Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Établissement de la carte des hauts-fonds

Texte intégral

Remarques

1La carte des hauts-fonds a été élaborée par la confrontation des différents documents cités précédemment. Il était difficile de faire une présentation plan par plan ou année par année, car tous les documents n’ont pas été établis de la même façon, à la même échelle, avec le même but, ni même encore sur le même secteur géographique. Il fallait donc rassembler et synthétiser ces données qui se complètent et parfois présentent des contradictions évidentes : par exemple, le profil de 1836 ne montre, entre Verdun et Chalon, que trois hauts-fonds (Chauvort, Motte Nozillot et pont de Chalon) où la hauteur d’eau est inférieure à 1 mètre, alors que la consultation des tableaux des obstacles de 1861 et 1870 en révèle onze. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela. La première réside dans le fait que l’on ne sait ni exactement à quoi correspond le niveau d’eau indiqué sur cette portion en 1836 (étiage ou niveau fictif, quel était le référentiel ?), ni à quelle période de l’année les sondages ont été effectués. La deuxième découle des options méthodologiques adoptées lors des relevés : la rivière est sondée tous les 100 mètres dans les enquêtes les plus précises ; or les hauts-fonds coupant ponctuellement la rivière, la butte qu’ils représentent a pu se trouver entre deux sondages, et ainsi ne pas figurer sur le profil. C’est ce qui est arrivé lors des récents travaux sur la liaison Rhin – Rhône : le haut-fond de Raconnay ne figurait pas sur les profils de la CNR, alors qu’un autre relevé, effectué ensuite par P. Bonnin à l’écho-sondeur, l’a fait très nettement ressortir (CHASTEL, PICHON, 1992).

2Des erreurs de mesure ont également pu être commises. Ainsi, un ingénieur reconnaît, dans une lettre datée du 19 août 1847, que le nivellement qu’il vient d’effectuer est inexact et que les erreurs constatées proviennent d’une part, « du nivellement en travers fait avec le niveau d’eau qui est beaucoup moins précis que le niveau à bulle d’air ; et d’autre part de la variation des eaux au moment de l’opération soit par rapport à leur croissance ou décroissance, soit par le mouvement produit par la vacillation des vagues ». Le véritable niveau de l’eau n’a pu être déterminé et l’opération est donc à refaire avec le niveau à bulle d’air, à un moment où les eaux sont stationnaires et le temps calme (A.D. Saône-et-Loire, série S, perfectionnement de la navigation de la Saône).

3Certains hauts-fonds semblent avoir évolué au fur et à mesure de l’avancement des travaux et pas toujours de la même façon selon les endroits, ce qui ne facilite pas cette analyse.

4Tous ces documents permettent de recenser non seulement les passages qui gênaient la batellerie par leur faible hauteur d’eau, mais aussi d’en connaître le nom et les synonymes qui parfois s’y rattachent. Certains ne sont nommés qu’une seule fois, c’est le cas du lieu-dit La Morée des Chiens, localisé au niveau du gué du Port Guillot. D’autres toponymes auraient été difficiles, voire impossibles à localiser sans les informations recueillies dans les archives, pour la simple raison qu’ils n’ont jamais figuré sur aucune carte.

5Les profils en long, malgré les lacunes qu’ils présentent, permettent de suivre l’évolution du chenal de 1836 à 1901. Malgré les dragages et les digues, certains hauts-fonds se remarquent toujours à la fin du XIXe siècle sur la ligne du thalweg. Ceci peut s’expliquer par le fait que ces obstacles, trop importants pour être détruits, se reformaient 100 ou 200 m plus loin ou se décalaient légèrement dans le chenal lorsque les travaux étaient insuffisants.

6Les rapports des années 1845 à 1890 constituent également une importante source de renseignements. Il ressort de ces documents que cette période a connu des sécheresses importantes, notamment en 1846, 1859 et 1870. Ces eaux exceptionnellement basses, à plusieurs reprises, ont servi de référence par la suite. Ainsi, les profils de 1862 et 1891 présentent une ligne d’étiage élevée de 0,35 m au-dessus des plus basses eaux de 1859. Sur le profil de 1901, il est précisé que « les plus basses eaux connues de la Saône, celles de 1870, sont descendues en moyenne à 0,54 m au-dessous de l’étiage ou à 0,19 m au-dessous des basses eaux de 1859 ».

7De plus, pendant ces périodes sèches, de nombreux maigres ou hauts-fonds ressurgissent et gênent considérablement la navigation. Ils font alors l’objet d’inventaires, dont les constatations sont parfois surprenantes : sous le pont de Chalon, par exemple, en 1870, la hauteur d’eau minimale est de 0,55 m, la hauteur d’eau moyenne de 0,58 m.

8Une reconnaissance militaire effectuée par le capitaine d’état-major Joinville en 1835 (M.R. 1203) a également livré quatre mentions de hauts-fonds entre Tournus et le sud de Chalon-sur-Saône : « [...] Je n’ai trouvé aucun gué aux basses eaux de ces étés mais plusieurs barres arrêtent la navigation ou la gênent ; ainsi en amont, et à 2 000 m du pont de Tournus, au port des Trefforts, un peu au-dessous de celui d’Ouroux, devant Saint-Loup de Varenne, etc. ».

9Tout passage dont le nom figure, ne serait-ce qu’une seule fois, sur un des documents pris en compte a été retenu. Les hauts-fonds sont localisés par rapport aux points kilométriques actuels. Lorsque l’ancienneté du profil le rendait nécessaire, la corrélation des deux systèmes de repères fixes a été utilisée. Les hauteurs d’eau données dans le commentaire sont celles qui figurent sur tes plans par rapport à une ligne d’étiage figurée. Elles ne tiennent donc pas compte du relèvement du niveau de la rivière dû à la construction des barrages.

La carte des hauts-fonds : analyse

10Entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon, c’est-à-dire sur 167 km de rivière, soixante-six hauts-fonds ont été localisés, ce qui représente en moyenne un seuil tous les 2,5 km (fig. 13 et 14). Si on divise le cours de la Grande Saône en deux moitiés égales, on constate une nette disparité : de Mâcon à Lyon, vingt-cinq hauts-fonds sont recensés, alors qu’on en compte quarante et un entre Verdun et Mâcon. L’absence de profil en long général antérieur aux premiers travaux, pour la portion comprise entre Mâcon et Lyon (document non retrouvé dans les archives), pourrait suffire à expliquer cette répartition plus espacée des seuils. En effet, un certain nombre de hauts-fonds ont pu disparaître immédiatement après les premiers aménagements mis en place en 1837. L’implantation des digues et la pratique des dragages auraient suffi à les détruire, tout au moins dans la passe navigable où les sondages sont effectués. Cependant, l’analyse des documents d’archives sur tes segments de rivière mieux documentés montre que la plupart des seuils se sont reformés malgré les moyens déployés pour les supprimer. On sait que la répartition des hauts-fonds est tributaire de facteurs d’ordre morphologique et que la distance séparant les seuils dépend des sinuosités plus ou moins marquées du cours d’eau (BRAVARD, PETIT, 1997, p. 117). Or, certains segments de la Grande Saône, comme ceux qui sont compris entre Mâcon et Saint-Romain ou entre Grelonges et Anse, sont assez rectilignes et présentent effectivement, dans la documentation disponible, un nombre réduit de maigres. On peut également citer, comme deuxième facteur géomorphologique qui aurait pu avoir une incidence sur la répartition des hauts-fonds, l’accentuation de la pente sur les trente-cinq derniers kilomètres du cours de la Grande Saône. Sur cette section de la rivière, on dénombre douze seuils, c’est-à-dire environ un tous les trois kilomètres, contre un haut-fond tous les deux kilomètres entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, où la pente est de 4 cm/km. Cette fréquence est presque la même que celle qui a été constatée sur la Meuse entre Dinant et Namur et qui est visible sur une carte militaire (fig. 90) : dix-sept passages sur 30 km de rivière (BROUWERS, 1930). Elle est inférieure à celle que P. Verdier de Pennery (1959) a observée sur la Seine : de Nogent à Montereau, la distance moyenne entre les gués est de 900 m (cinquante-deux seuils pour 64 km) et, de Montereau au Vieux-Moret, 700 m seulement séparent les passages.

11Dix-sept hauts-fonds sont situés immédiatement en aval d’un affluent. Dans certains cas, comme celui de la Mauvaise, il a fallu modifier l’emplacement de la confluence pour atténuer les dépôts accumulés régulièrement par le tributaire. L’Azergues a également dû poser des problèmes. Y. Serrand en fait la description suivante en 1845 : « Le pont d’Anse ne peut recevoir toutes les eaux de l’Azergues dans les fortes crues. Plusieurs de ses arches sont même entièrement bouchées ; ne le fussent-elles point, qu ’il y aurait toujours un trop grand obstacle, il est facile de s’en convaincre chaque fois que ce torrent a beaucoup grossi, on voit alors les eaux plus élevées en amont qu’en aval du pont, se presser avec fureur pour en franchir les arches trop étroites, entraînant avec elles une si grande quantité de sable et de gravier jusque dans le lit de la Saône ; que si on n’y remédie promptement, on aura là des montagnes qui opposeront un obstacle insurmontable à la navigation ».

12Vingt seuils sont situés aux abords d’une ou de plusieurs îles. Là encore, l’amélioration de ces passages a souvent nécessité plus d’aménagements qu’ailleurs, le parti pris étant de tenter de relier ces îles à la berge la plus proche par des digues et d’empêcher les eaux de se séparer en plusieurs bras.

13Cinq passages cumulent la proximité d’une île et l’embouchure d’un affluent.

14L’évolution du thalweg sur certaines de ses portions donne une idée des conséquences des travaux sur sa configuration. Il passe d’un profil plutôt régulier, avec une succession de seuils, séparés par des fosses peu profondes, à un profil en dents-de-scie (fin XIXe s.), où tes reliefs sont accentués par des fosses très profondes. Ce profil est plus accidenté au nord de Lyon : la proximité d’un important centre urbain et donc d’une demande accrue en matéraux explique les dragages effrénés et le bouleversement quasi total, dès la fin du XIXe siècle, du lit de la rivière (ASTRADE, DUMONT, 2000). Les phénomènes d’érosion ont également pu être amplifiés par l’existence, entre Anse et Lyon, d’une pente accentuée du thalweg (25 cm/km).

15L’examen des plans et profils établis au cours du XIXe siècle par les ingénieurs des Ponts et Chaussées permet donc de localiser soixante-six hauts-fonds dans le lit mineur de la Saône, entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon, et de mettre en évidence des différences locales de répartition. À partir du cas concret de la Grande Saône, on voit que tout essai de restitution de l’ancien thalweg d’un cours d’eau doit se fonder sur l’analyse du plus grand nombre possible de documents d’archives, mais surtout sur les plans et profils les plus anciens, faute de quoi l’image obtenue risque d’être faussée ou largement incomplète.

16À aucun moment, dans les projets d’amélioration du chenal navigable, il n’est fait état de l’utilisation des hauts-fonds en tant que gué. Pour savoir si ces seuils ont servi, dans un passé proche ou lointain, à traverser la rivière, il est nécessaire de prendre en compte d’autres données.

Fig. 13. Carte de localisation des hauts-fonds entre Verdun-sur-le-Doubs et Mâcon établie d’après l’analyse des archives des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 14. Carte de localisation des hauts-fonds entre Mâcon et Lyon établie d’après l’analyse des archives des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Table des illustrations

Légende Fig. 13. Carte de localisation des hauts-fonds entre Verdun-sur-le-Doubs et Mâcon établie d’après l’analyse des archives des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 14. Carte de localisation des hauts-fonds entre Mâcon et Lyon établie d’après l’analyse des archives des Ponts et Chaussées. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search