Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

5. La céramique

Richard Adam

Texte intégral

5.1. Conditions de l’étude

1Robert Octobon n’a vu qu’assez tard l’importance que pouvait revêtir l’étude précise de ce fossile dans l’interprétation du tumulus. À sa décharge, on pourra noter que les premiers tessons, numérotés de 1 à 55, lui étaient apparus hors contexte dans les déblais du puits, et dans la tranchée d’exploration à tous les niveaux (surface, tamisages de la masse tumulaire, couche d’argile basale). Par la suite, il entama une série éphémère de A1 à A56 dans l’espoir de distinguer les tessons hallstattiens des autres, modernes, médiévaux, gallo-romains et chasséens : tentative heureusement abandonnée, qui eût entraîné de nombreuses confusions. Il en revint donc à la numérotation globale par journées de fouille, non sans quelques erreurs : il existe deux séries 545-546, deux séries 1027-1037, deux séries 1390-1397 ; non sans quelques omissions aussi : il n’y a aucun renseignement sur les numéros 49-50, 134, 136, 137, 231-235, 247-249, 259-268, 378-384, 431- 434, 498, 562-564, 641-653, 722-726, 730-733, 985- 988, 1038-1293, 1036-1310, 1347-1349, 1368, 1376- 1377, 1379-1380, 1565-1566, 1703-1729, 2252-2253, 2844, 2982-2989, 3028-3037, 3045-3054, et à partir de 3201 (il s’agit là des tessons numérotés à la fin de la toute dernière campagne de fouilles, auxquels ne correspond aucune notice).

2Un bon tiers des tessons n’est absolument pas identifiable : tessons minuscules, lités au point d’avoir perdu leur surface interne et leur surface externe, non numérotés, perdus dans des sachets non identifiés. Nous avons mis à part ce reliquat, qui occupe un carton de près de 5 kg.

3Par ailleurs, Robert Octobon avait identifié – ou cru identifier – un certain nombre de regroupements : une boîte, n° 69, comportait une centaine de tessons « chasséens » ; examen effectué, ces fragments, qui ont été trouvés entre la superficie et le fond du tumulus, n’ont d’autre point commun qu’un dégraissant visible, assez uniforme et fin, et une absence de lissage ; les tessons 305-377 (cent quatre individus en tout, beaucoup étant trop petits pour recevoir un numéro), trouvés entre 10 et 20 cm en U15, sont « analogues » : ils n’appartiennent pas pour autant à un vase unique ; en 021 (nos 1836-1857), en 022 (nos 2126-2196), en P22 (nos 1733-1818), on aurait un, deux ou trois vases écrasés en place à la surface de la masse tumulaire, soit entre 10 et 15 cm de profondeur ; la fouille par carrés n’a pas permis d’isoler immédiatement ces 175 tessons éventuellement cohérents entre eux, et après vingt ans de stockage il est impossible d’espérer le moindre collage ; de 2212 à 2608, avec des carrés d’enregistrement qui vont de M17 à 021 et R19, soit 18 m2, et de 0,10 à 1,25 m de profondeur, on aurait un seul et même vase : aucune tentative de vérification n’est plus possible de ce puzzle de 400 pièces, dont beaucoup sont minuscules et se sont encore dégradés depuis la fouille. Les concentrations notées sur des carrés de 0,50 m de côté en 1977-1979 apparaissent tout aussi illusoires : l’extrême usure interdit même de reconnaître des pâtes communes, à plus forte raison de tenter des collages. Seules, finalement, les cassures fraîches, survenues en fouille, ou les rapprochements entre tessons décorés, permettent d’effectuer un nombre limité de collages.

  • 1 Avec l’aide de Brigitte Le Contellec et Sophie Magistris.

4Dans ces conditions, nous avons dans un premier temps1 repris la collection tesson par tesson en notant, sans tenir compte des fonds qui induisent des surépaisseurs, les épaisseurs identifiables au niveau des panses et des lèvres, ce qui nous a donné l’histogramme ci-dessous (fig. 43), où l’épaisseur figure en abscisse et le nombre d’individus en ordonnée.

5La grande masse de la céramique (87,6 %) se répartit entre des épaisseurs de 4 à 10 mm : les grands vases de stockage, dont on attend une épaisseur moyenne supérieure au centimètre, tout comme les vases miniatures ou de luxe, qui se distingueraient par la minceur de leurs parois, sont sinon absents, du moins très peu représentés. Cette statistique indique que nous n’avons pas affaire à un lot typique d’habitat (à Sembert, les vases de stockage à parois très épaisses sont mieux représentés, autour de 10 % pour les épaisseurs supérieures à 15 mm), ni à un échantillonnage typiquement funéraire (Tannay, Oisy 2) qui privilégierait les vases miniatures à parois fines.

  • 2 Avec l’aide de Jean-Claude Chanez, Michel Delarat, Henri Poupon, Jérôme Poupon.
  • 3 Les rapports annuels ne donnent aucune indication de niveau.

6Dans un deuxième temps, nous avons reclassé et pesé tous les tessons identifiables en stratigraphie2, en suivant les indications données dans les cahiers de fouille3 et sur les fiches quotidiennes. Ceci a permis d’établir une stratigraphie à cinq niveaux :

7– couche superficielle, de 0 à 30 cm de profondeur = couches 1 et 2 : 3.850 g ;

8– masse tumulaire = couche 3, de 0,30 à 1,00 m en général, ou suivant indication des cahiers : 5.100 g ;

Fig. 43. Histogramme par épaisseur des tessons conservés

(R. Adam).

9– « sur la couche d’argile » ou « au contact de l’argile » : 600 g ;

10– « dans la couche d’argile » : 950 g ;

11– « sur la roche » ou « au contact de la roche », ou encore « contre le banc rocheux » : 550 g.

12Ce qui nous donne un total stratifié de 11,5 kg de céramique pour un déchet non étudiable d’environ 5 kg.

13Ne pouvant déterminer si des tessons découverts à 30 cm de profondeur appartiennent à la couche superficielle ou à la masse tumulaire, puisque l’épaisseur de la première varie suivant les carrés et que les infiltrations sont nombreuses, nous avons probablement surévalué le poids indiqué pour la couche superficielle ; celui de la masse tumulaire est sous-évalué en conséquence, car seules les notices d’Octobon invitent à différencier ce qui a pu être volontairement écrasé sur la couche de rendzine de base, de ce qui s’est trouvé aboutir sur cette même couche après avoir glissé au sein de la masse tumulaire : les pendages, qui auraient fourni une indication correcte (les sols foulés au pied se repèrent à la présence de tessons et d’os à plat), n’ont pas été enregistrés régulièrement. Quant à la distinction entre la masse et la base de la couche d’argile, qu’Octobon faisait occasionnellement, elle paraît artificielle, sauf pour quelques tessons qui, éventuellement, auraient pu être introduits dans des diaclases vidées. Enfin, les découvertes effectuées dans les fosses creusées dans le banc rocheux (sous la sépulture 18 et en L25) devraient fournir des ensembles clos mis à part du reste : il n’est malheureusement pas possible d’identifier plus d’une dizaine de tessons qui se rattachent plus ou moins nettement à la fosse sous la sépulture 18, et aucun qui provienne de l’autre fosse.

  • 4 Salage habituel en fouille : nous avons subi la même plaisanterie à Oisy T1. Les petits rongeurs on (...)
  • 5 En 1996, nous avons demandé au bureau Géokit, à la section Géologie de l’Université de Bourgogne, d (...)

14On remarque d’ailleurs qu’hormis l’absence de gallo-romain et de médiéval à des profondeurs inférieures à 25/30 cm, et un fragment de brique moderne déposé par un fouilleur facétieux au plus profond de la couche d’argile4, la céramique est cohérente à tous les niveaux : des fragments nettement chasséens apparaissent, sinon vraiment en surface, du moins au sommet de la masse tumulaire, et des vases hallstattiens décorés tant en surface que dans la masse tumulaire et dans la couche d’argile basale. Nous n’avons nulle part pu vérifier l’assertion d’Octobon selon laquelle le Chasséen (ou le Néolithique, en général) serait nettement plus rare dans la masse tumulaire et le Hallstattien moins représenté dans la rendzine : les formes attribuables avec certitude à chaque typologie sont tellement peu nombreuses que toute statistique ne saurait porter que sur une appréciation subjective fondée sur l’aspect extérieur des tessons5.

5.2. Étude par niveaux

5.2.1. La couche superficielle

  • 6 De telles pâtes, sur des pichets à lèvre moulurée, ont été identifiées au Châtelet de Varzy, avec u (...)

15La couche superficielle comporte des dizaines de fragments de briques ou de carreaux modernes, issus probablement d’une cabane construite au voisinage et démolie au début du siècle dernier ; l’exploitant actuel n’a pas pu nous renseigner sur ce point, mais il s’agit d’un faciès que nous rencontrons couramment en prospection. S’ajoutent à ces éléments de construction des fragments de grès de Puisaye, à peu près indatables (du XVIIe au xxe siècle), et des éléments de céramique fine à pâte rose ou saumon, dont le dégraissant est essentiellement une chamotte finement broyée, qu’on retrouve un peu partout dans le département (Nevers, Menou, Varzy...), et qui sont attribuables au Moyen-Âge, sans plus de précisions ; dans la mesure où certains tessons réalisés dans cette pâte présentent encore des traces de glaçure verdâtre, nous serions tenté de les attribuer aux XIIIe-XVe siècles6.

16Parmi une trentaine de tessons gallo-romains ou du haut Moyen-Âge, cinq nous donnent des éléments morphologiques (fig. 44, nos 1-5) : deux ollae dont une certainement tardive (n° 2 : pâte rougeâtre, cuisson réductrice), une jatte à bord rentrant dont le type survit largement en milieu rural de l’époque augustéenne jusqu’au Bas-Empire, et deux fonds à anneau porteur, dont un seul (n° 5), malgré son extrême usure, paraît se rattacher à des formes de cruches à pâte beige clair, dites de l’Allier, couramment attribuées à l’époque flavienne. Ces éléments tardifs n’auraient en soi d’autre intérêt que de témoigner du passage de populations qui, quelque six siècles après les dernières inhumations, auraient foulé le tumulus protohistorique sans se rendre compte de son existence (ce qui ne serait pas étonnant compte tenu de sa faible émergence par rapport au sol environnant), s’ils ne posaient cette hypothèse, que nous avons déjà éliminée : n’y aurait-il pas, en ultime phase d’utilisation du tumulus, des dépositions gallo-romaines ?

17Les minutes de fouilles fournissent une réponse négative à cette hypothèse : les indices caractéristiques de dépositions funéraires romaines (incinérations en urnes de verre, proximité d’une voie, monnaies et amulettes) sont absents. Par ailleurs la déposition de plusieurs dizaines de défunts à la superficie d’un tumulus bien antérieur ne s’expliquerait guère. Nous admettrons donc que la présence marginale de céramique gallo-romaine, médiévale et moderne est accidentelle – mais elle indique que le tumulus n’a pas toujours été recouvert de l’impénétrable broussaille qui en rend actuellement l’accès difficile : l’éperon portlandien qui supporte le tumulus de Vielmanay a dû, malgré son aspect contemporain plutôt inhospitalier, servir de point de passage entre les vallées de l’Yonne et de la Loire longtemps après l’abandon du site funéraire.

18La couche superficielle livre aussi des céramiques de type hallstattien, parmi lesquelles on trouve des éléments très exactement comparables à ceux des couches inférieures : jattes à lèvre arrondie et panse fine (fig. 44, nos 6 et 10), à lèvre triangulaire (ibid., nos 8 et 9, provenant peut-être du même vase). En 112 a été découverte une série de huit tessons qu’Octobon a reconstituée, arbitrairement, comme une jatte à fond arrondi (fig. 44, n° 12) : si la lèvre est correctement orientée, il n’est pas du tout sûr que le fond ne soit pas plat comme fig. 45, n° 1. Ces fonds plats tendraient à faire abaisser la chronologie du lot céramique, ce qu’évidemment Octobon ne souhaitait pas, puisqu’il tenait à enraciner le tumulus dans le Hallstatt moyen. On peut d’ailleurs supposer que sa longue fréquentation des céramiques chasséennes lui avait suggéré, inconsciemment, de reconstituer des formes qui sont celles du Cerny, du Saône-Rhône ou du NMB, alors qu’au Hallstatt le fond rond est déjà franchement exceptionnel ; la reconstitution est d’autant plus étonnante que les rapports proposent à plusieurs reprises des séries de fonds plats, dont le tri du matériel conservé confirme la prédominance.

5.2.2. La masse tumulaire

19Le tumulus proprement dit, en excluant la couche superficielle et la couche d’argile sous-jacente, a livré environ la moitié, en poids, des tessons récupérés : un peu plus de la moitié, si l’on admet qu’une partie des tessons découverts entre 10 et 30 cm de la surface appartiennent à la structure, un peu moins si l’on suppose des infiltrations massives depuis la surface. Quoi qu’il en soit, le lot d’environ 2 000 tessons présente une typologie relativement unifiée et quelques éléments hétérogènes.

Fig. 44. Céramique de la couche superficielle jusqu’à 30 cm. 1-5. Gallo-romain et haut Moyen Âge (5 : cruche beige à anneau porteur). 6-12. tessons protohistoriques. 1. s.n. ; 2. n° 194 (ligne I vers le SE ?) ; 3. n° 1304 (lignes IJ) ; 4. n° 1642 (F16 ?) ; 5. n° 1406 ; 6. n° 2834 (022) ; 7. n° 2715 ; 8. n° 1385 (BC13-15) ; 9. n° 1390 (BC 13-15) ; 10. n° 1031 (ligne K) ; 11. n° 2231 ; 12.112.

(dessins R. Adam : 1-11 ; R. Octobon : 12).

20Les éléments hétérogènes sont un petit nombre de tessons néolithiques, probablement chasséens ; nous avons dit plus haut ce qu’il convient de penser de la sélection d’Octobon : hors morphologie caractéristique, ces tessons ne se distinguent au mieux que par une plus grande régularité du dégraissant, par l’absence de gros éléments (supérieurs à 3 mm), et par l’absence de lissage, indices plutôt subjectifs qui ne sauraient mener, en l’absence de formes et de décors, à aucune conclusion solide sur la proportion de cette phase dans le faciès céramologique d’ensemble. Toutefois l’anneau de préhension fig. 47, n° 22, avec ses traces d’usure de cordes à l’intérieur, n’est ni hallstattien, ni du Bronze : il est typique du Néolithique ; mais de quelle phase du Néolithique ? Octobon suggère le Chasséen ; la présence d’une amorce de décor, sous la forme d’une ligne incisée sous l’anneau, permettrait de hasarder l’hypothèse d’une datation plus haute, au Rubané ; mais rien, dans les tessons de panse, ne venant corroborer cette hypothèse, et le Rubané n’étant pas représenté localement, il est plus sûr de s’en tenir à la datation proposée par Octobon, qui était familier de ces céramiques (THEVENOT, CARRÉ, 1976, p. 407, n° 7).

21Une anse (fig. 47, n° 21) est peut-être également chasséenne ; mais son état de conservation ne permet aucune affirmation.

22On notera la présence d’éléments chasséens ou, plus généralement néolithiques, dans un certain nombre de tumuli correctement fouillés : Bressey-sur-Tille (RATEL, 1977, pl. 40), Oisy 1 (ADAM, 1984) ; mais dans ce dernier cas, aucun tesson n’a été retrouvé dans la masse tumulaire : tous étaient disposés dans la couche d’argile sous-jacente.

  • 7 Il existe un doute pour l’attribution des tessons fig. 47, n° 1 et 48, n° 7 : bien qu’Octobon donne (...)

23Les formes qu’on peut rattacher à l’Âge du Fer sont de deux types (que nous avons redessinés, car Octobon ne paraît pas avoir estimé correctement l’angle des lèvres par rapport à la verticale : il donne plus de formes ouvertes qu’il n’y en a en réalité). Les jattes ouvertes, plus ou moins importantes, représentent environ la moitié des formes. Elles ont une lèvre soit arrondie, soit plate7, et les diamètres à l’ouverture, tels qu’on peut les restituer à partir de tessons de petite taille, vont de 15 à 20 cm (fig. 47, nos 1-10). Les formes globulaires, fermées, sont sensiblement aussi nombreuses (fig. 47, nos 11-19), mais en général plus fines. Les fonds sont plats, avec soit un départ de panse arrondi (fig. 46, n° 1), soit une carène à angle obtus (fig. 46, n° 2), soit une rupture nette renforcée par un petit bourrelet (fig. 44, n° 7), éventuellement souligné par un décor (fig. 48, n° 4). Très exceptionnel est l’anneau porteur (fig. 46, n° 3 ; Octobon en signale un autre exemplaire que nous n’avons pas retrouvé) : cette typologie implique sinon le tournage, du moins le tour-nassage, et il semble bien que le tesson n° 3162, malgré son piètre état de conservation (l’arc conservé ne dépasse pas 1,5 cm), porte les marques de cette technique ; il s’agit d’une pâte fine, bien cuite, à dégraissant presque invisible (ce qui est rare sur l’échantillon général) ; cela ne signifie pas pour autant que le vase dont ce fond est l’unique vestige soit forcément laténien : la technique de l’anneau porteur, maîtrisée dès le IXe siècle en Grèce, l’est aussi au VIe en France non méditerranéenne.

24Les vases dont il est possible de restituer le diamètre sont en général de grandes dimensions : 15 à 30 cm de diamètre maximal, 10 à 20 cm à l’ouverture. Un seul vase « miniature » apparaît, le n° 1650-2780 (fig. 46, n° 1), qui rappelle de près un autre petit vase trouvé en habitat à Sembert-le-Haut, commune de Clamecy (ADAM, 1995, p. 9). Nous n’avons localement aucune certitude quant à l’utilisation de ces petits gobelets et coupes : en contexte funéraire, on connaît dans les Vaux d’Yonne deux vases de ces dimensions liés à des sépultures (Tannay et Oisy 1 : ADAM, 1983, p. 115, fig. 19 ; p. 124, fig. 68) ; mais il s’agit de vases très élaborés, à anneau porteur, dont on peut penser qu’ils avaient été réalisés pour l’inhumation, comme les vases miniatures du faciès villanovien latial (entre autres : CHIARUCCI, 1987, p. 207 ; plus généralement MÜLLER-KARPE, 1960, passim ; GIEROW, 1964, passim). À Courtesoult, comme à Vielmanay, les coupes, vases d’offrandes typiques, sont trouvées hors sépulture dans la masse tumulaire (PININGRE et alii, 1996, p. 79). À Vrigny dans la Marne, en revanche, ils sont déposés dans les tombes (CHOSSENOT, NEISS, SAUGET, 1981, p. 143-144) en contexte déjà laténien. Rien ne permet par ailleurs d’établir avec certitude qu’il y ait eu dans le tumulus du mobilier spécifiquement funéraire en dehors de la parure, ni donc d’aller contre l’hypothèse proposée par Octobon selon laquelle rien ou presque, dans le mobilier retrouvé, n’aurait été lié en particulier aux inhumations. Bien sûr, on ne peut pas être certain que parmi les trois milliers et plus de tessons conservés, aucun n’ait correspondu à une offrande funéraire, mais le nombre très limité des collages effectués par Octobon. qui ne donnent selon son expression que des « gros tessons », et la rareté de ceux que nous avons pu réaliser depuis, plaident pour l’absence de céramique funéraire.

25Les jattes à fond plat, d’angle très obtus, sont héritées du Bronze final III b (TAPPRET, VILLES, 1989, p. 201), mais on les trouve toujours largement au Hallstatt (BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 36). Leur qualification pratique pose problème : s’agit-il de coupes à boire, d’assiettes, de jattes ? Sur l’oppidum de Sembert à Clamecy, ce type est soigneusement lissé à l’intérieur et évoque un usage pratique lié à la consommation de liquides quelconques ; si ceux-ci sont des soupes ou des brouets, il s’agit d’une vaisselle courante ; si, au contraire, on les utilisait pour le service du vin, il faut alors se poser le problème des banquets et donc des féodalités hallstattiennes (ADAM et alii, 1992, p. 180-195). Cette question, qui reste ouverte pour Clamecy, ne semble pas se poser à Vielmanay, où les coupes ou jattes ne sont pas lissées intérieurement, donc pas imperméables, à l’exception des nos 1,2 et 7, fig. 47. S’agit-il, dès lors, de coupes symboliques destinées à rappeler les privilèges aristocratiques de tel ou tel défunt ? L’absence de relation nette avec une sépulture interdit de répondre à cette interrogation.

  • 8 Un lissoir de pierre dure a été trouvé dans le tumulus : sa présence suggère soit qu’une partie de (...)

26Au point de vue des décors, la pauvreté de l’échantillon est exceptionnelle : la totalité des décors repérés dans la masse tumulaire est représentée fig. 45, 46 et 47. On y trouve des bandes horizontales réalisées avec le doigt, une branche ou un os, ou encore un brunissoir8 (fig. 46, nos 9-11 ; fig. 47, n° 20), des empreintes de doigts (fig. 46, nos 7-8), et trois décors incisés sur pâte en cours de séchage, avant cuisson (fig. 45, nos 1, 2, 3 et 4 ; à compléter par fig. 48, n° 6, d’une couche inférieure). Le décor de grecques du vase reconstituable à partir de onze ou douze tessons (fig. 45) est assez précisément attribuable au Hallstatt final de faciès vixien (JOFFROY, 1960b, pl. 55, n° 141-143 ; pl. 61. n° 8), même s’il apparaît au Hallstatt moyen en Bavière (TORBRÜGGE, 1981) et trouve même des antécédents proches au Bronze final III (DELOR, 1995). La reconstitution du profil par Octobon est sans le moindre doute fautive : rien ne permet d’assurer que la partie supérieure du vase ait adopté le profil de tulipe qu’il lui donne ; plus vraisemblablement, nous avons un sphéroïde à fond plat (comme fig. 46, n° 2) et lèvre non extériorisée, comme fig. 45, n° 2. En tout état de cause, la reconstitution d’Octobon n’est pas valable : le diamètre du vase n’est pas de 8, mais au moins de 16 cm.

  • 9 Cet auteur, de manière sans doute trop systématique, refuse même l’enracinement de ces céramiques, (...)

27On remarque la rareté des vases à décor de cordons digités, ou simplement de lèvres digitées (fig. 46, nos 4- 5), héritage du Bronze final III (MORDANT et alii, 1979, p. 90-93 ; CHEVILLOT, 1978, p. 208-211 ; TAPPRET, VILLES, 1989, p. 200-201), mais qui perdure largement au Hallstatt (VILLES, 1981, p. 51- 53)9 ou, dans des contrées plus orientales et plus précocement touchées par l’acculturation aux techniques du fer, à la période de transition (BLASER et alii, 1977, p. 154-155). On en trouve, en quantités discrètes, à Bressey (RATEL, 1977, pl. 41). La collection de référence la plus proche est celle de l’oppidum de Sembert à Clamecy, qui a livré actuellement quelque vingt mille tessons, parmi lesquels les lèvres et cordons digités sont abondamment représentés (environ 900 exemplaires) : cet oppidum semble typique de la période de transition, l’acculturation hallstattienne ayant eu pour résultat de structurer le territoire local, d’implanter l’inhumation tumulaire et l’exploitation du minerai de fer, sans que les traditions céramiques de la période antérieure fussent sensiblement modifiées (ADAM, 1994b ; 1995a ; 2000).

  • 10 On peut objecter que dans des sites ouverts au commerce méditerranéen, comme à Bragny ou Lyon. Gorg (...)

28La présence en quantité si discrète d’une céramique ailleurs abondante constitue un début d’indice chronologique : l’échantillon de Vielmanay est globalement un peu plus tardif que celui de Sembert, ce qui est conforme à l’interprétation faite au chapitre précédent du mobilier funéraire. Mais il y a plus : la persistance de telles formes manifeste un attardement du matériel fabriqué localement10, comme pour la parure de fer, alors que ce qui est obtenu par le commerce est plus évolutif, telle la parure de bronze. Comme il a souvent été souligné, ce n’est pas sur la céramique qu’on peut compter pour fournir une chronologie absolue très fiable. Nous retiendrons de surcroît que l’acculturation hallstattienne apparaît, dans la Nièvre, plutôt tardive, au point que la céramique de Sembert se divise en deux sous-ensembles bien différenciés : des vases de stockage dont les décors digités remontent à l’ Âge du Bronze, et des coupes et jattes fines, lissées intérieurement, d’inspiration hallstattienne (ADAM, 1995a) ; pourtant, la coexistence en stratigraphie de ces deux types avec des fibules de l’extrême fin du Hallstatt (ADAM, 2000) prouve que tout a été fabriqué et déposé aux alentours de 480. De même, à Vielmanay, rien n’autorise à faire remonter les sépultures centrales à une époque ancienne du Hallstatt, ce que contredirait la parure.

5.2.3. Les couches profondes

29La tentative de distinguer, après Octobon, ce qui a été découvert sur, dans et au fond de la couche d’argile basale, nous a conduits à effectuer un tri sévère dont ne survit qu’un nombre restreint de tessons, figurés pl. 48. L’un (n° 7), enregistré comme reposant à même le banc rocheux, est probablement issu du même vase que fig. 47, nos 1 et 2, comme Octobon l’avait lui-même remarqué dans son cahier pour 1973. Les tessons recollés fig. 48, n° 6, dans lesquels le fouilleur avait voulu voir une forme à fond arrondi, et que nous reproduisons avec la même réserve que pour fig. 44, n° 12, sont d’un type fermé qui se rencontre également dans la masse tumulaire et en surface. Seule l’anse n° 11 paraît être chasséenne. Sur les 2 200 g de céramique répartis dans les trois niveaux, à l’examen macroscopique, nous n’apercevons ni prédominance particulière de céramique d’aspect néolithique, ni différence typologique relevable : l’échantillonnage est bien identique de l’extrême base du tumulus au sommet de la masse de pierres, et ce n’est qu’à la superficie qu’on trouve un présence de céramique nettement plus tardive, gallo-romaine, médiévale et moderne.

Fig. 45. Céramique de la masse tumulaire. 1. éléments et reconstitution d’un vase à décor de grecques par Robert Octobon à partir des tessons nos 612, 613, 640, 641, 642, 646, 647, 649, 651, 653 ; 2. n° 129 : éléments du même ? (tamisage des déblais du puits) ; 3. n° 2531, élément d’un vase analogue, 116-17, « au sommet de l’argile » ; 4. nos 1358, 2333, 2334, 2337 : décor analogue (surface et 0,30)

(dessins R. Octobon : 1 ; R. Adam : 2-4).

Fig. 46. Céramique de la masse tumulaire (suite). 1. nos 1650, 2780 (G15, P16, 0,80 m) ; 2. nos 1475, 1480, 1482, 1484, 1486 (F 14-15,0,50) ; 3. n° 3162 (021-24 ou MN25, 0,75) ; 4. nos 2973, 3024 (N23, 0,75) ; 5. n° 2671 (N 17, 0,50) ; 6. n° 1614 (J 15, 0,80) ; rapport 1978, pl. 29, n° 5 ; 7. n° 2026 (dessin Octobon) ; 8. n° 1998 (id.) ; 9. nos 1979-1980 (id.) ; 10. n° 2016 (id.) ; 11. n° 1360 (id.)

(dessins R. Adam : 1-5 ; R. Octobon : 6-11).

Fig. 47. Céramique de la masse tumulaire (suite). 1. n° 995 (0,40) ; 2. rapport 1973, pl. 24, n° 10 ; 3. n° 1621 (0,60 à 0,75) ; 4. n° 3093 (023, 0,70) ; 5. n° 2582 (M17-21, 0,90) ; 6. n° 1549 (0,60) ; 7. n° 2512 (M20, 0,70) ; 8. n° 515 (0,90 à 1,15) ; 9. n° 512 (id.) ; 10. n° 2970 (N23, 0,50 à 0,65) ; 11. n° 2467 (016, 0,78) ; 12. n° 2644 (0,30 à 0,45) ; 13. n° 2903 (P22, 0,55) ; 14. n° 3160 (M24, 0,70) ; 15. n° 3133 (M24, 0,60 à 0,80) ; 16. n° 2430 (M20, 1,00) ; 17. n° 2352 (021, 0,75 à 0,85) ; 18. n° 2931 (N22. 0,80) ; 19. n° 511 (0,90 à 1,25) ; 20. n° 1550 (0,60) ; 21. n° 570 (0,60) ; 22. sans numéro

(dessins R. Adam).

Fig. 48. Céramique découverte sur la couche d’argile. 1. n° 29 (MN11-14) ; 2. n° 1010 ; 3. n° 574. Céramique découverte dans la couche d’argile. 4. nos 815 et 768 ; 5. nos 836 et 732 ; 6. US 43 (reconstitution et dessin Octobon). Céramique découverte au contact du banc rocheux. 7. n° 128 (tamisage vers le puits) ; 8. n° 3028 (N23) ; 9. n° 122 (fosse sous la sépulture 18) ; 10. n° 3046 (OP16) ; 11. n° 2984 (J8)

(dessins R. Adam : 1-5 et 7-11 ; R. Octobon : 6).

Notes

1 Avec l’aide de Brigitte Le Contellec et Sophie Magistris.

2 Avec l’aide de Jean-Claude Chanez, Michel Delarat, Henri Poupon, Jérôme Poupon.

3 Les rapports annuels ne donnent aucune indication de niveau.

4 Salage habituel en fouille : nous avons subi la même plaisanterie à Oisy T1. Les petits rongeurs ont certes le dos large, mais il est exclu qu’ils déplacent à la verticale, sur plus d’un mètre, des fragments de plus de 4 cm de côté.

5 En 1996, nous avons demandé au bureau Géokit, à la section Géologie de l’Université de Bourgogne, d’effectuer un test comparatif sur lames minces à partir de tessons de Vielmanay, Charmois, Oisy Saint-Aubin (couche néolithique) et Oisy tumulus 1 : le résultat a été totalement négatif ; les dégraissants sont dans tous les cas des sables de rivière, qui, de Loire ou d’Yonne, révèlent les mêmes minéraux caractéristiques, fortement usés. Tout au plus – de manière macroscopique – peut-on suggérer que les Chasséens, qui ne lissaient pas ou guère leur céramique, calibraient mieux leurs dégraissants que les Hallstattiens, qui laissent souvent de gros graviers de 4 ou 5 mm dans leurs vases de stockage ; cette différence n’existe pas sur les vases fins.

6 De telles pâtes, sur des pichets à lèvre moulurée, ont été identifiées au Châtelet de Varzy, avec une glaçure au plomb extérieure ou intérieure ; on les retrouve dans la commanderie templière d’Avalleur (Aube, en limite de la forêt d’Othe), ainsi que dans les couches datables de la Guerre de Cent Ans de la chapelle Saint-Souverain d’Andryes (sud de l’Yonne) (inédits).

7 Il existe un doute pour l’attribution des tessons fig. 47, n° 1 et 48, n° 7 : bien qu’Octobon donne un dessin (sans numéro) qui n’évoque que de loin le tesson que nous avons repris, il n’est pas totalement exclu qu’il s’agisse du même.

8 Un lissoir de pierre dure a été trouvé dans le tumulus : sa présence suggère soit qu’une partie de la céramique avait été élaborée à proximité, soit qu’on a gardé cet outil comme offrande pour l’une des sépultures.

9 Cet auteur, de manière sans doute trop systématique, refuse même l’enracinement de ces céramiques, dans le contexte champenois, dans le Bronze final, et les tient pour exclusivement hallstattiennes.

10 On peut objecter que dans des sites ouverts au commerce méditerranéen, comme à Bragny ou Lyon. Gorge de Loup, il existe aussi un certain conservatisme des formes céramiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 43. Histogramme par épaisseur des tessons conservés
Crédits (R. Adam).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 44. Céramique de la couche superficielle jusqu’à 30 cm. 1-5. Gallo-romain et haut Moyen Âge (5 : cruche beige à anneau porteur). 6-12. tessons protohistoriques. 1. s.n. ; 2. n° 194 (ligne I vers le SE ?) ; 3. n° 1304 (lignes IJ) ; 4. n° 1642 (F16 ?) ; 5. n° 1406 ; 6. n° 2834 (022) ; 7. n° 2715 ; 8. n° 1385 (BC13-15) ; 9. n° 1390 (BC 13-15) ; 10. n° 1031 (ligne K) ; 11. n° 2231 ; 12.112.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 45. Céramique de la masse tumulaire. 1. éléments et reconstitution d’un vase à décor de grecques par Robert Octobon à partir des tessons nos 612, 613, 640, 641, 642, 646, 647, 649, 651, 653 ; 2. n° 129 : éléments du même ? (tamisage des déblais du puits) ; 3. n° 2531, élément d’un vase analogue, 116-17, « au sommet de l’argile » ; 4. nos 1358, 2333, 2334, 2337 : décor analogue (surface et 0,30)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 46. Céramique de la masse tumulaire (suite). 1. nos 1650, 2780 (G15, P16, 0,80 m) ; 2. nos 1475, 1480, 1482, 1484, 1486 (F 14-15,0,50) ; 3. n° 3162 (021-24 ou MN25, 0,75) ; 4. nos 2973, 3024 (N23, 0,75) ; 5. n° 2671 (N 17, 0,50) ; 6. n° 1614 (J 15, 0,80) ; rapport 1978, pl. 29, n° 5 ; 7. n° 2026 (dessin Octobon) ; 8. n° 1998 (id.) ; 9. nos 1979-1980 (id.) ; 10. n° 2016 (id.) ; 11. n° 1360 (id.)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 47. Céramique de la masse tumulaire (suite). 1. n° 995 (0,40) ; 2. rapport 1973, pl. 24, n° 10 ; 3. n° 1621 (0,60 à 0,75) ; 4. n° 3093 (023, 0,70) ; 5. n° 2582 (M17-21, 0,90) ; 6. n° 1549 (0,60) ; 7. n° 2512 (M20, 0,70) ; 8. n° 515 (0,90 à 1,15) ; 9. n° 512 (id.) ; 10. n° 2970 (N23, 0,50 à 0,65) ; 11. n° 2467 (016, 0,78) ; 12. n° 2644 (0,30 à 0,45) ; 13. n° 2903 (P22, 0,55) ; 14. n° 3160 (M24, 0,70) ; 15. n° 3133 (M24, 0,60 à 0,80) ; 16. n° 2430 (M20, 1,00) ; 17. n° 2352 (021, 0,75 à 0,85) ; 18. n° 2931 (N22. 0,80) ; 19. n° 511 (0,90 à 1,25) ; 20. n° 1550 (0,60) ; 21. n° 570 (0,60) ; 22. sans numéro
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 48. Céramique découverte sur la couche d’argile. 1. n° 29 (MN11-14) ; 2. n° 1010 ; 3. n° 574. Céramique découverte dans la couche d’argile. 4. nos 815 et 768 ; 5. nos 836 et 732 ; 6. US 43 (reconstitution et dessin Octobon). Céramique découverte au contact du banc rocheux. 7. n° 128 (tamisage vers le puits) ; 8. n° 3028 (N23) ; 9. n° 122 (fosse sous la sépulture 18) ; 10. n° 3046 (OP16) ; 11. n° 2984 (J8)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search