Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Les passages à gué dans les archives du XIXe siècle

(Ponts et Chaussées et armée)

Texte intégral

Remarques

1Les tableaux ci-dessous cumulent les données extraites de deux types de documents décrits dans le chapitre concernant les sources historiques : les Mémoires et Reconnaissances des archives militaires et un inventaire dressé par les Ponts et Chaussées pour l’armée. Ces documents ne se limitent pas à la Grande Saône et les informations qu’ils contiennent sur le cours de la Petite, de la Haute Saône et de plusieurs affluents sont également présentées.

2Dans chaque reconnaissance militaire, il n’est souvent fait mention que d’un seul gué : cela tient au fait que le militaire cité n’était chargé de reconnaître qu’une portion, parfois très limitée, de la Saône. Les références M.R. (Mémoires et Reconnaissances) suivies d’un numéro correspondent à la cote employée pour classer les dossiers par le Service historique de l’armée de terre, à Vincennes (SHAT).

3Lorsqu’une mention de gué est suivie des lettres A.P.C., cela signifie qu’elle a été extraite de l’inventaire des ponts, bacs et gués dressé en 1874 par l’Administration des Ponts et Chaussées pour le 7e corps d’armée de Besançon. Ce document est déposé avec les autres aux Archives départementales de Saône-et-Loire à Mâcon (série S). À la rubrique « indication des emplacements des gués » correspond un nom de lieu, souvent accompagné d’une distance, voire deux, par rapport à une borne kilométrique. Cependant, aucune indication ne permet de savoir si la référence correspond à la rive gauche ou à la rive droite. Or, les gués coupant généralement la rivière obliquement et non perpendiculairement, leurs accès ne sont donc pas situés à la même distance des PK selon la berge. Malgré la précision apportée dans certains cas, il n’est donc pas toujours possible de restituer le tracé du gué. Il est alors figuré par un trait pointillé qui constitue une possibilité mais pas forcément la réalité (fig. 17).

4Tous les tableaux de cette étude présentent les passages du sud au nord, soit à contre-courant et dans l’ordre inverse de la logique géographique. Ce choix est étroitement lié au système de bornage de la Saône dont l’origine (le point kilométrique 0) a été placée à Lyon par les ingénieurs des Ponts et Chaussées.

Inventaire

Grande Saône

Gués de la Grande Saône mentionnés dans les archives du XIXe s.

nom du gué

descriptif

référence

gué de l’île Roy

La Saône a environ 200 m de largeur, son lit est entrecoupé de quelques îles de peu d’étendue et pour la plupart couvertes de bois ; ses rives sont en pente douce et peu élevées ; ses eaux coulent en général sur un fond sablonneux assez ferme ; dans les eaux moyennes la Saône n’est guéable nulle part ; dans les très basses eaux on trouve un gué aux îles de Roye, mais la difficulté des abords le rend de très peu d’importance.

Reconnaissance du capitaine de Castelnau, 1834, m.r. 1208

gué de Trévoux (ou du Roquet)

En ce point, la Saône, tournant autour du pied des hauteurs de Saint-Bernard, change brusquement de direction, court de l’est à (ouest, puis du nord au sud et forme ainsi deux coudes très prononcés entre lesquels se déposent tous les sables qu’elle charrie. Dans presque tout cet intervalle et pendant environ deux mois de l’année les eaux ne dépassent pas la hauteur moyenne de 0.50 m à 0.60 m. Les voitures et (es piétons passent alors très facilement à gué mais la navigation se trouve alors entièrement arrêtée.
Gués : pendant environ deux ou trois mois de l’année, à l’époque des sécheresses il est rare que les eaux comprises entre l’île du Roquet et Trévoux dépassent 0.40 m à 0.50 m mais en ce point le fond de la rivière est entièrement composé de sable fin, il en est de même de ses rives de sorte qu’on ne pourrait y exécuter qu’un passage peu nombreux de cavalerie ou d’artillerie.

Reconnaissance de M. de Lurey, 1835, m.r. 1206

gué de Grelonges

A une lieue et demie environ au-dessous de Villefranche, entre les châteaux de Laye et de Fléchère il existe un autre gué plus profond que le précédent mais dont le fond composé de sable et de graviers est peut-être un peu meilleur. Ce gué est indiqué sur la carte d’état-major au 1 : 80 000 publiée par le dépôt de la guerre en 1841 et révisée en 1889 (fig. 15)

Reconnaissance de M.de Lurey, 1835, m.r.1206

gué de Belleville

Cette rivière n’a qu’un seul gué situé au-dessous de l’île de Belleville, les voitures le passent en tous sens : cependant il change quelquefois et varie de 8 ou 10 toises ; mais les habitants des rives peuvent toujours l’indiquer. Une carte accompagnant le rapport écrit figure ce passage en pointillé (fig. 87).

Reconnaissance du lieutenant de Rochemont, 1826, M.R. 1208.

gué de l’île de la Mothe

.... un second à l’extrémité de la deuxième île (on les nomme aussi îles de Broix).
La Mothe, à 150 m en aval de la borne kilométrique 101. Largeur de la rivière à plein bord : 250 m, en eaux moyennes : 110 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,72 m – Nature du fond : sable fin mobile.

Reconnaissance de Dumesnil, 1836, M.R. 1203.
A.P.C.

gué d’Uchizy (ou de l’île d’Arbigny)

Gués de la Saône : à 200 m, au-dessous d’Uchizy, au point où se trouve le bac, on rencontre deux gués : un à la tête de l’île d’Arbigny, un second à l’extrémité de la deuxième île (on les nomme aussi îles de Broix).
Les conditions voulues pour le passage de la Saône, sur les deux rives, soit à un pont, soit à un gué, se réunissent aux îles de Broix dites de Fleurville, pour la proximité de la grande route de Paris à Lyon et de la chaussée du canal de Pont-de-Vaux ; l’avantage de la défense appartient à la rive droite, la berge étant rapprochée de la rivière et de la grande communication. Le sol du lit, par sa solidité favoriserait le passage d’une colonne de cavalerie, sans que les gués en fussent endommagés.

Reconnaissance du chef d’escadron Dumesnil, 1836,
M.R. 1203.

gué de l’île de Farges

Farges, à 430 m en amont de la borne kilométrique 104. Largeur de la rivière à plein bord : 250 m, en eaux moyennes 120 m- Hauteur d’eau moyenne : 0,72 m- Nature du fond : gravier résistant – Ce gué est également traversé par la pointe amont de la digue basse.

A.P.C.

gué de la Seille

La Seille, à 230 m en amont de la borne kilométrique 106. Largeur de la rivière à plein bord : 225 m, en220
eaux moyennes : 110 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,62 m – Nature du fond : sable.

A.P.C.

gué du Moulin Ravet

Moulin Ravet, à 75 m en amont de la borne kilométrique 113. Largeur de la rivière à plein bord : 240 m, en eaux moyennes : 190 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,62 m – Nature du fond : sable.

A.P.C.

gué de l’Homme d’Armes

L’Homme d’Armes, à 230 m en aval de la borne kilométrique 114. Largeur de la rivière à plein bord : 240 m, en eaux moyennes : 110 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,67 m – Nature du fond : sable et gravier ().

A.P.C.

gué de la Mare Jandeau

Marjandeau, à la borne kilométrique 118. Largeur de la rivière à plein bord : 240 m, en eaux moyennes : 105 m- Hauteur d’eau moyenne : O, 64 m – Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de Thorey

Thorey, à 200 m en amont de la borne kilométrique 125. Largeur de la rivière à plein bord : 230 m, en eaux moyennes : 110 m- Hauteur d’eau moyenne : 0,62 m – Nature du fond : gravier – Ce gué est traversé par une digue basse à 100 m de la rive gauche, dont le couronnement est situé 0,50 m en-dessous des eaux moyennes.

A.P.C.

gué de la Grosne

Grosne, 1°) 360 m en amont de la borne kilométrique 127, 2°) à 250 m en amont de la borne kilométrique 127. Largeur de la rivière à plein bord : 230 m, en eaux moyennes : 110 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,59 m – Nature du fond : sable fin mobile.

A.P.C.

gué de Varennes

Varennes, à 480 m en aval de la borne kilométrique 131. Largeur de la rivière à plein bord : 215 m, en eaux moyennes : 145 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,67 m – Nature du fond : sable.

A.P.C.

gué d’Épervans

Épervans, à la borne kilométrique 133. Largeur de la rivière à plein bord : 190 m, eaux moyennes : 100 m- Hauteur d’eau moyenne : 0,66 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué des Ronzeaux

Les Ronzeaux, à 375 m en amont de la borne kilométrique n° 136. Largeur de la rivière à plein bord : 200 m, eaux moyennes : 100 m-Hauteur d’eau moyenne : 0,66 m – Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de la Raie de Droux

Raie de Droux, à 330 m en aval de la borne kilométrique n° 139. Largeur de ta rivière à plein bord : 210 m, eaux moyennes : 120 m – Hauteur d’eau moyenne : 0,70 m – Nature du fond : sable, gravier et argile.

A.P.C.

gué de la Motte Nozillot

Motte-Nozillot, en amont du village d’Allériot. Largeur de la rivière : 280 m entre les berges, 120 m en basses eaux – Hauteur d’eau moyenne : 0,40 m – Nature du fond : sablonneux

A.P.C.

gué de Chauvort

Les deux gués qui ont été reconnus sont, le premier en aval du bac de Chauvort, et le second entre le hameau de Bougerot et le village de Bey. Ils ne sont praticables pour toutes les armes que dans les basses eaux

Reconnaissance du lieutenant colonel Chauvet, 1836, M.R. 1203

gué de Bougerot

Une des parties où la rivière a le plus de profondeur est à la hauteur de Gergy, sur la rive droite et les seuls gués (quand les eaux sont bas ses) que l’on rencontre de Verdun à Chalon (limite de notre travail) se trouvent le premier entre les deux Chauvort, où l’on voit que sa direction, après avoir été oblique en descendant remonte ensuite aussi obliquement et le deuxième, dans une direction inclinée au fil de la rivière appelé le gué de Bey, entre ce dernier village et le hameau de Bougerot.
Ces deux gués sont figurés sur la carte de France de l’état-major au 1 : 80 000 de la fin du XIXe siècle (fig. 16).

Reconnaissance du capitaine Couthau, 1836, M.R. 1203

gué de Verdun

Verdun, en aval du barrage. Largeur de la rivière : 120 m entre les berges, 80 m en basses eaux – Hauteur d’eau moyenne : 0,30 m – Nature du fond : sables mobiles – Le Doubs se trouve sur la rive gauche, et la partie de terrain entre cette rivière et la Saône est très étroite, 500 m à peu près.

A.P.C.

Petite Saône

Gués de la Petite Saône mentionnés dans les archives du XIXe s.

nom du gué

descriptif

référence

gué de Gorge-de-Loup

Passage de Gorge-de-Loup, en amont du Village d’Ecuelles. Largeur de la rivière : 120 m entre les berges, 70 m en basses eaux – Hauteur d’eau moyenne : 0,45 m – Nature du fond : gravier terreux résistant – Ce passage ne peut devenir gué qu’après l’abaissement du barrage de Verdun, à 7 km en aval.

A.P.C.

gué de Charnay

Passage de Charnay. Largeur de la rivière : 200 m entre les berges, 100 m en basses eaux – Hauteur d’eau moyenne : 0,50 m – Nature du fond : sable terreux résistant – Ce passage ne peut devenir gué qu’après abaissement du barrage de Charnay à 500 m en aval.
La Saône présente aussi un gué en face de Charnay mais seulement dans les très basses eaux alors même n’est-il pas pratiqué par les habitants comme l’indique le bac qui fait en tout temps le service d’une rive à l’autre... Le fond présente d’ailleurs un gravier trop fin et le passage deviendrait bientôt impraticable.

A.P.C.
Reconnaissance du lieutenant de Boncourt, 1835, M.R.1203

gué de l’île Colon

Ile Colon, en aval de Seurre, borne kilométrique n° 183. Largeur de la rivière : 40 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 116 m) – Hauteur d’eau moyenne : 0,60 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de Saint-Georges à Seurre

Passage Saint- Georges à Seurre, sur la rive gauche, borne kilométrique n° 186, 5. Largeur de la rivière : 40 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 140m) – Hauteur d’eau moyenne : 0,70m-Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de Pouilly

Village de Pouilly, sur la rive droite, borne kilométrique n° 190. Largeur de la rivière : 60 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 170 m) – Hauteur d’eau moyenne : 0,80 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué du Rapin

Passage du Rapin, borne kilométrique n° 197. Largeur de la rivière : 50 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 120 m) – (Hauteur d’eau moyenne : 0,65 m – Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué du Châtelet

Village du Châtelet, sur la rive gauche, borne kilométrique n° 198, 5. Largeur de la rivière : 40 m (en supposant les barrages couchés, (a largeur totale du lit de la rivière est de 120 m.) – (Hauteur d’eau moyenne : 0,60 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué du Bourrey

Passage du Bourrey, sur la rive droite en aval du barrage du Châtelet, borne kilométrique n° 199. Largeur de la rivière : 40 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 160 m) – Hauteur d’eau moyenne : 0,80 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de Pagny

Village de Pagny la ville sur la rive gauche, borne kilométrique n° 203. Largeur de la rivière : 50 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 165 m) – (Hauteur d’eau moyenne : 1m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de Chaugey

Hameau de Chaugey, sur la rive gauche, borne kilométrique n° 212. Largeur de la rivière : 30 m (en supposant les barrages couchés, la largeur totale du lit de la rivière est de 150 m) – Hauteur d’eau moyenne : 0,70 m- Nature du fond : sable et gravier.

A.P.C.

gué de [...]

Il se trouve à plus d’un kilomètre au-dessous du confluent de la Ténise avec la Saône un autre gué, dont la profondeur, au temps des plus basses eaux, varie de 0,52 à 0,57 m. Sur la rive gauche, le bord en cet endroit est assez escarpé ; mais sur la rive droite est une prairie qui ne s’élève qu’insensiblement au-dessus de la surface de la rivière ; le fond de ce gué comme celui du précédent est un banc de sable.

Reconnaissance de l’aide-major Tribert, 1820

gués d’Écerté

En aval de la ville de Gray la rivière est généralement peu profonde et même vis-à-vis Ecerté il existe un gué dont on fait journellement usage.
Au-dessous d’Ecerté la rivière devenant plus profonde on ne trouve point de gué, mais au-dessus on pourrait en établir un si l’escarpement des rives ne s’y opposait.

Reconnaissance de l’aide-major Tribert, 1820

Haute Saône

Gués de la Haute Saône mentionnés dans les archives du XIXe s.

nom du gué

descriptif

référence

gué de Rigny

En amont de la ville de Gray la rivière est généralement profonde et n’est point guéable si ce n’est à Rigny village non compris dans la reconnaissance.

Reconnaissance de l’aide-major Tribert, 1820, M.R. 1195

A environ un kilomètre au-dessus du confluent de la Morte avec la Saône, est un gué qui se dirige obliquement vers le nord-est, de la rive gauche à la rive droite ; la plus grande profondeur de la rivière en cet endroit est de 0,64 m, lorsque les eaux ont à peu près atteint la limite de leur décroissement. Sur la rive droite, règne à cette hauteur une plage de sable ; sur l’autre rive le bord présente une pente douce.

Reconnaissance de l’aide-major Tribert, 1820, M.R. 1195

gués de Ferrières, de Vauchoux, du Melay, du Magny

La Saône offre plusieurs gués très praticables, pour les voitures, pendant les temps secs. On n’y trouve habituellement alors que de 2 ou 3 pieds d’eau. Le fond est en gravier et très solide. La Saône est guéable presque partout pour l’infanterie pendant la saison de basses eaux Jusqu’à Chemilly plusieurs gués sont indiqués comme pouvant livrer passage assuré aux voitures mais il suffit souvent d’une pluie un peu abondante pour les rendre tout à fait impraticables.
Sur le plan accompagnant la description, quatre gués sont représentés : ceux de Ferrières, de Vauchoux (fig. 18), du Melay, du Magny (fig. 19 et 89).

Reconnaissance du capitaine aide de camp E. de Viterne, 1825, M.R. 1195

Affluents de la Saône

Gués sur les affluents de la Saône mentionnés dans les archives du XIXe s.

nom de l’affluent

descriptif

référence

La Veyle

Comme le lit de la Veyle est, en général vaseux on trouve difficilement un gué pour la franchir.

reconnaissance du chef d’escadron Dumesnil, 1835, M.R. 1203

La Reyssouze

On franchit aussi la Reyssouze sur des pièces de bois ; les voitures la traversent à gué, chaque moulin offre un moyen de passage.
Cette rivière est guéable, en temps ordinaire, sur tous les points. Les rives sont au niveau du sol
Tous les moulins ont généralement fait en aval de l’ [illisible] un gué praticable soit en amont un point où les voitures peuvent passer. Les chemins qui traversent ces prairies aboutissent généralement à des gués. On compte pour la Reyssouze 18 moulins et à tous les voitures peuvent passer. Sur sept autres points ces gués sont encore praticables.

reconnaissances du chef d’escadron Dumesnil, de C. de Mandajors et de M. Chupiet, 1835, M.R. 1206

La Seille

Gués : un au-dessus de Juvençon, un entre Cuisery et Loisy, plus près de ce dernier lieu, un entre l’embouchure de la Sanne et Ratenelle.

reconnaissance du chef d’escadron Dumesnil. 1835, M.R. 1203

La Grosne

Pour la nature du lit de la Grosne, on peut la passer à gué, sur tous les points (dans la portion de terrain reconnue).

reconnaissance du chef d’escadron Dumesnil, 1835, M.R.1203

Le Doubs

Le Doubs entre Fretterand et Charette pourrait offrir quelques gués, mais l’inconstance du lit de cette rivière ne permet pas de les indiquer comme ceux qui ne changent point.

reconnaissance du lieutenant de Boncourt, 1835, M.R. 1203

L’Ouche

Les gués sont, pour la plupart perpendiculaires aux petits cours d’eau qu’ils traversent. Le fond est rocailleux sur l’Ouche, un peu vaseux dans la partie N.0. et sableux dans la partie S.O. du terrain. Ils sont praticables par toutes les armes...

reconnaissance du capitaine R. de Coymard, 1838, M.R. 1204

ANALYSE

5Ces descriptions, ainsi que la définition du gué d’après une encyclopédie du XIXe siècle (annexe 7), montrent que l’armée accordait un intérêt certain à l’existence des moyens de franchir une rivière. Dans cet inventaire, seules les mentions de gués ont été retenues, mais les bacs et les ponts font également l’objet d’un recensement.

6Partant du principe que ces reconnaissances pouvaient servir à des mouvements de troupes en cas de conflit et qu’elles ont servi à établir les premières cartes d’état-major, le crédit que l’on doit leur accorder équivaut à l’importance d’un tel enjeu. Aussi, lorsqu’il n’y a pas de gué praticable ou accessible dans une portion du cours d’eau au moment où la reconnaissance est effectuée, comme c’est le cas entre Chalon et Tournus, le fait est mentionné. Le militaire a enquêté auprès de la population et est allé vérifier lui-même sur les lieux désignés.

7L’escarpement des berges est presque systématiquement indiqué, démontrant par là même que l’existence d’un gué ne suffit pas à en faire un passage utilisable et fréquenté. En effet, si ses abords sont trop abrupts ou trop humides, son intérêt s’en trouve fortement diminué. Ainsi, le capitaine Guérimeau de Boisvilette constate qu’aux environs de Mâcon, notamment vers Crèches et Cormoranche, « la profondeur de la Saône étant seulement de 0,40 m dans les basses eaux, il en résulte qu’elle est guéable presque partout pendant une partie de l’année. Le fond des gués, quoique vaseux serait cependant praticable, mais pour ouvrir un passage, il serait nécessaire de construire des rampes, pour franchir l’encaissement des rives dont la moindre hauteur est de 3 mètres » (SHAT, M. R. 1203).

8Un deuxième degré de praticabilité résulte de la consistance du fond de la rivière. Certains gués peuvent être empruntés uniquement par l’infanterie, d’autres sont capables de supporter un passage d’artillerie et de cavalerie.

9Le franchissement des petits cours d’eau n’est pas oublié et on peut légitimement penser que de tout temps il a dû être résolu d’une façon ou d’une autre, ce qui laisse entrevoir un potentiel d’étude archéologique non négligeable. Cette remarque est d’autant plus importante que ces rivières ou ruisseaux non navigables ont souvent été moins remaniés par les travaux d’aménagement que les cours d’eau plus importants comme la Saône. Un exemple de solution pour pallier une absence éventuelle de gué est proposé par le lieutenant Rochemont : « si par un cas imprévu un des ruisseaux qui survient des montagnes recevait par les pluies ou par la fonte des neiges une crue d’eau trop considérable pour pouvoir les passer à gué, ils sont tous bordés d’une si grande quantité de peupliers, de frênes et de vernes, qu’on pourrait facilement construire, sur ces petits torrents, des ponts de bois, chargés de terre, capables de faire passer l’artillerie sans danger, dans deux ou trois heures au plus » (SHAT, M.R. 1208).

Fig. 15. Extrait d’une carte publiée par le dépôt de la guerre en 1841 et révisée en 1879, figurant le gué de Grelonges. Ce passage est également décrit dans les Mémoires et Reconnaissances du XIXe siècle conservés au Service historique de l’armée de terre à Vincennes. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Fig. 16. Extrait d’une carte du dépôt de la guerre et du dépôt des fortifications (librairie militaire J. Dumaine. non datée) au 1 : 80 000 montrant les gués de Bougerot et de Chauvort. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.

10On n’a pris en compte, pour le moment, que l’aspect de la mobilité des troupes sur leur territoire. Le problème se complique si on retient le fait qu’un gué est un moyen de traverser aisément un cours d’eau : si une armée peut le faire dans un sens, il ne fait aucun doute qu’une armée ennemie profitera de ce mode de passage. Le lit de la rivière qui pouvait représenter, en cas d’invasion, un obstacle salvateur, se transforme en une dangereuse “passoire” : autant de gués, autant de points stratégiques à surveiller et, le cas échéant à éliminer. Ainsi un mémoire datant de 1733, présente « les ouvrages ordonnés par M. de l’Isle pour empêcher la partie ennemie de passer les gués sur la Meuze depuis Sedan jusqu’à Mézières » (SHAT, M. R. 1047).

11La suppression des passages peut s’opérer de diverses manières. La première est naturelle : à propos de la Saône, le capitaine aide de camp de Viterne indique que « depuis Port-sur-Saône jusqu’à Chemilly les hommes à pied peuvent franchir la rivière sans danger sur presque tous les points ; cette disposition rend le passage difficile à défendre ; mais s’il survient une pluie abondante, les eaux montent avec une rapidité prodigieuse, et il suffit quelquefois de 24 heures pour les faire déborder, tous les gués disparaissent alors entièrement » (SHAT, M. R. 1195). Concernant la Seille, le capitaine Desjardins propose, dans l’éventualité d’un conflit et de l’arrivée d’un ennemi par l’est, de provoquer artificiellement une montée des eaux : « L’aile gauche retranchée derrière la Seille peut être considérée comme l’avant-garde d’un corps d’armée en position derrière la Saône et le problème à résoudre maintenant consiste à défendre le passage de ces deux rivières.

12Le niveau actuel de la Seille nécessaire à la navigation lui est donné et conservé par un barrage établi à la Truchère, indépendamment de ce barrage, il y a une écluse à Loisy, une autre à Cuisery et ces deux écluses établies dans deux rentrants de la rivière... pour la protection des escarpements qui s’élèvent immédiatement sur la rive droite. L’une de ces deux écluses et la chaussée qui retient les eaux pourraient facilement être converties en barrage et élever les eaux assez pour noyer les deux gués principaux qui se trouvent l’un en amont, l’autre en aval de Loisy, mais une condition essentielle à la défense de la Seille est la conservation du barrage de la Truchère ; sans cet obstacle, la Seille serait guéable presque partout dans les basses eaux et ne présenterait aucun obstacle » (SHAT, M. R. 1203).

Fig. 17. Code graphique utilisé sur les extraits de la carte de la Saône de 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.

13Une autre solution visant à neutraliser ces passages est indiquée pour l’Allain : « Le fond du gué est en gros graviers et ne se creuse pas. Les moyens de le rompre seraient de couper sa largeur par un fossé ; y jeter des arbres, les branches tournées vers la rive gauche, des herses arrêtées avec des piquets, ... » (SHAT, M. R. 1195), et pour la Veyle : « Quant aux moyens de les rompre [...], une tranchée un peu large dans le chemin sera un de ces moyens le plus sûr d’empêcher d’accéder aux gués » (SHAT, M. R. 1203). L’emploi d’explosif est même préconisé pour les gués de l’Arroux : « Leur fond est sablonneux ou granitique. Dans le premier il est facile de détruire ces gués, dans le second cas, il faudrait faire usage de la mine » (SHAT. M.R. 1204). Parlant des gués de la rivière d’Ain, le capitaine Chapiot indique qu’il « sera facile de les détruire en coupant la rive occupée, ou en les obstruant par des arbres, couchés dans la direction du gué et maintenus par de bons piquets » (SHAT, MR 1205). A. Hure (1931) mentionne des méthodes similaires employées sur l’Yonne au XVe siècle : « Sous Charles VII, on voit, d’après les chartes, qu’à certains endroits, la rivière d’Yonne était guéable, et que des travaux avaient lieu pour l’empêcher d’être guéable sur ces points. On rompait ces passages à l’aide de fossés établis au milieu des sables, et pendant les guerres une chaîne servait à barrer la rivière ».

14Mais la solution miracle n’existe pas et on constate que les obstacles peuvent, de toute façon, être contournés : « mais l’ennemi trouverait toujours les moyens de se procurer des passages sur cette rivière (F Allain), ordinairement peu profonde. Les forêts voisines lui fourniraient abondamment les matériaux nécessaires pour faire des ponts de chevalet » (SHAT, M. R. 1195) ; « Mais elle (la Luzine) ne présente ordinairement, sur aucun de ses points, un obstacle sérieux à l’ennemi qui tenterait d’en brusquer le passage. les bois qui sont à proximité lui fourniraient les moyens d’y faire un pont de chevalets, ou pour plus de promptitude, d’y jeter en travers de longs arbres, recouverts de branchages et de terre ; opération qu’il serait bien difficile d’empêcher » (SHAT, M. R. 1195) ; « Ils (les gués de l’Ouche) sont praticables par toutes les armes et il serait inutile d’essayer de les détruire, car quelques instants suffiraient pour en ouvrir de nouveaux près de ceux dont le passage serait interrompu » (SHAT, M. R.1204).

Fig. 18. Les gués de Vauchoux et de Ferrières localisés sur la carte de la Saône de 1862 d’après un plan levé par les militaires (voir fig. 89). Près du gué de Vauchoux se trouvent deux toponymes significatifs : “le Pâtis du gué de Place” sur la rive gauche et “sur le gué de Vauchoux” sur la rive droite. Non loin du gué de Ferrières, le toponyme “port” est présent sur les deux rives. DAO Gh. Macabéo / Afan.

15Cette difficulté à rendre le passage impossible se rapporte surtout à des petits cours d’eau. Les projets de défense des passages de la Saône sont rares et il semblerait qu’une majorité des gués de cette rivière soient déjà impraticables au début du XIXe siècle. L’unique cas est celui qui est présenté par l’aide major Tribert (1820) aux environs de Gray : « C’est près du village d’Écerté que l’ennemi me paroit devoir tenter de préférence le passage de la rivière ; en effet à cet endroit la rivière est moins large, moins profonde, il y existe un gué et ce dernier est dans la proximité de la route de Dijon. En outre, un peu au-dessous du gué, il y a un rentrant dont l’ennemi peut profiter pour s’appuyer aussitôt le débarquement éxécuté ; enfin, à ce même rentrant, la rive droite commande la rive gauche.

16Pour s’opposer à l’ennemi on devra rendre le gué de Écerté impraticable en y pratiquant des fossés dans la largeur de la rivière, en y enfonçant des piquets ou bien en jetant des herses ou des abattis.

17On devra aussi occuper les villages d’Écerté et de Gray la ville ; et, afin d’ajouter encore à la force de ces positions défensives, on pourra construire quelques ouvrages de campagne. En amont de la ville de Gray il n’y a qu’un rentrant où l’ennemi pourroit tenter un passage, mais en cet endroit la rivière est large et profonde » (SHAT, M. R. 1195).

18À travers ces documents transparaît le premier niveau d’approche de la rivière que l’on peut qualifier de transversal. Il comporte déjà une première contradiction. Si les moyens de traverser un cours d’eau sont utiles, voire indispensables, aux communications terrestres, ils peuvent également représenter, par leur fréquence et leur relative facilité d’accès, un danger, une menace.

19Lorsqu’ensuite on aborde la rivière d’un point de vue longitudinal ou de navigabilité, une deuxième contradiction vient alors se greffer sur cette notion de passage. Les gués sont des hauts-fonds sur lesquels le niveau de l’eau est, en période sèche notamment, très bas et constituent des obstacles à la navigation.

20Cette apparente incompatibilité entre deux types de circulation, terrestre et fluviale, est déjà mise en évidence au début du XVIIIe siècle (1720) par M. Bavillier, ingénieur ordinaire du roi. Dans sa « reconnaissance de la Nied avec un projet pour rendre cette rivière navigable depuis la Saare jusqu’au village de Condé », il énumère les gués et propose des solutions pour faciliter la circulation des bateaux : « Sur le gué B, lequel a 350 toises de longueur, 10 de largeur et 1 pied 4 pouces de hauteur d’eau, qui coule sur une pente de 8 pieds de haut en bas, pour rendre ce gué navigable, il y a deux partis à prendre, de même que pour tous les autres qui sont dans la rivière, savoir est de faire au bas une retenue d’eau suivant le dessin de la feuille volante, ou tel autre qu’il plaira à M. de Vauban.

21Le second parti à prendre c’est d’approfondir les gués sur une largeur de 20 pieds seulement, et profondeur convenable en forme de canal, et au lieu que l’eau coule présentement dans les gués sur une largeur de 10 à 12 toises et de 10-12-15 à 18 pouces de hauteur, étant réduit à 20 pieds de largeur il y aura du moins 3 à 4 pieds d’eau et c’est plus qu’il n ’en faut pour porter les bateaux, ce dernier parti selon mon voeu est le meilleur parce que c’est un travail pour l’éternité au lieu qu’aux retenues, digues ou renvoys d’eau, il y aura d’année à autre des réparations à faire et beaucoup de difficultés pour le passage des bateaux » (SHAT, M. R. 1060).

22En tout, cinquante points sont à rectifier, ce qui montre bien encore une fois la fréquence de ces obstacles.

23Sur la Saône, le problème est évoqué à propos des environs de Saint-Bernard et Trévoux où « pendant une forte partie de l’été et surtout dans les années de sécheresse, la navigation de la Saône se trouve entièrement interrompue par un grand nombre de bancs de sable qui barrent la rivière. Difficiles à franchir partout où ils se présentent, ils sont à Trévoux un obstacle insurmontable » (De LUREY, M. R. 1206, 1835).

24Cette observation précède de peu les grands aménagements mis en œuvre par les Ponts et Chaussées pour détruire ces hauts-fonds et permettre le plein essor de la navigation fluviale.

Fig. 19. Les gués du Magny et du Melay localisés sur la carte de 1862 à partir du document des archives militaires présenté sur la figure 89. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 15. Extrait d’une carte publiée par le dépôt de la guerre en 1841 et révisée en 1879, figurant le gué de Grelonges. Ce passage est également décrit dans les Mémoires et Reconnaissances du XIXe siècle conservés au Service historique de l’armée de terre à Vincennes. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 16. Extrait d’une carte du dépôt de la guerre et du dépôt des fortifications (librairie militaire J. Dumaine. non datée) au 1 : 80 000 montrant les gués de Bougerot et de Chauvort. Document Musée Denon, Chalon-sur-Saône. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 17. Code graphique utilisé sur les extraits de la carte de la Saône de 1862. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 18. Les gués de Vauchoux et de Ferrières localisés sur la carte de la Saône de 1862 d’après un plan levé par les militaires (voir fig. 89). Près du gué de Vauchoux se trouvent deux toponymes significatifs : “le Pâtis du gué de Place” sur la rive gauche et “sur le gué de Vauchoux” sur la rive droite. Non loin du gué de Ferrières, le toponyme “port” est présent sur les deux rives. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 19. Les gués du Magny et du Melay localisés sur la carte de 1862 à partir du document des archives militaires présenté sur la figure 89. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17467/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search