Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Première partie. Données géographiques et historiques

La Saône : hydrologie

Texte intégral

1La Saône prend sa source dans les Vosges à Vioménil et se jette dans le Rhône à Lyon – La Mulatière après avoir parcouru 480 km (fig. 1). Elle est caractérisée par un débit relativement faible : 433 m3/s à Lyon (moyenne annuelle). C’est une rivière à régime pluvial sur laquelle le premier service hydrométrique a été mis en place en 1881.

2Son cours est divisé administrativement et géographiquement en trois portions :

  • La Haute Saône, de Port-sur-Saône à Gray, couvre 82 km. Sa pente est de 21,53 cm/km.
  • La Petite Saône va de Gray à Verdun, où conflue le Doubs. Sur 115 km, elle accuse une pente moyenne de 13 cm/km. Deux canaux en partent : à Saint-Jean-de-Losne, le canal de Bourgogne qui rejoint le bassin de la Seine par les vallées de l’Armançon et de l’Ouche, et à Saint-Symphorien, le canal de jonction du Rhône au Rhin par les vallées du Doubs et de l’III
  • La Grande Saône parcourt 166 km, depuis Verdun jusqu’à Lyon. De Verdun à Anse, elle a une pente très faible de 4 cm/km, puis elle connaît une nette accentuation sur les 35 derniers kilomètres (25 cm/km). Le canal du Centre part de Chalon pour relier la Loire.

3C’est sur cette troisième portion du cours de la Saône que porte l’étude qui suit. Les autres parties seront parfois évoquées à titre de comparaison.

4Le régime de la Grande Saône est la résultante de deux cours d’eau, la Petite Saône et le Doubs (TAVERNIER. 1901). Les crues ont habituellement lieu en automne et au printemps. Les grands débordements atteignent 7 à 8 mètres au-dessus de l’étiage, mais l’inondation la plus importante, en novembre 1840, a dépassé 10 m (références de 1901). La corrélation de deux facteurs, fortes pluies et fonte brutale des neiges jurassiennes, en fut la cause.

5La submersion moyenne est de 12 jours et s’étend sur 2500 m de largeur. Pour les grandes crues, elle peut durer plus d’un mois. Les crues d’été sont rares et celle du mois de juillet 1882, due à une pluie d’une exceptionnelle intensité, a causé des dommages considérables aux récoltes (TAVERNIER. 1901). Les crues qui ont récemment marqué les esprits sont celles de décembre 1981, de 1982 et de mai 1983.

Fig. 1. Carte de France avec localisation du cours de la Saône et des principaux cours d’eau. DAO Gh. Macabéo / Afan.

6L’autre phénomène notable, lié au faible débit, est le gel des eaux de la rivière. Une série de photos prises durant l’hiver 1879-1880 par Garcin à Lyon, et conservée à l’École Nationale des Ponts et Chaussées, montre une véritable mer de glace (fig. 2). En 1895, les glaces se sont formées durant la première quinzaine de janvier et pendant tout le mois de février. La débâcle commença le 3 mars, au dégel. Plus proche de nous, pendant l’hiver 1956, il était possible de traverser la Saône à pied sur la glace en divers endroits.

7Ces phénomènes extrêmes, mais non exceptionnels et revenant de manière cyclique, ont forcément été pris en compte par les riverains de la Saône et ont donc conditionné leurs activités, quelle que soit l’époque. L’adaptation et le mode de réponse n’ont sans doute pas été les mêmes au fil des siècles.

Fig. 2. La Saône entièrement gelée à Lyon, hiver 1879-1880. Photographie Garcin. Collection École Nationale des Ponts et Chaussées, PH156A, 6-8, av. Biaise Pascal, citée Descartes, 77455 Marne-la-Vallée CEDEX 2.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de France avec localisation du cours de la Saône et des principaux cours d’eau. DAO Gh. Macabéo / Afan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 2. La Saône entièrement gelée à Lyon, hiver 1879-1880. Photographie Garcin. Collection École Nationale des Ponts et Chaussées, PH156A, 6-8, av. Biaise Pascal, citée Descartes, 77455 Marne-la-Vallée CEDEX 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search