Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

3. Étude anthropologique

Jean-Claude Le Blay

Texte intégral

3.1. Limites de l’étude

1Le but de ces lignes n’est pas de rappeler qu’il y eut en Nivernais, entre l’époque du Hallstatt et le début de La Tène, des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, qu’ils vécurent avec leurs joies, leurs richesses, leurs peines, ni qu’ils s’en allèrent vers l’au-delà, gens dont nous ignorons presque tout, le nom et même l’appartenance culturelle (Sénons, Éduens, Brannovices ?), ni d’obtenir seulement une liste rébarbative de mesures osseuses. Notre démarche s’inscrira plutôt dans une perspective humaniste, cherchant à mettre en lumière les raisons qui poussèrent quelques centaines de personnes à se réunir sous ce colossal tertre funéraire. Dans le cadre de la publication scientifique du tumulus, en plus des considérations anthropométriques et démographiques habituelles, nous partirons de l’os, élément du sous-sol de Vielmanay et retourné au minéral comme le dit F. Poplin, pour découvrir l’individu (homme, femme ou enfant) puis son groupe social. Dans les années soixante-dix, R. Octobon et son équipe l’avaient compris qui, au lieu d’abandonner les ossements sur les déblais, les avaient recueillis avec les soins de l’époque, confiant leur examen à une date ultérieure.

2Avons-nous bien parlé de population ? Vingt ans après la fouille, la réalité est autre ! Quelques kilogrammes d’os en cagettes, un petit millier de dents en vrac, toutes extraites de leurs loges maxillaires d’origine ( !), le tout ayant dû affronter les aléas du stockage et du temps. C’est dans ces conditions assez inhabituelles que se déroula notre enquête. Pour ajouter à notre surprise, les sépultures avaient fait l’objet d’une classification originale : certaines avaient parfaitement été numérotées lors de leur découverte ; leurs restes soigneusement mis à part et identifiés correspondaient aux notes de fouilles des années 70. D’autres, tout aussi bien stockées, avaient été classées selon des normes qui défiaient toute identification et ne se retrouvaient pas dans le complexe travail de remise à jour de Richard Adam. Quelques sujets dépouillés de toute identité furent donc mis à l’écart de notre lot. Les derniers enfin avaient été ré-enfouis ensemble dans des sacs après leur exhumation, sans parler des mâchoires dont les loges alvéolaires étaient désespérément vides...

3Nous avons donc pris quelques initiatives : les ensembles osseux ont conservé leur numérotation, lorsqu’elle coïncidait avec celle des sépultures relevées par l’équipe d’Octobon et les unités stratigraphiques définies par R. Adam ; ceux qui ne portaient qu’une date ou un numéro de carré ont été inventoriés à partir du chiffre 1 000. Certaines sépultures signalées dans les notes de R. Octobon ne correspondaient à aucun des restes confiés à notre vigilance : elles apparaîtront uniquement dans l’estimation globale de la population, quelle que soit la nature des commentaires qui les accompagnaient, « enfant de... ans, femme adulte », etc. Quant aux fameuses dents, pourtant numérotées mais selon un code mystérieux, nous sommes restés dans la généralité, puisqu’il ne nous sera sans doute jamais possible de retrouver leur propriétaire.

4Que le lecteur ne s’attende donc pas souvent à trouver les minutieux relevés auxquels les équipes formées à l’école de H. Duday, ou habilitées à ce genre de tour de force de patience et de minutie, nous ont habitués depuis peu. La plupart du temps, quelle que soit la précision des relevés de R. Octobon (OCTOBON, 1975) ou des notes en notre possession, nous resterons dans le simple, voire le flou. Pas question non plus de regrouper les individus par période ou par secteur (existait-il une partie du tumulus réservée aux enfants, aux femmes, aux vieillards ?). Voilà déjà une partie de notre curiosité insatisfaite.

5Sépulture de groupe, reflet de la démographie galopante de l’Âge du Fer, celle de Vielmanay nous a beaucoup surpris : malgré son allure imposante et l’énorme population qu’elle accueille, cent cinquante à deux cents personnes selon l’équipe de fouilles, elle n’est pas, au vu du mobilier funéraire, une sépulture princière, mais contient un nombre élevé d’enfants dont la présence auprès des adultes étonnerait les Anciens : « ils diffèrent à peu près de tous les autres peuples en ce qu’ils ne laissent pas leurs enfants les aborder en public tant que ceux-ci ne sont pas en âge de servir à l’armée et ils considèrent comme honteux qu’un fils, encore enfant, prenne place en public à la vue de son père », écrit, pour une période plus récente, César (BG VI, 18-19).

6Habituellement les sépultures protohistoriques de jeunes sont exceptionnelles et les nouveau-nés sont relégués dans le sol des habitats ou les dépotoirs, comme celui récemment retrouvé au milieu des déchets de l’oppidum halstattien de Sembert-le-Haut. À Oisy, comme à Vielmanay, les bébés font partie des premiers occupants du tumulus, « juste au-dessus de la couche d’argile basale » (OCTOBON, 1975).

3.2. Conditions de l’étude

7En ce qui concerne les défunts notre curiosité restera déçue : les observations réalisées entre 1970 et 1975, bien que pertinentes et détaillées, restent insuffisantes ; malgré le soin apporté à leur réalisation, la plupart des relevés ne permettent pas d’identifier l’os dessiné, et leur dégradation, notée dès leur mise au jour, semble être spécifique de ces monuments funéraires du Haut-Nivernais (ADAM, 1980), le tumulus de pierres sèches se comportant vis-à-vis des corps comme un véritable sarcophage « mangeur de chair ».

8Le bouleversement de certaines tombes s’explique par leur situation superficielle sous quelques centimètres d’humus qui ne les ont guère protégées des activités agricoles, des racines de végétaux ou des animaux fouisseurs. Dans d’autres cas il découle des pratiques funéraires (réductions, réenfouissement) ou de modifications tardives apportées au monument.

9Les notes de fouilles mentionnent également la complexité des sépultures : « aucune n’est semblable à celle précédemment rencontrée » (OCTOBON, 1975), ainsi que la présence d’ossements épars impossibles à rattacher à une quelconque tombe, comme on peut l’observer dans le sol des cimetières ou des églises.

10Vingt ans après les os se trouvent dans l’état suivant :

11Le squelette crânien a le plus souffert : un seul crâne est intact (sépulture 1) et a permis de prendre quelques mesures. Les autres sont réduits à l’état d’esquilles plates fortement érodées où seule la table osseuse externe est présente. La lecture des sutures osseuses et l’intéressant travail de paléodémographie qui aurait pu en découler est impossible : quelques rares fragments de calva en conservent une infime trace. Les os de la face manquent toujours.

12Les dents, qu’il s’agisse de celles des enfants ou des adultes, sont déjà très détériorées puisque R. Octobon en parle ainsi : « L’usure prématurée de toutes les dents est beaucoup plus importante que de nos jours ; certaines sont usées jusqu’au collet... quelques-unes ne devaient dépasser les gencives que de deux ou trois millimètres ! Les molaires ne montrent parfois plus aucune trace de cuspides et sont usées au maximum ». Elles l’ont été aussi par leur séjour dans le sol : l’émail des couronnes s’est en partie dissous, estompant les reliefs, en créant d’artificiels, puis la dentine, surtout au niveau du collet (jonction de la couronne et des racines) et le cément se sont résorbés ou creusés. Enfin la curieuse exérèse dont elles ont été tardivement l’objet a achevé ce que le temps n’avait pas accompli.

13Le squelette post-crânien est mieux préservé : les petits os des extrémités (phalanges, carpe, tarse) sont assez souvent intacts mais ne permettent guère d’aller au-delà d’observations anatomiques élémentaires. L’essentiel des restes est quelquefois constitué d’une poudre blanchâtre ou d’esquilles non identifiables à l’œil nu : le poids des restes osseux conservés par sépulture varie entre entre 2 et 1350 grammes (fig. 35). En 1995, une dizaine d’échantillons, provenant pourtant de sépultures identifiées comme telles sur le terrain, n’ont pu être attribués avec certitude à l’espèce humaine ou animale. Pour trente-sept autres, la seule conclusion possible fut d’affirmer leur appartenance à l’espèce humaine, sans plus de précision.

Fig. 35. Poids de restes conservés. Sont présentés en abscisses le poids (en grammes) d’os conservés dans chaque sépulture, et en ordonnées, le nombre de sujets.

14Les extrémités des os longs manquent dans la plupart des cas, empêchant d’estimer l’âge ou la taille des sujets. La surface des diaphyses, pourtant creusée par les radicelles, fissurée, friable ou pulvérulente, reste néanmoins aisément identifiable : on y voit encore la marque des dents de petits animaux fouisseurs. Les insertions musculaires et les fins reliefs osseux ont disparu ; sont seulement repérables les grosses crêtes des fémurs, tibias, humérus et radius. L’estimation de la robustesse des individus a parfois été possible, de même que le calcul des indices d’aplatissement huméral, fémoral ou tibial. Il ne sera pas fait état des chiffres initiaux, car l’épaisseur des corticales a certainement diminué au fil du temps, mais uniquement du rapport de ces mesures, probablement inchangé. Vertèbres et côtes manquent même dans les sépultures intactes aux connections anatomiques préservées. On comprendra que de telles conditions ne permettent guère de trouver une quelconque trace de découpe ou de décarnisation résultant de l’éventuel embaumement du corps, ni de repérer les caractères discrets héréditaires nécessaires à la compréhension d’éventuels liens de parenté entre les défunts.

15Les ossements contenus dans chaque « sépulture » ont ensuite été pesés, nettoyés, consolidés ou recollés, séparés en individus distincts quand il y en avait plusieurs, puis examinés selon les techniques anthropologiques habituelles (FEREMBACH, 1986). L’âge des enfants a été estimé selon la technique définie par Alduc-Le Bagousse (ALDUC-LE BAGOUSSE, 1986). Les ossements animaux mêlés aux précédents ont fait l’objet d’une étude à part.

3.3. Estimation de la population

16Le recensement de la population n’est pas plus aisé : le Dr Mallet, inventeur du site, parlait d’un ou deux sujets découverts par lui en 1942 ; cinquante ans plus tard, l’identification détaillée des mêmes ossements permet d’en dénombrer au moins quatre. Les perturbations n’échappèrent pas à la fouille : « Il y a des inhumations où, sur une mince couche de terre, les ossements furent simplement déposés, incontestablement longtemps après le décès, corps d’hommes sans doute morts au loin et ramenés au sein de la tribu » ; d’autres (sépultures 6 et 7) ont été à l’évidence réduites : « Les ossements... alors rassemblés dans un coffre couvert, de petites dimensions, fait de six dalles » (OCTOBON, 1975) ; enfin, les occupants les plus superficiels enfouis sous peu de terre ont été bouleversés, leurs os éparpillés, compliquant encore notre comptage.

17La population reconnue au sein du tumulus de « la Bonneterie » se compose actuellement de cent soixante-neuf personnes, dont quatre-vingt-dix-huit adultes et cinquante-six immatures (fig. 36) ; les premières estimations d’Octobon sur le terrain étaient légèrement plus élevées, faisant état de deux cents individus. Parmi les premiers on reconnaît avec certitude trente-huit hommes, vingt-trois femmes ; cette sur-représentation masculine n’est probablement qu’apparente et peut en partie résulter des erreurs commises dans la détermination du sexe des défunts lorsqu’on ne peut examiner l’ensemble de leur squelette.

18La taille des hommes oscille entre 1,65 et 1,70 m (trois mesures), celle des femmes entre 1,50 et 1,60 m (trois mesures), proche de celles des défunts des tumulus nos 1 et 2 d’Oisy (LE BLAY, 1990), en concordance avec les observations de Riquet (RIQUET, 1976). À l’opposé des nécropoles princières ou aristocratiques particulièrement bien documentées (nécropoles allemandes de Hochdorf ou de la Heuneburg, nécropoles scythes (ROLLE, 1989)) on ne trouve pas de sujet d’une taille ou d’une carrure exceptionnelles. Les individus sont robustes (quatorze fois), moyens (trois fois) et graciles (cinq fois). Lorsque les insertions musculaires ont été identifiées, elles sont peu marquées, conséquence probable de l’aplanissement des surfaces osseuses dans le sol. Le cas contraire, noté huit fois chez des hommes, au niveau du fémur, rappelle qu’on monte de bonne heure à cheval ou marche beaucoup. La diversité des statures s’apprécie mieux à partir des indices suivants (fig. 37) :

  • aplatissement huméral faible ou modéré : indice 0,78 – 0,81 – 0,83 – 0,85 – 0,86 – 0,88 – 0,94 – 0,95 ;

  • aplatissement fémoral, ou indice de platymérie, plutôt moyen voire élevé : 0,58 – 0,68 – 0,80 – 0,83 – 0,85 – 0,86 – 0,87 ;

  • aplatissement tibial, ou indice cnémique, plutôt moyen que fort : 0,53 – 0,68 – 0,69 – 0,72 – 0,84 – 0,85

19La hauteur de la pointe mentonnière des adultes individualise nettement deux groupes, confirmant ainsi la présence de défunts des deux sexes. La morphologie d’un seul crâne (sépulture 1) a pu être établie à partir des repères proposés par Olivier en 1960 : mesure n° 1, longueur maximale : 190 mm ; n° 8, largeur maximale : 145 mm ; n° 20, hauteur du porion au bregma : 123 mm ; n° 9, largeur frontale minimale : 90 mm ; n° 10, largeur frontale maximale : 116 mm ; n° 51, largeur de l’orbite : 38 mm ; n° 52, hauteur de l’orbite : 29 mm (en clair : sujet au front étroit, allongé, avec une hauteur prononcée du visage). Pour la région, nous manquons de points de comparaison car les gisants des tumuli d’Oisy ne nous ont pas permis de telles observations. Ailleurs, on confirme le développement modeste du squelette post-crânien : longueur de l’unique calcanéum intact (73 mm), du seul astragale conservé (54 mm), diamètre transverse des quelques têtes fémorales (38, 45, 47, 48 et 50 mm) ou humérales encore identifiables (40, 46 mm) ; toutes sont en quantité insuffisante pour autoriser la moindre comparaison.

Fig. 36. La population du tumulus se compose de cinquante-six sujets jeunes ou immatures (1) et de quatre-vingt-dix-huit adultes (2).

Fig. 37. Indices squelettiques.

20Comme chez nos contemporains, des particularités anatomiques toujours ignorées du sujet existent au niveau du squelette :

  • métopisme (persistance de la suture médio-frontale) : une fois ;

  • os wormiens en nombre élevé (os fontanellaires surnuméraires) : une fois ;

  • dolichocéphalie (crâne très allongé) : une fois ;

  • bourrelet sus-orbitaire marqué : une fois ;

  • patella partita (rotule « double ») : trois fois ;

  • asymétrie corporelle : une fois.

21Leur présence suggère de possibles liens de parenté entre les défunts ou des mariages à l’intérieur du clan (endogamie). La rareté de ces observations à Vielmanay résulte plus des mauvaises conditions de conservation post mortem que de l’absence de liens (sinon il faudrait chercher d’autres raisons à la présence de plusieurs occupants dans une même tombe). 5 % des dents ont des racines supplémentaires, fusionnées ou déformées. L’extension de l’émail de la couronne des molaires (particularité d’abord décrite en Suisse puis en Bourgogne, autrefois attribuée aux régions ayant connu les grandes invasions huniques ou l’implantation des Burgondes) a été repéré une seule fois (dent n° 416).

22Les modifications liées au vieillissement sont fréquentes :

  • un cinquième des adultes (vingt-neuf cas) est atteint d’arthrose localisée au rachis cervical (cinq fois), dorsal (cinq fois), lombaire (cinq fois), au pelvis (cinq fois), à l’épaule (une fois), au coude (trois fois), aux mains (onze fois), au genou (deux fois), aux pieds (cinq fois), chiffre probablement sous-estimé en l’absence d’extrémités osseuses ;

  • six adultes (probablement les plus âgés de notre groupe) ont une ostéoporose très marquée amincissant la corticale de leurs os.

23L’usure dentaire, d’autant plus marquée que le sujet avance en âge, est manifeste (fig. 38). Octobon en donne comme raison : « [le] mode de nourriture de cette tribu... consommant une farine dans laquelle (à la suite du broyage à la meule de pierre des céréales) une assez grande proportion de poudre de pierre restait incluse ; les galettes ainsi obtenues devaient être presque aussi abrasives que du papier de verre ». Elle concerne 90 % des 815 dents adultes examinées en 1995, et semble minime chez les enfants à l’alimentation certainement différente qui, à l’évidence, les ont utilisées depuis moins longtemps. Quatre-vingt-deux dents (10 %) ont pourtant conservé leur surface triturante indemne : sujets jeunes, ou soigneux de leur personne, à l’alimentation particulière, ou à l’émail solide (cf. infra). Les autres (90 %) sont différemment usées selon qu’il s’agit :

  • des incisives : 178 fois sur un total de 194 (91,7 %) ;

  • des canines : 102 fois sur 121 (84,2 %) ;

  • des prémolaires : 188 fois sur 216 (87 %) ;

  • des molaires : 258 fois sur 284 (90 %).

24L’aplatissement puis la disparition des cuspides dentaires, qui ont été codifiés en cinq stades d’intensité de plus en plus forte, en référence aux travaux de Perrier (PERRIER, 1969), se remarquent au niveau des incisives (aides utiles aux travaux de vannerie, de couture ou du cuir ?), sans toutefois être aussi marqués que durant le haut Moyen-Âge (LE BLAY, 1987 et 1990), et des molaires, en particulier les premières, dont l’activité triturante débute vers l’âge de six ans.

25D’autres modifications squelettiques sont à l’évidence pathologiques :

  • déformations des os du pied (pes adductus, hallux valgus) encore fréquentes de nos jours et qui ne sont pas nécessairement liées au fait de marcher pieds nus, au port de mauvaises chaussures, sandales ou galoches ;

  • aplatissement de la rotule (dysplasie rotulienne) conséquence d’efforts de flexion excessifs du genou ou du travail en position accroupie ;

  • altération grave des vertèbres dorsales (maladie de Scheuermann), fruit des travaux pénibles effectués dans l’enfance ou l’adolescence ;

  • épaississement marqué des os du crâne (hyperostose frontale interne de Morgagni-Morel ?) observé chez les femmes atteintes de troubles endocriniens.

26Il n’y a aucun cas de fracture, ni d’infection osseuse : n’en concluons pourtant pas que les conditions de santé soient excellentes, ni que, malgré l’absence d’armes à leur côté, ces gens soient très pacifiques. L’abondance du mobilier funéraire, le soin apporté à certains défunts, la rareté des indicateurs de malnutrition suggèrent qu’il s’agit de sujets favorisés.

27La carie affecte 13 % de la population adulte, jeune et surtout moins jeune (fig. 39) ; une fois sur deux (26/51) elle survient après une longue période d’usure de l’émail et de mise à nu de la dentine, puis la chambre pulpaire se creuse ; plus précoce (25/51), elle s’attaque aux faces latérales et au collet de dents, en général moins usées, chez des sujets encore jeunes, probablement en raison du manque de soins. Elle n’a été notée qu’une seule fois chez un enfant âgé d’environ 5 ans (sépulture n° 100) au niveau de la seconde molaire lactéale. Elle concerne dans l’ordre les molaires, puis les prémolaires, incisives et canines. Les valeurs avancées pour le Sénonais (BERGER, 1982) passent de 0 % (population néolithique de Cheny), à 4,7 % (Chalcolithique de Marsangy), puis 7,8 % à Sergines, jusqu’à 14,3 % à Saint-Martin-du-Tertre (Tène ancienne), chiffre qui restera stable jusqu’au haut Moyen Âge (Cosne, Corvol). La teneur en fluor des eaux du canton est faible (moins de 0,5 mg par litre) et ne peut donc assurer une prévention efficace contre la carie. Il est bien entendu impossible d’assurer qu’il en était déjà ainsi au premier Âge du Fer (fig. 40).

Fig. 38. Importance de l’usure dentaire de la population.

28Avec les conditions d’hygiène que l’on suppose, l’entartrement ne concerne que 14 % de l’ensemble des dents adultes (116/815), différence résultant de la dissolution du tartre (comme celle du squelette) par le milieu acide du tumulus. Le dépôt se remarque d’abord au niveau des incisives inférieures (10,8 %) proches de l’émergence des canaux salivaires, davantage sur les prémolaires (21,4 %), un peu moins sur les canines (14,8 %) et enfin très peu sur les molaires (6,6 %). Il est le plus souvent discret, limité à un petit liséré sur le collet ou à quelques traces au niveau de la face linguale des dents, rarement plus massif (1 %). Pour les raisons précisées en introduction, il n’a pas été possible de déterminer si ce phénomène concernait davantage les jeunes ou les sujets âgés, les femmes ou les hommes. En tout cas il n’a pas été observé dans l’enfance.

Fig. 39. Siège des caries dentaires, importance de l’entartrage, emplacement des dysplasies de l’émail dentaire. I = incisives, C = canines, PM = prémolaires, M = molaires.

29L’âge de certains adultes a pu être estimé :

Fig. 40. Teneur en fluor des terrains nivemais. Extrait de la « Carte nationale de teneur en fluor par canton des eaux de distribution en France » (IGN, Santé, Affaires sociales, Solidarité nationale, 1985). En clair, les régions dont les eaux contiennent peu de fluor, moins de 0,5 mg par litre. 1 : Cosne-sur-Loire ; 2 : Pouilly-sur-Loire ; 3 : Vielmanay ; 4 : La Charité-sur- Loire ; 5 : Nevers.

  • une jeune femme (sépulture n° 35) dont la symphyse pubienne est rugueuse et les racines des dernières molaires inférieures à peine formées, est décédée entre 20 et 30 ans ;

  • six femmes, huit hommes, ainsi que deux autres individus dont le sexe n’a pu être déterminé, montrent des signes de sénilité : ostéoporose prononcée des têtes humérales et fémorales, synostose crânienne avancée (en particulier au niveau de l’occipital), symphyse pubienne totalement lisse, édentation ancienne.

30On trouvera ci-après la liste des observations concernant chaque sépulture.

3.4. Les sépultures d’immatures

31Jusqu’à ce jour, on ne parlait guère de tombes d’enfants dans les tumulus de la Nièvre, peut-être parce qu’ils n’en contenaient pas, à deux exceptions près : l’une, au siècle passé, dans les tumulus d’Arthel, « un enfant de deux ans dans le tumulus n° 3, deux bracelets d’enfant dans le tumulus n° 4 » (ADAM, 1983), l’autre plus récente à Oisy, « un enfant de cinq à dix ans, dans le tumulus n° 1, un nouveau-né, dans le tumulus n° 2 » (LE BLAY, 1988). À la fin de l’Antiquité et pendant le Moyen Âge (ALDUC-LE BAGOUSSE, 1986), dans le même contexte sanitaire, elles seront beaucoup plus fréquentes (30 %). Ici, cinquante-six enfants ont été inhumés avec ou à côté des adultes (fig. 41). Leur importance a été sous-estimée par les fouilleurs pour des raisons simples à comprendre : si certains (sépultures 45, 62, 79, 86, 88, 98, 100 et 101) ont été facilement repérés en 1970, la plupart de leurs minuscules ossements, phalangettes, vertèbres, côtes et dents de lait, mêlés à ceux des adultes, sont passés inaperçus, à plus forte raison s’il ne semblait pas y avoir d’aménagement funéraire spécifique, et n’ont réellement été reconnus qu’au laboratoire. Comme tous, ils ont souffert de leur enfouissement et le poids de restes conservés est la plupart du temps inférieur à la dizaine de grammes.

32Il y a onze nouveaux-nés ou petits nourrissons de moins d’un mois, six de moins de douze mois, douze entre 1 et 3 ans, neuf de 4 à 6 ans, huit de 7 à 10 ans, quatre de 11 à 15 ans, six de 15 à 20 ans. Toutes les tranches d’âge sont donc présentes avec un maximum d’enfants entre un et trois ans, ce qui peut correspondre à l’âge du sevrage : encore actuellement et dans de nombreux pays du tiers monde, cette période de la vie, où l’enfant doit à la fois quitter le sein de sa mère et laisser place au cadet, peut entraîner des troubles affectifs et nutritionnels graves.

33Il y a donc beaucoup d’enfants (39 %) dans cette population rurale, toutefois moins que dans une population naturelle où la pyramide des âges exigerait davantage de nouveaux-nés. Laissant de côté les explications habituelles liées aux difficultés de la fouille ou à la fonte des os pourtant évidente ici, T.I. Molleson nous rappelle que l’infanticide servait aussi autrefois de méthode de limitation des naissances !

34Des conditions économiques particulières au début de l’Âge du Fer ont-elles favorisé la natalité et entraîné un réel essor démographique ? Tite-Live (rapportant la prise du Capitole par les Sénons, en 390) attribue la migration des Gaulois en Italie « à la surpopulation et au manque de terres » (Histoire romaine V, 34). Ces conditions sont-elles envisageables à Vielmanay ? Pour que la population croisse, il faut un peu plus de deux enfants par couple, à moins que la polygamie ne soit monnaie courante. Les conditions sanitaires ne sont pourtant pas faciles, la mortalité infantile est élevée, proche de celle de nombreux pays pauvres contemporains. Il y a malgré tout peu de signes de malnutrition ou de carences (rachitisme, scorbut, lignes d’arrêt de croissance de Harris, porosité du toit de l’orbite, dysplasie de l’émail dentaire) bien que, sur ce point, l’état de conservation des restes ne permette pas d’être formel.

35Les dysplasies de l’émail dentaire (alternances de phases de croissance normale ou ralentie comparables aux cercles observés sur les arbres, base de la dendrochronologie) concernent 8,3 % de la dentition des adultes (5,2 % des incisives – 14,8 % des canines – 3,7 % des prémolaires et 7,7 % des molaires) mais aucune dent de lait. L’alimentation au sein des enfants jusque vers leur deuxième ou leur troisième année évitait des troubles alimentaires graves et trop précoces. Par contre, hormis quelques jeunes (nobles ?) au régime particulièrement choisi, l’altération de l’émail des premières molaires (qui se forment dès les premiers mois) ou des canines définitives (en formation dès 4 ou 5 ans) assure que cet équilibre alimentaire était fragile et ne durait guère.

Fig. 41. Population infantile. La population d’enfants se répartit ainsi : A) onze enfants de 0 à 1 mois ; B) six enfants de 2 à 12 mois ; C) douze enfants de 1 à 3 ans ; D) neuf enfants de 3 à 6 ans ; E) huit enfants de 7 à 10 ans ; F) quatre adolescents de 11 à 15 ans ; G) six jeunes de 16 à 20 ans. Il est impossible de distinguer les garçons des filles.

3.5. Les pratiques funéraires

36En Bourgogne, il existe au moins cinq monuments destinés à un usage funéraire collectif. « Celui de Billy (1859) recèle un grand nombre d’individus, celui d’Andryes-Surgy (1868) vingt-cinq, celui de Saligny (1874) plus de trente et celui de Lantilly (1905) plus de soixante. » (ADAM, 1983). Celui de Bressey-sur-Tille, en Côte-d’Or, fut soigneusement fouillé (RATEL, 1977) : les défunts (cent vingt personnes), presqu’aussi nombreux qu’à Vielmanay, comptent parmi eux des « enfants de moins de trois ans, adolescents de 15-20 ans, cinq jeunes adultes d’une vingtaine d’années, deux hommes de 25-30 ans, un autre d’environ cinquante, ainsi que plusieurs d’âge indéterminé, dont un couple enlacé ». On y trouve six incinérations.

37Au sein du tumulus de la Bonneterie voisinent des adultes et des enfants dont les us et coutumes n’ont peut-être rien de commun avec le Sénonais, ni avec notre actuelle Bourgogne, mais plutôt avec les bords de la Loire. Cette coexistence n’étonne pas de nos jours, mais est plus singulière en son temps et suggère l’attachement des familles migrantes à leur progéniture. Les tombes contiennent souvent deux défunts (trente-deux fois), voire trois (trois fois) : il ne semble pas toujours s’agir de sépultures simultanées car le poids de restes conservés désavantage souvent l’un d’eux, probablement le premier inhumé, dont les os ont été récupérés ou repoussés. S’y trouvent ainsi réunis des couples, hommes-femmes (trois fois) unis par l’affection ou le mariage (?), des hommes (deux fois) frères par la naissance, par le serment du sang ou des liens plus charnels. Ailleurs, des enfants et des adultes, souvent des hommes, cohabitent ensemble vingt et une fois. Ces inhumations modestes à nos yeux et sans apparat pour la plupart se succèdent, se superposent ou se repoussent ; très peu ont fait l’objet d’un aménagement sophistiqué, entourage, voûte ou coffre de pierre. Les adultes y reposent habillés et parés, les femmes avec leurs boucles d’oreille (sépulture 9 A), anneaux ou bracelets, les hommes avec leurs torques et fibules, mais sans armes (ce qui peut évoquer une période pacifique de leur histoire), les enfants avec leurs amulettes (dents de canidé perforées, sépulture 28 B), les nourrissons avec leur collier de dentition en perle d’ambre (sépulture 32 B). À d’autres, dont la tombe est bouleversée, on a pu voler les parures.

38La plupart gisent sur le dos en orientation nord-sud, d’autres orientations découlant davantage de l’extension du monument ou de la nécessité de conserver une place pour les inhumations futures, éventuellement repérable en surface. Les bras sont allongés (sépulture 29). posés sur le bas-ventre (sépulture 35), jamais croisés semble-t-il ; la tête bénéficie parfois d’un reposoir en pierre ou chute sur le côté (sépulture 35). La présence de larves de mouches, incluses dans l’oxyde d’un bracelet de fer de la sépulture 26, suggère non seulement l’exposition prolongée du défunt à l’air, mais aussi la saison de son décès : l’été.

39Le crâne manque parfois ; il a pu être perdu au combat (ainsi que le rapporte, pour le Ier siècle, Diodore de Sicile V, 29, 1-5 : « ils tranchent les têtes des ennemis tombés et les attachent à l’encolure de leurs chevaux »), exposé au sein de sanctuaires comme ceux des peuples belges (BRUNAUX, 1993), ou n’est-ce qu’un simple phénomène de conservation ? Nous pensons que, comme le propose R. Adam p. 63, ce sont les remaniements des sépultures qui constituent la principale cause de ces manques. D’autres très petits os, en particulier ceux du carpe, du tarse, retrouvés en surnombre au sein de sépultures à peu près complètes, ont pu migrer au sein des espaces persistant entre les pierres ou sous l’action des nombreux animaux fouisseurs (dont on trouvera la liste en annexe), voire même au cours de la fouille (les contaminations entre les diverses couches étant inévitables en un tel milieu).

  • 1 Pour les raisons expliquées plus loin, cette hypothèse semble être à exclure (R.A.).

40Il n’y a qu’une sépulture adventice, hors du tumulus, celle d’une jeune femme (sépulture 1054), peut-être une servante. Un adulte et un adolescent, pour des raisons de mode ou de croyances personnelles, ont préféré se faire incinérer (sépultures 1051-1052) à une époque plus tardive, mais le contenu d’autres incinérations ne nous est pas parvenu. Reste enfin la majeure partie de la population qui ne pouvait être tolérée dans un tel monument1.

41Des ossements animaux, en règle générale des bas-morceaux, de peu de valeur nutritive, sont présents dans onze sépultures : ceux des bovins dans les sépultures masculines (sépulture 10, 77), ceux du porc dans les sépultures féminines (sépulture 60, 72, 102), ceux des caprinés avec les enfants (sépulture 33, 87). Il peut s’agir de restes de repas funéraires ou d’offrandes alimentaires aux défunts, dont le caractère symbolique associerait l’homme à la vigueur du bœuf ou aux travaux des champs, la femme aux activités alimentaires (séchage ou salage de la viande d’hiver), les enfants à la garde des troupeaux de caprinés qui les nourrissent au moment du sevrage. Il ne s’agit toutefois pas d’une règle absolue : on trouve également des os de porc dans quelques sépultures d’enfants (sépultures 43, 111), des os de bœuf et de cerf dans celle d’un adolescent (sépulture 87), des os de moutons dans les sépultures féminines (sépultures 18-19) et des caprinés auprès d’adultes dont le sexe n’a pu être déterminé (sépultures 5, 6, 114). La répartition observée dans les nécropoles ou les sanctuaires gaulois diffère (MÉNIEL, 1992). Ici, cheval et chien ne font pas partie des offrandes, pas plus que la volaille (à l’opposé des sépultures aristocratiques de La Tène moyenne) dont les petits os fragiles ont pu disparaître, ou qui n’est pas appréciée.

3.6. Conclusion

42Au début du premier millénaire av. J.-C., la Bourgogne vit arriver les premières populations celtes : celles-ci mirent en valeur les ressources variées, agricoles ou artisanales, en particulier la métallurgie du fer, et firent largement souche. Ces gens, dont, en l’absence de textes, nous ignorons presque tout, le nom, les habitats, furent inhumés sous des tumulus de pierre, parfois regroupés sur les pentes des vallées, en compagnie des objets nécessaires à leur séjour dans l’au-delà. Initialement réservés à un petit nombre d’adultes – à moins que les sépultures d’enfants ne soient passées inaperçues – quelques monuments recueillirent parfois plusieurs individus (couples, proches parents ou serviteurs), les plus nombreux semblant être les hommes (encore que l’on connaisse des tombes uniquement féminines à Oisy), mais aussi servir plus longtemps puisqu’une série d’inhumations ou d’incinérations y fut parfois effectuée ensuite.

43Les synthèses concernant les nécropoles régionales (BARAY, 1994) font état de l’augmentation dans un deuxième temps des tombeaux, donc probablement de la population (DEMOULE, 1989), parfois autour d’un personnage plus ancien ou en famille (PININGRE, 1991), en opposition avec les pratiques du début de l’Âge du Fer.

44Des cas, encore exceptionnels, montrent que certains tumulus accueillirent tous les membres d’une lignée (celle des petits hobereaux installés aux marches de grands domaines princiers) souhaitant ainsi affirmer pour les générations à venir la solidité des liens de parenté mais aussi la transmission héréditaire de leur pouvoir.

Annexes

Annexe : la faune du tumulus

Une petite centaine d’ossements animaux a été découverte sur le site :

  • certains étaient mêlés aux sépultures, et peuvent être des offrandes alimentaires ;

  • d’autres sont visiblement des intrus, en particulier les lapins et petits mammifères sauvages ;

  • les derniers ont été découverts hors de tout contexte.

La majorité appartient à des espèces domestiques :

  • équidés : sept dents retrouvées hors contexte ;

  • bœuf (Bos taurus) : dix-sept fragments de crâne, dents, humérus, métacarpe, phalanges, côtes et vertèbres ;

  • porc (Sus scrofa domesticus) : dix-sept fragments de crâne, dents, radius, côte, fémur, calcanéum, phalanges ;

  • chèvre ou mouton : vingt fragments de crâne, dents, humérus, radius, métacarpe, phalanges ; la taille d’une chèvre (Capra hircus), a été évaluée autour de 60 cm ;

  • jeune chien (Canis domesticus) : crâne retrouvé hors contexte ;

  • chat (Felis silvestris ou domesticus) : mandibules retrouvées hors contexte.

Dans cet inventaire ne figure curieusement aucune volaille domestique.

Le reste, soit une trentaine de fragments, provient d’espèces sauvages probablement sans aucun rapport avec l’édification du tumulus :

  • des oiseaux dont la présence en milieu funéraire peut surprendre s’ils n’ont pas été les compagnons des enfants : corbeau freux (Corvus frugilegus), geai (Garrulus glandarius), pigeon (Columba sp.), merle ou grive (Turdus sp.), petits passereaux (moineau, fringillidés) et rapace nocturne (non identifié).

  • Des petits mammifères : hérisson (Erinaceus europaeus), lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), certainement intrusif puisque sa présence dans la Nièvre n’est pas antérieure au Moyen Âge (CALLOU, 1995), taupe (Talpa europaea), petits rongeurs ayant trouvé refuge dans cette structure de pierres.

  • Le crapaud commun (Bufo bufo), ainsi que de nombreux escargots.

Tous ces petits animaux ne diffèrent pas de ceux que l’on pourrait trouver encore actuellement autour du site.

Inventaire des sépultures du tumulus

Inventaire des sépultures du tumulus

Notes

1 Pour les raisons expliquées plus loin, cette hypothèse semble être à exclure (R.A.).

Table des illustrations

Légende Fig. 35. Poids de restes conservés. Sont présentés en abscisses le poids (en grammes) d’os conservés dans chaque sépulture, et en ordonnées, le nombre de sujets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 36. La population du tumulus se compose de cinquante-six sujets jeunes ou immatures (1) et de quatre-vingt-dix-huit adultes (2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 37. Indices squelettiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 38. Importance de l’usure dentaire de la population.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 39. Siège des caries dentaires, importance de l’entartrage, emplacement des dysplasies de l’émail dentaire. I = incisives, C = canines, PM = prémolaires, M = molaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 40. Teneur en fluor des terrains nivemais. Extrait de la « Carte nationale de teneur en fluor par canton des eaux de distribution en France » (IGN, Santé, Affaires sociales, Solidarité nationale, 1985). En clair, les régions dont les eaux contiennent peu de fluor, moins de 0,5 mg par litre. 1 : Cosne-sur-Loire ; 2 : Pouilly-sur-Loire ; 3 : Vielmanay ; 4 : La Charité-sur- Loire ; 5 : Nevers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 41. Population infantile. La population d’enfants se répartit ainsi : A) onze enfants de 0 à 1 mois ; B) six enfants de 2 à 12 mois ; C) douze enfants de 1 à 3 ans ; D) neuf enfants de 3 à 6 ans ; E) huit enfants de 7 à 10 ans ; F) quatre adolescents de 11 à 15 ans ; G) six jeunes de 16 à 20 ans. Il est impossible de distinguer les garçons des filles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Inventaire des sépultures du tumulus
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Docteur en Médecine, Secrétaire de l’Association pour la Carte Archéologique de Melun et de ses Environs.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search