Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Aspects régionaux de l’élevage en Gaule septentrionale au second Âge du Fer

Patrice Meniel

Résumé

L’étude des restes animaux livre un certain nombre de paramètres susceptibles d’aider à la définition de groupes régionaux. Il s’agit d’abord de la morphologie des animaux, puis de données relatives à la pratique de l’élevage. L’examen auquel nous nous sommes livré montre que, pour l’instant, il reste beaucoup de problèmes à régler avant de parvenir à la définition d’éventuelles entités régionales à partir de l’étude des restes animaux.

Texte intégral

1Les sites d’habitats gaulois livrent habituellement de nombreux restes animaux, dont l’essentiel provient du cheptel domestique. Or l’élevage est soumis à de nombreux facteurs naturels, du fait de l’adaptation des animaux à certains biotopes, et anthropiques car l’homme élève des animaux en fonction de ses besoins et modifie l’environnement. Ces facteurs expliquent la diversité régionale de l’élevage, dont rendent compte les cartes de répartition des diverses races locales actuelles, et que l’uniformisation en cours n’a pas encore complètement réduit à néant. On peut donc penser que l’étude de l’élevage peut, au même titre que d’autres catégories de mobilier, contribuer à la délimitation de groupes régionaux en Gaule. On dispose pour cela de certaines données (biométrie des animaux, alimentation camée, gestion) susceptibles de contribuer à une telle entreprise, mais leur couverture géographique et leur distribution chronologique sont encore bien limitées vis-à-vis d’un tel objectif, quelle que soit l’échelle, structure, site, terroir, région, pays ou continent, que l’on considère. Toutefois il n’est sans doute pas inutile de s’interroger sur la pertinence de telles approches, plutôt que de déplorer le caractère lacunaire des données et leur distribution chronologique inadaptée.

2Après un examen de l’apport des études morphologiques à la définition de groupes régionaux, nous essaierons de voir dans quelle mesure d’autres paramètres, et notamment la composition de la faune, pourraient être mis à contribution. Pour cela, trois niveaux d’étude seront présentés : le village gaulois d’Acy-Romance occupé sur près de deux siècles, le terroir de la moyenne vallée de l’Oise, le troisième beaucoup plus vaste, est la Gaule septentrionale (fig. 1).

1. Les bœufs gaulois

3L’un des aspects régionaux de l’élevage est, encore actuellement, la diversité de certains animaux domestiques, des bœufs en particulier, dont l’élevage est le plus répandu. Les restes de bœufs gaulois sont, du fait de leur abondance et d’un abattage souvent assez tardif, qui permet de disposer d’os adultes ayant atteint leur plein développement, les mieux adaptés à une telle approche. Il convient de rappeler que nous ne pouvons disposer, au mieux (avec des squelettes), que de certaines données sur la morphologie (stature, gracilité, proportions). Les études récentes sur des séries importantes, comme à Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne, fouille J.-M. Séguier, étude Méniel et Herbin en cours), font apparaître l’hétérogénéité des troupeaux bovins à la fin de ľ Âge du Fer en Gaule. Cette hétérogénéité, dont une partie s’explique par le dimorphisme sexuel et la castration, est accrue par l’importation des grands bœufs (dès La Tène D1), l’amélioration des races indigènes (qui se traduit par un accroissement de la stature au cours de l’occupation de sites comme Roanne, Le Titelberg, Acy-Romance) et la présence de formes naines, avec des vaches de moins de un mètre, dès le début de ľ Âge du Fer, comme à Choisy-au-Bac (Hallstatt, Méniel 1984). Cette situation est parfaitement illustrée sur le site de La Tène D2 de Varennes-sur-Seine (fig. 2), où sont présents des grands bœufs importés, des bœufs nains, et sans doute deux formes de bovins indigènes. L’hétérogénéité de ce troupeau, quelle qu’en soit l’origine (diversité des sources d’approvisionnement, évolution ?), ne se prête guère à la synthèse. En effet, comment rendre simplement compte de cette diversité, et comment obtenir des résultats analogues représentatifs d’autres lieux ? Ces deux questions suffisent à montrer l’impossibilité d’une définition des formes régionales de bovins gaulois.

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés.

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés.

4En effet, la diversité des bœufs indigènes est due en grande partie à la gracilité de leurs os longs, et non pas à leur stature, dont les quelques variations reflètent avant tout les proportions entre sexe (les troupeaux où les mâles sont plus nombreux présentent des moyennes plus élevées). Cette relative homogénéité des bovins gaulois facilite la mise en évidence d’autres phénomènes et notamment l’apparition des grands bœufs en Gaule (Audoin-Rouzeau 1995, Lepetz 1996). Dans ce cas, la stature moyenne reflète la part relative des grands et des petits bœufs, et permet de suivre le remplacement de l’un par l’autre dans l’espace et dans le temps. Si, dans les premiers temps, la présence d’un grand bœuf peut être masquée par celle d’un sujet nain, cette approche, à condition d’être conduite en connaissance de cause, peut se révéler très fructueuse. Mais il s’agit là d’autres phénomènes, qui n’apportent rien à la définition d’éventuelles formes régionales de bovins à l’Âge du Fer.

Fig. 2 : Les différentes formes de bovins sur le site gaulois de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) d’après les dimensions des métacarpes. La détermination des sexes repose sur une analyse des correspondances de l’ensemble des mesures de cet os. On remarque la présence de grands bœufs importés, d’une forme naine et de différents groupes chez les mâles indigènes, difficiles à discerner chez les vaches.

Fig. 2 : Les différentes formes de bovins sur le site gaulois de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) d’après les dimensions des métacarpes. La détermination des sexes repose sur une analyse des correspondances de l’ensemble des mesures de cet os. On remarque la présence de grands bœufs importés, d’une forme naine et de différents groupes chez les mâles indigènes, difficiles à discerner chez les vaches.

2. Du village au terroir : causes de variation et aspects régionaux

2.1. Le village d’Acy-Romance

5Les fouilles menées sur cet habitat et ses nécropoles par B. Lambot (Lambot et Méniel 1992 ; Lambot et al. 1994) ont livré de nombreux restes animaux (plus de 140.000 pour l’habitat) (Méniel 1998). Ce site, occupé de La Tène C2 jusqu’au début de notre ère, permet de suivre l’évolution, sur deux siècles et en un même lieu, de l’alimentation carnée et les modifications du cheptel. En plus de l’évolution, l’étendue de la fouille permet de juger des variations au sein d’un village, entre maisons ou ensembles de maisons. L’analyse en cours suit donc deux directions habituelles en archéologie, à savoir une description aux diverses périodes (stratigraphie horizontale) et le suivi de l’évolution (stratigraphie verticale) des différents aspects de l’élevage auxquels les ossements nous donnent accès.

6Du fait de l’objet de cette présentation, c’est bien évidemment aux variations que nous allons nous intéresser, celles observées au sein d’un site en l’occurrence. Les ensembles constituant la charpente de l’étude d’Acy-Romance (fig. 3) sont issus de silos dont le nombre de restes dépasse habituellement le millier (jusqu’à 8300), à savoir plus que la majorité des sites pris en considération dans les grandes synthèses régionales utilisées dans la dernière partie. C’est dire que les données issues d’un seul silo sont du même ordre que celles de nombreux sites de comparaison. C’est sans doute cela, avec l’état de conservation exceptionnel des restes provenant des niveaux profonds, qui explique l’intérêt des résultats de l’analyse en cours.

Fig. 3 : Plan du site d’Acy-Romance avec la localisation des ensembles de plus de 10 restes animaux.

Fig. 3 : Plan du site d’Acy-Romance avec la localisation des ensembles de plus de 10 restes animaux.

7Or deux silos de la première période, qui comptent parmi les plus riches du site, ont livré des séries d’ossements très différentes (fig. 4), quelque soit le critère retenu (fréquence des espèces, inventaires des parties présentes, fragmentation). Le premier est riche en restes de porcs, moutons et chiens, alors que bœufs et chevaux dominent dans le second. De même les parties présentes, pour chacune des espèces, diffèrent. Pour le bœuf, par exemple, le premier ne recèle que des côtes et des fragments de lombaires arasées lors du prélèvement des filets, alors que les restes de pieds dominent dans le second. Un phénomène aléatoire est exclu, puisque ces deux ensembles correspondent aux extrêmes d’une échelle où l’on trouve l’ensemble des silos, avec un classement qui reproduit, en partie, le plan du site. L’exploitation de ces différences est en cours, mais ce qui mérite d’être souligné, c’est la diversité qui apparaît lorsque l’on considère des structures contemporaines, mais de secteurs différents.

8Une autre source de modifications est d’origine chronologique. En effet, la composition de la faune consommée évolue de manière très importante entre La Tène D1 et La Tène D2 et la fréquence du mouton passe de 17 à 29 % des restes de mammifères domestiques. La diminution de la fréquence du cheval et du chien, moins spectaculaire mais assez générale à cette période, est sans doute due à l’influence romaine, ces deux animaux n’étant plus consommés sur les sites du début de notre ère. D’autres effets sont perceptibles ; il s’agit en particulier de modifications dans les âges d’abattage, les animaux, conservés de plus en plus longtemps, voient leur âge d’abattage moyen s’accroître de manière continue au cours de l’occupation. Enfin, mais cela intéresse surtout l’histoire du site, on assiste à une utilisation de plus en plus poussée des carcasses, les bas morceaux comme les pieds étant de plus en plus consommés.

9Ces différences, dont on voit qu’elles n’ont rien d’aléatoire, peuvent donc être expliquées en termes soit d’évolution, soit de différences au sein du village, et touchent de manière importante aussi bien les fréquences des diverses espèces que les distributions de leurs parties anatomiques. Il est dès lors assez difficile de rendre compte de cette situation par une simple moyenne.

10Or, cette diversité, observée au sein du village, ne rend évidemment pas compte de celle des établissements ruraux implantés dans le même terroir et révélés par les prospections aériennes menées par B. Lambot (fig. 5). L’absence de fouille sur ces sites nous obligera à considérer d’autres régions, où la faune de fermes a été étudiée. Mais cette sortie du terroir nous amène d’abord à considérer d’autres villages gaulois.

2.2. Dans d’autres villages gaulois

11Les faunes des villages de Variscourt (Méniel 1984) et de Villeneuve-Saint-Germain (Auxiette 1994), tout deux situés sur la vallée de l’Aisne en aval d’Acy-Romance, se révèlent très riches en porcs. De plus, ces deux sites, mis à part de rares ensembles particuliers, comme les fossés de Villeneuve, livrent des échantillons beaucoup plus homogènes que ceux d’Acy-Romance (fig. 6) pour chacune des phases concernées, Variscourt étant daté de La Tène D1 et Villeneuve-Saint-Germain de La Tène D2. Cette apparente homogénéité est remise en cause par la fréquence du cheval. En effet, nous avons vu que la consommation du cheval et du chien tend à diminuer sur les sites à la fin de l’Âge du Fer, sans doute sous l’influence romaine. Cette influence est particulièrement sensible au Titelberg (Méniel 1993) et à Villeneuve-Saint-Germain, où les restes de chevaux sont très rares, pour ne pas dire absents, alors qu’il sont assez abondants à Acy-Romance et à Variscourt. La fréquence du cheval constitue un critère de distinction très net entre sites (fig. 7), mais il révèle, non pas un aspect régional de l’élevage, mais bien un interdit alimentaire qui se développe sous l’influence romaine.

Fig. 4 : Fréquences des espèces dans les silos 31010 et 80003 d’Acy-Romance.

Fig. 4 : Fréquences des espèces dans les silos 31010 et 80003 d’Acy-Romance.

Fig. 5 : Carte des fermes de la région d’Acy-Romance d’après les prospections aériennes de B. Lambot (dessin B. Lambot).

Fig. 5 : Carte des fermes de la région d’Acy-Romance d’après les prospections aériennes de B. Lambot (dessin B. Lambot).

Fig. 6 : Fréquences de bœufs, porcs et caprinés dans les dépotoirs d’Acy-Romance, par phase chronologique (1 : La Tène C2 ; 2 : La Tène D1 ; 3, 4 : La Tène D2 et GR1), dans les fosses dépotoirs de l’habitat de Variscourt (La Tène Dl) dans les fossés (en bas à gauche) et les fosses de Villeneuve-Saint-Germain (La Tène D2).

Fig. 6 : Fréquences de bœufs, porcs et caprinés dans les dépotoirs d’Acy-Romance, par phase chronologique (1 : La Tène C2 ; 2 : La Tène D1 ; 3, 4 : La Tène D2 et GR1), dans les fosses dépotoirs de l’habitat de Variscourt (La Tène Dl) dans les fossés (en bas à gauche) et les fosses de Villeneuve-Saint-Germain (La Tène D2).

2.3. Terroirs et établissements ruraux

12On dispose d’assez rares études de la faune des établissements ruraux de La Tène finale autour de ces villages, mais elles révèlent l’importance du pastoralisme. C’est le cas dans la vallée de l’Aisne, à Berry-au-Bac (51 % de moutons, Auxiette 1994 : 72), selon une tendance visiblement assez ancienne (depuis au moins La Tène ancienne, à Bucy-le-Long et Menneville, Auxiette 1994).

13Des travaux récents, comme ceux menés par l’équipe de surveillance des gravières de la vallée de l’Oise (fig. 8), ont révélé de nombreuses installations rurales de l’Âge du Fer (Malrain et al. 1994, Méniel 1994a, 1994b, 1996), mais aucun village n’a été découvert dans cette zone. Ces sites livrent des séries d’ossements assez modestes et les fréquences des diverses espèces présentent des fluctuations assez importantes, dues en partie aux conditions de préservation et aux grandes différences qui apparaissent selon que les ossements ont été enfouis dans des fosses ou des fossés. En fait, les restes enfouis dans des fosses (comme à Verberie « La Plaine Saint-Germain », Yvinec 1991) montrent que ces sites sont caractérisés par une prédominance des caprinés, moutons et chèvres.

Fig. 7 : Fréquence des restes de chevaux sur les sites gaulois autour d’Acy-Romance.

Fig. 7 : Fréquence des restes de chevaux sur les sites gaulois autour d’Acy-Romance.

Fig. 8 : Fréquences de bœuf, porc et caprinés dans les sites de La Tène (ancienne en noir, moyenne en noir et blanc et finale en blanc) de la vallée de l’Oise. Seul le site de Verberie « la Plaine-Saint-Germain » offre des silos profonds, où la préservation des restes de caprinés a pu être assurée de manière satisfaisante. Sur les autres il s’agit soit de fosses peu profondes, soit de fossés où la préservation est plus aléatoire.

Fig. 8 : Fréquences de bœuf, porc et caprinés dans les sites de La Tène (ancienne en noir, moyenne en noir et blanc et finale en blanc) de la vallée de l’Oise. Seul le site de Verberie « la Plaine-Saint-Germain » offre des silos profonds, où la préservation des restes de caprinés a pu être assurée de manière satisfaisante. Sur les autres il s’agit soit de fosses peu profondes, soit de fossés où la préservation est plus aléatoire.

2.4. Conclusion

14De tout cela il ressort que la composition de la faune ne peut pas être dissociée de son contexte, à savoir la nature de la structure (fossé, fosse, dépression, voire de la profondeur d’enfouissement), du site (établissement rural, village) et de la chronologie. Les quelques exemples évoqués dans ces lignes montrent la richesse des apports de cette catégorie de mobilier et la difficulté qui en résulte de pouvoir disposer de données synthétiques susceptibles d’en rendre compte simplement. En fait, et c’est sans doute là que l’effort doit porter, c’est bien dans les terroirs qu’il convient de poursuivre l’enquête, avant que les synthèses régionales puissent dépasser le niveau de généralités déjà atteint depuis quelques années. En effet, les moyennes montrent une prédominance de porcs dans la vallée de l’Aisne et de caprinés dans la vallée de l’Oise, mais plutôt que des pratiques pastorales différentes, c’est bien la nature des sites étudiés qui est en cause. Et si l’absence de village se confirme dans la vallée de l’Oise, ou ailleurs, la fréquence des caprinés n’est sans doute pas l’outil le mieux adapté pour la mettre en évidence.

3. Le nord de la Gaule et le sud de l’Angleterre

15Deux synthèses, l’une due à N. Roymans (1990), l’autre à A. Grant (1984), mettent en évidence la diversité de l’élevage sur des territoires beaucoup plus vastes que ceux envisagés jusqu’ici. Elles révèlent de grandes tendances, mais les données sur lesquelles elles reposent ne permettent pas de faire la part entre les paramètres environnementaux, mis en avant par les auteurs, et ceux évoqués précédemment.

16La première, en Gaule belgique, met en évidence l’influence de la nature du sol sur les cheptels, composés essentiellement de bovins dans le Nord de cette région, et de porcs dans le Sud (fig. 9). L’auteur explique ces différences par la nature du sol. Mais il ne tient compte ni de la chronologie de La Tène, ni de la nature des sites, avec ce que cela implique de diversité dans les structures (silos, fosses, fossés). Aussi l’interprétation des différences qu’il met en évidence entre le Nord et le Sud de la Gaule belgique ne peut s’en tenir qu’à des généralités d’ordre environnemental (nature du sol, zones boisées).

17La seconde, qui concerne une région beaucoup plus étroite, dans le centre du Sud de l’Angleterre, mais une période de sept siècles avant notre ère, met en évidence l’abondance des moutons sur les sites implantés sur les collines calcaires et des bovins dans les vallées, de part et d’autre d’une altitude d’environ 76 m (fig. 10). La prise en considération des données chronologiques montre que l’élevage des moutons se développe aux dépens des bœufs et des porcs (Winnall Down, Old Down Farm et Danebury, Grant 1984 : 116). Cela montre bien qu’à côté des contraintes dues à l’environnement, des effets anthropiques sont bien sensibles.

Fig. 9 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le Nord de la Gaule. Roymans (1990} met ainsi en évidence la prédominance du bœuf sur les rives du centre et de l’Ouest de la Hollande.

Fig. 9 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le Nord de la Gaule. Roymans (1990} met ainsi en évidence la prédominance du bœuf sur les rives du centre et de l’Ouest de la Hollande.

Fig. 10 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le centre du Sud de l’Angleterre. A. Grant (1984) met en évidence l’effet de l’ environnement des sites (collines calcaires et vallées humides, différenciées par l’altitude) sur la composition de la faune.

Fig. 10 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le centre du Sud de l’Angleterre. A. Grant (1984) met en évidence l’effet de l’ environnement des sites (collines calcaires et vallées humides, différenciées par l’altitude) sur la composition de la faune.

Fig. 11 : Carte schématique montrant l’espèce prédominante dans les échantillons de faune de l’Âge du Fer en Gaule. Ce type de représentation est avant tout un état de la recherche qui, en dehors des zones où les ossements ne se conservent pas (Bretagne, ...) résulte du type de sites et de structures fouillés, des contraintes environnementales, de la chronologie... sans offrir la possibilité de faire la part entre ces divers phénomènes.

Fig. 11 : Carte schématique montrant l’espèce prédominante dans les échantillons de faune de l’Âge du Fer en Gaule. Ce type de représentation est avant tout un état de la recherche qui, en dehors des zones où les ossements ne se conservent pas (Bretagne, ...) résulte du type de sites et de structures fouillés, des contraintes environnementales, de la chronologie... sans offrir la possibilité de faire la part entre ces divers phénomènes.

18Ces deux études, régulièrement citées lors des synthèses sur des faunes de l’Âge du Fer, révèlent la diversité des cheptels gaulois à une échelle qui est celle de l’Europe (fig. 11). En fait, de telles différences relèvent d’entités géographiques bien plus vastes que celles habituellement retenues pour la définition de groupes régionaux.

4. Conclusions

19Dans cette présentation nous avons essayé de mettre en évidence les aspects relevant de l’étude des restes animaux et susceptibles de contribuer à la définition de groupes régionaux. Les résultats obtenus à l’échelle de l’Europe du Nord-Ouest ne tiennent pas compte de la diversité des sites, des structures et des périodes d’occupation, ce qui limite beaucoup l’intérêt des différences régionales observées, dont une bonne partie semble refléter des contraintes environnementales. À l’autre extrémité, l’analyse de villages, comme celui d’Acy-Romance, montre l’ampleur des variations au sein d’un même site, à une période donnée, puis au cours de l’occupation, ce qui relativise beaucoup l’intérêt des valeurs moyennes utilisées lors des comparaisons.

20La caractérisation de l’élevage passe par la prise en considération de sites très divers, fermes, hameaux, oppidum, et les relations qu’ils ont pu entretenir à l’échelle des terroirs (village et fermes associées), avant que des entités plus vastes, comme les régions, puissent être envisagées. Or ces approches ne font que débuter, et il reste encore beaucoup à faire pour la mise en évidence des relations économiques et même du degré d’autarcie des sites.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUDOIN-ROUZEAU F., 1995, « La taille des animaux d’élevage à l’époque romaine et leur exportation », in : Homme et animal dans l’antiquité romaine, (actes du colloque de Nantes, 1991), Tours, Université de Tours, p. 79-100 (Caesarodunum, hors série).

AUXIETTE G., 1994, Mille ans d’occupation humaine, mille ans d’élevage. L’exploitation des animaux sur les sites du Bronze final à l’Augustéen dans la vallée de l’Aisne, thèse nouveau régime, Paris I, 3 vol.

GRANT A., 1984, « Animal husbandry in Wessex and the Thames Valley », in : CUNLIFFE B., MILES D., 1984, Aspects of the Iron Age in central Southern Britain, University of Oxford, Committee for Archaeology, Oxford, p. 102-119.

HERBIN-HORART M.-P., 1995, L’élevage et les productions animales dans l’économie de la fin du second Âge du Fer à Levroux (Indre), thèse nouveau régime, Paris I, 2 vol., dactylographié.

LAMBOT B., MÉNIEL P., 1992, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes). 1 : l’habitat gaulois (1988-1990). Reims, Société Archéologique Champenoise, 182 p. (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 7).

LAMBOT B., FRIBOULET M., MÉNIEL P., 1994, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), 2 : Les nécropoles dans leur contexte régional. Reims, Société Archéologique Champenoise, 316 p. (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 8).

LEPETZ S., 1996, L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Amiens, 174 p. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 12).

MALRAIN F., MÉNIEL P., TALON M., 1994, « L’établissement rural de Jaux « Le Camp du Roi » (Oise) », in : Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Îlle-de-France, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, p. 159-184 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 4.).

MÉNIEL P., 1984, Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à la fin de l’Âge du Fer, Amiens, 56 p. (Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial 3).

MÉNIEL P., 1993, « Les restes animaux de l’oppidum du Titelberg (Luxembourg) de La Tène finale au Gallo-romain précoce », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A., dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg, (actes du XIe colloque de l’AFEAF, Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 381- 406 (Archaeologia Mosellana, 2).

MÉNIEL P., 1994a, « Les restes d’animaux du fossé de l’établissement gaulois d’Herblay (Val-d’Oise) », in : Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, p. 125-140 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 4.).

MÉNIEL P., 1994b, « Les restes d’animaux des établissements ruraux de l’Âge du Fer en Picardie : l’exemple de Chambly « La Marnière » (Oise) », in : Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1994, p. 205-226 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 4).

MÉNIEL P., 1996, « Les faunes des établissements ruraux de La Tène finale dans le Nord de la France », in : De la ferme indigène à la villa romaine, Amiens, p. 309-316 (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 11).

MÉNIEL P, 1998, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), 3. Les animaux et l’histoire d’un village gaulois, Reims, Société archéologique champenoise, 176 p. (Mémoire de la Société archéologique champenoise, 14)

ROYMANS N., 1990, Tribal societies in northern Gaul. An anthropological perspective, Amsterdam.

YVINEC J .-H., 1991, Les restes animaux de la ferme gauloise de Verberie/La Plaine Saint-Germain, TGV Nord, rapport d’étude (dactylographié).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte des sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 2 : Les différentes formes de bovins sur le site gaulois de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) d’après les dimensions des métacarpes. La détermination des sexes repose sur une analyse des correspondances de l’ensemble des mesures de cet os. On remarque la présence de grands bœufs importés, d’une forme naine et de différents groupes chez les mâles indigènes, difficiles à discerner chez les vaches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 : Plan du site d’Acy-Romance avec la localisation des ensembles de plus de 10 restes animaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 : Fréquences des espèces dans les silos 31010 et 80003 d’Acy-Romance.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5 : Carte des fermes de la région d’Acy-Romance d’après les prospections aériennes de B. Lambot (dessin B. Lambot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 6 : Fréquences de bœufs, porcs et caprinés dans les dépotoirs d’Acy-Romance, par phase chronologique (1 : La Tène C2 ; 2 : La Tène D1 ; 3, 4 : La Tène D2 et GR1), dans les fosses dépotoirs de l’habitat de Variscourt (La Tène Dl) dans les fossés (en bas à gauche) et les fosses de Villeneuve-Saint-Germain (La Tène D2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 7 : Fréquence des restes de chevaux sur les sites gaulois autour d’Acy-Romance.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 8 : Fréquences de bœuf, porc et caprinés dans les sites de La Tène (ancienne en noir, moyenne en noir et blanc et finale en blanc) de la vallée de l’Oise. Seul le site de Verberie « la Plaine-Saint-Germain » offre des silos profonds, où la préservation des restes de caprinés a pu être assurée de manière satisfaisante. Sur les autres il s’agit soit de fosses peu profondes, soit de fossés où la préservation est plus aléatoire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 9 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le Nord de la Gaule. Roymans (1990} met ainsi en évidence la prédominance du bœuf sur les rives du centre et de l’Ouest de la Hollande.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 10 : Fréquence des principaux mammifères domestiques dans le centre du Sud de l’Angleterre. A. Grant (1984) met en évidence l’effet de l’ environnement des sites (collines calcaires et vallées humides, différenciées par l’altitude) sur la composition de la faune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 11 : Carte schématique montrant l’espèce prédominante dans les échantillons de faune de l’Âge du Fer en Gaule. Ce type de représentation est avant tout un état de la recherche qui, en dehors des zones où les ossements ne se conservent pas (Bretagne, ...) résulte du type de sites et de structures fouillés, des contraintes environnementales, de la chronologie... sans offrir la possibilité de faire la part entre ces divers phénomènes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17326/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search