Desktop versionMobile version

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Haut-fond et gué : définition et caractérisation morphologique

Full text

Définition

1Un passage à gué est un haut-fond naturel utilisé par l’homme pour traverser un cours d’eau. Au XVIIIe siècle, c’est « un lieu où on peut passer un ruisseau, une rivière, un marais sans bateau, sans nager et sans s’embourber. Un bon capitaine doit savoir tous les guez d’une rivière qui couvre son camp. Ce mot vient du latin vadum » (REY, 1978).

2Au XIXe siècle, la définition donnée par la Grande Encyclopédie fait référence aux critères de l’armée : la profondeur des gués ne doit pas dépasser 1 m pour l’infanterie, 1,30 m pour la cavalerie et les voitures pouvant être mouillées, 0,70 m pour les autres voitures et l’artillerie, et le fond doit offrir une certaine résistance (annexe 7).

3Une traversée à gué ne peut s’effectuer qu’en période d’étiage, toute crue rendant les passages impraticables. Les gués ont été pendant longtemps le seul moyen de relier les deux berges d’une rivière en l’absence de pont. L’exemple de la Saône montre l’importance qu’ont pu avoir ces passages : au milieu du XIXe siècle, il n’existait encore que trente-cinq ponts sur l’essentiel de la Saône dont dix pour la seule ville de Lyon. Durant le Moyen Âge, seules les villes de Lyon, Mâcon, Chalon, Auxonne et Pontailler disposent d’un pont (BONNAMOUR, 1990c). Le seul édifice attesté pour l’époque romaine est le pont de Chalon, récemment fouillé (BONNAMOUR, 1996a).

4Utilisé par les piétons, les cavaliers, le bétail, les voitures tractées par des animaux, le gué, comme tous les passages obligés, sous-entend l’existence de relations humaines complexes à caractère économique, stratégique, voire cultuel, dont la définition et l’évolution sont encore très mal connues. Cette étude propose, à partir de la documentation disponible (tant historique qu’archéologique), d’aborder les différents aspects de ces lieux de franchissement.

Désignation et représentation des hauts-fonds dans les archives des Ponts et Chaussées

5Dans les archives, plusieurs appellations servent à désigner les hauts-fonds. Les documents de la fin du XVIIIe et du tout début du XIXe siècle parlent des “basfonds” ou des “baissiers”. Par la suite, tous ces obstacles sont recensés sous le terme général de “passage”, ce qui sous-entend un endroit présentant des difficultés pour la navigation. Les hauts-fonds sont également appelés seuils ou maigres et les ingénieurs empruntent parfois aux mariniers et gens de rivière les termes “moutiaux” – Moutiaux de Saint-Martin (PK 89), de Thorey (PK 125), des Trois-Pierres (PK 28), l’île des Moutiaux Branla (PK 23) – ou “morée” – Morées de la Mouge (PK 93), des Chiens (PK 138), du Vemay (PK 11), de la Fradière (PK 152) – qui désignent ces portions du lit offrant une faible hauteur d’eau. L’ingénieur Laval, dans sa notice sur les aménagements de la Saône, parle à propos du passage de la Pradelle, des « moutiaux ou bancs de sable qui encombrent le chenal » (LAVAL, 1845, p. 29).

6Sur les profils en long, ces maigres sont aisément repérables sous la forme de pics très saillants ou de longues bosses pour les plus importants d’entre eux, comme celui de Benne-la-Faux au sud de Chalon-sur-Saône. Les hauteurs d’eau indiquées ne dépassent pas quelques dizaines de centimètres. Sur les premiers documents, le thalweg offre un profil assez régulier, formé d’une succession de fosses (appelées également mouilles) et de maigres (fig. 10). Quelques plans anciens, levés en 1838 pour servir de support aux premiers projets d’aménagement et conservés à Lyon, montrent très nettement la position et la configuration des seuils. Les rapports des ingénieurs précisent parfois la longueur et la largeur des hauts-fonds, ainsi que la longueur de la fosse qui les sépare. Par exemple, le passage des îles Roy (PK14) mesure 1 500 m de long, offre une profondeur minimale de 0,46 m et est séparé du passage de Collonges, situé en aval, par une fosse de 700 m de long. Les passages de Couzon et d’Albigny s’étalent également sur 1500 m de long et ne sont séparés que par une fosse de 300 m de long. Les longueurs des seuils sont fréquemment égales ou supérieures à un kilomètre, et les largeurs sont comprises entre 20 et 70 mètres en moyenne, ce qui donne une idée de l’ampleur de ces barrages naturels.

Formation et morphologie des hauts-fonds

7Le fond du lit mineur de la Saône est accidenté par une succession de hauts-fonds, appelés également seuils ou maigres, et de fosses, ou mouilles. Cette morphologie, commune à tous les lits de rivière, varie en fonction de la sinuosité plus ou moins marquée du cours d’eau. Sur les parcours sinueux, on compte deux mouilles et deux seuils par méandre (BRAVARD, PETIT, 1997, p. 117). Dans ce cas, les seuils se trouvent aux points de raccordement des sinuosités inverses et les fosses sont accolées aux rives concaves, là où leur rayon de courbure est minimum (DREYFUSS, 1975).

8Entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs, le seul cas de boucle presque fermée est le méandre de l’île Chaumette, que Thomas Dumorey décrit ainsi en 1779 : « Dans le retour d’Épervans, d’une lieue au-dessous de Chalon, la Saône se replie considérablement du côté du levant, ce qui cause une grande anse dans laquelle il n’y a pas quinze pouces d’eau. Le lit de la rivière est rempli par un banc de gravier qui a plus de 100 toises de longueur. Les bateaux y sont souvent arrêtés. Les diligences par eau y touchent toujours en montant et en descendant pendant l’été ».

Fig. 10. Extrait des Annales des Ponts et Chaussées (LAVAL 1845) montrant le profil en long du chenal au niveau de Saint-Romain-des-îles et la succession des hauts-fonds et des fosses. DAO Gh. Macabéo / Afan.

9Les archives conservées à Lyon comprennent un dossier sur ce passage, avec notamment un plan levé avant les premiers travaux d’importance effectués sur la Saône entre Lyon et Verdun-sur-le-Doubs (A.D. Rhône, série S, non classée). Ce plan, réalisé par Thomas Dumorey, date de 1780 (fig. 6). L’ingénieur propose alors de construire des épis contre la rive gauche, afin de canaliser le courant et de supprimer les effets d’un important seuil qui devait permettre de franchir la rivière sans problème pendant les périodes d’étiage. Ces travaux ont probablement été effectués, car une lettre précise par la suite que « l’établissement de ces épis ne produisit aucun effet utile à la navigation ». Un deuxième projet est proposé au début du XIXe siècle par M. Chaumette : il suggère de creuser un canal de dérivation et d’atterrir l’ancien lit, afin de concentrer les eaux dans un seul chenal. Cette solution, acceptée par un décret daté du 26 nivose an XIII et mise en application assez rapidement, représente le premier aménagement entrepris sur la Grande Saône et préfigure les travaux qui seront engagés pendant toute la durée du XIXe siècle.

10Outre l’intérêt que présentent les archives concernant le canal d’Épervans pour l’historique des aménagements d’époque moderne, elles figurent également de façon très précise un ancien haut-fond, et donc un possible lieu de traversée, qui n’a pas été dragué et qui se trouve aujourd’hui préservé dans une zone marécageuse. Grâce au plan levé par T. Dumorey, et sur lequel on voit très nettement différents bancs de gravier émergés ou en partie recouverts par une faible hauteur d’eau, on connaît maintenant l’orientation et l’étendue exacte du seuil de l’île Chaumette. De plus, le plan de 1780 figure au nord-ouest du méandre une petite roy (terme désignant un petit affluent) qui se trouve déjà à l’époque couverte par les prés (fig. 6). Ce chenal, en partie comblé, formait probablement un ancien bras de la Saône et pourrait constituer une étape de l’évolution du méandre de l’île Chaumette.

11La répartition des hauts-fonds sur la Grande Saône, dont le cours est à sinuosité peu marquée (excepté le méandre de l’île Chaumette), voire en certains endroits quasiment rectiligne, ne semble pas répondre à une règle particulière et se rapprocherait plutôt du cas de la Loire en aval du bec d’Allier, où R. Dion (1961) constate qu’« il n’y a pas d’apparente relation entre l’emplacement des mouilles et la configuration des berges qu ’elles côtoient directement : il arrive souvent que des mouilles soient accolées à des rives légèrement convexes ».

12Dans les rapports établis par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, chargés d’améliorer les conditions de navigation au XIXe siècle, on constate que la formation des hauts-fonds peut correspondre à trois principaux cas de figure.

13Dans le premier cas, la trop grande largeur de la rivière, associée à une faible pente (4 cm/km en moyenne entre Verdun et Anse), favorise les dépôts de matériaux. Les documents décrivent par exemple les hauts-fonds de Saint-Didier-sur-Chalaronne ou de Grelonges (Fareins), dus à un élargissement considérable du lit (300 m).

14Dans le deuxième cas, la proximité d’un affluent constitue une cause majeure d’accumulation de matériaux dans le chenal. Au passage de Belleville, en 1838, un énorme amas de gravier accumulé à l’embouchure du torrent de l’Ardière (affluent de rive droite) est signalé (fig. 11). Les désordres constatés au passage de Saint-Romain (Saint-Symphorien-d’Ancelles) sont dus en grande partie à « un atterrissement formé à l’embouchure de la Mauvaise et provenant des débris que ce torrent entraîne, à chaque orage, du sommet de la chaîne de coteaux élevés qui longe la rive droite » (LAVAL. 1845, p. 21). En 1845, cet atterrissement menaçait de barrer presque entièrement la Saône. L’Azergues (affluent de rive droite) est également décrit comme apportant dans le lit de la Saône de grandes quantités de sable et de gravier. En 1866, au sud de Verdun-sur-le-Doubs, le chenal est complètement obstrué par des matériaux déposés lors d’une crue exceptionnelle de la Dheune, affluent de rive droite, et des dragages sont ordonnés d’urgence pour libérer le passage.

Fig. 11. La Saône en amont de Belleville. Ce plan levé au début du XIXe siècle montre bien l’état de la rivière avant les aménagements effectués par les ingénieurs des Ponts et Chaussées ; îles, bancs de gravier, jonquières, accumulation de sédiments au confluent de l’Ardière et faible hauteur d’eau rendent la navigation difficile. DAO Gh. Macabéo / Afan.

Fig. 12. La Saône à Mâcon, en aval du pont, d’après un plan levé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1809. Le chenal est encombré d’un important banc de gravier et de trois îles que les projets successifs d’aménagement vont contribuer à détruire ou à rattacher à la berge. DAO Gh. Macabéo / Afan.

15Le troisième cas de figure correspond à des passages rendus extrêmement difficiles par un rétrécissement important du chenal, dû à la dispersion des eaux, auquel s’associe parfois une forte pente. Ainsi, en 1838, le passage de Collonges « est formé par un immense banc de gravier attenant à la rive gauche et qui forçant tout le volume des basses eaux à se porter sur celle de droite, n’offre plus qu’un chenal étroit et sinueux où règnent d’effroyables vitesses. Sa pente générale relative, sur 500 m de longueur, n’est pas moindre de 1,18 m par kilomètre et les vitesses à la surface, par un niveau de 0,38 m au-dessus de l’étiage, y varient de 0,87 m à 2,50 m par seconde. C’est le maximum de toutes celles observées sur la Saône aux approches des basses eaux » (A.D. Rhône, série S, non classée). À la même époque, au passage d’Albigny, plusieurs bancs de cailloux perturbent le régime de la rivière et « les eaux se précipitent avec une incroyable vitesse par trois endroits ou pertuis différents, et tout ce volume est détourné du chenal de gauche au préjudice de la navigation ».

16La présence d’îles est souvent liée au partage du volume des eaux et d’ailleurs, les aménageurs de la Saône mettront tout en œuvre pour les supprimer. Au passage de Trévoux, les travaux ont réuni à la terre ferme les îles de Gourd et de Brûlée. Ils ont également relié entre elles, et avec la rive droite, les îles de Nesmes, des Comtes et du Roquet. À Mâcon, en aval du pont, au début du XIXe siècle, on compte trois îles et un important banc de gravier (fig. 12). Les aménagements successifs les feront toutes disparaître, soit en les rattachant à la berge (île de la Réjouissance) soit en les draguant (LAVAL, 1845, pl. 78, fig. 1). Les îles de la Grande Saône sont toujours situées dans le prolongement ou aux abords immédiats d’un haut-fond. Une description de 1838 cite, au passage de Taponas, un important banc de sable qui s’est formé à la tête de l’île des Barbillons. En 1825, au port de Brouard, entre les deux îles où passe le bac, un haut-fond de 90 m de long et 30 m de large est également signalé.

17Ces terres émergées, dont la superficie est parfois importante, sont vraisemblablement, à l’origine, des portions de hauts-fonds qui se sont fixées puis exhaussées sous l’influence de phénomènes naturels ou d’aménagements anthropiques. Sur le passage de la Pradelle, par exemple, un grand banc de gravier de 1000 m de long et 75 m de large existe à la tête de l’île du même nom. « Il tend sans cesse à augmenter de hauteur et à se transformer en îlot véritable. On remarque déjà aujourd’hui, ça et là, des touffes d’herbe qui y prennent racine et qui vont concourir à son rapide exhaussement » (A.D. Rhône, série S, non classée).

Orientation des hauts-fonds

18Les différentes études réalisées sur les gués ont porté sur la relation qui pouvait exister entre la configuration du seuil et l’axe du gué. Pour P. Lebel (1953), « l’obliquité de ces gués répondait à une nécessité : à mon avis, celle de remonter légèrement le courant en période de grandes eaux, pour diminuer le risque d’être emporté par les flots ». H. Verdier de Pennery, parlant des gués de la Seine et de l’Yonne (1959), démontre que « rien ne permet de supposer que ces derniers furent alternativement aménagés de telle façon qu’on puisse disposer successivement de passages orientés dans un sens puis dans l’autre. Une telle alternance montre par contre qu’on a profité de l’allure localement favorable des hauts-fonds ». Sur les plans anciens du Service de la Navigation de la Saône, les seuils sont la plupart du temps disposés en oblique dans le lit de la rivière, le traversant presque dans certains cas. Les fouilles subaquatiques menées récemment ainsi que l’analyse de bathymétries confirment cette disposition et attestent que c’est bien la configuration du seuil qui détermine l’axe de cheminement de la traversée.

Constitution des hauts-fonds

19Dans le cas de la Saône les seuils ne sont pas exclusivement constitués de sable, comme dans la Loire par exemple, mais aussi de graviers, d’argile ou de rochers. Les archives des Ponts et Chaussées, à travers les plaintes déposées par les dragueurs qui ont eu des difficultés (et donc des surcoûts) pour détruire certains passages, livrent également des informations concernant la constitution des seuils. Ainsi, on apprend que les seuils de Collonges, Couzon, Albigny ou Taponas sont formés par des graviers alors que les passages des Trois Pierres et des îles de Varennes présentent un sable graveleux, et que sur les hauts-fonds de Grelonges, Saint-Didier ou Arciat, le sable est fin.

20Au passage des îles Roy, J.-R Laval décrit des graviers agglomérés en une sorte de « poudding particulièrement résistant » (LAVAL, 1845, p. 26). Une couche très compacte et résistante a également pu être observée à la fois par les dragueurs et par les archéologues à la base de certains hauts-fonds. Appelée “couche ferrugineuse”, elle aurait pu contribuer à bloquer les sédiments transportés par la Saône et à assurer la stabilité de certains seuils. Ce phénomène a également été décrit sur d’autres cours d’eau ; dans un rapport sur les résultats obtenus par la construction de chenaux artificiels ouverts dans les gués de la Meuse, l’ingénieur Thirion (1841) constate, lors du creusement de la passe dans le gué de Fepin, « l’un des plus difficiles de la Meuse, la présence de gros galets mêlés de sable et le plus souvent liés ensemble par un ciment ferrugineux ». Il conclut qu’« en raison de la résistance du fond, qui est comparable en quelque sorte à celle du rocher, on ne doit pas s’attendre à ce que la passe s’approfondisse naturellement ». Dans le cas de la Saône, une analyse précise de ce matériau et la détermination de l’origine de ce “conglomérat ferrugineux” seraient sans doute très utiles à la compréhension de la topographie de la rivière.

21Les rapports des ingénieurs de la Navigation décrivent aussi l’association de différents matériaux sur un même passage. Sur les seuils de Trévoux et du Quart se trouve du gravier mêlé de gros cailloux et de gros sable granitique de l’Azergues. En aval du pont de Mâcon, un dragueur s’est heurté à de l’argile mêlée de gravier compact et sur le maigre de l’île Beyne, « le sol présente à la surface une légère couche de gravier fin reposant sur un banc d’argile au-dessous duquel on retrouve le gravier. L’argile est plus compacte à l’amont et sur la gauche du nouveau chenal que sur la droite et à l’aval du même chenal. Elle est mélangée de gros cailloux roulés et sur certains points de vase. On la trouve pure près de la rive, à l’amont du chenal » (A.D. Rhône, série S, non classée).

22L’ingénieur Laval (1845) mentionne également l’existence d’une épaisse couche d’argile à Saint-Romain-des-Îles : « On y a vainement tenté de mordre cette couche avec les dents des hottes, tout l’appareil se brisait, et l’on a dû creuser aux profondeurs ci-dessus indiquées, afin de saper le dessous de la couche en question et de favoriser sa rupture en gros fragments que les hottes contenaient à peine ». Lors des travaux exécutés en 1838 sur le haut-fond de Farges, la présence d’une argile pure a nécessité la modification de la drague. De l’argile en tout point comparable à celle qui est décrite dans les archives contenait, sur trois passages à gué de la région chalonnaise, des vestiges du Bronze final. Il s’agit du gué des Piles, du site d’Ouroux et du gué du Port Guillot. Sur ce dernier passage, le niveau d’argile visiblement érodé ne subsistait plus qu’à l’état de lambeaux, dans lesquels ont cependant été découverts de la céramique ainsi qu’une pirogue monoxyle. Une autre pirogue, plus tardive (Âge du Fer) et gisant sur le fond à proximité de la berge à Saint-Germain-du-Plain, était également presque entièrement enfouie dans le même type de matériau, ce qui a d’ailleurs assuré sa bonne conservation (DUMONT, TREFFORT, 1990). Ces niveaux d’argile pourraient donc être liés aux périodes protohistoriques, et une approche précise de leurs conditions de formation et de dépôt apporterait sans doute des éléments essentiels pour la compréhension du milieu fluvial à une époque où il fait l’objet d’une intense anthropisation (voir chapitre Âge du Bronze).

23Plusieurs passages reposent sur une base rocheuse. À Mâcon, les sondages effectués au niveau du pont montrent la présence d’un substratum de calcaire sublithographique et de marnes dures du Jurassique supérieur, sous six à huit mètres de sédiments fluviatiles fins (GUERREAU, 1989a). Au sud de Tournus, l’emploi de la dynamite a été nécessaire pour venir à bout d’un affleurement rocheux (BONNETAIN, 1995). Ce phénomène n’est pas propre à la Saône, car des plongées effectuées dans le Doubs, sur le gué de Rang, ont révélé l’existence d’un banc rocheux naturel ayant servi d’assise pour l’aménagement du gué (PAQUIER, 1989).

Évolution des hauts-fonds

24L’examen précis des archives des Ponts et Chaussées révèle qu’en certains points, les seuils ont pu se déplacer de quelques dizaines à quelques centaines de mètres vers l’amont ou vers l’aval. Ces déplacements sont probablement, dans ce contexte, la conséquence directe des travaux d’endiguement et de dragage, qui ont visiblement occasionné d’importants bouleversements dans le lit de la rivière. Les rapports détaillent les répercussions de ces travaux et fournissent quelques exemples significatifs. Ainsi, selon un rapport de 1870, l’abaissement des eaux à 0,55 m sous le pont Saint-Laurent de Chalon-sur-Saône est dû aux importants dragages effectués par la Compagnie de Chemins de Fer de Paris à Lyon en 1853 et 1854 sur le passage de Benne Lafaux, situé immédiatement en aval. Les ingénieurs constatent alors que l’aménagement d’une portion du lit provoque ensuite le mouvement des sables du voisinage. L’abaissement du plan d’eau, par l’effet de dragage du sommet d’un premier maigre, en découvre un second dont l’enlèvement doit aussi être opéré. Ainsi, sur le seuil de l’île Beyne, la hauteur des eaux passe de 1,10 m en 1838 à 0,70 m en 1847. Ce résultat est en partie attribué aux dragages effectués en aval de ce passage. Le haut-fond de Collonges a également été profondément troublé par l’abaissement que le dérochement du pont de Nemours, à Lyon, a occasionné dans le plan des eaux. Après le dérochement, qui se termine à la fin de 1861, des difficultés apparaissent en divers points de la plaine de Caluire, c’est-à-dire de l’extrémité aval de l’ancienne digue de Collonges jusqu’en amont de l’île Barbe, sur une longueur d’environ 1 500 m. À l’inverse, des travaux sont rendus nécessaires au passage d’Uchizy afin de remédier aux atterrissements provoqués par les travaux entrepris en amont, aux abords de l’île de Farges.

25Cependant, si les travaux occasionnent à brève échéance des perturbations locales, il apparaît évident, au fil des différents rapports consultés, que la mise en place de simples clayonnages et la pratique de dragages ne suffisent pas, à long terme, à faire disparaître les hauts-fonds. Ces aménagements ont en effet des durées d’efficacité relativement courtes, et dès que les ouvrages ne sont plus entretenus et que les dragages sont négligés, la rivière reprend son aspect initial et les seuils se reforment.

26La permanence des hauts-fonds a été constatée sur d’autres cours d’eau, comme l’Yonne (CHANOINE, 1841) ou la Garonne (BORREL, 1836). Plus récemment, J.-P. Bravard et F. Petit citent l’exemple du Mississipi qui, malgré les aménagements dont il a été l’objet « tend à reconstituer un nombre identique de seuils, de mouilles et de bancs de convexité » (BRAVARD, PETIT, 1997, p. 121). Sur la Loire, on a également observé que les seuils et les mouilles ne se déplacent pas d’un mouvement continu vers l’aval, mais oscillent autour de centres d’attraction nettement caractérisés. Ainsi, l’ingénieur Kauffmann a constaté que « du mois de février 1898 au mois de mars 1909, neuf mouilles situées entre Montjean et Ancenis ont subi, tantôt vers l’amont, tantôt vers l’aval, et sur quelques centaines de mètres seulement, des déplacements qui toujours les ont ramenées au voisinage d’une position moyenne » (DION, 1961, p. 19).

27Les seuils de la Saône ont probablement connu des variations semblables à celles que décrit R. Dion sur la Loire. Les phénomènes de déplacement observés au XIXe siècle, alors que les travaux se font d’une façon empirique, sont probablement en partie consécutifs aux travaux d’endiguement, mais ils pourraient également s’inscrire dans une dynamique à plus long terme dont on ne possède qu’un bref épisode.

28On comprend l’importance de telles constatations lorsqu’on les met en rapport avec les découvertes archéologiques. Un passage peut être, par exemple, utilisé à l’époque romaine, puis, le haut-fond se déplaçant, les accès n’en seront plus les mêmes à une époque plus récente, ou bien le passage peut même être purement et simplement abandonné. Ces déplacements de seuils sur de courtes distances peuvent ainsi expliquer la présence de mobilier archéologique d’époques variées sur plus de deux kilomètres, comme cela a été observé lors des dragages effectués sur le gué de Jean-de-Saône (Montbellet). Ils aident également à comprendre la proximité de deux passages, avec deux tracés bien distincts : plusieurs cas de figure sont présentés dans la quatrième partie de ce travail.

29À l’inverse, l’intervention humaine sur un seuil a pu contribuer à le stabiliser. Ainsi, la pose durant l’Antiquité d’un pavage constitué de grosses dalles jointives a probablement fixé le tracé du gué du Port Guillot, au moins jusqu’au Moyen Âge (BONNAMOUR, 1990a).

30Une règle unique ne suffit jamais à caractériser la formation et l’utilisation d’un gué au fil des siècles. La multiplicité des facteurs topographiques et humains ainsi que les données archéologiques et géomorphologiques dont on dispose, souvent encore lacunaires, n’autorisent pas, à l’heure actuelle, la définition d’un modèle applicable à l’ensemble du cours de la Grande Saône.

List of illustrations

Caption Fig. 10. Extrait des Annales des Ponts et Chaussées (LAVAL 1845) montrant le profil en long du chenal au niveau de Saint-Romain-des-îles et la succession des hauts-fonds et des fosses. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17461/img-1.jpg
File image/jpeg, 61k
Caption Fig. 11. La Saône en amont de Belleville. Ce plan levé au début du XIXe siècle montre bien l’état de la rivière avant les aménagements effectués par les ingénieurs des Ponts et Chaussées ; îles, bancs de gravier, jonquières, accumulation de sédiments au confluent de l’Ardière et faible hauteur d’eau rendent la navigation difficile. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17461/img-2.jpg
File image/jpeg, 47k
Caption Fig. 12. La Saône à Mâcon, en aval du pont, d’après un plan levé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1809. Le chenal est encombré d’un important banc de gravier et de trois îles que les projets successifs d’aménagement vont contribuer à détruire ou à rattacher à la berge. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17461/img-3.jpg
File image/jpeg, 62k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search