Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Confrontation des données archivistiques

Texte intégral

1Les tableaux qui suivent permettent de confronter les données extraites des différents documents étudiés. Ils présentent dans la colonne de gauche les gués mentionnés dans les Mémoires et Reconnaissances ainsi que ceux qui sont répertoriés dans le tableau établi par les Ponts et Chaussées pour le 7e corps d’armée de Besançon. La colonne de droite fait apparaître les hauts-fonds détectés dans les archives des Ponts et Chaussées. Chaque mention de gué correspond à un seuil connu des services de la navigation.

2Au total, vingt gués ont été reconnus entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs, c’est-à-dire sur une distance de 167 kilomètres. Si on partage cette zone en deux parties égales de 83 kilomètres, cela donne quatre gués pour la portion comprise entre Lyon et Mâcon et seize gués entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, dont douze sont uniquement mentionnés par la liste établie par les Ponts et Chaussées pour l’armée. Dans le secteur couvert par les deux documents, on a quinze gués dont seulement deux sont cités dans les Mémoires et Reconnaissances (la Mothe et Motte Nozillot). Paradoxalement, c’est le document le plus récent (1874) qui a apporté le plus grand nombre de mentions de gués. Malheureusement, il ne couvre pas les cent premiers kilomètres de la Saône (à partir de Lyon), ce qui explique le faible nombre de gués recensés dans cette zone. Toutefois, dans le secteur compris entre Montbellet et Verdun-sur-le-Doubs, il a permis de multiplier par quatre le nombre de passages cités dans les archives de Vincennes.

3Une certaine incohérence se dégage de la confrontation de ces documents : le plus récent (la liste établie par les Ponts et Chaussées en 1874) répertorie douze gués qui n’apparaissent pas dans les reconnaissances menées sur le terrain par les militaires au tout début du XIXe siècle. On peut penser que les ingénieurs des Ponts et Chaussées se sont fondés, pour établir cette liste, sur les observations qu’ils avaient pu faire et notamment sur les conséquences de plusieurs années de sécheresse exceptionnelle (dont le point culminant semble avoir été 1870) ayant provoqué l’émergence d’un nombre important de hauts-fonds qu’ils croyaient maîtrisés. Ceux-ci n’étaient peut-être pas aussi évidents dans le premier tiers du siècle et les militaires ne les ont alors pas pris en considération. Ainsi, M. Joinville, reconnaissant les environs de Louhans, Chalon et Tournus, précise que les habitants lui en avaient indiqué quelques-uns qu’ils connaissaient par ouï-dire seulement.

4L’absence du gué de Chauvort dans la liste la plus récente, alors que son existence était attestée dans une reconnaissance antérieure, apparaît plus logique. Elle est corroborée par la disparition des plans et profils du lit mineur du toponyme “Chauvort” à partir de 1865. Auparavant, sur le profil de 1836, le seuil de Chauvort n’est séparé du haut-fond de la Tête aux Chevaux que par une fosse. En 1861, les deux seuils sont toujours visibles et désignés par deux appellations distinctes. Sur le profil de 1865, ils ne sont plus dissociables, la hauteur d’eau sur le seuil est de 1,20 m et seul subsiste le toponyme de la Tête aux Chevaux. Cette évolution témoigne sans doute de l’incidence des travaux de resserrrement du lit, mais aussi, très probablement de la construction du pont de Chauvort qui crée, en amont, une fosse importante. La présence du gué de Chauvort sur la carte d’état-major s’explique par le fait que les reconnaissances militaires ont servi à l’établissement de ce document.

5Un autre passage pose problème, celui des Ronzeaux. On remarque qu’à chaque gué correspond un haut-fond naturel et que les toponymes des seuils et des gués concordent dans tous les cas sauf un ; en effet, l’emplacement du gué des Ronzeaux coïncide avec un haut-fond sans nom, repéré sur le profil de 1836. Sur un plan de 1847, ce gué est associé au seuil localisé en amont, celui de la Raie de Droux, appelé également “Port Guillot”. La liste des gués a donc permis de mettre un nom sur ce passage (toponyme qui figure d’ailleurs en rive droite sur les cartes). Mais elle présente en 1874, un gué qui n’est pas mentionné en tant qu’obstacle à la navigation dans le rapport rédigé consécutivement à l’importante sécheresse de 1870, et qui, sur le profil en long de 1869, figure sous la forme d’une légère bosse où la hauteur d’eau atteint 2,39 m. On se trouve là face à une nouvelle incohérence, à un manque de concordance de ces documents qu’il est difficile d’expliquer : on peut penser que, dans le texte du rapport de 1870, ce haut-fond n’a pas été dissocié de celui de la Raie de Droux/Port Guillot, ou que les sondages pratiqués en 1869 pour l’établissement du profil sont passés à côté du seuil. Enfin, les renseignements donnés à l’armée par les Ponts et Chaussées ont pu être repris, sans avoir été mis à jour, sur une ancienne liste de gués, antérieure aux premiers travaux d’aménagement qui ont pu venir à bout du haut-fond dans la passe navigable.

6La partie la mieux documentée, du PK 101 au PK 167, permet de calculer une fréquence d’un gué tous les 4,5 kilomètres. Sur cette distance, on note également la présence de quinze gués pour trente-trois hauts-fonds, ce qui permet de dire qu’à peu près un seuil sur deux, au moins, a été utilisé pour franchir la rivière. Peu de données comparatives relatives à d’autres cours d’eau sont disponibles. Cependant, une carte de la Meuse depuis Pagny jusqu’à Redan, conservée aux archives de Vincennes (M.R. 1060) et datée de 1830, « faite pour le projet de rendre cette partie navigable et de la communiquer du point de Pagny jusqu ’à la Moselle », figure un nombre plus élevé de gués. Leur concentration dans certaines parties du fleuve est supérieure à celle qui a été observée sur la Saône, puisqu’on peut compter un gué tous les deux kilomètres (fig. 90). Les constatations de H. Verdier de Pennery (1959) vont également dans ce sens, puisqu’il comptabilise sur la Seine un gué tous les 950 m et même un tous les 675 m sur l’Yonne. Ces informations doivent cependant être utilisées avec prudence, car il ne fait pas clairement la différenciation entre gué et haut-fond, et aucune indication précise ne permet de savoir si tous ces passages ont été utilisés en même temps.

7Les incohérences relevées dans les différents documents utilisés, ainsi qu’une fréquence des passages apparemment inférieure à celle que l’on a constatée sur d’autres cours d’eau, incitent à penser que déjà au début du XIXe siècle, l’usage des gués s’était en partie perdu, soit que, praticables seulement pendant un court laps de temps dans l’année, on leur préfère l’usage du bac puis celui des ponts suspendus construits à partir de 1808 sur la Saône, soit que leur accès, n’étant plus entretenu, rende leur existence caduque. On peut raisonnablement penser que bon nombre d’entre eux, tombés dans l’oubli ou ne servant plus que localement, ne méritaient peut-être plus d’être mentionnés. Des témoignages de riverains recueillis par L. Bonnamour montrent qu’une tradition orale s’est maintenue jusqu’à nos jours dans un certain nombre de cas : au Pont Sarrasin, « on pouvait traverser en voiture à cheval ou franchir la rivière à pied en tenant ses vêtements au-dessus de sa tête » ; le gué du Port de Boz aurait été utilisé par les habitants du lieu pour aller à la messe sur la rive droite.

8En 1880, la mise en eau des barrages de la Grande Saône mettait fin à cet usage. Tout comme sur la Seine et l’Yonne, ce sont les travaux de canalisation et de partage en biefs qui ont rendu définitivement inutilisables les passages à gué.

9Malgré certaines lacunes documentaires, cette comparaison fait ressortir une évidence qui sera sans doute applicable à toutes les périodes étudiées : à une époque donnée, tous les hauts-fonds n’ont pas été utilisés en tant que gué. L’implantation du réseau de voies terrestres, des localités, mais aussi l’évolution du lit de la rivière et de la configuration de ses berges ont forcément influencé ce choix. L’idéal serait d’arriver à déterminer précisément tous les facteurs intervenants. Si cela reste dans le domaine du possible pour les périodes contemporaines et modernes, l’analyse des données archéologiques démontrera qu’au fur et à mesure que l’on s’éloigne dans le temps, la part d’incertitude augmente.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search