Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Le matériel de mouture, un marqueur territorial : les meules rèmes et suessiones

Claudine Pommepuy

Résumé

L’étude typologique des meules rotatives de la vallée de l’Aisne a permis de mettre en évidence des caractères particuliers aux territoires des Rèmes et des Suessions. Au cours des deux derniers siècles av. J.-C., les formes et les matériaux utilisés évoluent, ce qui autorise à considérer dorénavant ces objets comme un matériel datant, dans cette région. La comparaison de ce corpus avec d’autres ensembles du monde celtique démontre la très grande variabilité des formes et des mécanismes adoptés localement. Cet article a pour but de poser les bases d’une réflexion collective, visant à caractériser les spécificités régionales et culturelles du matériel de mouture.

Texte intégral

1. Le cadre de l’étude

1La portion étudiée de la vallée de l’Aisne va de Rethel à Compiègne, soit près de 150 km (fig. 1). Elle comprend la zone d’étude de FERA 12 du CRA-CNRS (FPVA 1972-1996 ; collectif 1991 ; Pion et coll. 1990, 1996), élargie aux sites proches comme Acy-Romance et Reims vers l’Est et la vallée de l’Oise vers l’Ouest. Elle concerne treize sites d’habitat ;

  • quatre habitats groupés fortifiés : Villeneuve-Saint-Germain (Constantin et al. 1982, Debord 1982, 1990), Pommiers, Condé-sur-Suippe (Pion et al. 1997), Reims (Rollet 1997),

  • un habitat groupé ouvert : Acy-Romance (Lambot, Méniel 1992),

  • et huit habitats ruraux ouverts : Jaux (Malrain et al. 1996), Longueil-Sainte-Marie, Bucy-le-Long, Missy-sur-Aisne, Braine, Bazoches-sur-Vesle, Pontavert, Menneville. Elle est traversée à peu près en son milieu par la frontière entre les Suessions et les Rèmes. Elle touche, à l’Ouest, au territoire bellovaque.

2La séquence chronologique étudiée s’étend sur les deux derniers siècles avant notre ère. Dans la vallée de l’Aisne, l’ensemble des pierres contenues dans les structures a fait l’objet d’un ramassage systématique. Le tri a été fait par moi-même, après lavage. Cela a permis d’identifier de nombreux outils en pierre utilisés pour des activités très diverses, tout au long des âges des métaux, et de mettre en relation les matières premières utilisées avec la morphologie des objets (Blanchet et al. 1989).

3L’étude du matériel de mouture a abouti à une caractérisation de types morphologiques et à une évolution chronologique de ces objets (Pommepuy, à paraître).

Fig. 1 : Localisation des sites étudiés de la vallée de l’Aisne.

Fig. 1 : Localisation des sites étudiés de la vallée de l’Aisne.

2. Caractérisation des meules rèmes et suessiones

2.1. Matières premières utilisées et lieux de production

4La grande majorité des matériaux est d’origine locale, dans cette région de plateaux tertiaires où abondent toutes sortes de grès et de calcaires. On constate une très grande prédilection pour les calcaires, parmi lesquels différents faciès sont représentés (Blanchet et al. 1989). En dehors des matériaux locaux, il existe quelques pièces en arkose qui provient des Ardennes, à une centaine de kilomètres au Nord-Est du site de Condé-sur-Suippe, et en autres matériaux exogènes : poudingue, basalte soufflé et microdiorite ; l’origine exacte de ces matériaux n’est pour le moment pas déterminée.

5Les périodes précédentes, de l’Âge du Bronze à La Tène ancienne, utilisaient des meules de type à va-et-vient. Les sites ont systématiquement livré des éclats de façonnage et des percuteurs adaptés à la fabrication de ces objets, prouvant une production familiale. Avec l’introduction de la meule rotative, tout élément lié à une chaîne opératoire de fabrication a disparu. On peut en conclure que l’on a désormais affaire à une production en ateliers spécialisés, probablement situés sur les affleurements des roches concernées.

2.2. Morphologie

2.2.1. Les meules en calcaire à cérithes (fig. 2, n° 1-8)

6Ces meules sont pour la plupart de section cylindrique et la partie supérieure du catillus possède une dépression centrale. On constate quelques pièces plus tronconiques à partie supérieure en cuvette (fig. 2, n° 5). Le trou d’emmanchement ne dépasse pas le milieu entre le bord extérieur et la perforation axiale. Quelques catillus ont une surface active concave (fig. 2, n° 4), sans qu’aucune meta ne semble leur correspondre.

2.2.2. Les meules en calcaire à glauconie grossière (fig. 2, n° 11-16)

7Elles sont de section tronconique et la partie supérieure du catillus est en cuvette. De rares pièces ont la partie supérieure en entonnoir (fig. 2, n° 14). Le trou d’emmanchement est identique a celui des meules précédentes. L’épaisseur des catillus est variable, mais plus importante que précédemment.

Fig. 2 : Quelques exemples de meules de la vallée de l’Aisne, présentées par types de matériaux. 1, 2, 5-7, 72, 13, 156, 16, 21 : Villeneuve-Saint-Germain ; 3, 4, 14, 22 : Condé-sur-Suippe ; 8, 9 : Bucy-le-Long ; 10 : Menneville ; 11 : Jaux ; 17-20 : Acy-Romance. C = catillus, M = meta.

Fig. 2 : Quelques exemples de meules de la vallée de l’Aisne, présentées par types de matériaux. 1, 2, 5-7, 72, 13, 156, 16, 21 : Villeneuve-Saint-Germain ; 3, 4, 14, 22 : Condé-sur-Suippe ; 8, 9 : Bucy-le-Long ; 10 : Menneville ; 11 : Jaux ; 17-20 : Acy-Romance. C = catillus, M = meta.

2.2.3. Les meules en calcaire à limnées et en calcaire à « cérithes + bivalves » (fig. 2, n° 17-20)

8Elles sont de section tronconique ; le catillus présente une dépression centrale plus profonde que les meules en calcaire à cérithes. Le trou d’emmanchement traverse l’épaisseur de la meule pour rejoindre la perforation axiale. Les épaisseurs dépassent toutes 10 cm et semblent assez constantes.

2.2.4. Les meules en calcaire coquillier (fig. 2, n° 9-10)

9Les meules en calcaire coquillier représentent un corpus très faible, mais leur forme ressemble aux meules en calcaire à cérithes.

2.2.5. Les meules en matériau exogène (fig. 2, n° 21-22)

10Les meules en poudingue sont très peu nombreuses. Elles ressemblent aux meules en calcaire à glauconie grossière (fig. 2, n° 21) ou en calcaire à « cérithes + bivalves ». La meule en basalte soufflé présente une forme unique (fig. 2, n° 22). Les fragments en microdiorite sont trop petits pour être étudiés.

2.3. Définition des types

11Les formes ont été classifiées selon deux critères principaux :

  • la section générale, qui peut être cylindrique ou tronconique ;

  • la forme de la partie supérieure du catillus, qui peut être en cuvette, à dépression centrale, à dépression centrale profonde ou à entonnoir.

12Les observations précédentes permettent de distinguer trois types (fig. 3) :

  • le type I : meules cylindriques à dépression centrale, en calcaire à cérithes et en calcaire coquillier ;

  • le type 2 : meules tronconiques à cuvette, en calcaire à glauconie grossière et en poudingue ;

  • le type 3 : meules tronconiques à dépression centrale profonde, en calcaire à limnées et en calcaire à « cérithes + bivalves ».

2.4. Evolution chronologique

13La période étudiée a été divisée en trois séquences principales :

  • La Tène C2 : de -180 à -150, représentée dans deux sites ;

  • La Tène D1 : de -150 à -90, représentée dans sept sites ;

  • La Tène D2 et le Gallo-romain précoce ; de -90 au début du 1er s. ap. J.-C., représentés dans quatre sites (Pion 1997).

14Nous constatons effectivement l’introduction de la meule rotative dans notre région au cours de la première moitié du IIe s. avant J.-C. En effet, quatre structures anciennes d’Acy-Romance possèdent des meules de type à va-et-vient côtoyant des meules rotatives.

15J’ai observé comment évoluaient trois critères : les matériaux, les formes et les diamètres.

16En ce qui concerne les matériaux (fig. 4 A1 et A2) :

  • on constate une apparition du calcaire à glauconie à La Tène D1 ;

  • les calcaires à limnées et « cérithes + bivalves » sont devenus insignifiants à La Tène D2 ;

  • le calcaire à cérithes est prédominant à La Tène D1 et encore plus à La Tène D2.

17En ce qui concerne les formes (fig. 4 B), on constate une décroissance régulière des sections tronconiques qui passent de 75 % à 30 %, au profit des sections cylindriques qui suivent l’évolution inverse.

18L’évolution des formes des parties supérieures du catillus (fig. 4 C) est caractérisée par :

  • un accroissement des dépressions centrales ;

  • une diminution des dépressions centrales profondes entre La Tène C2 et La Tène D1. puis leur disparition ;

  • une apparition des formes en cuvette à La Tène D1 avec une augmentation à La Tène D2.

19Les diamètres (fig. 4 D), situés entre 30 et 40 cm aux deux premières périodes, atteignent 50 cm à la dernière avec une très grande majorité dépassant 38 cm ; on constate donc globalement un accroissement de la taille de ces meules.

Fig. 3 : Dessin schématique des trois types morphologiques reconnus.

Fig. 3 : Dessin schématique des trois types morphologiques reconnus.

Fig. 4 : Evolution des meules au cours de La Tène finale : A- utilisation des matériaux ; B- évolution des sections ; C- évolution de la partie supérieure du catillus ; D- évolution des diamètres.

Fig. 4 : Evolution des meules au cours de La Tène finale : A- utilisation des matériaux ; B- évolution des sections ; C- évolution de la partie supérieure du catillus ; D- évolution des diamètres.

2.5. Caractérisation du corpus

20Les meules rèmes et suessiones possèdent donc des caractéristiques morphologiques communes :

  • la surface de travail est plane ;

  • l’emmanchement est parallèle à la surface de travail ;

  • la meta est perforée d’un trou circulaire sur toute son épaisseur.

21Le type 3 existe au IIe s. av. J.-C. puis disparaît. Il semble bien caractériser la première étape considérée ici. Le type 2 lui succède, mais n’est jamais prédominant. Le type 1, présent dès le début, devient prépondérant au Ier s. av. J.-C. et augmente en diamètre.

3. Comparaison avec d’autres meules du monde celtique

22Ces comparaisons ne prétendent en aucun cas à l’exhaustivité. Elles ont été faites, à titre d’exemple, à partir de quelques publications faciles d’accès. Il s’agit des sites de Creil (Fémolant 1989), Danebury (Cunliffe 1984), du Finistère (Mornand s.d.), d’Alet (Langouët 1984), de Moulay (Gast et al. 1985), de Manching (Jacobi 1974), de Bâle “Gasfabrik” (Joos 1975, Gast et al. 1985), de Feurs (Vaginay, Guichard 1988), de Lattes (Py 1992) et de Nages (Py 1978).

23Le but est simplement de soulever quelques questions afin de proposer une méthodologie d’approche qui permettra d’aller plus loin dans la connaissance de cet outillage. L’aspect typo-chronologique ne peut pas ici être pris en compte, dans la mesure où le travail classificatoire préalable doit être fait dans chaque région. Seul le site de Lattes a fait l’objet d’une telle étude (Py 1992). Nous nous contenterons d’aborder les problèmes techniques en soulignant les multiples solutions locales adoptées pour faire fonctionner ces outils.

3.1. L’axe de rotation

24Nous avons vu que les meta rèmes et suessiones étaient systématiquement perforées de part en part et que la surface de travail était plane. Nous trouvons ailleurs des surfaces de travail coniques ou bombées et des meta simplement encochées (fig. 5). Ces caractères peuvent se combiner entre eux et même coexister dans un même site (par exemple à Lattes).

Fig. 5 : Tableau de présence des différents types de meta.

Fig. 5 : Tableau de présence des différents types de meta.

25Une perforation totale ou non de la meta ne peut que correspondre à deux fonctionnements différents, liés au positionnement de l’axe de rotation. L’axe de rotation d’une meule à meta encochée est solidaire du catillus et tourne avec lui (fig. 6, n° 1). C’est le système expérimenté par F. Boyer et O. Buchsenschutz sur le modèle des meules du Mont-Beuvray (Boyer, Buchsenschutz à paraître). En revanche, l’axe de rotation d’une meule à meta perforée doit être solidaire de cette dernière et reste fixe : le catillus tourne autour de lui (fig. 6, n° 2-3). Cette hypothèse tient au fait que les meta de la vallée de l’Aisne possèdent une perforation circulaire de petit diamètre, qui ne présente aucune trace d’usure due à un frottement. L’axe y est donc fiché et maintenu en force ou coincé.

3.2. Aménagements de la base de la meta et systèmes de calage

26Il existe des aménagements particuliers sur le dos des meta perforées : élargissement en entonnoir de la perforation (fig. 2, n° 8), encoches, concavité). Ils sont de toute évidence liés à la fixation de l’axe de rotation (fig. 6, n° 4-7). De même, certaines meta du type 1 possèdent des encoches sur le bord extérieur de la base qui ne peuvent servir qu’au calage de la pierre (fig. 6, n° 8). La forme conique des meta des types 2 et 3 doit jouer le même rôle (fig. 6, n° 9).

27Cela implique divers mécanismes, plus ou moins complexes, qui peuvent faire appel à des pièces complémentaires. Il peut évidemment exister d’autres systèmes intermédiaires ou plus complexes, comme une meta de Danebury (Cunliffe 1984 : 417, n° 8-35) qui me pose problème (à la fois encochée et perforée) ou la restitution de la meule du tumulus de Celles qui propose un système mixte (Déchelette 1914 : 893).

3.3. L’emmanchement

28On constate plusieurs systèmes de fixation du manche. Ils se répartissent en deux grandes catégories : un emmanchement latéral dans une perforation dans la masse du catillus ou un aménagement sur la surface supérieure du celui-ci (fig. 7). Les différents systèmes peuvent coexister et aucune association exclusive avec un type de meta n’a été observée.

29L’emmanchement latéral est en général horizontal (un cas oblique à Danebury), mais il peut déboucher ou non sur la surface supérieure ou le centre du catillus. Le second système consiste en un aménagement creusé sur la partie supérieure de la meule, en général sous la forme d’une encoche rectangulaire axiale. En Bretagne, on trouve une double encoche circulaire (Mornand s.d., fig. 12 et 13).

30À l’évidence il existe de nombreux mécanismes et la restitution des pièces complémentaires en bois n’est pas sans poser certains problèmes (fig. 6, n° 12-13).

31Si l’emmanchement latéral est en général horizontal, cela ne signifie pas forcément que le manche était lui-même horizontal (fig. 6, n° 10-11). Cela paraît même peu probable, en particulier pour les grosses meules atteignant 50 cm de diamètre. Cette question rejoint la discussion déjà abordée par de nombreux auteurs sur la nature du mouvement employé : mouvement rotatif complet ou alternatif (Audouze, Buchsenschutz 1989, Py 1992). Selon les cas, l’axe du manche a besoin ou non d’être vertical.

32Les pièces possédant une communication sur l’extérieur de la perforation latérale indiquent un mécanisme complexe comme un raccordement entre le manche et l’axe de rotation. Cela ne pose pas de problème de compréhension dans le cas d’association avec une meta encochée (axe de rotation solidaire du catillus). Malheureusement, nous n’avons que trop rarement de couples identifiés et les différentes associations sont possibles dans les sites concernés. Dans la vallée de l’Aisne, où quelques cas de perforation complète existent au IIe s. av. J.-C. (type 3, fig. 2, n° 17-18), aucune meta encochée n’a été trouvée. Je n’ai aucune restitution satisfaisante à proposer pour le moment.

33Le système le plus fréquent consiste en une encoche axiale rectangulaire. Elle peut être interprétée comme le réceptacle d’une pièce de bois recevant le manche et maintenue en place grâce à une liaison avec l’axe de rotation comme schématisé ici, en association avec une meta encochée, ce qui est le cas à Danebury et Manching (fig. 5) : ce qui est moins clair à Lattes et Nages et encore moins dans le Finistère (fig. 5). La double encoche circulaire bretonne peut être comprise comme proposé ici. On peut évidemment discuter de la présence ou non d’un double manche.

Conclusion

34En conclusion, on peut dire que ce rapide tour d’horizon montre qu’il n’existe pas une meule rotative celtique mais bien toute une série d’objets avec des mécanismes différents plus ou moins complexes.

Fig. 6 : Essais de restitution graphique des différents mécanismes observés.

Fig. 6 : Essais de restitution graphique des différents mécanismes observés.

Fig. 7 : Tableau de présence des différents types d’emmanchement. Deux points : type prédominant.

Fig. 7 : Tableau de présence des différents types d’emmanchement. Deux points : type prédominant.

35Cela pose en premier lieu la question de la diffusion de l’introduction du mouvement rotatif à travers la Gaule. Attestée au Ve s. av. J.-C. en Catalogne (Alonso-Martinez 1995), elle se généralise en Languedoc au IIIe s. av. J.-C. et fait son apparition dans la vallée de l’Aisne au début du IIe s. av. J.-C. Mais cette diffusion ne semble pas se faire simplement de proche en proche, dans un schéma où l’on adopterait un nouvel outil tout fait inventé ailleurs. Les multiples solutions locales incitent à penser que le phénomène est assez complexe. Par exemple, à Lattes, les meules à surface de travail plane existent au IIIe s. av. J.-C. – type B1 de Py (Py 1992)– puis sont abandonnées définitivement. Au IIe s. av. J.-C., les Rèmes et les Suessions adoptent cette forme et n’en changeront pas, alors qu’il semble que la forme conique ou bombée soit plutôt de règle dans toutes les régions intermédiaires.

36En évoquant ces problèmes, j’ai voulu simplement montrer que le matériel de mouture pouvait être digne d’intérêt, au même titre que n’importe quel autre, et apporter sa pierre à la construction de périodisations régionales et à la définition de groupes locaux. Un immense travail reste à entreprendre pour affiner cette problématique. Il faudra définir les critères propres à caractériser des productions régionales, les cartographier, analyser les choix locaux, comprendre leur évolution et les influences réciproques, bref, créer une base de données utilisable collectivement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALONSO MARTINEZ N., 1995, « Les premières meules rotatives manuelles dans le Nord-Est de la péninsule ibérique », in : La transmission des connaissances techniques, (tables-rondes d’Aix-en-Provence, avril 1993-mai 1994), Aix-en-Provence, p. 15-23 (Cahier d’histoire des techniques, 3).

AUDOUZE F., BUCHSENSCHUTZ O., 1989. Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique. Paris, Hachette, 362 p. (Bibliothèque d’Archéologie).

BLANCHET J.-C., PLATEAUX M., POMMEPUY C., 1989, Matières premières et sociétés protohistoriques dans le nord de la France, ATP d’Archéologie métropolitaine, Soissons (Rapport dactylographié).

BOYER F., BUCHSENSCHUTZ O., à paraître, « Les conditions d’une interprétation fonctionnelle des moulins “celtiques » rotatifs à mains sont-elles réunies ? », in : Moudre et broyer (actes de la table-ronde de Clermont-Ferrand, 1995).

COLLECTIF, 1991, Archéologie d’une vallée. La vallée de l’Aisne des derniers chasseurs-cueilleurs au premier royaume de France, Soissons, A.D.M.S.

CONSTANTIN C., COUDART A., DEMOULE J.-P., 1982, « Villeneuve-Saint-Germain, “les Grandes Grèves » : les bâtiments de La Tène III », in : Cinq années de fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, Amiens, p. 195-205 (Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial 1).

CUNLIFFE B., 1984, Danebury : an Iron Age hillfort in Hampshire. volume 2 : The excavations, 1969-1978 : the finds, Council for British Archaeology, p. 407-426. (Research Report, 52).

DÉCHELETTE J., 1913, Manuel d’archéologie préhistorique et celtique, vol. 4 : Second Age du Fer, Epoque de La Tène. Paris, Picard.

DEBORD J., 1982, « Premier bilan de 8 années de fouilles à Villeneuve-Saint-Germain (1973-1980) », in : Cinq années de fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, Amiens, p. 213-264 (Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial 1).

DEBORD J., 1990, « Les fouilles du site gaulois tardif de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) », Mémoires de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie de l’Aisne, t. 35, p. 137-170.

FEMOLANT J.-M., 1989, « L’établissement rural gaulois de La Tène finale de Creil (Oise) », Revue Archéologique de Picardie, fasc. 3-4, p. 43-66.

F.P.V.A., 1972-1996, Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne. Paris, 1972 à 1996, Université de Paris-I, U.E. R d’Art et Archéologie, rapport d’activité annuel dactylographié.

GAST M., SIGAUT F., BEUTLER C., dir., 1985, Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, vol. III, fasc. 2. Paris, C.N.R.S.

JACOBI G., Werkzeug und Gerät ans dem Oppidum von Manching, Wiesbaden, Steiner (Die Ausgrabungen in Manching, 5).

JOOS M., 1975, « Eine permische Brekzie aus dem Südschwarzwald und ihre Verbreitung als Mühlstein im Spätlatène und in frührömischer Zeit », Archäologisches Korrespondenzblatt, Bd 5, p. 197-199.

LAMBOT B., MÉNIEL P., 1992, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes). I : L’habitat gaulois 1988-1990. 181 p. (Mém. de la Soc. Archéol. Champenoise n° 7) (Dossier de Protohistoire, 4).

LANGOUËT L., 1984, « Les meules rotatives en pierre et les pesons de brique d’époque romano-gauloise en Armorique », Les Dossiers du centre Régional Archéologique d’Alet, t. 12, p. 41-48.

MALRAIN F., GRANSAR F., MATTERNE V., LEGOFF I.,1996, « Une ferme de La Tène D1 et sa nécropole : Jaux “le Camp du Roy » (Oise) », Revue Archéologique de Picardie, t. 11, fasc. 3-4, p. 245-306.

MORNAND J., s.d., Meules antiques du Finistère, p. 11-19. (Ronéoté).

PION P., avec la collaboration de AUXIETTE G., BOUREUX M., BRUN P., DEMOULE J.-P., POMMEPUY C., ROBERT B., 1990, « De la chefferie à l’Etat ? Territoires et organisation sociale dans la vallée de l’Aisne aux Âges des Métaux (2200-20 av. J.-C.) », in : Archéologie et espace (actes des Xe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, octobre 1989), Juan-les-Pins, A.P.D.C.A., p. 183-260.

PION P., avec la collaboration de AUXIETTE G., GRANSAR F., 1996, « Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne du deuxième Age du Fer au début du Haut-Empire romain (IIe siècle av. J.-C. / Ier siècle ap. J.-C.) : bilan provisoire des données et esquisse de synthèse », in : De la ferme indigène à la villa romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule (actes du colloque AGER, Amiens, 1993), Amiens, p. 55-108 (Revue Archéologique de Picardie, 11).

PION P., 1997, Les habitats laténiens tardifs de la vallée de l’Aisne : contribution à la périodisation de la fin du second Âge du fer en Gaule nord-orientale, La Tène C2 – période augustéenne précoce, IIe – Ier siècles av. J.-C., thèse de doctorat nouveau régime, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Paris, Centre de recherches protohistoriques, U.E. R d’Art et d’Archéologie, 5 vol. (dactylographiés).

PION P., POMMEPUY C., AUXIETTE G., HENON B., GRANSAR F., 1997, « L’oppidum de Condé-sur-Suippe/Variscourt (Aisne) (fin IIe – début Ier s. av. J.– C.) : approche préliminaire de l’organisation fonctionnelle d’un quartier artisanal », in : Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Age du Fer (actes du colloque du 119e congrès des sociétés savantes, Amiens, 1994), Paris, C.T.H.S., p. 275-309.

POMMEPUY C., à paraître, « Le matériel de mouture de la vallée de l’Aisne de l’Age du Bronze à La Tène finale : formes et matériaux », in : Moudre et broyer (actes de la table-ronde de Clermont-Ferrand, 1995).

PY M., 1978, L’oppidum des Castels à Nages (Gard). (Fouilles 1958-1974), Paris, C.N.R.S. (Supplément à Gallia, 35).

PY M., 1992, « Meules d’époque protohistorique et romaine provenant de Lattes », in : Recherches sur l’économie vivrière des Lattarenses, Lattes, A.R.A.L.O., p. 183-236 (Lattara, 5).

ROLLET P., 1997, Le site urbain de La Tène finale jusqu’au Bas-Empire de la rue d’Anjou à Reims, rapport de fouilles dactylographié, Reims.

VAGINAY M., GUICHARD V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire). Fouilles récentes (1978-1981), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 200 p. (Documents d’Archéologie Française, 14).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des sites étudiés de la vallée de l’Aisne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2 : Quelques exemples de meules de la vallée de l’Aisne, présentées par types de matériaux. 1, 2, 5-7, 72, 13, 156, 16, 21 : Villeneuve-Saint-Germain ; 3, 4, 14, 22 : Condé-sur-Suippe ; 8, 9 : Bucy-le-Long ; 10 : Menneville ; 11 : Jaux ; 17-20 : Acy-Romance. C = catillus, M = meta.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3 : Dessin schématique des trois types morphologiques reconnus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 4 : Evolution des meules au cours de La Tène finale : A- utilisation des matériaux ; B- évolution des sections ; C- évolution de la partie supérieure du catillus ; D- évolution des diamètres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5 : Tableau de présence des différents types de meta.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 6 : Essais de restitution graphique des différents mécanismes observés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7 : Tableau de présence des différents types d’emmanchement. Deux points : type prédominant.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Service Régional de l’Archéologie de Picardie, ERA 12 du CRA-CNRS,
Centre archéologique de Soissons, Abbaye Saint-Jean-des-Vignes, F – 02200 Soissons

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search