Version classiqueVersion mobile

Les passages à gué de la Grande Saône

 | 
Annie Dumont

Préface

Louis Bonnamour

Texte intégral

« Le cheval de somme (qui portait nos bagages) étant tombé dans un petit ruisseau que nous passâmes à gué, toutes mes hardes, et surtout les livres furent gâtés ; il fallut du temps pour les sécher »
Journal de voyage
Montaigne

1Aux yeux de l’archéologue, la Saône bénéficie incontestablement d’une remarquable conjonction d’éléments favorables :

  • Une situation géographique exceptionnelle tout d’abord, à l’un des points de convergence des grands courants économiques européens.

  • Un régime lent et régulier allié à une pente quasi nulle sur une bonne partie du cours de la Grande Saône, en aval de Verdun-sur-le-Doubs. De ce fait, on observe dans ce secteur peu de déplacements du lit au cours des derniers millénaires et une assez bonne conservation des sites localisés dans le lit mineur.

  • Une richesse archéologique remarquable, en relation avec l’importance du commerce qui, des millénaires durant, a transité par la vallée.

  • Le dernier élément notable, enfin, est l’intérêt marqué par les archéologues locaux dès le milieu du XIXe siècle, pour les trouvailles archéologiques en relation avec la rivière. Cet intérêt apparaît dans la presse locale dès 1843 et se manifestera, à partir des années 1960, par un suivi régulier des découvertes fortuites opérées sur les dragues à l’occasion des travaux d’extraction de granulats. Les observations réalisées à cette occasion conduiront le Ministère de la Culture, dès 1978, à mettre en application pour la première fois en milieu fluvial, les méthodes de fouille subaquatique élaborées dans les lacs. Depuis cette date, fouilles et prospections en plongée n’ont cessé d’être menées de front dans le lit de la Saône tant à Chalon qu’au sud de la ville. Ces travaux ont permis de faire des observations précises sur un certain nombre de passages à gué et d’entreprendre la fouille de deux d’entre eux, les gués du port Guillot et du Port de Varennes. Parallèlement, étaient réalisés le levé bathymétrique de certains passages ainsi que des essais de prospection à l’aide d’un sonar latéral ou d’un pénétrateur de sédiments... Si le résultat de ces dernières expérimentations est loin de s’être montré à la hauteur de nos espérances, du moins nous ont-elles permis de mieux apprécier la complexité de leur mise en œuvre et d’en discerner les limites.

2À l’issue de la campagne de fouille 2000, fouilles et prospections subaquatiques prendront fin en Chalonnais. Il est indispensable que ce type de recherches, tant sous l’eau que sur le terrain ou en archives, se perpétue et se développe au cours des années à venir dans la perspective de la concrétisation du projet de Musée de la Saône.

3La complémentarité des approches mises en œuvre ces dernières années, a permis de faire évoluer notre vision de la rivière : si géographes et géomorphologues ont en effet démontré que le cours de la rivière tel que nous l’observons aujourd’hui, n’avait rien d’immuable et avait beaucoup varié au cours des millénaires, l’étude des archives contribue à tempérer quelque peu cette vision évolutiste et conforte les hypothèses des archéologues au moins en ce qui concerne le cours amont de la Grande Saône : dans la majeure partie des cas, au cours des quatre ou cinq derniers millénaires, la rivière a fait preuve d’une remarquable stabilité. L’apport du travail d’Annie Dumont est, à ce point de vue, fondamental puisque c’est précisément l’étude des sites de gués qui permet d’étayer une telle démonstration. Documents archéologiques, observations en plongée – Annie Dumont est elle-même plongeuse et a travaillé sur les sites de la Saône – et documents d’archives se rejoignent et se complètent pour témoigner d’une telle pérennité.

4S’il faut se garder de tout généralisation hâtive, il ne faut toutefois pas perdre de vue qu’à l’avenir, notamment dans le cas de rivières mal documentées du point de vue du potentiel archéologique, l’étude des archives constituera un préalable incontournable aux recherches de terrain. Ce n’est pas là un des moindres mérites du travail d’Annie Dumont que de nous avoir convaincus de la nécessité d’une telle approche.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search