Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

4. Le mobilier funéraire

Richard Adam

Texte intégral

4.1. Mobilier non attribué

1Parmi les objets restaurés à l’IRRAP de Compiègne, quinze n’ont pu être attribués définitivement à aucune sépulture ; nous les donnons à la fig. 42.

  • 1 En G15, le 21 mars 1977, un vase presque entier a été relevé en place : il s’agit d’une coupe de 25 (...)

2Aucune céramique n’a non plus été rattachée de manière certaine à une sépulture précise, ce qui est étonnant quand on se rappelle que le vase empli de quelques grains ou de liquide constitue l’offrande minimale qui assure au défunt de passer heureusement dans le monde inférieur1. À Oisy 2, l’unique sépulture comportait, avec l’armille de treize bracelets en fil de bronze incisé et le torque lisse, un vase miniature qui avait pu, à l’origine, renfermer quelques offrandes alimentaires ; même remarque à Tannay, bois d’Amont (ADAM, 1983, p. 115, n° 19 ; p. 124, n° 67). Plus généralement, on se rappellera les vases miniatures du villanovien latial, les vases à vasques multiples de l’Étrurie méridionale à la même époque : fussent-elles symboliques, ces offrandes étaient laissées aux défunts sous la forme de vases fabriqués pour l’occasion et inutilisables dans la vie courante. À Vielmanay, le bouleversement général du tumulus, surtout dans les sépultures périphériques et superficielles, interdit d’identifier clairement de telles offrandes ; par ailleurs l’absence de vases susceptibles d’être recollés et de se présenter complets semble imposer l’idée qu’on n’ait pas, dans cette communauté précise, pratiqué cette coutume funéraire. Coutume qu’on suggère d’ailleurs à propos des fouilles anciennes quand quelques tessons de céramique ont été recueillis, mais à titre de simple hypothèse, et qui reste douteuse dans nos régions d’après un travail récent (PININGRE et alii, 1996, p. 106) ; dans le cas présent, le soin apporté à la collecte du moindre objet nous assure que le mobilier funéraire ne devait comporter aucune offrande présentée dans des vases entiers, mais uniquement de la parure et, dans un cas, un repose-tête en calcaire travaillé (sépulture 35, fig. 25 ; encore s’agit-il d’une sépulture privilégiée de par son emplacement et sa structure).

4.2. Inventaire global

  • 2 D’après le pré-rapport du 3 décembre 1979, qui ne correspond pas au total des objets restaurés à Co (...)

3Le total des objets de parure et d’accompagnement se monte selon les inventaires dressés par R. Octobon, qu’on relativisera en tenant compte que des fragments éloignés des sépultures, et qui peuvent appartenir aux mêmes objets, ont souvent été numérotés comme individus, au total suivant2 :

    • 3 Nous respectons ici la classification d’Octobon, qui identifie comme bracelets de bras de grands ex (...)

    bracelets3 de fer : 47 ;

  •  bracelets de bronze : 21 ;

  • bracelets de lignite : 2 ;

  •  torques de fer : 11 fragments ;

  •  torques de bronze : 8 (3 complets) ;

  • fibules de fer : 2 ;

  • fibules de bronze : 5 (plus un ardillon associé à la sép. 18, fig. 23, n° 1) ;

  • aiguilles ou épingles de bronze : 1 ;

    • 4 Onze selon Octobon, document du 03/12/79.

    anneaux de brelage + boucles d’oreilles (4) et anneaux divers, bronze et fer : 124 ;

    • 5 Plus un fragment curieusement coupé, cf. fig. 14, nos 4-12 ; nous n’avons retrouvé que cinq de ces (...)

    éléments de colliers, toutes matières confondues : 18 (dont ambre : 2 ; calcaire : 1 ; verre : 3 ; bronze : 5 ; dents de loup : 2 ; coquillages : 85 ;

  • pendentifs : au moins deux en tôle de bronze, un en os attribué à la sépulture 29 (fig. 16, n° 1) ;

  • divers : un cabochon losangique en pâte de verre ;

    • 6 Trente et un enregistrés selon Octobon, ibid. Mais une bonne partie est gallo-romaine ou moderne.
    • 7 Nous avons publié une petite étude sur le problème dans le Bulletin municipal d’Andryes (89), commu (...)

    clous : sur vingt-six dessinés6, on relève douze clous à ferrer les chevaux, et cinq qui proviennent certainement de chaussures ; il est impossible de les dater, les techniques n’ayant pas évolué entre le deuxième Âge du Fer et le XIXe siècle7 ;

Fig. 42. Mobilier restauré, non attribué à une sépulture ni à une couche

(dessins C. Touzel).

  • éléments d’armement : une pointe de flèche en tôle de bronze, un anneau de fer pouvant être considéré comme un fragment de talon de lance, un fragment de douille, un fragment de virole ;

    • 8 À quoi Octobon ajoute, dans son inventaire du 03/12/79, une aiguille en bronze qui n’a pas été retr (...)

    éléments d’outillage : un lissoir ou brunissoir en pierre, un percuteur, une enclume, une « goutte d’étain » qui est, en fait, un plomb de chasse, un poinçon en os8, un fragment de meule.

4.3. Répartition par sépultures

  • 9 137 selon le dernier calcul d’Octobon, loc. cit., 169 pour le Dr Le Blay (avec les réserves méthodo (...)

4Nous avons un mobilier dans l’ensemble plutôt pauvre : l’inventaire peut faire illusion, car soixante-dix bracelets et sept fibules, seize fragments de torques (qui ne représentent probablement qu’une dizaine d’objets) composent un total un peu supérieur à ce que possède le musée de Clamecy pour la trentaine de sites qu’il conserve. Il n’en est, justement, que plus impératif de relativiser cette « richesse » qui s’est étalée lors de l’exposition de 1996 à Château-Chinon (PICARD, PÉQUINOT, 1996) : il s’agit, de quelque manière qu’on puisse discuter les chiffres, d’au moins une centaine de sépultures9, ce qui ne confère à chacune qu’en moyenne 0,5 objet de parure. À Courtesoult, sur la base de quarante-huit sépultures, et en n’enregistrant qu’une unité de parure pour le collier de 789 perles (PININGRE et alii, 1996, p. 101 sq.) et pour chacune des armilles, on arrive à 3,5 éléments de parure par corps. À Bressey-sur-Tille, on compte selon le même calcul environ 1,5 élément de parure par corps (RATEL, 1977, p. 67-69). À Lantilly, environ 0,8 objet par corps, mais 1,5 objet pour les sépultures inférieures et 0,3 pour les sépultures de surface. À Oisy 2, on obtient trois éléments (torque, armille de treize bracelets et vase miniature) pour la sépulture latérale, mais rien pour la sépulture centrale ni pour les incinérations périphériques, et à Oisy 1, aucun objet de parure n’a été trouvé. Pour les autres tumuli de la région, le nombre des sépultures ne pouvant être calculé, ces proportions sont inconnues. Les inventaires globaux n’offrent donc que des indications relatives, mais tendent à démontrer dans l’ensemble que les nécropoles tumulaires tribales (Vielmanay, Courtesoult, Bressey) sont d’une pauvreté comparable aux nécropoles pluri-tumulaires en l’absence de sépulture de type « princier ».

  • 10 Le Répertoire des enceintes pour la Nièvre, publié par le BSPF en 1907, tout incomplet et peu utili (...)

5La statistique générale est faussée, puisque la sépulture 29 à elle seule mobilise dix bracelets, la sépulture 38 trois bracelets et une boucle d’oreille, la 18 quatre bracelets, deux fibules et un ornement de bronze ; et probablement une vingtaine d’ornements, dont le reste des fibules, aurait dû être reliée aux sépultures centrales. La disparité évidente interdit de penser à une société égalitaire : il existe un nombre réduit de sépultures privilégiées, probablement pas plus de cinq, toutes situées dans la structure centrale du tumulus et sur son pourtour (sépulture 29), et un nombre malaisé à définir de sépultures dont le mobilier est inexistant ou se limite à quelques objets de pacotille comme les colliers de coquillages percés ou les dents de canidé. Les sépultures d’immatures sont en général dépourvues de tout objet de parure, ou ne comportent au mieux que ce qu’il était possible de réaliser avec les matériaux disponibles sur place (coquilles, os). Même si elle est hiérarchisée, et si l’on peut supposer que cinq patres et matronae, pour prendre une comparaison italique, ont reçu des sépultures exceptionnelles, la population de Vielmanay n’est pas plus riche que celle d’Oisy (ADAM, 1980). Établir si elle dépendait d’un suzerain installé sur un site fortifié reste impossible à l’heure actuelle (DESFORGES, 1907)10. Il semble qu’on puisse classer le tumulus de Vielmanay dans le cadre des « nécropoles tumulaires communautaires » selon l’expression employée à propos de Courtesoult (PININGRE et alii, 1996, p. 167), et qu’elle pourrait se situer très largement à la périphérie d’un site « princier » (KIMMIG, 1997).

  • 11 Dans le Latium, à Osteria dell’Osa, ont été identifiées des nécropoles de groupes sociaux ou famili (...)
  • 12 Il n’est pas exclu qu’au cours de la concentration des sépultures anciennes leur mobilier ait été r (...)

6On peut considérer que la sépulture centrale (n° 18), logiquement la plus ancienne du tumulus, avec quatre bracelets et deux fibules, est celle d’une aristocrate, chef ou mère fondatrice11 (un adulte robuste mais plutôt féminin selon l’analyse ostéologique) de la tribu installée là quand les porteurs de la technologie du fer progressèrent du NE vers le SW. Les sépultures profondes du premier cercle, la 35, avec son repose-tête qui fossilise plusieurs heures de travail et sa structure de dalles soigneusement construite, la 26, la 39 (cénotaphe), la 61 ou la 66, celles-ci concentrées et sans mobilier12, seraient contemporaines à quelques mois ou années près de la sépulture centrale. Les sépultures en caissons de la corde SE, 6, 7 et 9, plus la 10, pourraient également être incluses dans le premier programme d’inhumation. On y remarque au moins deux immatures. Quant aux quatre à six sépultures (1-4 selon l’enregistrement d’Octobon) dont témoignent les découvertes déstratifiées du début de la fouille, l’incertitude sur leur profondeur d’origine ne permet pas de les attribuer en toute sûreté à cette première phase. Les autres sépultures du premier cercle, 8, 14, 17, 19, 20, 21, 22, 26 et 33, comportent deux immatures et sept inhumations à parure. Au total, sur ses deux niveaux, base et masse tumulaire, le tumulus central comporte dix ou onze des 21 inhumations à parure de l’ensemble, alors qu’il n’intervient que pour 21 des 137 sépultures répertoriées par Octobon sur la totalité des fouilles. Donc environ 50 % des sépultures pourvues de parure sont dans ce secteur, contre 13 % en moyenne générale et 7 % du total des sépultures périphériques.

  • 13 Cf. p. 34. Cette hypothèse – invérifiable – exclurait que les remaniements de surface puissent être (...)
  • 14 Les bracelets, nous le verrons plus loin, semblent contemporains ou très légèrement antérieurs. Mai (...)

7Bien qu’elle ait été considérée à la fouille comme superficielle, la sépulture 29 est trop bien conservée pour n’avoir pas été, à l’origine, protégée d’une manière ou d’une autre, par une structure en bois, par exemple13. Parmi toutes les sépultures de surface, elle se distingue par la richesse de sa parure, qui dépasse même largement les sépultures centrales ; par ailleurs, la chronologie absolue de sa parure suggère qu’elle ne suit pas de très longtemps ces dernières, voire que son mobilier leur est antérieur14. À la limite, on pourrait même envisager qu’elle ait été soigneusement prélevée avec sa parure et remise en place par-dessus la bordure externe du tumulus primitif de neuf mètres, voire qu’elle ait à l’origine occupé le cénotaphe 39 ; les raisons religieuses qui auraient pu motiver cette opération sont faciles à imaginer : on peut souhaiter que le corps d’un fondateur ne soit pas hors de portée (voir le mausolée de Lénine ou la châsse de Bernadette Soubirous à Nevers) ; ce sont plutôt les moyens techniques d’une pareille opération macabre qui posent problème : Octobon indique (fig. 16 et rapports) une sépulture relativement en place.

  • 15 On sait que c’était un adulte robuste (voir ch. 3).
  • 16 À l’appui de cette hypothèse, une observation du Dr Rozoy qui relève à Manre des bijoux hallstattie (...)

8La répartition du mobilier confirme une paupérisation de la population et l’hypothèse d’un enterrement massif et rapide à partir des sépultures de la masse tumulaire circonscrites dans le deuxième cercle. Que 29 ait été un ancien15 – ou plutôt une ancienne – et conserve donc une parure archaïque n’est pas fort étonnant16. Qu’on lui ait réservé une position privilégiée dans l’agrandissement du tumulus ne l’est pas davantage. Mais l’usure des bracelets de fer, qui pourrait confirmer cette hypothèse, n’est pas calculable.

9Il reste à envisager le problème des « sépultures Mallet » et de la fouille de 1942 (fig. 10-11) : le mobilier est assurément de l’extrême fin du Hallstatt et du tout début du La Tène. Il provient de la partie SE du premier cercle. Mais, dans la mesure où aucune indication de profondeur n’a jamais pu être fournie (tout au plus peut-on suggérer qu’il n’était pas situé très en profondeur, puisqu’Octobon pense avoir repéré les sépultures correspondantes dès le début de sa fouille, vers 40-60 cm sous la superficie), nous ne pouvons pas définitivement l’attribuer au groupe des sépultures primitives ou à la phase ultérieure. Il confirme en tout cas que la très grande majorité du mobilier se concentre dans le tumulus central.

4.4. Provenance de la parure

  • 17 Courrier du 18 avril 1997.

10Les deux bracelets de schiste ou lignite ont été fabriqués dans l’Allier. Selon Maurice Franc et Maurice Blanchet17, les minéraux étant différents, l’un provient de Buxières-les-Mines et l’autre de Montcombroux (BLANCHET, 1978, p. 205-209). Selon Maurice Franc, le fragment US 264 est un lignite bitumineux, issu d’un atelier qui pratiquait des diamètres de 6 à 7 cm : typologie caractéristique de Buxières ; en revanche, le bracelet n° 1 est typique du matériau plutôt charbonneux de Montcombroux et de la taille qui y est couramment pratiquée : d’après les nodules recueillis, celle-ci débute par une attaque à 45° de la lame de lignite : les dimensions (7-8 cm) correspondent également aux pratiques habituelles de cet atelier.

11Selon la typologie établie voici plus de trente ans par Rochna, le faible diamètre des deux bracelets (fig. 11, n° 1) serait indicatif d’une chronologie récente (ROCHNA, 1962) ; mais d’après l’étude du tumulus de Courtesoult (PININGRE et alii, 1996, p. 91), cet indicateur ne semble pas être d’une grande validité, tant la nature du matériau, schiste ou lignite, offre de liberté aux différents ateliers. Il reste toutefois que les plus anciens exemplaires de bracelets de ces matériaux semblent être ceux qui présentent l’aspect de larges brassards, et que le travail du minéral, devenant quelque peu industriel comme l’indique le ramassage de plusieurs milliers de rebuts de taille à Montcombroux. a dû finir par privilégier la fabrication de parures de faible largeur.

12J.-F. Piningre (loc. cit.) mentionne pour Courtesoult l’impossibilité de retrouver les ateliers de fabrication de ces bracelets et perles de schiste/lignite, et évoque des gisements jurassiens ; dans le cas de Vielmanay, il paraît difficile de refuser une fabrication dans la région toute proche de Moulins, avec des voies de communication directes par l’Allier et la Loire, alors même que le reste du mobilier ne présente guère de parentés précises avec la Franche-Comté.

13Les objets de bronze répondent, sans exception, à des typologies extrêmement communes, et à des technologies universellement répandues dans le domaine celtique : cire perdue, moule bivalve éventuel pour certains anneaux, limage, ponçage, tréfilage des ressorts de fibules et des bracelets filiformes, mise en forme à chaud et recuit, martelage pour les fibules à coupelle(s), travail à la lime et au burin pour les décors. Il semble qu’au Hallstatt final les techniques nécessaires aient été suffisamment répandues pour que n’importe quel groupe de peuplement fût susceptible de reproduire des formes désormais classiques de la Rhénanie à la Loire. Cependant, l’uniformité des types – qui a permis en particulier à G. Mansfeld d’établir sa typologie des fibules – suggère des centres de production très concentrés, mais les cartes de répartition n’ont jamais permis de déterminer des ateliers de fabrication. Tout juste arrive-t-on à définir tel sous-type comme plus particulièrement bourguignon ou rhénan. Dans le cas qui nous occupe, le problème qui se pose est de savoir si une partie au moins de la parure a pu être produite sur place selon des modèles élaborés à distance, ou si les objets ont été achetés tout faits à partir de centres de production plus ou moins lointains.

14La présence d’une « goutte d’étain » (ailleurs de bronze), recueillie sous le n° 197, laissait penser que nous pouvions avoir, comme à Hochdorf (Trésors des Princes celtes, p. 172, n° 79), une fabrication locale d’objets de cet alliage. Mais il s’agit, on l’a vu (p. 77), d’un plomb de chasse qui a ricoché sur les pierres du tumulus. Aucun élément ne demeure donc plus pour imaginer qu’une industrie bronzière ait eu lieu sur place ; tout au plus peut-on admettre que certains objets, comme les anneaux nos 4 et 5 de la fig. 31, aient subi localement un recuit pour être adaptés à un nouveau propriétaire (comme anneaux de doigt, ou d’oreille). Un tel travail n’est pas sans exemple (bracelet ouvert rétréci pour s’adapter à un poignet plus petit : PININGRE et alii, 1996).

15En ce qui concerne le bronze, la population locale aurait donc importé des objets finis, quitte éventuellement à les réutiliser à sa manière. Les provenances possibles de ces importations seront étudiées en 4.5 et 4.6.

  • 18 Depuis que ces lignes ont été écrites, la découverte d’un certain nombre d’objets de bronze importé (...)

16Les objets de fer posent un problème très différent : le terrain est, on l’a vu, riche en minerai, et des scories, des pierres rubéfiées, ainsi qu’une enclume, ont été découvertes sur le site. Peut-on, dès lors, conclure que la parure en fer a été produite sur place ? Sa relative abondance (environ deux objets complets contre un de l’ensemble des autres matériaux, bronze, lignite, ambre, verre), et le relatif atypisme de cette parure, tendent à évoquer une production locale. À partir du moment où l’on dispose de suffisamment de ressources en minerai et en charbon de bois, d’un cours d’eau à proximité pour le rinçage (le ru d’Asvins par exemple), et de glaise pour fermer les fours, il n’est pas excessivement difficile de forger des ornements de fer. Comme par ailleurs la tribu vouée aux activités agricoles qu’envisageait Octobon avait besoin de bêches, de socs, de fers à cheval, de chaînes et d’une grande variété d’objets usuels en fer, rien n’empêchait les forgerons locaux de réaliser aussi des bijoux. La monotonie de ceux-ci, sur le tumulus, suggère qu’effectivement ils ont dû être réalisés sur place ou à proximité. La présence de menus objets de fer, douille (fig. 31, n° 6) ou ornement de vêtement (fig. 11, n° 17), d’anneaux sommaires (fig. 19, n° 1), ainsi que de nombreux clous forgés qui ne sont manifestement pas tous gallo-romains ni modernes, suggère que si l’on peut admettre que les objets de bronze, en petites quantités, ont été importés, une grande majorité de la parure de fer a été réalisée sur place18.

17De petites pierres, considérées lors de la fouille comme brûlées, sont présentes à tous les niveaux du tumulus ; la fouille ayant eu le mérite de les observer et d’en conserver des échantillons, nous avons pu établir des comparaisons avec nos propres expérimentations sur les tumuli d’Oisy, où le même phénomène se rencontre, mais uniquement en surface :

  • 19 Dénuder les bancs rocheux et laisser le gel agir était le moyen le plus économique d’obtenir de gra (...)

18– les dalles calcaires de type jurassique, portlandien, bajocien, surtout quand elles ont subi le gel19, se fragmentent en petits éléments irréguliers quelques semaines après avoir été chauffées par un feu même modeste, par exemple la combustion de quelques fagots ou de broussailles à leur surface ; elles prennent alors une teinte grise ou rosée en surface ;

  • soumises à un feu violent ou continu, comme en faisaient les charbonniers dans les forêts nivernaises, ces pierres prennent une teinte grise plus ou moins foncée en surface et en profondeur ; le ciment calcaire tend à se déliter et à laisser apparaître une granulation due aux fossiles ;

  • une aire de combustion durable laisse des pierres gris foncé, mais rubéfie aussi l’argile environnante.

19Dans les incinérations que nous avons rencontrées à Oisy, qui avaient été dispersées avec le temps, aucune rubéfaction d’argile en place n’indiquait que des incinérations eussent été effectuées sur place : soit quelques cailloux rubéfiés avaient été apportés avec les restes osseux, soit ils proviennent des cultures sur brûlis ou des incendies naturels survenus à proximité, et sont donc intrusifs. La moyenne densité des pierres grisées, et l’intensité modérée de leur coloration, à Vielmanay, ainsi que l’absence de battitures et scories, indiquent qu’il n’y a eu ni incinérations sur le tumulus, ni activité sidérurgique à proximité immédiate.

  • 20 Voir JOFFROY, 1960b, p. 62, avec référence aux recherches de C. Schaeffer sur la forêt de Haguenau (...)

20L’ambre, présent à l’état de traces sur le tumulus, peut venir soit de la Baltique, soit du golfe de Naples ; l’hypothèse baltique reste la plus vraisemblable même à cette époque tardive, mais la question des voies d’acheminement n’est toujours pas résolue ; il est de fait qu’on trouve de l’ambre en quantités discrètes un peu partout au Hallstatt final, mais aucune région n’en est apparemment assez pourvue pour qu’on puisse identifier des centres de redistribution20.

  • 21 Cf. toutefois JOFFROY, 1960b, p. 66, avec référence à P. Reinecke, « Glasperlen vorrömische Zeiten (...)

21La pâte de verre et le verre (fig. 13, n° 8) posent des problèmes analogues à l’ambre : on identifie certes des centres de production, par exemple en Rhénanie (HAEVERNINCK, 1977 ; VEN, 1989), mais la plupart des études commencent au deuxième Âge du Fer. Nous sommes assez privés de moyens pour la période de Vielmanay, qui se situe pour l’essentiel à la fin du Hallstatt21, Mais la technologie très spécifique du verre, qui implique de réunir un savoir-faire particulier et des matériaux qui ne se trouvent pas partout, ne peut certainement pas avoir été pratiquée localement.

22La mieux conservée des perles de verre (fig. 11, n° 15), avec son fond bleu et son liséré blanc en zigzag, correspond à un type banal au Mont Lassois où il constitue la majorité des perles découvertes (JOFFROY, 1960b, p. 57 et pl. 12, n° 1).

  • 22 À Vielmanay comme à Sembert, les fibules sont de taille inférieure aux types définis par Mansfeld.

23Il faut donc songer à l’importation pour un certain nombre de mobiliers funéraires : le schiste en tout état de cause ; l’ambre, sans le moindre doute ; le verre, très vraisemblablement ; le bronze, certainement, sous la forme d’objets finis plutôt que de lingots. Le fer, en revanche, est certainement au moins en large majorité local, et d’autres matériaux utilisés pour la parure, os, calcaire, dents de canidés, n’ont aucune raison d’être importés. La répartition de ces matériaux, que ce soit en poids22 ou en nombre d’objets, confirme que tout ce qui était importé était rare, donc exceptionnel, tandis que le matériau élaboré localement, fer et céramique, est en bonne logique mieux réparti.

4.5. Étude typologique

4.5.1. Les fibules

24Notre fossile directeur le plus solide est représenté en nombre très faible sur le tumulus de Vielmanay. Non seulement le total absolu ne dépasse pas sept ou huit unités, mais l’état de conservation des individus ne permet d’en étudier que quatre.

4.5.1.1. Fibules associées à la sépulture 18

25Sans qu’on ait de totales certitudes quant à l’association de ces deux ou trois fibules à la sépulture centrale du tumulus (l’une est réduite à un ardillon, fig. 23, n° 1, dont il n’est pas certain qu’il ait appartenu à la fibule représentée fig. 23, n° 2, et un ressort en arbalète se trouve isolé dans le même secteur et attribué, peut-être à tort, aux environs de la même sépulture), nous avons là un échantillon typologique assez cohérent.

26La fibule à l’appendice orné d’un calice, originellement pourvu d’une perle de pâte de verre ou d’ambre (fig. 23, n° 2) correspond au type F3 de Mansfeld (MANSFELD, 1973, p. 90), sans qu’il soit possible de préciser davantage parce que le cabochon ne rentre pas dans la typologie classique de la Heuneburg. Il est proche du type E, et la section d’arc est du type 11 (moulé à section ronde). Mansfeld classe le type le plus voisin dans la période C du Camp du Château à Salins (Jura) et Ib de la Heuneburg, tandis qu’aux Jogasses, tombe 188 (HATT, ROUALET, 1986, pl. 55, n° 1194), un type similaire voisine avec un torque à jonc torique et des bracelets fins à décor terminal.

27Liée par le fouilleur à la même sépulture, la fibule fig. 24, n° 2 est une Paukenfibel P3a1, avec ressort de type 2 et appendice peut-être E, ou à la limite (l’état du pied ne permettant que des hypothèses), une Doppel-paukenfibel (dP4) dans la classification de Mansfeld. Le type général est extrêmement fréquent et, selon la publication de Bragny, sa présence est « systématique dans les habitats hallstattiens les plus tardifs » (FEUGÈRE, GUILLOT, 1986). Elle est répertoriée, entre autres, à La Rivière Drugeon dans le Doubs, Pommard, Minot, Étaule et Bressey-sur-Tille en Côte-d’Or, Mancey et Tournus en Saône-et-Loire, et au musée de Clamecy, avec provenance locale non précisée (ADAM, 1983, p. 129, n° 98). Plutôt bourguignonne et comtoise que champenoise, cette typologie n’en signale pas moins le Hallstatt final 2b de Hatt-Roualet ou D3 de Reinecke.

4.5.1.2. Autres fibules

28Signalée sans aucun contexte précis, la fibule de la fig. 42, n° 1, est une Fuβzierfibel F4A2 de Mansfeld, avec arc de type 2 (martelé et non moulé). Il s’agit là d’un type aussi bien répandu en Bourgogne et Franche-Comté qu’en Champagne dans le faciès dit jogassien : périodes 1.D et E du Camp du Château à Salins (Jura), soit l’équivalent de la Heuneburg Ia-IIa ou le Ha D2 (MANSFELD, 1972, p. 84) ; huit exemplaires à Bragny (Saône-et-Loire) (FEUGÈRE, GUILLOT, 1986, p. 201) ; Haguenau (Bas-Rhin), les Moidons (Jura), le tumulus du Montceau-Laurent à Magny-Lambert, Mauvilly, tumulus de la Friche (Côte-d’Or), la Rivière Drugeon (Doubs), le Mont Lassois (Côte-d’Or) font partie des références de Mansfeld, auxquelles on peut ajouter Saint-Martin-du-Tertre (Yonne) (BARBIER, VILLES, 1981, p. 102) ; Serbonnes, La Créole (Yonne) (BARAY et alii, 1994, p. 50, 53 : « sépulture d’immature encore située dans le Ve siècle »). Dans l’ensemble, ces auteurs considèrent que le type appartient encore aux typologies de l’extrême fin du Hallstatt (D2 pour Mansfeld, final 2b pour Hatt et Roualet). Le ressort sur axe fig. 24, n° 1 appartient à la même typologie globale.

29On le retrouve dans des publications concernant essentiellement la Champagne : les Jogasses (Marne), tombe 77 (HATT, ROUALET, 1976, n° 961) ; tombe 183 (ibid, n° 1179-80 ; cf. HATT, ROUALET, 1977, p. 21. n° 11 ; ibid., 1981, p. 29, pl. XXXIII) ; le Mont Gravet à Villeneuve-Renneville (Marne), sépulture 30 (BRISSON et alii, 1971-72, pl. XIV) ; le Mont Troté à Manre (Ardennes), sépulture 118 (BRISSON et alii, 1971-72) ; la tombe 25 de Vrigny (Marne) (CHOSSENOT et alii, 1981, p. 150) ; Poix-Terron (Ardennes) (HATT, ROUALET, 1981, pl. XXXIII D1, p. 29). Pour ces auteurs, contrairement à Mansfeld, il est d’ores et déjà entièrement laténien, voire de la fin du LTIa (ROZOY, 1981, p. 210), alors que voici quelques années il était encore considéré comme typique de la phase de transition entre le Ha final et le LT ancien (JOFFROY, 1976, p. 618-620).

30On peut observer ici qu’isolé, un type même bien identifié ne peut avoir valeur d’indicateur chronologique : si certains auteurs le rencontrent en phase hallstattienne attardée et d’autres en phase laténienne précoce, cela signifie uniquement qu’il a survécu, localement, à une évolution technologique qui mène du ressort long sur axe au ressort court à grosses spires. Comme dans le cas qui nous occupe le ressort a disparu, il est encore plus difficile d’affiner la chronologie.

31En revanche, la quatrième fibule (fig. 32, n° 1), attribuée à la sépulture de surface 102, est typique de la phase laténienne la plus ancienne : ses petites dimensions, l’appendice replié vers l’arc mais libre, le ressort à deux spires, témoignent de l’adaptation technologique typique du LT ancien, sans encore bénéficier de l’agrandissement des dimensions que permettra la nouvelle technologie, avec des ressorts géants et des arcs fortement décorés. Un exemplaire très comparable a été découvert dans l’Aube, à la Perrière, Saint-Benoît-sur-Seine (BIENAIMÉ, 1981, p. 305). Il est en revanche absent à Courtesoult, où l’on passe directement, hors contexte funéraire, à des types laténiens plus évolués à arc et ressort massifs (PININGRE et alii, 1996, p. 87).

32Il est assez curieux de constater qu’à Saint-Jean-de-Belleville, en Haute-Savoie, les fouilles Borrel et Costa de Beauregard ont livré un ensemble de fibules très voisin pour la première phase du tumulus (PRIEUR, 1981, p. 51). Toutefois la typologie s’y prolonge au-delà de la phase initiale de La Tène ancienne, puisqu’on y trouve également des fibules à grand ressort à quatre spires : indice d’un conservatisme propre aux vallées alpines.

4.5.2. Les bracelets de fer

33Les bracelets de fer représentent la grande masse de la parure avec quarante-sept individus répertoriés ; si l’on décompte des fragments très courts qui pourraient se rattacher à d’autres, un total de quarante et un paraît plus vraisemblable. Les diamètres plaident pour l’interprétation comme bracelets plutôt que comme anneaux de cheville, excepté peut-être dans la sépulture 17 (fig. 22, n° 3) et pour l’exemplaire incomplet de la sépulture 80 (fig. 29, n° 2) ; la découverte de dix exemplaires répartis sur les bras de l’inhumé(e) 29 constitue une bonne indication de l’usage de ces parures : contrairement à ce qui se passe à Courtesoult (PININGRE et alii, 1996, p. 93-94), la parure de cheville en fer est rare à Vielmanay.

34La typologie est cependant voisine : les bracelets de Vielmanay sont tous ouverts, de section soit ovalaire, soit losangique, soit mixte, à extrémités amincies ou, exceptionnellement, pourvues d’un petit épaississement en museau de vipère (sép. 102, fig. 32, n° 4).

35Les décors sont le plus souvent obtenus à la forge et repris à la lime, et prennent la forme de bossettes plus ou moins serrées et proéminentes : bossettes à faible proéminence mais très serrées à proximité de la sépulture 18 (fig. 24, n° 3), un peu plus lâches (fig. 13, nos 3-4), franchement distantes dans la sépulture 6 (fig. 21, n° 1). Avec des sections peu massives ou minces, on retrouve ces types et leurs variantes en Franche-Comté (PININGRE et alii, 1996, p. 93), en Côte-d’Or à Poisey et Détain-et-Bruant (DORION et alii, 1987, p. 410-411) ; il s’agit d’une typologie nettement liée à la transition Ha/LT, mais rare : à époque égale, elle n’apparaît pas aux Jogasses, ni en Haut-Nivernais, ni en Avallonnais, du moins en fer.

36Les bracelets plus massifs, décorés au burin ou au silex de plages d’incisions, sont plus familiers ; la sépulture 29 (fig. 16-18) en fournit un bon exemple avec ses deux séries de cinq exemplaires, qu’on comparera à la parure de la Rivière Drugeon, Grand-Communal n° 2, sép. 3, bien que celle-ci soit en bronze (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 37-38), ou à la sépulture 7 de Courtesoult (PININGRE et alii, 1996, p. 33), avec cette différence qu’il s’agit ici d’une parure de cheville. Les décors de registres hachurés sont fréquents, mais essentiellement sur bronze, en Franche-Comté et Bourgogne (PININGRE et alii, 1996, p. 95 ; BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 115), en Avallonnais (NICOLAS, 1978, p. 232-233), en Haut-Nivernais (ADAM, 1983, p. 129, fig. 8, n° 105-106) ; la typologie semble absente en Champagne et en Sénonais (HATT, ROUALET, 1976 ; BARAY, 1994).

  • 23 Les trois exemplaires, répartis entre les musées de Varzy, Auxerre et le M.A.N., sont identiques au (...)

37dispositif de fermeture serait considérable.Nous rencontrons donc à Vielmanay des bracelets de fer qui se rattachent à une typologie nettement mieux connue pour les objets de bronze. Cela s’explique certainement par la volonté d’imiter, dans un milieu pauvre, les parures de luxe avec les moyens disponibles localement. Un exemple relativement proche est celui de Courcelles, Fancy 2, en Haut-Nivernais (NICOLAS, GUILLOT-CHÊNE, 1978 ; ADAM, 1983, p. 126-128) : selon les données de la fouille de 1874, l’inhumée aurait porté au bras droit trois bracelets creux ouverts à godrons, en bronze, tous semblables, comme nous avons pu le vérifier en musée23 ; à l’avant-bras gauche deux bracelets de même type, mais fermés, en bronze, et un en fer, celui-ci ouvert. Cette parure riche, mais dissymétrique, peut s’interpréter par l’achat d’une parure incomplète, trois bracelets ouverts évidemment issus du même atelier et deux bracelets fermés ; un troisième bracelet fermé de bronze aurait été perdu, et la parure aurait été complétée par un bracelet de fer qui tente d’en reproduire la forme. Pour des raisons techniques (forgeage substitué au moulage), le bracelet de fer est ouvert.

38La parure de fer semble donc reposer sur l’imitation de parures de bronze difficiles à acquérir et que la communauté locale n’avait pas les moyens techniques de reproduire. Comme à Courcelles, elle aura choisi de donner un certain lustre aux sépultures privilégiées en imitant, vaille que vaille, les décors plus prestigieux qui existaient en Bourgogne.

39Au point de vue chronologique, la présence exclusive de types assez banals à l’extrême fin du Hallstatt et à la transition vers La Tène ancienne conduit à raccourcir la chronologie proposée par Octobon : le Hallstatt ancien n’est pas présent ; le Hallstatt moyen pas davantage (pas de brassards-tonnelets, de rasoirs, de crotales, de pendentifs en cage). Même la phase ancienne du Hallstatt final n’est au mieux représentée que par la reproduction en fer de mobiliers de bronze. La parure de fer se situe intégralement dans la toute dernière période du Hallstatt, ou si l’on préfère dans la période jogasso-vixienne.

4.5.3. Les bracelets de bronze

40Tous les artefacts découverts à Vielmanay sont d’une banalité extrême. Le bracelet ouvert attribué à la tombe 42 (fig. 28, n° 5) est le plus richement décoré des vingt et un recensés, mais il ne s’agit que d’une série d’incisions. Son homologue attribué à la sépulture 38 (fig. 26, n° 2) présente exactement le même décor d’incisions groupées par registres sur la face externe que les nos 985-986 ou 1190-1191 des Jogasses (HATT, ROUALET, 1976, pl. 27 ; pl. 55). Celui qui est censé appartenir à la sépulture 116 ou 117 (fig. 32, n° 3) présente un décor et un amincissement aussi simples que, par exemple, ceux de la tombe 77 des Jogasses (HATT, ROUALET, 1976, pl. 23). Qu’il s’agisse de bronze ou de fer, on n’évolue pas ou guère vers les petits tampons, qui sont en principe l’indice d’une relative ancienneté dans la période de transition (PININGRE et alii. 1996, p. 90). L’interprétation d’un décor à nodosités pour le fragment de la fig. 32, n° 2 (torque, anneau de cheville ou bracelet ?) est trop hypothétique pour être retenue.

  • 24 Aux Jogasses, les bracelets fins sont souvent portés par deux ; le principe de l’armille, attesté à (...)

41Nous avons donc des bracelets de bronze peu nombreux, de typologie banale mais variée (il n’est pas possible de les regrouper en deux séries principales comme nous avons pu le faire pour leurs homologues de fer), qui semblent témoigner d’échanges sporadiques avec des populations qui travaillaient le bronze. Ces vendeurs n’ont fourni, on en trouvera la confirmation avec les torques, anneaux de cheville, boucles d’oreille et anneaux, que du matériel standard. Par ailleurs, on note l’absence totale de l’armille : très fréquente en Franche-Comté, éventuellement jointe au brassard-tonnelet (PININGRE et alii, 1996, p. 74, 89- 90), et en Champagne (p. ex. HATT, ROUALET, 1996, pl. 34)24, cette parure est connue en Haut-Nivernais (ADAM, 1980). Cette observation n’est pas uniquement négative : elle signifie que la population de Vielmanay était incapable d’acheter d’un seul tenant une parure complète, et qu’à l’exception peut-être d’une famille groupée au centre du tumulus (US 41, sép. 7,8, 9), elle acquérait au coup par coup des éléments de typologies diverses, pour ne pas dire disparates.

42La parure de bronze se présente ainsi sous un aspect très différent de la parure de fer : tandis que celle-ci, fabriquée localement, se divise en deux types d’ailleurs très voisins, ce qui implique un conservatisme artisanal de nature à masquer la chronologie, celle-là émane d’acquisitions ponctuelles, ce qui explique aussi sa plus grande dispersion dans l’ensemble des sépultures. Mais cette observation, qui vaut pour les bracelets, demande à être corrigée en ce qui concerne les anneaux à section torique.

4.5.4. Les anneaux de bronze à section torique

43La zone centrale, avec le mobilier recueilli par le Dr Mallet et attribué aux sépultures 1-4, a presque l’exclusivité de ces objets moulés, probablement tous fermés (fig. 10 ; fig. 11,n° 14). On y ajoutera les éléments de torque(s) attribués à la sépulture 64 (fig. 28,nos 1-4) et les fragments de la fig. 42, nos 3-5 qui ne sont reliés à aucune sépulture.

44Ces objets de parure se répartissent entre torques (quatre à sept exemplaires) et anneaux de cheville (cinq ou six exemplaires). Leur technologie est élémentaire : un anneau de cire est modelé, pris dans une gangue d’argile, dans laquelle, après séchage, on introduit le bronze liquide, puis les bavures d’évents sont limées et l’objet résultant, éventuellement, décoré par incision. Dans notre échantillon, seuls deux anneaux de cheville et un élément de torque ont été gravés.

45Le tumulus n° 1 du Grand Communal de Bulle présente un ensemble très voisin (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 70). Les sépultures de Courtesoult conjuguent anneaux à jet de coulée apparent ou résorbé (PININGRE et alii, 1996, p. 26 ; p. 37, avec décor ; p. 78, nos 4-5, sans décor) et torques décorés ou non (ibid., p. 78, 37). Le type est évidemment connu aux Jogasses (HATT, ROUALET, 1976, n° 850, tombe 33, pl. 11 ; nOS 1023, 1026, 1027 « torque et deux anneaux de cheville », tombe 106, pl. 32 ; n° 1056, tombe 120, torque accompagné d’anneaux de cheville massifs en lignite, pl. 36) ; il est particulièrement fréquent en Bourgogne occidentale, non loin de Vielmanay, puisqu’en Haut-Nivernais on l’enregistre à Moulot (torques à décor gravé), Tannay, Oisy 2 (torque fermé sans décor), Fancy 2 (anneau de cheville, décoré de trois registres d’incisions comme ici fig. 11, n° 14) (ADAM, 1983), pour ne citer que les objets fermés ; la liste des objets analogues ouverts ou pourvus d’un quelconque dispositif de fermeture serait considérable.

  • 25 Soit par façonnage au marteau d’une tôle de bronze, soit par moulage selon le principe des haches à (...)

46Les anneaux, de cheville ou de cou, en tôle de bronze enroulée autour d’une âme de terre25, accompagnent souvent le type précédent ; le Haut-Nivernais en donne un exemple proche, puisque le tumulus détruit à Moulot au XIXe siècle présentait les deux technologies. Deux fragments d’un anneau de cheville réalisé selon cette technique ont été trouvés à Vielmanay (fig. 42, nos 9-10).

47Ce mobilier banal est habituellement daté de la phase de transition entre le Hallstatt et La Tène ancienne. Il en constitue même un fossile directeur. Le nombre important de ces objets incite à situer les sépultures concernées à cette phase.

4.5.5. Objets divers

48Parmi les objets de parure mineurs, on pourra comparer l’anneau (de ceinture ?) en bronze, à jet de coulée (fig. 42, n° 8), entre beaucoup d’autres, à un exemplaire des Jogasses, tombe 46 (HATT, ROUALET, 1976, pl. 14). Les autres anneaux et boucles d’oreilles en fil sont banals et peuvent trouver des éléments de comparaison sur tous les sites de transition. Les dents de loup, ou de grand chien, percées, se retrouvent à Poisey et Détain-et-Bruant (DORION et alii, 1987) tout comme aux Jogasses, tombes 101 et 141, dans ce dernier cas en pendentif avec deux anneaux de bronze, un bracelet torique et un torque creux dans le mobilier (HATT, ROUALET, 1976, pl. 45).

49L’anneau ou boucle d’oreille à section circulaire pourvue d’un bourrelet externe (fig. 14, n° 1, sépulture 49) est d’une technologie un peu plus élaborée que les autres. On commence à trouver ces sections complexes à la période jogassienne, par exemple dans la tombe 35 de Chouilly, sur un bracelet (HATT, ROUALET, 1976, pl. 11).

50Le pendentif en tôle de bronze de la fig. 14, n° 2, également attribué à la sépulture 49, présente de fortes analogies avec un pendentif de Frasne, Cessey (BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 39), où il était associé à des crochets de bronze analogues à ceux de la fig. 15, nos 3-4.

  • 26 C’est un pléonasme, puisque le latin torques implique justement la torsion du métal ; mais comme no (...)
  • 27 On pourrait voir ici aussi le rôle des colporteurs de bronze ou, comme on dit par cliché, des « bro (...)

51Octobon signale plusieurs fragments de torques de fer torsadés, plus ou moins liés aux sépultures proches du puits, mais sans provenance raisonnablement définissable. Le torque torsadé26 est un fossile directeur de La Tène ancienne, et la grande variété de ses décors, de ses fermoirs, a permis d’établir une typologie détaillée pour la Marne (BRETZ-MALHER, 1961). Mais le faciès marnien ne connaît presque que des torques en bronze, alors qu’ici nous n’avons que du fer : donc, comme pour les bracelets, il faut envisager l’imitation locale de parures prestigieuses qui étaient connues par des contacts avec des populations éloignées de quelques journées de marche27. La technique est simple, puisqu’après avoir battu une barre de fer plate le forgeron n’a qu’à la tourner avec une pince, un aide tenant l’autre extrémité, au-dessus du feu. L’absence de fermoir du seul torque apparemment complet (fig. 13, n° 6) confirme cette simplification technologique : les forgerons de Vielmanay ont reproduit l’aspect général de l’objet, pas ses détails ; ce qui, évidemment, nous prive d’un élément chronologique d’importance.

52Il reste enfin à évoquer la pointe de flèche associée à la sépulture 84 (fig. 30, n° 2). Ce morceau de fer plat, simplement découpé et affûté, n’offre aucun intérêt technologique particulier, mais on constate son absence dans les sépultures à épée du Hallstatt moyen bourguignon, jurassien ou alsacien, et sa présence dans les sépultures « inermes » des Jogasses (HATT, ROUALET, 1976 : tombes 53 et 191, nos 895-96 et 1213-15, variétés triangulaires et à pédoncule). Elle ne suffit pas à désigner le porteur de cette arme comme guerrier, mais peut-être simplement comme chasseur, ce qui est déjà une marque aristocratique. La présence d’un fragment de douille en bronze (fig. 15, n° 5) et d’un talon de lance en fer ne suffit pas davantage à infirmer l’hypothèse retenue par Octobon d’une population pacifique. On pourrait plus précisément dire qu’il s’agit d’une population qui ne cultive pas les valeurs aristocratiques et guerrières au point de les manifester jusque dans les sépultures.

4.6. Chronologie et sociologie

53Nous avons vu au § 2.6 que le développement spatial du tumulus implique une antériorité de la sépulture 18, suivie des sépultures profondes du tumulus central, et ensuite une accumulation de sépultures pour la plupart dépourvues de tout mobilier.

54Les nombreux remaniements survenus même au cœur du tumulus tendent à embrouiller la chronologie absolue ; les torques et anneaux de la collection Mallet et des déblais du puits, qui semblent provenir d’une phase ancienne d’inhumations, sont déjà laténiens ; la sépulture 29, adventice, porte une parure qui est encore hallstattienne. Et le mobilier attribué à la sépulture 18 a été, en fait, découvert par-dessus la voûte qui la couvrait.

55On peut toujours raisonner sur le déroulement chronologique d’une importante série d’inhumations : imaginer par exemple qu’on ait vidé la sépulture centrale, 18, pour transporter le corps ailleurs et en remettre un plus récent, ou qu’on ait ressorti du fond le corps 29 pour le remettre en surface, sans rompre les connexions anatomiques ni l’ordre des bracelets. Tout cela relève de l’imaginaire, et, sans nier l’importance ni l’évidence des remaniements, nous devons nous en tenir au mobilier présent.

56Le mobilier recueilli près de la sépulture 18 est communément daté du Hallstatt final 2 ou HaD2. Les anneaux et torques en bronze fermés, à section ronde, sont localement attribués aux toutes premières décennies de La Tène. Ils sont liés à des sépultures qui, en chronologie relative, ne présentent pas une grande différence avec la 18.

57Le mobilier apparemment le plus archaïque, celui de la sépulture 29, ne semble pas spécialement usé, contrairement à celui du tumulus de l’aéroport de Clamecy (ADAM, 1994a) ; il n’y a donc aucune raison de supposer qu’il avait été hérité d’une grand-mère hallstattienne et qu’il a été enfoui avec une défunte purement laténienne (ROZOY, 1981, p. 207).

58L’éloignement des bases d’évolution de l’Âge du Fer (Jura, Bourgogne, Champagne) peut plaider pour un certain attardement des modes vestimentaires et de la parure ; cet attardement ne saurait dépasser une génération, deux à l’extrême limite (ADAM, 1980). Les modes circulent vite, le monde hallstattien est d’une grande uniformité, et si l’on peut admettre un retard typologique dans des contrées peu accessibles comme les vallées alpines, celui-ci ne se manifeste normalement que par un conservatisme typologique, une survie de types anciens qui n’exclut pas l’accueil des innovations (COURTOIS, 1976, p. 716).

59Située sur une zone de passage entre l’Orient celtisé et l’Occident en cours d’accculturation, la population de Vielmanay ne pouvait pas ignorer les modes nouvelles en matière de parure. Elle pouvait, en revanche, être dans l’incapacité d’en acquérir les symboles : de combien de stères de bois, de boisseaux de blé faut-il payer un bracelet de bronze qui fossilise des journées de travail ? Le bracelet de bronze est inestimable, et hors de portée d’un groupe qui n’aurait à offrir que du blé, du lait ou du bois, car le marchand ne pourrait pas emporter la contrepartie.

60Nous ignorerons toujours par quels contacts (mariages lointains, échange d’esclaves, dons en nature ?) les habitants de Vielmanay ont pu acquérir la modeste parure de bronze, de verre et d’ambre présente dans le tumulus, mais nous savons qu’ils ont reproduit les modes avec ce qu’ils avaient à leur disposition, le fer. Ils ont donc naturellement fabriqué des objets issus de cette tradition pour des sépultures tardives.

61Les plus grands poids de bronze se trouvent d’ailleurs dans les sépultures privilégiées, celles du centre, qu’elles soient de la phase la plus ancienne ou plus tardives. C’est d’ailleurs une pauvre aristocratie, qui se contente d’un torque et de quelques anneaux, comme l’inhumée d’Oisy 2 (173 grammes de bronze en tout) ; mais c’est une distinction sociale importante quand les autres n’ont rien du tout. En périphérie, on ne trouve de bronze que sous la forme d’anneaux de quelques grammes, et de manière très sporadique.

  • 28 Selon une idéologie italique, qui ne doit pas être bien éloignée de celle des Celtes, le fondateur (...)

62En revanche, la reproduction en fer des modèles de bronze permet de distinguer une aristocratie : l’inhumé(e) n° 29 est sans aucun doute un personnage important de la tribu à son époque, et on lui réserve en toute logique une place privilégiée non loin du fondateur ou de la fondatrice28.

63La tribu ne semble avoir connu que très peu de grands, dignes d’être inhumés dans des structures de pierre ou de bois, et avec une parure importante : l’immense majorité des tombes est sans mobilier ni structures. Cela confirme l’idée d’un laps de temps relativement bref entre la fondation du tumulus et sa fermeture, et exclut aussi l’existence d’une classe servile qui n’aurait pas eu le privilège d’être enterrée dans le tumulus.

64Si les torques et anneaux de bronze de la collection Mallet correspondent, comme les notes d’Octobon semblent l’indiquer, aux sépultures 2 et 3, celles-ci ont dû être installées dans le tumulus primitif, à profondeur moyenne, en déplaçant des sépultures antérieures : cela amène à interpréter les coffres 6, 7, 9 comme des inhumations secondaires.

65Ainsi, il n’y a guère de difficulté à déterminer la chronologie d’ensemble. Les fossiles directeurs les plus anciens sont les fibules à arbalète ; encore ne datent-elles que de la fin du Hallstatt final, donc de la sous-période IIb ; les fibules serpentantes, il est vrai plus orientales, attribuées au Hallstatt I/IIa, sont absentes. La Fuβzβierfibel liée à la sépulture 18 est du même horizon. La petite fibule à pied rapproché de l’arc, les torques lisses et les bracelets fermés à jonc torique nous placent au tout début de La Tène ancienne.

  • 29 Chronologie Hatt-Roualet. L’application de datations dendrochronologiques tendrait à faire remonter (...)

66Aucun élément sérieux ne peut nous contraindre à abaisser la fin de l’occupation du tumulus à une époque basse de la Tène ancienne, ou à la Tène moyenne. La période d’occupation est donc brève : fondé vers 52029au plus tôt, le tumulus cesse d’être utilisé vers 450 ou très peu après. Ce qui nous conduit à refuser une chronologie plus longue pour les sépultures périphériques est l’urgence dans laquelle on a déposé les corps et étendu le tumulus : si la mortalité avait été normale, prévisible, on aurait pris le temps de construire une extension lisible du tumulus, en évitant de déplacer des sépultures fraîches ; si l’utilisation s’était prolongée dans La Tène ancienne II, nous aurions (en principe) des incinérés. Le micro-fossé symbolique que nous croyons pouvoir désigner comme limite extrême du tumulus est un indice de cette hâte.

67Vielmanay se distingue donc totalement de Bressey-sur-Tille et de Courtesoult : nous n’avons pas six générations, mais deux ou trois, et l’extension n’a pas été programmée, mais, au moins dans la dernière phase, improvisée.

Notes

1 En G15, le 21 mars 1977, un vase presque entier a été relevé en place : il s’agit d’une coupe de 25 cm de diamètre à l’ouverture environ, dont le fond manque ; mais le secteur ne comporte pas de sépultures. Il en va de même pour des dents de ruminant en D14. Par ailleurs le chapitre précédent a montré que certains dépôts d’ossements de mammifères pouvaient correspondre à des offrandes alimentaires.

2 D’après le pré-rapport du 3 décembre 1979, qui ne correspond pas au total des objets restaurés à Compiègne.

3 Nous respectons ici la classification d’Octobon, qui identifie comme bracelets de bras de grands exemplaires qui pourraient être, en fait, des anneaux de cheville ; mais ces cas semblent relativement rares, et il est toujours difficile, quand ils n’ont pas été trouvés autour des os, de trancher entre les diamètres d’une cheville juvénile et d’un poignet adulte.

4 Onze selon Octobon, document du 03/12/79.

5 Plus un fragment curieusement coupé, cf. fig. 14, nos 4-12 ; nous n’avons retrouvé que cinq de ces coquilles percées.

6 Trente et un enregistrés selon Octobon, ibid. Mais une bonne partie est gallo-romaine ou moderne.

7 Nous avons publié une petite étude sur le problème dans le Bulletin municipal d’Andryes (89), commune où ont été découverts par dizaines des fers à cheval du haut Moyen Age ; cette publication est trop discrète pour que nous la mentionnions en bibliographie, mais elle nous a permis de rencontrer des maréchaux-ferrants qui considèrent, avec des arguments probants, que les Gaulois utilisaient déjà le fer et non l’hipposandale. Il en résulte que les clous à ferrer découverts dans le tumulus peuvent ne pas être modernes. Récemment, un clou à ferrer a été découvert, avec une fibule de type Nauheim et des restes d’hipposandale, dans les déblais d’un tumulus fouillé au début du xxe siècle à Andryes, près de Clamecy.

8 À quoi Octobon ajoute, dans son inventaire du 03/12/79, une aiguille en bronze qui n’a pas été retrouvée.

9 137 selon le dernier calcul d’Octobon, loc. cit., 169 pour le Dr Le Blay (avec les réserves méthodologiques exposées p. 56).

10 Le Répertoire des enceintes pour la Nièvre, publié par le BSPF en 1907, tout incomplet et peu utilisable qu’il est, ne mentionne aucun oppidum possible à proximité de Vielmanay, par exemple à Bulcy, Garchy ou Donzy. L’étude cartographique n’indique aucun site de hauteur possible à proximité immédiate, mais il est possible que le site médiéval de Suilly-la-Tour ait été précédé d’un établissement antique au profit d’une modeste surélévation de 5 mètres, que les Usages de Montay, près de Chasnay, ou le bois de la Forge, à l’est de Nannay, aient supporté des oppida ; hypothèses pour le moment invérifiées sur le terrain.

11 Dans le Latium, à Osteria dell’Osa, ont été identifiées des nécropoles de groupes sociaux ou familiaux dont les fondateurs étaient inhumés en couple au centre d’une aire bien délimitée, les sépultures ultérieures venant s’entasser autour non sans réaménagements et destructions totales ou partielles (CELS SAINT-HILAIRE, 1995, p. 48-49). La sépulture centrale unique de Vielmanay peut dériver d’une conception analogue.

12 Il n’est pas exclu qu’au cours de la concentration des sépultures anciennes leur mobilier ait été récupéré, voire confisqué au profit de sépultures plus récentes : ceci aiderait à expliquer l’homogénéité typo-chronologique des objets découverts.

13 Cf. p. 34. Cette hypothèse – invérifiable – exclurait que les remaniements de surface puissent être largement postérieurs : sinon, pourquoi ne pas suggérer que les incinérés de surface soient gallo-romains ? La conservation de la sépulture 29 exclut cette possibilité et plaide pour une chronologie courte.

14 Les bracelets, nous le verrons plus loin, semblent contemporains ou très légèrement antérieurs. Mais – problème qui s’est posé pour le tumulus de l’aéroport à Clamecy (ADAM, 1994a) – une parure longtemps portée subit une forte usure. Dans le cas de Vielmanay, comme trop souvent, aucune observation n’a été effectuée en fouille sur l’usure des bracelets, et la restauration effectuée à Compiègne a gommé les traces d’usure ; des vestiges d’un frottement prolongé (fig. 15) semblent apparaître sur les éléments restaurés, mais dans la mesure où Octobon semble avoir encore distingué des restes très nets de décor, nous ne pouvons affirmer que la parure ait été longuement portée : il est donc définitivement impossible de savoir si l’inhumé(e) n° 29 avait pu porter longuement ses bracelets, ou recevoir pour l’inhumation une parure plus ancienne, et il reste toujours la possibilité évoquée ci-dessus que lors de la concentration des sépultures anciennes on en ait récupéré le mobilier.

15 On sait que c’était un adulte robuste (voir ch. 3).

16 À l’appui de cette hypothèse, une observation du Dr Rozoy qui relève à Manre des bijoux hallstattiens portés par des inhumées qui ne peuvent être que de La Tène ancienne (ROZOY, 1981, p. 207). Même remarque, mais hors contexte (la découverte a été effectuée au détecteur...), avec des bracelets très usés et restaurés (ADAM, 1994a).

17 Courrier du 18 avril 1997.

18 Depuis que ces lignes ont été écrites, la découverte d’un certain nombre d’objets de bronze importés sur l’oppidum de Sembert à Clamecy, site où la métallurgie du fer est attestée, est venue donner un autre exemple de cette observation.

19 Dénuder les bancs rocheux et laisser le gel agir était le moyen le plus économique d’obtenir de grandes dalles ou de gros blocs en l’absence d’outils d’acier.

20 Voir JOFFROY, 1960b, p. 62, avec référence aux recherches de C. Schaeffer sur la forêt de Haguenau et aux travaux de L. Reutter.

21 Cf. toutefois JOFFROY, 1960b, p. 66, avec référence à P. Reinecke, « Glasperlen vorrömische Zeiten aus Funden nördlich der Alpen », Altertümer VIII, p. 68.

22 À Vielmanay comme à Sembert, les fibules sont de taille inférieure aux types définis par Mansfeld.

23 Les trois exemplaires, répartis entre les musées de Varzy, Auxerre et le M.A.N., sont identiques au millimètre près.

24 Aux Jogasses, les bracelets fins sont souvent portés par deux ; le principe de l’armille, attesté à Oisy 2, veut qu’on en porte plusieurs unités, voire plusieurs dizaines. Il se dit parfois, pour justifier le nombre très variable des composants de l’armille, qu’on ajoute un bracelet par an : hypothèse insoutenable, car partout on constate une usure identique et une fabrication standardisée ; donc l’armille, avec son total de bracelets plus ou moins important, est définitive dès qu’elle est portée (offerte à la puberté pour les filles, d’après les diamètres des bracelets ?). Au musée de Reims, sur des objets à notre connaissance inédits, nous avons constaté une technologie très élaborée pour des armilles fermées de section carrée, qu’on trouve aux Jogasses : il ne peut s’agir que de moulage en série avec un important travail de limage. Les bracelets armillaires d’Oisy sont en revanche obtenus à partir d’un fil tréfilé remis en forme après recuit, tandis que récemment un prospecteur en a découvert au flanc d’un tumulus proche de Sembert, à Clamecy, qui sont fermés et donc soit moulés, soit soudés à partir d’un fil ovalaire.

25 Soit par façonnage au marteau d’une tôle de bronze, soit par moulage selon le principe des haches à douille armoricaines.

26 C’est un pléonasme, puisque le latin torques implique justement la torsion du métal ; mais comme nous avons pris l’habitude de désigner par le même terme des joncs qui n’ont pas subi de torsion, force nous est de dénommer ainsi ceux qui ont été fabriqués par ce procédé.

27 On pourrait voir ici aussi le rôle des colporteurs de bronze ou, comme on dit par cliché, des « bronziers itinérants » ; cette notion, indéfiniment répétée et jamais démontrée pour l’Âge du Fer, rend cependant assez bien compte de la dualité que nous observons à Vielmanay : rares objets de bronze de fabrication extérieure, nombreux objets de fer assez standardisés de fabrication locale.

28 Selon une idéologie italique, qui ne doit pas être bien éloignée de celle des Celtes, le fondateur d’un village était honoré comme un père : d’où la sépulture centrale.

29 Chronologie Hatt-Roualet. L’application de datations dendrochronologiques tendrait à faire remonter cette date, mais de peu : cf. PININGRE et alii, 1996, p. 113.

Table des illustrations

Légende Fig. 42. Mobilier restauré, non attribué à une sépulture ni à une couche
Crédits (dessins C. Touzel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search