Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

2. Les structures du tumulus

Richard Adam

Texte intégral

2.1. Stratigraphie

  • 1 Fossé qui n’a pas été figuré sur la coupe, et dont l’emplacement possible sera discuté plus loin.

1La stratigraphie, contrairement au plan, fut rapidement identifiée : la tranchée de première exploration, malgré les perturbations apportées par le puits qui lui servait de point de départ, permit de constater une partition relativement simple en trois niveaux : une couche superficielle de 5 à 20 cm, qui comportait des incinérations et des inhumations, pour la plupart fortement remaniées, dans un substrat d’humus et de cailloutis, avec énormément de racines ; une masse tumulaire composée de pierraille et de blocs, infiltrée d’humus au sommet et d’argile rouge à la base, sur une puissance de 120 cm au maximum ; enfin une couche de rendzine corroyée, tassée dans les diaclases du banc rocheux naturel ; celui-ci avait été en grande partie mis à nu avant la construction du tumulus, comme à Oisy 1 (ADAM, 1984) ; cette dernière couche atteint, en moyenne, une dizaine de centimètres, et se partage en deux sous-couches, la superficie corroyée (qui comprend des tessons hallstattiens), sur un à cinq centimètres, et l’argile profonde, qui ne comprend, elle, que des tessons néolithiques et des silex. La coupe réalisée jusqu’en 1978 (hors-texte 2), selon la bissectrice du carroyage et donnant une orientation conforme au nord géographique (ligne indiquée par des ciseaux sur la fig. 6 et passant par les points G9 et R22) montre une accumulation plus importante d’humus dans la dépression située au nord du tumulus, entre ses structures extérieures et la reprise de pente, ainsi qu’une couche de terre grise qui, selon le fouilleur, résulte du lessivage des terres superficielles qui recouvraient les sépultures de surface ; en revanche, le sommet ne comportait qu’une couche d’humus très limitée, ce qui ne semble pas avoir eu d’incidence sur le nombre de sépultures de surface reconnues dans les diverses zones de fouille. En première estimation, Robert Octobon avait pensé que certaines sépultures avaient été laissées à l’air libre ; puis, découvrant en 1976 l’accumulation de terre grise au sud de J13 et dans le fossé bornant le tumulus1, il a pu établir que la couche de surface était au départ plus épaisse et qu’elle avait été entraînée partiellement par la solifluxion pluviale.

2Ponctuellement ont été effectués des relevés plus précis, par exemple autour du puits (fig. 8) dès 1970, coupe qui d’ailleurs fait apparaître en L14 un empilement de blocs qui indique forcément une partition interne du tumulus, à l’extérieur de laquelle était appuyée la sépulture 6, mais qui n’a pas été relevée en plan ; et en 1977, dans la tranchée perpendiculaire, un relevé sur un mètre, que le rapport ne situe pas exactement (fig. 9), mais qui correspond bien à l’aspect d’ensemble des structures centrales. On retrouve la même stratigraphie sur les coupes de sépultures.

  • 2 À partir de ces fiches, il serait possible de réaliser une statistique du type de celle de P. Sanko (...)

3Dans un premier temps, à partir de l’ensemble de la documentation, données de fouilles et listes de mobilier, nous avons réalisé des fiches d’unités stratigraphiques, enregistrées sous Microsoft Works ; les 347 US ainsi identifiées correspondent soit à des sépultures bien définies, soit à des structures observées, soit à des groupes de restes osseux ou de mobilier situés en trois dimensions. Il a fallu éliminer des carrés ouverts en 1979 au NE (308, 326, 327), qu’il est impossible de localiser en l’absence du rapport pour cette ultime année. Nous ne mentionnerons pas ici les US qui font double emploi (matériel mentionné sur les listes et/ou indication de découverte sur un carré), ni les US mal localisées : elles figurent sur les fiches conservées en musée, et il sera possible ultérieurement de les reprendre. Pour la même raison, nous ne donnons pas systématiquement les numéros d’objets attribués, par familles (bracelets de fer, bracelets de bronze, torques de fer, torques de bronze, etc.) au fil de la fouille et dans les différents inventaires : ils encombreraient inutilement la description, et figurent sur les fiches informatiques2.

Fig. 8. Stratigraphie de la tranchée d’exploration de part et d’autre du puits, 1972. Quadrillage métrique.

(dessin R. Octobon)

Fig. 9. Stratigraphie détaillée près du centre du tumulus, 1977. Largeur de la coupe = 1 mètre.

(dessin R. Octobon)

4On trouvera d’abord les découvertes déstratifiées, résultant du creusement du puits et d’une fouille clandestine peu étendue (US 5). Puis les données de la couche superficielle (niveau 1) et de la terre grise (niveau 2) : les sépultures de surface sont bouleversées et généralement difficiles à identifier ; elles s’accompagnent d’objets isolés qui constituent autant d’unités impossibles à rattacher formellement à telle ou telle sépulture numérotée lors de la fouille. La masse tumulaire, niveau 3, permet des observations plus précises, les sépultures y étant en général correctement identifiées et, pour les mieux conservées, relevées à la vitre. Enfin le niveau 4, le substratum d’argile, rapporté sur la roche en place préalablement nivelée et débarrassée de son cailloutis, livre un matériel pour l’essentiel antérieur au tumulus ; la position précise en plan de ce matériel est moins importante, dans la mesure où l’aire destinée à l’édification du tumulus primitif semble avoir été réalisée en une seule fois et à partir d’argiles prélevées dans des habitats ou dépotoirs de diverses époques (Paléolithique, Néolithique, Hallstatt).

5Chaque fiche porte, quand cela est possible, l’année de fouille, l’identification du carré et de la profondeur relative, et, pour les sépultures, l’orientation prise en direction de la tête.

2.2. Les découvertes hors stratigraphie

  • 3 Dans le cas de Ciez (DEVEVEY, 2000), il y avait bien trois torques, mais ils étaient déposés hors s (...)

6US 1 : on regroupe ici les objets récupérés par le Dr Mallet dans les années 1950, après la tentative de creusement du puits, au SW de celui-ci. Selon le récit de la découverte transmis par ce collectionneur, elle proviendrait d’une ou plusieurs inhumation(s) située(s) à 30-40 cm sous la surface du tumulus en son centre (carrés L10, L11). Aucune observation sur le(s) squelette(s) n’a été faite, aucun artefact conservé à part les objets de bronze (fig. 10) : quatre bracelets complets et trois fragments d’un cinquième, un torque complet et la presque totalité d’un autre. Les sept objets sont de technologie analogue : anneaux de bronze coulés en fonte pleine à la cire perdue, fermés, circulaires (Ø ext. 65, 69, 71,5 et 72,5 mm pour les bracelets, 174 mm pour les deux torques, section circulaire de 4 et 5 mm en moyenne respectivement). Faute d’indications anthropologiques et ne connaissant pas l’emprise exacte du creusement, ne pouvant non plus nous faire une idée des objets qui n’ont pas été prélevés ou n’ont pas été transmis au Dr Mallet, nous sommes dans l’impossibilité de trancher sur le nombre de sépultures : la présence de deux torques plaide pour deux tombes, car la documentation régionale ne fait nulle part état d’inhumés pourvus de cet objet en double exemplaire3, mais la similitude poussée de style et de technique pourrait faire admettre une sépulture unique. Par ailleurs Octobon suggère dans son cahier n° 4 que le nombre de sépultures ainsi bouleversées ait atteint quatre. Il n’est pas impossible que les objets de l’US 41 (fig. 11, nos 4-14) soient liés à des sépultures de même niveau, perdues lors du creusement. Dans tous les cas, nous avons là une parure bien connue régionalement (Oisy T2, sép. 1 : torque de même type, armille de treize bracelets ; torque ouvert et bracelet fermé à Tannay, Bois d’Amont, sép. 2 (ADAM, 1983, p. 116, 123)), et bien datée de l’extrême fin du Hallstatt, dans le premier quart du Ve siècle : cet ensemble, le premier découvert et qui attira l’attention sur le tumulus, se situe conformément à sa position stratigraphique dans une phase relativement récente des dépositions.

7US 4 : lors du ravivage de la coupe, en tout début de fouille, sur 5 m (carrés L10 à L15), furent découverts des restes d’inhumations déplacées qui, selon les mandibules, indiquaient un nombre de corps compris entre quatre et six (sépultures 1 à 4 selon Octobon). Un petit fragment du bracelet de fer n° 7 (non restauré, non illustré) appartient aux déblais du puits, mais rien n’autorise à le relier à l’US 1. Ces déblais ont également livré une dizaine de très petits tessons de toutes époques. L’une des sépultures identifiées lors de ce ravivage était déposée dans un caisson de dalles de chant ; une autre sur un lit de dallettes ; bien que les rapports manquent de netteté à ce sujet, il doit s’agir des sépultures 9 et 10.

8US 5 : dans les déblais du carré L10, à 30 cm de la surface, fut découverte une boîte à biscuits qui contenait, soigneusement emballés dans des journaux de l’époque, les produits de la fouille de 1942 : le bracelet de schiste n° 1, Ø ext. 77 mm, section ronde de 8 mm (fig. 11, n° 1) ; un bracelet de bronze ouvert, déformé, grand Ø ext. 70 mm, section triangulaire de 5x5 mm (fig. 11, n° 2) ; un fragment de bracelet de fer (fig. 11, n° 3), et deux tessons. D’après le plan joint au rapport 1973, qui complète celui de l’année précédente, la fouille de 1942 aurait atteint les pieds de la sépulture 18, et il est assez vraisemblable, les sépultures étant peu denses à cet endroit, que nous ayons ici les anneaux de cheville de cette inhumée (US 34).

Fig. 10. Objets découverts avant la fouille et recueillis par le Dr Mallet = US 1 . Bronze.

(dessins R. Octobon)

9US 17 : carré L15. Le bracelet de bronze n° 7 (fig. 11, n° 13) fut découvert en 1971, et considéré comme « séparé » d’une sépulture, puis, à partir du rapport pour 1973, attribué à la sépulture n° 8 – qui figure en M13 sur la pl. 8 du rapport pour 1975. Ce bracelet ouvert, à section ronde de 4 mm et profil ovale de 55,5 x 46 mm, appartient au type de parure qu’on retrouve en fer sous la sépulture 6. Le fait qu’il ait été trouvé dans la berme, dans une zone évidemment perturbée, sans indication de profondeur, interdit de le relier à une structure précise.

10US 40 : carré N13. En surface de la masse tumulaire, deux cabochons et un ressort de fibule de fer, deux clous plats. Ces objets, d’après le rapport pour 1972, proviendraient d’une sépulture déplacée. En fait, ils sont incompatibles, les cabochons (fig. 11, n° 16) correspondant à une Paukenfibel hallstattienne tardive, et les clous étant plus probablement gallo-romains ou modernes.

11US 41 : carrés M11-12. Dans les déblais du puits furent découverts en 1972 cinq fragments de torque(s) à jonc plein circulaire nos 1-5 (fig. 11, nos n° 4 à 8), un bracelet circulaire, n° 13, en bronze décoré de trois registres d’incisions (fig. 11, n° 14), une perle en pâte de verre bleue à décor ondé blanc (fig. 11, n° 15), peut-être une autre perle de la même matière (les rapports 1972 et 73 présentent deux perles très voisines, mais de section légèrement différente), et quatre fragments de bracelets de même technique que les fragments de torques nos 1-4 (fig. 11, nos 9 à 12) ; enfin trois fragments d’un ou plusieurs torque(s) creux, dont le noyau d’argile subsistait. Une partie de ce mobilier sans structure a été publiée (OCTOBON, 1973, p. 10), avec le bracelet n° 7 de L’US 17 (fig. 11, n° 13). En L12, un bracelet de fer (US 247). Probablement en M15, en liaison avec la sépulture n° 33, un lissoir en pierre (US 249, fig. 51, n° 1).

12La similitude typologique observée plus haut entre les objets de l’US 1 et ceux de l’US 41, ainsi que leur localisation voisine, suggère qu’il s’agit d’une série de sépultures homogène, peut-être d’une famille nucléaire qui se serait fournie chez le même artisan pour ses bijoux, et aurait occupé une zone précise du tumulus-nécropole.

13US 71 : ensemble de fragments de fer, les bracelets de fer numérotés par R. Octobon 14, 25, 26, 27, 28 et 30 (fig. 13, nos 3-5) et six fragments de clous et cabochons, récupérés sur les déblais des fouilles 1973-74 à l’aide d’un aimant.

2.3. Les découvertes de surface

14Robert Octobon avait distingué deux sous-niveaux au sein de la couche superficielle : le premier rencontré comportait les herbes et leurs racines, et s’achevait par un feutrage radiculaire dû à l’incapacité de la plupart des racines à pénétrer sous la couche d’humus ; ce sous-niveau n’est épais que de quelque cinq à dix centimètres. Ensuite, le second sous-niveau est d’une composition plus variable : pierraille, poussière d’humus, radicelles à certains endroits, niveau humique plus cohérent à d’autres. Voici les observations rédigées sur le cahier n° 6, p. 24, lors de l’ouverture de la zone B :

  • 4 Une série conforme à cette description existe un peu partout dans la Nièvre : Nevers, Menou, Varzy. (...)

15« Dégagement de la 2e partie de la couche noire, celle située entre – 0,10 et – 0,30. Nous rencontrons sur cette surface étudiée de 5 par 5 m : la couche de 0 – 0,10 qui est une terre grasse, couverte d’herbe et de taillis. Cette couche est stérile. Elle renferme des tessons de La Tène (poterie à pâte rose, tendre4), mais aussi des fragments de grès cérame récents et même des fragments de vaisselle actuelle à émail blanc. Cette couche recouvre un niveau de pierres à – 0,10 m en moyenne. Sur et dans celle-ci une série d’inhumations de surface.

16« Sous cette couche de pierres un mélange de terre noire avec de petites pierres et du gravier de régularisation de la forme du tumulus. Cette couche est très irrégulière et si sa cote moyenne est de – 0,30, elle descend parfois à – 0,45. C’est une couche sans inhumations. Elle est très riche en terre et elle renferme quelques tessons de poterie non tournée, mal cuite, provenant en général de grands vases, quelques dents, quelques mini <sic> fragments d’os sont rencontrés dans cette terre qui renferme, dans sa partie haute, q.q. rares fragments d’os brûlés venant d’une incinération.

17« Cette 2e couche noire s’arrête à une couche de pierres continue mais irrégulière, ces pierres sont régularisées avec une terre marron qui tranche nettement avec les couches I et II.

18« Cette couche de pierres, en général placées à plat, recouvre une masse de pierres sans terre ou presque.

19« De gros blocs qui dépassaient la surface du sol primitif reposent sur cette surface de pierres et semblent s’ancrer même plus bas.

20« Le travail actuel consiste à dégager toute la couche noire pour faire un relevé de la surface de couleur marron. »

Fig. 11. Nos 1 à 3 : Découvertes de 1942 ; nos 4 à 17 : objets des carrés M11-13. 1. schiste ; 2, 4-14. bronze ; 3, 16-17. fer ; 15. pâte de verre.

(dessins R. Octobon, sauf 16 : C. Touzel)

  • 5 Repris dans un premier temps par O. Juffard, mais nous n’avons pas jugé utile de faire figurer ce r (...)

21Ce relevé n’a pas été effectué sur la zone A et la zone B, mais il l’avait été sur la zone C. L’étude attentive du photo-montage et du relevé5 confirme l’enseignement de travaux analogues menés à Oisy : ce niveau de couverture, très remanié, ne révèle rien des structures profondes et donc du plan du tumulus.

22Il ressort également du texte d’Octobon cité ci-dessus un certain nombre de contradictions : tandis qu’il a cru un moment que certains corps avaient été abandonnés à l’air libre (infra US 71 et 51), avant de revenir sur cette opinion en découvrant un fossé empli de limon gris, il considère que la surface proprement dite est exempte de sépultures, excepté d’éventuelles incinérations. D’autre part, ce qu’il présente sur ses relevés (fig. 12) comme sépultures de surface peut descendre à 50 cm. Nous avons choisi en conséquence d’interpréter en un sens large cette notion et d’attribuer à la « surface » ainsi comprise, soit une couche d’une cinquantaine de centimètres au maximum, les sépultures qu’il indique comme telles sur les relevés, ainsi que celles que les cahiers enregistrent dans les premiers décapages et celles qui sont situées à moins de 50 cm.

23Ainsi a été considérée comme de surface une sépulture numérotée 20, dans le carré N13, dans le rapport pour 1975 ; or les ossements sont encore en connexion anatomique partielle, et il apparaît dans le rapport suivant (1976) qu’elle était située dans la masse tumulaire ; elle n’infirme donc pas les conclusions du fouilleur sur les bouleversements causés, dans ces 50 cm, par le piétinement, les racines et les réaménagements de sépultures. À l’inverse, la sépulture 29, à 10 cm seulement sous la surface, a été assez préservée pour que l’ordre des bracelets fût observable (infra US 52 – mais nous verrons qu’une superstructure périssable est probable).

24US 42 : carré N13. Ossements incinérés, sans structure.

25US 45 : carré S12, de la surface à 30 cm. Sépulture n° 24. Aucune observation anthropologique. Cette sépulture a livré les bracelets de fer nos 10 et 11 (fig. 13, nos1 et 2) : bracelets ovales, fermés, de Ø intérieur 60 mm. Il s’agit probablement d’une sépulture d’enfant ou d’adolescent.

26US 46-47 : carré S11. Sépultures nos 23 et 25. Deux (?) sépultures sans observations anthropologiques ni mobilier.

27US 57 : carré R13, surface. Ensemble de restes osseux incinérés, brûlés à température violente, baptisés sépulture 31.

  • 6 Opinion modifiée ensuite, comme mentionné ci-dessus.

28US 71 : la campagne 1975 aurait livré, en surface seulement, dix-sept inhumations (sépultures 49 à 56) et un nombre indéfini d’incinérations sur les carrés GH110-15, soit 15 m2 (fig. 12 : relevé partiel de ces sépultures sur la superficie fouillée, distinguant les sépultures de surface et celles de la masse tumulaire). Le fouilleur note sur son rapport que l’épaisseur de terre était en cet endroit insuffisante pour protéger les corps, qui se trouvaient donc à l’air libre6. À la sépulture 54 (H10) est attribuée une boucle d’oreille en bronze (fig. 14, n° 1) ; la sépulture 49 (H11), qu’accompagnaient des coquilles percées pour former un collier et la pendeloque en bronze (nos 2 et 4 à 12), a pu être relevée à la vitre (fig. 14), ainsi que la 53, mais celle-ci ne comportait plus beaucoup d’éléments reconnaissables. L’ensemble de ce secteur a livré 222 dents, soit sept sépultures au minimum.

  • 7 Même remarque que note précédente.

29US 51 : le rapport n° 5 (1976) mentionne globalement sept sépultures de surface, les nos 30-34, 37 et 40, abandonnées à l’air libre7, sans aucune orientation restituable ; elles se situent dans les carrés MNO11-15 (mais sur le plan, fig. 12, la sép. 40 est figurée deux fois, en surface et en profondeur).

30US 52 : en Q12 est signalée la sépulture 29, découverte à 10 cm sous la surface : inhumation en décubitus dorsal NS, appuyée sur des pierres un peu plus consistantes que l’environnement et recouverte de cailloutis, très abîmée, mais à laquelle on a pu attribuer les bracelets de fer 15 à 24 (fig. 16), des débris de fer, un pendentif en os (fig. 16, n° 1). C’est la sépulture de surface la plus identifiable : les bracelets étaient répartis à raison de cinq par bras. S’il est miraculeux que cette sépulture ait pu subsister in situ, elle prouve que des terres de surface, lessivées ensuite, protégeaient les inhumations les plus superficielles. Un bâti de bois, de nature à subsister pendant la période d’utilisation du tumulus, doit même être envisagé pour justifier que cette sépulture très superficielle n’ait pas été dérangée pendant les périodes où ont été déposées d’autres inhumations autour d’elle, parfois à très faible distance (sépultures 31 et 75).

31Les bracelets de fer apparaissant très différents après restauration, nous reproduisons aux fig. 17 et 18 les dessins qu’en avait faits Robert Octobon peu après la fouille ; il semble que le fouilleur, utilisant des moyens de décapage et de restauration personnels, y ait vu des décors que le travail effectué à Compiègne a pu effacer en partie.

32US 63 : fragment d’ambre de 8 X 3 mm, probablement une perle (non dessinée), carré non précisé mais de toute façon dans le secteur SW (peut-être S12).

33US 65 : dans les mêmes conditions, fragment d’une coupelle de verre (fig. 13, n° 8).

34US 74 : dans les mêmes conditions, fragments de bracelets de fer nos 14, 27, 30 (fig. 13, nos 3-5).

Fig. 12. Sépultures de surface et sépultures de la masse tumulaire en 1975 . Quadrillage métrique.

(dessin R. Octobon)

35US 66, US 257 : carré N22, à 25 cm de la surface, peut-être en rapport avec la sépulture 28, deux canines percées (fig. 31, n° 16), trois clous de fer et un fragment de bracelet.

36US 72 : fragments de torque torsadé en fer nos 3 et 4, trouvés en surface (fig. 13, nos 6-7), sans doute dans le carré N14, car R. Octobon s’était posé la question d’un rapport avec la sépulture 22.

37US 73 : dans le même secteur, deux fragments de bracelets de bronze (non figurés) furent retrouvés en 1975 ; ils sont du même type que ceux du Dr Mallet et que les éléments découverts en 1972.

  • 8 L’analyse anthropologique indique que cet ensemble comportait également des restes osseux d’homme e (...)

38US 84 : en K15, inhumation de surface n° 65, NS, très mal conservée ; US 85 : en J15, dans la couche de terre grise à la base de l’humus (40 cm), inhumation d’adulte, NS, n° 67 : en J14, même niveau (30 cm), inhumation d’enfant, NS, n° 638 ; US 89 : en H13, probablement en surface, inhumation non orientée n° 56 ; US 91 : en K10, à une profondeur non précisée, crâne isolé n° 62 ; US 92 : en J9, inhumation NS n° 57 dans l’humus ; US 93 : en J9, autre crâne isolé, niveau non précisé, n° 58 ; US 94 : en L8, inhumation NS probablement en surface, n° 60 ; US 95 : en L7-8, inhumation WE n° 59 ; US 101 : sépulture 68, sans aucune notice, mais rattachée par son numéro à ce secteur ; US 103 : inhumation partielle n° 70, à 20 cm, crâne isolé, sans mobilier, carré J15 ; US 107 : en J11, inhumation partielle (crâne et cou seulement) n° 75, sans mobilier.

Fig. 13. Nos 1-2 : mobilier attribué à la sépulture de surface n° 24. Nos 3 à 8 : mobilier déstratifié. 1-7. fer ; 8. verre

(dessins C. Touzel : 1-6 ; R. Octobon : 7-8).

Fig. 14. Plan de la sépulture 49 (quadrillage décimétrique) et mobilier concomitant (1 : sép. 54). 1-3. bronze ; 4-12. coquillages percés

(dessins R. Octobon).

39US 108 : en 113, inhumation n° 76 entre la surface et 10 cm, ne comprenant que le crâne ; même carré, US 109, inhumation partielle comportant la moitié gauche du crâne ; même carré, sépulture 77 ; toujours en surface, US 111, incinération dans un carré voisin du précédent, mais non précisé. De ces sépultures aucun relevé à la glace n’a pu être effectué ; elles ne comportaient pas de mobilier à l’exception d’une pendeloque en tôle de bronze (fig. 14, n° 2) ; cinq tessons de sigillée et de campanienne (US 96) sont intrusifs. S’ajoutent à ces sépultures de surface, mais sans niveau précis, deux crochets et un fragment de douille en bronze (US 112, fig. 15, nos 3-5), des carrés H16 et H14 ; des carrés 111, G15, H15 quatre bracelets de fer 34, 36, 37 et 38, dont deux restaurés (fig. 15, nos 1-2).

  • 9 Accompagnée, ici aussi, des restes d’un homme adulte qui ne sont apparus qu’à l’étude anthropologiq (...)

40O21 US 112 : à 10 cm de la surface, inhumation d’enfant NS n° 79 dans le carré 021 ; US 129 : à 35 cm de profondeur, donc en limite de la couche d’humus et de la masse tumulaire, inhumation partielle n° 86 d’un enfant dont ne restaient que le crâne et quelques esquilles ; sans mobilier. US 132 : carrés NO21, groupe d’ossements sans connexion, les dents à l’est, à 20 cm de la surface ; l’inhumation serait celle d’un enfant9, étalée sur 2 m2, avec une orientation originelle EW, sans mobilier (sépulture 89) ; US 134 : incinération de surface, d’un ou plusieurs corps, en NO21 ; sépultures sans trace de feu (cendres, pierres brûlées), qui n’ont, semble-t-il, pas été numérotées ; US 135 : dans le carré O21, non loin de la sépulture précédente, à 10 cm de la surface, concentration de tessons qui semblent provenir d’un même vase, de diamètre 34 à 38 cm ; pâte dégraissée au sable fluviatile, vase non tourné, mais lissé sur les deux faces ; les tessons jointifs 1979/80, signalés ailleurs, semblent provenir de cet ensemble (US 142), ainsi que ceux du carré Q20 (US 143) : il s’agit de coupes décorées de baguettes horizontales (fig. 46, nos 9-11) ; US 136 : en R20, à 25 cm, autre concentration de tessons ; pâte litée, dégraissant sableux ; US 148 : carré Q24, perle en pâte de verre bleu à 11 cm de la surface.

Fig. 15. Mobilier des sépultures de surface du secteur NW : répartition des sépultures (quadrillage métrique) et mobilier associé. 1-2. fer ; 3-5. bronze.

(dessins C. Touzel)

Fig. 16. Sépulture n° 29 et mobilier. 1. os travaillé Bracelets de fer restaurés nos 15, 16, 17, 18, 23, 24

(dessin R. Octobon) (dessins C. Touzel).

Fig. 17. Sépulture n° 29. Bracelets du bras droit

(dessins R. Octobon).

Fig. 18. Sépulture n° 29. Bracelets du bras gauche

(dessins R. Octobon).

41US 150 : carré Q24, à 30 cm de la surface, inhumation en décubitus dorsal NS (dépourvue de tête et de thorax ?), sans mobilier, n° 91 ; US 151 : en O22, proches de la surface, les sépultures 92 et 93, un adulte et un enfant estimé à 5/7 ans ; les deux squelettes avaient été déplacés après fragmentation des os longs, dont certains ont été découverts verticaux ; ces deux sépultures ont livré deux torques en fer torsadés, en morceaux, un anneau de fer, un de bronze, une perle de verre (fig. 19) ; sous ces sépultures, à 30 cm de profondeur, se trouvent les sépultures 94 et 95, enregistrées sous N22-23 ; la première est une inhumation WE d’individu jeune (les dents ne sont pas usées), la seconde une inhumation NS ; ni structure autour des ossements, ni mobilier, mais en N25 deux ensembles de tessons non tournés, en surface, le second permettant de reconstituer un pot de 25 cm d’ouverture environ (US 154-155) ; en N25 un poinçon en os et deux clous ; en P25 plusieurs fragments de torque torsadé en fer (US 157) ; en O21 un clou à ferrer (fig. 20, n° 4). Ces découvertes de surface de la campagne 1978 sont partiellement illustrées fig. 20.

  • 10 Cela n’a pas été mentionné, mais la question se pose de savoir si ces nodules proviennent d’une inc (...)
  • 11 À cette sépulture 111 sont rattachés, sur le cahier, un bracelet de fer fragmentaire, n° 45, une bo (...)

42Pour les raisons qui ont été dites, les éléments découverts lors de la dernière campagne sont plus difficiles à situer en niveau comme en plan. Des ossements humains, de sujet jeune, sont signalés au-dessus de – 25 cm en O21 ; en M16, N16, O16 et P16, des ossements éclatés, quelques dents et une centaine de minuscules tessons non tournés, provenant de l’éclatement de plusieurs gros tessons, avec des nodules d’argile rubéfiée10 et du cailloutis brûlé, ainsi que la plaquette de fer DF 39, des clous. En Q22-23, en revanche, la couche de surface ne donne qu’un minuscule tesson ; on est pourtant là encore dans le tumulus, puisqu’il existe des sépultures plus extérieures (91 en Q24, 113 en R23) ; en PR22, semble-t-il, uniquement des fragments déplacés, mais à raison de dix tessons et trente restes osseux au mètre carré, au point de faire baptiser sépulture n° 111 les cent un ossements et les deux dents de R2211. En O22 au contraire, sur un demi-carré, la fouille enregistre, les 29 et 30 avril 1979, cent soixante-huit tessons (dont le bord n° 2712) et soixante-quatorze restes osseux + quatre dents d’enfant, témoignant d’une sépulture d’adulte (n° 102) et de restes d’un enfant inhumé, plus deux fragments incinérés ; d’autres éléments de ces sépultures (dont deux fragments de torque de fer) seront ensuite identifiés entre 20 et 33 cm, en O22, et jusqu’à 50 cm en N22, ce qui permettra de baptiser 106 la sépulture d’enfant, malgré l’absence de structures et de connexions : la perméabilité de la masse tumulaire, partout constatée dans les architectures de pierre sèche, entraîne une pénétration d’éléments de surface qui rend assez illusoire la distinction établie par Octobon ; nous avons toutefois préféré suivre les indications données immédiatement après la fouille et accepter la distinction faite sur le terrain entre surface et masse tumulaire, même si les profondeurs indiquées paraissent incompatibles avec l’indication, fournie par ailleurs, d’une profondeur maximale d’humus et racines de – 10 à – 15 cm ; cette approximation présente d’ailleurs une importance moins fondamentale que le fouilleur ne l’avait cru, puisque, comme on le verra, la chronologie est probablement plus resserrée qu’il ne l’avait supposé.

Fig. 19. Plan et mobilier des sépultures nos 92 et 93. 1. fer ; 2. bronze ; 3. verre

(dessins R. Octobon).

Fig. 20. Échantillons de mobilier de surface de la campagne 1978. 1. céramique ; 2. os ; 3-4. fer

(dessins R. Octobon).

43Mi-juillet 1979, on note encore un bracelet de fer (n° 46) entre la surface et – 40 cm dans le carré 133, qui, sauf changement de numérotation non signalé, doit être J20. En R23, sans qu’on sache si elle se trouve dans la couche superficielle ou juste en-dessous (– 25-45 cm), apparaît la sépulture 113, adulte NS. En septembre, furent entamés en surface les carrés J27-29, qui ne livrèrent rien de significatif. Les quelques fiches ultérieures, non reportées sur le carnet, n’apportent rien non plus : de la micro-faune, des fragments de briques, de l’argile rubéfiée, de menus ossements épars et quelques tessons de toutes époques.

44Il est à noter qu’en O21 a été observée une pierre dressée qui dépassait de 18 cm la surface originelle du tumulus. Cette pierre se trouve dans une concentration de sépultures particulièrement dense (cf. fig. 34), et, appuyée sur la couche de pierre sèche qui constitue la masse tumulaire, il ne fait guère de doute qu’elle n’ait servi d’indicateur aux fossoyeurs. D’autres pierres dans une position analogue sont signalées sur le cahier 6, p. 24, mais elles n’ont malheureusement pas été relevées : elles auraient permis d’éclairer quelque peu la question toujours controversée (PININGRE, 1996, p. 128) de la signalisation en surface des sépultures.

2.4. Les découvertes de la masse tumulaire

2.4.1. Structures

45Des observations faites dès 1970 (US 18, 29), mais renouvelées dans les rapports ultérieurs à propos d’autres secteurs, ont permis de noter en L17 la nature du remplissage : entre la surface et – 75 cm, hors des structures la masse tumulaire est composée de petites pierres disposées généralement à plat, sans liant, avec des concrétions calcaires sur la face inférieure, ce qui à la fois signifie que le tumulus n’a pas été trop bouleversé, et contredit d’avance l’hypothèse, émise en 1977, qu’à l’origine le remplissage aurait comporté de la terre et que celle-ci aurait été entraînée par l’érosion sur la pente. Partout dans le remplissage ainsi défini on observe des esquilles d’os.

46Il fut également possible, dans la tranchée d’exploration, d’observer des éléments de plan : dans le carré L16 (US 16), à partir de 10 cm de la surface, elle recoupe à la perpendiculaire deux blocs de chant dont le plus haut atteint le niveau 100 cm ; le bloc A mesure 1 m de haut et traverse le tumulus dans toute son épaisseur, entre la couche superficielle de l’argile et le sommet de la masse tumulaire proprement dite ; le bloc B, appuyé sur lui, mesure 0,75 m (rapport 1971- 72, pl. 4) ; l’amorce d’un troisième bloc, C, indiquait une continuation vers le nord. L’on ne trouve plus à proximité de mention de cette possible limite de phase de construction, car le carré suivant (M16) ne fut ouvert qu’en fin 1979 ; mais en PQ11-15, la progression de la fouille à l’horizontale permit en 1974 d’observer sur 6 m de longueur un entourage de pierres de chant – que nous interprétons (infra 2.6.1) comme la délimitation de l’aire d’inhumation primitive ; il forme un arc de cercle dont la sépulture 26 constitue la corde. Ces dalles sont de taille suffisante pour être assises sur la couche d’argile de base et atteindre à peu près le sommet du tumulus, soit 50 à 60 cm de puissance (US 53). En P16, d’autres blocs d’au moins 40 cm furent observés.

47En L21 et L22 fut découverte une structure parementée, correspondant à une autre limite, et de la même manière, le prolongement de la structure resta sous berme (MN22) ; mais un empilement de dalles à plat apparut en fin de fouille en N21, au milieu d’une concentration d’ossements humains. Il n’est pas possible de savoir si l’empilage de six gros blocs qui forme une amorce de muret en S13-15 est lié à cette deuxième limite, ou s’il s’agit (hypothèse la plus vraisemblable) de matériaux accumulés là en vue de construire une limite, mais abandonnés sans avoir été utilisés. Un autre empilement apparut en JK13-15 (US 68), dans le prolongement logique de la limite la plus intérieure, mais sans continuité bien nette ; nous l’interpréterons volontiers comme une autre série de blocs préparés, mais non utilisés, pour continuer le cercle intérieur. Plus révélateur est sans doute l’ensemble de blocs qui recouvraient, en O21, la sépulture 78 : il semble indiquer que cette deuxième limite fut hâtivement mise en place par-dessus des sépultures préalables.

48La coupe (hors-texte 2) fait apparaître également des structures qui pouvaient servir à borner le tumulus : en 112 et L15 des blocs, situés pour les premiers sur la couche d’argile, pour les seconds 50 cm plus haut, matérialisent probablement le tumulus interne. En ST22, deux blocs basculés dans une diaclase vidée, et un troisième reposant sur le banc rocheux, paraissent témoigner d’une première expansion du tumulus, avec un fossé au moins symbolique et une limite de blocs.

49Les blocs relevés en N17 et O18, qu’Octobon attribue à la sépulture 35, ne peuvent en aucun cas lui être rattachés : l’écart est de 3 m ! Ils n’appartiennent pas davantage à la deuxième limite ; soit ils servaient de base aux sépultures 94 et 95, soit, plus vraisemblablement, il s’agit à nouveau de blocs déposés là en vue de compléter le parement de la première extension, mais non utilisés.

50Enfin, des sondages après prospection géophysique sur la bordure du tumulus, de L28 à L30, permirent de fixer l’extrême limite du tumulus à L28 : une couche de pierraille à plat, entre banc rocheux et argile, sépare la partie construite du sol naturel. La même remarque a été effectuée à l’autre extrémité, en L7-8 (US 20-23). En fin de campagne sur la tranchée d’exploration avait également été découverte, en L27-28 – donc en limite de tumulus – une structure qui reste énigmatique car, selon les carnets de la campagne 1979, elle était toujours en place, alors que selon le rapport n° 2, de 1971-72, elle aurait été fouillée. Il s’agit d’un fossé de presque 120 cm de largeur, creusé à 40 cm dans la roche vive, puis comblé d’une argile comportant tessons et silex, et couverte d’une voûte de pierres de chant (US 30-31). Comme pour les structures précédentes, le caractère pointilliste des fouilles ultérieures ne permet pas de déterminer si elle se prolonge au NW et au SE (excepté le relevé de dalles à plat en M25, lors de la dernière campagne) ; toutefois la mention d’un fossé, qui fut interprété comme moderne et bordant un chemin lors des fouilles de 1973, en Y11-15, permet de restituer hypothétiquement une limite extérieure ultime (hors-texte 1).

Fig. 21. Sépultures nos 6 et 7 
Mobilier associé : 1. sép. 6 ; 2. sép. 7. Fer

(dessins R. Octobon) (dessins C. Touzel).

51C’est seulement avec la campagne 1977 (US 98-101) qu’apparaissent les limites de la couche d’argile basale ; elles sont mentionnées pour C14-16 et U11- 15, ce qui donne un diamètre SE-NW de 19 m ; sachant d’expérience combien il est difficile en fouille de distinguer une argile corroyée d’une argile en place, nous préférons reporter en 2.6 la discussion de cette donnée du huitième rapport.

2.4.2. Sépultures

52US 6 : carré L13 ; à 70 cm sous la surface, restes d’une inhumation EW, probablement la n° 9 de R. Octobon, établie sur une structure de grosses pierres et sous une dalle. Fouillée en 1970 au niveau du bassin, cette sépulture n’a pas livré de mobilier (un clou et un fragment de plomb signalés dans le rapport ne sont pas rattachables, provenant probablement de la couche superficielle). Attribution, incertaine, d’une boucle d’oreille.

53US 7, 8, 9, 10 : carré L15 ; à 35 cm sous la surface, sépulture 6 : dans un caisson formé de trois dalles sub-verticales, une sépulture incomplète (crâne, mandibule, cage thoracique, phalanges, aucun os long) sans aucune connexion anatomique. Il s’agit soit d’une sépulture pillée, soit de la réinhumation d’un corps décharné. Dans un caisson mitoyen, sépulture 7 : également une réinhumation, mais certaines connexions laissent supposer que la décarnisation n’était pas complète (fig. 21). Sous le dallage qui formait le fond des deux sépultures, de nombreux fragments d’os dans une couche de terre de 5 cm de puissance, entre 55 et 60 cm de la surface, et deux bracelets de fer (fig. 21, nos 1-2).

54US 12 : carré L9. À un niveau non précisé, dans une couche de terre « remuée », sépulture n° 5 ne comportant plus d’os reconnaissable, mais simplement huit dents et un tesson.

  • 12 Il semble que ce début de numérotation, de A à D, ait eu pour but de distinguer les sépultures en p (...)

55US 25-26 : carrés L18-21. Dans la moitié W du carré 18, entre 10 et 80 cm de la surface, a d’abord été fouillé l’extérieur d’une sépulture, qui se composait de l’habituel empilage de pierres stérile sur la couche d’argile et comportait un éclat de silex et deux tessons. Cette couche calait la sépulture nommée d’abord A12, ensuite 13, longue de 3 m et limitée, apparemment, par le muret constaté entre 21 et 22 (supra § 2.4.1). Il s’agirait d’une sépulture double, dont les restes osseux, dispersés entre 20 et 30 cm de la surface, sont très mal conservés (fragments de crâne, cervicale, sans connexion). Deux bracelets de fer ouverts (fig. 22, nos 1 -2) ont été attribués à cette sépulture dans le rapport 1973, mais le rapport 1971 les rattache à la sépulture 14.

56US 27 : carrés L22-23. Entre 60 et 65 cm de la surface, sépulture numérotée B, puis 14, en décubitus dorsal, orientée SW-NE, appuyée sur le muret E de la précédente. Les os longs et la tête sont en fragments, mais disposés à plat dans une mince couche de terre. Les bracelets de fer liés à cette sépulture, mais qui avaient précédemment été attribués à la 13, auraient été disposés au niveau des chevilles et de part et d’autre du corps. Avec un intérieur de Ø 55 mm, si ces bracelets sont bien des anneaux de cheville, ils indiquent un sujet adolescent.

  • 13 L’ inventaire attribuera plus tard ce bracelet, n° 6, à la sépulture 15, de L26 ; c’est aussi sous (...)

57US 28 : en L25, entre 50 et 60 cm, sépulture numérotée C, puis 17. En décubitus dorsal sur et sous un cailloutis disposé à plat, orientée NE-SW, cette sépulture ne conservait qu’une poussière d’os longs dans une mince couche de terre. L’emplacement du bracelet de fer (fig. 22, n° 3) de diamètre ext. 81,5 x 68 mm, ouvert, n’a pas été précisé, non plus que n’a été émise l’hypothèse qu’il s’agisse d’un anneau de cheville13. Deux autres sépultures, 15 et 16, furent enfin découvertes dans le prolongement de la tranchée, en L26-27 (US 32 et 33) ; toutes deux sont orientées NS.

58Avec les extensions successives de la fouille, les découvertes de sépultures devinrent nombreuses, et en même temps leur position fut plus régulièrement notée. À chaque fois qu’une sépulture était identifiée, s’il y avait lieu, on pratiquait une indentation dans la berme pour obtenir un plan complet.

  • 14 Signalée dans les rapports comme appartenant à la masse tumulaire, elle repose en fait sur le subst (...)

59US 34 : carrés NO 12-13. La sépulture 18 est orientée NS. Elle est installée sur une fosse comblée et nivelée avec un lit de dalles, et couverte d’un remplissage de cailloutis et d’une voûte (fig. 23)14. Du corps en décubitus dorsal, ne restaient guère que des négatifs d’os, mais les moins pulvérulents (crâne, mandibule, bras, vertèbres) permettent d’établir qu’il s’agit d’une inhumée. Les trois anneaux de bronze (US 36) (fig. 23, n° 3-5), qui ont été attribués en fouille à cette sépulture, semblent avoir été trouvés, en fait, à l’extérieur de la voûte. Il est vrai que des réinhumations nos 19 et 21 (US 35, 37), situées dans les carrés NP14, sont à l’origine d’une confusion possible ; à la sépulture 21, un dépôt d’ossements d’un enfant en bas âge, est attribué un cabochon de fibule du Ha D2 (PERON1, 1973, pl. 12.20), relié ensuite au reste de l’objet (fig. 23, n° 2). En MN12-13, « à la partie supérieure du remplissage », étaient déposées hors sépulture cinq fibules de bronze, une fibule de fer et des fragments de fibules (fig. 24, nos 1-2 : ressort et fibule à timbale) ; nous avons, au vu de contradictions entre les rapports et les inventaires (trois fibules manquent), préféré faire figurer l’autre fibule de bronze dans le matériel non attribué (fig. 42, n° 1). Tous ces objets font partie d’une zone qui avait été perturbée par la fouille de 1942 et le creusement du puits : il est donc exclu de les attribuer définitivement à telle ou telle sépulture. Les torques sont toutefois du même style que ceux que nous avons déjà rencontrés dans le secteur (US 1 et 41).

Fig. 22. Bracelets de fer attribués aux sépultures 14 et 17.

(dessins C. Touzel)

60Enfin, en Q14, une sépulture n° 22, sans structure signalée, était accompagnée d’un fragment de torque en fer et de trois ou quatre clous de chaussure (fig. 24, nos 8-11 ; le clou supplémentaire était conservé dans la même boîte et dessiné sur la même planche que les trois signalés par le rapport).

61US 44 : carrés P12-14. À un niveau non précisé, inhumation n° 26 en décubitus dorsal NE-SW, sans structures signalées. Accompagnée, à hauteur de la poitrine, d’un bracelet de fer décoré d’incisions aux extrémités, qui avait conservé dans l’oxyde des larves de mouches (fig. 24, n° 3). Sur les planches de mobilier du même rapport pour 1973, où nous avons cherché en vain la description de la sépulture, trois autres bracelets de fer lui sont également attribués (fig. 24, nos 4-6).

62US 49 : carrés NO 15. Sépulture 35. de 50 à 103 cm sous la surface, le corps entre 90 et 100 cm. Il s’agit d’une inhumation en décubitus dorsal NW-SE, sur dallage de belles pierres (25/30 cm de côté) et mince couche de terre, et dans un ciste de pierres de chant qui atteignent en hauteur jusqu’à 40 cm. Il n’y avait pas de couverture. Le crâne et des longueurs importantes d’os longs sont conservés. L’inventaire – mais pas le rapport – attribue à cette sépulture, pour tout mobilier, une épingle de bronze, mais le rapport pour 1977 ajoute un bloc de chaille taillé (US 117) (fig. 25).

63US 50 : carrés N10-11. Symétrique, par rapport à l’axe de la sép. 18, de la précédente, ce sarcophage de dalles de chant (hors-texte 1) est un cénotaphe : il n’y fut découvert ni dent, ni esquille d’os, ni le moindre artefact. C’est donc abusivement que R. Octobon l’a nommé sépulture 39.

64De la sépulture 38, située en R12 (US 60), inhumation dorsale NS, proviennent le bracelet de fer et le bracelet de bronze à décor terminal représentés fig. 26, nos 4 et I. Le bracelet à décor couvrant (fig. 26, n° 2) lui est attribué par l’inventaire, non par le rapport, ainsi que l’anneau (fig. 26, n° 3).

65Pour la campagne 1974, les fiches quotidiennes permettent de mettre nettement à part les objets qui ne sont pas liés aux sépultures selon leur niveau (rappelons toutefois que les niveaux étaient pris par rapport à la surface, et que les mesures ne sont donc valides que pour des carrés voisins, avec beaucoup d’imprécision). Une grande uniformité apparaît entre les silex et les tessons de la masse tumulaire ; nous donnons fig. 27 un échantillon des pièces les plus remarquables notées dans son rapport par le fouilleur, et provenant de l’ensemble des carrés MV10-15. Nous reviendrons sur ces matériels dans les chapitres qui leur sont consacrés.

66La campagne 1975 permit de découvrir une première sépulture en J15, « appuyée » sur les grosses pierres qui paraissent former un muret, mais non fouillée ni numérotée ; on sait simplement qu’elle comportait des charbons de bois (ou des racines décomposées) (US 67). En M9, dans la masse tumulaire, la sépulture 42 n’est pas décrite en structures, mais le rapport lui attri bue le bracelet de bronze n° 18 ; sa section, que Robert Octobon avait dessinée arrondie sur l’extérieur et angulaire à l’intérieur, apparaît après restauration ovale (fig. 28, n° 5). Aucune autre sépulture n’est décrite pour cette campagne, qui fut consacrée surtout à la surface d’une nouvelle zone de fouilles.

Fig. 23. Sépulture n° 18 et dépôts voisins mobilier associé

(dessins R. Octobon ; quadrillage métrique), (dessins C. Touzel et R. Octobon).

Fig. 24. Objets découverts à proximité de la sépulture n° 18. 1-2, 7. bronze ; 3-6, 8-11. fer

(dessins C. Touzel : 1-6 ; R. Octobon : 7-11).

  • 15 Les longueurs des fragments ne sont pas plus utilisables que le degré d’arc pour les restituer, car (...)

67C’est lors de la campagne 1976 que furent fouillées les sépultures de la masse tumulaire dans cette zone : en K14, la sépulture n° 67 a été signalée au § 2.3 car la profondeur indiquée (0,40 m, couche de terre grise) correspond à la couche 2. En K15, la sépulture n° 64 est en revanche au niveau « inférieur » ; apparemment sans structures bâties, cette inhumation NW-SE livre trois ou quatre éléments de torque en bronze à jonc torique ; ces fragments de torques, tous semblables, ayant été mélangés dans les rapports, dans l’inventaire et à la restauration15, nous en indiquons simplement le type, qui s’était déjà rencontré dans les déblais du puits et le mobilier de la boîte à biscuits, US 1 et 41 (fig. 28, nos 1-4). En K13, la sépulture n° 66 (US 88), sans structures ni mobilier signalé, est une inhumation NS d’adulte à 0,60 m dans une couche de terre grise, exactement comme, en K12, la n° 61 (US 90). D’autres sépultures de ce secteur, dont deux réduites à des crânes, donc des réinhumations partielles, ont été signalées faute de renseignements précis avec les sépultures de surface (nos 62, 58).

68Pour la campagne 1977, la sépulture 69 (US 102), en J13, est la réinhumation concentrée d’un individu jeune ; certains os longs sont orientés EW, alors que l’essentiel est NS. En 114 fut trouvé un crâne isolé, placé verticalement 50 à 55 cm sous la surface et réduit à l’arc dentaire, près duquel (à 30 cm) se trouvait une petite perle de bronze. En 115, sépulture 72, à 40 cm, probable inhumation NS, sans structures ni mobilier (US 105). En J8-9, une inhumation qui fut interprétée comme double (73-74), NS, sans structures, sans mobilier (US 106). Enfin, à une sépulture numérotée 78, trouvée sous un entassement de blocs en O21 et fouillée sur deux campagnes, est attribué un bracelet de fer n° 42 (fig. 29, n° 1).

Fig. 25. Sépulture n° 35 (quadrillage décimétrique) et son bloc de chaille servant de repose-tête

(dessins R. Octobon).

Fig. 26. Bracelets et anneau attribués à la sépulture n° 38. 1-3. bronze ; 4. fer (dessins C. Touzel)

Fig. 27. Échantillon de mobilier de la masse tumulaire, campagne 1974, carrés MV 10-15. 1-10. silex ; 11-16. céramique

(dessins R. Octobon).

Fig. 28. 1-4. Mobilier attribué à la sépulture 64 ; 5. mobilier attribué à la sépulture 42. Bronze.

(dessins C. Touzel)

69L’année suivante, le bracelet fragmentaire n° 39 (fig. 29, n° 2) fut attribué à l’inhumation ventrale d’un unijambiste (ou inhumation partielle) n° 80, en MN21, à 40 cm. En N18, sépulture d’enfant n° 81, sans connexions anatomiques, dans un cercle de Ø 0,50 m : réinhumation probable, sans mobilier. Autre réinhumation, n° 83, en NO17 : quarante-cinq fragments d’un enfant en bas âge, sans orientation privilégiée, dans un enrobage de terre à 66 cm de la surface ; aucun mobilier. En NO20, inhumation SN d’un adulte sur une mince couche de terre, à 50 cm, sans structures ni mobilier (84 ? il semble que deux sépultures aient reçu ce numéro). En PQ18-19, à 80 cm du sommet, donc en fait peu au-dessus du substratum, une inhumation NS (84 aussi), d’adulte sur une couche de pierres plates et de terre ; le crâne était adossé, à 10 cm près, à un « bloc d’une demi-tonne » qui ne figure pas sur le relevé à la vitre, sans doute parce qu’il avait été enlevé avant (fig. 30 ; il est impossible de savoir si les tessons, qui figurent parmi les plus importants du tumulus, sont liés à la sépulture). La sépulture 85, en 020 à 70-75 cm de la surface, est celle d’un enfant en très bas âge. dont les dents n’étaient pas encore sorties ; aucun mobilier. Juste dessous, à 85 cm, autre enfant en bas âge inhumé SN directement sur les pierres plates qui surmontent la couche d’argile (sép. n° 87). La sépulture 88, en R19-20, à 40 cm, est celle d’un adulte, très bouleversée, probablement NS au départ ; un torque en fer lui est attribué dans l’inventaire, mais il avait été trouvé en fait pendant la campagne 1975. En MN20, une autre inhumation n° 90 apparemment NS, également éparpillée à – 90 cm sans structures ni mobilier. En l10-13, inhumation NE-SW écrasée sous une couverture de pierres, n° 96, sans mobilier. En G13, à un niveau non précisé mais probablement au fond du tumulus puisqu’il est question d’une fosse de 50 cm, la sépulture numérotée 97 est interprétée comme une inhumation au second degré, avec un objet de fer décomposé.

Fig. 29. Sépulture n° 78  1. Bracelet de fer de la sép. 78 ; 2. bracelet de fer de la sép. 80

(dessin R. Octobon, quadrillage décimétrique), (dessins C. Touzel).

Fig. 30. Sépulture n° 84  et mobilier associé. 1-2. fer 3-5. céramique

(dessins R. Octobon) , (dessins C. Touzel).

70Lors de cette campagne, un certain nombre d’objets fut découvert ; ils ne purent être reliés à aucun ensemble d’ossements : en R17-18, entre 40 et 50 cm de la surface, plus de trente tessons semblant provenir d’un même fragment de vase (US 137). De même, en Q19, un gros tesson à 25 cm de profondeur. D’autres tessons ont été situés à 42 cm dans le carré N20, à 34 et 45 cm dans le carré R18, à 36 cm en R17, à 46 cm en R19, etc. ; ont été enregistrés dans les rapports ceux qui présentent soit des décors au doigt, soit des cordons horizontaux (fig. 30, nos 3-5), et ils présentent entre eux une notable cohérence. Une petite perle en calcaire, fragmentaire, apparaît à 85 cm en M20, un fragment de verre vert pâle à 47 cm dans ce même carré, une pointe de flèche en fer, à plat dans une petite strate de terre, en N20 à 50 cm (fig. 30, n° 2) ; à tort, Octobon l’a figurée sur la planche consacrée à la sépulture 84. Ces objets – et d’autres qui n’ont pas été inclus dans les rapports mais signalés sur les fiches quotidiennes et les carnets – ne présentent pas de différences de nature ni de typologie avec ceux de la surface, ce qui suggère soit qu’ils ont pénétré dans la masse tumulaire au cours des âges, soit que les deux couches sont de chronologie voisine.

  • 16 Ceux-ci sont assez difficiles à identifier tant ils sont banals. Entre les carnets, les rapports et (...)

71Une partie des bracelets de fer numérotés de 30 à 41 et non répertoriés avec les sépultures de surface sont à joindre, d’après leurs numéros, à cette série, ainsi qu’une partie des bijoux de bronze16 (fig. 31).

72La campagne 1979 commence le 5 novembre 1978. La santé de Robert Octobon lui ayant interdit de rédiger son rapport, nous devons nous contenter des fiches quotidiennes et du dernier cahier, qui signale des concentrations de restes osseux et des objets qu’il est très difficile de relier entre eux :

  • En M19 à 70 cm, 153 fragments ; sur ou sous un bloc de 25 cm : individu très jeune, baptisé sépulture 98. D’une page à l’autre du carnet, on hésite entre une sépulture unique de nouveau-né ou deux, nouveau-né (à 90 cm) et très jeune sujet (à 70 cm) ; orientation apparente EW dans les deux cas, et phalangette d’adulte mêlée au dépôt. Un bracelet de bronze est signalé.

Fig. 31. Mobilier de sépultures de la masse tumulaire, non relié à une sépulture particulière. 1-3, 6. fer ; 4, 5, 7-15. bronze ; 16. dents de canidé percées

(dessins C. Touzel : 1-15 ; R. Octobon : 16).

  • En N17 à 70-95 cm, quarante-neuf fragments concentrés sur 20 cm, une fibule de bronze (fig. 32, n° 1).

    • 17 Le problème d’identification signalé p. 52 se complique encore : apparemment, le même numéro a pu s (...)

    En P18, continuation de la fouille de la sépulture 8417 rencontrée l’année précédente à 75 cm, mais qui d’après le plan-masse fourni par le fouilleur se situe principalement en Q19 (orientation apparente SN).

  • En N18, à 95 cm, près d’un ensemble de 301 ossements humains, l’anneau de bronze n° 9 (fig. 31, n° 8). Les anneaux de bronze (fig. 31, nos 10 et 11) furent découverts respectivement en O18 et N17 à 0,85, hors de toute sépulture apparente.

  • Début 1979, entre 90 et 105 cm sur la couche d’argile du carré M17, quarante-huit ossements permettaient à Robert Octobon d’identifier une sépulture 99, concentrée sur 20 cm de diamètre. Elle comportait un bracelet de bronze ouvert, découvert sous le squelette lors du relevage.

  • En M20-21, de 30 à 50 cm, une sépulture d’enfant n° 100 était contenue dans un coffre formé d’une douzaine de dalles de chant, d’orientation NS, pour des côtés de 55 et 45 cm ; des dents d’adulte, intrusives, provenaient de la sépulture 80 située juste au-dessus. Cette sépulture fut photographiée et filmée, mais non dessinée. Toujours en M21, mais de 75 à 80 cm, une inhumation 101 fut ensuite identifiée : individu jeune inhumé NS, ayant laissé cent-soixante-deux restes osseux, cinq dents, et enterré avec douze tessons.

  • En N21, autour de – 60 cm, immédiatement à l’extérieur des dalles empilées signalées au § 2.4.1, on a probablement deux concentrations d’ossements inhumés et une d’os incinérés : dans ce seul carré se trouveraient, à altitude voisine, trois sépultures et un « mur » séparant deux phases de construction.

  • En O23 fut identifiée une sépulture 102, à laquelle fut attribué un bracelet de fer (numéroté 43) (fig. 32, n° 4), bien qu’il se trouvât à niveau égal dans le carré voisin P24. Le crâne a été consolidé in situ avant prélèvement, et déposé au musée de La Charité après être resté une douzaine d’années au lycée du Banlay. Il semble que le dépôt se soit fait après complète décarnisation, car le crâne et le reste des ossements présentent sur le terrain un écart d’une trentaine de centimètres. Des ossements calcinés se trouvaient dans le gisement : incinération partielle, ou intrusion d’un autre corps ? Il n’est pas sûr que les os longs (de femme selon le carnet) découverts à plat, orientés NS ou SN, en N22, appartiennent à cette sépulture.

  • En MN22 une inhumation 103 NS ou SN, et des restes d’incinération, à 50 cm.

  • En M23 un dépôt de douze restes osseux sur un diamètre de 25 cm, baptisé sépulture 104, de – 20 à – 46 cm.

  • En R16 un dépôt encore plus petit, de trente-six restes, à – 26/32 cm, n° 105.

Fig. 32. Mobilier attribué aux sépultures 102, 116 et 117.
1 : carré N17 ; 2 : carré J20 ; 3 : sép. 116 ou 117 ; 4 : sép. 102 .

(dessins C. Touzel)

  • En O16 une boucle d’oreille n° 5, à – 80 cm, liée peut-être à des ossements NW-SE trouvés dans le carré voisin N16 où se trouve apparemment une sépulture non numérotée. En O16, un bracelet de fer n° 44 est lié à une sépulture entièrement décomposée (seuls les négatifs des os apparaissaient à – 90 cm).

  • En O22, entre 20 et 80 cm, sépulture 109 : groupe d’ossements sur 50 cm, dans une orientation NS.

  • En N22, inhumation n° 110, NS, dans un coffre de dalles de chant dont les dimensions nous échappent (peut-être 1,50 m en longueur, moins de 50 cm en largeur).

  • Peut-être en K21, de toute façon sur la ligne K où commençaient les travaux de la zone NE, cinquante-neuf ossements signalent la sépulture n° 112 ; couche, composition, structure et orientation inconnus. Sous ce corps, dans la couche d’argile rouge, se trouvait l’inhumé 114 ; la fouille ne permit pas de les différencier malgré la différence de niveau.

  • En Q23, orienté NS ou SN, le squelette n° 115 apparaît à – 48 cm ; le bracelet de fer n° 47 est à 10 cm d’un groupe d’os longs.

  • En N26, entre – 60 et – 80 cm, squelette 116 orienté NS. Le bracelet de bronze 21 (fig. 32, n° 3) peut être attribué à cette sépulture ou à sa voisine 117, puisque l’ensemble des dents présentait deux types de maturité et d’usure différents.

  • En M25, vers – 40 cm, ossements d’un enfant : sépulture n° 119.

  •  En J20, bracelet de fer n° 46, non loin de la surface (fig. 32, n° 2).

73Rien ne permet de situer les tombes enregistrées, dans les boîtes et sachets, sous les numéros 120, 121, 144, 145, 146, 157 et 158, ni de savoir si la sériation est restée continue, auquel cas nous aurions trente sépultures retrouvées après la rédaction des cahiers, et non mentionnées dans les rapports.

74L’analyse anthropologique (voir au chap. 3 l’inventaire des sépultures) montre par ailleurs que le tiers des sépultures identifiées lors de la dernière campagne (98- 119) comportait deux individus, ce qui nous conduit soit à en dénombrer vingt-huit au lieu de vingt et un, soit à craindre que les concentrations de fragments osseux n’aient aucun sens. Le même calcul, étendu à l’ensemble des cent dix-neuf sépultures déclarées, mène à un total de cent quarante-sept, à quoi il faut encore ajouter cinquante-quatre autres unités identifiées, d’après les sachets qui comportaient des restes de plusieurs individus, par le Dr Le Blay (1001-1054).

75Si la campagne n’avait pas été interrompue par la maladie de son directeur, et si les carrés de la zone NE avaient été ouverts comme prévu, il est probable que ces accumulations de restes osseux se seraient multipliées et qu’on aurait atteint facilement le nombre de 250 sépultures signalées. Une extension des fouilles vers le SW aurait considérablement augmenté ce nombre, à supposer qu’il y eût des sépultures dans ce secteur. Le calcul donne même des perspectives encore plus impressionnantes : si l’on admet une extension maximale du tumulus à 530 m2 (ci-dessous § 2.6.3) et compte tenu que moins de 300 m2 ont été fouillés, on pourrait arriver à 500 sépultures ; mais c’est un calcul théorique, qui impliquerait qu’on ait partout des concentrations aussi denses qu’en zones B et C. Or la densité est nettement inférieure au centre, vers la ligne la plus extérieure, dans la zone A et dans les fouilles de 1973-74, pour ne citer que les parties fouillées jusqu’au sol vierge. La pente exclut également que les sépultures aient été nombreuses dans la partie sud, non fouillée.

  • 18 Le tamisage des déblais ne semble pas avoir été systématique, et par temps de pluie une dent boueus (...)

76Les dents, au nombre de presque 1 000, ne fournissent pas un élément d’estimation très précis, en raison du nombre d’immatures à dentition incomplète. Admettons une moyenne de vingt dents par squelette et la perte en fouille18’ d’un tiers des dents : on conclut alors à environ quatre-vingts corps pour la superficie fouillée, ce qui se rapproche des estimations d’Octobon et contredit celles du Dr Le Blay ; mais nous avons vu plus haut que le travail sur des sachets de fragments entraîne une multiplication fallacieuse du nombre de sépultures estimées.

77Il reste à déterminer si des « paquets » d’une cinquantaine de fragments peuvent être considérés comme des restes d’individus, ou si une circonstance a provoqué tant de remaniements que la plupart des inhumés ont été extraits de leur emplacement et redéposés ailleurs, éventuellement par morceaux : la présence d’au moins trois crânes isolés et de très nombreuses sépultures sans crâne plaide pour des remaniements massifs. L’étude anthropologique confirme l’idée que, finalement, les inhumés n’étaient pas si nombreux que la fouille n’avait pu l’indiquer. Inversement, il faut tenir compte des squelettes que les conditions pédologiques ont complètement pulvérisés, qui ne sont plus susceptibles de la moindre analyse macroscopique, et de ceux qui ont été déposés en surface et ont pu disparaître complètement après lessivage de la couche de terre.

  • 19 Le tumulus de Lantilly dans le canton de Semur-en-Auxois (HENRY, 1933, p. 141-144) pose des problèm (...)

78Force nous est donc d’admettre, malgré le minutieux travail de Robert Octobon, que les données de fouille ne permettent pas de déterminer, à une cinquantaine d’unités près au moins, combien de personnes furent inhumées dans ce tumulus-nécropole. Il est toutefois intéressant de constater que Roger Ratel, à Bressey-sur-Tille, arrive à cent quarante individus avec les pertes dues à une fouille clandestine (RATEL, 1977, p. 12), et Robert Octobon à cent-dix-neuf sur une fouille inachevée, avec des pertes équivalentes (environ sept sépultures) dues aux travaux antérieurs, mais dans des conditions de conservation des corps qui sont bien différentes, la pierre sèche étant notoirement nuisible à leur maintien en place, alors que le tumulus de Bressey était à base d’argile. De plus, la nette distinction des couches successives permettait, à Bressey, de délimiter nettement le tumulus primitif et ses trois agrandissements (RATEL, 1977, pl. 11-15), ce qui est difficile à Vielmanay19.

  • 20 Cf. le colloque consacré à ces événements par la Société scientifique de Clamecy : BSSAC, 1997 et n (...)

79Une observation peut toutefois être présentée dès maintenant, sans attendre l’étude de la chronologie relative en 2.6 : hormis les sépultures entourées d’une structure bien construite et préservée par la suite (18, 35...), on assiste partout à des superpositions sur deux ou trois niveaux, avec exhumations et réinhumations partielles soit dans le cailloutis, soit plus rarement dans des coffres hâtivement construits, et sur une proportion importante des sépultures on n’a pas pris la peine de remettre des pierres, mais seulement de la terre. Ces observations faites, au fil des carnets et des rapports, par Robert Octobon, en rejoignent une autre : les structures qui bornent la surface tumulaire sont discontinues. Vielmanay fonctionne, au moins pour la surface fouillée à partir de 1974 (et qui exclut, grosso modo, le centre), à l’inverse de ce que nous avions observé à Oisy T1 (ADAM, 1984), alors même que beaucoup d’éléments sont communs entre les deux structures : à Oisy 1, les installations des sépultures centrales et périphériques ont été construites en une fois et n’ont jamais été remaniées avant des événements tardifs (trou d’homme datant sans doute de la réaction au coup d’État de Napoléon III20), mais le principe d’ajout de sépultures par extension et surélévation est analogue.

80À Oisy 1, comme à Vielmanay, l’aire inaugurée, marquée par une argile rapportée qui comporte des tessons largement antérieurs, a été délimitée en premier lieu ; la structure centrale, qui n’abritait qu’une inhumation (double, dans une structure bien définie), a été érigée au centre de l’aire, recouverte et contrebuttée ; ensuite on a agrandi le tumulus sous la forme d’une terrasse parementée qui rejoint l’aire primitive, et qui renfermait deux incinérations. Tout a été fait en pierres de modules variables, mais dûment sélectionnées : dalles de 50 cm à 1 m pour les grosses structures, dallettes de 10 à 15 cm pour le fond. À Vielmanay, si les structures centrales paraissent obéir à un processus voisin, on constate en périphérie, sans souci de la limite de l’aire primitive ni des sépultures préexistantes, une accumulation brutale d’inhumations dans l’ensemble parallèles (NS) ; des pierres ont pu être accumulées en vue de construire des limites qui n’ont été réalisées qu’en partie ; le mobilier est en général réduit au minimum, et l’on ne prend pas le temps d’établir des coffrages autour de la plupart des corps, ni même, finalement, de les disposer dans de la pierre. Comme par ailleurs les bancs calcaires de nos régions fournissent des dalles et des dallettes sans le moindre effort, pour peu qu’on les décape et qu’on laisse passer un hiver, il est évident que Vielmanay a connu une situation d’urgence où il a été nécessaire d’inhumer sans attendre plusieurs dizaines de cadavres ; le grand nombre d’enfants et l’absence d’armes excluant une guerre, on pensera plutôt à une épidémie.

2.5. Les couches inférieures

81Il existe des sépultures très profondes, mais en nombre réduit (une, certaine, au centre : la 18 ; une partie de celles de la périphérie, 97 et 99 en particulier, peuvent atteindre la rendzine. La sépulture 18 est disposée à peine au-dessus du sol vierge, sur une fosse creusée dans le substratum calcaire, et une sépulture (107, en J11) était disposée dans une diaclase du banc rocheux. Celui-ci avait donc été décapé, creusé par endroits (la structure en hérisson observée en L25-26 comporte également un ou deux petits fossés, creusés dans le substratum), puis rechargé avec une argile rouge, soit celle d’origine, soit plutôt, en raison d’une épaisseur supérieure au sol naturel, avec en plus une argile rapportée (carrière située à proximité ? mouillère ? il est facile de se procurer de l’argile à faible profondeur dans les sols locaux).

82Dès la première campagne, les fouilleurs avaient remarqué le caractère anthropique du substratum argileux, puisque nous avons dans le tout premier rapport des notices sur la présence d’artefacts à ce niveau : un éclat de silex taillé est mentionné à l’aplomb des US 7 à 10, en L15, à 110 cm de la surface (US 13) ; dans le même carré, quatre tessons issus de vases différents, disposés à plat (US 15) ; en L13-14, sur la couche de rendzine, toujours à 110 cm, deux tessons « grossiers » et de nombreuses esquilles osseuses, qu’on estima déplacées par les petits rongeurs (US 11) ; en L14, même couche, de petites pierres brûlées (US 14) ; en L18, au contact de la rendzine, un fragment de petit vase à fond plat (US 19) ; en L8, sur le banc calcaire, des tessons non définis (US 20).

83Le décapage systématique, en 1971, de la rendzine sur la tranchée d’exploration, permit de préciser le contenu de cette couche artificiellement répandue sur 10 cm de puissance en moyenne, entre 70 et 149 cm de la surface du tumulus suivant l’épaisseur de celui-ci : on y enregistre de trois à huit tessons de céramique par carré, et sur dix mètres de tranchée, en L20-29, parmi les objets le mieux identifiables, on remarque à la fois un mamelon de préhension néolithique et deux tessons d’un pot décoré de bandes horizontales au peigne (fig. 47, nos20-22 ; fig. 48, n° 6) ; cette dernière découverte (US 30) devait deux ans plus tard être complétée de trois tessons jointifs (US 43) dans les carrés NOP11-14, et permettre de restituer le profil du vase, qui est indiscutablement hallstattien ; le fragment de vase avait donc été dispersé sur 13 m. Le cahier (nous n’avons pas encore, à ce moment, de notices quotidiennes) mentionne simplement que les tessons étaient « au contact du rocher ». Il est dès lors évident (bien que le vase ait été attribué à tort au Bronze lors de sa découverte et doté, en conséquence, d’un fond arrondi parfaitement imaginaire), que le substratum comporte à la fois des objets antérieurs au tumulus (silex et céramique néolithiques, silex paléolithiques) et d’autres qui appartiennent à la même culture, hallstattienne, que les inhumés. Par ailleurs, l’impossibilité de reconstituer des vases entiers fit conclure à Robert Octobon que l’on avait dispersé et écrasé dans et sur la couche d’argile ce qu’il appelle « de gros tessons ».

84Les rapports et les cahiers signalent après 1972, à chaque élargissement de la fouille, la répartition des tessons et des silex dans le substratum ; les fiches quotidiennes permettent de déterminer ce qui a été trouvé en surface, dans l’épaisseur et au fond du substratum : cette répartition sera étudiée au chapitre 5. Les dessins procurés par Robert Octobon ont été regroupés à la fin de chaque rapport : 1974 (US 56 pour la céramique, 59 pour les silex) ; 1975 (US 79, avec un vase très caractéristique du Hallstatt final découvert au sommet de la couche d’argile, probablement dans le secteur DE11- 16 (fig. 45, n° 1) ; 1976 (US 96) ; 1978 (US 135-145). Les plans de répartition par carrés, sur les fiches et les cahiers de fouille, indiquent globalement que toute l’aire d’édification était jonchée assez régulièrement de ces artefacts. Les plans de répartition par zones de fouille n’ajoutent aucun renseignement nouveau à ces conclusions : à l’intérieur du périmètre que nous définirons en 2.6, la répartition des objets s’est faite sans ordre ni souci de concentration, et ce d’autant plus que la majorité des tessons et des éclats de silex est de très petites dimensions.

85Les diaclases naturelles avaient été vidées et comblées de nouveau ; qui plus est, en L25-27, apparut une fosse sciemment creusée et comblée avec une argile qui comporte quelques tessons et éclats de silex. Cette structure, plus inhabituelle, sera étudiée au § 2.6. La question est de savoir si les constructeurs du tumulus ont réutilisé la rendzine présente sur l’aire consacrée, ou sont allés chercher ailleurs un autre matériau qui comportait tessons et silex, auxquels ils auraient ajouté des rebuts de leur propre poterie.

86Le cas du tumulus 1 d’Oisy (ADAM, 1984) présente une analogie partielle (fig. 33) : la masse tumulaire était dépourvue de tout mobilier, mais le mode de construction, le voisinage du tumulus 2 (ADAM, 1980), daté de la transition Hallstatt/La Tène, et l’ensemble du contexte, engagent à dater le tumulus de cette période. Le substratum comportait, uniquement dans la moitié nord, quelque 300 tessons d’une céramique parfaitement uniforme tant pour les dégraissants que pour la cuisson, et quatre éclats de silex ; deux tétons de préhension permettent de rattacher la céramique au Néolithique, plus précisément au Chasséen ; les éclats de silex ne contredisent pas cette datation. Les sondages pratiqués à l’extérieur de l’aire de construction n’ont pas livré de tessons, et d’autre part l’argile rouge était, dans cette moitié nord, trop épaisse pour n’avoir pas été rapportée. L’argile, les tessons et les silex peuvent provenir d’un habitat néolithique situé à moins de 1.000 m, le Saint-Aubin, mais ce site comporte aussi un atelier de taille et un campement épipaléolithique qui aurait dû laisser des traces, au moins sous la forme d’éclats et de chutes de burins. En tout état de cause, aucune céramique hallstattienne n’a été découverte sur ce site.

87Le tumulus 3 de Charmois, commune de Billy-sur-Oisy (58) (ADAM, 1995b) semble dater du Hallstatt final, et si aucun reste osseux ni mobilier datable n’a été conservé dans la masse tumulaire, les constructeurs avaient sciemment introduit dans l’argile, y compris dans des diaclases, à une profondeur d’une vingtaine de centimètres, une centaine de tessons qui, eux, ne sont pas d’une époque antérieure au tumulus : un cordon digité renvoie aux Âges des métaux, vraisemblablement, d’après les comparaisons possibles avec l’oppidum de Sembert, au Hallstatt final.

88Le processus mis en œuvre à Vielmanay est donc plus complexe : 3 200 tessons constituent un chiffre sensiblement supérieur, compte tenu des superficies respectives, à ce qu’on trouve à Oisy et Charmois (neuf au m2 à Oisy, trois à Charmois, quatorze à Vielmanay). D’autre part il est difficile de croire qu’un site unique, à proximité du tumulus, aurait pu livrer à la fois du paléolithique et du néolithique ; encore plus invraisemblable que les constructeurs du tumulus aient trouvé un matériau aussi abondant et divers sur le site même, et se soient contentés d’y ajouter leur propre céramique.

2.6. Plan du tumulus et chronologie relative

  • 21 Il aurait existé un tumulus de plan rectangulaire à Misery, Les Pierres Liées (MONCEAUX, 1897), mai (...)

89Il n’existe aucun doute quant à la conception originairement circulaire du tumulus ; très occasionnellement ont été fouillés des tumuli de plan carré, inspirés du concept de la mastaba et des Viereckschänze gaulois (PEYRE, 1981, p. 243-262). Ce système, qu’on doit peut-être attribuer à une influence architecturale d’origine méditerranéenne, n’a été que rarement identifié en Bourgogne occidentale, où la forme ronde ou ovale est de règle21 ; le peu que nous connaissons sur le Berry et la Limagne n’infirme pas cette règle. Si le plan conçu est certainement rond, le sol n’est généralement pas aussi plan qu’à Stonehenge, et il arrive sou vent que le tumulus devienne ovale pour s’adapter à la pente. Dans nos prospections, nous avons relevé de nombreux exemplaires qui dans leur partie haute se confondent avec la pente ; Vielmanay se rattache à ce cas de figure ; en raison de la faiblesse de la pente et de la méthode de fouille par carrés disjoints, l’on ne peut identifier le plan ovale qu’après coup, en collationnant les éléments disparates mentionnés dans les rapports et les notes quotidiennes.

Fig. 33. Plans du tumulus 1 d’Oisy. La photographie présente le parement extérieur (secteur nord-ouest).

(d’après ADAM, 1984)

90Dans la tranchée d’exploration, Octobon a relevé les limites suivantes : « limite du tumulus » en L2 ou L3 le 10 décembre 1972 ; L7-8, limite de la surface d’argile corroyée (ou surface d’édification) ; L21, « mur » composé de blocs à plat et de dalles de chant, dessiné le 10 avril 1979 mais déjà repérable sur le cahier de 1970-71 ; L26 ou L27, structure en hérisson interrompue par un fossé et bordée extérieurement par un autre ; L28 enfin, limite de tumulus donnée par la prospection géophysique (rapport n° 2, p. 13).

91On hésite donc, d’après les seules données de la tranchée d’exploration, entre des dimensions restreintes (L7-L21, soit 14 m de diamètre, ce qui ne ferait guère que 154 m2), et des dimensions très amples, de L-2 à L28, soit 30 m environ de diamètre et sept ares de superficie. Mais dans la partie fouillée, les sépultures atteignent la ligne 27, ce qui plaide au moins de ce côté pour l’extension maximale. Le problème est donc d’identifier les continuités et les phases de construction à partir de ces données et de quelques autres, livrées par la fouille.

2.6.1. L’aire d’édification

  • 22 Contrairement à Vielmanay, la couche était très épaisse vers le haut de la pente, jusqu’à 35 cm, et (...)

92Oisy, tumulus 1 (ADAM, 1984), aide à mieux comprendre ce qu’Octobon n’avait qu’en partie entrevu. L’aire circulaire, dont la roche vive avait été décapée et recomblée d’une couche irrégulière de rendzine22, atteignait 14,50 m de diamètre (fig. 33) ; une sépulture aménagée avait été installée sur un dallage au centre exact de cette aire, puis recouverte d’une première calotte de pierres obliques, de 6 m de diamètre, et d’une seconde, de 9 m ; construite ensuite, une terrasse parementée de forme octogonale, comportant deux incinérations, rejoignait le périmètre d’origine. Nous avons donc nettement quatre phases d’édification, la première (aire consacrée) étant plus vaste que le tumulus primitif, la troisième phase agrandissant l’amas de pierres et la quatrième rejoignant les limites primitives. L’exemple de Courtesoult (PININGRE et alii, 1996) est équivalent, mais avec une structure de terre moins difficile à interpréter. À Vielmanay, il est évident que la dernière expansion a débordé de l’aire primitive.

93Sitôt remarqué le caractère artificiel de la couche d’argile sous-jacente, le fouilleur tente d’en déterminer les limites, mais il le fait dans une terminologie imprécise qui, le plus souvent, revient à confondre « limite du tumulus », « limite de la couche d’argile artificielle » et « limite des sépultures » ; l’observation la plus ancienne est la plus nette : il s’agit du « mur » de L21. Le 13 mai 1973, le responsable des fouilles constatait que du côté NW le terrain devenait stérile à partir d’une ligne U 11-14, où un croquis du 16 juillet 1972 situe très vaguement une ligne de pierres, tandis que le texte du cahier n° 2 mentionne sans plus de précisions un fossé. En 1976 et 1977, au SE, une constatation identique fut faite sur la ligne D 11-15 ou C 11- 15, la numérotation du carroyage entraînant ici une incertitude d’un mètre. Dans tous ces secteurs, aucune pierre significative n’a été relevée, la fouille par quarts de carrés interdisant de distinguer les pierres de structure et le remplissage. La pierre émergente de O21, qui figure sur le hors-texte 1, n’est pas pertinente pour ce tracé primitif si sa base s’appuie sur la masse tumulaire ; elle l’est si elle s’appuie sur la couche d’argile... mais il n’a plus été question de cette pierre après le dégagement de surface du 13 octobre 1977 ! Les quelques blocs relevés en H16, à mi-profondeur semble-t-il, paraissent pertinents.

94La coupe de 1978 situe la limite dans le carré E7, où la séparation entre le rocher décapé (sans plaquettes) surmonté d’argile tassée, et le rocher délité surmonté de rendzine lâche, a été parfaitement observée avec de nombreux croquis. Si nous traçons une ligne approximativement circulaire entre U11-14, L21, H16 et E7, elle doit croiser la tranchée d’exploration en L4 ou L5. C’est une reconstitution logique, qui élimine la limite envisagée en L7-8 (interne) et celle qui a été constatée en D ou C11-15 (externe). La zone d’édification, non pas circulaire mais un peu allongée comme un œuf qui aurait sa pointe vers le NE, aurait ainsi des diamètres de 17 et 15 m, soit une superficie de 201 m2.

2.6.2. Le tumulus central

95On dispose d’éléments nettement plus précis pour la structure intérieure, car sa limite, sous la sépulture de surface 29, a été relevée lors de la deuxième extension de la fouille, en Q10-15, et qu’il a été possible d’y rattacher des pierres relevées dans la bande MR 16 fouillée en 1978-79, ainsi que le « mur » composé de trois grands blocs qui traversaient toute l’épaisseur du tumulus, en L16. Le relevé pierre par pierre effectué en GJ10-15 a été exécuté à un niveau trop haut pour que le prolongement de la structure apparaisse. Enfin, la limite identifiée par Octobon entre les profils 7 et 8 (carré L7) est bien dans le prolongement. Il est possible que les amoncellements de blocs signalés en J13- 15 et ST 13-15 aient été prévus pour compléter cette structure, qui nous donnerait une aire d’édification toujours ovale, mais la pointe tournée cette fois vers le SW, de 8 et 10 m de diamètre, soit 64 m2.

  • 23 Nous avons pu faire un bref sondage sur les restes de ce tumulus : en fait, son diamètre externe es (...)

96Si cette structure interne reste en partie hypothétique, elle est, semble-t-il, soulignée par l’implantation d’une partie des sépultures profondes qui forment les cordes des arcs de ce cercle : sépulture 35, dans son sarcophage de pierres de chant, au NE ; diamétralement opposé, le cénotaphe dit à tort sépulture 39 ; au NW sépulture 26 ; au SE sépulture 10, coffres 9, 6 et 7. Si l’on ajoute la sépulture 18, déposée après excavation en plein centre de ce cercle, on obtient un schéma cohérent : première déposition au centre de l’aire préparée ; préparation de deux sarcophages symétriques, dont un restera vide, et dépositions diverses sur les deux autres cordes. Ensuite, ajout de sépultures par-dessus et en dehors du cercle originel. La base d’une pareille disposition avait déjà été observée par René Lussier dans le tumulus 4 d’Oisy, dont le diamètre intérieur aurait été de douze mètres (ADAM, 1983, p. 11423).

2.6.3. Extension maximale

97Si l’on arrête à L21, dans la tranchée d’exploration, la zone primitivement réservée aux inhumations, force est de constater que celles-ci ont largement débordé l’enceinte prévue : on en trouve en effet jusqu’à la ligne 27, c’est-à-dire jusqu’à la structure en voûte sur fosse creusée dans le rocher. L’abondance de ces sépultures déposées soit sur l’amas de pierres, soit sous des couches peu épaisses de petites pierres, suggère une extension improvisée du tumulus au-delà de l’aire consacrée à son origine (fig. 34).

98Il reste difficile de trancher sur la fonction de la structure à fosse et voûte mentionnée ci-dessus : dans une situation d’urgence, il paraît difficile d’admettre qu’on ait pris le temps de creuser une large fosse (ou un fossé ? les renseignements font défaut sur les carrés JK26-27 et MNOP26-27, où la structure devrait se poursuivre, mais les quelques blocs dessinés en M26 semblent indiquer qu’elle ne dépassait pas sensiblement la tranchée d’exploration). Par ailleurs, en X11- 14 ont été rencontrés un fossé et un chemin pavé considérés comme modernes en raison de tessons récents dans le remplissage, dégagés le 1er avril 1973 en même temps que la limite de la ligne U : notices très lapidaires tirées des carnets, et non reprises dans les rapports. Si l’on réintègre ici la mention du changement de terrain en L-2 ou L-3 ainsi que la limite constatée en C10-15, le schéma d’une nouvelle structure ovale se dessine ; elle serait au maximum de 31 m selon la tranchée d’exploration pour 21 m à la perpendiculaire, soit 530 m2.

99Il reste toutefois possible que cet agrandissement n’existe que vers le NE, et qu’au SW le tumulus se confonde avec la pente du côté de L4-5 : l’extension ne serait alors que partielle, et la rupture de continuité observée par Octobon en L-2 ou L-3 serait illusoire ; de pareilles erreurs ne sont pas rares quand on n’a pas l’habitude du terrain, et celui-là est particulièrement difficile. On pourrait dès lors admettre que la limite de la zone d’extension, qui n’est sûrement identifiée par des sépultures que jusqu’en N28 et R24, rejoint au SW la limite de l’argile rapportée en L4, ce qui réduirait la surface totale de la zone funéraire à 380 m2 environ. Dans cette hypothèse, où toute la partie non fouillée serait vide, les fouilles auraient atteint un nombre de sépultures à peine inférieur au nombre réel, sous les réserves émises en 2.4.

100Une autre hypothèse est qu’un agrandissement de la zone de sépultures ait été préparé, au-delà de l’ovale à sol d’argile corroyée, et qu’on ait entassé des corps dans une partie de ce troisième cercle avant que les structures n’en fussent achevées.

101Quoi qu’il en soit, ce qui a pu se passer au SE restera définitivement inconnu ; les dernières années de fouille permettent heureusement d’émettre une hypothèse concernant le NW : une mortalité inhabituelle a probablement obligé les habitants à remanier les sépultures existantes dans les couches superficielles de l’aire primitive pour en installer de nouvelles, puis à étendre le tumulus au moins dans une direction, le rendant encore plus ovale, pour y déposer un nombre important de corps.

2.6.4. Chronologie relative

102L’hypothèse que nous présentons à la fin de cette analyse, avec toutes les réserves qu’entraînent la méthode de fouille et l’état de la documentation, est donc la suivante :

  • première phase : établissement d’une aire consacrée de quelque 200 m2, avec au centre la sépulture n° 18 ;

  • deuxième phase : installation de deux à sept sépultures, dont un cénotaphe, à l’intérieur d’un cercle de sept mètres de diamètre ;

Fig. 34. Répartition spatiale et typologique des sépultures

(dessin R. Adam, informatisation Y. Pautrat).

  • troisième phase : installation de sépultures par-dessus ces dernières, ainsi qu’à l’extérieur du cercle, jusqu’en limite de la zone consacrée ; des remaniements interviennent déjà dans cette phase ;

  • quatrième phase : concentration de nombreuses sépultures et extension de la nécropole jusqu’à une nouvelle limite d’un peu moins de quatre à un peu plus de cinq ares.

103Il est patent qu’un tel travail, planifié au départ, s’est achevé sous une contrainte temporelle qui a obligé à déplacer, concentrer, réduire un grand nombre de sépultures préexistantes ; dans au moins un cas, on suppose qu’une sépulture (n° 7) a été concentrée avant complète décarnisation. Peut-être, de même que l’identité des typologies dans des tombes voisines (US 1 et 41), la pratique de la réinhumation en caisson. constatée dans trois sépultures voisines et alignées (6, 7 et 9), doit-elle être mise en rapport avec un rituel familial.

  • 24 Il faut cependant se rappeler une pointe de flèche, un fragment de douille ou de talon de lance et (...)

104De telles conditions de dépôt des corps, jointes au nombre inhabituel d’immatures, impliquent une mortalité accélérée ; la quasi absence d’armes24 n’exclut pas que la communauté de la Bonneterie ait dû livrer des combats : on n’allait pas, en pareil cas, gaspiller l’armement en le déposant dans les tombes ; à la limite, qu’on ait enterré un unijambiste pourrait être un argument en faveur de l’explication guerrière, bien qu’un déplacement partiel de la sépulture soit plus vraisemblable dans le contexte. Mais l’absence de blessures sur les restes osseux analysables (ch. 3) laisse à penser que la surmortalité dont témoigne la structure du tumulus a plus probablement une cause épidémiologique.

Notes

1 Fossé qui n’a pas été figuré sur la coupe, et dont l’emplacement possible sera discuté plus loin.

2 À partir de ces fiches, il serait possible de réaliser une statistique du type de celle de P. Sankot (SANKOT, 1980) sur les tombes plates de Suisse à La Tène ancienne, mais la banalité et l’homogénéité du mobilier recueilli rendent douteux l’intérêt d’un tel travail.

3 Dans le cas de Ciez (DEVEVEY, 2000), il y avait bien trois torques, mais ils étaient déposés hors sépulture ; bien que la fouille n’ait pas été poursuivie sur l’ensemble du tumulus, même s’il ne s’agit pas d’une sépulture unique, le caisson de bois et pierre indique toutefois qu’il s’agit d’une sépulture privilégiée.

4 Une série conforme à cette description existe un peu partout dans la Nièvre : Nevers, Menou, Varzy... aux XIIIe-XIVe siècles ; toutefois la description peut correspondre aussi à des cruches gallo-romaines à pâte blanche ou rose, fabriquées au départ dans l’Allier. Les tessons – minuscules – que nous avons pu voir plaident plutôt pour une datation gallo-romaine.

5 Repris dans un premier temps par O. Juffard, mais nous n’avons pas jugé utile de faire figurer ce relevé sur le hors-texte. Il est disponible dans la documentation conservée au SRA de Dijon.

6 Opinion modifiée ensuite, comme mentionné ci-dessus.

7 Même remarque que note précédente.

8 L’analyse anthropologique indique que cet ensemble comportait également des restes osseux d’homme et de femme adultes.

9 Accompagnée, ici aussi, des restes d’un homme adulte qui ne sont apparus qu’à l’étude anthropologique.

10 Cela n’a pas été mentionné, mais la question se pose de savoir si ces nodules proviennent d’une incinération effectuée sur le tumulus ou de l’activité de charbonniers ou défricheurs plus récents. L’absence d’ossements incinérés dans les carrés où ces nodules sont mentionnés fait préférer la seconde hypothèse et donc l’idée, souvent confirmée, d’incinérations réalisées à l’extérieur de la zone d’ensevelissement. On constate d’ailleurs la présence de ce type de vestiges, en quantité sensiblement égale, dans les carrés situés en limite et en dehors du tumulus (P22, Q22...).

11 À cette sépulture 111 sont rattachés, sur le cahier, un bracelet de fer fragmentaire, n° 45, une boucle d’oreille en bronze, n° 7, et un éclat de silex, n° 137, pourtant trouvés à 60 cm des restes osseux.

12 Il semble que ce début de numérotation, de A à D, ait eu pour but de distinguer les sépultures en place de celles qui avaient été découvertes dans les déblais du puits. L’analyse anthropologique ne confirme pas les attributions d’origine en sexe et âge.

13 L’ inventaire attribuera plus tard ce bracelet, n° 6, à la sépulture 15, de L26 ; c’est aussi sous ce numéro qu’il a été restauré à Compiègne, mais le carnet de fouilles et le rapport ne laissent aucun doute.

14 Signalée dans les rapports comme appartenant à la masse tumulaire, elle repose en fait sur le substratum.

15 Les longueurs des fragments ne sont pas plus utilisables que le degré d’arc pour les restituer, car pendant le stockage se sont produites des cassures, tandis que la restauration a permis de recoller certains morceaux.

16 Ceux-ci sont assez difficiles à identifier tant ils sont banals. Entre les carnets, les rapports et l’inventaire, il est impossible de les localiser avec certitude, d’autant plus que certains, reproduits dans plusieurs rapports, ont été successivement attribués à des structures différentes. Par prudence, et compte tenu de leur manque d’intérêt pour la chronologie, nous n’avons pas voulu leur donner une identité trop précise qui eût risqué d’être arbitraire.

17 Le problème d’identification signalé p. 52 se complique encore : apparemment, le même numéro a pu servir trois fois ; l’analyse anthropologique des sacs conservés sous ce numéro ne permet pas de résoudre la question.

18 Le tamisage des déblais ne semble pas avoir été systématique, et par temps de pluie une dent boueuse passe facilement pour un petit caillou.

19 Le tumulus de Lantilly dans le canton de Semur-en-Auxois (HENRY, 1933, p. 141-144) pose des problèmes assez voisins de celui de Vielmanay, mais Henri Corot avait eu le temps de rédiger les publications, et les structures étaient apparemment plus évidentes.

20 Cf. le colloque consacré à ces événements par la Société scientifique de Clamecy : BSSAC, 1997 et numéro spécial des actes du colloque.

21 Il aurait existé un tumulus de plan rectangulaire à Misery, Les Pierres Liées (MONCEAUX, 1897), mais la description des fouilles est tellement sommaire qu’on ne peut guère y ajouter foi. À Andryes, une notice ancienne décrit un tumulus de plan carré construit autour d’une pierre dressée, sans davantage de garanties. Le parement extérieur du tumulus 1 d’Oisy était octogonal à sa surface, de même qu’un autre plan de tumulus repéré par prospection aérienne sur la même commune.

22 Contrairement à Vielmanay, la couche était très épaisse vers le haut de la pente, jusqu’à 35 cm, et presque inexistante vers le bas.

23 Nous avons pu faire un bref sondage sur les restes de ce tumulus : en fait, son diamètre externe est de l’ordre de 14 m, mais l’espace dégagé par la fouille ancienne à l’intérieur de la base de calotte de dalles obliques qui le surmontait n’est que de 8 m, à peu près comme à Vielmanay. Lussier a observé quatre sépultures disposées en carré sur les cordes des arcs correspondants, mais pas de structure centrale.

24 Il faut cependant se rappeler une pointe de flèche, un fragment de douille ou de talon de lance et un anneau de fer qui pourrait être interprété comme un autre talon de lance fragmentaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 8. Stratigraphie de la tranchée d’exploration de part et d’autre du puits, 1972. Quadrillage métrique.
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Stratigraphie détaillée près du centre du tumulus, 1977. Largeur de la coupe = 1 mètre.
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 10. Objets découverts avant la fouille et recueillis par le Dr Mallet = US 1 . Bronze.
Crédits (dessins R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 11. Nos 1 à 3 : Découvertes de 1942 ; nos 4 à 17 : objets des carrés M11-13. 1. schiste ; 2, 4-14. bronze ; 3, 16-17. fer ; 15. pâte de verre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 12. Sépultures de surface et sépultures de la masse tumulaire en 1975 . Quadrillage métrique.
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 13. Nos 1-2 : mobilier attribué à la sépulture de surface n° 24. Nos 3 à 8 : mobilier déstratifié. 1-7. fer ; 8. verre
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 14. Plan de la sépulture 49 (quadrillage décimétrique) et mobilier concomitant (1 : sép. 54). 1-3. bronze ; 4-12. coquillages percés
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 15. Mobilier des sépultures de surface du secteur NW : répartition des sépultures (quadrillage métrique) et mobilier associé. 1-2. fer ; 3-5. bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 16. Sépulture n° 29 et mobilier. 1. os travaillé Bracelets de fer restaurés nos 15, 16, 17, 18, 23, 24
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 17. Sépulture n° 29. Bracelets du bras droit
Crédits (dessins R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 18. Sépulture n° 29. Bracelets du bras gauche
Crédits (dessins R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 19. Plan et mobilier des sépultures nos 92 et 93. 1. fer ; 2. bronze ; 3. verre
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 20. Échantillons de mobilier de surface de la campagne 1978. 1. céramique ; 2. os ; 3-4. fer
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 21. Sépultures nos 6 et 7 Mobilier associé : 1. sép. 6 ; 2. sép. 7. Fer
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 22. Bracelets de fer attribués aux sépultures 14 et 17.
Crédits (dessins C. Touzel)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 23. Sépulture n° 18 et dépôts voisins mobilier associé
Crédits (dessins R. Octobon ; quadrillage métrique), (dessins C. Touzel et R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 24. Objets découverts à proximité de la sépulture n° 18. 1-2, 7. bronze ; 3-6, 8-11. fer
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 25. Sépulture n° 35 (quadrillage décimétrique) et son bloc de chaille servant de repose-tête
Crédits (dessins R. Octobon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 26. Bracelets et anneau attribués à la sépulture n° 38. 1-3. bronze ; 4. fer (dessins C. Touzel)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-19.png
Fichier image/png, 172k
Légende Fig. 27. Échantillon de mobilier de la masse tumulaire, campagne 1974, carrés MV 10-15. 1-10. silex ; 11-16. céramique
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 28. 1-4. Mobilier attribué à la sépulture 64 ; 5. mobilier attribué à la sépulture 42. Bronze.
Crédits (dessins C. Touzel)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 29. Sépulture n° 78  1. Bracelet de fer de la sép. 78 ; 2. bracelet de fer de la sép. 80
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 30. Sépulture n° 84  et mobilier associé. 1-2. fer 3-5. céramique
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 31. Mobilier de sépultures de la masse tumulaire, non relié à une sépulture particulière. 1-3, 6. fer ; 4, 5, 7-15. bronze ; 16. dents de canidé percées
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 32. Mobilier attribué aux sépultures 102, 116 et 117.1 : carré N17 ; 2 : carré J20 ; 3 : sép. 116 ou 117 ; 4 : sép. 102 .
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 33. Plans du tumulus 1 d’Oisy. La photographie présente le parement extérieur (secteur nord-ouest).
Crédits (d’après ADAM, 1984)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 34. Répartition spatiale et typologique des sépultures
Crédits (dessin R. Adam, informatisation Y. Pautrat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17383/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search