Version classiqueVersion mobile

Le tumulus-nécropole de la Bonneterie à Vielmanay (Nièvre)

 | 
Richard Adam
, 
Jean-Claude Le Blay
, 
Yves Pautrat

Préface

Christian Peyre

Texte intégral

1Publier la fouille d’autrui n’est pas tâche facile et il faut savoir gré à Richard Adam, Jean-Claude Le Blay et Yves Pautrat de l’avoir fait, avec l’assistance d’un petit groupe de collaborateurs très compétents, auxquels la mise au point de cette étude et l’interprétation des données quelle présente doivent aussi beaucoup.

2Le tumulus de la Bonneterie, près de Vielmanay, est une nécropole collective d’au moins cent vingt sépultures, rassemblant les membres d’une petite tribu, hommes et femmes, adultes et enfants, en majorité décédés sur un bref espace de temps, peut-être en raison d’une épidémie, les vestiges osseux examinés ne présentant pas les traumatismes qu’ entraînent les blessures de guerre. Il ne s’agit pas d’un tumulus princier, même si l’on considère les sépultures qui remontent à sa fondation. Au centre du monument, une aire consacrée, délimitée par des blocs de pierre calcaire et, le cas échéant, par un fossé symbolique, avait reçu les premières tombes, autour et au-dessus desquelles se sont ensuite accumulées les autres. L’étude du mobilier funéraire, recueilli en assez grand nombre mais provenant presque exclusivement des sépultures profondes, au cœur du massif, suggère une chronologie d’utilisation allant de 520 à 475 environ avant notre ère : un espace de deux ou trois générations, la dernière phase des ensevelissements semblant avoir été faite de manière improvisée, dans l’urgence, et pratiquement sans mobilier funéraire. À moins que celui-ci, compte tenu des déprédations subies par le tumulus et de son état final d’arasement, n’ait été dispersé par des ramassages occasionnels ou recherché par des prospecteurs clandestins.

3On doit admirer le travail méthodique, patient et minutieux mené à bien par l’équipe qui signe cette publication. Non seulement elle est parvenue à exploiter toutes les informations et tous les enseignements du matériel recueilli au cours des fouilles, mais elle a également su restituer l’histoire plausible du monument dans son contexte régional et dans le cadre plus général de la France de l’Est, à la transition entre l’époque finale de Hallstatt et les débuts de celle de La Tène.

4La qualité de son travail est aussi un hommage posthume à l’inventeur et au fouilleur du tumulus, Robert Octobon, prématurément disparu alors qu’après dix campagnes de fouilles il allait en mettre au net lui-même la publication. Outre ses dix rapports annuels à la Direction des antiquités historiques de Bourgogne, il conservait quelque 1600 pages de carnets de fouille soigneusement illustrés, près de 1800 fiches quotidiennes normalisées reprises dans les carnets, 600 photographies, une trentaine de relevés de sépultures effectués à la vitre, à échelle réelle, un inventaire général et complet du mobilier ainsi que le mobilier lui-même minutieusement répertorié et dessiné, et quelques autres catégories de documents qui avaient enregistré la réalité et la vie quotidienne du chantier. Une documentation magnifique et précieuse qui, après le travail d’analyse qu’il est aisé d’imaginer, a permis d’écrire le livre qui paraît aujourd’hui, et invite son lecteur à associer dans la même et chaleureuse reconnaissance celui qui avait tout préparé pour qu’il vît le jour et ceux qui, avec toute la piété et toute la rigueur scientifique que méritait l’entreprise, en sont devenus les héritiers et les auteurs.

Auteur

Sous-directeur à l’ENS (Archéologie)
Directeur de l’UMR 8546 du CNRS (Archéologies d’Orient et d’Occident)

© ARTEHIS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search