Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

1. Situation

Richard Adam

Texte intégral

1.1. Situation générale : entre Châtillon-sur-Seine et Bourges

1Le caractère inhabituel d’un tumulus servant de nécropole tribale, maintes fois remanié et abritant un nombre important de sépultures, impose de le situer dans un contexte très large susceptible de tenir compte non seulement de la présence de nécropoles tumulaires, mais aussi de leur disposition et du nombre de sépultures identifié dans chaque nécropole et chaque tumulus, quand cela est possible.

2Par ailleurs la zone qui s’étend entre la Cure et la Loire a été purement et simplement traitée comme terra incognita par P. Brun et B. Chaume dans leur cartographie des Fürstensitze du Westhallstattkreiβ lors du colloque de Châtillon-sur-Seine en 1993 (BRUN, CHAUME, 1997, p. 339-407), ainsi que par P. Brun dans sa modélisation diachronique lors du même colloque (BRUN, 1997, p. 328). Ces auteurs omettent très normalement de citer notre article (ADAM, 1983), puisqu’il ne fait état d’aucun mobilier d’importation susceptible de caractériser un site princier. L. Baray reprend pour sa part, mais sans citer sa source, les découvertes que nous avions mentionnées dans cet article, mais n’étend pas sa recherche jusqu’à la Loire (BARAY, 1994, p. 199-201). Il convient donc de reprendre la description de ce secteur négligé par la littérature récente.

  • 1 Ce site a été sondé dès 1993. Il est actuellement en panne pour des raisons administratives, et don (...)
  • 2 Sur Bourges comme Fürstensitz, la documentation s’est complétée depuis l’époque où B. Bouloumié (BO (...)

3La position géographique du site de Vielmanay s’apprécie aisément à partir d’une carte de France au 1/1.000.000e (fig. 1) : il est aligné, selon un axe ENE-WSW, avec Vix et le Châtillonnais à 130 km, le camp de Cora, à Saint-Moré (89) et les nécropoles tumulaires de la Cure à 65 km, le site de hauteur de Sembert à Clamecy (58)1 et les nécropoles des Vaux d’Yonne à 45 km, et de l’autre côté Bourges et ses environs (Lazenay, Dun-sur-Auron), la plus occidentale des résidences princières celtiques connues2, à 50 km. À considérer les zones tumulaires de la rive droite de la Loire, on constate en outre une parenté avec le Bourbonnais, d’où proviennent les deux bracelets de schiste du tumulus.

  • 3 Nous avons également relevé plus au nord, dans la région de Mailly-le-Château, plusieurs nécropoles (...)

4Sur l’axe Châtillon-Bourges, on rencontre d’est en ouest une zone tumulaire importante, celle de la forêt de Châtillon et des environs, qui correspond aux hauts plateaux de la Bourgogne orientale, avec des sites de première importance partiellement explorés par l’archéologie moderne, comme la forêt de Châtillon et le complexe Minot-Beneuvre (HENRY, 1933 ; PEYRE, 1981 ; JOFFROY, 1960a ; CHAUME, 1987) ; puis les environs, au sens large, des confluents Yonne-Cure-Serein, qui constituent un ensemble mieux connu par les collections du musée d’Avallon que par les publications des fouilles anciennes (ADAM, 1983, avec bibliographie) ; ces sites semblent se regrouper au nord du Montmarte, à l’ouest d’Avallon (commune de Vault-de-Lugny) et du camp de Cora à Saint-Moré. En évoluant vers l’ouest, on trouve une ou deux nouvelles séries de nécropoles de part et d’autre de l’Yonne, autour de Clamecy et de Varzy3.

Fig. 1. Situation générale. Cartographie VYA ; base : carte de France au 1/1 000 000e.

5Il n’est pas possible actuellement (ADAM, 1995a) de déterminer autrement que par des probabilités géographiques si ces nécropoles – non fouillées, ou fouillées anciennement et publiées, au mieux, sommairement dans des revues locales – sont liées à des centres habités précis : par hypothèse, si l’on admet que les grandes zones tumulaires de la rive gauche de la Cure (Les Montapots à Arcy-sur-Cure, Rochignard, Bois des Moines, voir ci-dessous) sont certainement liées au camp de Cora à Saint-Moré, et s’il semble bien que les tumuli isolés ou groupés du Culleron (Clamecy), du Petit-Sembert (Clamecy), et du Mont Breuchoux (Pousseaux) dépendent de l’oppidum de la Chaume de la Justice à Sembert-le-Haut, commune de Clamecy, en rive droite de l’Yonne (département de la Nièvre), il reste deux problèmes importants qui ne pourraient se régler que par des recherches topographiques fines ou par des fouilles intensives.

61) Les zones tumulaires de la région de Misery, Châtel-Censoir, Mailly-le Château (Les Pierres Liées ; Vaulabelle ou Bois Coquarts ; Murgers de Bellevue ; Bois du Cormier), géographiquement séparées du groupe proche de Clamecy-Sembert, entraînent-elles l’hypothèse d’un site de hauteur qui serait situé à mi-chemin de Cora et de Sembert, en l’occurrence au Tureau à Châtel-Censoir, ou au-dessus des falaises du Saussois, commune de Merry-sur-Yonne ? Nous ne connaissons aucune bibliographie, et le travail sur le terrain n’autorise que des hypothèses, faute de sondages.

  • 4 Encore est-il possible que chaque rive de l’Yonne ait abrité sa communauté celtique autour d’un opp (...)

72) Les zones à tumuli sur lesquelles a porté essentiellement notre enquête précédente (ADAM, 1983), celles de la rive gauche de l’Yonne entre Tannay et Oisy, dépendent-elles de Sembert ou d’un site de hauteur situé en rive gauche sur l’une des collines de Varzy ? Nous avons naguère fouillé dans cette perspective le Mont Châtelet de Varzy, étroite colline escarpée qui porte en son tiers oriental une arx maior ou place surélevée ; en cinq campagnes, nous y avons constaté une forte occupation médiévale, notamment carolingienne, puis un substrat gallo-romain et une première installation défensive, probablement, à La Tène finale (ADAM, 1986), mais rien de contemporain des tumuli voisins de Courcelles, Fancy, qui couvrent le Hallstatt final et le début de La Tène ancienne. En revanche, à Varzy toujours, le Mont Charlay, qui possède aussi des restes d’enceinte et où ont été trouvés, lors de travaux, un tesson protohistorique et un éclat de silex, pourrait être le site de hauteur dont dépendraient les zones tumulaires de rive gauche4.

83) Aucun des sites d’oppida connus par l’enquête publiée dans le BSPF de 1907 (DESFORGES, 1907) ne satisfait aux conditions chronologiques et géographiques pour avoir pu fonctionner comme centre d’une zone tumulaire ; celui de Surgy, signalé comme « camp de Basseville », ne livre que du Néolithique (ARNON, 1901 ; PAUTRAT, 1993). Il reste des sites à explorer, notamment en bordure du Morvan granitique (le Mont Martin à Dornecy, le Mont Brivois à Brèves, Neuffontaines, le Mont Sabot à Lormes...), mais ces possibles sites de hauteur sont décentrés par rapport aux sites tumulaires et restent, en l’état, indatables. Tout récemment sondé, en juillet 2001, le site d’éperon barré atypique de Chevroches, en rive gauche de l’Yonne face à Sembert, semble donner une datation au Néolithique (information orale F. Devevey).

94) Concernant la région voisine de Vielmanay, il existe aussi des sites de hauteur possibles, qui allient de fortes pentes, une dénivelée supérieure à cinquante mètres, et une situation d’éperon barré aisément fortifiable, comme le bois de la Forge, à l’est de Nannay, les Usages de Montay, près de Chasnay, ou encore le Montbois, sur les communes de Châteauneuf-Val de Bargis et Cessy-les-Bois, qui semble posséder une petite enceinte. Mais nous n’avons aucune datation, et les sources anciennes sont désespérément muettes ; il faudrait de toute façon faire au moins quelques sondages sur ces oppida potentiels pour avoir une idée de leur occupation éventuelle, et la politique actuelle, qui favorise l’archéologie préventive aux dépens de l’activité cognitive de reconnaissance et de compréhension du terrain, ne laisse guère d’espoir que cette perspective soit développée. En tout état de cause, les sites de hauteur susceptibles d’avoir abrité un habitat auquel le tumulus-nécropole de Vielmanay serait lié sont tous situés à une dizaine de kilomètres plus à l’est.

10Si les connaissances acquises sur les nécropoles du bassin de l’Yonne moyenne et de la Cure ne sont pas satisfaisantes, elles sont néanmoins supérieures à celles qu’on peut déduire des publications existantes concernant la rive droite de la Loire, c’est-à-dire des bassins versants du Nohain et des Nièvres.

11À mesure, en effet, que l’on va vers l’ouest, les tumuli signalés sur ces bassins versants affluents de la Loire ne sont connus que par des rapports anciens et peu vérifiables, les objets conservés en musée, ou des photographies aériennes non contrôlées au sol (BIGEARD, 1996, communes de Bitry, les Ensèches ; Cessy-les-Bois, les Brûlis ; Chaulgnes ; le sud de La Charité-sur-Loire ; Garchy, avec peut-être un tumulus arasé repéré d’avion par A. Bouthier, et du mobilier conservé au musée archéologique de Nevers ; mobilier à la porte du Croux également pour Nannay (GUILLAUMET, MARANSKI, 1998, p. 25-28) ; mobilier ou notices anciennes pour Magny-Cours ; Bona ; Rouy-Méas ; Langeron, avec sept sépultures apparemment du Hallstatt final au La Tène ; Saint-Quentin-sur-Nohain et Saint-Martin-sur-Nohain comportent, toujours selon les prospections aériennes d’A. Bouthier, des tumuli à fossés arasés). Récemment un tumulus a été partiellement fouillé à Ciez, et une sépulture centrale à caisson y a été identifiée, mais il n’est pas exclu que des sépultures périphériques y restent à explorer (DEVEVEY, 2000).

  • 5 Pour des raisons propres à l’archéologie d’urgence, seul le caisson central a été exploré, de sorte (...)

12Sans qu’on y signale pour autant d’autres tumuli à sépultures multiples, la partie occidentale du département de la Nièvre ne semble donc pas connaître ces nécropoles à tumuli nombreux, mais à faible nombre de dépositions, qui sont au contraire fréquentes dans la partie nord-orientale, en particulier autour de Clamecy : cette dernière région atteint des densités de dix-huit unités au minimum pour la commune d’Oisy, quarante-cinq pour Clamecy, quatre-vingt pour Billy-sur-Oisy, et aucune commune n’y est dépourvue de tumuli (fig. 2 et 3). Le grand tumulus de Ciez, avec une sépulture centrale en coffre de pierre et probablement bois, datée du tout début du Ve siècle5, semble isolé dans son environnement.

  • 6 Ce qui semble être le cas d’Oisy, tumulus 2 (ADAM, 1980).
  • 7 Étant bien entendu que seules des fouilles intensives pourraient confirmer l’hypothèse que ces « to (...)
  • 8 Esquisse très sommaire dans Cahiers archéologiques de Bourgogne, 3, 1992, p. 18-25, et résumé dans (...)

13Il faudrait avant tout établir des distinctions suffisamment nettes entre les différentes sortes de nécropoles tumulaires, dans la mesure où les sources le permettent, et distinguer les grands tumuli aristocratiques édifiés à partir d’une sépulture unique, éventuellement complétés de structures annexes à inhumations ou incinérations6, les sépultures collectives sous amas de pierres, et les petites tombes individuelles7 groupées en cimetières de plusieurs dizaines d’unités, qu’on construit en pierres là où le terrain ne permet pas de le faire en fosse hypogée. Cette orientation de recherche, présentée au colloque AFEAF de Nevers dès 1993, fait l’objet d’un article toujours inédit, intitulé Topographie et architecture du tumulus funéraire entre Yonne et Loire8.

Fig. 2. Localisation par communes des zones tumulaires mentionnées. Cartographie VYA ; base : carte de France au 1/1 000 000e. 1. Bassin Cure-Yonne ; 2. Vaux d’Yonne, bassin du Beuvron ; 3. Vaux d’Yonne : zone d’Oisy ; 4. Région de Brinon-sur-Beuvron ; 5. Donziois ; 6. Bazois-Amognes ; 7. Confluent Loire-Allier ; 8. Bassin de l’Auron.

14Dans le cas qui nous occupe, il serait absolument fondamental de savoir si les découvertes enregistrées dans les communes voisines de Nannay et Garchy correspondent à des tumuli à faible ou à grand nombre de sépultures ; la documentation disponible ne permet pas de le déterminer, mais dans les cas les plus identifiables, lorsqu’en musée l’on ne trouve qu’un ou deux objets par commune, il s’agit normalement de tumuli à faible population ; Nannay, Garchy et Ciez ne seraient donc pas des tumuli-nécropoles, et même dans un cadre local Vielmanay resterait isolé de ce point de vue.

Fig- 3. Situation par bassin des zones tumulaires du département de la Nièvre. Cartographie VYA ; base : carte IGN au 1/250 000e. 1. Clamecy, Ouagne, Surgy, Oisy, Billy-sur-Oisy ; 2. Cervenon, Amazy, Taconnay, Tannay ; 3. Corvol l’Orgueilleux, Courcelles, Varzy ; 4. Chevannes-Changy, Arthel, Saint-Révérien ; 5. Moissy-Moulinot, Pouques-Lormes : 6. Chitry-les-Mines, Corbigny ; 7. Lavault-de-Frétoy ; 8. Château-Chinon ; 9. Bouhy, Bitry, Saint-Martin-sur-Nohain ; 10. Perroy, Cessy-les-Bois ; 11. Garchy ; 12. Nannay ; 13. Chaulgnes ; 14. Sauvigny-les-Bois ; 15. Cizely ; 16. Bona ; 17. Rouy ; 18. Magny-Cours ; 19. Saint-Parize-le-Châtel ; 20. Langeron.

  • 9 Interprétation personnelle après examen du terrain.

15La situation des départements limitrophes, Cher et Allier, est dans l’ensemble voisine de ce que l’on connaît pour l’ouest et le sud de la Nièvre. Quand, poursuivant vers l’ouest, on traverse la Loire, on trouve dans le Cher une situation qui n’est pas très exactement décrite dans la bibliographie recensée par la CAG 18 (CHEVROT et alii, 1992). D’ouest en est, on peut citer : à Subligny, canton de Vailly-sur-Sauldre, mention de tumuli, sans précisions ; à Veaugues, canton de Sancerre, tumuli et enclos repérés par prospection aérienne ; dans le canton de Saint-Amand-Montrond, à Bouzais, deux tumuli, l’un à trois sépultures, l’autre à nombre indéterminé, apparemment sur l’oppidum du lieu-dit Le Camp9, et sur cette même commune un mobilier hallstattien final et de La Tène I, torque et bracelet de bronze, non relié à une structure ; à Savigny-en-Septaine, canton de Baugy, dix inhumations du Hallstatt final au minimum dans trois tumuli ; à Sainte-Montaine, canton d’Aubigny-sur-Nère, plusieurs tumuli mal datés ; à Châteauneuf-sur-Cher, onze inhumations sur deux niveaux sous tumulus, avec un mobilier pauvre ; à Civray, canton de Chârost, plusieurs sépultures sous tumulus, du Hallstatt final ; à Morthomiers, même canton, à l’ouest de Bourges, une nécropole à inhumation datée du Hallstatt D à La Tène I. « Les premières fouilles furent exécutées [...] sur deux tumulus d’un groupe de trois. Le premier, constitué d’un amas de pierres sèches, contenait plusieurs inhumations, dont certaines en caisson de pierre, une fibule, un bracelet, une bague et une oenochoé du type Schnabelkanne. Au centre du tertre [...] une douzaine de sépultures disposées radialement autour de la structure centrale [...] Dans un tumulus à l’architecture complexe (de 36 m de diamètre), plus d’une quarantaine d’inhumations furent mises au jour. Le mobilier de ces inhumations est hétérogène : des objets en bronze de La Tène, et d’autres, sans plus de précisions, gallo-romains » (CHEVROT et alii, 1992, p. 165) ; au Subdray et à Lunery, même canton, d’autres tumuli avec une ciste à cordons.

16Le site le mieux documenté, à part Bourges, est la nécropole des Champs de Couy à Saint-Denis-de-Palin, canton de Dun-sur-Auron (CHEVROT et alii, 1992, p. 222 sq.) : cette nécropole de vingt-deux tumuli, dont un fouillé par R. Boudet en 1958-59, appartient à un ensemble de zones tumulaires qui entourent un probable oppidum d’éperon, La Douée. L’ensemble, daté de la transition Hallstatt final/Tène ancienne, mêle les rites d’inhumation et d’incinération (en urne céramique et situle métallique), les sarcophages de pierre sèche et les coffres et structures diverses. Les auteurs signalent une autre nécropole de dix-sept tertres, partiellement fouillée, de chronologie identique, et plus vaguement d’autres zones tumulaires qui entoureraient l’oppidum, lequel, malheureusement, n’est daté par aucune fouille.

17La position chronologique de ces sites du Cher a été précisée dans le dossier de P. Brun et B. Chaume pour le colloque de Châtillon (BRUN, CHAUME, 1997, p. 343-346).

18Nous ne nous attarderons pas sur le nord de l’Allier, sauf pour signaler que selon la documentation archéologique actuelle, c’est-à-dire la CAG 03 (CORROCHER et alii, 1989), on ne signale qu’anciennement une possible découverte sous tumulus à Ainay-le-Château, canton de Cérilly, et une à Aurouër, canton d’Izeure ; dans les deux cas, la description sommaire du mobilier ne permet aucune datation. Il demeure assez étonnant que le tumulus se fasse si discret aux confins du pays arverne : doit-on songer à une zone-tampon peu habitée, immédiatement en rive gauche de la Loire entre Decize et Nevers ? Il est pourtant établi, d’après les études de Maurice Franc et Maurice Blanchet (ci-dessous, ch. 3), que deux sites de l’Allier ont importé à Vielmanay des bracelets de schiste, et ce vraisemblablement en suivant le cours de la Loire.

  • 10 Le maire de cette commune, Jean-Pierre Dupont, nous signale un ensemble funéraire alliant les deux (...)

19Il ne sera pas davantage nécessaire d’envisager ici le problème éduen : à supposer que les frontières fixées récemment à cette civitas (PEYRE, GOUDINEAU, 1993) aient quelque validité pour l’époque de César, rien n’indique que cinq siècles plus tôt une hypothétique civitas éduenne ait eu une assise géographique identifiable au socle granitique du Morvan. On constate en tout cas dans les publications les plus récentes (BIGEARD, 1996 ; GUILLAUMET, 1995), dans le dépouillement des Mémoires de la Société éduenne et par nos propres prospections en bordure du Morvan granitique, que cette région est singulièrement dépourvue de tumuli. Cette question n’est pas uniquement théorique : la différence des substrats rocheux a-t-elle une influence sur les coutumes funéraires ? Le granité du Morvan ne se prête assurément pas à la construction de tumuli, alors que le calcaire bajocien se délite de lui-même en dalles propices à cette technique. Sans prétendre établir que le Morvan était désert au Hallstatt final, nous constatons en tout cas une frontière de nature au moins technologique au niveau de Moussy-Tanchy, Neuffontaines, Pouques-Lormes10, Corbigny : la construction de tumuli s’arrête très exactement au bord du socle granitique (fig. 3) et les tumuli funéraires n’existent qu’en périphérie septentrionale, Avallonnais et Vaux d’Yonne (PÉQUINOT et alii, 2001, p. 13-14).

20Les oppida du Morvan granitique ne fournissent guère d’éléments de datation (PÉQUINOT et alii, 2001, p. 25-35), à part le Mont Beuvray et le Fou de Verdun, occupés à partir de – 100/– 80 ; mais les données de fouilles étant rares, il reste possible d’admettre un hypothétique peuplement du Morvan à l’époque qui nous occupe, le Hallstatt final, pour peu que, comme les Scythes dont parle Hérodote (IV 71-73), les Celtes locaux aient fait voyager les morts pour les inhumer en limite de leur région ; le caractère périphérique des tumuli de l’Avallonnais et du Haut-Nivernais, mais aussi de l’exploitation du sel aux Fontaines-Salées à Saint-Père-sous-Vézelay, ne s’oppose pas à cette hypothèse.

1.2. Typologie. morphologie, topologie des tumuli

21Jusqu’ici, nous avons fait abstraction des structures funéraires autres que les tumuli. C’est que les alternatives au tumulus comme concept funéraire se limitent – dès lors qu’on écarte le cannibalisme, la coutume malgache d’exposer les défunts sur des lits de planches dans les arbres ou celle, plus répandue, de les livrer aux loups, hyènes et fourmis (MOHEN, 1996) – au champ d’urnes, à l’enclos fossoyé et à la tombe plate. Il est assez démontré (PELLET, DELOR, 1980 ; ROLLEY, 1989 ; PELLET et alii, 1989 ; SARRAZIN, 1989 ; DELOR, 1995) que le faciès alluvial de l’Yonne inférieure, s’il interdisait, faute de matériaux, d’édifier des amas de pierres, permettait en revanche d’obtenir, avec les limons extraits de fossés et des palissades de bois, des structures de relief équivalent. Elles sont forcément arasées lorsque les prospecteurs les photographient d’avion ou que les fouilleurs en explorent les fossés à la suite de travaux, mais leur équivalence symbolique avec les tumuli de pierre sèche est évidente. En revanche, la finalité funéraire de beaucoup d’enclos fossoyés repérés par prospection aérienne – nous pensons, en particulier, au Donziois, dont Vielmanay est limitrophe – n’apparaît pas concluante à défaut de fouilles, et c’est pourquoi nous nous en tenons ici au tumulus de pierres sèches, ou de pierres et terre, dont la vocation funéraire est probable dès lors qu’on sait le distinguer des tas d’épierrement modernes. L’absence de renseignements précis sur le caractère funéraire et la chronologie des enclos fossoyés non fouillés empêche, dans les zones où la géologie permettait à la fois de creuser des fossés et d’édifier en pierre, de tirer des conclusions satisfaisantes des cartes de répartition (fig. 2 et 3).

  • 11 Il serait possible de normaliser ces appellations en se rappelant qu’un tertre est par définition u (...)

22Quand on parle de tumulus de pierres, dans les sources anciennes, c’est souvent sous les termes fantaisistes de « galgal » ou « tertre »11, et les descriptions proposées par des auteurs même aussi précis (pour l’époque) que Saint-Venant, Jacquinot ou Lussier ne s’intéressent guère qu’au mobilier retrouvé et, concernant les structures, indiquent au mieux les dimensions globales et le nombre approximatif d’inhumés. Nulle part n’est précisée la présence d’ossements incinérés, ce qui interdit de relier certains petits tumuli à un faciès Champs d’Urnes, et la céramique, quand elle est mentionnée, est toujours décrite de manière trop sommaire pour qu’aucune datation ne soit possible. La présence, constatée au moins dans un cas en dehors de Vielmanay (Oisy 1 : ADAM, 1984), de céramique largement antérieure à l’édification du tumulus, et déposée volontairement en préalable à sa construction, est un élément qui a échappé à l’ensemble des publications anciennes.

  • 12 La fibule signalée par Parat appartient au type ad arco ingrossato ou a sanguisuga, bien identifié (...)
  • 13 L’oppidum de Sembert-le-Haut, dominant Clamecy en rive droite, aurait dû faire l’objet de sondages (...)

23D’une manière générale, la chronologie de la plupart des sites rencontrés sur l’axe Vix-Bourges n’est pas suffisamment établie pour qu’on puisse assurer qu’il y a là une voie sinon de pénétration « ethnique » de la part des Celtes, du moins d’acculturation hallstattienne (ADAM, 1995a) : le floruit du Mont Lassois (500 ± 20) se situe une ou deux générations avant celui de Bourges, mais entre les deux, les jalons chronologiques peuvent paraître aberrants : fibule du début VIe au camp de Cora12 (PARAT, 1907), occupation début Ve de l’oppidum de Clamecy (ADAM, 1995a ; ADAM, 2000)13 de 540 à 470 environ pour les tumuli de pierre sèche du Haut-Nivernais (ADAM, 1983) ; sur des zones très importantes comme les champs de tumuli de rive gauche de la Cure, la littérature ne fournit aucune date et les fouilles n’ont peut-être pas donné le moindre objet (PARAT, 1907) : à la limite, on n’est pas sûr qu’il s’agisse de tumuli funéraires, le sol ayant pu dissoudre les ossements... ou parce que la méthode d’exploration de l’abbé Parat manquait de rigueur.

  • 14 À moins, comme le rappelle Hérodote à propos des Scythes royaux de la future Chersonèse taurique, q (...)
  • 15 D’autant que dans au moins un cas, le tumulus de l’aéroport de Clamecy, les bracelets du Hallstatt (...)

24Ces quelques exemples montrent que si la cartographie de l’occupation celtique commence à être assez bien établie à l’ouest de la Côte-d’Or, sans toutefois atteindre la précision obtenue dans ce département, il faudra encore beaucoup de travail pour fixer les limites chronologiques de telle ou telle occupation. De ce point de vue, le tumulus de Vielmanay est exceptionnel en ce qu’il révèle une population fixée au même endroit14 pendant deux ou trois générations, alors que les sépultures de la région de Clamecy demeurent insuffisamment situées en chronologie absolue15.

  • 16 Dans cette nécropole, trois petits tumuli ont été fouillés ; le délitage naturel du banc calcaire a (...)

25Les données d’archives et des musées concernant les nécropoles tumulaires du département de la Nièvre ont été publiées voici plus de quinze ans (ADAM, 1983). Rien n’a beaucoup changé depuis, si ce n’est qu’ont été pour la première fois étudiés de très petits tumuli, ceux des bois de Charmois à Billy-sur-Oisy, où malheureusement les restes osseux éventuels ne se sont pas conservés ; il est simplement apparu que les petits tumuli de pierre liée à l’argile, dans ce secteur, pourraient se rattacher à une typologie Champs d’Urnes attardée, et donc au Bronze final plutôt qu’au Hallstatt (ADAM, 1995b, p. 33-39)16 ; d’ailleurs, selon les coutumes Champs d’Urnes, le sol n’a pas seulement été décapé, mais creusé, et on y trouve des tessons dans des diaclases vidées puis remplies avec l’argile d’origine. La prospection aérienne laisse soupçonner aux environs deux autres nécropoles à fosses : à Billy-sur-Oisy, près du site fortifié du Château-Musard, et à Clamecy, à 1 000 m au sud de l’oppidum de Sembert (alors que les nécropoles tumulaires sont au nord et au nord-est de cet oppidum) ; ces deux attributions, reposant sur le traitement informatique de photos aériennes, restent à l’heure actuelle hypothétiques.

26D’une manière générale, malgré le dépouillement de la documentation existante procuré par les CAG et les diverses prospections, les datations fournies soit par des fouilles, soit par des collections de musées, restent largement insuffisantes pour permettre de classer précisément le tumulus de Vielmanay dans une séquence chronologique régionale. Il est cependant possible d’apporter quelques remarques à partir de sa localisation et de son environnement.

27Vielmanay se situe en dehors des zones de grandes nécropoles tumulaires (fig. 3), qui occupent essentiellement d’une part le nord-est du département et le sud du département de l’Yonne, et d’autre part le sud de la Nièvre autour de Billy-Chevannes, à mi-chemin de Nevers et de Château-Chinon, dans le bassin de la Loire. On ne signale pas, nous l’avons vu, de nécropoles tumulaires en Morvan granitique, et peu entre la limite occidentale du bassin de l’Yonne et la Loire. Le tumulus de la Bonneterie apparaîtrait donc isolé, entouré seulement de rares tumuli vaguement signalés au siècle dernier à La Charité, Chaulgnes, Nannay, Garchy, Cessy-les-Bois, Saint-Martin-sur-Nohain, Saint-Pierre-le-Moûtier, Sauvigny-les-Bois (dans ce dernier cas, il s’agirait d’une nécropole d’une douzaine de tumuli). Mais on peut risquer des hypothèses géographiques et historiques pour expliquer cet isolement relatif.

28Au point de vue géographique et géologique, les bassins versants des affluents de rive droite de la Loire montrent une prédominance de terres profondes, argileuses, qui, même si elles sont moins propices que les sables liasiques de la vallée alluviale de l’Yonne à l’établissement de structures fossoyées, permettent au moins une mixité entre tumuli construits et enclos fossoyés. Malgré cela, la densité n’a rien de comparable avec ce qu’on connaît dans la région Yonne moyenne/ Cure : les sources mentionnent là un ou deux tumuli par commune, rarement une petite nécropole, ici des champs de tumuli dont le plus spectaculaire, les Montapots à Arcy-sur-Cure, atteint les 514 unités. L’on ne peut imputer à l’agriculture, devenue plus anciennement intensive dans le bassin de la Loire, des destructions massives : le couvert forestier y reste important, et même s’il est inférieur à celui du Haut-Nivernais et de la Cure, les sources sont muettes sur la forêt des Bertranges ou celle de Bellary, où pourtant la place ne manque pas pour installer des nécropoles tumulaires qui eussent normalement survécu.

  • 17 Et encore sensiblement plus loin vers l’ouest : JOSSET, 1990 ; PIEL, 1990.
  • 18 À Mesves-sur-Loire aurait été découverte une coupe en bronze, d’origine campanienne, datable du IVe(...)

29Ce n’est pas la rareté des tumuli qu’il convient de constater, mais plutôt leur isolement : il révèle une différence culturelle entre le secteur Cure/Yonne et le secteur Loire/Cher. Ce qui amène à compléter les constatations géographiques par une hypothèse historique : que l’acculturation hallstattienne ait fait une halte dans sa progression vers l’ouest au niveau de l’Yonne, et que seuls de petits groupes aient poussé jusqu’à la Loire et traversé celle-ci pour atteindre les départements du Cher et de l’Allier ; dans le premier cas, ils devaient retrouver ensuite, dans le ve siècle, un contact avec la Méditerranée dont témoignent les importations étrusques de Saint-Denis de Palin, de Bourges, etc.17, et ce par la voie ligérienne si l’on tient pour authentique la découverte de Mesves18. C’est une hypothèse que l’examen du mobilier et de la structure du tumulus permettra de discuter.

  • 19 R. Octobon en comptait davantage : une dizaine (OCTOBON, 1975. p. 6). On regrette qu’il ne cite pas (...)
  • 20 Et non commune d’Amazy comme je l’avais écrit à la suite de Darlet : des prospections sur le terrai (...)
  • 21 Les observations effectuées en Haut-Nivernais et Vaux d’Yonne, ainsi qu’aux environs de Donzy, perm (...)

30Or, dans la région, il est exceptionnel qu’un amas de pierre sèche recueille un nombre de sépultures aussi élevé. Selon la littérature du siècle dernier et nos propres observations, deux à quatre inhumations dans un tumulus de quinze à vingt mètres de diamètre constituent une norme usuelle19 ; il faut bien sûr tenir compte du caractère sommaire des fouilles anciennes, qui ont fait omettre des sépultures très abîmées ou des incinérations dispersées, mais d’une manière générale on n’atteint qu’exceptionnellement la centaine d’individus : à Saligny, commune d’Asnois, dans la haute vallée de l’Yonne20, le total dérisoire des objets conservés en musée ne semble guère correspondre au minimum de trente sépultures indiqué par Darlet (ADAM, 1983, p. 120) ; au bois d’Amont, au sud de Tannay, on aurait sous toutes réserves une densité comparable d’une trentaine d’inhumations (ibid., p. 123- 125)21. En Côte-d’Or en revanche, le tumulus de terre de Bressey-sur-Tille, soigneusement fouillé par Roger Ratel (RATEL, 1977), livre plus de cent sépultures ; encore celui-ci, où quatre étapes de construction bien distinctes apparaissent grâce aux terres différentes utilisées, est-il fort éloigné de notre région et ne présente-t-il que peu de points communs avec Vielmanay au point de vue architectural ; sa durée d’utilisation est également beaucoup plus longue, comme pour celui de Lantilly (HENRY, 1933, p. 141-144).

  • 22 À Ciez, on enregistre, pour une seule sépulture, un tumulus de 20 m de diamètre pour 2,60 m de haut (...)

31Le caractère exceptionnel de cette population, pour un monument qui n’est pas sensiblement plus vaste que la moyenne (de 25 à 30 m de diamètre, suivant les estimations successives du fouilleur, qui seront examinées au ch. 2), et semblerait même plus bas que beaucoup, soulève évidemment des questions : sépulture tribale, de clan, de village ? d’une expédition colonisatrice qui aurait lentement défriché un territoire vierge, ou aurait été limitée en surface par les populations préexistantes ? En l’absence de tout moyen d’établir des liens de parenté entre les inhumés, cette question reste purement lexicale. Il serait en revanche intéressant de déterminer pourquoi des groupes d’individus, sur presque tous les autres sites locaux, s’employaient à accumuler des masses considérables de matériaux sur un nombre restreint de défunts, quelquefois sur une seule personne22, voire, si l’on en croit les rapports sur certaines fouilles infructueuses, sur une absence de sépulture, tandis qu’à Vielmanay on a empilé toute une foule de gens de statuts manifestement divers, mais d’une manière générale très pauvres. L’étude des structures d’enfouissement permettra de voir un peu plus clair dans cette problématique.

  • 23 Il ne mesure guère plus d’un hectare, ordre de dimension qui a été constaté, par exemple, sur le pl (...)

32Pour saisir la position de Vielmanay dans l’environnement que nous venons de décrire sommairement, il convient à l’évidence de recourir à la théorie des Fürstensitze de W. Kimmig, telle que son auteur a lui-même proposé de la réaménager à la lumière des découvertes récentes (KIMMIG, 1997, p. 13-16) : si l’on distingue dix ou treize Fürstensitze dans le West-hallstattkreis, entre plateau suisse, Rhénanie et Berry, et si l’on attribue à chacun un rayon d’activité de 25 km, soit une journée de marche, il reste une place considérable pour des sites-relais, féodalités de niveau inférieur, dont l’oppidum de Saint-Moré et celui de Clamecy23 constituent deux exemplaires ; les distances et la répartition des vallées, même si elles sont secondaires par rapport aux grands axes de transport de matériaux, la Seine en particulier, invitent à postuler un de ces relais sur la Cure (St-Moré), un autre sur l’Yonne (Clamecy), éventuellement un troisième près de la Sainte-Eugénie vers Varzy (supra), un quatrième près de la Loire (les collines de Nannay, Garchy, ou La Charité ?). Il est délicat de supposer que la tribu rurale de Vielmanay n’ait disposé d’aucun refuge de hauteur, mais celui-ci reste à découvrir dans une région qui n’a guère été prospectée à ce jour.

1.3. Le site du tumulus de vielmanay

  • 24 Les toponymes Ferrières, Petit Ferrières, Le Petit Mineret, Le Petit Minier, Le Grand Minier, Les G (...)

33La ferme de la Bonneterie (fig. 4) se trouve sur un court éperon portlandien, aux marges du Donziois, et la pente sur laquelle est installé le tumulus, en raison de l’érosion, est particulièrement aride et de terre peu profonde. Le terrain est ferrugineux et fournit le minerai le plus habituel de cette région, les granules d’hématite et magnétite, et les blocs de grès ferrugineux24, qu’il convient sans doute de mettre en rapport avec la richesse en objets de fer des sépultures découvertes. En revanche, les champs qui environnent la Bonneterie (les Grands Champs, la Fort Terre) sont, contrairement à ce qui est fréquent plus à l’est, fertiles sans apport massif d’engrais, et le cours du ru d’Asvins, outre qu’il fournit l’eau courante nécessaire au rinçage du minerai, crée une étroite zone d’alluvions cultivables. Les conditions étaient donc réunies pour qu’une communauté d’économie agricole, travaillant en outre le fer, se développât dans ce secteur, mais elle n’aura pas sacrifié un bout de terre fertile à sa nécropole.

34Le tumulus se situe aux coordonnées Lambert (au centre) x = 657,125, y = 2252,925 ; NGF 185, avec environ 1,50 m de dénivelée entre la partie haute (au SW) et la partie basse (carte IGN 2523 E, Suilly-la-Tour). La forêt de Bellary commence 1.250 m à l’est, et la Loire, au plus près, coule à 8,5 km à l’ouest ; le gué de Mesves est à 9 km WSW.

1.4. Déroulement de la fouille

  • 25 Étant admis que la coutume généralement observée, un torque au maximum par individu, est respectée (...)

35Au départ, comme le rappelle le premier rapport, le propriétaire de la ferme était M. Borderieu ; il lui fallait de l’eau : aussi fit-il appel à un sourcier, M. Têtard, vétérinaire à Cosne. Un point fut choisi – sans succès – non loin de la ferme. Le creusement, fin 1950, fit apparaître une sépulture, peut-être deux, à 40 cm de profondeur ; les travaux du puits furent cependant poursuivis sur environ 120 cm, et – selon Robert Octobon – le souci d’encourager les ouvriers suggéra à M. Borderieu de leur faire ouvrir une tranchée d’environ 2 x 10 m. Cette tranchée, signalée dans le tout premier cahier de fouilles en date du 19 février 1970, p. 3, était, selon R. Octobon, connue dans toute la région ; le puits avait été rebouché, mais la mémoire collective gardait le souvenir d’une sépulture et d’un entourage de pierres calcaires de 6 à 7 m de diamètre. On lui attribuait un mobilier – cinq bracelets et deux torques en bronze – qui correspondait à au moins deux sépultures25.

  • 26 Ce médecin érudit se faisait volontiers payer en poteries ou en objets sortant de l’ordinaire ; il (...)

36Par une coïncidence, peu ordinaire si l’on se représente que le tumulus était à peine reconnaissable dans la broussaille et de très modeste élévation, une fouille ponctuelle avait déjà été menée à quelques mètres du puits, huit ans avant, soit en 1942. Les produits de cette fouille furent retrouvés, soigneusement enveloppés dans des journaux de l’époque, dans une boîte à biscuits, non loin du puits partiellement rebouché ; le Dr Mallet, de St-Amand-en-Puisaye, avait récupéré pour sa part une partie du mobilier trouvé en 195026, et la fit connaître à Robert Octobon.

37Telle fut donc l’origine de la fouille, dûment autorisée par l’abbé Joly, alors directeur des Antiquités préhistoriques de Bourgogne. La tranchée effectuée par les ouvriers de M. Borderieu servit de base aux recherches, mais pendant cette première campagne personne ne pouvait supposer qu’il s’agissait d’un tumulus à nombreuses sépultures.

38Par la suite, la tranchée de première exploration fut régularisée et prolongée sur plus de 32 m, dépassant ainsi les limites du tumulus ; elle fit l’objet d’une fouille en aller-retour, d’abord dégagement des structures tumulaires du sud-ouest au nord-est, puis jusqu’au rocher en place du nord-est au sud-ouest, entre 1970 et 1972. Ensuite furent explorés successivement, par tranches d’ampleur variable, des secteurs orientés à la perpendiculaire de cette première tranchée, en direction du SW et du SE, et enfin la fouille s’étendit vers le NW de part et d’autre de la tranchée ; le secteur NE était en phase initiale d’exploration à la fin de la dernière campagne (hors-texte 1). Les plans publiés successivement par Robert Octobon (fig. 5 et 6) permettent de resituer la plupart des sépultures et, pour partie, les structures rencontrées.

  • 27 En fait le carroyage a été modifié cinq fois au cours de la fouille. Le point zéro s’étant d’abord (...)
  • 28 Le SRA nous a fait parvenir, très récemment, trois précieux carroyages muets qui étaient distribués (...)

39La méthode de fouille employée n’a pas contribué à faciliter le travail de collation : chacun des secteurs successifs d’exploration était d’abord nettoyé de sa couche superficielle, puis éventuellement couvert d’un abri de 6 m de côté pour être étudié en profondeur. La fouille se déroulait, à partir de 1973, sur deux secteurs à la fois, l’un couvert, l’autre non. Les déblais de la fouille en cours étaient normalement employés au rebouchage des secteurs achevés, à moins qu’une année un secteur ne fût entamé, par exemple, sous la forme d’un rectangle de 4 m x 0,50 m qu’on ne fouillait qu’en surface et qu’on laissait ensuite pendant plusieurs mois avant de l’explorer plus en profondeur. La tranchée de première exploration permit d’établir une coupe sommaire (fig. 7), à laquelle succéda une autre coupe orientée SN (hors-texte 2), et de définir les limites du tumulus dans son état ultime. Dans les années suivantes furent explorées des zones rectangulaires, successivement au NW et au SE de la ligne initiale, pour un total, au minimum, de 240 m2. Le carroyage fut alors déplacé de 0,324 m vers le nord dans le souci de l’axer sur le milieu du puits. Les zones d’exploration définies en 1978 ne furent pas intégralement fouillées, sans que le dernier rapport ne précise exactement ce qui restait à fouiller en totalité et ce qui n’avait été dégagé qu’en surface (les fiches, y pourvoient, mais le mobilier n’y est pas identifié). Un chan gement de carroyage intervenu entre 1974 et 197527, avec modification du décompte des carrés, ne facilite pas le repérage des structures. La comparaison effectuée entre les rapports, les cahiers, les notices quotidiennes et les plans de situation ne nous permet pas d’affirmer que chaque structure individuelle est exactement à sa place : un déplacement d’un carré (ou d’un tiers de carré) reste possible pour certaines28.


Fig. 4.e

Fig. 5. Extension des sondages à la fin de la campagne 1974. Quadrillage métrique

(dessin R. Octobon)

Fig. 6. Extension des sondages à la fin de la campagne 1978. Quadrillage métrique.

(dessin R. Octobon)

Fig. 7. Coupe schématique SN en 1978. Quadrillage métrique.

(dessin R. Octobon)

40Nous joignons les deux relevés les plus significatifs que Robert Octobon avait réalisés à mesure de l’avancement des travaux (fig. 5 et 6) : le premier concerne l’état en fin 1975, avec la tranchée de première exploration et les extensions menées vers le nord-ouest de 1972 à 1974, puis vers le sud-est en 1975. Le second comporte les zones explorées au nord-est de la première tranchée en 1976 et les extensions menées au nord-ouest de celle-ci en 1977 (zone A) et 1978 (zone B). L’état terminal des travaux est indiqué sur le hors-texte 1.

  • 29 Cette incertitude concerne même des sépultures, surtout celles des campagnes 1978-79.

41Le principe de travail sur le chantier voulait que chaque fouilleur s’occupât d’un carré métrique, voire, les dernières années, d’un quart de carré ; il l’explorait, selon les méthodes des préhistoriens, jusqu’au sol vierge, en notant toutes les remarques qu’il jugeait nécessaires. À partir de la troisième campagne, le principe prévalut d’égaliser une partie des carrés entamés d’abord après l’enlèvement des pierrailles de surface, qui livraient déjà des sépultures, puis au niveau du substratum d’argile, enfin au sol vierge ; malgré cela, des confusions se sont inévitablement produites : la transition entre l’argile rapportée et la rendzine naturelle n’apparaît pas sur des surfaces réduites ; la prise de niveau négatif par rapport à la surface induit une incertitude qui interdit souvent de déterminer, même en tenant compte de la coupe réalisée à partir de 1972, si tel tesson ou silex se situe dans la couche superficielle ou au sommet de la masse tumulaire29, dans le substratum ou dans la masse tumulaire, ou encore, ce qui est plus grave pour l’étude de la céramique, dans l’épaisseur du substratum ou dans sa couche superficielle. Les notices quotidiennes permettent heureusement de replacer une grande partie des artefacts en stratigraphie relative, en les répartissant entre couche superficielle, masse tumulaire et substratum.

42Dans l’état actuel du terrain, bien que les différentes zones de fouille successives aient été, au cours du rebouchage, délimitées de façon stricte (par des rangées de bouteilles suspendues le long des bermes et d’autres étendues à la base), il faudrait investir des moyens considérables pour resituer les différentes parties d’un tumulus qui, déjà peu visible avant la fouille, a été depuis recouvert d’une broussaille épineuse tellement dense que même l’exploitant, comme on l’a dit, a eu beaucoup de mal à le retrouver. Il semble en fait exclu, dans l’état actuel du terrain et de la documentation, de pouvoir refaire un plan métré parfaitement cohérent. Le protocole actuel, qui consiste à entamer un tumulus de l’extérieur et à le fouiller par quartiers, est épistémologiquement bien plus efficace que la méthode de préhistorien utilisée par Robert Octobon. Mais eût-il été possible de le mettre en œuvre d’emblée, alors que le tumulus n’apparaissait pas en tant que tel ? Il ne s’agissait au départ que de sauver une sépulture présumée unique et déjà bouleversée, et l’idée d’une nécropole tumulaire à sépultures multiples paraissait à l’époque extravagante.

43Dans ces conditions, nous avons renuméroté tous les carrés selon un système unitaire qui ne tient pas compte du déplacement d’un tiers de mètre (lequel n’affecte que la tranchée de première exploration). Nous avons également éliminé des plans généraux les zones fouillées très à l’extérieur du tumulus proprement dit, et dont les limites ne sont pas documentées, ainsi que les carrés numérotés 300 et suivants, fouillés fin 1979, qu’il n’est pas possible de resituer.

44Pour garder toutefois une certaine cohérence avec les carroyages d’origine, nous avons conservé les numéros d’abscisses de la tranchée de première exploration (deuxième numérotation, après extension vers le SW) : de la sorte les abscisses vont, du SW vers le NE, de – 2 à 31 (7 à 29 pour le tumulus proprement dit), et les ordonnées, du SE vers le NW, de A à Y (A5-A29 selon le premier système d’Octobon). L’axe de base de la fouille étant de 52° E, c’est-à-dire proche de la diagonale par rapport au nord, les carrés sont baptisés sur la base de leur point sud : ainsi le carré G9 représente en abscisse 9-10 et en ordonnée G-H. En revanche, les relevés originaux d’Octobon n’ont pas été modifiés : ils conservent donc les carroyages successifs établis pendant et après la tranchée de première exploration. Le puits, élément commun à la plupart des plans et le plus repérable, se trouve ainsi dans la première numérotation en abscisse 11-12, ordonnée A16, selon la nôtre en L11 -12, et toute la tranchée initiale possède la même ordonnée L.

45Il ressort de la comparaison entre toutes les données documentaires que la tranchée de première exploration, menée de 1970 à 1979, s’est étendue de L-3 à L33 au moins ; le secteur SW, fouillé de 1972 à 1975, de MY9 à MY15, et certainement au-delà en ordonnée ; le secteur SE, qui fit l’objet de travaux de 1973 à 1976, de AK7 à AK 18, et en ordonnée quelques mètres plus au SE ; le secteur NW, zones A et B, a concerné de 1976 à 1979 une grande partie des carrés LQ16 à LQ30, avec un débordement non situé en dehors du tumulus, sur les abscisses supérieures à 30, où la présence de restes osseux est encore mentionnée ; enfin la zone C (NE), dont l’étude était prévue pour les campagnes à partir de 1977, semble avoir concerné essentiellement JK21-28, plus l’ouverture de différents carrés en dehors de cette bande de deux mètres sur huit, vers les ordonnées basses, sans que nous puissions maintenant savoir exactement où ces dégagements de surface furent effectués.

1.5. Limites de cette publication

46Une étude exhaustive, prenant en compte chaque fragment osseux, chaque tesson et chaque objet de métal, aurait occupé un millier de pages. À l’inverse, une publication sommaire, qui n’eût signalé que les sépultures parfaitement identifiées et le mobilier situable sans hésitation, n’aurait pas suffisamment rendu compte de la minutie du travail effectué par Robert Octobon et ses équipes. Nous avons choisi une voie moyenne, en signalant les sépultures et les structures identifiées lors de la fouille avec les données disponibles, et le mobilier dessinable avec ou sans restauration. L’ensemble des données étant déposé à La Charité, il reste possible – c’est sans doute un vœu pieux – de reprendre ultérieurement une étude plus fine. Pour les objets découverts, nous avons écarté tous ceux qui sont trop fragmentaires, insuffisamment situés, ou impossibles à restaurer.

47On constatera une divergence entre le nombre de sépultures estimé par Robert Octobon, par Jean-Claude Le Blay et sur plan ; l’explication est simple : les rapports, cahiers et fiches donnent un numéro de sépulture à chaque concentration d’ossements découverte ; en l’absence de structures, chaque groupement osseux ne saurait correspondre à un corps individualisé ; en revanche, l’anthropologue a reçu des sachets qui comportaient, sous un seul numéro de sépulture, dans un même carré ou quart de carré, des ossements correspondant à plusieurs individus : les sépultures de surface et une grande partie de celles de la masse tumulaire ayant été bouleversées, les unités enregistrées lors de la fouille sont forcément plus nombreuses que celles qui demeurent après examen ; en revanche, quand une sépulture a été disséminée, l’anthropologue ne peut que constater une pluralité d’individus dans chaque unité de fouille. Au chapitre suivant sera étudiée la question du nombre le plus approché possible de sépultures.

48Les illustrations sont celles de Robert Octobon pour les plans repris des rapports, une partie de la céramique, les pièces lithiques, et un certain nombre d’objets métalliques qui n’ont pas été restaurés ; tout le mobilier restauré à l’IRRAP de Compiègne a été dessiné par Claire Touzel ; les plans ont été repris par Olivier Juffard et nous-mêmes ; les tableaux et statistiques concernant l’anthropologie sont dus à Jean-Claude Le Blay ; les plans de situation 1-3 ont été réalisés par Michel da Silva et le 4 par Fabrice Cayot ; nous avons repris (R. A.) la coupe, la typologie des sépultures (hors-texte 1 et 2) et les profils de céramiques. La fig. 34 a été informatisée, sur nos indications, par Yves Pautrat. Enfin Anne Delor, sur mission spécifique, s’est chargée de composer et de scanner l’ensemble des illustrations.

Notes

1 Ce site a été sondé dès 1993. Il est actuellement en panne pour des raisons administratives, et donc inédit, à part de brèves descriptions dans Archéologie en Haut-Nivernais, 12, 1994, p. 12-15 ; ibid., 13, 1995, p. 9-14, et dans les rapports de fouilles disponibles au SRA de Bourgogne pour 1993, 1995 et 1998. Les trois fibules de transition Ha/LT. qui permettent de préciser la chronologie, ne sont actuellement signalées que dans le rapport pour 1998 et ADAM, 2000.

2 Sur Bourges comme Fürstensitz, la documentation s’est complétée depuis l’époque où B. Bouloumié (BOULOUMIÉ, 1969) avait recensé plusieurs oenochoés et fragments d’oenochoés étrusques attribués aux faubourgs de la ville, mais dont la provenance réelle restait incertaine : J. Gran-Aymerich a eu le mérite de confirmer ces provenances de Bourges même et des alentours, et les fouilles qui se déroulent depuis dix ans en différents endroits de la ville ont livré des sections de remparts, des céramiques à figures noires et à figures rouges, d’autres bronzes italiques, etc., qui indiquent des échanges intenses avec l’Italie à une période sensiblement plus tardive qu’au Mont Lassois. Cf. également dans la CAG 18 le chapitre consacré à Bourges (CHEVROT et alii, 1992, p. 80-87), et en dernier lieu GRAN-AYMERICH, 1997, p. 201-212.

3 Nous avons également relevé plus au nord, dans la région de Mailly-le-Château, plusieurs nécropoles tumulaires, citées dans nos rapports de prospection au SRA de Bourgogne. Aucune notice de découverte n’apparaît pour celles-ci, à l’exception de deux tumuli au lieu-dit Les Pierres Liées à Misery, commune de Crain (Yonne) ; le mobilier d’une sépulture, sur les seize environ qu’aurait comportées le second tumulus fouillé, est tellement mal décrit (MONCEAUX, 1897) qu’on pense plutôt à la confusion entre deux sépultures, l’une du Hallstatt final avec bracelets « dentelés », l’autre du début du La Tène avec anneaux lisses et fibules.

4 Encore est-il possible que chaque rive de l’Yonne ait abrité sa communauté celtique autour d’un oppidum, possible également que deux centres se soient succédé ; les études de chronologie fine sont en effet conditionnées par la possibilité de mener plusieurs fouilles ponctuelles, éventualité peu envisageable pour des groupes bénévoles ; actuellement, on peut toutefois affirmer à partir du mobilier connu que la rive droite n’a pas livré de source sûre de bracelets aussi anciens que la rive gauche, avec les sites de Courcelles, Fancy, de Clamecy, aéroport (ADAM. 1994a) et, sous réserves, Varzy, Côte d’Étaules (un bracelet à godrons est conservé au musée de Clamecy avec comme provenance, d’après les recoupements effectués par G. Guillot-Chêne, la Côte d’Étaules ; or un tel lieu-dit n’existe pas à Varzy, et renverrait plutôt à l’Avallonnais, avec lequel la typologie est cohérente). Le musée de Clamecy possède en revanche des objets contemporains sans indication de provenance ; s’ils provenaient des tumuli fouillés anciennement à Clamecy-est et Pousseaux, il n’y aurait plus de différence chronologique sensible entre les deux rives (ADAM, 1983, p. 125-128) : ces découvertes comportent des bracelets à gros godrons creux de tradition Hallstatt moyen (restaurés et sans doute longuement portés avant inhumation dans le cas du site de l’aéroport de Clamecy). En revanche l’oppidum de Sembert, d’après les sondages de 1993 et 95, malgré une faible durée d’occupation dense, livre des fossiles du Bronze final ou de la transition Bronze-Fer (poignard à talon et rivets) aussi bien que du Hallstatt terminal (torque à jonc plein, lisse) en surface (ADAM, 1995a).

5 Pour des raisons propres à l’archéologie d’urgence, seul le caisson central a été exploré, de sorte qu’on ne peut affirmer que ce tumulus de taille importante, 20 m de diamètre, ne renfermait qu’une sépulture.

6 Ce qui semble être le cas d’Oisy, tumulus 2 (ADAM, 1980).

7 Étant bien entendu que seules des fouilles intensives pourraient confirmer l’hypothèse que ces « tombelles » sont bien individuelles...

8 Esquisse très sommaire dans Cahiers archéologiques de Bourgogne, 3, 1992, p. 18-25, et résumé dans le préprint du colloque. Nous avons reçu les épreuves en 2001.

9 Interprétation personnelle après examen du terrain.

10 Le maire de cette commune, Jean-Pierre Dupont, nous signale un ensemble funéraire alliant les deux matériaux, calcaire et granite, et découvert fortuitement au début du siècle. Mais les souvenirs qui en demeurent sont trop imprécis pour établir s’il s’agit d’un tumulus ou de sarcophages.

11 Il serait possible de normaliser ces appellations en se rappelant qu’un tertre est par définition une butte de terre et un galgal un amas de pierres sèches. Mais beaucoup de structures sont mixtes, et le tassement de l’argile en fond de tumulus ne permet pas de savoir quelle hauteur elle atteignait à l’origine : simple substratum, ou élément de l’architecture jusqu’aux couches supérieures. Dans le doute, le terme de tumulus reste suffisamment significatif.

12 La fibule signalée par Parat appartient au type ad arco ingrossato ou a sanguisuga, bien identifié par les travaux de Mme Von Eles Masi dans les Prähistorische Bronzefunde. Mais il serait curieux que cette fibule provienne vraiment de l’oppidum de Cora, qui n’a livré par ailleurs que du matériel romain : il semblerait plus vraisemblable que Parat l’ait trouvée lors de ses recherches, mal publiées, dans les tumuli du Montapot à Arcy-sur-Cure. Le musée de Clamecy possède une fibule de typologie voisine, sans mention de provenance, dont on sait seulement qu’elle ne vient pas de la collection Campana : découverte locale ou don d’un collectionneur ? (ADAM, 2000).

13 L’oppidum de Sembert-le-Haut, dominant Clamecy en rive droite, aurait dû faire l’objet de sondages de contrôle dans un autre secteur que celui qui a été exploré jusqu’ici : les sondages portant sur la limite NW, en effet, ont livré de deux à cinq sols dont le mobilier est très homogène et suggère une chronologie d’occupation courte (les fibules découvertes appelant une datation absolue peu après 500, ADAM, 2000) ; mais une tradition céramique remontant au Hallstatt ancien et quelques témoins du Bronze final présents dans les mêmes couches laissent penser qu’un remaniement massif du terrain, dans le secteur sondé, a pu donner l’impression d’une occupation plus ramassée que la réalité ; il serait étonnant que la chronologie atteigne au plus une génération sur un emplacement qui fossilise plus de 1 000 tessons par m2.

14 À moins, comme le rappelle Hérodote à propos des Scythes royaux de la future Chersonèse taurique, qui remontaient le cours du Dniepr avec les cadavres de leurs chefs pour les enterrer dans les nécropoles de l’intérieur, que la population ne se soit déplacée en gardant ce lieu de sépulture traditionnel. Mais de toute manière la forte proportion d’enfants et la banalité du mobilier excluent toute comparaison avec les sépultures princières, et pour des raisons matérielles l’habitat ne dut jamais être bien éloigné, en tout cas pas plus éloigné que la Loire. On trouve une interprétation familiale ou tribale chez Octobon (OCTOBON. 1975. p. 6 : « une petite tribu de soixante individus environ »). Nous verrons en conclusion que l’hypothèse d’Octobon, dûment corrigée au point de vue chronologique, semble avoir été correcte.

15 D’autant que dans au moins un cas, le tumulus de l’aéroport de Clamecy, les bracelets du Hallstatt ancien ont été usés et réparés à l’aide de tôles d’un bronze différent, puis portés de nouveau et de nouveau usés, de sorte qu’on peut supposer entre leur fabrication et leur déposition un écart d’une à trois générations. D’une manière générale, nous avons constaté, en reprenant les réserves du musée Romain Rolland à Clamecy pour monter une vitrine sur Sembert, que les bracelets et torques datables du Hallstatt moyen/début du Hallstatt final sont tous usés, moins toutefois que ceux de l’aéroport.

16 Dans cette nécropole, trois petits tumuli ont été fouillés ; le délitage naturel du banc calcaire avait été utilisé pour tracer des fossés symboliques, et sur le banc calcaire mis à nu avait été réinstallée la rendzine native avec des tessons, dont un à cordon digité.

17 Et encore sensiblement plus loin vers l’ouest : JOSSET, 1990 ; PIEL, 1990.

18 À Mesves-sur-Loire aurait été découverte une coupe en bronze, d’origine campanienne, datable du IVe siècle (ADAM. 1987, p. 15). En l’absence de confirmation sur le terrain, cet indice d’une filière commerciale passant par la Loire reste assez fragile ; on pourrait toutefois y rattacher des mentions d’importations découvertes dans l’Allier, notamment à Néris-les-Bains, s’il n’y avait pas de fortes chances que les statuettes étrusco-ombriennes répertoriées dans ce secteur aient été apportées par les Romains.

19 R. Octobon en comptait davantage : une dizaine (OCTOBON, 1975. p. 6). On regrette qu’il ne cite pas ses sources.

20 Et non commune d’Amazy comme je l’avais écrit à la suite de Darlet : des prospections sur le terrain ont permis de mieux situer l’emplacement probable du tumulus, qui pour quelques centaines de mètres appartient à la commune voisine.

21 Les observations effectuées en Haut-Nivernais et Vaux d’Yonne, ainsi qu’aux environs de Donzy, permettent le plus souvent d’évoquer une inhumation centrale éventuellement double, une ou deux inhumations latérales, et un nombre restreint d’incinérations sans mobilier en superficie du tumulus : à Oisy T 1, inhumation centrale double et deux incinérations identifiées en périphérie ; à Oisy T 2, inhumation centrale de nourrisson et inhumation latérale d’une jeune fille (sa mère, morte après les couches ?), puis trois incinérations en surface ; à Oisy T 4, selon Lussier, quatre inhumés disposés en carré à l’intérieur de la première calotte circulaire (ADAM, 1983).

22 À Ciez, on enregistre, pour une seule sépulture, un tumulus de 20 m de diamètre pour 2,60 m de hauteur, appuyé sur la pente d’une colline, ce qui limite quelque peu la masse de la construction (DEVEVEY, 2000).

23 Il ne mesure guère plus d’un hectare, ordre de dimension qui a été constaté, par exemple, sur le plateau suisse pour les oppida secondaires (SCHWAB. 1997).

24 Les toponymes Ferrières, Petit Ferrières, Le Petit Mineret, Le Petit Minier, Le Grand Minier, Les Grands Bois du Four, Les Minerottes, etc., suivent précisément cet alignement portlandien du nord (Ste-Colombe) au sud (Raveau), sur 15 km. On constate régionalement des concentrations de tumuli hallstattiens aux endroits riches en minerai de surface, ainsi que la collecte de nodules déposés dans les tumuli : Vielmanay, mais aussi Oisy tumulus 1 (minerai teinté d’ocre dans la diaclase centrale du substratum), Oisy, tumulus détruit de Saint-Aubin, et Billy-sur-Oisy, Charmois tumulus 1 (concentration de grains d’hématite en cercle autour de la structure centrale, au niveau de la rendzine).

25 Étant admis que la coutume généralement observée, un torque au maximum par individu, est respectée à Vielmanay.

26 Ce médecin érudit se faisait volontiers payer en poteries ou en objets sortant de l’ordinaire ; il aurait notamment détenu des bracelets et torques provenant de Bouhy et Donzy.

27 En fait le carroyage a été modifié cinq fois au cours de la fouille. Le point zéro s’étant d’abord appelé 1, nous avons une incertitude d’un mètre dont il semble avoir été tenu compte dans la suite des travaux, mais il reste impossible de savoir si la structure en voûte qui formerait l’extrême limite du tumulus au nord est en abscisse 26 ou 27, et si le parement, limite à notre avis de l’aire funéraire d’origine, conservé de 1970 à 1979, était en 20 ou en 21. La tranchée de première exploration, basée sur le puits de 1950 à une époque où il n’était même pas certain que le site fût celui d’un tumulus, a subi trois numérotations successives. Les premières extensions de la fouille n’ont pas été numérotées du tout. Les extensions de carroyage mentionnées dans les rapports pour 1974 et 1978 posent quelques menus problèmes de mise en place. Il existe également, mentionnés dans les notices quotidiennes, des carrés 0 et 00 qu’il nous a été totalement impossible de situer : il devait s’agir de sondages ouverts à l’extérieur du tumulus, pour en vérifier les limites ou pour en étudier l’environnement ; ils ont livré quelques tessons. D’autre part nous ne sommes pas parvenu à délimiter les ordonnées atteintes par la fouille vers le NW et le SE : les rapports, les cahiers et les fiches sont totalement muets sur ce qui a pu être ainsi découvert hors tumulus, ou en limite, sans donner lieu à des trouvailles mobilières. Les cahiers de fouilles ne permettent pas, en général, de situer les zones d’extension, qui figurent en revanche sur les rapports annuels.

28 Le SRA nous a fait parvenir, très récemment, trois précieux carroyages muets qui étaient distribués aux fouilleurs, mais dont un seul avait été joint aux rapports. Comme chacun est établi en fonction de l’emplacement et des dimensions de l’abri, la numérotation des carrés, reprise à chaque déplacement et une fois modifiée dans les secteurs A et B, est un véritable casse-tête ; le secteur C, en particulier, pose un problème à peu près insoluble, car la numérotation prévue était insuffisante, et en 1976 ont été ajoutés des carrés 7 bis, 7 ter, 14 bis, 14 ter, 21 bis, etc., que nous n’avons pu situer que de manière hypothétique au SW des carrés précédemment numérotés (soit en GK7- 8).

29 Cette incertitude concerne même des sépultures, surtout celles des campagnes 1978-79.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation générale. Cartographie VYA ; base : carte de France au 1/1 000 000e.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2. Localisation par communes des zones tumulaires mentionnées. Cartographie VYA ; base : carte de France au 1/1 000 000e. 1. Bassin Cure-Yonne ; 2. Vaux d’Yonne, bassin du Beuvron ; 3. Vaux d’Yonne : zone d’Oisy ; 4. Région de Brinon-sur-Beuvron ; 5. Donziois ; 6. Bazois-Amognes ; 7. Confluent Loire-Allier ; 8. Bassin de l’Auron.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig- 3. Situation par bassin des zones tumulaires du département de la Nièvre. Cartographie VYA ; base : carte IGN au 1/250 000e. 1. Clamecy, Ouagne, Surgy, Oisy, Billy-sur-Oisy ; 2. Cervenon, Amazy, Taconnay, Tannay ; 3. Corvol l’Orgueilleux, Courcelles, Varzy ; 4. Chevannes-Changy, Arthel, Saint-Révérien ; 5. Moissy-Moulinot, Pouques-Lormes : 6. Chitry-les-Mines, Corbigny ; 7. Lavault-de-Frétoy ; 8. Château-Chinon ; 9. Bouhy, Bitry, Saint-Martin-sur-Nohain ; 10. Perroy, Cessy-les-Bois ; 11. Garchy ; 12. Nannay ; 13. Chaulgnes ; 14. Sauvigny-les-Bois ; 15. Cizely ; 16. Bona ; 17. Rouy ; 18. Magny-Cours ; 19. Saint-Parize-le-Châtel ; 20. Langeron.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5. Extension des sondages à la fin de la campagne 1974. Quadrillage métrique
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6. Extension des sondages à la fin de la campagne 1978. Quadrillage métrique.
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Coupe schématique SN en 1978. Quadrillage métrique.
Crédits (dessin R. Octobon)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search