Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Céramique indigène et groupes culturels. La Bourgogne et ses marges à La Tène finale

Philippe Barral

Résumé

La sphère Bourgogne-Franche-Comté, où une étude d’ensemble de la céramique de La Tène finale a été menée récemment, offre une bonne illustration des possibilités de définition de groupes régionaux à partir de l’analyse de cette catégorie matérielle. Malgré les carences de la documentation disponible du point de vue spatial et chronologique, il apparaît possible de caractériser des aires géographiques d’ampleur variable par la définition de faciès céramiques homogènes à l’échelle de régions ou micro-régions (détermination de groupes de production de céramique tournée fumigée, tournée peinte, modelée). À l’intérieur de grands ensembles possédant une cohérence fondée sur des facteurs de différenciation ou d’opposition bien marqués (façade orientale et façade occidentale du pays éduen, par exemple) peuvent être discernées des aires géographiques limitées possédant une unité économique et culturelle, et pour certaines d’entre elles, vraisemblablement territoriale (pays mandubien).

Texte intégral

1. Introduction

1La mise en évidence de groupes régionaux à l’Âge du Fer reste une entreprise délicate et incertaine car elle nécessite, pour être pertinente, de prendre en compte et de croiser un grand nombre de données hétérogènes, multiformes, de valeur variable, pour tout dire difficiles à synthétiser. Il est rare, par ailleurs, que l’on dispose de données fiables et de qualité concernant à la fois la nature, la répartition et la chronologie des sites d’une région et la culture matérielle de cette même région. On parvient plus fréquemment à réunir des lots de mobilier en nombre important, issus de gisements nombreux mais pas toujours bien identifiés, qu’à dresser un tableau précis de l’occupation du sol et de l’organisation de l’habitat, voire de la dynamique du peuplement, d’une zone géographique donnée. Les assemblages de mobilier issus des habitats conservent le témoignage des structures économiques, sociales, culturelles, qui sous-tendent et organisent les groupes régionaux de l’Âge du Fer. Mais ces ensembles mobiliers mis au jour dans le cadre de fouilles extensives, de sondages ou de prospections sont d’intérêt très inégal, difficilement comparables entre eux et ne se laissent pas facilement disséquer dans la perspective qui nous intéresse. En dehors du fait que les circonstances qui ont présidé à leur constitution demeurent souvent en partie obscures, les matériaux qui les composent ne possèdent pas une signification univoque. Il est clair par exemple que la céramique et le métal ne véhiculent pas les mêmes valeurs et que leurs modes de production et de commercialisation ou de diffusion, c’est-à-dire leur économie, sont différents. Par conséquent, les groupes et réseaux qu’ils permettent de restituer reflètent en partie leurs fonctionnements propres, leurs spécificités. L’analyse d’un seul type de données, d’une seule catégorie de matériel, ne peut fournir qu’une réponse plus ou moins fragmentaire, partielle. Ces limites, que l’on doit garder présentes à l’esprit, ne doivent cependant pas empêcher d’avancer dans cette recherche.

2À La Tène finale, en Gaule chevelue, la céramique constitue sans doute l’un des marqueurs de groupes régionaux les plus pertinents. Malgré une relative évolution globale des modes de fabrication qui aboutit à une uniformisation croissante des groupes techno-typologiques, elle conserve une empreinte culturelle forte, essentiellement du fait qu’elle est produite et diffusée localement. Une part non négligeable de la vaisselle utilisée à cette période, variable suivant les régions et la nature des sites, est fabriquée à l’échelle domestique (certainement en raison du poids de la tradition et des habitudes culinaires et alimentaires) et une autre part est produite artisanalement dans des ateliers d’intérêt strictement local. Même dans le cas de catégories céramiques de qualité particulière (céramique peinte principalement), la diffusion en dehors de zones de peuplement restreintes est tout à fait marginale (1). Si l’on excepte le petit nombre de vases importés des régions méditerranéennes, la céramique de La Tène finale demeure globalement une vaisselle du quotidien, de faible valeur économique, qui reflète les habitudes culturelles du groupe humain qui la fabrique et qui l’utilise.

2. Cadre de l’étude, nature et limites de la documentation

3Le Centre-Est, où une étude globale de la céramique de La Tène finale a été réalisée récemment (2), offre un bon exemple des possibilités de définition de groupes régionaux à partir de l’analyse de cette catégorie de matériel. La zone géographique envisagée (la Bourgogne et une faible partie de la Franche-Comté et de la Haute-Marne – fig. 1 et 5) ne forme pas un ensemble monolithique. Elle se compose de plusieurs entités contrastées du point de vue géo-morphologique (d’Est en Ouest : contreforts de l’arc jurassien, plaine de Saône et du Doubs, plateau calcaire bourguignon, monts du Morvan, principalement), qui se subdivisent elles-mêmes en régions naturelles (ou pays) individualisées par le relief et le réseau hydrographique. À La Tène, elle recoupe les territoires de plusieurs grands peuples : Eduens, Lingons, Séquanes et Sénons (fig. 1).

4La documentation relative à cette région est, pour La Tène finale, de qualité très variable suivant les secteurs. La moyenne vallée de la Saône bénéficie d’un corpus de sites assez étoffé, dont un certain nombre ont livré des lots céramiques exploitables, quelques uns pouvant être considérés comme des sites de référence dans la perspective qui nous intéresse (3) (fig. 2). Une situation assez comparable s’observe dans la vallée de l’Yonne, près de Sens (4). En dehors de ces deux secteurs, les sites utilisables, de nature et d’importance très variables, sont relativement dispersés et certaines zones apparaissent mêmes vierges de toute documentation dans l’état actuel de la recherche (Centre de la Saône-et-Loire : Barral 1996 ; Sud de l’Yonne, Nord de la Côte-d’Or). Cette situation est d’autant plus embarrassante qu’il s’agit souvent de zones intermédiaires ou de transition entre deux régions naturelles, qui peuvent jouer un rôle important dans la délimitation de groupes de peuplement ou d’unités territoriales. Du point de vue chronologique, on se heurte également aux lacunes de la documentation : La Tène D1 est bien représentée dans toute la moyenne vallée de la Saône tandis que La Tène D2 domine dans le centre de la Côte-d’Or (Auxois) et dans l’Yonne. Au total, seuls quelques secteurs limités ont livré une série d’ensembles mobiliers dont la chronologie couvre l’ensemble ou la plus grande partie de La Tène finale (Mont-Beuvray et Tournus) (5).

Fig. 1 : Localisation des principaux peuples gaulois en Gaule de l’Est à La Tène finale et limites approximatives du territoire éduen (d’après Guillaumet 1985).

Fig. 1 : Localisation des principaux peuples gaulois en Gaule de l’Est à La Tène finale et limites approximatives du territoire éduen (d’après Guillaumet 1985).

3. Données céramologiques utilisables pour la détermination de groupes régionaux

5Dans la zone d’étude choisie, la céramique indigène de La Tène finale peut être subdivisée en trois principaux groupes : la céramique modelée ou à montage mixte, à pâte grossière ou mi-fine (identifiable comme vaisselle culinaire), la céramique tournée à pâte fine et surface sombre lissée, la céramique tournée à pâte fine et surface claire lissée ou engobée (identifiables comme vaisselle de présentation). Chacun de ces groupes réunit un certain nombre de catégories (déterminées par des critères techniques et morphologiques) qui varient en fonction des secteurs géographiques. Certaines de ces catégories sont caractéristiques d’une aire limitée tandis que d’autres se retrouvent sur une grande étendue. De façon générale, on constate que la céramique modelée permet de distinguer des zones géographiques restreintes, tandis que la céramique fine (sombre ou claire) fournit des indications utiles pour discerner des ensembles de moyenne ou grande étendue. Cet état de fait s’explique par des fonctionnements partiellement différents : les modes de production et de diffusion, mais aussi la fonction et la valeur symbolique ou culturelle varient d’un groupe céramique à l’autre.

Fig. 2 : Localisation des principaux sites documentés dans la moyenne vallée de la Saône.

Fig. 2 : Localisation des principaux sites documentés dans la moyenne vallée de la Saône.

3.1. La céramique fine sombre

6Elle présente clairement les caractères les plus homogènes sur une vaste zone, du moins si l’on se cantonne à un niveau d’observation assez général. Les aspects techniques comme le répertoire des formes ou l’éventail des décors illustrant ce type de céramique apparaissent relativement standardisés. Dans le détail, des variations géographiques significatives peuvent être mises en évidence, en fonction de différents critères. Les caractéristiques de pâte des céramiques fines sombres lissées permettent de distinguer deux groupes de sites : un groupe oriental réunissant les sites de la moyenne vallée de la Saône (entre Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs), caractérisé par des pâtes à texture fine sans dégraissant visible à l’oeil nu, présentant des teintes grises assez homogènes (mode B plus ou moins abouti), un groupe occidental (illustré par les sites de l’Auxois, du Morvan, du Sénonais) caractérisé par des textures de pâte et des modes de cuisson beaucoup plus variés, souvent à l’intérieur d’un même site (pâtes à dégraissant fin ou mi-fin plus ou moins homogène, teintes relevant du mode A suivi d’une fumigation superficielle ou plus rarement du mode B). La fréquence des vases témoignant d’une cuisson en mode B réussie est plus élevée dans le premier groupe que dans le second, aussi bien à La Tène D1 qu’à La Tène D2 (6).

7Les modes de décoration opposent également ces deux groupes. Le décor lissé, presque exclusif à La Tène D1, connaît une diminution sensible à La Tène D2 dans toute la zone d’étude. Pendant La Tène D1, les décors lissés simples et plus encore les décors lissés complexes sur formes hautes, sont nettement plus rares dans le groupe oriental que dans le groupe occidental. A La Tène D2, sur les sites du groupe occidental, la baisse de fréquence des décors lissés est clairement liée à la progression d’autres types de décor (décors ondés incisés au peigne, décors estampés divers (7), un semblable phénomène de substitution ne pouvant être observé sur les sites du groupe oriental. Globalement, on discerne une plus grande créativité dans le registre des décors sur céramiques fines sombres et un goût plus prononcé pour les décors variés et envahissants à ľOuest qu’à l’Est de la Bourgogne. Il s’agit là bien sûr d’une tendance générale au sein de laquelle se discernent quelques cas particuliers. Les sites des Bolards et de Mirebeau, dans l’Est de la Côte-d’Or, ne s’intègrent pas dans ce schéma, le premier par la variété et la fréquence des décors lissés, le second par leur absence complète.

8Le répertoire morphologique de la céramique fine sombre est pour sa majeure partie d’une remarquable uniformité. De nombreuses variations ponctuelles apparaissent entre sites ou entre secteurs, difficiles à interpréter. Dans deux cas cependant, ces variations s’avèrent intéressantes dans notre perspective. Le premier concerne la fréquence relative de l’écuelle à bord rentrant et de l’écuelle à profil en S. Sur les sites de l’Auxois, la représentation de ces deux formes basses (fig. 3, n° 12-14) est inverse de celle observée dans le reste de la zone d’étude. Ce secteur de Côte-d’Or rompt donc avec la règle qui prévaut dans un contexte géographique large. Dans la mesure où cette spécificité est corroborée par d’autres, il s’agit à n’en pas douter d’un indice de différenciation culturelle notable. Le second cas concerne la fréquence relative des formes inspirées du répertoire des Campaniennes. La représentation de ces imitations (assiettes, coupes et bols évasés) distingue en effet la partie sud de la partie nord du domaine d’étude. La forme la plus fréquente est le bol évasé (fig. 4, n° 8 et 16), les formes plates apparaissant relativement marginales (au contraire du Forez notamment). Le bol évasé est bien attesté dans toute la partie sud de la Bourgogne (Saône-et-Loire et une partie de la Nièvre) à La Tène D1, sa fréquence diminuant fortement à La Tène D2 au profit du bol hémisphérique (fig. 3, n° 21-22), faiblement représenté auparavant. Dans la partie nord de la Bourgogne, le bol évasé est quasiment absent à La Tène D1 tandis que le bol hémisphérique y est déjà bien illustré, ce dernier gagnant en fréquence à La Tène D2 (8). Nous sommes donc confrontés à deux types morphologiquement (et sans doute fonctionnellement) assez proches dont la représentation varie à la fois dans l’espace et dans le temps. L’opposition, à La Tène D1, d’un type indigène, surtout fréquent au Nord et d’un type méditerranéen, surtout fréquent au Sud, apparaît clairement (fig. 5). Dans la moyenne vallée de la Saône, la baisse de fréquence du bol évasé, du Sud vers le Nord, peut être suivie de façon relativement fine grâce aux nombreux sites qui jalonnent le cours de la Saône. La situation évolue à La Tène D2 au profit d’une généralisation du type indigène.

Fig. 3 : Planche synthétique de la céramique indigène de l’Auxois, à La Tène (D1)-D2 (matériel d’Alésia et de Braux ; n° 1-8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-16 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 17-23 : céramique tournée, pâte fine claire peinte, engobe lie de vin).

Fig. 3 : Planche synthétique de la céramique indigène de l’Auxois, à La Tène (D1)-D2 (matériel d’Alésia et de Braux ; n° 1-8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-16 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 17-23 : céramique tournée, pâte fine claire peinte, engobe lie de vin).

Fig. 4 : Planche synthétique de la céramique indigène du Mâconnais-Tournugeois, à La Tène D1 (matériel de Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-les-Mâcon, Tournas, Azé ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, n° 5-11 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée ; n° 12-16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 12 : décor secondaire, 13-14 : décor géométrique, 15-16 : engobe lie de vin).

Fig. 4 : Planche synthétique de la céramique indigène du Mâconnais-Tournugeois, à La Tène D1 (matériel de Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-les-Mâcon, Tournas, Azé ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, n° 5-11 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée ; n° 12-16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 12 : décor secondaire, 13-14 : décor géométrique, 15-16 : engobe lie de vin –).

Fig. 5 : Limites de la zone d’étude avec localisation des principaux sites mentionnés dans le texte et implantation des faciès régionaux et micro-régionaux mis en évidence. Les tirets longs marquent la limite de la zone de diffusion de la céramique peinte à décor secondaire (entité Saône-Doubs), les tirets courts marquent la limite des zones de répartition du bol évasé (imitant une forme italique) et du bol hémisphérique (indigène). Les flèches suggèrent les affinités avec des régions plus ou moins proches.

Fig. 5 : Limites de la zone d’étude avec localisation des principaux sites mentionnés dans le texte et implantation des faciès régionaux et micro-régionaux mis en évidence. Les tirets longs marquent la limite de la zone de diffusion de la céramique peinte à décor secondaire (entité Saône-Doubs), les tirets courts marquent la limite des zones de répartition du bol évasé (imitant une forme italique) et du bol hémisphérique (indigène). Les flèches suggèrent les affinités avec des régions plus ou moins proches.

3.2. La céramique peinte

9À l’intérieur de la vaisselle tournée à pâte fine, la céramique peinte constitue le second groupe bien représenté dans la zone d’étude, si l’on excepte le Nord de la Côte-d’Or et la majeure partie de l’Yonne, où elle s’avère rare, ce qui pourrait résulter en partie de la faiblesse de la documentation disponible pour La Tène D1. À partir de critères techniques, morphologiques et décoratifs, plusieurs catégories de céramique peinte possédant des caractères stables peuvent être discernées. Leurs aires de répartition mettent en évidence des spécificités régionales ou micro-régionales bien marquées, traduisant l’existence de clivages culturels ou économiques à l’intérieur de la zone d’étude et dessinant des affinités évidentes avec les régions limitrophes. On distingue les catégories de céramique peinte suivantes (les données se rapportent à La Tène D1 et au début de La Tène D2) :

  • céramique à décor figuré : deux types de motifs sont concernés, l’un zoomorphe (cervidé), l’autre floral. Ils sont exécutés en réserve, composés et traités de façon semblable (organisation en métopes séparés par des échelles verticales). Ils se rattachent à deux formes seulement. un pot ovoïde et une bouteille élancée à cols courts cylindriques et petit pied annulaire. Les caractères très homogènes de cette catégorie définissent un groupe de production unique (fig. 6, n° 1-3 et fig. 7, n° 1-2).

  • céramique à décor de pastillage : ce décor, exécuté en réserve avec des couleurs variables, se compose de pastilles de différentes tailles organisées en lignes ou en cercles concentriques suivant des schémas plus ou moins complexes. Il est associé principalement à la forme du vase tonnelet (fig. 7, n° 3).

  • céramique à engobe lie de vin : la surface extérieure des vases est enduite uniformément d’une peinture violine. Sur ce fond est parfois rapporté un décor géométrique (pastilles notamment). Deux types principaux de pâte peuvent être discernés : une pâte sans dégraissant visible de couleur homogène claire, une pâte à dégraissant sablo-siliceux fin abondant, à section zonée (coeur gris-noir, surface claire). Le répertoire des formes est assez varié : le vase tonnelet et le bol hémisphérique dominent nettement à côté de formes plus rares (écuelle à bord rentrant, coupe carénée ou à profil en S, bol évasé). Des sous-catégories aux caractères homogènes, propres à un site ou un groupe de sites, peuvent être discernées (fig. 4, n° 15-16, fig. 8, n° 15-16 et 21-22, fig. 3. n° 17-23).

  • céramique à décor géométrique : relativement peu variés et agencés suivant des compositions simples et stéréotypées, les motifs sont appliqués sur un fond blanc ou rouge qui occupe la plus grande partie de la surface externe des vases, préalablement lissés. Le répertoire comprend essentiellement des formes hautes (pots, bouteilles, tonnelets – fig. 9, n° 4-13) et quelques formes basses (bols, coupes – fig. 10, n° 20). Une série de bouteilles à panse ovoïde, à épaulement, col développé et pied en couronne constitue un groupe de production particulier au sein de cette catégorie (fig. 6, n° 4, fig. 11, n° 13, fig. 8,n° 18).

  • céramique à décor secondaire : le décor se limite à quelques bandes ou stries bichromes ou monochromes cantonnées à la partie supérieure des vases (haut de panse et col). Ceux-ci appartiennent à un seul type morphologique, une bouteille à panse élancée, col développé et pied en couronne (fig. 9, n° 1-3). Des variations de détail dans le profil des vases et l’aspect du décor permettent de subdiviser cette catégorie en plusieurs séries correspondant à autant de groupes de production distincts (Barral 1992).

10Les aires de répartition de ces différentes catégories mettent en évidence trois zones nettement différenciées. La première, correspondant principalement au Sud de la Nièvre (identifiable avec l’Ouest du pays éduen), est caractérisée par la céramique à décor figuré et la céramique à décor de pastillage. La seconde, assimilable à la moyenne vallée de la Saône dans une acception large (9). présente l’association typique de la céramique à décor géométrique (notamment de bouteilles à épaulement) et de la céramique à décor secondaire. La troisième, enfin, recouvre la partie occidentale de la Côte-d’Or (Auxois) et se définit par la prédominance de la céramique à engobe lie de vin. L’opposition entre l’Est et l’Ouest de la Bourgogne apparaît pleinement dans le caractère exclusif de ces faciès de céramique peinte (fig. 5) et elle est renforcée encore par des ressemblances avec des régions limitrophes. Le Morvan-Nivernais est tourné vers le Forez et de moindre manière vers l’Auvergne (10) tandis que la vallée de la Saône entretient des relations avec les régions situées à l’Est et au Nord-Est (vallée du Doubs, Jura, Plateau suisse, Champagne). L’originalité du faciès de ľAuxois ressort clairement dans la fréquence particulière de la céramique lie de vin, attestée de façon relativement modeste dans les deux autres zones. Enfin, dans le cadre de la moyenne vallée de la Saône apparaissent plusieurs aires micro-régionales déterminées chacune par une variante particulière de céramique à décor secondaire (Mâconnais-Tournugeois, Chalonnais-Verdunois, Dijonnais).

3.3. La céramique modelée

11Au sein de la céramique modelée, à vocation culinaire, différents critères varient spatialement et peuvent être utilisés pour cerner des groupes régionaux ou micro-régionaux, avec une plus ou moins grande finesse et une plus ou moins grande cohérence. Deux analyses s’avèrent surtout intéressantes, l’une concernant les variations du pot à cuire ou à conserver, l’autre les variations du répertoire morphologique de la céramique modelée. En premier lieu, on discerne dès La Tène D1 des séries de pots dont les caractères techniques, morphologiques et décoratifs remarquablement homogènes déterminent des productions standardisées qui s’avèrent caractéristiques de zones géographiques plus ou moins étendues, où ils représentent la part essentielle des pots à pâte grossière modelée sur les sites d’habitat (11) (fig. 12). Ces types, clairement issus d’un artisanat spécialisé, évoluent de façon uniforme à l’intérieur des secteurs qu’ils déterminent, jusqu’à l’époque augustéenne. À l’opposé, certaines zones se caractérisent par des types de pots de facture beaucoup plus sommaire, qui ne se distinguent en rien du reste de la céramique modelée (écuelles, jattes...) avec lequel ils forment un tout homogène du point de vue du mode de fabrication. Il semble que ce soit particulièrement le cas de toute la partie nord de l’Yonne (Sénonais), qui se distingue ainsi nettement du reste de la Bourgogne. En ce qui concerne les productions particulières de pots à cuire, on peut isoler un type caractéristique du Mâconnais-Tournugeois, un autre spécifique du Dijonnais, un autre typique de l’Auxois. Les cas du Chalonnais-Verdunois et du Morvan-Nivernais sont un peu à part dans la mesure où le type de pot prédominant sur les sites d’habitat (communément appelé « type Besançon ») fait en même temps l’objet d’un trafic à moyenne et longue distance, certainement comme vase de transport, ce qui constitue une particularité notable pour une catégorie de céramique culinaire. Ces deux zones apparaissent comme des foyers initiaux (à La Tène C2-D1) de production et de diffusion (principalement vers l’Ouest par la Loire, et vers l’Est par le Doubs) d’un prototype qui connut ensuite un succès massif et eut une large descendance dans tout le Centre de la Gaule.

Fig. 6 : Formes principales de céramique peinte en Morvan-Nivernais (n° 1-3) et en moyenne vallée de la Saône (n° 4-7), à La Tène D1.

Fig. 6 : Formes principales de céramique peinte en Morvan-Nivernais (n° 1-3) et en moyenne vallée de la Saône (n° 4-7), à La Tène D1.

Fig. 7 : Principaux décors sur céramique peinte en Morvan-Nivernais, à La Tène D1 (n° 1-2 : décors figurés en réserve – reconstitution P. Barral et N. Huet ; n° 3 : décor de pastillage).

Fig. 7 : Principaux décors sur céramique peinte en Morvan-Nivernais, à La Tène D1 (n° 1-2 : décors figurés en réserve – reconstitution P. Barral et N. Huet ; n° 3 : décor de pastillage).

Fig. 8 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Mirebeau-sur-Bèze ; n° 1- 8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-22 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – n° 17-20 : décor géométrique, n° 16-22 : engobe lie de vin).

Fig. 8 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Mirebeau-sur-Bèze ; n° 1- 8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-22 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – n° 17-20 : décor géométrique, n° 16-22 : engobe lie de vin –).

Fig. 9 : Principaux décors sur céramique peinte en moyenne vallée de la Saône, à La Tène D1 (n° 1-3 : décors secondaires, n° 4- 13 : décors géométriques).

Fig. 9 : Principaux décors sur céramique peinte en moyenne vallée de la Saône, à La Tène D1 (n° 1-3 : décors secondaires, n° 4- 13 : décors géométriques).

Fig. 10 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène D1 (matériel de Nuits-Saint Georges « Les Bolards » ; n° 1-5 : céramique modelée, pâte grossière, n° 6-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-20 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 15-17 : décor secondaire, 18-20 : décor géométrique – dessins Ph. Barral et J.-F. Enault).

Fig. 10 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène D1 (matériel de Nuits-Saint Georges « Les Bolards » ; n° 1-5 : céramique modelée, pâte grossière, n° 6-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-20 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 15-17 : décor secondaire, 18-20 : décor géométrique – dessins Ph. Barral et J.-F. Enault).

Fig. 11 : Planche synthétique de la céramique indigène du Chalonnais-Verdunois, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Verdun-sur-le-Doubs ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, 1-2 : type Besançon, n° 5-12 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 13- 16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 13-15 : décor géométrique, 16 : décor secondaire).

Fig. 11 : Planche synthétique de la céramique indigène du Chalonnais-Verdunois, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Verdun-sur-le-Doubs ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, 1-2 : type Besançon, n° 5-12 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 13- 16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 13-15 : décor géométrique, 16 : décor secondaire –).

Fig. 12 : Types de pots en céramique modelée de la moyenne vallée de la Saône.

Fig. 12 : Types de pots en céramique modelée de la moyenne vallée de la Saône.

12Du point de vue des variations du répertoire morphologique de la céramique modelée, deux cas surtout apparaissent significatifs. Le premier concerne l’Auxois, dont le faciès de la céramique modelée se distingue clairement par la fréquence hors norme, dans le contexte de la région d’étude, de l’écuelle à profil en S (fig. 3, n° 5-7), phénomène similaire à celui déjà constaté au sein de la céramique fine tournée. Le second cas se rapporte au Mâconnais-Tournugeois, où toute une série de formes, marginales ou absentes ailleurs, sont bien attestées et illustrent la place particulière dans cette partie méridionale de la Bourgogne des influences méditerranéennes et les affinités existant avec la basse vallée de la Saône. On note ainsi la présence de véritables dolia (12), de couvercles (fig. 4, n° 2) (13), de bols ou écuelles à large fond plat et bord éversé (fig. 4, n° 4) et de quelques marmites tripodes.

4. Définition de faciès régionaux et micro-régionaux

13Au total, la plupart des données mises en évidence se recoupent et permettent à la fois de distinguer de grandes zones, possédant une cohérence d’ensemble fondée sur des facteurs de différenciation voire d’opposition bien marqués et pertinents pour tout le domaine d’étude, et, à l’intérieur de ces grandes masses, des aires plus limitées possédant une unité économique, culturelle, et pour certaines d’entre elles, vraisemblablement territoriale. La Bourgogne actuelle peut ainsi être subdivisée grossièrement en quatre zones principales (fig. 5). À l’Est, la zone concernée par la Saône et ses affluents possède une cohérence assez forte, particulièrement mise en évidence par le faciès de la céramique peinte (entité Saône-Doubs). On peut évoquer également certains équilibres au sein de la céramique indigène qui traduisent certainement des tendances d’un fond culturel ancien : faible diversité du répertoire et fréquence remarquable de trois ou quatre types morphologiques seulement (variables suivant les sites) qui représentent à eux seuls la majorité des individus. Cette zone peut elle-même être scindée en deux parties correspondant approximativement à la division entre la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire actuelles, qui se distinguent avant tout par la place plus ou moins importante des influences méditerranéennes au sein de la céramique fine tournée.

14L’unité de la partie ouest de la Bourgogne semble moins forte par comparaison, avec des faciès plus individualisés, même si le contraste de l’ensemble de cette zone avec la région Saône-Doubs est bien affirmé, à travers différents facteurs. Une cohérence interne à cette zone transparaît dans un ensemble d’aspects techniques et décoratifs des céramiques fines tournées (caractéristiques de pâte, modes de cuisson, registre décoratif de la céramique fine sombre) ainsi que dans un phénomène de diffusion de certains types de céramique peinte (qui a d’ailleurs son équivalent dans la partie orientale de la Bourgogne), ces deux faits témoignant d’une relative communauté culturelle et économique. À l’intérieur de cette large zone occidentale, on peut également établir une distinction entre une partie nord peu perméable aux influences méditerranéennes et une partie sud davantage soumise à ces influences. Cette partition en quatre zones reflète d’une certaine façon une réalité physique, sans qu’il faille pour autant évoquer un déterminisme quelconque : la forte structuration de l’espace bourguignon par un réseau hydrographique prégnant.

15À un niveau d’analyse plus fin, on peut discerner, au-delà des caractères locaux stricts qui font de chaque site un cas particulier, des faciès caractéristiques de zones géographiques assez limitées, dont l’extension et l’identité peuvent être cernés avec une plus ou moins grande précision en fonction de la documentation disponible. L’espace de la moyenne vallée de la Saône peut être éclaté entre au moins quatre faciès différents (à La Tène D1), qui conservent cependant une parenté indéniable à travers les facteurs évoqués plus haut.

16Deux faciès bien individualisés peuvent être isolés dans la partie méridionale, l’un correspondant à la région du Mâconnais-Tournugeois, l’autre à la zone Chalonnais-Verdunois. Le faciès Mâconnais-Tournugeois (fig. 4) peut être défini pour l’essentiel par l’association de plusieurs types céramiques fréquents ou dominants (pot à bord mouluré et écuelle/bol à fond large et bord éversé, à pâte grossière siliceuse, bouteille élancée à décor peint secondaire et bol évasé à engobe lie de vin, à pâte fine claire) et la présence de quelques autres illustrant la part des influences méridionales dans cette région (imitationsde formes des céramiques italiques à vernis noir portant des décors de palmettes estampées, en céramique fine tournée, couvercles, marmites tripodes et dolia en céramique modelée). Le faciès caractéristique du Chalonnais-Verdunois (fig. 11) associe pot à bord mouluré « type Besançon », bouteilles élancées à décor peint secondaire (deux variantes identifiables), bouteille à épaulement à décor peint géométrique. La présence d’une catégorie de céramique fine sombre, à pâte gris-clair homogène très bien cuite et la proportion de la céramique fine claire (généralement peinte) constituent également deux critères déterminants (14). En fonction des affinités discernables avec des faciès de régions voisines, le Mâconnais-Tournugeois présente des liens indéniables avec le Sud (pays ségusiave), le Chalonnais-Verdunois avec l’Est (pays séquane).

17Dans la partie septentrionale de la moyenne vallée de la Saône, deux faciès dont l’extension exacte n’est pas connue peuvent être isolés. L’un situé dans la partie ouest du Dijonnais empiète à la fois sur la plaine et la zone des plateaux calcaires (pied de Côte et arrière-Côte) et est illustré essentiellement par les sites de Nuits-Saint-Georges (Les Bolards) et de Mâlain. L’autre, dans la partie orientale du Dijonnais correspondant à une zone de plaine au relief peu marqué, est documenté principalement par le site de sanctuaire de Mirebeau-sur-Bèze. Le faciès Dijonnais-Ouest (fig. 10) est caractérisé avant tout par un type de pot modelé à pâte à dégraissant calcaire bien visible, et plusieurs variantes de bouteilles élancées à décor peint secondaire. Le répertoire morphologique est peu varié dans son ensemble. Le faciès Dijonnais-Est (fig. 8) se définit par l’association d’une catégorie de pots modelés à pâte à dégraissant calcaire, de facture très frustre, d’une production de céramique fine sombre cuite suivant un mode spécifique (pâte rouge homogène et surfaces noires), de deux catégories de céramique peinte (à engobe lie de vin, à décor géométrique). Le répertoire morphologique est relativement diversifié dans son ensemble. Ces deux faciès sont assez tranchés. Le faciès Dijonnais-Ouest présente des affinités nettes avec le Verdunois et le pays séquane, perceptibles notamment dans la forte représentation de bouteilles à décor peint secondaire. Le faciès Dijonnais-Est révèle des affinités précises avec les régions du Nord-Est (Vosges, pays rhénan), discernables dans certains traits de la céramique modelée et de la céramique fine sombre (15).

18Dans la partie ouest de la Bourgogne, trois faciès seulement peuvent, dans l’état de la documentation et de la recherche, être clairement individualisés. Ils présentent de nombreux traits originaux qui témoignent, plus peut-être que dans la partie orientale de la Bourgogne, d’identités culturelles bien marquées.

19La région de l’Auxois possède ainsi un faciès en tous points remarquable (fig. 11). On retiendra principalement l’association de trois catégories céramiques principales (pâte grossière siliceuse à forte proportion de mica, pâte fine sombre à dégraissant sableux fin abondant, pâte fine claire à engobe lie de vin), ainsi que l’adoption de l’écuelle à profil en S, en céramique modelée comme en céramique tournée, comme forme basse principale, au lieu de l’écuelle à bord rentrant. L’Auxois forme ainsi une sorte d’avancée méridionale de l’aire où l’écuelle à profil en S domine (16), enclavée dans un ensemble qui privilégie l’écuelle à bord rentrant (pays éduen, sénon, lingon et séquane). La faible proportion de céramique à pâte fine claire peut également être soulignée. Des liens entre l’Auxois et les régions situées au Nord-Ouest et au Sud-Ouest (Yonne, Nièvre) peuvent être discernés, à travers certains aspects du répertoire et du registre décoratif de la céramique fine sombre.

20La partie sud de la Nièvre, qui concerne à la fois le Morvan et le bas-pays nivernais, possède également un faciès original (fig. 13). Un trait global notable réside dans la diversité des catégories, des formes et décors céramiques. Plusieurs catégories apparaissent spécifiques à la région ; citons en priorité la céramique à pâte grossière claire, à engobe micacé et/ou enduit noir, la céramique peinte à décor figuré, la céramique peinte à décor de pastillage. Le Morvan-Nivernais peut également être identifié comme une aire de production et de diffusion du « type Besançon ». Le goût des potiers de cette région pour les céramiques culinaires à pâte claire engobée et pour les céramiques à décor peint en réserve est tout à fait notable. Les liens entre le Morvan-Nivernais et le pays ségusiave (Loire. Forez) se dessinent clairement à travers des affinités nombreuses et bien marquées entre les faciès de ces deux régions proches, principalement dans le domaine de la céramique tournée. Les liens entre l’Est et l’Ouest du pays éduen apparaissent en revanche lâches. On peut mentionner cependant dans les deux cas la production du pot « type Besançon », à une date haute, et la présence de céramique fine tournée à pâte grise homogène de très bonne qualité. La maîtrise technique des artisans potiers éduens à La Tène D1 permet ainsi de relier les deux régions.

21Le troisième secteur possédant un faciès original correspond au pays sénonais, auquel il faut peut-être adjoindre l’Auxerrois (17). Les caractères principaux qui définissent ce faciès (18) résident dans le façonnage nettement archaïque (dans le contexte bourguignon de La Tène finale) des céramiques culinaires à pâte grossière, dans la faible diversité des catégories céramiques et dans la monotonie du répertoire morphologique (19). La présence, au moins dès le début de La Tène D2, de céramique à engobe lie de vin et le registre décoratif particulier de la céramique fine tournée à pâte sombre lissée (20) traduisent l’existence de liens assez forts avec le Sud-Ouest. Le Sénonais semble comme l’Auxois subir l’influence du Morvan-Nivernais, ce qui est perceptible également dans le fait que ces deux régions reçoivent en faible quantité des céramiques peintes produites dans l’Est du domaine éduen (21).

Fig. 13 : Planche synthétique de la céramique indigène du Morvan-Nivernais à La Tène D1 (matériel du Mont-Beuvray ; n° 1-7 : céramique modelée, pâte grossière – 1-2 : type Besançon, 3-4 : pâte claire, engobe micacé, 5-7 : pâte sombre – n° 8-19 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée – 12 et 19 : pâte grise homogène – n° 20 : céramique tournée, pâte fine claire, n° 21-24 : céramique tournée, pâte fine claire peinte -21,22 (et 24 ?) : décor figuré, 23 : décor géométrique – dessins Ph. Barral, sauf n° 21 : Jean-Jacques Bigot).

Fig. 13 : Planche synthétique de la céramique indigène du Morvan-Nivernais à La Tène D1 (matériel du Mont-Beuvray ; n° 1-7 : céramique modelée, pâte grossière – 1-2 : type Besançon, 3-4 : pâte claire, engobe micacé, 5-7 : pâte sombre – n° 8-19 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée – 12 et 19 : pâte grise homogène – n° 20 : céramique tournée, pâte fine claire, n° 21-24 : céramique tournée, pâte fine claire peinte -21,22 (et 24 ?) : décor figuré, 23 : décor géométrique – dessins Ph. Barral, sauf n° 21 : Jean-Jacques Bigot).

Conclusion

22En conclusion, quelles réalités ces faciès céramiques régionaux ou micro-régionaux reflètent-ils ? On a vu dans le cours de l’exposé que ces faciès plus ou moins différenciés avaient avant tout un fondement culturel et économique et, partant de là, pouvaient également traduire une réalité territoriale. Les situations sont en fait très diverses. Ainsi, alors qu’on pourrait s’attendre à une relative unité à l’intérieur d’un territoire de peuple donné, celle-ci n’est vraiment avérée que dans un seul cas : le faciès caractéristique de l’Auxois peut-être rattaché avec certitude au territoire des Mandubiens. Il semble également qu’il y ait une bonne adéquation entre le faciès mis en évidence dans l’Yonne et le territoire des Sénons, mais il n’y a pas de certitude dans l’état des données actuelles que ce faciès soit uniforme et strictement limité au domaine sénon. En revanche, l’absence de correspondance entre faciès céramologique et cité gauloise est illustrée de façon exemplaire par le pays éduen qui apparaît nettement scindé en deux parties présentant des faciès bien différenciés, ce qui traduit à la fois l’existence de clivages culturels entre l’Est et l’Ouest du territoire éduen et des fonctionnements économiques partiellement dissociés. On a affaire à deux secteurs économiques dynamiques qui occupent chacun une position stratégique dans les réseaux d’échange à moyenne et longue distance, l’un par la Loire et ses affluents, l’autre par la Saône et le Doubs. Il est remarquable que ces deux secteurs, quoiqu’ils entrent certainement dans des réseaux d’approvisionnement distincts, révèlent des situations très comparables du point de vue des importations céramiques, tant en ce qui concerne la nature et l’importance des flux que les phénomènes d’imitation et leur évolution, ce qui constitue un facteur d’unité indéniable (22). On aurait donc là la traduction d’un fonctionnement économique et culturel à plusieurs niveaux. Un premier niveau de fonctionnement, à l’échelle de la cité voire dépassant ses limites (23), serait défini par les caractéristiques des importations céramiques et de leurs imitations, qui déterminent des faciès à l’échelle d’ensembles géographiques assez importants (24). Un second niveau d’organisation correspondrait à de grandes subdivisions territoriales (Morvan, Val de Saône), partiellement autonomes, possédant une identité culturelle forte qui s’affirme notamment dans des liens privilégiés avec des régions voisines (Morvan – pays ségusiave, Saône – pays séquane). Un troisième niveau correspondrait à des micro-régions, du type de celles mises en évidence dans la moyenne vallée de la Saône, identifiables comme des zones de peuplement fonctionnant de façon relativement indépendante à l’intérieur des sous-ensembles précédents (25).

23La documentation concernant les autres secteurs du domaine d’étude est encore insuffisante pour qu’on puisse leur appliquer ce genre de réflexion avec succès. Le secteur du Dijonnais apparaît ainsi éclaté entre au moins deux faciès (dont les limites sont imprécises), sans que l’on sache dans quelle mesure ce fait peut être relié à une situation territoriale complexe, cette région se trouvant aux confins des territoires de trois peuples, Eduens, Lingons et Séquanes (26).

24La mise en évidence de faciès céramiques régionaux et micro-régionaux dans l’espace bourguignon, à La Tène finale, débouche donc sur l’identification d’ensembles culturels et économiques pouvant fréquemment être corrélés à des entités territoriales. Cette approche permet donc des avancées sensibles dans la connaissance du fonctionnement de la Gaule du Centre-Est vers la fin de l’Indépendance celtique et des relations existant entre les peuples de cette zone. Les données déjà obtenues sont prometteuses et pourraient être optimisées par une confrontation avec d’autre types de données (occupation du sol, pratiques funéraires, etc.). Il serait également important d’étudier la genèse et la formation des entités que l’on identifie à La Tène finale, mais on se heurte là aux limites de la documentation actuellement disponible et au faible développement de la recherche concernant ces problématiques (27).

NOTES

1) Les études conduites en pays éduen (Barral, Huet 1998) et ségusiave (Guichard, Picon, Vaginay 1991) sur la céramique peinte ne laissent peser aucune ambiguité sur ce point.

2) Barral 1994a.

3) Du Sud vers le Nord : Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-les-Mâcon, Mâcon, Azé « Le Saulé », Tournus « Champsemard », « Les Sept-Fontaines », « Clos-Roy », Verdun « Le Petit-Chauvort », Nuits-Saint-Georges « Les Bolards », Mirebeau « La Fenotte ».

4) Le Sénonais a livré de nombreux ensembles de La Tène finale qui restent inexploités.

5) Barral 1994a.

6) En ce qui concerne l’apparition et la diffusion du mode B, des situations très différentes suivant les régions s’observent à l’intérieur de la Celtique occidentale. Trois régions nous intéressent plus particulièrement. Dans le Forez, la cuis-son réductrice appraît tardivement, à La Tène D2 (phase 4 de Feurs, période 3 de Roanne : Vaginay, Guichard 1988 : 81-82). En Suisse, il semble que l’essentiel de la céramique fine soit cuit en mode B, dès les débuts de La Tène finale (Genève : 50 % de l’ensemble dans un horizon antérieur à 123 av. J.-C. : Haldimann 1989 : 12 ; Yverdon, 65 % de la céramique dans un ensemble du milieu du IIème s. av. J.-C. (Curdy, Klausener 1985). En territoire allobroge, la céramique uniformément grise émerge à La Tène C2, elle est attestée sans doute dès La Tène C1 en Rhône-Alpes (Perrin 1993 : 330 et note 15).

7) La fréquence d’un type de décor particulier (rangées de chevrons emboîtés) constitue un indéniable facteur d’unité pour les sites de Bourgogne occidentale à La Tène D2.

8) La fréquence du bol hémisphérique dans le nord de la Bourgogne constitue un bon indice d’affinités avec la Gaule belgique (sur l’évolution typo-chronologique de cette forme, voir par exemple Metzler et al. 1991 : 88-93)

9) Il est vraisemblable qu’on puisse intégrer à cette aire la basse vallée du Doubs, d’après des témoins isolés.

10) Barrai, Huet 1998, Guichard 1994.

11) 75 % dans le Verdunois, 100 % dans le Mâconnais, à titre d’exemple.

12) On note également la présence de jarres à cordons de préhension d’un type bien représenté dans la région de Lyon (Mandy, Monin. Krausz 1990, fig. 9 n° 58, Chapotat 1970, pl. 49).

13) Ces deux formes sont bien attestées chez les Ségusiaves (Bessou 1976, pl. 40,42, Vaginay, Guichard 1988, fig. 34- 36, types 311, 621). Le type de couvercle du Mâconnais est bien représenté en Gaule du sud (par exemple Py dir. 1990 : 254).

14) Dans le Verdunois, la céramique fine claire dépasse la céramique fine sombre, ce qui constitue une exception notable dans le domaine d’étude. Cette particularité se remarque également à Besançon (Humbert 1992).

15) Pour la céramique modelée, voir notamment Deyber 1972, fig. 3-4, pour la céramique fine tournée, Miron 1991. Il y a peu de ressemblances en revanche, contrairement à l’attente, avec le faciès du pays langrois, immédiatement au Nord (Barral, Joly, Rodet-Belarbi 1993).

16) Tout le nord de la Gaule (Buchsenschutz et alii 1993 : 257).

17) Quoique la matière exploitable foisonne dans cette région, l’état embryonnaire des études céramiques ne permet pas de trancher sur cette question.

18) Documentation en grande partie inédite, voir par exemple Barbier 1983, Joly 1994, Séguier 1998.

19) Ces traits pourraient être partiellement exagérés par le fait que l’essentiel de la documentation concerne des fermes indigènes ou des habitats groupés de faible extension.

20) voir notamment un lot céramique de Sens (Sarrazin 1989 : 142).

21) Barral, Huet 1998. Des études en cours sur la Bassée (confluence Seine-Yonne) confirment cette donnée, pour d’autres types de céramique (Séguier 1998).

22) Barral 1998.

23) Du point de vue des importations et de leurs imitations, la vallée du Doubs offre semble-t-il, d’après les données récemment acquises sur Besançon (Humbert 1992 : 227) un tableau assez comparable à celui de la vallée de la Saône. 24) Le territoire éduen formerait une zone intermédiaire ou de transition entre les régions où les imitations de formes italiques ont connu un succès assez massif (d’après la documentation disponible, une bande large d’environ 150 km, englobant les limites de la Narbonnaise – Barral, Guichard, Lavendhomme 1994) et les régions qui ont ignoré ce phénomène.

25) La relation de ces unités territoriales avec les pagi reste à étudier ; dans l’état des données, il ne semble pas qu’il y ait une correspondance évidente (sur les pagi éduens, voir note suivante).

26) Les frontières des trois principaux peuples dont les territoires s’étendaient de part et d’autre du cours de la Saône (Eduens et Lingons à l’ouest. Séquanes à l’est) convergeaient dans ce secteur. Ces limites ne sont pas connues avec précision et fluctuent très sensiblement suivant les auteurs (par exemple Chaume 1927 : 65-109 ; Goudineau, Peyre 1993 : 143 sq. ; Guillaumet 1985).

27) Texte établi en janvier 1997.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARBIER M., 1983, « D’Agedincum aux Mérovingiens... Résumé des découvertes récentes du site de St Martin du Tertre », Bull, de la Soc. Arch. de Sens, 26, p. 28-43.

BARRAL Ph., 1992, « Note sur la céramique indigène de La Tène finale dans la vallée de la Saône », in : KAENEL G., CURDY P. éd. ; 1992, L’Âge du Fer dans la Jura, actes du XVe colloque de l’A. F. EA. F., mai 1991. Lausanne p. 271-278 (Cahiers d’Archéologie Romande 57).

BARRAL Ph., 1994a, Céramique indigène et faciès culturels à La Tène finale dans la vallée de la Saône. Thèse de doctorat de ľUniversité de Franche-Comté, Besançon, 3 vol.

BARRAL Ph., 1994b, « La vaisselle céramique aux IIè-Ier s. av. n. è. dans l’Est de la Bourgogne », in : JOLY M., MARCHAND L. éd., 1994, Boire et manger en Bourgogne. Dijon p. 43-53 (Cahiers Archéologiques de Bourgogne 5).

BARRAL Ph., 1996, « L’archéologie de La Tène en Saône-et-Loire : un bilan contrasté », in : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire : exposition organisée par le Comité Départemental de la Recherche Archéologique en Saône-et-Loire. Dijon, p. 180-183.

BARRAL Ph., à paraître a, « Horizon précoce de ľoppidum du Mont-Beuvray : la céramique des fosses 1213-1660 de la Pâture du Couvent », in : actes du XVIIe colloque de l’A.F.E.A. F, Nevers, mai 1993.

BARRAL Ph., à paraître b, « Place des influences méditerranéennes dans l’évolution de la céramique indigène en pays éduen, au IIe – Ier s. av. n. è », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A. éd, – La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, actes de la table-ronde C.N.R.S. d’Arras, 14 au 14 octobre 1996.

BARRAL Ph., BECK P., BERNAL J., BOYER F., BUCHSENSCHUTZ O., FLOUEST J.-L., LASZLOVSKY J., LUGINBÜHL T., PARATTE C.-A., PAUNIER D., QUINN D., RALSTON I., SZABO M., VITALI D, . WIETHOLD J., 1996, « Les fouilles du Mont-Beuvray (Nièvre – Saône-et-Loire) : Rapport biennal 1992 – 1993 », R.A. E, 46-2. 1996, p. 259-270.

BARRAL Ph., GUICHARD V., LAVENDHOMME M.-O., 1994, « La vaisselle céramique dans le Nord du massif central aux IF. et Ier s. av. J.-C. », in : DUVAL A. éd., 1994, Vercingétorix et Alésia, exposition au Musée des Antiquités Nationales. Saint Germain-en-Laye, R.M.N., p. 50-52.

BARRAL Ph., HUET N., à paraître, « Economie de l’artisanat céramique, production et diffusion des céramiques indigènes », in : GRUEL K., VITALI D. éd. L’oppidum de Bibracte : un bilan de onze années de recherche (1984-1995). (article soumis à Gallia).

BARRAL Ph., JOLY M., à paraître, « Céramiques augustéennes du Nivernais : productions et répertoire », in : actes du XVIIe colloque de l’A.F.E.A. F, Nevers, mai 1993.

BARRAL Ph., JOLY M., RODET-BELARBII., 1993, « Nouvelles données sur l’occupation précoce de Langres », BSAC. 86-2, p. 49-82.

BARRAL Ph., LUGINBUHL T., 1994, « Présentation du système de description et de gestion de la céramique du Mont-Beuvray », in : actes du Congrès de la S.F.E.C.A.G. à Millau. Marseille, Société Française pour l’Etude de la Céramique Antique en Gaule, p. 205-212.

BATS M., 1988, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 – v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Paris, CNRS, (R.A.N. 18).

BESSOU M., 1976, Etude des vestiges de La Tène découverts à Roanne. Fouilles de l’Institut St. Joseph, . Saint-Etienne, Centre d’Etudes Foréziennes, 71 p., 63 pl. h.t.

BUCHSENSCHUTZ O., COLIN A., GRUEL K., RALSTON I.B.M., 1993, « Approche du territoire au second Age du Fer », in : DAUBIGNEY A. éd., 1993, Fonctionnement social de l’Age du Fer, opérateurs, et hypothèses pour la France : actes de la table-ronde internationale de Lons-le-Saunier (Jura), oct. 1990, Lons-le-Saunier : Cercle Girardot, p. 247-258. CHAPOTAT G., 1970, Vienne gauloise : le matériel de la Tène III trouvé sur la colline Sainte Blandine, Lyon- Paris, De Boccard.

CHAUME M., 1927, Les origines du duché de Bourgogne. Seconde partie : géographie historique, fasc. 1. Les origines celtiques, Dijon, p. 65-109.

CURDY P., KLAUSENER M., 1985, « Yverdon-les-Bains, VD : un complexe céramique du milieu du second siècle avant J.-C », Archéologie suisse, 8, 4, p. 236-244.

DEYBER A., 1972, « La céramique de la Tène III à l’oppidum de la « Pierre d’Appel », commune d’Etival-Clairefontaine (Vosges) ». RAE, 23, p. 55-76.

GOUDINEAU Ch., PEYRE Ch., 1993, Bibracte et les Eduens. À la découverte d’un peuple gaulois, Paris, Errance,

GUICHARD V., PICON M., VAGINAY M., 1991, « La céramique peinte gauloise en pays ségusiave aux IF. et Ier siècles avant notre ère », in La céramique peinte celtique dans son contexte européen, actes du Symposium d’Hautvillers, 9- Il octobre 1987, Reims, Société archéologique champenoise, p. 211-228 (Mémoire de la Société archéologique champenoise, 5, sup. 1).

GUICHARD V., 1994, « La céramique peinte des IIe et Ier s. avant J.-C. dans le Nord du Massif Central : nouvelles données », Etudes Celtiques, XXX, p. 103-136.

GUILLAUMET J.-P., 1985, « Bibracte, capitale des Eduens (Ier s. av. J.-C.) », in : Autun, Augustodunum capitale des Eduens : catalogue d’exposition, Musée Rolin, 16 mars-27 octobre 1985, Autun, Pelux, p. 32-33.

HALDIMANN M.-A., 1989, « Les premiers ports de Genève : la céramique », Archéologie suisse, 12, 1, p. 12-17.

HUMBERT S., 1992, « Des tessons jusqu’à l’indigestion », in : GUILHOT J.-O., GOY C. éd., 1992, 2000 ans d’histoire. Les fouilles du parking de la mairie à Besançon, catalogue d’exposition. Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, Besançon, Musée des Beaux-Arts, p. 217-298.

JOLY M., 1994, « La ferme gauloise de Saint-Denis-lès-Sens », in : Découvertes archéologiques sur l’Autoroute A5. Archéologia, hors série n° 3, p. 40-43.

MANDY B., MONIN M., KRAUSZ S., 1990. « L’hopital Sainte Croix à Lyon. Un quatrième fossé », Gallia, t. 47, p. 79-102. METZLER J., WARINGO R., BIS R., METZLER-ZENS N., 1991, Clémency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Dossiers d’Archéologie du Musée national d’Histoire et d’Art, I.

MIRON A., 1991, « Katalog mittel- und spatlatènezeitlicher Grabfunde im Kreis Birkenfeld », in : HAFFNER A., MIRON A., éd. 1991, Studien zur Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-Raum, symposium Birkenfeld 1987, Trêves, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums Trier, p. 151-169.

PERRIN F., 1993. « La moyenne vallée du Rhône, entre Alpes et Massif Central », in : KRUTA V., éd.. 1993, Les Celtes au IIIe s. av. J.-C., Actes du 9e Congrès International d’Etudes Celtiques, lère partie, Etudes Celtiques, XXVIII, 1991- 1993, p. 325-338.

PY M., ed., 1990, Fouilles dans la ville antique de Lattes. Les îlots 1,3,4- Nord du quartier Saint-Sauveur, Lattes, (Lattara ; 3).

SARRAZIN J.-P.. 1989, « Sens, quartier St. Paul », in : DELOR J.-P.. ROLLEY Cl., éd.. 1989, L’Yonne et son passé. 30 ans d’archéologie, exposition organisée par le Comité Départemental de la Recherche Archéologique dans l’Yonne, Arnay-le-Duc, C.D.R.A. Yonne, p. 132 et 142.

SÉGUIER J.-M., à paraître, « Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de La Tène finale du confluent Seine-Yonne », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A., éd, – La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine : actes de la ronde C.N.R.S. d’Arras, 14 au 14 octobre 1996, à paraître.

VAGINAY M., GUICHARD V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire). Fouilles récentes (1978-1981). Paris, M.S.H., (DAF ; 14).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des principaux peuples gaulois en Gaule de l’Est à La Tène finale et limites approximatives du territoire éduen (d’après Guillaumet 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2 : Localisation des principaux sites documentés dans la moyenne vallée de la Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 : Planche synthétique de la céramique indigène de l’Auxois, à La Tène (D1)-D2 (matériel d’Alésia et de Braux ; n° 1-8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-16 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 17-23 : céramique tournée, pâte fine claire peinte, engobe lie de vin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 4 : Planche synthétique de la céramique indigène du Mâconnais-Tournugeois, à La Tène D1 (matériel de Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-les-Mâcon, Tournas, Azé ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, n° 5-11 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée ; n° 12-16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 12 : décor secondaire, 13-14 : décor géométrique, 15-16 : engobe lie de vin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5 : Limites de la zone d’étude avec localisation des principaux sites mentionnés dans le texte et implantation des faciès régionaux et micro-régionaux mis en évidence. Les tirets longs marquent la limite de la zone de diffusion de la céramique peinte à décor secondaire (entité Saône-Doubs), les tirets courts marquent la limite des zones de répartition du bol évasé (imitant une forme italique) et du bol hémisphérique (indigène). Les flèches suggèrent les affinités avec des régions plus ou moins proches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 6 : Formes principales de céramique peinte en Morvan-Nivernais (n° 1-3) et en moyenne vallée de la Saône (n° 4-7), à La Tène D1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 7 : Principaux décors sur céramique peinte en Morvan-Nivernais, à La Tène D1 (n° 1-2 : décors figurés en réserve – reconstitution P. Barral et N. Huet ; n° 3 : décor de pastillage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 8 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Mirebeau-sur-Bèze ; n° 1- 8 : céramique modelée, pâte grossière, n° 9-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-22 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – n° 17-20 : décor géométrique, n° 16-22 : engobe lie de vin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 9 : Principaux décors sur céramique peinte en moyenne vallée de la Saône, à La Tène D1 (n° 1-3 : décors secondaires, n° 4- 13 : décors géométriques).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 10 : Planche synthétique de la céramique indigène du Dijonnais-Ouest, à La Tène D1 (matériel de Nuits-Saint Georges « Les Bolards » ; n° 1-5 : céramique modelée, pâte grossière, n° 6-14 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 15-20 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 15-17 : décor secondaire, 18-20 : décor géométrique – dessins Ph. Barral et J.-F. Enault).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 11 : Planche synthétique de la céramique indigène du Chalonnais-Verdunois, à La Tène (C2)-D1 (matériel de Verdun-sur-le-Doubs ; n° 1-4 : céramique modelée, pâte grossière, 1-2 : type Besançon, n° 5-12 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée, n° 13- 16 : céramique tournée, pâte fine claire peinte – 13-15 : décor géométrique, 16 : décor secondaire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 12 : Types de pots en céramique modelée de la moyenne vallée de la Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 13 : Planche synthétique de la céramique indigène du Morvan-Nivernais à La Tène D1 (matériel du Mont-Beuvray ; n° 1-7 : céramique modelée, pâte grossière – 1-2 : type Besançon, 3-4 : pâte claire, engobe micacé, 5-7 : pâte sombre – n° 8-19 : céramique tournée, pâte fine sombre lissée – 12 et 19 : pâte grise homogène – n° 20 : céramique tournée, pâte fine claire, n° 21-24 : céramique tournée, pâte fine claire peinte -21,22 (et 24 ?) : décor figuré, 23 : décor géométrique – dessins Ph. Barral, sauf n° 21 : Jean-Jacques Bigot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search