Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

Introduction

Richard Adam

Texte intégral

1La fouille du tumulus de la Bonneterie, commune de Vielmanay, s’est déroulée sur dix campagnes, de 1970 à 1979 ; le responsable du chantier, Robert Octobon, lui a consacré toute sa passion et presque toute son activité pendant ces dix années : la fouille avait lieu pour l’essentiel les samedis et dimanches, et il accomplissait seul les travaux de restauration, d’enregistrement et de dessin le reste de la semaine.

2Robert Octobon avait bien évidemment l’intention de publier la fouille lui-même, à l’issue des deux ou trois campagnes qu’il envisageait de mener encore pour l’achever ; il avait déjà rédigé deux articles de synthèse destinés à un large public (OCTOBON, 1973 ; OCTOBON, 1975), et la publication définitive était en projet quand, à la fin de la dixième campagne, il fut frappé d’une attaque qui devait le laisser tantôt paralysé, tantôt très handicapé, jusqu’à son décès en juin 1995 ; cela ne l’empêchait pas de nous faire parvenir des courriers qu’il dictait à son épouse. Malgré son handicap, il aurait souhaité voir cette publication paraître de son vivant, et nous aurions tous, fouilleurs et auteurs, voulu lui offrir cet hommage ; malheureusement, les délais occasionnés par la restauration du mobilier métallique n’ont pas permis que les éléments nécessaires fussent réunis à temps et qu’il vît la publication achevée.

3Né en avril 1911 en Haute-Garonne, Robert Octobon était le fils du Commandant Octobon qui, avec le R.P. Poidebard, inventa en quelque sorte la photographie aérienne en survolant le limes romain de Tunisie. Tôt initié à l’archéologie préhistorique, il était membre, à 23 ans, de la Société préhistorique française. Ingénieur en travaux publics, il réalisa le viaduc de Gorniès, dans l’Hérault, ville où il se retira après être resté 24 ans dans la Nièvre pour raisons professionnelles ; il avait auparavant travaillé à Paris comme ingénieur chez Citroën. Partout où sa carrière professionnelle l’a mené, Robert Octobon a dirigé, ou participé à des chantiers : en Espagne, dans les Yvelines, dans l’Hérault, dans la Nièvre. La préhistoire était son domaine de prédilection, et il avait, dès l’âge de 26 ans, publié dans le BSPF des articles solides, mais il n’était pas inexpert en gallo-romain et en médiéval. Arrivant dans un département bien éloigné de ses sources, il ne manqua pas de s’y investir dans des fouilles préhistoriques (Saint-Parize-le-Châtel, la Chaume-Vieille} avant de rencontrer, de manière quelque peu fortuite (c/. § 1.4), le tumulus de Vielmanay auquel il aura consacré ses dernières forces.

  • 1 Le CRG de Garchy a contribué aux recherches sur les limites du tumulus.

4Je me rappelle l’avoir rencontré sur place en 1979, peu de semaines avant qu’il ne subît une première attaque, alors que je commençais à fouiller à Oisy, d’un autre côté du département ; le rassemblement de l’équipe avait provoqué un léger retard, mais Robert Octobon et son épouse, en habits sombres malgré la chaleur estivale, nous avaient courtoisement attendus devant la ferme Mirvaux. Nous eûmes le privilège de deux grandes heures de visite commentée, passionnante, plus pédagogique et moins complexe que les rapports et cahiers sur lesquels nous avons dû travailler depuis. De cette brève et unique rencontre, l’inexpérience m’a empêché de garder plus qu’une vague idée des structures du tumulus, mais je conserve un souvenir précis de l’homme qui nous avait accueillis, simples fouilleurs et, à l’époque, voisins encore occasionnels : je ne pouvais alors prévoir que je travaillerais plus de vingt ans en Haut-Nivernais. Du reste, comme il le mentionne dans ses cahiers, Robert Octobon se faisait un devoir d’accueillir chaque fin de semaine plusieurs visiteurs, qu’il s’agît de vacanciers de passage, des membres du Centre de Recherches Géophysiques de Garchy1, des autorités archéologiques (l’abbé Joly à l’époque), ou des gendarmes qui contrôlaient régulièrement le chantier.

5Quinze ans plus tard, le tumulus était recouvert d’un tel amas de broussailles que M. Mirvaux, propriétaire de la ferme voisine et de la parcelle, n’était même plus sûr de le retrouver. Après quelques reptations entre les épines et les arbres morts, nous finîmes par découvrir les restes de la tranchée primitive, ceux du puits, occasion fortuite de la découverte, comme on le verra, et des tas de déblais accumulés pendant les dix saisons de fouille. Il n’apparaissait plus rien des tranchées ni de la structure parementée entrevue lors de ma précédente visite. Heureusement, les rapports, et surtout les notes prises à mesure de la fouille par Robert Octobon, permettent de remettre en situation une bonne partie des structures entrevues à ce moment, à l’exception des découvertes effectuées lors des toutes dernières journées de fouille, entre le 16 septembre et le 10 décembre 1979.

6D’après les notices de fouille quotidiennes et les cahiers, ce sont environ 200 fouilleurs qui se sont succédé sur le site. Il n’est pas possible de les nommer tous ici ; parmi les plus constants figurent Léon Rousseau, Jacques Pincin, Fabrice Audier, Jean Arnoux, Yves Pautrat, Alain Guéraut, Nicole Mallet, auprès desquels nous avons pu recueillir des souvenirs, puisqu’ils sont toujours membres du Groupe nivernais de Préhistoire. Yves, en particulier, relate, dans sa dédicace, sa période d’apprentissage auprès du Maître Octobon.

7La documentation dont nous disposons, réunie à partir des archives personnelles de Robert Octobon et de celles du Groupe nivernais de Préhistoire, est déposée au musée de La Charité-sur-Loire, sauf les originaux des rapports qui demeurent au SRA de Dijon ; elle consiste en :

  • neuf rapports de fouille, de 1970 à 1978 ;

  • huit carnets, au format 17/21 cm, soit environ 1 600 pages abondamment illustrées, jusqu’au 16/09/79 ;

  • les fiches quotidiennes normalisées mises en place à partir de la campagne 1973, au nombre de 1 769, reprises une par une sur les carnets, à l’exception des 141 dernières ;

  • 600 photos NB et deux douzaines de photos couleurs, parmi lesquelles des clichés pris d’avion ou d’hélicoptère ;

  • deux montages panoramiques de photos NB : un pour le plan du secteur de fouille SE, soit de 9 à 16 en abscisse et de G à L (A11 à A 15,5 dans le carroyage d’origine), l’autre pour la coupe SN, réalisée sur plusieurs années après la tranchée de première exploration ;

  • films : en principe réalisés à chaque journée de fouille, ils semblent s’être perdus ;

  • 27 relevés de sépultures à la vitre, reproduits sur feuilles de polyéthylène à l’échelle 1/1, repris ensuite, pour la plupart, au 1/20e dans les rapports ; ils sont déposés au SRA ;

  • un inventaire général du mobilier à l’issue des dernières fouilles : Robert Octobon avait eu le temps de le restaurer et de le disposer dans six grandes caisses conservées chez lui à Gorniès, et d’autres unités de conservation déposées dans le local du Groupe nivernais de Préhistoire au lycée du Banlay, à Nevers ; le tout représentait 252 boîtes et bocaux où les objets étaient soigneusement emballés. Avec les artefacts avaient été conservés des fossiles (classés par genre et espèce), des demi-mâchoires et vertèbres de serpents, des escargots, des prélèvements de terre, du minerai de fer, des scories, surtout pour l’année 1979, dont le tri n’avait pu être fait ;

  • un inventaire plus succinct qui fait le bilan des fouilles jusqu’en fin 1976 : on recensait à l’époque 67 sépultures, 2 480 fragments osseux humains non brûlés, 771 dents, 1 377 tessons, 11 torques en bronze et 7 en fer, 2 bracelets en lignite, 19 en bronze et 32 en fer, 5 fibules en bronze et 2 en fer, une aiguille et une amulette en bronze, 18 clous, 24 fragments, une bague ou virole et 2 anneaux en fer, 7 anneaux et 3 boucles d’oreille en bronze, une perle d’ambre et une de pâte de verre, un fragment d’ambre et 4 de verre, une pierre taillée en appui-tête, une dalle de calcaire taillée ; l’ensemble correspondait à la masse tumulaire et à la couche superficielle ; pour la couche profonde, 2 dents de canidés percées, 4 petites coquilles percées, un fragment d’os travaillé, un percuteur, une enclume de silex, 79 silex taillés ;

  • les six caisses évoquées ci-dessus, plus les bocaux conservés par le Groupe nivernais de Préhistoire et une boîte de dents humaines, confiée à un dentiste de Luzy, et qui ne fut retrouvée qu’après la rédaction du rapport ostéologique du Dr Le Blay ;

  • les radiographies effectuées avant restauration par le laboratoire de Compiègne, et les fiches d’inventaire de celui-ci.

8On perçoit, à partir de cette énumération, la minutie dont faisait preuve Robert Octobon dans la conduite et l’enregistrement de sa fouille ; il nettoyait, restaurait et marquait chaque objet, même minuscule (chacune des 943 dents collationnées jusqu’à 1979, tous les silex, la plupart des tessons sont marqués individuellement). Le document de synthèse de 1976 récapitule par catégories tous les objets découverts à cette date. Il manque malheureusement une partie des enregistrements pour les trois dernières campagnes : le responsable des fouilles n’a pas eu le temps de compléter son inventaire de façon précise en ce qui concerne les tessons, et surtout les restes osseux, déposés simplement dans des sachets (infra 3.1).

9L’avant-dernière journée de fouille enregistrée, le 10 septembre 1979, Robert Octobon avait répertorié sur fiche le silex n° 156 ; le 16 du même mois, l’ultime journée, le tesson n° 3.202 ; la dernière sépulture identifiée avait été découverte le 9 et portait le n° 119 (ce nombre doit être revu après analyse ostéologique, infra 3.1). Les quelques journées qui ont suivi le 16 septembre 1979, jusqu’au 9 décembre, ne sont connues que par les fiches quotidiennes ; elles n’ont pas apporté beaucoup d’éléments nouveaux, car elles ont concerné la liquidation de carrés déjà étudiés, qui ont alors été menés jusqu’au banc rocheux, dans le secteur NW, et l’ouverture de nouveaux carrés dans le secteur NE. L’équipe s’étant étoffée au fil des années et la fouille du substratum entraînant un accroissement des découvertes sans attribution chronologique, les derniers carnets mentionnent par centaines les pierres brûlées, les coquillages, les noyaux de terre rubéfiée, etc. C’est dans cette masse considérable que le directeur de fouilles avait pu trier, laver et marquer les artefacts, mais il n’avait pas eu le temps d’examiner le tout venant, ni de remonter les fragments de vases. Telle est la documentation sur laquelle nous avons travaillé pendant dix ans, en prenant connaissance au fur et à mesure de son retour de Gorniès à Dijon, et avec, pour tout ce qui est métallique, l’obligation d’attendre que le laboratoire de Compiègne l’eût remis à disposition après traitement.

10Avant d’examiner en particulier le tumulus de Vielmanay, nous allons le situer dans son contexte régional tel que les recherches récentes ont permis de le représenter, d’abord de manière générale, puis plus locale.

Notes

1 Le CRG de Garchy a contribué aux recherches sur les limites du tumulus.

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search