Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Introduction

Texte intégral

1Dès le XIXe siècle, les passages à gué sont mentionnés dans la littérature archéologique. En 1931, A. Grenier, dans son Manuel d’archéologie gallo-romaine, souligne leur place et leur importance dans les anciens réseaux de communication. L’association entre les nombreuses découvertes effectuées dans tous les cours d’eau européens et l’existence de ces lieux de franchissement est très rapidement établie. Lieux de passage obligés ne nécessitant pas ou peu d’aménagements (contrairement à la construction d’un pont), les gués ont concentré à leurs abords les activités humaines. La récente mise en évidence sur la Saône de ce type particulier de site a orienté le choix de cette étude.

2Depuis 1845, le lit de la Saône est aménagé à grande échelle et depuis 150 ans il livre des vestiges archéologiques variés. La documentation abondante et diversifiée collectée et rassemblée par L. Bonnamour, conservateur des collections archéologiques du Musée Denon, offrait un terrain d’étude idéal du domaine fluvial, ainsi que l’avantage d’exploiter des données totalement nouvelles et en partie inédites. En effet, aucune autre rivière en Europe n’a bénéficié de surveillance et de recherches ininterrompues pendant plusieurs décennies, en prenant en considération toutes les périodes chronologiques, depuis le Néolithique jusqu’à l’époque contemporaine. De bonnes conditions de conservation, un intérêt précoce pour les découvertes de la part des érudits locaux, un suivi régulier des dragages dès les années 1970, puis la pratique de fouilles diachroniques et la collecte de nombreuses informations de tous ordres sont les principales caractéristiques que présente la rivière de Saône. Elles font son intérêt et son originalité.

3Cette étude prend en compte les 167 derniers kilomètres de la Saône, compris entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon. Ils correspondent à une entité physique, la Grande Saône, caractérisée par un régime qui diffère des deux autres portions de la rivière, la Petite et la Haute Saône. Ce secteur offre surtout l’avantage d’être le mieux connu d’un point de vue archéologique, notamment dans sa moitié nord, entre Verdun et Mâcon.

4Un mémoire de DEA (DUMONT, 1992) présente un premier inventaire des gués ainsi que les bases bibliographiques de la recherche. À sa suite, le présent travail s’inscrit dans la continuité des recherches menées depuis trente ans. Il ne se limite pas à une période ou à une source de données. Au contraire, toute la documentation disponible a été prise en compte, dans la mesure du possible : informations recueillies sur les dragues, auprès des riverains, données ethnographiques et archéologiques, archives du XIXe siècle, rapports de fouilles, photographies aériennes, etc.

5Dans une première partie, il fallait tenter de retrouver l’aspect que pouvait présenter la rivière avant les grands travaux du XIXe siècle qui l’ont radicalement transformée. L’examen des documents établis par les Ponts et Chaussées a en partie permis cette restitution. L’historique des aménagements ainsi que l’influence qu’ils ont pu avoir sur la configuration et l’évolution du lit de la rivière sont présentés. Le chenal a tout d’abord été creusé et canalisé, puis l’implantation de barrages a entraîné un relèvement d’environ 2,50 m du plan d’eau. Profils en long, profils en travers et divers avant-projets de travaux de dragages et d’endiguement ont été analysés afin de dresser une liste des hauts-fonds naturels, qui constituent autant de gués potentiels. Les informations concernant les gués encore utilisés ou connus au XIXe siècle complètent cette vision de la rivière, antérieure à la mise en eau des barrages qui a rendu caduc l’usage des passages. Elles sont issues, pour la plupart, des Mémoires et Reconnaissances de l’Armée conservés au Service historique de l’armée de terre à Vincennes.

6La deuxième partie recense les données disponibles (géographiques, historiques et archéologiques), depuis le Néolithique jusqu’à l’époque contemporaine, concernant le lit mineur et les berges. Le croisement de ces informations avec celles qui sont liées aux seuils permet d’obtenir une liste de gués, dont la probabilité d’utilisation est variable. Quatre indices de probabilité ont été définis (existence incertaine, possible, probable, certaine) et pour chaque catégorie plusieurs exemples sont développés. À travers l’étude d’un mode de franchissement, on aborde l’occupation des bords immédiats de la Saône, les réseaux viaires et les activités directement liées à la rivière (pêcheries, moulins, navigation, etc.). Les extraits d’une carte de Saône datée des années 1860 montrent les lieux possibles, probables ou certains de franchissement, les sites repérés à proximité et les indices qui sont encore visibles dans le paysage à la fin du XIXe siècle (anciens chemins, limites administratives, toponymes).

7Dans une troisième partie sont présentées les diverses interprétations envisageables pour expliquer la présence des milliers d’objets recueillis à ce jour sur les gués. Quatre synthèses concernant le Néolithique, l’Âge du Bronze, les âges du Fer et la période gallo-romaine mettent en évidence la progression de la recherche. Souvent récupérés sur les dragues ou chez les collectionneurs sans indication de provenance, les lots de mobilier issus des fleuves et des rivières ont longtemps été jugés inexploitables par les archéologues. Sur la Saône, la pratique de fouilles subaquatiques a permis de rattacher une partie de ces objets à différentes types de sites, tous implantés sur ou aux abords immédiats des gués : habitat du Bronze final ou zone de transbordement gallo-romaine par exemple. La présence d’objets prestigieux, rarement retrouvés sur les sites terrestres, a également suggéré aux différents auteurs qui ont étudié du mobilier provenant du domaine fluvial, que des offrandes avaient été déposées dans le lit des cours d’eau et plus particulièrement sur les gués. La fouille récente d’un passage situé au sud de Chalon-sur-Saône apporte des éléments totalement nouveaux qui permettent de reconsidérer les hypothèses de dépôts volontaires d’objets sur les gués à l’époque gallo-romaine. Pour les périodes protohistoriques, les différentes catégories d’objets découverts à l’emplacement des passages sont énumérées et comparées aux vestiges de même type mis au jour dans d’autres contextes. Des témoins archéologiques du Moyen Âge sont cités dans l’inventaire mais ils ne font pas l’objet d’une synthèse dans cette dernière partie. Il aurait fallu ajouter aux données de terrain toutes les informations issues des textes et des divers documents d’archives dont l’étude et l’analyse requièrent une autre spécialisation.

8La quatrième partie synthétise les données présentées dans les chapitres précédents en les regroupant par thèmes : les types de sites reconnus dans le lit mineur aux abords ou sur les gués, les indices géographiques et les sites divers présents sur les berges aux abords des gués, les motifs de traversée, les modes d’utilisation, la complémentarité ou la concurrence entre les gués, les bacs et les ponts, les îles et enfin l’imaginaire lié à l’espace fluvial.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search