Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

6. L’industrie lithique

Yves Pautrat

Texte intégral

1L’expérience et la carrière de Robert Octobon étant avant tout celles d’un préhistorien, il n’est pas étonnant qu’au cours de ces quelque dix ans de fouille, un matériel lithique significatif ait été soigneusement recueilli dans la masse même du tumulus, à côté du mobilier funéraire proprement hallstattien.

6.1. Description de l’industrie

2C’est un total de 159 silex taillés qui a pu être inventorié, se répartissant globalement de la manière suivante :

  • débitage : 141,

  • outils : 11,

  • nucléus : 7,

  • auxquels s’ajoutent 3 galets utilisés.

3Les matériaux n’ont pas fait l’objet d’une détermination géologique poussée, mais semblent à peu près tous d’origine locale. On y reconnaît la chaille (issue des calcaires jurassiques ou des argiles à chailles) : 10,7 %, le jaspe (silex jaspoïde) : 9,2 %, le quartz (un seul exemplaire) et principalement le silex : 62,8 % dont plus de la moitié est à patine blanche ou à dominante claire.

4Les outils parfaitement déterminables selon des critères typologiques, et qui peuvent être par là même aisément assimilés à une période donnée, sont relativement rares :

1. Pour le Paléolithique (fig. 49)

  • racloir latéral droit à retouche écailleuse abrupte et courte. Sa face supérieure est semi-corticale et son talon lisse (n° 1, inv. 45) ;

  • fragment de racloir transversal convexe à retouche écailleuse scalariforme (n° 2, inv. 13) ;

  • racloir latéral convexe à retouche écailleuse très oblique, irrégulière et partielle (n° 3, inv. 6) ;

  • fragment de racloir transversal droit à retouche écailleuse irrégulière et oblique (n° 4, inv. A) ;

  • fragment de lame à retouches abruptes en partie bifaciales. Son dos est retouché abrupt et son extrémité proximale comporte une retouche elle aussi abrupte surplombante et émoussée (n° 5, inv. 86) ;

  • fragment de biface à patine jaune partiellement retouché en nucléus postérieurement, sans doute au Néolithique (n° 6, inv. 84) ;

  • racloir latéral convexe à retouche écailleuse légèrement scalariforme (n° 7, inv. 46) ;

2. Pour le Néolithique (fig. 50)

  • éclat allongé à dos cortical et retouche d’usage écailleuse irrégulière ; extrémité distale cassée en charnière (n° 1, inv. 1) ;

  • fragment d’éclat de petit module portant un tranchant convexe à retouche abrupte courte légèrement denticulée (n° 2, inv. 62) ;

  • fragment de grattoir convexe à retouches irrégulières. Le talon est lisse et l’extrémité distale est cassée (n° 3, inv. 57) ;

  • bec dégagé par une retouche abrupte alterne sur éclat de petit module légèrement brûlé (n° 4, inv. 3) ;

  • éclat à section triangulaire légèrement denticulé (n° 5, inv. 114) ;

  • troncature oblique sur éclat semi-cortical à extrémité proximale cassée. Silex à patine blanche (inv. 108, non figuré).

5Toutes les autres distinctions ne peuvent être établies qu’à partir de critères beaucoup plus subjectifs, comme l’aspect, la couleur et l’épaisseur de la patine. C’est le cas, par exemple, des nucléus. Ils ont servi à l’obtention d’éclats de petits module ou de lamelles et sont parfois endommagés par le feu (n° 6, inv. 36) ou un esquillage intense peut-être dû au piétinement (fig. 50, n° 8, inv. 34), quand ils ne sont pas fragmentaires (n° 7, inv. 1). Leur attribution chronologique n’est pas déterminable.

6Il convient enfin de citer la présence de deux fragments de haches polies. Elles sont très abimées par des fractures transversales ou des enlèvements dans l’axe de la pièce, probablement dus à une percussion violente (fig. 51, nos 3 et 4).

6.2. Répartition et provenance

7Les silex n’étaient pas essentiels dans la reconnaissance et l’étude du mobilier funéraire hallstattien, et ils n’ont pas tous fait l’objet d’un enregistrement systématique ou d’une localisation précise au cours de la fouille. Certains sont associés à un carré (vingt, soit 14,2 %), d’autres à un niveau (vingt-huit, soit 20 %), à une sépulture (un, soit 0,7 %) ou à une couche (trente et un, soit 22,14 %). Parmi ces derniers, un seul provient de la surface, douze de la masse du tumulus et dix-huit de l’argile de base. Les localisations par niveau, depuis la surface, recoupent ces fréquences : quatre de 0 à 10 cm, deux de 10 à 20 cm, trois de 20 à 30 cm, un de 40 à 50 cm, deux de 50 à 60 cm, deux de 70 à 80 cm, deux de 80 à 90 cm, trois de 90 à 100 cm et six à 100 cm ou plus.

Fig. 49. Silex paléolithiques. 1. n° 45 ; 2. n° 13 ; 3. n° 6 ; 4. n° A ; 5. n° 86 ; 6. n° 84 (Paléolithique retouché au Néolithique) ; 7. n° 46

(dessins R. Octobon).

Fig. 50. Silex néolithiques : 1. n° 1 ; 2. n° 62 ; 3. n° 57 ; 4. n° 3 ; 5. n° 114. Nucléi : 6. n° 36 ; 7. n° 1 ; 8. n° 34

(dessins R. Octobon).

8Si l’on observe maintenant la répartition des pièces déterminables par niveaux, on notera la dispersion suivante :

Paléolithique

Néolithique

Surface

0

5

Masse du tumulus

1

5

Argile de base

3

0

Indéterminé

3

1

9Malgré la faible représentativité numérique de chaque série, on peut remarquer que les pièces paléolithiques se rencontrent presque exclusivement dans l’argile rouge ayant servi à régulariser l’assiette du tumulus, alors que les pièces néolithiques se trouvent dans la masse même du tertre ou à la surface de cette argile de base. De cette constatation, il est donc possible de suggérer deux provenances différentes. Les silex paléolithiques ont été amenés avec l’argile, d’origine vraisemblablement locale (argile de décalcification). Les pièces néolithiques ont été ultérieurement apportées d’un endroit différent avec les pierres et la terre de remplissage du tumulus, au fur et à mesure de son utilisation.

10De fait, des prospections de surface effectuées parallèlement à la fouille dans les parcelles avoisinantes (champs cultivés à l’ouest et au nord du tumulus en particulier) ont amené la découverte d’industries lithiques tant paléolithiques (bifaces moustériens par exemple) que néolithiques (armatures de flèches, haches taillées ou polies...) qui expliquent la présence de ces pièces préhistoriques dans des matériaux de construction qui ne peuvent avoir été trop éloignés du tumulus.

Fig. 51. Outillage lithique divers 1. lissoir ; 2. pièce de chaille ; 3-4. fragments de haches polies

(dessins R. Octobon).

11On en déduira donc que les lieux d’extraction de l’argile de base et des matériaux de construction coïncidaient chacun avec une occupation préhistorique, l’une paléolithique, l’autre néolithique, distinctes bien que probablement proches, puisqu’il ne paraît pas y avoir eu mélange lors des différentes phases de construction.

6.3. Matériel lithique « Hallstattien »

12Il faut enfin faire une place à part pour quelques pièces lithiques trouvées dans la masse du tumulus, associées ou non à des sépultures. On y reconnaît :

  • un lissoir en pierre polie, du type lissoir à céramiques (fig. 51, n° 1) ;

  • un nucléus en chaille, d’une taille supérieure à la moyenne (9,8 x 7,8 x 6,4 cm), lui aussi ponctuellement utilisé comme percuteur, fixe ou dormant (fig. 51, n° 2) ;

  • un demi-galet en grès siliceux rougeâtre qui a servi de percuteur sur son extrémité conservée (fig. 52, n° 1) ;

  • un bloc de silex épais portant de nombreux enlèvements irréguliers, aux arêtes émoussées, et qui présente d’abondantes traces d’oxyde de fer. R. Octobon l’a interprété comme une enclume (fig. 52, n° 2) ;

  • deux galets de calcaire qui portent des enlèvements longitudinaux obtenus par une percussion dans l’axe de la pièce. L’un d’eux peut être interprété comme un coin ou ciseau, le deuxième comme percuteur (fig. 52, nos 3-4).

13Ces outils sur galet, particulièrement atypiques et délicats à dater, peuvent avoir été utilisés par les Hallstattiens eux-mêmes au moment de la construction du tumulus, tout comme les haches polies cassée. En effet, plusieurs blocs ou dallettes de calcaire, inclus dans des sépultures, portent des aménagements ponctuels évidents. Il s’agit de retouches obliques à semi-abruptes destinées à diminuer localement l’épaisseur du bloc, à y découper une encoche ou à en appointer l’extrémité (fig. 53, nos 1 et 2). L’un de ces blocs était placé à la tête de la sépulture n° 12 (fig. 54, n° 1) ; un autre était placé sous le cou d’un inhumé (fig. 53, n° 3), d’autres encore utilisés dans la structure même de certaines sépultures. Ce type de retouche par percussion a fort bien pu être réalisé au moyen des outils décrits ci-dessus, sans que cela puisse cependant être prouvé.

  • 1 Type d’objet également retrouvé dans le substratum du tumulus Oisy 1 (note R.A.).

14Notons, en outre, un fragment de meule dormante circulaire1 en grès siliceux à grain fin, malheureusement non localisé dans la stratigraphie du tumulus (fig. 54, n° 2).

15Il convient de rappeler que pendant les fouilles, l’équipe avait mené des prospections aux alentours immédiats du tumulus, et y avait localisé une industrie préhistorique représentée par plusieurs dizaines d’éclats de débitage, mais aussi par plusieurs belles pièces, parmi lesquelles un biface du Paléolithique ancien et deux haches polies néolithiques, le tout en silex (fig. 55).

6.4. Conclusion sur le matériel lithique

16Bien que numériquement significatif, le matériel lithique recueilli dans ce tumulus présente un intérêt scientifique limité. Tout au plus permet-il d’évoquer des origines distinctes aux matériaux de construction et de supposer l’utilisation d’un outillage lithique rudimentaire par les utilisateurs mêmes de la structure funéraire.

Fig. 52. Outillage lithique divers. 1. fragment de hache polie ou broyon ; 2. enclume ; 3-4. blocs calcaires retouchés

(dessins R. Octobon).

Fig. 53. 1-2. Dallettes calcaires retaillées ; 3. bloc de calcaire aménagé par enlèvements de façon à créer une encoche appui-cou.

(dessins R. Octobon)

Fig. 54. 1. Dalle de calcaire (34 x 45 x 6 cm), à trou naturel, retaillée et placée verticalement derrière la tête de la sépulture 12 ; 2. fragment de meule

(dessins R. Octobon).

Fig. 55. Un biface et deux haches néolithiques trouvés en prospection dans l’environnement du tumulus

(dessins R. Octobon).

Notes

1 Type d’objet également retrouvé dans le substratum du tumulus Oisy 1 (note R.A.).

Table des illustrations

Légende Fig. 49. Silex paléolithiques. 1. n° 45 ; 2. n° 13 ; 3. n° 6 ; 4. n° A ; 5. n° 86 ; 6. n° 84 (Paléolithique retouché au Néolithique) ; 7. n° 46
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 50. Silex néolithiques : 1. n° 1 ; 2. n° 62 ; 3. n° 57 ; 4. n° 3 ; 5. n° 114. Nucléi : 6. n° 36 ; 7. n° 1 ; 8. n° 34
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 51. Outillage lithique divers 1. lissoir ; 2. pièce de chaille ; 3-4. fragments de haches polies
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 52. Outillage lithique divers. 1. fragment de hache polie ou broyon ; 2. enclume ; 3-4. blocs calcaires retouchés
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 53. 1-2. Dallettes calcaires retaillées ; 3. bloc de calcaire aménagé par enlèvements de façon à créer une encoche appui-cou.
Crédits (dessins R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 54. 1. Dalle de calcaire (34 x 45 x 6 cm), à trou naturel, retaillée et placée verticalement derrière la tête de la sépulture 12 ; 2. fragment de meule
Crédits (dessins R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 55. Un biface et deux haches néolithiques trouvés en prospection dans l’environnement du tumulus
Crédits (dessins R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17395/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search