bas Moyen Âge et de la période moderne, le Musée de Mâcon possède des vases des ateliers de Sevrey, un marteau d’armes du XVe s., un pichet et plusieurs plats et assiettes en étain. Une dague bourguignonne se trouve chez un particulier. De la céramique médiévale a également été mise au jour lors du rescindement de berge en 1984. À l’occasion d’une prospection aérienne, F. Cognot (1992, p. 13) a repéré sur la rive gauche, près du PK 154,200, à 100 m environ de la Saône, un tertre rond entouré d’un double fossé. Cette anomalie, localisée près de la limite communale actuelle, pourrait correspondre à une motte médiévale (fig. 33). Cependant, aucun des travaux effectués à partir des archives ne mentionne une construction de ce type sur la commune de Bey ou de Damerey. Une vérification sur le terrain ou en archives serait la bienvenue, car c’est près de cette structure que se trouve le lieu-dit “le Porto” qui conserve sans doute le souvenir d’un ancien port ou passage de Saône. Dans les archives dépouillées par C. Canat (1992, p. 34), la Roie Belle qui sépare Bey de Damerey (correspondant aujourd’hui à la Raie de Damerey), est citée à plusieurs reprises : en 1699 et en 1738 on y parle de bannes (pêcheries) et de droits de pêche, à la fois dans la Raie et dans la Saône. Il reste à mentionner la présence de vestiges non datés, tels que ces « nombreux bois » signalés par les dragueurs au niveau du PK 155, près de la rive droite, ou encore des pièces de bois et des pieux vus à une profondeur importante (9 m) mais détruits par le rescindement de la berge effectué en 1984.

11Il est difficile de dire, en l’absence de haut-fond, même dans les documents les plus anciens, si un gué pouvait exister à cet endroit. Cependant, l’existence d’une grande diversité chronologique dans le mobilier récolté, ainsi que la présence de divers établissements sur les rives, mis en évidence grâce notamment aux prospections pédestres menées par A. Guillot, rendent l’existence d’un passage plausible. Une plongée de prospection effectuée en 1984 a montré que ce secteur, fortement dragué, est de plus très envasé et donc peu propice à ce type de recherches (BONNAMOUR, 1984a). Malgré ce constat, il serait peut-être intéressant de reconsidérer cette portion de rivière, en faisant notamment une bathymétrie, afin de confirmer ou non la présence d’un gué.

Fig. 33. La Saône à Damerey, carte de 1862. Aucun haut-fond n’est signalé dans les documents du XIXe siècle ; cependant, des découvertes archéologiques effectuées au niveau du lieu-dit le Porto (zone cerclée) ainsi que la présence d’une anomalie repérée en prospection aérienne (une probable motte médiévale) rendent l’existence du gué de Damerey possible. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 27. Plusieurs indices visibles sur la carte de 1862 font penser que deux gués ont pu exister près du PK 59 (Port des Trois Pigeons) et près du PK 60 (Port de Mure). Les mêmes toponymes existent sur les deux berges et des chemins d’accès à la rivière bordés de limites communales sont présents. Deux sites terrestres ont été repérés (1 : gallo-romain ; 2 : néolithique et gallo-romain). Cependant, l’existence de ces passages reste incertaine car aucun haut-fond n’a été localisé dans ce secteur et aucune découverte archéologique n’est signalée dans le lit de la Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 28. À Couzon, la présence dans le lit de la Saône d’un important haut-fond rend possible l’existence d’un passage à gué. Sur cet extrait de la carte de 1862, on voit bien les digues construites par les ingénieurs des Ponts et Chaussées afin de resserrer le chenal navigable et augmenter le tirant d’eau. Le port, appelé aussi "Dépôt de pierres" (des carrières existent sur la rive droite), n’est qu’une large plage environnée d’îles. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 29. Au niveau des communes de Parcieux et Quincieux, sur 4 km de rivière, deux passages à gué sont possibles : le premier, près de l’île Beyne, le deuxième près du Port Bernalin. Dans les deux cas, la construction de digues indique la présence d’un haut-fond. Le toponyme “Port Bernalin” est employé sur les deux rives, mais les chemins d’accès à la rivière, côté rive droite, s’interrompent avant la berge montrant ainsi que le passage de Bernalin n’était probablement plus utilisé à la fin du XIXe siècle. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 30. Au XIXe siècle, l’île de Montmerle mesure 1,5 km de long et sert de pâture. Au XVIIIe siècle, T. Dumorey décrit des restes de murs dans la rivière, témoins d’un probable aménagement antérieur à l’époque moderne (moulin ? digue de protection ?). Quelques trouvailles de dragage ainsi que la présence d’un haut-fond rendent l’existence d’un passage à gué possible. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 31. Deux hauts-fonds très voisins, indiqués par une seule zone tramée, sont signalés dans les documents d’archives au niveau d’Asnières entre les PK 89 et 91. Du mobilier de l’Âge du Bronze et de l’époque romaine a été retiré du lit de la rivière par les dragues et deux sites sont localisés sur les berges : un habitat du Bronze final (1) et une villa gallo-romaine (2). DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 32. Au niveau du port de Fleurville, l’existence d’un gué est possible : sur un plan levé en 1843 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, on voit très nettement un important haut-fond situé au milieu du lit mineur, qui sera dragué, et deux îles dont une sera rattachée à la berge, ainsi que l’ancien port de Fleurville, localisé à 250 m en aval du port utilisé à la fin du XIXe siècle. Ce déplacement est probablement consécutif à la construction du pont et on peut supposer que l’ancien port correspondait au débouché du gué sur la rive droite. Sur la carte de 1862, présentée ici, deux limites communales se font face. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 33. La Saône à Damerey, carte de 1862. Aucun haut-fond n’est signalé dans les documents du XIXe siècle ; cependant, des découvertes archéologiques effectuées au niveau du lieu-dit le Porto (zone cerclée) ainsi que la présence d’une anomalie repérée en prospection aérienne (une probable motte médiévale) rendent l’existence du gué de Damerey possible. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17497/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search