Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les limites de l’étude

Texte intégral

1Avant de présenter la liste des passages à gué potentiels ou attestés sur la Grande Saône, il convient de bien considérer les limites d’une telle étude, limites liées d’une part au milieu considéré (le domaine fluvial) et d’autre part au degré d’intérêt que l’on a porté, depuis le début des grands aménagements, aux vestiges extraits des cours d’eau.

Les conditions taphonomiques

2On a vu que les seuils naturels utilisés pour franchir la Saône à gué sont formés par des accumulations de divers matériaux et que la constitution d’un haut-fond a une incidence, d’une part, sur sa fréquence d’utilisation par l’homme, d’autre part, sur sa pérennité. L’étude des archives militaires de Vincennes confirme qu’on recherche en priorité, pour traverser, un fond solide et compact plutôt qu’un fond sablonneux. La présence ou l’absence de ces matériaux, leurs diverses combinaisons, ont également joué un rôle important dans la conservation des vestiges archéologiques. Ainsi, la couche d’argile dont des lambeaux subsistent sur le gué du Port Guillot a préservé les témoins matériels de la fréquentation du Bronze final. Sur ce même passage, et dans une zone bien délimitée (la fosse aval du gué), d’autres matériaux moins stables, comme les graviers ou les sables, ont certes scellé les vestiges, mais les ont également remaniés lors d’épisodes mouvementés (crues importantes).

3D’autre facteurs naturels sont à prendre en considération. Ainsi, la proximité de la confluence de la Grosne (affluent de rive droite) avec le site Bronze final installé sur le haut-fond d’Ouroux-Marnay a sans doute influé sur les conditions de conservation des vestiges de ce village palafittique découverts au début des années 1970 (fig. 54). Les apports du tributaire ont certainement contribué à leur sédimentation, phénomène accru par la présence de nombreux pieux. Mais ce cours d’eau a également pu, lors de crues importantes, attaquer une partie du site et en provoquer l’érosion. Ces deux effets contraires, mais non exclusifs, se sont sans doute succédé depuis la protohistoire jusqu’à nos jours sans que l’on puisse en quantifier les effets. Il est probable que cette alternance aura débouché sur un profil d’équilibre d’ensemble, permettant la pérennité d’un haut-fond.

4Des phénomènes sismiques locaux ont également pu influer sur le cours de la rivière. L’intervention de mouvements du sous-sol profond a notamment été évoquée pour expliquer certaines anomalies constatées sur les gués de la Casaque et du Pont Sarrasin. Ce secteur est apparu, dès les premières prospections, comme perturbé et présentant, par endroit, des phénomènes inhabituels de sédimentation, ainsi que des vestiges reposant à une profondeur jamais rencontrée jusque là (un pavage antique a été repéré à 7,50 m). Une prospection électrique, menée par le laboratoire central des Ponts et Chaussées de Nantes, atteste bien que le secteur est perturbé d’un point de vue géologique et met en évidence, à une profondeur d’investigation de 100 m, l’existence, d’amont en aval, de trois compartiments aux niveaux décalés : aux extrémités de la zone sondée se trouvent deux secteurs affaissés et au centre, un compartiment stable ou surélevé. Des facteurs d’origine sismique seraient à l’origine de telles anomalies. Les fouilles d’une épave et d’un aménagement d’époque médiévale, pratiquées en amont, sur le site du Pont Sarrasin, permettent de proposer la date de ces mouvements. L’observation de leur destruction brutale et l’arrivée d’une forte sédimentation, associées à des datations radiocarbone, font penser qu’ils pourraient être l’une des conséquences du tremblement de terre de Bâle de 1356 (BONNAMOUR, 1992b). Cependant, l’amplitude des mouvements subis par ce secteur nous est inconnue.

5Les facteurs anthropiques, dans un milieu intensément fréquenté et exploité par l’homme, sont nombreux et leurs conséquences difficiles à mesurer précisément. Cependant, il est possible de citer quelques exemples significatifs, comme la construction des ponts qui a occasionné des phénomènes d’érosion locale dans le lit mineur. Ainsi, l’implantation, dans les années 1970, des piles du pont de Bresse (ou pont Sud) immédiatement en aval du gué du Port Guillot, a provoqué un dégagement des vestiges archéologiques qui se poursuit encore de nos jours. La fouille de ce passage a démontré les conséquences que pouvait entraîner l’intervention humaine sur un haut-fond : le pavage aménagé à l’époque romaine a en effet contribué à stabiliser le haut-fond mais aussi à bloquer quantité d’objets derrière l’obstacle qu’il formait.

6Les aménagements du lit mineur et des berges effectués au XIXe siècle ont également eu des effets déterminants sur la configuration et l’évolution du lit de la rivière, et par là même sur les vestiges archéologiques qui s’y trouvaient. Au niveau du gué de Grelonges, l’élargissement du chenal, pratiqué en 1896, accroît la force du courant qui érode les probables vestiges d’une ancienne île et d’un haut-fond et précipite de nombreux témoins archéologiques contre la rive droite, à un kilomètre en aval de l’emplacement supposé du gué (SAVOYE, 1899). Dans les années 1860, près du gué de l’île Saint-Nicolas à Chalon-sur-Saône, des foyers néolithiques ainsi que des niveaux protohistoriques et antiques, visibles dans les berges, sont détruits par l’érosion qui semble de plus en plus forte au fil des ans (LANDA, 1869). Ces constatations se multiplient à la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire quelques décennies après la mise en place sur toute la Grande Saône du système de rétrécissement partiel. H. de Ferry (1869) constate que « chaque année, beaucoup d’anciens gisements sont emportés par les grands débordements, comme aussi de nouveaux apparaissent ».

7A. Arcelin (1869), à propos d’un site néolithique localisé près de Saint-Laurent-lès-Mâcon, témoigne : « Ce gisement est aujourd’hui complètement détruit et rongé. C’est ce qui arrive malheureusement partout. La Saône poursuit constamment son œuvre de destruction ; les berges s’effondrent et les gisements tombent pêlemêle dans le talus d’éboulement où tout se confond. En sorte que le travail que je viens de faire serait à recommencer tous les cinq ou dix ans, à mesure que de nouvelles stations apparaissent et remplacent celles que le flot a enlevé ». En fait, cette action érosive ne s’est pas poursuivie de façon continue depuis le Néolithique comme semble le suggérer A. Arcelin, car on peut supposer que, dans ce cas, aucun des nombreux sites néolithiques qu’il décrit n’aurait subsisté jusque-là. Les constats dressés à la fin du XIXe siècle semblent plutôt indiquer une forte reprise d’érosion et, d’une manière générale, un creusement du chenal qu’on peut probablement imputer aux travaux d’endiguement. Le fait que, dans la région chalonnaise, certains sites apparaissent aujourd’hui sur le fond, complètement ou en partie dégagés, environ 150 ans après la mise en place des clayonnages et des digues basses, pourrait être une conséquence, en un point précis, de ces travaux. D’autres facteurs locaux seraient probablement à ajouter à ces éléments, et il est difficile de tracer un modèle d’évolution général pour toute la Grande Saône.

8Les constructions des digues basses ont elles-mêmes pu avoir des conséquences différentes selon leurs lieux d’implantation. Leur proximité avec les seuils et donc les passages à gué ont, dans certains cas, entraîné des perturbations dans les vestiges avant de les sceller de nouveau jusqu’à nos jours. Ainsi, une importante concentration d’objets d’époques variées se trouve à l’intérieur de l’ancien clayonnage de la Mare Jandeau. Les travaux d’édification de cette digue ont probablement traversé le gué du même nom, bouleversant ainsi tout ou partie des vestiges qui s’y étaient accumulés. Une fois la digue construite, le courant ne circulait plus que faiblement entre elle et la rive gauche, permettant ainsi une sédimentation et un scellement rapide des témoins archéologiques découverts. La destruction de cet ouvrage à la fin des années 1970 n’aurait fait que révéler à nouveau des vestiges déjà partiellement perturbés.

9Des clayonnages en tout point identiques à ceux que décrit l’ingénieur Laval (1845) ayant été mis en place au Moyen Âge, on peut également s’interroger sur les conséquences qu’ils ont pu avoir sur le régime de la rivière et sur les gués dont ils étaient proches. Au gué du Port Guillot, près de la rive gauche, un clayonnage a été construit au cours des IXe-Xe s. et son entretien s’est poursuivi jusqu’au XIVe s., afin de créer, en resserrant le chenal, une passe navigable au niveau du seuil et donc du gué. L’installation d’un telle structure a pu entraîner une sédimentation accrue entre elle et la rive gauche, protégeant ainsi des vestiges romains. C’est dans ce secteur, en effet, que les dragages des années 1930 ont mis au jour un certain nombre de pièces de vaisselle métallique antique. On ne sait pas à quelle échelle ces travaux d’endiguement ont été effectués au cours du Moyen Âge, mais on peut supposer que, s’ils répondaient à une volonté politique et économique d’améliorer la navigation, ils ont pu se répartir sur tout le cours de la Grande Saône, de Chalon jusqu’à Lyon.

10D’autres aménagements sont également mis en cause par les érudits du XIXe siècle : « Je ferai remarquer que le chemin de halage qui passe sur la rive droite entre Mâcon et Chalon, et sur la rive gauche entre Mâcon et Lyon, a confondu et masqué la plupart des stations qu ’il rencontre, en sorte qu ’on ne peut utilement explorer que les berges qui lui sont opposées. Et encore faut-il choisir le petit nombre de points où la rive est escarpée ; partout où elle est ensablée, toute observation devient impossible » (ARCELIN, 1869).

11Au début du XXe siècle, c’est la mise en eau des barrages qui est évoquée pour expliquer la détérioration des gisements archéologiques : « Le plus souvent, c ’est après les grandes crues de l’hiver que la récolte est la plus abondante ; sur la plage lavée par le flot, on trouve silex, poteries, fragments de fibules ou de plaques de bronze et monnaies romaines. Il m’est arrivé, dans une de ces excursions au Port d’Arciat, qui fut autrefois très riche, de trouver à quelques mètres de distance, sur la grève que l’eau avait abandonnée, une flèche en silex, une flèche en bronze et l’étui d’une cartouche de Lefaucheux, trois reliques de la chasse aux canards à l’époque néolithique, à l’Âge du Bronze et à l’époque moderne. Je l’ai revu ce gisement à 40 ans d’intervalle, il n’est plus le même. Les barrages ont détruit les berges, supprimé les larges grèves où le flot venait clapoter en lavant les objets tombés le long des escarpements. Il n’y a plus l’abondance archéologique d’autrefois » (TOURNIER, 1928). L. Bidault de Grésigny (1912) éprouve la même nostalgie au sujet du secteur de la Truchère (sud de Tournus) : « Avant les barrages construits en 1878, je me rappelle avoir vu émerger, par les basses eaux, ces chênes énormes de 4 à 5 m de circonférence ; le bois noirci par le temps était magnifique et recherché par les ébénistes, mais il était très difficile de les arracher. Maintenant ils sont recouverts de plusieurs mètres de vase, dont l’épaisseur va grandissant et empêchera de retrouver les traces laissées par nos ancêtres. Aussi je suis heureux d’avoir pu, avant les grands travaux hydrauliques de l’administration des Ponts et Chaussées, réunir de nombreux matériaux d’études ».

12À travers ces deux témoignages, on voit d’une part que les circonstances de découvertes des gisements des bords de la Saône rappellent, par leur relation avec la mise en œuvre de grands travaux, celles qui ont été effectuées sur les lacs suisses lors des corrections des eaux du Jura, et celles du lac de Chalain (Jura), où les eaux ont baissé de trois mètres après leur mise en exploitation par la société l’Union électrique (PÉTREQUIN, 1986).

13Ces remarques montrent d’autre part que tous les secteurs n’ont pas évolué de la même façon (creusement ou envasement sont évoqués) et que tout le cours de la Saône ne peut être envisagé sous le même angle. La pauvreté archéologique de certains secteurs n’est sans doute pas uniquement due à un manque d’intérêt, mais aussi à des conditions différentes de conservation : fort recouvrement, érosion ou combinaison des deux facteurs, qui, en s’équilibrant, auraient permis une présence visible des vestiges sur le fond de la rivière, à la fin du XXe siècle. La stabilité générale du chenal actif de la Saône, évoquée dans la première partie, n’est pas remise en cause. Cependant, même si ce principe est confirmé dans son ensemble par la pérennité des hauts-fonds et donc des gués, il ne doit pas faire oublier la possible intervention, au fil des siècles, de différents facteurs qui ont pu produire une évolution différente en certains points de la rivière, soit en favorisant la conservation des vestiges, soit en accélérant leur érosion.

Le mobilier archéologique : problèmes de représentativité

14La récupération du mobilier archéologique a toujours été tributaire des modes d’exploitation des cours d’eau. Sur la Saône, les premières extractions de matériaux (sable et gravier) se sont faites de façon artisanale, à la drague à main (cuiller), par les tireurs de sable (fig. 24). Mais dès le XIXe siècle, la nécessité de mettre en place des aménagements à grande échelle pour améliorer la navigation, ainsi que l’accroissement des besoins en matériaux de remblais (pour la construction du chemin de fer notamment), alliés à l’utilisation de la vapeur, vont entraîner une exploitation intensive du lit de la rivière. Celle-ci ne fera qu’aller en s’amplifiant au fur et à mesure que les progrès techniques le permettront : les premières dragues à vapeur en bois sont munies de godets de 20 litres ; la vapeur est ensuite remplacée par le moteur diesel, la coque est en fer et la capacité des godets ne cesse d’augmenter : de 30-401. (fig. 25) jusqu’à 2501. au maximum. Les dragues d’une telle capacité peuvent opérer jusqu’à une profondeur de 12 m. Les dragues à grappin (fig. 26), dont la benne peut contenir 3 m3 et descendre jusqu’à plus de 20 m, leur succèdent. Ce dernier type d’engin, très destructeur, a été récemment employé dans la région de Lyon mais peu ou pas du tout dans le Chalonnais. Les progrès dans ce domaine ne se sont pas arrêtés là : des dragues suceuses ont ensuite fait leur apparition sur les opérations de grande envergure. Elles n’ont servi que ponctuellement sur la Saône, au nord de Verdun-sur-le-Doubs notamment.

15D’autres cours d’eau ont été plus touchés par l’emploi de ce matériel. C’est le cas de l’Oise, qui, dès la fin des années soixante et dans les années soixante-dix, était mise au gabarit européen pour assurer le passage de bateaux de 3000 à 4000 t, par la construction d’écluses, le rescindement des berges et des dragages. J.-C. Blanchet et B. Lambot (1977 et 1978) ont surveillé ces travaux et leurs observations font ressortir les inconvénients liés à l’emploi des dragues-suceuses : « Les matériaux étaient envoyés à l’aide de conduites forcées dans des bassins de décantation. C’est dans ces bassins que nous avons pu recueillir le plus grand nombre d’objets. Inutile de préciser que le cheminement des objets archéologiques dans ces longs tuyaux les a parfois fortement endommagés ». Tout récemment, la Vilaine a fait l’objet d’une intervention similaire, suivie avec difficultés par les archéologues : « Les boues de dragage prélevées à l’aide d’une barge munie d’un trépan et d’un dispositif de succion ont été déversées sur les berges par le biais de tuyaux métalliques d’environ 80 cm de diamètre. Ces épandages ont été effectués sur deux secteurs particuliers situés l’un sur la rive gauche de la rivière [...] l’autre sur la rive droite dans les fosses d’extraction d’argile d’une briqueterie désaffectée. [...] La présence de vestiges archéologiques dans ces épandages a été reconnue par deux d’entre nous. Par la suite des bulldozers allaient procéder à des nouveaux déplacements et à une dispersion à distance jusque sur les chemins de la voirie des marais où les granulats furent utilisés à des fins de consolidation » (BRIARD et alii, 1995).

16On voit par là que les aménagements de la Saône, qui ont certes entraîné de nombreuses destructions, n’ont pas été aussi radicaux que les transformations opérées sur d’autres cours d’eau en France ou même en Europe. Ils ont laissé la possibilité, d’une part de récupérer dans les godets des dragues un nombre important d’objets, et d’autre part d’aller observer, voire de fouiller ce qui subsistait des sites endommagés par les travaux. Il faut également préciser que l’essentiel des travaux a concerné l’aménagement du chenal navigable, sur une largeur d’environ 80 m, alors que dans le Chalonnais, la Saône mesure en moyenne 300 m de large. D’autres cours d’eau, récemment prospectés, ont également livré des vestiges en place alors que l’on pensait que rien n’avait pu échapper aux destructions occasionnées par les travaux menés dans leur lit. C’est le cas notamment de la Seine en amont de Paris où deux pirogues mésolithiques ainsi que d’autres vestiges plus récents ont été découverts (BONNIN, 1994 et 1995).

17Si la récupération des objets découverts dans les cours d’eau et la connaissance des sites de lit mineur sont en partie liées au degré d’aménagement et au matériel employé pour draguer, elles sont aussi dépendantes du suivi ou de l’absence de surveillance des travaux. Les exemples qui sont compilés dans l’annexe 8, essentiellement issus de la littérature archéologique française, montrent que tous les grands ou moyens cours d’eau ont livré à un moment ou à un autre du mobilier archéo logique, mais que ces objets n’ont que trop rarement été récupérés. Ce florilège a pour but de démontrer que lorsqu’aucun contrôle des dragages n’a été effectué, on peut difficilement, par la suite, miser sur la représentativité du ou des lots d’objets recueillis, tant les pertes et les destructions sont nombreuses. Il fait également état des nombreuses difficultés, notamment d’ordre relationnel, qu’ont rencontrées les personnes qui ont tenté de surveiller des dragages, quelle que soit la rivière, et de récupérer ou d’étudier du mobilier recueilli sur des dragues, montrant par là que, parfois, la seule bonne volonté ne suffit pas face à l’intérêt financier que présentent les objets issus des cours d’eau.

Fig. 24. Dans tous les cours d’eau, les premiers dragages étaient effectués à la main, à l’aide d’une grande cuillère. En haut : dessin extrait des Annales des Ponts et Chaussées de 1842. En bas : les tireurs de sable à Montmerle-sur-Saône. Carte postale du début du XXe siècle. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Fig. 25. Les progrès techniques (utilisation de la vapeur puis du moteur diesel) ont entraîné une exploitation intensive du lit des cours d’eau. La photographie montre une drague à godets opérant sur la Saône. Ce type de drague a beaucoup été employé dans le Chalonnais et laissait à l’archéologue la possibilité de récupérer des objets. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

18Dans la vallée de la Saône, les collectionneurs privés et surtout les antiquaires sont souvent mis en cause par les chercheurs locaux qui ont pourtant œuvré dès le milieu du XIXe siècle à la conservation de ce patrimoine. Ainsi J. Chevrier, décrivant des travaux effectués sur le passage de Benne Lafaux au sud de Chalon, mentionne que l’agent d’un brocanteur lyonnais se tient en permanence sur la drague. Lors des dragages pratiqués près de la centrale thermique (passage du Port Guillot), l’entrepreneur est obligé d’éloigner sa drague de la berge afin d’empêcher les brocanteurs d’y monter. À propos des travaux menés aux abords de l’île Saint-Jean près de Mâcon, G. Jeanton et G. Lafay (1917) précisent : « Nous rappellerons que ces trouvailles ne représentent qu ’une partie des découvertes faites, car un grand nombre d’objets sont allés enrichir des collections particulières, que nous ne pouvons décrire ici ; pour des raisons diverses, la plupart des collectionneurs, ayant préféré ne pas donner de publicité à leurs collections ou n ’ayant pu être touchés par nous ». Quelques décennies plus tard, le constat dressé par les conservateurs des musées de Tournus et de Chalon reste le même : « Depuis plusieurs années, les dragages de la Saône ont provoqué, çà et là, des découvertes archéologiques assez nombreuses entre Verdun et Lyon. Malheureusement la surveillance en est restée plus d’une fois difficile, le commerce clandestin des antiquités cherchant trop souvent à s’emparer des objets mis au jour, sans craindre de fausser les indications de provenance et de priver les collections publiques de documents auxquels elles auraient droit » (ARMAND-CALLIAT, 1957a).

19« Tout au long de son cours, la Saône a livré une quantité impressionnante de vestiges, qui, pour le plus grand nombre sont à jamais perdus pour la science, victime de la cupidité ou de l’incompréhension des collectionneurs. Cela est d’autant plus inadmissible que la rivière est domaine public et qu ’en conséquence l’État se trouve être propriétaire, au moins pour moitié, de ce qu’elle livre. Malgré ce déplorable état de chose, quelques objets parviennent aux mains des archéologues, mais il est bien certain que ce ne sont pas les plus spectaculaires » (JEANNET, 1974). Certaines portions de la Grande Saône ont été plus ou moins touchées par ces disparitions. Ainsi, on ne possède aucune information concernant les découvertes effectuées depuis le début du siècle dans la région de Mâcon car l’entreprise de dragage qui travaillait sur ce secteur d’un rayon d’environ trente kilomètres avait la mainmise sur tout objet sortant de l’eau.

Fig. 26. Drague à benne opérant au niveau de Saint-Romain-des-îles (nord de Lyon) en décembre 1987. Ce type de drague, utilisé dans la région lyonnaise et très rarement dans le Chalonnais, ne permet aucune observation d’ordre archéologique. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

20À la cupidité, il convient d’ajouter, comme facteur de perte d’information, l’indifférence ou l’ignorance de l’intérêt que pouvaient présenter certains objets, qui ont été, après leur découverte, affectés à des fonctions surprenantes. C’est le cas d’une anse en bronze, découverte par une drague de Tournus, il y a une trentaine d’années. Elle appartenait à un vase en bronze (IVe s. av. J.-C.?) qui resta quelque temps sur la drague après sa sortie de l’eau. Puis les deux anses, démontées pour en faire des portemanteaux, furent emportées par un marinier qui fit don de l’une d’elles au musée Denon. L’autre disparut lors de l’incendie de la péniche du marinier. Le vase, après démontage des anses fut rejeté à la Saône. L. Bonnamour décrit également les circonstances de la redécouverte d’un vase en bronze du premier Âge du Fer : « Découverte entre 1950 et 1955, la situle hallstattienne de Damerey a connu depuis lors un destin peu banal. C’est en effet sous la forme d’un pot de géranium, bariolé en outre de peinture multicolore qu’il m’a été possible de l’identifier au printemps 1967 chez son inventeur, employé à la Société Anonyme de Dragages de Chalon-sur-Saône » (BONNAMOUR, 1970b). G. Jeanton (1930) évoquait aussi un certain manque de « curiosité » de la part des gens de Saône. Pour eux, « toutes les armes recueillies dans la rivière, que ce soit des lances de bronze ou des scramasaxes barbares, sont des baïonnettes ou des sabres autrichiens ».

21Comme cela a été le cas sur d’autres cours d’eau, les relations avec les dragueurs de la Saône n’ont pas toujours été bonnes. La récupération d’informations et d’objets provenant du site de Montbellet en a beaucoup souffert : « Les employés qui se sont succédé sur la drague se sont montrés peu sensibles, voire totalement indifférents aux problèmes archéologiques et la méfiance manifestée par les ouvriers les uns vis-à-vis des autres a fait que chacun a essayé de récupérer ce qu’il pouvait, souvent en cachette de ses collègues. De plus, l’absence d’information a fait rejeter à l’eau nombre de documents jugés soit sans intérêt, soit en mauvais état, comme ce faillit être le cas pour un vase gallo-romain en argent... Un certain nombre d’objets enfin furent dispersés, vendus à des marchands ou à des collectionneurs. C’est ainsi qu ’ont disparu une ou deux épées de bronze, au moins un vase antique en bronze ainsi qu’un casque de bronze avec pointe et couvre-nuque... » (BONNAMOUR, dans FEUGÈRE et alii, 1988).

22La dispersion des objets s’est effectuée non seulement en direction des collectionneurs privés mais aussi vers de nombreux musées, tant en France qu’à l’étranger, ce que déplorait L. Armand-Calliat en 1936 : « C’est un jeu bien stérile de l’esprit que de tenter d’imaginer ce que les choses auraient pu être dans le passé si nos concitoyens avaient été guidés sur le plan archéologique par un plus ardent patriotisme local. On ne peut cependant s’empêcher de penser que, jadis, Chalon a laissé échapper bien des occasions exceptionnelles. Une foule de musées français ou étrangers se sont enrichis avec les dépouilles de notre arrondissement qui fut, nous ne craignons pas de le redire, l’un des plus féconds de la Gaule en petits objets préhistoriques ou antiques. [...] La collection de notre compatriote, Léonce Bidault de Grésigny, constituée à Baudrières, avec les découvertes locales de la vallée de la Saône, est au Creusot dans le château de la Verrerie ». À propos du Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, il ajoute : « Il expose la célèbre collection Millon, formée sous le second Empire à Chalon même avec les trouvailles de notre rivière ; il conserve la grande cuirasse en bronze datant du début de l’Âge du Fer, retirée de la Saône, près du pont de Gigny ; plus récemment, il a recueilli des pièces d’argenterie et un bronze d’Apollon découvert non loin d’Allerey. [...] À Berlin, l’on peut voir le casque burgonde dragué à la Truchère, près de Tournus, et vendu à Chalon en 1903, ainsi qu’une épée du type dit à sphères trouvée dans la même rivière, à deux kilomètres de la ville. Vers Genève a émigré un grand réchaud gallo-romain en bronze ciselé dragué dans la Saône. Et combien d’objets provenant de chez nous sont sans doute exposés au loin avec un état civil trompeur, en raison de leur origine plus ou moins régulière ? » (ARMAND-CALLIAT, 1936). Ce dernier cas de figure évoqué par L. Armand-Calliat peut être illustré par la reconstitution récente de l’histoire et de la provenance d’un lot comportant une cinquantaine d’objets (BONNAMOUR, 1989a). Conservé au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, il a été acheté en 1932 comme provenant de Martigny (dans le Valais, Suisse) et publié comme tel (DEONNA, 1933). En réalité, ces objets sont tous issus de la Saône au gué du Port Guillot. La date de l’achat, la présence d’un vase en bronze reconnu à l’époque par L. Armand-Calliat qui l’avait vu et photographié chez un antiquaire de Chalon-sur-Saône, et enfin « le caractère hétérogène de la trouvaille, l’abondance des armes et des vases en bronze, l’état de conservation des éléments métalliques, la présence d’outils de marinier, la similitude des types de céramique avec celles mises au jour dans la Saône, ainsi que la présence de vases médiévaux issus des ateliers de Sevrey » sont autant d’éléments qui ont permis cette attribution (BONNAMOUR, 1989a).

23Il convient cependant, en ce qui concerne la Saône et tout particulièrement la région chalonnaise, de tempérer la vision négative que pourrait laisser l’énumération des pertes ou des disparitions. En effet, l’historique des recherches en val de Saône présenté par J.-P. Thevenot (1973) montre bien l’intérêt précoce qu’ont suscité la rivière et ses abords immédiats. Présenter à nouveau les faits et les chercheurs qui se sont succédé ferait double emploi, aussi me contenterai-je d’insister sur le fait que cet intérêt a été facilité par la concordance de trois facteurs déterminants : une bonne conservation des vestiges dans le lit mineur de la Saône, l’exploitation et l’aménagement progressifs de ce lit mineur et surtout la présence, dès le début des travaux, d’érudits locaux et de chercheurs particulièrement sensibilisés et déterminés à sauvegarder ce patrimoine. Cet intérêt a été relayé d’années en années, jusqu’à nos jours, par des personnes telles que J. Chevrier, L. Landa, Ch. Le Grand de Mercey, H. de Ferry, A. Arcelin, J.-E. Valentin-Smith, G. Lafay, C. Savoye pour le XIXe s. et le début du XXe s., et plus récemment, L. Armand-Calliat, M. Jeannet, A. Barthélémy et L. Bonnamour. Ce dernier, conservateur actuel des collections archéologiques du Musée Denon de Chalon-sur-Saône, rappelle que la recherche du bel objet a été une préoccupation longtemps prédominante pour les collectionneurs privés mais aussi pour beaucoup de responsables de collections publiques. Il cite en exemple la série d’objets de l’Âge du Bronze conservée au musée de Chalon, publiée en 1969, et qui comptait alors 189 numéros, dont 177 objets de bronze pour seulement 11 céramiques (BONNAMOUR, 1986c). Ses surveillances actives des dragages dès 1963, la mise en place d’un réseau de relations avec les employés travaillant sur les dragues, puis ses recherches subaquatiques menées à partir de 1982 ont permis d’inverser cette tendance et de passer à un niveau supérieur de compréhension des vestiges extraits de la Saône. Certes, le nombre d’objets précieux (armes et vaisselle métallique notamment) entrés au musée Denon depuis son arrivée au poste de conservateur est considérable, mais, d’une part, on peut maintenant les rattacher presque tous à des sites précis car les lieux de découvertes ont été pointés au fur et à mesure sur des cartes, et d’autre part, ils sont souvent accompagnés d’une quantité bien supérieure d’objets divers en bois, de restes fauniques et surtout de céramiques des époques protohistorique, gallo- romaine, médiévale et moderne. La considération pour cette masse d’objets a donc beaucoup évolué : de simples marqueurs chronologiques isolés de tout contexte (qui par- fois représentent l’unique source ’information sur certaines périodes) ils ont accédé au statut d’éléments constitutifs d’une entité archéologique : site de berge, gué, zone portuaire, pêcherie, etc.

24On voit par là l’énorme progrès accompli en trente années ; progrès extrêmement fragile, car les recherches subaquatiques menées en Saône sont dues à l’initiative d’une seule personne (L. Bonnamour) et requièrent la mise en œuvre de moyens importants.

Table des illustrations

Légende Fig. 24. Dans tous les cours d’eau, les premiers dragages étaient effectués à la main, à l’aide d’une grande cuillère. En haut : dessin extrait des Annales des Ponts et Chaussées de 1842. En bas : les tireurs de sable à Montmerle-sur-Saône. Carte postale du début du XXe siècle. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 25. Les progrès techniques (utilisation de la vapeur puis du moteur diesel) ont entraîné une exploitation intensive du lit des cours d’eau. La photographie montre une drague à godets opérant sur la Saône. Ce type de drague a beaucoup été employé dans le Chalonnais et laissait à l’archéologue la possibilité de récupérer des objets. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 26. Drague à benne opérant au niveau de Saint-Romain-des-îles (nord de Lyon) en décembre 1987. Ce type de drague, utilisé dans la région lyonnaise et très rarement dans le Chalonnais, ne permet aucune observation d’ordre archéologique. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search