Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

La Saône : morphologie et dynamique fluviale

Texte intégral

1Les caractéristiques des plaines de la Saône et de ses bordures ont été décrites par A. Journeaux (1956), puis par F. Bourdier (1961) dans le cadre d’une étude plus large concernant le Bassin du Rhône. Plus récemment, le “Groupe Bresse” a publié une série d’articles faisant le point des connaissances acquises (Géologie de la France, 1984).

2La Saône draine une plaine tertiaire orientée nord-sud (de la Haute-Saône jusqu’à la région lyonnaise), limitée à l’est par le Jura, à l’ouest par les reliefs des côtes chalonnaise et mâconnaise (fig. 3). Cette plaine de Saône remplit le fossé bressan des géologues, fossé tectonique qui se forme au cours de l’Éocène et de l’Oligocène, puis se comble progressivement. La dernière phase de remplissage est située au cours du Plio-Pléistocène. Elle est caractérisée par deux ensembles superposés : le complexe des marnes de Bresse et le complexe de couverture bressan (BONVALOT et alii, 1984). Au cours du Quaternaire, le système ou réseau de la Saône se met en place à travers la plaine ainsi formée : « un système fluviatile s’est incisé selon un tracé proche de celui d’aujourd’hui et ses vicissitudes sont tributaires des avancées glaciaires alpines, jurassiennes et vosgiennes. Les premiers stades nous échappent faute de sédiments capables d’apporter une information et une datation (rien avant la formation de Saint-Cosme que l’on tend actuellement à situer vers le Riss pour la Bresse moyenne et septentrionale) » (RAT, 1984).

3Depuis peu, des études de géologie et de dynamique fluviale permettent d’esquisser les grandes lignes de l’évolution du cours de la Saône à l’Holocène, et en particulier depuis le Néolithique.

4L’important alluvionnement observé sur les berges de la Saône, phénomène qui a donné lieu à de nombreuses publications à la fin du XIXe siècle (ARCELIN, 1867, 1869 et 1874 ; SAVOYE, 1899 ; FERRY, 1869 ; LE GRAND de MERCEY, 1869), a été jusqu’à présent attribué à de la tectonique (BOURDIER, 1961 ; MONTJUVENT, 1973). C. Petit (1993) identifie deux secteurs géographiques à taux de sédimentation différents : un secteur nord allant de l’embouchure de la Reyssouze à Tournus avec un taux de 0,45 m (ce secteur pourrait s’étendre plus au nord, car le site d’Ouroux présente le même taux), et un secteur sud, de la Reyssouze à Villefranche, avec 1,25 m. Il conclut que la sédimentation historique le long de la Saône n’est pas homogène et traduit l’influence de facteurs tectoniques locaux, entraînant un fort taux de sédimentation au sud de la Reyssouze, opposé à un faible taux au nord.

5Dans un récent article, J.-P. Bravard remet en cause l’interprétation classique qui s’appuie sur le rôle de la tectonique afin d’expliquer cette variation longitudinale différentielle de la sédimentation post-romaine. Il propose, sans abandonner totalement la théorie de la subsidence, de considérer le rôle de l’Azergues (affluent de rive droite dont la confluence se situe à Anse), qui, par un important apport de charge grossière dans la vallée de la Saône, a produit un effet de barrage. Ce phénomène aurait d’une part eu des effets en amont de cette confluence, en réduisant la pente de la Saône et en favorisant une épaisse sédimentation, d’autre part, en aval, en accentuant le profil en long de la Saône par l’ajustement du transport de la charge de fond caillouteuse. L’hypothèse proposée par A. Journaux (1956) pour expliquer la pente accentuée entre Anse et Lyon par l’effet d’incision du niveau de base du Rhône est donc ici également remise en cause. La datation de l’apport caillouteux de l’Azergues n’est pas encore établie de façon précise mais il serait antérieur au deuxième Âge du Fer et postérieur à 6000 BP (BRAVARD, 1997).

6Le facteur tectonique ne serait donc pas le seul intervenant dans le processus de sédimentation et la Saône a pu répondre à des variations de charge et de débit dues à une association de causes diverses telles que les conditions climatiques ou l’impact des interventions humaines dans le bassin versant. Il est difficile de connaître la part effective de chacun de ces facteurs. Pour ce qui est des variations climatiques, une étude effectuée entre Villefranche et Anse, sur le site du Bourdelan, dégage les grandes tendances reconnues ou supposées à ce jour : une phase hydrologique plutôt calme au Bronze final, une détérioration climatique au Hallstatt et un retour à une humidité nettement plus faible à La Tène finale (BRAVARD, 1990). Il ne faut cependant pas tirer de conclusions hâtives de ces alternances, comme cela a déjà été fait, notamment pour expliquer la présence ou l’absence de vestiges d’une ou plusieurs périodes. Des études récentes, comme par exemple celles qui sont menées sur les habitats lacustres du Jura, tendent à montrer que ces variations ne constituent pas forcément un facteur déterminant. Ainsi, à Clairvaux, « les rythmes de l’habitat lacustre n’auraient pas été réglés uniquement par les variations d’origine climatique du niveau des lacs (théorie classique des années 1950 à 1970)... ils indiquent des tendances en relation avec des modes de faire valoir agricoles » (PÉTREQUIN, 1992). Dans les années cinquante, on invoquait une péjoration climatique pour expliquer l’absence de sites hallstattiens au bord de la Saône (ARMAND-CALLIAT, 1958). Depuis, S. Collet (1991) a reconnu pour cette époque la présence assez régulière de vestiges, entre Glanon et Mâcon, certes pas immédiatement sur les berges, mais plutôt en retrait, sur des éminences, montrant par là que, si dégradation climatique il y a eu, elle n’a pas pour autant empêché des populations de s’établir près de la rivière.

Fig. 3. Carte géologique interprétée de la vallée de la Grande Saône et de ses marges, document Y. Robin.

7Dans ce domaine, la prudence doit être encore renforcée par le fait que « la relation n ’est en effet ni directe ni parfaitement établie entre les fluctuations climatiques et l’activité des versants et des rivières » (BRAVARD et alii, 1992).

8Quant aux explications apportées au sujet des fluctuations des cours d’eau, il faut reconnaître qu’elles ont connu des modes ; ainsi au début du XIXe siècle, il semblerait que l’action humaine ait été le plus souvent mise en avant. L’ingénieur Chanoine exprime cette idée à propos de l’Yonne, dont « les étiages sont maintenant plus bas et les crues plus fortes et plus subites » (CHANOINE, 1841, p. 12), et met en cause les grands défrichements. Les méfaits des déboisements ont également été invoqués pour expliquer certains débordements de la Saône. En réalité, l’impact des activités anthropiques sur la dynamique de la Saône est très mal connu. Il commence seulement à être étudié pour la période moderne, où furent pourtant réalisés de grands travaux d’aménagement du lit mineur (ASTRADE, 1991 et 1996 ; ASTRADE, DUMONT, 2000). Pour les époques antérieures, l’étude des sites de gué et des aménagements qui s’y rattachent permettra d’émettre tout au plus des hypothèses.

9Avec le processus d’alluvionnement, le deuxième problème majeur abordé dans les études récentes sur la dynamique de la Saône concerne l’origine du chenal actif actuel et son évolution. L’étude menée entre Anse et Villefranche démontre une stabilité de ce chenal actif. Des chenaux abandonnés, vestiges d’une morphologie en tresse, et visibles dans le lit majeur, pourraient avoir une origine antérieure à l’Holocène. C’est le cas du chenal de Bourdelan, dont le façonnement remonte très probablement au Tardiglaciaire et dont le fonctionnement en tant que chenal actif a pu se prolonger au début de l’Holocène (BRAVARD, 1990). Un document conservé aux Archives départementales du Rhône (section ancienne, 3PL593A- B), daté de la fin du XVIIe siècle, montre en effet que cet ancien bras était encore actif épisodiquement et qu’il faisait l’objet d’aménagements (fig. 86). On distingue très nettement quatre chenaux perpendiculaires à la Saône, qui ont vraisemblablement été creusés afin de drainer cette zone et de permettre l’évacuation plus rapide des eaux après les périodes de crue. Ce secteur est également cité dans des archives des XVe et XVIe siècles comme étant « abreuvé quatre fois l’an par la rivière Saône » (ROSSIAUD, 1994).

10La présence de nombreux sites archéologiques repérés dans les berges au XIXe siècle, les fouilles subaquatiques récentes de vestiges en place dans le lit mineur, ainsi que la correspondance presque systématique entre la liste des hauts-fonds détectés dans les archives du XIXe siècle avec la cartographie des sites connus, incitent également à croire en la permanence et en la stabilité du profil en long de la rivière, et donc du chenal actif actuel, au moins depuis l’Âge du Bronze et plus probablement depuis le Néolithique. D’après J.-P. Bravard, « une pente faible et la très forte cohésion des matériaux formant les berges ont ainsi favorisé une stabilité quasi-parfaite du lit de la Saône à l’Holocène » (BRAVARD, 1997).

11Cependant, C. Petit, dans sa thèse sur la Bresse au Plio-Pléistocène, émet une hypothèse différente : pour lui, le déplacement de la Saône vers l’ouest, constaté au cours du Quaternaire, semble se poursuivre durant les périodes historiques (PETIT, 1993). Mais cette hypothèse repose seulement sur deux observations dont l’interprétation peut être remise en cause. Il cite tout d’abord la découverte, à Chalon-sur-Saône/Saint-Rémy, au cours d’une fouille, d’une nasse en osier gallo-romaine, en place dans le chenal de la Saône situé alors à plus de 200 mètres de la rive est du cours actuel de la rivière (MONTHEL et alii, 1998). Il n’est pas prouvé que ce chenal dans lequel a été trouvée la nasse était bien la voie principale et habituelle suivie par la Saône. L’existence de chenaux parallèles de divagation, témoins d’un ancien lit tressé, et empruntés par les eaux uniquement en cas de crue saisonnière ou exceptionnelle est également probable.

12Un plan concernant le passage de Chalon (A.D. Rhône, série S, non classée) montre en effet un exemple de bras secondaire qui se remet épisodiquement en charge au début du XIXe siècle (fig. 4). En cas de crue, les ingénieurs ont indiqué sur le relevé le cheminement suivi par les eaux : elles contournent la ville de Chalon-sur-Saône par l’est, à partir du PK 141, près du débouché supposé d’un gué et à proximité d’une ancienne île (l’île Saint-Nicolas), elles passent ensuite par le lac des Orlans (commune de Saint-Marcel), puis traversent la prairie pour aller se jeter dans le lac d’Épervans et probablement rejoindre, à peu de distance de là, le bras principal de la Saône. Il serait intéressant de pouvoir dater la ou les périodes de fonctionnement de ce bras, qui, malgré son comblement, a continué à être actif ponctuellement jusqu’au XIXe siècle.

13Un cliché de l’IGN, pris pendant une crue, laisse apparaître un autre paléochenal situé en amont du barrage actuel d’Ormes, et montre que, dans ce secteur, la Saône, à une époque indéterminée, se partageait en deux bras entre lesquels se trouvait une île (fig. 5).

14L’autre exemple, cité par C. Petit, est celui de Mâcon, où, « jusqu ’au XVIIIe siècle, la rive orientale de la Saône était située 120 m plus à l’est qu’aujourd’hui et le village de Saint-Laurent était construit sur une île » (PETIT, 1993, d’après les travaux d’A. Guerreau). Il semble plutôt que les zones marécageuses entourant le bourg, et représentées encore au XVIIIe siècle comme un véritable bras mort de la rivière, se soient, petit à petit, asséchées. En effet, la Saône était parsemée d’un chapelet d’îles entre lesquelles s’écoulaient plusieurs bras, dont le prin cipal constitue le lit actuel de la rivière. Le pont, peut-être construit au XIe siècle, a été adapté à la divergence des eaux en cet endroit précis (GUERREAU, 1989a). Il est probable qu’au cours de la période médiévale, des travaux ont été mis en œuvre pour rattacher à la berge la multitude d’îles présentes dans le cours d’eau, afin d’assainir peu à peu la rive gauche et gagner ainsi de nouvelles terres. Il peut également s’agir, par l’implantation de clayonnages, d’une volonté de canaliser le flot qui avait tendance à s’égarer et n’était plus suffisant à la navigation. De tels aménagements, datés du IXe-Xe s. au XIVe s., ont été mis en évidence au sud de Chalon-sur-Saône (BONNAMOUR, 1992b). Le même système a été employé au XIXe siècle (LAVAL, 1845). Il y a peut-être effectivement eu un déplacement naturel, mais on ne doit pas exclure une intervention humaine. Dans tous les cas, une constatation ponctuelle ne peut pas être étendue à tout le cours de la Saône.

Fig. 4. Plan de la Saône entre Chalon et Épervans levé en 1839 par les ingénieurs du Service de la navigation. Le cours d’un ancien lit de la Saône, emprunté par les eaux lors des crues, est indiqué. Le lac des Orlans et le lac d’Épervans, qui existent encore aujourd’hui, sont des reliquats de ce paléochenal non daté. Archives départementales du Rhône, section moderne, série S, non classé. DAO Gh. Macabéo / Afan.

15Si la conservation de nombreux témoins d’implantations humaines et quelques études environnementales ponctuelles attestent que le lit de la Saône, et surtout de la Grande Saône sur la majeure partie de son cours, a peu évolué, des travaux précis et exploitables sont encore trop rares dans tous les domaines pour pouvoir définir un modèle d’évolution de la rivière. Des différences locales laissent entrevoir la possibilité, non pas d’une, mais de plusieurs évolutions, liées à l’interaction de divers facteurs, climatiques, tectoniques et humains, dont il est difficile de déterminer la part effective. Seule la multiplication des recherches géomorphologiques liées à des sites archéologiques fouillés permettra une meilleure compréhension de l’évolution du cours de la Saône.

Fig. 5. Photographie aérienne montrant, en période de crue, en amont du barrage d’Ormes, un ancien bras de la Saône, ainsi qu’une île. Cette île a peut-être été rattachée à la berge par la construction d’une digue aux époques historiques (gallo-romaine ou médiévale ?). Cliché IGN, Saint-Mandé, inondations de la Saône, CDP86201R, 35-99.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. Carte géologique interprétée de la vallée de la Grande Saône et de ses marges, document Y. Robin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 4. Plan de la Saône entre Chalon et Épervans levé en 1839 par les ingénieurs du Service de la navigation. Le cours d’un ancien lit de la Saône, emprunté par les eaux lors des crues, est indiqué. Le lac des Orlans et le lac d’Épervans, qui existent encore aujourd’hui, sont des reliquats de ce paléochenal non daté. Archives départementales du Rhône, section moderne, série S, non classé. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 5. Photographie aérienne montrant, en période de crue, en amont du barrage d’Ormes, un ancien bras de la Saône, ainsi qu’une île. Cette île a peut-être été rattachée à la berge par la construction d’une digue aux époques historiques (gallo-romaine ou médiévale ?). Cliché IGN, Saint-Mandé, inondations de la Saône, CDP86201R, 35-99.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search