Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les passages incertains

Texte intégral

1Quatre sites sont classés dans la catégorie des passages incertains. Il s’agit de secteurs où aucun haut-fond n’a été repéré et pour lesquels on ne dispose que de rares indices (toponymie, limites communales, chemins ou trouvailles archéologiques).

2À Beauregard, deux limites communales se font face et les dragages pratiqués dans ce secteur entre 1975 et 1980 ont livré quelques tessons d’époque romaine et moderne, une grande jatte protohistorique et une herminette en fer. Un dragueur aurait remonté plusieurs épées en bronze en amont du pont de Beauregard (fichier L. Bonnamour). Deux autres découvertes sont mentionnées dans ce secteur : une épée de type Mörigen (MOHEN, 1971, p. 41) et une épée en bronze à poignée métallique conservée dans la collection privée Palix (renseignement L. Bonnamour).

3Au port des Trois Pigeons, deux limites communales arrivent à la Saône exactement l’une en face de l’autre (fig. 27). A. Buisson (1979, p. 13) affirme qu’au Moyen Âge, le château de Chavagneux contrôlait un péage sur la Saône. Un témoignage de dragueur recueilli par l’abbé Beauvery mentionne un passage à gué entre Genouilleux, au lieu-dit “Maison de Pierres”, près du château de Chavagneux sur la rive gauche, et Taponas-Dracé, au lieu-dit “les Trois Pigeons”, sur la rive droite. Des dents de mammouth, des morceaux d’amphore et de la céramique auraient été découverts, mais il ne reste aucune trace de ces trouvailles.

4Au niveau du PK 60, on retrouve sur les deux rives le même toponyme “Port de Mure”, et une limite communale sépare, sur la rive gauche, Mogneneins de Peyzieux (fig. 27). Sur le territoire de cette dernière commune, un dépôt de l’Âge du Bronze a été découvert au XIXe siècle. C. Savoye (1899, p. 120), en le mentionnant, parle indirectement d’un gué qui aurait existé dans cette zone. D’après J. Rossiaud (1994, p. 297), le Port de Murs est attesté en 1276 par sa vente avec ses appartenances, pêcheries comprises. Pour l’Abbé Beauvery, ce port remonterait à l’Antiquité, mais rien ne permet de le prouver. La seule trouvaille recueillie aux abords des PK 60-61 est un vase médiéval conservé chez un dragueur (fichier L. Bonnamour). Des dragages effectués en 1980 au niveau du PK 59,800 n’ont donné lieu à aucune découverte.

5Le dernier passage dont l’existence est incertaine est celui de Vésines. A. Buisson le signale dans son inventaire sans apporter plus de précisions. Aucune autre mention de gué n’a pu être retrouvée. Sur la carte de 1862, en rive droite, la limite communale séparant Saint-Martin-de-Sénozan de Saint-Jean-le-Priche suit le tracé du chemin des carrières au port de Saint-Jean. Quelques rares objets issus de la Saône à Saint-Jean-le-Priche sont connus : un hameçon, un ciseau à douille du Bronze final (JEANNET, 1968a, nos 45 et 18) et une lance à douille de la même période (fichier L. Bonnamour). Plusieurs sites du Néolithique, de l’Âge du Bronze et d’époque gallo-romaine ont été repérés dans les berges à la fin du XIXe siècle par A. Arcelin (1874, p. 45-47).

6Pour ces quatre sites potentiels de traversée, les données sont anciennes et ne reposent souvent que sur des témoignages oraux. Le mobilier archéologique n’est pas conservé ou a été dispersé, et seules de nouvelles investigations de terrain permettraient de préciser ou de confirmer la présence d’un passage à gué.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search