Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

Conclusions générales

Texte intégral

1Le tumulus de Vielmanay pose un certain nombre de problèmes liés à la méthode de fouille, inadaptée à un pareil monument. Quel que soit notre respect pour l’énorme travail accompli par Robert Octobon, nous ne pouvons en aucun cas censurer cette remarque : un tumulus se fouille à plat, par grandes zones, qu’elles soient carrées ou « en quart de brie », en partant largement de l’extérieur, pas par petits carrés disjoints. La récupération du matériel n’est pas un impératif aussi immédiat que la compréhension des structures, de l’établissement de la zone d’inhumations primitive, des agrandissements successifs, de la hiérarchie des sépultures.

2Robert Octobon a mis quelque temps à comprendre ces impératifs – il est vrai qu’une fouille anonyme suivie du creusement d’un puits, dans une structure qu’il n’était pas aisé de reconnaître au départ comme un tumulus, lui a singulièrement compliqué la tâche – mais une fois la nature du monument identifiée, il a correctement mené la fouille par zones successives, sans pour autant rattraper entièrement les erreurs de départ (recherche et marquage du moindre objet, jusqu’aux vertèbres et côtes de serpents, aux petits coquillages ; fouille, sur les secteurs de 5 m, par carrés de 50 cm). La documentation reste donc insatisfaisante : la recherche des phases d’incrémentation de la zone funéraire est obérée par l’ignorance où nous restons des limites exactes de chacune, compliquée par de nombreux changements dans le baptême du carroyage ; les structures les plus évidentes, à base de gros blocs de calcaire éventuellement accumulés dans des diaclases vidées ou dans des fossés sciemment creusés, nous échappent pour l’essentiel de la fouille, et même, en grande partie, pour la tranchée d’exploration.

3Nous avons toutefois pu mettre en évidence un fonctionnement comparable à ce que nous avions observé ailleurs, en particulier à Oisy, tumulus 1 et probablement 4, à ce que J.-F. Piningre a repéré à Courtesoult et R. Ratel à Bressey-sur-Tille : un projet funéraire, propre à une tribu installée à proximité, se fonde sur une aire consacrée, sensiblement circulaire, de superficie suffisante pour accueillir les défunts de quelques générations. L’aire ainsi délimitée, dont le diamètre doit atteindre entre 17 et 19 m, est limitée par une accumulation de blocs calcaires et sans doute par un fossé symbolique, aménagé dans le terrain naturel qui a été dégagé. À l’intérieur de cette aire est en premier lieu construit un tumulus primitif destiné à abriter au moins cinq sépultures. Ultérieurement, l’aire de 227 à 283 m2 devait, semble-t-il, recevoir les autres membres de la tribu. L’absence d’autre tumulus repéré à proximité paraît bien démontrer que, conformément aux conclusions d’Octobon, l’ensemble de la population locale devait être inhumé là.

4Il ne s’agit évidemment pas d’un monument de type princier : le mobilier, rapporté au nombre de sépultures, est rare et pauvre, et s’il se trouve des importations (fibules et bracelets de bronze, ambre, verre, lignite), elles viennent de zones peu éloignées et n’appartiennent pas aux séries méditerranéennes de prestige. Mais à défaut de grande richesse matérielle, le tumulus fossilise un travail important, et se révèle donc comme le marqueur des honneurs conférés à ses premiers occupants. Ceux-ci ont été rejoints par une population composite, sans distinction d’âge ni de sexe (beaucoup d’immatures et une parité hommes/femmes à tous les étages) : est-ce à dire que la société s’est démocratisée juste après la création de l’aire tumulaire ? Il faut nuancer.

  • 1 (ADAM, 1983, p. 120-121). Amazy est à 15 km à vol d’oiseau de Sembert. et tout aussi éloigné d’un a (...)
  • 2 Pour Tannay, un « rattrapage » effectué par le Groupe nivernais de Préhistoire, sous la direction d (...)

5La théorie des Fürstensitze implique que, dans les zones non directement couvertes par une suzeraineté, dominent des vassaux ; ceux-ci, à leur tour, peuvent avoir sur leurs marges des populations soumises à des vassaux de rang inférieur, ou tout simplement exclues du système féodal. Il semble que l’oppidum de Sembert à Clamecy, avec sa couronne de tumuli implantés entre 2 et 15 km en rive droite et en rive gauche de l’Yonne, constitue l’une de ces vassalités primaires ; à sa périphérie, le tumulus à nombreuses sépultures de Saligny1 et celui de Tannay, avec toutes les restrictions qu’impliquent des fouilles anciennes2, évoquent des nécropoles tribales. On pense aux coloni médiévaux, ou aux Germains implantés à la fin de l’empire romain, qui durent bien organiser leurs propres nécropoles : faute d’un pouvoir centralisé proche susceptible de répartir les sépultures de leurs subordonnés à distance de l’oppidum, les colons défricheurs faisaient un peu ce qu’ils voulaient, et surtout ce qu’ils pouvaient. Si l’on considère, avec W. Kimmig et P. Brun, le rayon de 25 km comme la base mathématique de rayonnement d’une féodalité, le site de hauteur étant considéré comme centre, Vielmanay, Garchy et Nannay apparaissent légèrement en dehors des limites contrôlables à partir d’un site comme celui de Sembert à Clamecy, mais juste à la limite du territoire que pourrait contrôler un oppidum situé près de Varzy, le Mont Charlay par exemple ; l’hypothèse d’une féodalité plus proche en rive droite de la Loire (Châteauneuf-Val de Bargis, Cessy-les-Bois ?) n’est pas contrôlée au sol actuellement ; une dernière possibilité, celle que le site, en rive droite de la Loire, ait dépendu d’un oppidum de rive gauche (Sancerre ?), se heurte au caractère imprévisible de ce fleuve, impossible à franchir par un pont avec les moyens techniques de l’époque, et dangereux à gué.

6Dans l’immédiat, il serait imprudent de hasarder le moindre rapprochement entre le tumulus-nécropole et un site de hauteur quelconque, mais il serait également prématuré de penser, sur le simple fait de l’absence d’enceinte « anhistorique » dans le voisinage (DESFORGES, 1907), que la sépulture de la Bonneterie appartiendrait à une peuplade qui ne serait liée à aucune suzeraineté. La question est pourtant d’importance, car la structuration économique et sociale des micro-régions est fondamentale, mais force est de reconnaître, au vu des données de fouille et des rares données contemporaines enregistrées aux alentours (Nannay, Garchy, Ciez), que nous n’avons aucune base susceptible d’amener à la moindre conclusion.

7Il y avait certainement, à la création du monument, le projet précis d’inhumer des individus privilégiés au centre et à la périphérie d’un tumulus circulaire de petite taille, comme à Oisy 4. Dès le départ, il semble que des événements imprévus soient venus troubler le projet : un sarcophage (la sépulture 39) n’a pas été occupé ou – hypothèse nettement moins probable – a été vidé ; le tumulus primitif n’a sans doute pas été entièrement délimité, et des matériaux sont restés accumulés sans être employés dans le secteur SE, et probablement aussi dans le secteur NW. Des sépultures (6 et 7, en particulier ; 9 et 10, probablement) ont été hâtivement concentrées, d’une manière dont la fouille ne rend pas compte de manière satisfaisante.

  • 3 La fouille partielle de Ciez, complétée d’observations faites entre autres à Minot (21), permet de (...)

8Par la suite, une surmortalité imprévue a conduit à déborder les limites du tumulus là où le terrain le permettait, c’est-à-dire essentiellement dans le sens de la pente, donc vers le nord. On a trouvé le temps d’aménager des caissons (100, 110) ou des sarcophages (96) pour certains inhumés3, tandis que la plupart des défunts, malgré la pose de bornes comme celle de O22, étaient inhumés dans des conditions tellement hâtives que leur déposition devait impliquer des perturbations dans les sépultures antérieures.

9La déposition d’un inhumé pourvu d’une parure comparativement riche, le n° 29, en surface et hors de la structure centrale, paraît constituer le meilleur témoin de cette urgence : on a, selon notre interprétation, respecté vaille que vaille les hiérarchies tribales en disposant, ou en redisposant, les corps des puissants de la tribu dans des structures improvisées, susceptibles de leur permettre de garder quelque différence avec les nombreux enfants et autres humbles éparpillés sur les pentes du tumulus.

  • 4 Une communauté villageoise de clairière, comptant trente à cinquante personnes en permanence, soit (...)
  • 5 Qui se trouvent ainsi dépourvus du statut particulier qui leur était consenti dans le Latium, les M (...)
  • 6 On peut discuter ce pourcentage : il est impossible, si l’anthropologue n’est pas présent sur le te (...)

10Dans ces conditions, il ne reste guère d’intérêt à disputer du nombre d’individus présents dans le tumulus : à l’origine, sans doute, un petit nombre de dominants se réserve un domaine funéraire bien délimité, mais sans exclure du privilège sépulcral les plus humbles de la tribu ; à l’arrivée, tout le monde peut-être4, y compris les immatures5, se retrouve aux marges du tumulus, sans distinction d’âge ni de sexe, généralement inhumé, quelquefois (environ 5 %, semble-t-il) incinéré6.

11Il s’est, à l’évidence, produit une urgence. Celle-ci ne peut guère être de nature guerrière, puisqu’apparemment la population enterrée à Vielmanay maniait plutôt la houe du céréalier, la houlette du pasteur, le marteau du forgeron et le lissoir du potier que les épées et les lances. Mais ce point n’est pas définitif : localement, les sépultures du Hallstatt final ne comportent jamais d’armes, et la pauvreté ambiante expliquerait facilement qu’on n’ait pas sacrifié à la mégalomanie des puissants de la tribu en inhumant à côté d’eux des armes qui auraient pu servir aux vivants. C’est plutôt l’absence d’éléments traumatiques répétés, constatée par le Dr Le Blay, qui nous conduit à préférer l’hypothèse d’une surmortalité d’origine épidémique. Dans ces conditions, au vu du mobilier disponible, qui est non seulement limité, mais quasi inexistant pour les sépultures de surface, on doit trancher entre deux hypothèses : soit l’inhumation, en urgence, d’une population décimée par quelque épidémie ; soit une réutilisation beaucoup plus tardive de la nécropole, par exemple à l’époque romaine. Aucun élément décisif ne permet d’admettre que les Gallo-romains soient responsables de nombreuses inhumations en superficie du tumulus celtique : ni monnaie, ni céramique en quantité appréciable, ni surtout urnes en verre, urnes en céramique, amphores, tegulae, et surtout la sépulture 29 n’a pas été bouleversée. La clôture du tumulus en tant que structure d’inhumation doit donc être datée de la même époque que les dernières sépultures datables, c’est-à-dire de La Tène ancienne la.

12Nous adoptons donc le parti d’une chronologie brève, comme indiqué en 4.6 à partir de l’étude du mobilier funéraire, que la céramique n’est pas de nature à contredire ; en effet, l’exemple de l’habitat de Sembert à Clamecy révèle l’archaïsme de la céramique commune. Dans le cas de Sembert, ce caractère s’explique par l’hypothèse que quelque hobereau hallstattien ait organisé une population déjà présente, qui accepte les modes nouvelles en métallurgie et céramique fine mais garde les siennes dans la céramique familiale. À Vielmanay, on a plutôt une tribu installée récemment, qui n’a pas de traditions céramiques : d’où un moindre archaïsme dans ce domaine. En tout état de cause, il paraît extrêmement probable que le tumulus a été projeté vers 520, occupé pendant deux générations et abandonné vers 470, en pleine période jogassienne.

13Il ressort de ces considérations qu’aucune comparaison n’est pertinente avec les nécropoles établies au Hallstatt moyen ou final qui sont restées en activité tard dans l’époque laténienne. Ni Bressey-sur-Tïlle, ni les nécropoles à enclos de la vallée inférieure de l’Yonne, ni Tannay et Saligny, finalement mal connus, ne fournissent d’éléments comparables avec ce qui s’est produit à Vielmanay. La population qui s’est, un moment, installée près de la Bonneterie, aurait pu et dû s’y établir pendant quelques générations ; son lieu de sépulture montre qu’elle n’y est pas restée : soit elle s’est éteinte sur place à cause d’une épidémie, ce que le tumulus nous invite à penser, soit elle s’est déplacée vers l’ouest, ce qui est impossible à prouver (et difficile à imaginer : aurait-on, dans cette hypothèse, laissé tant d’enfants dans le tumulus ?).

14Les Völkerwanderungen sont fort heureusement passées de mode, mais il reste que les cultures matérielles et les idées, les organisations sociales qu’elles sont seules à révéler, ont besoin des hommes pour cheminer. Dans le grand mouvement vers le sud-ouest de l’acculturation hallstattienne, les hasards de la prospection, de la fouille et des documents d’archives font que nous connaissons mieux l’habitat que les sépultures dans la région de Clamecy, et uniquement le monument funéraire dans celui de Vielmanay. L’état des fouilles, insatisfaisant, révèle toutefois deux organisations sociales distinctes : ici nous pourrions risquer l’hypothèse de pionniers, de défricheurs, là d’une féodalité venue organiser une population préexistante. Peut-être une prise de conscience chez les décideurs de l’archéologie nationale permettra-t-elle, dans les générations futures, d’envisager les larges prospections et les fouilles intensives qui permettraient de répondre à toutes les questions que ce travail laisse ouvertes.

Notes

1 (ADAM, 1983, p. 120-121). Amazy est à 15 km à vol d’oiseau de Sembert. et tout aussi éloigné d’un autre oppidum secondaire possible, le Mont Charlay de Varzy ; selon les notices de Darlet et Proux, le nombre d’inhumés atteignait la trentaine au début des travaux... mais aucune estimation du nombre final n’a jamais été donnée. Ce tumulus descend un peu plus bas, en chronologie, que celui de Vielmanay. Celui du Bois d’Amont à Tannay (ibid., p. 123-124), à 20 km de Sembert et autant de Varzy, semble, malgré l’incertitude due à une fouille dont les résultats ont disparu, offrir les plus grandes analogies avec celui de Vielmanay, tant dans le nombre de sépultures que pour la chronologie.

2 Pour Tannay, un « rattrapage » effectué par le Groupe nivernais de Préhistoire, sous la direction de Roger Pioux, permit de 1972 à 1976 de récupérer, en périphérie, cinq sépultures avec parure.

3 La fouille partielle de Ciez, complétée d’observations faites entre autres à Minot (21), permet de suggérer qu’une structure en bois ait complété les empierrements qu’a seuls constatés la fouille. Comme nous l’avons vu, la conservation de la sépulture 29, très superficielle, ne se comprend que dans l’hypothèse d’un sarcophage de bois entouré d’un caisson de pierre, et le fait que cet ensemble ait été peu perturbé plaide pour une chronologie courte de l’ensemble du tumulus : la décomposition totale du cercueil de bois, inévitablement suivie de l’effondrement du bâti de pierres et de perturbations de la sépulture, est sous nos climats l’affaire d’une vingtaine d’années s’il s’agit de bois blanc, une cinquantaine pour du chêne.

4 Une communauté villageoise de clairière, comptant trente à cinquante personnes en permanence, soit environ cent cinquante morts en deux générations compte tenu de la mortalité infantile, est un modèle connu des ethnologues. Il est dès lors délicat de s’interroger sur la présence de non-inhumés, de parias qui n’auraient pas eu droit à la sépulture de clan : c’est une possibilité, qui ne pourrait, à la limite, être soutenue que si la quantité d’artefacts produits et fossilisés dans le tumulus, ainsi que la force de travail employée, excédaient largement les capacités de la population présente dans celui-ci, ce qui ne semble pas être le cas.

5 Qui se trouvent ainsi dépourvus du statut particulier qui leur était consenti dans le Latium, les Monts albains et probablement l’Étrurie méridionale où les immatures (sans doute ceux qui n’avaient pas encore reçu de nom individuel) étaient enterrés dans le vide sanitaire des maisons.

6 On peut discuter ce pourcentage : il est impossible, si l’anthropologue n’est pas présent sur le terrain pendant toute la durée de la fouille, et encore à condition que les incinérations soient assez bien préservées, de faire des calculs en poids de restes qui donnent une appréciation objective. Quant au fait qu’on trouve généralement les incinérations en périphérie et en surface (mais on les trouve en profondeur à Oisy 1 et 2), il est erroné de déduire que celles-ci sont d’une période nettement postérieure : généralement dépourvus de mobilier, les incinérés se distinguent par un statut social inférieur, et leur rejet à la périphérie du monument ne saurait, à lui seul, permettre de préférer une hypothèse chronologique par rapport à la simple certitude sociologique qu’ils ne bénéficient pas de sépultures privilégiées, avec mobilier et éléments architecturaux.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search