Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Conclusion

Texte intégral

La consultation des archives du XIXe siècle a permis de recenser de façon certaine, entre le nord de Lyon et Verdun-sur-le-Doubs, vingt passages à gué utilisés lorsque le débit de la rivière le permettait et quand les abords en étaient encore accessibles. Malgré la relative abondance de documents, les informations précises sont finalement plutôt rares : ainsi on ne sait rien ou presque au sujet de leur tracé et de leurs éventuels aménagements. Quant à leur utilisation et leur fréquentation on peut se poser la question suivante : n’étaient-ils pas déjà destinés qu’à une population locale, pour un usage limité, comme cela semblait être le cas à Uchizy ?

1En tout état de cause, il semblerait que le XIXe siècle ait vu la fin d’un usage, dont les raisons sont probablement multiples : utilisation d’autres modes de traversée (bacs et ponts), changement possible (même léger) de régime de la rivière, conséquence des travaux d’aménagement à partir de 1837, dont le but était précisément de détruire ces passages.

2Il faut toutefois garder à l’esprit la liste des hauts-fonds qu’ont livrée les archives (fig. 13 et 14) : soixante-six seuils sont localisés entre le nord de Lyon (PK 8) et Verdun-sur-le-Doubs (PK 167), ce qui représente autant de gués potentiels utilisables à des époques antérieures au XIXe siècle, puisque le lit de la Saône semble avoir connu une relative stabilité. Afin de prouver leur utilisation par l’homme pour franchir la rivière, il faudra se tourner vers d’autres sources de renseignements.

3Plus on remonte dans le temps, plus les sources écrites descriptives s’amenuisent, et obligent à chercher des comparaisons ou des exemples similaires dans d’autres espaces géographiques et à des périodes différentes. C’est pour cette raison qu’il convenait de présenter en premier lieu la plus importante masse documentaire connue sur la Saône avant d’aborder l’étude des époques antérieures. Les archives du XIXe siècle représentent une base de données de comparaison irremplaçables dans le sens où elles permettent d’avoir à l’esprit un état de la Grande Saône juste avant et pendant le plus grand changement qu’elle ait sans doute jamais connu. C’est l’image d’une rivière qui, avant la mise en eau de ses barrages (1880) et jusqu’au début du XXe siècle, n’était encore navigable qu’occasionnellement, bloquée par les glaces ou la sécheresse, et dont les rives et le lit faisaient l’objet d’une exploitation humaine intense ; c’est un cours d’eau large, avec des hauts-fonds où le niveau d’eau ne dépasse pas 50 cm, des îles nombreuses et souvent cultivées, des obstacles divers tels que les moulins ou les pêcheries, des ports dont le seul aménagement ne consiste souvent que dans une rampe d’accès et quelques planches (fig. 20 et 21). Il n’est pas impossible que cet aspect de la rivière ait pu se rapprocher de celui qu’offrait la Saône plusieurs siècles auparavant.

Fig. 20. Déchargement à Tournus, au début du siècle, d’une bâche de dragage à l’aide d’infrastructures mobiles (chemin de planches supportées par des tréteaux) et de brouettes. Les manœuvres de transbordement nécessitaient un chemin d’accès, une hauteur d’eau suffisante et une berge en plan incliné. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Fig. 21. Déchargement d’une bâche de dragage à Gergy au début du siècle. Comme sur la figure précédente, le transbordement des matériaux s’effectue à l’aide de planches, de tréteaux et de brouettes. Un plan incliné permet l’accès à la rivière. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Table des illustrations

Légende Fig. 20. Déchargement à Tournus, au début du siècle, d’une bâche de dragage à l’aide d’infrastructures mobiles (chemin de planches supportées par des tréteaux) et de brouettes. Les manœuvres de transbordement nécessitaient un chemin d’accès, une hauteur d’eau suffisante et une berge en plan incliné. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 21. Déchargement d’une bâche de dragage à Gergy au début du siècle. Comme sur la figure précédente, le transbordement des matériaux s’effectue à l’aide de planches, de tréteaux et de brouettes. Un plan incliné permet l’accès à la rivière. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search