Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué

Les sources documentaires

Texte intégral

1L’inventaire des passages à gué de la Grande Saône a été dressé dans le cadre d’un doctorat (DUMONT, 1997) sur la base des données disponibles. Rédigé alors sous la forme d’un épais catalogue, il ne pouvait être repris de façon exhaustive dans cette publication. Les résultats essentiels en ont été extraits et les passages les mieux documentés sont présentés au fil du texte.

2Deux tableaux recensent les passages à gué potentiels, ou ayant existé de façon certaine entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs. La liste des hauts-fonds, obtenue d’après l’étude des archives des Ponts et Chaussées, sert de base à cet inventaire, partant du principe que tout seuil a pu, à un moment donné, être utilisé pour traverser la rivière. À ce titre, lorsque l’on connaît uniquement la mention d’un haut-fond et qu’aucune donnée archéologique n’a été retrouvée, le nom du passage figurant dans les archives des Ponts et Chaussées a néanmoins été retenu. À l’avenir, d’autres données viendront peut-être s’ajouter à celles qui ont été collectées jusqu’à ce jour. Lorsqu’un seuil figure sur un plan et qu’il ne porte pas de nom, la mention “haut-fond sans nom’’ est employée. Entre parenthèses figure le ou les synonymes du gué, chaque appellation citée ne serait-ce qu’une fois dans un document (archives ou publication) ou employée par les riverains ou dragueurs a été retenue.

Les passages à gué entre Lyon et Mâcon

Les passages à gué entre Lyon et Mâcon

Les passages à gué entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs

Les passages à gué entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs

3À cette base sont ajoutés divers indices toponymiques ou géographiques permettant d’étayer l’hypothèse de l’existence d’un gué. La présence de limites communales dont la concordance avec les gués a été constatée dans des études similaires sur les passages du Limousin (DESBORDES, 1985) constitue aussi un bon indicateur. Les données archéologiques (par exemple les sites de berges recensés dans la carte archéologique) et historiques sont également prises en compte.

4Pour ce faire, des sources variées ont été mises à contribution. La principale est l’abondante documentation patiemment collectée par L. Bonnamour, tout d’abord bénévolement, puis dans le cadre de son activité de conservateur au Musée Denon de Chalon-sur-Saône. Depuis 1963, il surveille les dragages pratiqués souvent de façon intensive dans le lit mineur, mais aussi, plus rarement, dans le lit majeur. Le fichier dans lequel sont notées toutes les observations qu’il a pu faire lors de ces travaux est largement utilisé. Il contient également les témoignages oraux de dragueurs et de riverains, qui sont parfois indispensables pour localiser des trouvailles et des anciens accès aux gués. Ces fiches citées à de nombreuses reprises dans l’inventaire sont manuscrites et inédites, ce qui explique l’absence de référence bibliographique les concernant. S’ajoutent à cela une abondante documentation iconographique constituée de photographies et de cartes postales anciennes, ainsi que des données ethnographiques concernant la vie et les activités des gens de Saône.

5Une autre part importante de cette documentation se rapporte aux activités de terrain de L. Bonnamour, menées dans la Saône depuis 1982, principalement dans la région chalonnaise. Une partie des résultats de ces travaux est publiée sous forme d’articles dans des revues nationales ou régionales, et de chroniques dans les Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon. L’autre partie, restée inédite, est contenue dans des rapports de prospections et de fouilles subaquatiques.

6Les surveillances de dragages, les prospections et les fouilles subaquatiques ont permis de recueillir pendant trente ans un abondant mobilier archéologique, actuellement conservé au Musée Denon de Chalon-sur-Saône, et dont la représentation chronologique s’étend du Néolithique à la période contemporaine. Il a fallu, pour intégrer ces objets à cette étude, les replacer dans le contexte des passages à gué, et pour cela extraire de l’inventaire du Musée Denon tous ceux qui sont localisés précisément entre les PK 0 et 167 (environ 5 000 éléments). Les découvertes anciennes, rarement localisées de façon précise, sont parfois citées à titre de comparaison, ou parce qu’elles proviennent d’une zone à peu près délimitée, mais elles ne sont pas (sauf exception) comptabilisées dans le total des objets que l’on a pu rapporter à un passage précis. Cette sélection a dû se faire avec l’aide des registres du Musée Denon, afin d’être bien sûr du lieu de découverte des objets. Ce sont les points kilométriques et non pas les noms de commune qui ont été retenus comme référence.

7Il n’a pas été possible, dans le cadre de ce travail, de reprendre l’étude chrono-typologique de chaque objet. D’une part, ce n’était pas le but recherché car d’autres personnes se sont attelées à cette tâche, d’autre part, le temps imparti ne permettait pas un tel investissement. L’utilité de catalogues typologiques récents, tels que les mémoires de maîtrise d’O. Németh (1993) sur la vaisselle métallique, qui complète le catalogue paru dix ans plus tôt (BARATTE et alii, 1984), et de S. Boulud (1995) sur les épées du Bronze final, ou encore l’étude en cours menée par J.-R Guillaumet sur les armes laténiennes, n’est plus à démontrer. Ils représentent un premier niveau d’analyse indispensable et permettent ensuite l’intégration des données qu’ils renferment dans une vision plus globale. Un certain nombre de travaux viennent d’aboutir ou sont en cours, ce qui fait que les attributions chronologiques sont susceptibles d’évoluer encore.

8Les informations disponibles sur la vallée de la Saône au Moyen Âge ont été intégrées. Mais seule la rédaction d’une autre thèse permettrait de reconsidérer correctement le phénomène des traversées de la Grande Saône à l’époque médiévale, en incluant les données topographiques et archéologiques présentées dans ce travail, ainsi que les facteurs sociaux, économiques et politiques de cette période, vus à travers les textes dont la traduction et l’étude requièrent une spécialisation et beaucoup de temps. Des travaux existent déjà, qu’il faudrait approfondir ou relier entre eux : J. Rossiaud (1994), dans son étude consacrée au Rhône a fait, à partir des archives, un inventaire des ports localisés sur les bords de la Saône au nord de Lyon. C. Canat (1992) a également effectué une recherche en archives, dans le cadre des prospections subaquatiques menées préalablement à l’aménagement de la Saône entre Chalon-sur-Saône et Saint-Symphorien-sur-Saône. De nombreuses et intéressantes mentions de pêcheries et autres activités liées à la rivière ont été extraites de ces documents. L’étude d’un terrier dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (CAMPONE, 1995) a permis également de confirmer l’existence d’un gué à Fleurieu. Mais c’est l’article de J. Richard (1950) sur les passages de Saône aux XIIe et XIIIe siècles qui doit être considéré comme un exemple en la matière. Même s’il ne concerne qu’une petite portion de la rivière, il démontre bien l’importance de l’emplacement des gués, bacs et ports, le caractère stratégique et politique de leur fonction, qui explique parfois leur déplacement ou leur disparition.

9Certains sites ou localités n’ayant pas fait l’objet de recherches récentes, les travaux anciens les concernant sont alors utilisés. Ainsi reviennent souvent, par exemple, les noms de L. Armand-Calliat pour le Chalonnais, de G. Jeanton pour le Mâconnais ou de C. Savoye pour le Beaujolais. Un bon exposé sur les recherches anciennes menées sur la Saône et ses bords ayant été rédigé par J.– P. Thevenot en 1973, il ne paraît pas utile de revenir sur ce point. En revanche, il faut citer les prospecteurs actuels, sans les observations desquels cet inventaire serait limité : A. et D. Barthélémy pour le Mâconnais, F. Cognot pour la même région et les prospections aériennes, l’abbé Gaudillère, J. Duriaud et J.-P. Bourguignon pour le Toumugeois, A. Guillot et J.-C. Allary pour le Verdunois, et C. Bontemps pour le sud de Chalon. La carte archéologique du département de Saône-et-Loire (REBOURG, 1993 et 1994) présente, commune par commune, un condensé souvent bien utile de toutes les informations disponibles.

10Pour le nord de Lyon, deux inventaires des gués ont été dressés par A. Buisson : l’un, en 1979 dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, présente les passages de Lyon à Uchizy, l’autre, daté de 1983, répertorie ceux de Lyon à la Truchère. Ils sont les seuls essais de recensement des gués réalisés jusqu’à présent sur ce secteur, mais ils reposent sur une documentation ancienne, qui a rarement fait l’objet d’une examen critique.

11Un fichier manuscrit, inédit, établi par l’abbé Beauvery, et que m’a aimablement transmis A. Buisson, constitue une des rares sources d’informations assez récente, à laquelle il convient d’ajouter le mémoire de C. Caclin (1995), qui présente une synthèse sur l’occupation romaine de la basse vallée de la Saône, fondée sur des prospections aériennes et pédestres. Chaque gué cité, ne serait-ce qu’une seule fois, dans la littérature locale et archéologique, ou par un témoin oral (riverain ou dragueur), a été retenu.

12Il reste à compléter cette liste non exhaustive par deux documents abondamment exploités. Il s’agit tout d’abord du mémoire rédigé au XVIIIe siècle par Thomas Dumorey (1779), ingénieur en chef des Ponts et Chaussées. À la demande des États de la Province de Bourgogne, soucieux d’améliorer la navigabilité de la Saône, il exécute une mission d’expertise et descend la Saône de Gray à Lyon du 7 au 30 août 1779. Dans son rapport manuscrit, conservé aux archives de la Côte-d’Or (référence CC4461), il décrit la Saône et particulièrement les obstacles à la navigation. Les mentions de hauts-fonds sont donc assez fréquentes.

13Le deuxième document, qui sert de base iconographique à la présentation d’un certain nombre de gués, est une carte topographique du cours de la Saône levée et gravée de 1857 à 1866 ; pour des raisons pratiques, elle sera citée dans le texte et dans le volume de figures sous l’appellation “carte de la Saône de 1862”, car la plupart des planches utilisées datent de cette année-là. Elle représente la Saône navigable et flottable depuis sa confluence avec le Rhône à Lyon (PK 0) jusqu’à Jonvelle (PK 418), ainsi qu’une bande latérale des terrains environnants, délimitée par la crue de 1840. Elle a été levée avant la mise en eau des barrages et figure souvent d’anciens chemins d’accès à la rivière qui ne sont plus visibles sur les cartes postérieures. Sont également représentés le parcellaire, les limites communales (fig. 17), les clayonnages ou digues basses construits à partir de 1837 (qui attestent la présence d’un haut-fond), les ports (dont un certain nombre ont aujourd’hui disparu), les anciens passages d’eau par bac, ainsi que des toponymes intéressants.

14Les deux tableaux de synthèse font apparaître un degré de probabilité de l’existence de chaque passage. Quatre catégories ont été définies : existence incertaine, possible, probable, certaine. Le classement dans l’un ou l’autre de ces groupes est fonction de la quantité d’indices recueillis sur le gué et de son environnement archéologique. La présence d’un haut-fond rend l’existence d’un gué possible. Mais il est parfois difficile d’en dire plus, notamment quant aux périodes de fréquentation. Une concentration d’implantations d’époques diverses sur les bords immédiats de la rivière, la présence d’anciens chemins d’accès et d’une ou deux limites communales, conjuguées à des trouvailles de lit mineur, font passer un seuil dans le groupe des gués probables. Seuls les gués fouillés, ou dont une part du tracé a pu être reconnue en prospection subaquatique, ainsi que ceux qui sont mentionnés dans les archives du XIXe siècle, sont déclarés comme certains. Dans cette classification, un même gué pourrait entrer dans plusieurs groupes différents selon l’époque considérée, mais c’est la probabilité la plus forte qui a été retenue et qui a servi à établir la carte de répartition des passages (fig. 22 et 23). Ce classement comporte une part importante de subjectivité, dont l’origine doit être attribuée à des données de qualité inégale. Comme tout essai de classification il peut être sujet à discussion et sera remis en cause en fonction de l’évolution de la recherche.

Fig. 22. Carte de localisation des passages à gué potentiels ou certains entre Verdun-sur-le-Doubs et Mâcon. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 23. Carte de localisation des passages à gué potentiels ou certains entre Mâcon et Lyon. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Titre Les passages à gué entre Lyon et Mâcon
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Les passages à gué entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 22. Carte de localisation des passages à gué potentiels ou certains entre Verdun-sur-le-Doubs et Mâcon. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 23. Carte de localisation des passages à gué potentiels ou certains entre Mâcon et Lyon. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search