Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

Les sources historiques disponibles

Texte intégral

1La mise en eau des barrages de la Grande Saône en 1880 a définitivement mis un terme à l’usage des gués qui pouvaient encore exister à la fin du XIXe siècle. De cette période, il subsiste une documentation relativement abondante sur la rivière en général et sur ses aménagements, en particulier : archives de l’administration des Ponts et Chaussées (Service de la Saône) d’une part, archives du Service historique de l’armée de terre d’autre part.

2L’exploitation de ces documents a permis d’établir en premier lieu une liste des hauts-fonds, et donc des gués potentiels, puis de confirmer l’existence d’un certain nombre de ces passages, encore utilisés ou abandonnés depuis peu, au moment de la rédaction de ces écrits.

3L’analyse et la confrontation de ces deux sources historiques constituent la base de ce travail. Elles apportent la preuve irréfutable, s’il en était besoin, de l’utilisation d’un mode de traversée de la rivière, qui peut étonner actuellement si l’on oublie qu’un cours d’eau tel que la Saône a connu une métamorphose totale au XIXe siècle, passant littéralement d’un lit mineur à tendance divagante, encombré d’îles, au statut de canal.

Les archives des Ponts et Chaussées

4Les archives des Ponts et Chaussées concernant la Grande Saône sont actuellement réparties dans deux principaux lieux de conservation : les Archives départementales du Rhône à Lyon (section moderne) et les Archives départementales de Saône-et-Loire à Mâcon.

5Le lot conservé aujourd’hui à Mâcon comprend des dossiers, déposés anciennement aux Archives départementales de Saône-et-Loire, qui contiennent surtout de la correspondance administrative (les plans et les projets d’aménagement du lit de la rivière sont très peu nombreux). Lors de la rédaction de ce travail, ces archives n’étaient pas classées, ce qui rendait les consultations longues et hasardeuses.

6On trouve également à Mâcon les documents qui étaient dans le grenier du Service de la Navigation de Chalon-sur-Saône jusqu’en 1994. À cette date, ils ont été, dans un premier temps, mis en dépôt provisoire pour inventaire au Musée Denon à Chalon-sur-Saône, ce qui a facilité leur étude. Une fois leur classement achevé (GALLO, 1995), ils ont été versés, de façon définitive, aux Archives départementales de Saône-et-Loire à Mâcon. Ce lot, important par la quantité (environ 200 cartons comprenant chacun deux ou trois dossiers), mais aussi par la qualité des informations de tous ordres qu’il contient, concerne essentiellement la Petite Saône et une partie de la Grande Saône, de Verdun-sur-le-Doubs au sud de Tournus. Les documents relatifs à la Petite Saône seront peu évoqués, car ils dépassent le cadre géographique de ce travail.

7Les Archives départementales du Rhône (section moderne) conservent un important lot de documents relatifs à la Grande et à la Petite Saône provenant du Service de la Navigation de Lyon. Cette série, la plus intéressante, comprend les dossiers les plus anciens : il s’agit des descriptifs et des premiers projets d’aménagement de la fin du XVIIIe s. et du début du XIXe s. Ce lot n’étant pas classé lors de la rédaction de ce travail, les cotes de référence restent imprécises.

8Enfin, il reste à signaler qu’une partie des archives des Ponts et Chaussées concernant la section aval de la Grande Saône, conservée dans un dépôt annexe, a été sauvée d’une destruction certaine dans les années 80 par Louis Carpin, président de l’Association GIANA (Groupe d’Histoire de Genay). Grâce à ce geste salvateur, une dizaine de plans, antérieurs à 1845, concernant le nord de Lyon, permet de localiser plusieurs passages.

9Cette masse documentaire consiste en un nombre important de profils et de plans de certaines portions de la rivière, dont le plus ancien date de 1780. Tous ont été établis dans le cadre d’avant-projets ou de projets de travaux à envisager dans le lit ou sur les berges de la Saône afin, dans la plupart des cas, d’améliorer sa navigabilité. Un texte explicatif accompagne parfois ces plans. Chaque construction de digue basse, ou chaque campagne de dragage sur un secteur, a nécessité la constitution d’un dossier, présentant souvent des profils en travers, accompagnés de descriptifs rédigés avant et après les travaux. Les passages qui faisaient l’objet d’une telle attention étaient, la plupart du temps, ceux où un haut-fond rendait la navigation difficile. La comparaison de ces informations avec les données contenues dans les profils en long généraux a parfois permis de comprendre l’évolution d’un seuil ou d’en préciser la localisation. Des accidents ont également motivé l’établissement de profils en travers : c’est le cas, par exemple, pour le bateau Abd El Kader, échoué en 1910 sur le haut-fond du Pont Sarrasin, près d’Ouroux-sur-Saône (BONNAMOUR, 1999).

10Il faut ajouter à cela les recensements des obstacles à la navigation : les maigres ou hauts-fonds. Avant l’étude de ces archives, on ne connaissait que deux profils en long assez peu précis, établis après le début des grands travaux, datés respectivement de 1869 et 1901, ainsi que quelques renseignements sur les maigres recopiés par L. Bonnamour dans les années 70, alors que ces archives étaient encore dans les locaux du Service de la Navigation.

11On dispose maintenant de neuf profils en long principaux, datés respectivement de 1836, 1838, 1861, 1862, 1865, 1869, 1875, 1891 et 1901. Tous ne présentent pas la même précision et donc le même intérêt. Ils figurent en général les points kilométriques, le niveau de la berge, le niveau de retenue des barrages projetés, le niveau d’étiage, le profil en long du thalweg, les passages difficiles à la navigation et parfois le niveau des crues extraordinaires, les distances et les longueurs des aménagements ainsi que les passages à draguer.

12Parmi les documents consultés, les plus intéressants sont les profils en long de 1836 (de Verdun-sur-le-Doubs à Tournus) et de 1838 (de Chalon-sur-Saône à Mâcon). Ils présentent le thalweg de la rivière avant les premiers aménagements menés à grande échelle durant tout le XIXe siècle. Le chenal actif de la Saône ayant probablement peu évolué depuis le Néolithique jusqu’à la période contemporaine, il est fort possible que ce document offre un aspect de la Saône assez ancien, jusqu’alors totalement méconnu. Ces documents constituent le tout premier avant-projet qui s’inspire des réalisations de la Petite Saône. D’après le mémoire de l’ingénieur Laval (1845), l’implantation de barrages à pertuis libres aurait nécessité la construction sur la Grande Saône de huit ouvrages, apparemment répartis de la façon suivante : quatre entre Chalon et Mâcon et quatre entre Mâcon et Lyon. Ce projet a été rapidement abandonné au profit du système des rétrécissements partiels. Cependant, les ingénieurs ont conservé ces profils comme des supports de projets postérieurs, ce qui explique une apparente contradiction : des dragages à faire sont indiqués, alors qu’il est écrit sur la première page « ... sans exiger l’emploi de dragages ». Avant l’adoption du projet des clayonnages, deux barrages étaient projetés entre Chalon et Tournus : le premier au sud de Chalon (« Passage de Chalon, premier système rachetant une hauteur de 0,60 m ») ; le second, en premier lieu au nord de Tournus (mention biffée : « Passage de Tournus, deuxième système rachetant une hauteur de 0,60 m »), puis en deuxième lieu à Gigny (« Passage de Gigny, deuxième système rachetant une hauteur de 0,60 m »).

13Plusieurs plans et profils en travers concernant les passages situés entre Mâcon et Lyon compensent l’absence de profil en long général couvrant cette portion de rivière (document non retrouvé). On peut noter également l’intérêt du dossier concernant le creusement du canal de l’île Chaumette, conservé aux Archives départementales du Rhône. On dispose dans ce cas des plans et des projets du premier grand aménagement de la Saône, ainsi que d’un plan précis d’un méandre devenu aujourd’hui un bras mort (fig. 6).

14Ces archives présentent également l’avantage de donner un aperçu de l’ampleur des aménagements, bien différent de celui du mémoire de l’ingénieur Laval. Elles couvrent toute la période concernée par ces travaux et aucune sélection n’a été opérée (mis à part les pertes et destructions). Tout est évoqué : projets, devis, problèmes liés à l’exécution des ouvrages, échecs, entretien, etc.

Les archives militaires

15L’autre aspect des gués que l’on peut retrouver dans des documents historiques concerne leur intérêt stratégique (annexe 7). En effet, à travers la lecture de deux articles consacrés aux gués de la Meuse (MULLER, 1954 ; BROUWERS, 1930), on comprend l’importance que pouvait accorder l’armée aux moyens de franchir une rivière. Les Mémoires et Reconnaissances, conservés au Service historique de l’armée de terre à Vincennes, sont des comptes rendus de militaires envoyés sur le terrain pour recueillir des informations relatives aux routes, cours d’eau, villages qu’une troupe aurait à traverser en cas de mouvement, notamment lors d’un conflit. Ces mémoires datent pour la plupart de la première moitié du XIXe siècle. Leur étude a permis de trouver la mention de quinze gués et quatre hauts-fonds sur la Saône, ainsi que des renseignements plus ou moins précis, selon les cas, sur les gués des affluents de cette rivière.

16Un dernier document à contenu stratégique, dont l’existence semblait très probable, n’a pas été retrouvé dans les archives militaires de Vincennes, mais dans les archives du Service de la Navigation à Chalon-sur-Saône qui en conservait un double. Il mérite une mention particulière car il s’agit du seul rapport établi par les Ponts et Chaussées faisant état non pas de hauts-fonds, mais de gués. Ce recensement a été demandé par le général commandant le 7e corps d’armée à Besançon et concerne les moyens de passage (ponts, bacs et gués) existant sur la rivière de Saône. Il a été dressé le 23 juillet 1874 par l’ingénieur ordinaire affecté au Service Spécial de la Saône. Vingt-quatre passages sont mentionnés entre Saint- Jean-de-Losne et Saint-Oyen. Cet inventaire a sans doute été établi pour le reste de la Grande Saône, de Saint-Oyen à Lyon. Malheureusement, le document relatif à ce secteur n’a semble-t-il pas été conservé.

17Les passages situés sur la Petite Saône sont au nombre de dix. À leur sujet, il est précisé que « les dix premiers gués portés au présent état ne sont praticables qu’aux basses eaux, c’est-à-dire lorsque les barrages de la Petite Saône entre Saint-Symphorien et Verdun sont abaissés et que la retenue de 1,80 m produite par les dits barrages n’existe plus ». Alors que cette portion de rivière était déjà aménagée, les barrages de la Grande Saône étaient en cours de construction. Ainsi, pour les quatorze gués localisés entre Verdun-sur-le-Doubs et Saint-Oyen, « la hauteur d’eau moyenne est basée à celle passant 1 m au-dessus de la ligne de l’étiage conventionnel et correspond aux basses extrêmes de 1870. à 1,52 m à l’échelle du pont de Chalon, et à 1,42 m à celle des ponts de Tournus et de Fleurville ». Les renseignements sont regroupés sous la forme d’un tableau pré-établi par l’armée et dont les rubriques sont les suivantes : nom des rivières, indications des emplacements des gués, distance de ces emplacements au bourgle plus proche (amont et aval), largeur de la rivière, hauteur d’eau moyenne, nature du fond, escarpement des berges, points culminants voisins du gué, leur hauteur et leur distance approximatives de la rive, observations. Ces indications sont de qualité variable, mais la plupart du temps elles comportent une localisation par rapport à une borne kilométrique implantée sur la berge. Elles ont été en partie reprises et incorporées à l’inventaire établi grâce aux données recueillies à Vincennes.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search