Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

L’or des Rèmes

Patrick Pion

Résumé

Un nouvel examen de la série des statères à l’oeil (Scheers 30), dont l’inventaire est complété par diverses découvertes récentes, conduit à retirer les trois premières classes de ce monnayage traditionnellement donné aux Treviri pour les attribuer aux Remi. L’étude approfondie de la métrologie des séries et classes constituant les monnayages dits « de style belge « et de la dispersion géographique des diverses classes du statère anépigraphe des Suessiones (Scheers 26) et du statère à l’oeil (Scheers 30) conduit en outre à refuter l’hypothèse communément admise selon laquelle il s’agit d’un monnayage d’exception émis pour faciliter la levée des troupes de la confédération belge contre César aux environs de -57. On montre que le « système belge « s’est mis en place par étapes à partir de la fin du IIe siècle ou du tout début du Ier siècle au plus tard, à l’instigation principalement des Suessiones et des Remi qui, pour l’occasion, créèrent un véritable système bicéphale en jumelant leur monnayage selon un partage territorial strict des aires d’influence de chacun, ne pouvant reposer que sur des accords diplomatiques très précis et durables. Nous proposons pour notre part d’y voir l’une des manifestations concrètes de ce que fut la fameuse synpoliteia remo-suessione, à propos de laquelle le seul témoignage historique dont on dispose – le récit césarien – demeure si évasif.

Ces propositions résolvent avec une cohérence certaine – et mieux qu’aucune de celles avancées antérieurement – les anomalies, énigmes et fantaisies diverses accumulées en quelques décennies par ce monnayage insolite. Première tentative d’intégration monétaire à échelle régionale dans le Nord de la Gaule, la création du monnayage d’or de « style belge », qui conserve pour étalon le statère, constitue selon nous un évènement majeur de l’histoire monétaire celtique, comparable à la création de la fameuse zone du denier chez les peuples de la Gaule du Centre et de l’Est, avec laquelle le phénomène entretient semble-t-il une certaine symétrie et ménage une articulation potentielle par le biais du « denier « rème au type du statère à l’œil (1).

Texte intégral

Fig. 1 : Dérivation typologique des monnayages « de style belge » (d’après S. Scheers 1977).

Fig. 1 : Dérivation typologique des monnayages « de style belge » (d’après S. Scheers 1977).

1. Les monnayages « de style belge » : une hypothèse

Fig. 2 : Correspondances métrologiques des différentes classes des séries constituant le monnayage « de style belge « (d’après S. Scheers 1977).

Fig. 2 : Correspondances métrologiques des différentes classes des séries constituant le monnayage « de style belge « (d’après S. Scheers 1977).

1Sous le vocable de monnayages « de style belge » ou « de type belge » sont traditionnellement regroupées plusieurs séries d’or attribuées à huit peuples de Gaule Belgique : les Ambiani (statère uniface, série Scheers 24), les Suessiones (statère anépigraphe, série Scheers 26, suivi par les espèces or de la suite de CRICIRV, série Scheers 27), les Meldi (statère de ROVECA, série Scheers 28), les Nervii (statères à l’epsilon, série Scheers 29), un peuple anonyme dont le territoire est localisé sur la façade maritime à l’Ouest des Bellovaci (statère à l’astre, série Scheers 25, définitivement retirée aux Veliocassi pour être donnée d’abord aux Bellovaci, puis finalement ôtée à ces derniers au bénéfice de ce peuple que nous qualifierons dans la suite du texte d’anonyme de l’Ouest « ) (Delestrée, Delplace 1987 ; Delestrée 1994, 1996), les Treviri (statère à l’œil, série Scheers 30), et accessoirement les Eburones (statère au triskeles, série Scheers 31). Ces séries ont en commun de prendre pour modèle typologique, à des degrés divers de parenté, le statère biface des Ambiani (série Scheers 9) (fig. 1) (2). Elles présentent en outre une métrologie relativement uniforme, avec des échelons pondéraux faibles s’inscrivant entre 6,40 g et 5,10 g et un titre en or fin assez bas, caractères qui contrastent fortement avec d’autres séries régionales beaucoup plus lourdes, celles notamment dont dérive le modèle biface ambien, ce dernier inclus. La parenté typologique et pondérale des monnayages « de style belge » révèlerait une unification monétaire au sein d’un système conservant malgré tout une certaine souplesse, et plaiderait en faveur de la contemporanéité des séries qui le composent. Il est communément admis que cet évènement monétaire entretient une relation directe avec la levée des troupes de la confédération belge sous la direction de Galba, roi des Suessiones, face à César en – 57. Il s’agirait en quelque sorte d’un monnayage de ligue émis juste à la veille de la guerre, avant que la coalition belge ne s’effondre à la suite de la cuisante défaite de la bataille de l’Aisne devant les troupes du conquérant commandées par Labiénus, suivie de la reddition immédiate et sans condition des Suessiones (César, B.G., II, 24,4-5).

2Dans cette hypothèse, le « système « belge présente une anomalie étonnante : l’intégration des Treviri, auteurs présumés de l’une des composantes fondamentales de ce système avec les statères à l’œil, alors que ce peuple puissant ne participa point à la ligue militaire contre César, et même appuya ce dernier au début de la guerre en lui fournissant des troupes auxiliaires. Il est d’autre part curieux de voir se côtoyer des suites totalement anépigraphes (celles des Ambiani, des « anonymes de l’Ouest «, des Eburones, des Suessiones avec le statère anépigraphique Scheers 26), des suites partiellement épigraphes (celles des Nervii avec la classe au nom de VIROS, des Treviri avec quatre légendes pour six classes que nous détaillons plus loin), et des suites totalement épigraphes (celle des Suessiones au nom de CRICIRV, des Meldi à celui de ROVECA).

3À considérer les échelons pondéraux privilégiés des classes à l’intérieur des différentes séries (fig. 2), on constate tout d’abord un fléchissement progressif du poids en fonction du rang occupé par ces classes dans l’évolution typologique des séries. On observe d’autre part des décalages entre les séries concernant les échelons pondéraux privilégiés des premières classes. Bien que ces écarts soient modestes, on constate par exemple que les échelons les plus lourds mettent en correspondance les classes 2 et 3 (anépigraphes) des statères unifaces des Ambiani dérivés du statère biface, les classes 1 et 2 du statère anépigraphe des Suessiones, la classe 1 (anépigraphe) des statères à l’œil supposés trévires et dérivés du précédent. L’alignement des autres classes et séries est moins évident, du fait de l’amplitude variable des fourchettes pondérales sur lesquelles se développent celles-là. Il s’établirait néanmoins une correspondance métrologique approximative entre la classe 4 des Ambiani, les classes 1 et 2 du statère à l’epsilon des Nervii, les classes 3 et 4 du statère anépigraphe des Suessiones suivies éventuellement des classes 1 et 2 des CRICIRV du même peuple, les classes 2 à 4 des statères à l’oeil. Une dernière vague ferait correspondre les classes 5 et 6 des Ambiani avec les classes 3 et 4 (épigraphe) du statère nervien, la série à classe unique (épigraphe) des statères des Meldi, et beaucoup plus accessoirement les classes 5 et 6 (épigraphes) des statères à l’œil et les classes 1 et 2 des statères des Eburones (anépigraphe).

4La métrologie détaillée des différentes séries et classes montre en définitive qu’en lieu et place de l’étalon unique que supposerait une création concertée et simultanée de tous les monnayages composant « le système belge », on rencontre des poids variés, le poids de référence s’abaissant en fonction du degré de filiation des séries ainsi qu’entre classes suivant l’évolution typologique à l’intérieur de chacune. Cet ensemble de faits suggère qu’il existe une chronologie relative interne au monnayage « de style belge », autrement dit que l’harmonisation monétaire à vaste échelle dont il serait l’expression n’est pas un évènement erratique survenu brusquement, mais plutôt le résultat d’une évolution qui suppose que ce système connût une certaine pérennité et que tous les monnayages qui le constituent n’apparurent point simultanément. La métrologie invite à conclure que la première phase d’émissions du « système belge « n’impliquerait que les Ambiani (Scheers 24 classes 2-3, anépigraphes), les Suessiones (Scheers 26 classes 1-2, anépigraphes), les Treviri (Scheers 30 classe 1, anépigraphe) (fig. 2). Cette hypothèse nous a conduit à un nouvel examen de la série fameuse des statères à l’œil réputés trévires (Scheers 30 = LT.8799, 8815...). C’est à elle, et à la série du statère anépigraphe des Suessiones (Scheers 26) dont typologiquement elle dérive, que nous consacrons l’essentiel de la présente étude.

2. Les statères à l’œil : une série initiée par les Remi

5La série Scheers 30, réputée depuis la fin du siècle dernier être une émission des Treviri, reprend au statère anépigraphe des Suessiones l’œil du droit en l’hypertrophiant au point qu’il occupe tout le champ, et le revers (cheval galopant surmontant une roue ou un annelet pointé) (Muret, Chabouillet 1889 ; La Tour 1892 ; Forrer 1908 ; Blanchet 1912 ; Colbert de Beaulieu 1953, 1954 ; Reding 1972 ; Weiller 1977 ; Scheers 1977 réed.1983). Elle a été subdivisée en six classes typologiques réparties en deux groupes d’après le type et l’évolution du poids. Le premier, qui rassemble les classes 1 à 3, est caractérisé par une forte unité typologique ; la classe 1, anépigraphe, est suivie par deux classes inscrites aux noms de VOCARANT (classe 2) et LVCOTIOS (classe 3). Le second groupe, composé des classes 4 à 6, ne présente pas la même unité ; les types sont plus variés, mais conservent l’œil au droit et le cheval au revers. La classe 4, à nouveau anépigraphe, est suivie de deux classes épigraphes aux noms de POTTINA (classe 5) et ARDA (classe 6). L’affaiblissement progressif du poids des six classes est continu de l’échelon 6,19 g /6,10 g pour la classe 1 à l’échelon 5,39 g /5,30 g pour la classe 6, mais avec affaiblissement brutal entre les classes 4 et 5, les deux dernières classes comportant par ailleurs d’assez nombreuses monnaies fourrées.

6Ainsi envisagée, la série présente sur le plan numismatique plusieurs singularités soulignées de longue date. D’une part, le classement décroissant des classes en fonction de leur poids n’est que partiellement cohérent avec l’évolution typologique : les trois premières classes présentent une incontestable unité et continuité stylistique ; la classe 4 établit en revanche un lien typologique – non pas entre la classe 3 et la classe 5 comme le voudrait une numérotation des classes censée suivre l’évolution typologique de la série – mais entre la classe 1 et cette dernière (Scheers 1977 : 79 ; 1979). D’autre part, l’ordonnancement métrologique vient intercaler une classe anépigraphe (classe 4) à la suite de deux classes épigraphes (classes 2 et 3) et avant deux autres classes épigraphes (classes 5 et 6). Enfin, si la répartition géographique des trois dernières classes semble indiquer sans ambiguïté le territoire traditionnellement donné aux Treviri comme centre de dispersion (3), il n’en va pas de même pour les trois premières, dont l’aire de répartition est plus occidentale et évite soigneusement le territoire trévire (4). Pour maintenir l’attribution à ces derniers, les numismates ont dû recourir à une hypothèse forte et par définition invérifiable : dans leur zone de circulation primaire supposée, les monnaies des trois premières classes auraient été systématiquement refondues pour émettre les trois suivantes ; seuls les exemplaires circulant en périphérie, circulation « secondaire « hors du territoire trévire, auraient échappé à cette récupération systématique (Scheers 1977 : 81).

7Si l’on veut bien momentanément se déprendre du postulat selon lequel la série est homogène et émane forcément d’une autorité unique, il est assez évident que ces trois « singularités « n’en sont point et constituent en réalité un faisceau très cohérent d’indices menant à conclure, en toute élémentaire logique, qu’il n’y a pas de filiation continue entre les six classes du monnayage à l’œil ; mais, au contraire et plus simplement, que les trois premières classes et les trois suivantes constituent deux branches distinctes, les classes 4 à 6 correspondant plus précisément à un rameau dérivé à partir de la classe 1. Schématiquement, ce monnayage débuterait donc par l’émission de la classe 1, puis évoluerait par « fission « engendrant l’individualisation à l’intérieur de ce vaste ensemble de deux entités distinctes, l’une regroupant les classes 2 puis 3 dans la filiation directe de la classe 1, l’autre les classes 4, 5 et 6 successivement. Dans ce cas, la distribution géographique des classes du monnayage à l’œil devrait refléter de façon cohérente les étapes de son développement et venir confirmer notre hypothèse. Qu’en est-il ? La classe 1 présente une diffusion large au Nord d’une ligne joignant approximativement la baie de Somme à Reims, jusqu’en Belgique du Sud, au Luxembourg et à l’Ouest du Rhin (fig. 3). Les aires de dissémination des classes 2 et 3 sont confondues mais bien plus ramassées que celle de la classe 1 (fig. 4), ce qui est un nouvel indice en faveur de l’existence de deux phases de monnayage distinctes. Elles conservent au Sud la même limite de diffusion que la classe 1, mais se trouvent confinées au Nord en deçà de la frontière actuelle entre France et Bénélux. La classe 4, censée métrologiquement être contemporaine des deux précédentes, présente une aire de dispersion strictement complémentaire au Nord de cette frontière, où elle se superpose à l’essaimage septentrional de la classe 1. La région de Trèves est cette fois incluse, avec un modeste essaimage sur l’Est de la France (fig. 4). Les disséminations des classes 5 et 6 sont elles mêmes différentes de celle de la classe 4, dont elles ne recouvrent que la partie est, entre Meuse et Rhin pour la première, la dernière se limitant même à l’actuel Luxembourg.

8Les différences de distribution géographique entre les classes et les complémentarités spatiales qui s’établissent entre émissions ou groupes d’émissions supposés contemporains corroborent le schéma d’évolution que nous proposons sur la base de l’évolution typologique et métrologique de la série. Cette dernière doit effectivement être scindée en deux ensembles distincts : le premier constitué des classes 1 à 3, le second des classes 4 à 6, la classe 4 dérivant typologiquement de la classe 1 du groupe précédent. Les différences de dispersion spatiale des classes à l’intérieur même de ces deux groupes indiquent en outre que les règles régissant la circulation des espèces précieuses ne furent pas identiques d’une classe à l’autre, et renvoient semble-t-il à des contextes socio-politiques différents, ce qui confirme indirectement l’existence d’une chronologie relative des émissions à l’intérieur de chaque ensemble. Il convient donc, ainsi qu’il était pressenti depuis quelque temps, d’abandonner l’idée que le monnayage à l’œil constitue une série homogène émanant d’un émetteur unique, en l’occurence les Treviri. Au vu des cartes de répartition, on peut admettre avec une quasi-certitude que ce peuple est effectivement responsable du second ensemble, celui constitué des classes 4 à 6. Mais l’attribution au même des classes 1 à 3 est manifestement controuvée : ces classes doivent être attribuées à un autre, sans aucun doute important, dont le territoire est localisé au Sud-Ouest de celui communément reconnu aux Treviri du milieu du Ier siècle. Cette proposition rejoint précisément et jusque dans son argumentation celle qu’a développée J. Metzler indépendamment de nous dans la partie de sa thèse qu’il consacre à ce monnayage (Metzler 1995 : 120-150) : non sans précautions, cet auteur propose de donner les trois premières classes de la série Scheers 30 soit aux Suessiones, soit éventuellement aux Remi, l’hypothèse suessione bénéficiant d’un crédit accru par la découverte d’un nombre conséquent de monnaies en argent au type du statère de la classe 1 sur le site de Villeneuve-Saint-Germain, où selon toute vraisemblance doit être localisé l’atelier émetteur de ces monnaies d’argent (Debord, Scheers 1984 ; Debord 1987).

9On sait les écueils méthodologiques auxquels se heurte l’identification précise des autorités émettrices, et les risques d’erreurs magistrales que comporterait l’application uniforme aux monnayages gaulois – dont les émissions s’étalent au bas mot sur deux cents ans – d’une grille d’analyse renvoyant à la situation géopolitique de la fin de la première moitié du Ier siècle, cette situation étant perçue – qui plus est ! – à travers le filtre partial du récit césarien (Rambaud 1966 ; Gruel 1989 : 27). Projection fantasmatique dans le passé du concept moderne d’Etat-nation, supposée lui offrir en retour une forme de légitimation, la démarche est lourde de sous-entendus idéologiques et théoriques, en ce qu’elle nie implicitement le caractère transitoire des formations géopolitiques et l’historicité de telles structures. Les Celtes, barbares sans histoire ? La fameuse migration des Helvètes – à laquelle on doit selon César le déclenchement de la guerre des Gaules –, le déplacement des Boïens et leur installation sur les marges éduennes, l’origine germanique – en partie mythique ? – des peuples belges, les migrations celtiques du IIIe siècle vers les rivages méditerranéens et les terres danubiennes et orientales, les installations qui en découlèrent en Italie du Nord aussi bien qu’en Asie mineure – et dont le souvenir traumatisera si durablement Grecs et Romains –, voilà autant de faits, parmi bien d’autres, qui attestent sans ambages de la grande mobilité des populations et, pour les siècles qui voient naître et se développer les monnayages gaulois, d’une réalité géopolitique infiniment plus mouvante que nos imaginations sédentarisées nous portent inconsciemment à le croire.

Fig. 3 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classe 1 et Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 classes 1, 2 et indéterminées. Carré plein = série Scheers 26 classe 3. Losange = série Scheers 26 classe 4. Pastille encadrée = British Q. Bâtonnet = série Scheers 30 classe 1.

Fig. 3 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classe 1 et Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 classes 1, 2 et indéterminées. Carré plein = série Scheers 26 classe 3. Losange = série Scheers 26 classe 4. Pastille encadrée = British Q. Bâtonnet = série Scheers 30 classe 1.

Fig. 4 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classes 2-3, des statères Scheers 30 classes 4-5-6 et des statères Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 toutes classes. U = série Scheers 30 classes 2 et 3 (LUCOTIOS et VOCARANT). Etoile encadrée barrée = série Scheers 30 classe 4. Etoile encadrée simple = série Scheers 30 classes 5 et 6 (POTTINA et ARDA)..

Fig. 4 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classes 2-3, des statères Scheers 30 classes 4-5-6 et des statères Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 toutes classes. U = série Scheers 30 classes 2 et 3 (LUCOTIOS et VOCARANT). Etoile encadrée barrée = série Scheers 30 classe 4. Etoile encadrée simple = série Scheers 30 classes 5 et 6 (POTTINA et ARDA)..

10Il n’en reste pas moins que la méthode a fait ses preuves dans un certain nombre de cas (ceux notamment où des ethniques ou des patronymes de chefs connus par les textes sont livrés par les légendes monétaires et permettent de vérifier le bien-fondé des interprétations de répartition) et qu’elle conserve au moins une valeur heuristique. C’est pourquoi, à titre exploratoire, nous n’hésitons guère à nous couler dans ce moule, tenant les résultats auxquels nous parviendrons ainsi pour valides, du moment qu’ils se recoupent de façon cohérente avec d’autres données non mobilisées initialement et qui viennent ainsi les corroborer.

11Provisoirement, nous laisserons de côté les problèmes de chronologie absolue, qui seront abordés un peu plus loin ; nous retiendrons simplement que, selon notre hypothèse fondée sur des considérations typologiques et métrologiques, les deux premières classes de la série Scheers 26 – donnée aux Suessiones – et la classe 1 de la série Scheers 30 sont contemporaines. En ce qui concerne le statère anépigraphe des Suessiones (Scheers 26), les lacunes de la documentation ne permettent malheureusement pas une cartographie pointue par classe isolant les deux premières ; au demeurant, au moins met-elle en évidence que tous les exemplaires dont la dissémination est lointaine appartiennent systématiquement aux classes 3 et 4, le centre de dissémination des deux groupes étant cependant identique et se trouvant localisé dans la moitié sud du département de l’Aisne (5). La dissémination très différente des classes 1 et 2 d’une part et 3 et 4 d’autre part trahit à son tour une circulation dans des conjonctures socio-économiques ou politiques différentes et accrédite à nouveau notre hypothèse selon laquelle ces deux groupes représentent deux phases de monnayage distinctes. Mais surtout, la comparaison des aires couvertes par la circulation des statères à l’œil des classes 1-3 et celle des statères anépigraphes des Suessiones qui en fournissent le modèle typologique révèle que les deux distributions sont précisément complémentaires, se partageant sans recouvrement le Nord de la France et le Bénélux en laissant à l’écart les départements de la Seine-Maritime et du Pas-de-Calais à l’Ouest, la Haute-Marne et les territoires entre Meuse et Rhin à l’Est. La ligne de démarcation entre les deux aires est spectaculairement précise : c’est une ligne droite joignant approximativement Boulogne à Reims (tracé qui, dans l’Aisne, correspond... au chemin des Dames !) (fig. 3 et 5). Sans être formellement des preuves, une frontière aussi nette et une complémentarité spatiale aussi stricte des aires de dispersion de ces deux monnayages constituent des arguments forts qui viennent judicieusement corroborer les présomptions induites par la typologie et la métrologie en faveur de leur contemporanéité.

12Si, comme il semble unanimement admis, le statère anépigraphe de la série Scheers 26 doit bien être donné aux Suessiones, la classe 1 des statères à l’œil et ses deux suivantes doivent alors nécessairement être données à un autre peuple, en dépit de l’émission par l’atelier monétaire de Villeneuve d’imitations d’argent au type de ce statère, sur laquelle nous reviendrons. Ni trévires, ni suessiones, les trois premières classes de la fameuse série à l’œil ne peuvent être données qu’à un peuple aussi puissant que ces valeureux voisins, et dont le territoire vient s’intercaler entre les leurs. Compte tenu du rang auquel ses émissions d’or haussent ledit peuple, les chances sont grandes que son nom nous ait été conservé par les textes, à l’instar de ceux de ses deux puissants voisins. On voit mal alors quel il pourrait être, sinon les Remi.

13On pourra objecter à cette proposition que la dispersion de la classe 1 outrepasse largement le territoire traditionnellement dévolu à ce peuple en débordant notoirement sur ceux des Treviri et des Nervii. Et que la rétraction territoriale suggérée par la dispersion des espèces de la seconde phase de ce monnayage (les classes 2 et 3) prend la forme étrange non pas d’un territoire compact mais d’une bande reliant le Nord du département de la Marne à la Manche. Les dispersions sont certes étonnantes, mais ne pourrait-il s’agir tout simplement des stigmates d’une histoire politique complexe dont les monnaies seules auraient conservé la mémoire ? À l’appui de la thèse d’une émission rème, nous remarquerons que la dispersion de la classe 1 n’est pas fondamentalement différente de celle du potin Scheers 195, lui aussi donné à ce peuple (Scheers 1977 : 172, 770 fig. 210). Mais surtout, il faut désormais tenir compte des découvertes récentes d’une dizaine de statères de la classe 1 en autant de localités des Ardennes (6). Elles viennent opportunément actualiser la carte publiée naguère par S. Scheers, et celle plus récente de J. Metzler, la plus forte concentration de ce numéraire se trouvant désormais à la congruence des trois départements de l’Aisne, de la Marne et des Ardennes. Nous avons déjà signalé que l’habitat fortifié de Condé a travaillé le métal précieux (Pion et col. 1987 ; Pion et al. 1994), que l’un de nos statères de la classe 1 a été découvert dans l’habitat (Massy 1983), ainsi qu’un important dépôt (Scheers 1977 : 883, dépôt 38). Il faut également ajouter aux découvertes qui précèdent un nombre conséquent d’exemplaires livrés récemment en prospection, disséminés sur ľoppidum voisin du Vieux-Laon à Saint-Thomas (7). Nous sommes donc enclins à voir dans ce secteur le centre de dispersion des statères de la classe 1, l’un de ces deux sites – ou les deux ? – étant probablement le siège de l’atelier. Or, indépendamment de toute conjecture historique sur la localisation des frontières territoriales, il ne fait aucun doute que ces deux sites sont dans la mouvance des Remi, ainsi que l’atteste sans discussion possible leur faciès monétaire et notamment la part vile de celui-ci (Guichard, Pion et al. 1993 : Pion 1996 chapitres 4, 12, 17/6, 33 ; Delestrée 1996). Il semble même, selon une tradition historiographique remontant au XVIIIe siècle, mais qui vient de trouver un élément de confirmation convaincant avec la découverte sur le site d’une monnaie d’Ebus us, que ľoppidum du Vieux-Laon soit la célèbre Bibrax mentionnée par César comme place-forte rème sous l’autorité d’Iccios et qui, grâce à l’envoi de renforts romains dont des frondeurs baléares, résistera victorieusement à l’assaut de l’armée belge coalisée en -57 (Lambot 1997).

Fig. 5 : Le système monétaire remo-suession Ligne pleine = frontière théorique entre les aires de dispersion des statères Scheers 26 (Suessiones) et Scheers 30, classe 1 (Remi). Petit cercle = centre de dispersion des deux séries. Grand cercle = limites de diffusion moyenne pour l’ensemble du système.

Fig. 5 : Le système monétaire remo-suession Ligne pleine = frontière théorique entre les aires de dispersion des statères Scheers 26 (Suessiones) et Scheers 30, classe 1 (Remi). Petit cercle = centre de dispersion des deux séries. Grand cercle = limites de diffusion moyenne pour l’ensemble du système.

14Cet ensemble de faits ne laisse en définitive guère de place au doute en ce qui concerne l’identité du peuple auquel on doit l’émission des trois premières classes des statères à l’œil : il s’agit manifestement des Remi. Ainsi se trouve résolue, presque par inadvertance puisque ce n’était pas là le motif initial de l’étude, l’énigme historique de l’absence de monnayage d’or chez un peuple connu par les sources textuelles et archéologiques comme l’un des plus puissants du Nord de la Gaule. Il y a dans cette nouvelle attribution un brin d’humour et peut-être bien plus qu’une ironie de l’histoire. Originellement en effet, tandis que la totalité de ce qui constitue aujourd’hui la série Scheers 30 était donné aux Treviri, le statère LT.8600 était, lui, donné aux Remi. C’est S. Scheers qui, en faisant de ce statère sa série n° 26, a démontré que cette attribution était erronée et que l’émission en revenait aux Suessiones. Ce jeu de chaises musicales n’est sans doute pas seulement le fruit de la fantaisie des numismates, il traduit leurs hésitations et leur embarras quant à l’attribution de monnayages de toute évidence étroitement intriqués.

3. Partager pour mieux régner : le système remo-suession

15L’argumentation développée ci-dessus à propos de l’origine géographique des statères rèmes conduit à un constat pour le moins étonnant : le centre de dispersion de la classe 1 est localisé non pas au centre de la dispersion générale, ainsi que le voudrait la théorie (Colbert de Beaulieu 1966 ; 1969 ; 1973 : 19-38, 117-153.), mais sur sa bordure méridionale. Il se trouve, et ce n’est probablement pas un hasard, que cette singularité recoupe une autre que nous avons déjà signalée : la complémentarité des aires de dispersion des statères à l’œil rèmes Scheers 30 classes 1-3 et des statères anépigraphes suessions Scheers 26 selon une frontière très stricte respectée pendant toute la durée de circulation de ces espèces. De la rigueur de ce partage géographique, nous avons tiré argument en faveur de la contemporanéité des deux monnayages, l’émission des premières classes sanctionnant la mise en place du fameux « système belge », dont elles constituent un élément central de la première phase de monnayage aux côtés des statères ambiens...

16Or, à considérer la répartition géographique des statères suessions Scheers 26, il s’avère qu’une anomalie comparable affecte la localisation de leur centre de dispersion, qui doit indubitablement être localisé dans la région de Soissons, c’est-à-dire sur la bordure nord-orientale de la dispersion générale. Ces coïncidences sont trop fortes pour ne devoir qu’au hasard ; les anomalies sont trop symétriques et redondantes pour qu’elles n’obéissent pas en fait à une logique cachée cohérente et rigoureuse.

17Par leur typologie, par leur métrologie aussi bien que par les règles présidant à leur dispersion, les monnayages belges des Suessiones et des Remi représentés respectivement par les statères anépigraphes et les statères à l’œil apparaissent en définitive comme les deux faces d’une même médaille, comme deux éléments complémentaires d’un système dual probablement intégré dès l’origine au sein d’une entité plus vaste incluant les Ambiani, dont le statère biface offre le modèle typologique. Le coeur géographique de ce système, c’est justement la région que nous désignons comme émettrice des deux séries de statères. On comprend alors que les centres de dispersion de ces deux monnayages soient en position marginale par rapport à leurs aires de distribution respectives. Leur localisation contigue – on serait tenté de dire leur gémellité – est en fait au cœur d’un système monétaire bicéphale intégrant les deux monnayages et qui reflète de façon exemplaire, à travers un partage territorial strict des aires d’influence, la précision et la solidité des accords politiques qui présidèrent forcément à la mise en place et au maintien de ce système (fig. 5).

4. De la chronologie archéologique à l’histoire politique : la résurgence inopinée d’une fameuse synpoliteia ?

18Nous avons développé ici divers arguments qui plaident en faveur de l’existence d’une chronologie relative des séries et des classes au sein du « système belge », et tendent à montrer que sa création ne fut pas un évènement erratique survenu brusquement, qu’il ne s’est pas mis en place en une seule fois mais au contraire par étapes, la première étant initiée par les Suessiones et les Remi au côté vraisemblable des Ambiant avec l’émission des statères anépigraphes Scheers 26 et du premier groupe des statères à l’œil Scheers 30 (classe 1- 3). S’il fallait un argument supplémentaire pour réfuter l’hypothèse d’un monnayage en rapport direct avec la levée de l’armée confédérée des Belges contre César en – 57, la présente étude le fournit en attribuant la co-paternité de ce système aux Remi, actifs alliés de Rome, dont la fidélité ne sera jamais démentie et qui s’opposeront par tous les moyens à cette confédération. Mais, avec la réfutation de cette thèse, c’est aussi la datation forcément basse – à partir de -57 et plus tard ! – de toutes les espèces constituant ce système qui fait long feu. Entre autres choses, il reste donc maintenant à essayer d’en dater la mise en place et d’en estimer la durée, ce que nous esquisserons à partir des deux séries sur lesquelles porte la présente étude.

19Le statère Scheers 30, classe 1 est absent des ensembles des grands habitats des Remi datés des trois premiers quarts du IIe siècle, tels Acy-Romance « Warde I « ou Damary qui n’ont livré pour monnayage précieux que des quarts aux segments de cercle ou des globules à la croix (Lambot, Delestrée 1991 ; Lambot, Méniel 1992 ; Delestrée 1996 ; Haselgrove, com. personnelle). Il est en revanche présent en contexte dans l’habitat groupé fortifié de plaine de Condé-sur-Suippe/Variscourt, dont l’occupation recouvre précisément notre étape 3 datée (indépendamment des monnaies...) de -120 à -90 environ (Pion 1996). On le rencontre ensuite sur des habitats contemporains ou plus récents, tels les oppida déjà signalés de Saint-Thomas/Vieux-Laon et de Château-Porcien/Nandin. Le tout début du Ier siècle fait donc figure de terminus ante quem pour le démarrage des frappes rèmes de la série Scheers 30 classe 1. On ne connaît malheureusement aucun contexte pour les statères suessions Scheers 26 qui permettrait de confronter les datations et de mieux préciser la date de mise en place du « système belge ». Mais on note qu’un statère British Q, qui dérive typologiquement et métrologiquement de la classe 3 de notre statère anépigraphe, est présent dans le comblement des fossés en croix de Villeneuve-Saint-Germain, que nous datons de nos étapes 4 et 5, soit entre -90 et -30. Qu’il s’agisse d’une création insulaire ainsi que tend à l’accréditer la répartition géographique des espèces (Allen 1961), ou au contraire et plus mystérieusement d’une éventuelle création continentale (Fitzpatrick 1992 ; Haselgrove 1993), la fourchette chronologique il est vrai fort large proposée par le contexte de Villeneuve est compatible avec la datation conjecturale avancée par Van Arsdell pour l’émission du statère British Q : -55 / -45 (Van Arsdell 1989). Mais, puisque cet auteur date du même intervalle le dérivé très évolué de ce statère connu comme type de Whaddon Chase et originaire de la même région, il semble légitimement envisageable de remonter l’émission du modèle British Q à une date plus haute, hypothétiquement donc dans le courant de la première moitié du siècle. Il n’y aurait ainsi rien d’aberrant à ce que les frappes du statère Scheers 26, qui comporte cinq classes pour ce qui est de la série continentale, s’étendent sur l’ensemble de la première moitié du Ier siècle, et que l’émission de la première classe prenne place à la charnière IIe / Ier siècle.

20Dans l’état actuel des données, en s’appuyant principalement sur la classe 1 du statère à l’œil Scheers 30, il apparaît que les émissions qui inaugurent « le système belge » interviennent au tout début du Ier siècle au plus tard. L’abandon de l’habitat de Condé-sur-Suippe vers -90 valant terminus ante pour le début des frappes, celles-ci pourraient débuter dès le courant du dernier quart du IIe siècle. Bien que l’argument a silentio ne soit pas décisif, il semble en revanche peu vraisemblable que la chronologie des premières frappes puisse être remontée plus haut encore, dans la mesure où comme nous l’avons déjà signalé ce sont alors d’autres numéraires précieux que l’on rencontre sur les habitats rèmes. Aucun argument décisif ne permet de dater les classes ultimes de nos deux séries. Tout au plus, la classe 6 des statères à l’œil trévires à la légende ARDA supporte-t-elle une glose indirecte, à partir des légendes identiques figurant sur la série d’argent Scheers 30a classe 1 – dont R. Loscheider a montré qu’elle prend pour prototype une monnaie numide de Juba II émise entre -48 et -46 (Loscheider 1995) – et sur la série de bronze 30a classe 2 dite « au cavalier «, inspirée semble-t-il d’un denier de Varron émis en -49 (7). Compte tenu du fait que toutes ces monnaies sont émises sur l’ oppidum du Titelberg, habitat dont l’occupation relativement courte couvre principalement la seconde moitié du Ier siècle, on peut supposer que les trois légendes désignent un même personnage. Du fait de la présence de monnaies d’ARDA dans le comblement inférieur du fossé (« Schichtkomplex A «, antérieur à -30 selon la dendrochronologie), le statère faible de la classe 6 a donc pu être émis postérieurement à la guerre, entre -50 et -30... En tout état de cause, les échelons variables sur lesquels s’éteignent les diverses séries « de style belge » laissent entendre qu’elles terminèrent leur évolution de manière relativement autonome. Il est intéressant à ce propos de noter que l’échelon encore haut sur lequel s’interrompent les émissions des statères rèmes et suessions pourrait signifier une extinction plus précoce des monnayages d’or chez ces deux peuples que chez les autres belges impliqués dans l’aventure...

21Le système monétaire rémo-suession dont cette étude révèle l’existence ne pouvait voir le jour ni se maintenir sans des affinités très fortes entre les deux peuples, allant jusqu’à une étroite et manifestement très efficace collaboration politique. La date assignée à la création de ce système – dernier quart du IIe ou tout début du Ier siècle – suppose que son développement, bien attesté par l’évolution typologique et pondérale des séries aussi bien que par les différences de distribution spatiale des classes à l’intérieur des séries, couvre pour l’essentiel la première moitié du Ier siècle. La collaboration politique qui présida à la mise en place de ces monnayages fut donc non seulement étroite mais durable, prenant place elle aussi pour l’essentiel dans la première moitié du Ier siècle (8). Chacun aura bien sûr deviné où nous voulons en venir. Au début de la Guerre des Gaules, peu avant l’affrontement avec l’armée des Belges coalisés qui s’achève par la cuisante déroute que l’on sait, César recueille de la bouche d’Iccios et Andocumborios, « les plus grands personnages « de la nation rème, le témoignage sur la nature des relations que leur peuple entretient avec les Suessiones : ils « sont leurs frères de race, qui vivent sous les mêmes lois, ont même chef de guerre, même magistrat « (César, BG. II, 3). Célèbre passage, qui alimente depuis plus d’un siècle toutes les gloses sur la non moins fameuse synpoliteia rémo-suessione ; mais texte somme toute peu locace sur l’organisation politique qui se cache derrière ce partage des pouvoirs, et non dépourvu d’obscurités quant à la nature exacte et à la répartition de ces charges. Et si l’on tenait à travers notre système un témoignage archéologique de cette relation privilégiée, si l’on saisissait là l’un des aspects concrets de cette synpoliteia ? Ainsi s’expliquerait beaucoup mieux que les Suessiones aient pu battre, sur leur oppidum de cité de Villeneuve-Saint-Germain, en même temps que leurs propres deniers d’argent, une série au type du statère rème. On doutera en effet qu’ils aient pu prendre l’initiative de frapper un type connu de notoriété publique comme rème sans l’accord de ces derniers, d’autant que les relations entre les deux peuples depuis la fin du IIe siècle étaient, comme on vient de le voir, étroites et allaient bien au-delà du simple voisinage. Pourquoi alors le magistrat mentionné par les informateurs de César – personnage manifestement distinct du chef de guerre et probablement de Galba, mais dont malheureusement les sources écrites ne nous précisent rien quant à la nature de la charge – ne serait-il pas un magistrat monétaire exerçant à Villeneuve-Saint-Germain au bénéfice des deux peuples ? Le fait est bien attesté, dans l’Antiquité, d’ateliers qui ont émis pour différentes autorités (Burnett 1988 : 10). La date d’émission que nous assignons à ce denier rème – dans le courant de l’étape 4, soit entre -90 et -60 – serait en outre parfaitement compatible avec cette hypothèse, dans la mesure où la frappe interviendrait avant -58, date aux environs de laquelle d’après les textes et le témoignage – peut-être non dépourvu de partialité – des Remi, les rapports institutionnels et politiques privilégiés entre les deux peuples sont rompus en raison de divergences rédhibitoires concernant l’attitude à adopter face au conquérant.

5. En guise de conclusion : pistes pour une nouvelle interprétation des monnayages « de style belge »

22Au delà d’un trivial problème d’attribution qui semble désormais pouvoir être tenu pour réglé, cette étude sur la série des statères à l’œil Scheers 30 conduit à mettre en cause et à réfuter les idées les plus communément admises aujourd’hui concernant le phénomène du monnayage d’or dit « de style belge «, à savoir un monnayage d’exception émis pour faciliter la levée des troupes de la confédération belge contre César aux environs de -57. Elle ouvre des perspectives nouvelles sur la nature et l’interprétation du phénomène, en montrant que le « système belge « s’est mis en place par étapes et sur une certaine durée, à partir de la fin du IIe siècle ou du tout début du Ier siècle au plus tard, à l’instigation principalement des Suessiones et des Remi qui, pour l’occasion, créèrent un véritable système bicéphale en jumelant leur monnayage selon un partage territorial strict des aires d’influence de chacun ne pouvant reposer que sur des accords diplomatiques très précis et durables. Nous proposons pour notre part d’y voir l’une des manifestations concrètes de ce que fut la fameuse synpoliteia remo-suessione, à propos de laquelle le seul témoignage historique dont on dispose – le récit césarien – demeure si évasif.

23Cette mise au point, fondée sur un examen approfondi de deux seulement des composantes du monnayage « de style belge », demeure incontestablement fragile. L’enquête devra bien évidemment être étendue aux autres monnayages constituant ce système, et notamment aux émissions inaugurales données traditionnellement aux Ambiani. qui participent eux aussi à la création du système selon des modalités qui restent à éclaircir. Elle devra également prendre en compte et intégrer l’énorme masse d’information livrée par les dépôts monétaires. Il conviendra enfin de préciser la durée de ce système et son évolution. Mais l’esquisse nous paraît néanmoins prometteuse. Conjectures ?... Certes. Mais fondées sur l’exploitation de l’ensemble des informations concernant les contextes archéologiques, et dont on nous concédera au moins qu’elles résolvent avec une cohérence certaine – et mieux qu’aucune des propositions faites jusqu’alors – les anomalies, énigmes et fantaisies diverses accumulées en quelques décennies par ce monnayage insolite.

24Première tentative d’intégration monétaire à échelle supra-locale dans le Nord de la Gaule, la création du monnayage d’or « de style belge », qui conserve pour étalon le statère, constitue sans aucun doute un évènement majeur de l’histoire monétaire celtique, comparable à la création de la fameuse zone du denier chez les peuples de la Gaule du Centre et de l’Est, avec laquelle le phénomène entretient semble-t-il une certaine symétrie et ménage une articulation potentielle par le biais du « denier « rème au type du statère à l’œil. La raison d’être de cette ambitieuse entreprise, les voies de son développement, les modalités de son extinction et les rapports qu’elle a pu entretenir avec les systèmes monétaires en vigueur dans d’autres régions sont autant de points qui méritent désormais d’être élucidés.

NOTES

1) Ce texte a été rédigé originellement en 1993-1994 dans le cadre d’une thèse terminée en 1996 et soutenue à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne en mars 1997. Certaines des informations inédites utilisées alors et d’autres travaux sur le même sujet ont vu le jour depuis ce premier travail, montrant que la piste était féconde, débouchant parfois sur des conclusions très proches des nôtres en ce qui concerne l’attribution du premier groupe des statères à l’œil aux Remi. Ces nouveaux éléments, qui tous apportent de l’eau au moulin de notre démonstration, ont été intégrés par une mise à jour dans les notes et la bibliographie principalement.

2) Le schéma de dérivation typologique proposé par ce chercheur a été repris en le modifiant par C. Haselgrove, qui isole le statère Scheers 30/1 dont il fait un modèle originel d’une partie des monnayages d’or de style belge au même titre que le statère « ambien » Scheers 9 avril (Haselgrove 1984 p. 85 fig. 2). Pour notre part, il nous semble exister une filiation typologique évidente entre les droits et les revers respectifs du statère anépigraphe des Suessiones (Scheers 26) et des statères à l’œil réputés trévires (Scheers 30), filiation qu’ignore et même que nie le schéma modifié. C’est pourquoi nous lui préfèrons ici le schéma originel de S. Scheers.

3) Scheers 1977 : 425, fig. 84 ; 426 fig. 85, aujourd’hui complétée par Metzler 1995 ; 135 Abb. 92, 136 Abb. 93, 137 Abb. 94.

4) Scheers 1977 : 419, fig. 81 ; 422 fig. 82 ; 423 fig. 83 aujourd’hui complétée par Metzler 1995 : 132 Abb. 89, 133 Abb. 90, 134 Abb. 91.

5) Scheers 1977 : 365-369, carte 71, et 369-374 (inventaire des provenances) ; à compléter par Debord 1985.

6) Lambot 1996 : fig. 25 ; 1997 et com. personnelle ; Doyen 1987a, 1987b, 1993 ; Delestrée 1996 : 132-139. Les provenances nouvelles par rapport à l’inventaire de S. Scheers sont : Chateau-Porcien (1), Voncq (1), Liry (1), Grivy-Loisy (1) ; Juniville (1) ; Acy-Romance (1), Chaumont-en-Porcien (1), Brieule-sur-Bar (1), Nouzonville (1 Lucotios), Nizy-le-Comte (1), Saint-Thomas (plusieurs...).

7) Scheers 1969. Metzler (1995 : 130) signale cependant un autre prototype possible dans un denier de Q. Titivs émis en – 88...

8) On remarquera notamment que la « frontière « entre les aires de diffusion suessiones et rèmes de la première phase (S. 26 classe 1, carte fig. 5) se maintient inchangée à la phase suivante (se reporter à fig. 4). La structure du système résiste au démembrement territorial consécutif à l’individualisation des Treviri, qui semble relever d’un évènement interne sans incidence sur l’ensemble. Ce respect des accords diplomatiques et politiques à l’origine du système prouve leur force et leur solidité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALLEN D.F., 1961, « The Origins of Coinage in Britain – a Reappraisal », in : FRERE S.S. éd., Problems of the Iron Age in Southern Britain, Londres, Université, p. 97-308.

BLANCHET A., 1905, Traité des monnaies gauloises, Paris.

BURNETT A., 1988, La numismatique romaine, de la République au Haut-Empire, traduction Grorges Depeyrot, Paris/Saint-Etienne, Errance, 115 p.

CÉSAR, Guerre des Gaules. Texte établi et traduit par L.-A. Constans, Les Belles Lettres, Paris, 1984.

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1953, « La légende Vocarant des monnaies des Trévires », Revue belge de Numismatique, t. XCIX, p. 108.

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1954, « Notules de numismatique celtique, IL Monnaies d’or (ou fourrées) au type dit à l’œil attribuées aux Trevires », Ogam, t. VI, p. 91-92

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1966, « La monnaies de Caletedu et les zones du statère et du denier en Gaule », Revue Archéologique du Centre, t. 18, p. 101-129.

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1969, « Méthodologie de la numismatique gauloise : l’attribution de monnaies de potin », Cahiers numismatiques, n° 20, p. 692-696, 2 fig., 1 tab.

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1973, Traité de numismatique celtique : I. Méthodologie des ensembles, Paris, Les Belles Lettres, 453 p., 53 fig., 8 tab. (Centre de recherches d’histoire ancienne, série numismatique, 5).

DEBORD J., 1985, « Un statère anépigraphe des Suessiones découvert à Berzy-le-Sec (Aisne) », Revue Archéologique de Picardie, t. 1-2, p. 21-24, 4 fig.

DEBORD J., 1987, « Une production tardive en argent de l’atelier monétaire gaulois de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) », in : Mélanges offerts au docteur J.B. Colbert de Beaulieu, Toulouse, Paris, éd. Le Léopard d’Or, p. 235-252, 2 fig., 5 pl. h

DEBORD J., SCHEERS S., « Les monnaies gauloises tardives en argent attribuables aux Suessiones trouvées à Villeneuve-Saint-Germain », Revue du Nord, n° spécial hors-série, p. 69-74.

DELESTRÉE L.-P. 1994, « La numismatique gauloise en Gaule belgique : problématique et axes de recherche », Revue numismatique, p. 7-26.

DELESTRÉE L.-P., 1996, Monnayages et peuples gaulois du nord-ouest, Paris, Errance, 144 p., ill.

DELESTRÉE L.-P., DELPLACE Ch., 1987, « La série trimétallique à l’astre témoin du monnayage bellovaque », in : Mélanges offerts au docteur J . B. Colbert de Beaulieu, Toulouse, Paris, éd. Le Léopard d’Or, p. 253-273, 2 fig., 4 pl.

DOYEN J.-M., 1987a, « Les subdivisions « aux segments de cercles » du type BN 8030 : état de la question », in : Mélanges offerts au docteur J.B. Colbert de Beaulieu, Toulouse, Paris, éd. Le Léopard d’Or, p. 315-331, 2 fig., 3 pl.

DOYEN J.-M., 1987b, Catalogue des monnaies antiques du musée de l’Ardenne (Charleville-Mézières), Musée de Charleville-Mézières, 1987.

DOYEN J.-M., 1993, « La circulation monétaire celtique dans le département des Ardennes : état de la question », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 429-439 (Archaeologia Mosellana, 2).

FITZPATRICK A., 1992, « The Roles of Celtic Coinage in South East England », in : MAYS M. dir., Tempus reparatum, 11th Oxford Symposium on coinage and monetary history, Oxford, p. 1-32 (BAR, British series, 222).

FORRER R., 1909, « Analysen Keltischer Münzen », Zeitschrift fur Ethnologie, Bd 49, p. 458-462.

FRERE S.S. éd., 1961, Problems of the Iron Age in Southern Britain, Londres, Université de Londres.

GRUEL K., 1989. La monnaies chez, les Gaulois. Paris, Errance. 179 p.

GUICHARD V., PION P., MALACHER F., COLLIS J., 1993, « À propos de la circulation monétaire en Gaule chevelue aux IIe et Ier siècles av. J.-C », R.A.C.F., t. 32, p. 26-55, 9 fig., 3 tab.

HASELGROVE C., 1984, « Warfare and its aftermath as reflected in the precious métal coinage of Belgic Gaul », Oxford Journal of Archaeology, t. 3, 1, p. 81-103.

HASELGROVE C., 1993, « The development of British Iron-age Coinage », The numismatic Chronicle, p. 81-103.

LAMBOT B., 1996, « Les Rèmes à la veille de la romanisation. Le Porcien au Ier siècle av. J.-C. », in : De la ferme indigène à la villa romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule (actes du 2e colloque de l’Association AGER, Amiens (Somme) 23 au 23 septembre 1993), Revue archéologique de Picardie, Numéro spécial 11, p. 13-38.

LAMBOT B., CASAGRANDE P. 1997, « Une monnaie d’Ebusus sur l’oppidum de Vieux-Laon à Saint-Thomas (Aisne). Nouvelles données sur Bibrax et le camp de Mauchamp », B.S.A.C., t. 90, n° 2, p. 15-29.

LAMBOT B., DELESTRÉE L.-P., 1991, « Des séries de potins du Belgium antérieures au début du 1er siècle avant J.– C », B.S.A.C., t. 84, p. 67-79.

LAMBOT B., MÉNIEL P., 1992, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), I, L’habitat gaulois (fouilles 1988- 1990), Reims, Société Archéologique Champenoise, 181p. (M.S.A.C., 7, supplément au numéro 2. Dossiers de protohistoire n° 4).

LOSCHEIDER R., 1995, « Ein Beitrag Numidiens zur keltischen Numimatik des Trevererlandes » Hemecht.

LA TOUR H. de, 1892, Atlas de monnaies gauloises, Paris, 1892 (réed. Paris 1992, avec remise à jour de B. Fischer).

MAY M. dir., 1992, Tempus reparatum (11th Oxford symposium on coinage and monetary history, 1989), Oxford (B.A.R., British Series, 222).

METZLER J., 1995, Das treverische Oppidum auf dem Titelberg. Zur Kontinuität zwischen der spätkeltischen und frührömischen Zeit in Nord-Gallien, Dossiers d’archéologie du musée national d’histoire de l’art, 1.

METZLER J., WEILLER R., 1977, Beitrage zur Archäologie des Titelberges, Luxembourg, 162 p. (Publications de la Section Historique, XCI).

MURET E., CHABOUILLET A., 1889, Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque Nationale, Paris.

PION P., avec la contribution de AUXIETTE G., CHARTIER M., DEBORD J., HÉNON B., PERNAUD J.-M., POMMEPUY C., TILLIARD L., 1987, « L’oppidum de La Tène finale du Vieux-Reims à Condé-sur-Suippe/Variscourt (02) », F. P. VA., t. 15, Université de Paris I, U.E.R. d’Art et d’Archéologie, p. 267-339.

PION P., 1996, Les habitats laténiens tardifs de la vallée de l’Aisne : contribution à la périodisation de la fin du second Age du Fer en Gaule nord-orientale (La Tène C2 – période augustéenne précoce ; Ile-Ier siècles av. J.-C.), thèse de doctorat dactylographiée, Paris, Université de Paris I, 5 volumes.

PION P., POMMEPUY C., AUXIETTE G., HENON B., GRANSAR F., 1994, « L’oppidum de Condé-sur-Suippe/Variscourt (Aisne) (fin IIe – début Ier s. av. J.-C.) : approche préliminaire de l’organisation fonctionnelle d’un quartier artisanal », in : Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Age du Fer, (actes du 119e congrès du CTHS), Amiens, p. 276-309.

RAMBAUD M., 1966, La déformation historique chez César, Paris, Les Belles Lettres.

REDING L., 1972, Les monnaies gauloises du Titelberg, Publications Nationales du ministère des Arts et des Sciences de Belgique.

SCHEERS S., 1970, « L’histoire monétaire des Suessiones avant l’arrivée de César », Ancient Society, t. 1, p. 135-162, 2 fig., 2 pl.

SCHEERS S., 1972, « Coinage and Currency of the Belgic Tribes during the Gallic War », British Numismatic Journal, t. XLI, p. 1-6, 1 pl.

SCHEERS S., 1976, « L’histoire de la Gaule Belgique après la conquête de César », in : Actes du 8e Congrès international de numismatique (New York, Washington, septembre 1973), Paris-Bâle, p. 197-201.

SCHEERS S., 1977, Traité de numismatique celtique-II- La Gaule Belgique, Paris, Les Belles Lettres.

SCHEERS S., 1979, « Le Titelberg et la circulation monétaire sur le territoire des Treviri », in : Studien zu Fundmünzen der Antike, Band 1. Berlin, Gebr. Mann Verlag, p. 225-239.

SCHEERS S., 1981, « The origine and evolution of coinage in Belgic Gaul », in : CUNLIFFE B. éd., Coinage and Society in Britain and Gaul. Some current Problems, Londres, p. 18-23 (Council for British Archaeology. Research Report, 38).

SCHEERS S., 1983, La Gaule Belgique (Numismatique celtique), Louvain, Peeters, 985 p., 28 pl. (rééd. de Scheers 1977).

VAN ARSDELL R.D., 1989, Celtic Coinage in Britain, London, Spink.

WEILLER R., 1977, « Die Münzfunde aus der Grabung vom Titelberg », in : METZLER J., WEILLER R., Beiträge zur Archäologie des Titelberges, Luxembourg, Musées royaux, p. 118-162 (Publications de la Section Historique, XCI).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Dérivation typologique des monnayages « de style belge » (d’après S. Scheers 1977).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2 : Correspondances métrologiques des différentes classes des séries constituant le monnayage « de style belge « (d’après S. Scheers 1977).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classe 1 et Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 classes 1, 2 et indéterminées. Carré plein = série Scheers 26 classe 3. Losange = série Scheers 26 classe 4. Pastille encadrée = British Q. Bâtonnet = série Scheers 30 classe 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 4 : Distribution spatiale des statères Scheers 30 classes 2-3, des statères Scheers 30 classes 4-5-6 et des statères Scheers 26. Pastille pleine = série Scheers 26 toutes classes. U = série Scheers 30 classes 2 et 3 (LUCOTIOS et VOCARANT). Etoile encadrée barrée = série Scheers 30 classe 4. Etoile encadrée simple = série Scheers 30 classes 5 et 6 (POTTINA et ARDA)..
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5 : Le système monétaire remo-suession Ligne pleine = frontière théorique entre les aires de dispersion des statères Scheers 26 (Suessiones) et Scheers 30, classe 1 (Remi). Petit cercle = centre de dispersion des deux séries. Grand cercle = limites de diffusion moyenne pour l’ensemble du système.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

Auteur

Université Paris X, Nanterre, EP 2058
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
21 allée de l’Université, F – 92 023 Nanterre Cedex

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search