Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Mobilier métallique et groupes régionaux. Quelques exemples

Jean-Paul Guillaumet

Résumé

Courte tentative de présentation de possibilité de définir par le mobilier métallique les groupes régionaux.

Texte intégral

1À ce jour, les publications de séries d’objets métalliques des âges du Fer concernent surtout les sites où ces pièces abondent. Elles ne permettent pas de comparer deux régions voisines, mais de balayer dans toute l’Europe continentale des objets très typés. Parmi les nombreux exemples possibles, nous avons choisi quatre séries, de fonction et de nature très différentes : les lances échancrées, les clavettes de char de la période des oppida de l’Europe moyenne et de l’Europe centrale, les boutons en bronze, à bélière, au centre émaillé rouge et les représentations animales.

Fig. 1 : Les quatre types de lances échancrées étudiées 1, 3, 4 : d’après Brunaux, Rapin 1988, 2 : dessin C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

Fig. 1 : Les quatre types de lances échancrées étudiées 1, 3, 4 : d’après Brunaux, Rapin 1988, 2 : dessin C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône.

1. Les lances échancrées

2Ce sont des lances longiformes, à la flamme à arête marquée et aux bords découpés. J. Déchelette, dans son manuel, en présente quatre sous la dénomination de « lances échancrées ou flamboyantes » (Déchelette 1927 : 651-652). A. Rapin reprend leur étude dans sa synthèse sur les lances de Gournay (Brunaux et al. 1988 : 122-123). Il en dénombre alors huit exemplaires. L’étude en cours des collections de lances découvertes dans la Saône m’a permis d’en identifier au moins six nouveaux exemplaires. J’ai également identifié un exemplaire isolé associé à une épée et un ceinturon en fer dans une tombe à Akka, en Hongrie (Hunyady 1942 : pl. 15).

3Ces quinze pièces se répartissent en quatre types déterminés par le nombre et la disposition des échancrures (fig. 1).

Type 1.

4La flamme porte sur un bord deux découpes concaves ou échancrures et sur le second, face à la partie pleine séparant les deux échancrures, une seule échancrure. Ce sont les exemplaires suivants : Introbio (Italie), un exemplaire et La Tène (Suisse), deux exemplaires. Elles sont du IIe s. av. notre ère.

Type 2.

5La flamme porte sur ses bords, deux découpes concaves ou échancrures en symétrie par rapport à la nervure médiane. Ce sont les exemplaires suivants : Marnay (Saône-et-Loire), Chatenet-en-Bresse (Saône-et-Loire), Pontoux (Saône-et-Loire), Saint-Loup-de-Varennes (Saône-et-Loire), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), Fleurville (Saône-et-Loire) et Akka (Hongrie). Elles sont du IIIe et IIe s. av. notre ère.

Type 3.

6La longue flamme porte plusieurs découpes concaves ou échancrures sur chaque bord. Elles se répartissent asymétriquement par rapport à la nervure. Ce sont les exemplaires suivants : tombe de l’octroi de Beaucaire à Nîmes (Gard) deux exemplaires. Elles datent du IIe s. av. notre ère.

Type 4.

7La flamme est assez arrondie. Chaque bord porte une seule découpe ou échancrure disposée d’une façon asymétrique par rapport à la nervure médiane. Ce sont les exemplaires suivants : Rungis (Val-de-Marne), un exemplaire, Gournay-sur-Aronde (Oise), deux exemplaires, Ribemont-sur-Ancre (Somme), un exemplaire. Elles datent du IIIe s. av. notre ère.

8Toutes ces pièces se regroupent dans une fourchette chronologique d’environ un siècle. Chaque type a une aire de répartition correspondant à des régions bien délimitées. Le type 1 se répartit entre le Plateau Suisse et l’Italie du Nord. Le type 2 se trouve dans la vallée de la Saône à l’exception de la pièce isolée de Hongrie. Le type 3 se cantonne au Sud de la Gaule, le type 4 au Nord de la France et au Bassin parisien. Ces objets montrent l’existence de spécificités régionales fortes, mais le peu d’information ne nous permet pas de proposer de les identifier à des peuples.

2. Trois types de clavettes de char

9Ce sont des tiges de fer terminées par des extrémités massives aux formes bien différentes (fig. 2).

Type 1.

10C’est une tige de section ronde ou carrée aux angles abattus, terminée par une partie plate trapézoïdale de même épaisseur. Le plus grand nombre d’exemplaires, plus de vingt par site, se retrouve sur les oppida de Heidetränk (inédit, Musée d’Oberursel) et du Dünsberg (Jacobi 1977) et à Manching en deux exemplaires (Jacobi 1974).

Type 2.

11C’est une tige de section carrée terminée par deux anneaux accolés, de même section que la tige. Entre ces anneaux est soudé un fer plat de un à deux centimètres percé d’un oeil. Dans ce dernier, on retrouve généralement un rivet à tête ronde massive. Ce type est peu fréquent. Il existe sur l’oppidum de Stare-Hradisko en deux exemplaires (Meduna 1961), dans le dépôt de Kolin en un exemplaire (Rybova 1983), à Stradonice en un exemplaire (Pic 1906) et à Manching en un exemplaire (Jacobi 1974).

Type 3.

12C’est une tige de section rectangulaire ou demi-ronde terminée par un croissant de même épaisseur, les pointes courbées vers la tige. Il existe dans le Massenfunde à Berne en deux exemplaires (Müller 1990), sur le site de La Tène en un exemplaire (Gross 1887), à Halimba en un exemplaire, à Mukacevo (Ukraine) en un exemplaire, à Rüsselsheim (Allemagne) en deux exemplaires, à Sättelstädt en un exemplaire et à Manching en neuf exemplaires (Jacobi 1974).

13Ces trois types ont des répartitions privilégiées. Le type 1 se concentre en Allemagne moyenne et le type 2 en Bohême-Moravie. Le type 3 a une distribution est-ouest de la Suisse à l’Ukraine. D’après le nombre d’exemplaires récoltés sur le site de Manching, il est concevable de considérer ce dernier modèle comme originaire de la Bavière.

Fig. 2 : Les trois types de clavettes de char 1 : d’après Jacobi 1977, 2 : d’après Rybova, Motykova 1983, 3 : d’après Müller 1990.

Fig. 2 : Les trois types de clavettes de char 1 : d’après Jacobi 1977, 2 : d’après Rybova, Motykova 1983, 3 : d’après Müller 1990.

3. Les boutons émaillés à bélière

14Dans un article, Dragan Bozic (Bozic 1993) présente une étude et une recension des boutons en bronze à bélière au centre émaillé. On en connaît à ce jour trente-deux exemplaires. Le territoire de la Slovénie actuelle et la région sud de l’Autriche en regroupent la moitié des exemplaires, soit seize (fig. 3). Parmi les seize autres, les deux les plus à l’Ouest sont à Bibracte et au Titelberg. Tous les autres se regroupent dans la vallée moyenne du Danube et ses abords : sept sont à Manching, cinq à Stradonice et quatre sur trois autres sites : Trisov, Liptoska-Mara et Oberleiserberg. Cette répartition indique clairement le lieu de création et de diffusion de ces objets, approximativement la Slovénie actuelle. On y retrouve aussi les liaisons commerciales déjà connues avec la vallée du Danube et le Bassin Carpatique.

Fig.3 : Carte de répartition des boutons, à bélière et à centre émaillé (d’après Bozic 1993) 1 : Bibracte-Mont-Beuvray (France) ; 2 : Titelberg (Luxembourg) ; 3 : Manching (Allemagne) ; 4 : Stradonice (République tchèque) ; 5 : Trisov (République tchèque) ; 6 : Oberleisberg (Autriche) ; 7 : Liptoska-Mara (Slovaquie) ; 8 : Stalenski vrh nad Spodnjimi Gorjami (Autriche) ; 9 : Gracarca (Autriche) ; 10 : Struga Savinje v Celju (Slovénie) ; 11 : Vipota nad Pecovnikom (Slovénie) ; 12 : Gornji trg 30 v Ljubljani (Slovénie) ; 13 : Cvinger nad Virom pri Sticni (Slovénie) ; 14 : Okrajno glavarstvo v Novem mestu (Slovénie) ; 15 : Trnisca pri Mihovem (Slovénie) ; 16 : Stari grad nad Podbocjem (Slovénie) ; 17 : Gradisce pri Dunaju (Slovénie).

Fig.3 : Carte de répartition des boutons, à bélière et à centre émaillé (d’après Bozic 1993) 1 : Bibracte-Mont-Beuvray (France) ; 2 : Titelberg (Luxembourg) ; 3 : Manching (Allemagne) ; 4 : Stradonice (République tchèque) ; 5 : Trisov (République tchèque) ; 6 : Oberleisberg (Autriche) ; 7 : Liptoska-Mara (Slovaquie) ; 8 : Stalenski vrh nad Spodnjimi Gorjami (Autriche) ; 9 : Gracarca (Autriche) ; 10 : Struga Savinje v Celju (Slovénie) ; 11 : Vipota nad Pecovnikom (Slovénie) ; 12 : Gornji trg 30 v Ljubljani (Slovénie) ; 13 : Cvinger nad Virom pri Sticni (Slovénie) ; 14 : Okrajno glavarstvo v Novem mestu (Slovénie) ; 15 : Trnisca pri Mihovem (Slovénie) ; 16 : Stari grad nad Podbocjem (Slovénie) ; 17 : Gradisce pri Dunaju (Slovénie).

4. Les représentations animalières

15Pour un colloque sur « ľ Art des oppida », nous avons réalisé un inventaire des représentations animalières de cette période (Guillaumet à paraître). Il regroupe plus de deux cent cinquante animaux. Les oiseaux, les sangliers, les taureaux, les cervidés, les chevaux, les béliers, les chiens et les animaux fantastiques existent à plus de cinq exemplaires. La tortue et le loup apparaissent une seule fois en graffiti. L’ours est absent. La répartition de ces animaux n’est pas uniforme dans l’aire géographique étudiée. Seules les représentations de sangliers couvrent toute l’Europe tempérée : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, France, Suisse, Pays Tchèques, Slovaquie, Slovénie, Hongrie, Luxembourg, Liechtenstein, Roumanie, Ukraine et même Turquie. Pour toutes les autres espèces confondues, une nette concentration se dessine dans trois régions : le pays des Vindelices (Bavière et région de Salzburg, Autriche), le territoire boïen (pays tchèques et Ouest de la Hongrie), les territoires éduens, arvernes et ségusiaves (France du centre et de l’Est). Les autres trouvailles forment un semis le long de grands fleuves et d’axes de communication. Ce type de représentation est absent de l’Armorique, de l’Aquitaine et dans les Alpes. Toutes ces espèces ne se répartissent pas uniformément dans les régions citées ci-dessus. Les chiens sont surtout présents dans les pays tchèques et leur environnement immédiat, les béliers et les taureaux en Allemagne du Sud, les oiseaux en Allemagne et en France.

CONCLUSION

16L’étude des clavettes et des lances nous montre qu’il existe des modes ou des rendus différents pour un objet de même usage. Leur répartition prouve qu’ils sont l’expression d’une identité régionale. Par contre, l’étude sur les boutons à bélière ne détermine que leur lieu d’origine et leur diffusion. Elle ne prend pas en compte leur mise en concurrence ou leur remplacement dans d’autres régions par un objet de même usage mais à l’aspect différent. Les représentations animalières pourraient correspondre à des relations privilégiées entre certains animaux et certains peuples.

17Ces exemples mettent en évidence un autre phénomène : l’objet en métal n’a pas la même signification sur tous les sites. Dans la plupart des cas que nous avons présentés, l’existence d’un type sur un site est exclusive des autres. Cependant à Manching, à côté du type 3 des clavettes, de fabrication locale vu le nombre et la répartition, on trouve les deux autres modèles. Ce rassemblement donne à penser que le site est un lieu d’échange de niveau européen. Les pièces d’artisanat local se mêlent à des objets de même fonction venant de toute l’Europe. Les trouvailles de boutons à bélière à Bibracte et au Titelberg doivent être interprétées de la même façon. Elles confirment le rôle de pôle économique de première importance de ces sites et le danger de les utiliser dans l’étude des groupes culturels. Il est préférable de s’appuyer sur l’étude de sites secondaires, moins pollués par les échanges, pour définir les faciès. Les résultats que nous obtiendrons définiront des zones d’échanges, mais jamais des territoires politiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOZIC D., 1993, « Slovenija in Srednja Auropa v poznolatenskem obdobju. Slowenien und Mitteleuropa in der Spätlatènezeit », Arheoloski vestnik, Bd 44. p. 137-152.

BRUNAUX J.-L., RAPIN A., 1988, Gournay II. Boucliers et lances, dépôts et trophées, Paris, Errance.

DÉCHELETTE J., 1927, Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, IV, second Âge du Fer ou époque de la Tène. Paris, Picard.

GROSS V., 1887, La Tène, un oppidum helvète. Paris, Baillière et Fils.

GUILLAUMET J.-P., à paraître, « Quelles représentations animalières dans l’art des oppida ? », in : L’art celtique au temps des oppida (IIe-Ier siècle avant J.-C.), (actes du colloque international de Male Vozokany, Slovaquie, 1994) (manuscrit remis en juin 1995).

HUNYADY I, 1942, Die Kelten im Karpatenbecken, Budapest, Institut für Münzkunde und Archäologie der Péter Pazmany-Universität, 2 vol., 153 p., 143 pl. (Dissertationes Pannonicae, série II, n° 18).

JACOBI G., 1974, Werzeug und Gérät aus dem Oppidum von Manching, Wiesbaden, Steiner (Die Ausgrabungen in Manching, 5).

JACOBI G., 1977. Die Metallfunde vom Dünsberg, Wiesbaden, 1977 (Materialien zur Vor- und Frühgeschichte von Hesseri).

MEDUNA J., 1961, Stare Hradisko, Katalog der Funde im Museum der Stadt Boskovice, Brno, Institut Archéologique, 1961 (Fontes Archaeologiae Moravicae, II).

MÜLLER F., 1990, Der Massenfund von der Tiefenau bei Bern, Bâle, Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie. PIC J.-L., 1906, Le Hradischt de Stradonitz en Bohême, Leipzig, Hiersemann.

RYBOVA A., MOTYKOVA K., 1983, « Der Eisendepotfund der Latènezeit von Kolin », Pamàtky Archeologické, Bd LXXIV, p. 96-174.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les quatre types de lances échancrées étudiées 1, 3, 4 : d’après Brunaux, Rapin 1988, 2 : dessin C. Michel, Musée Denon, Chalon-sur-Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2 : Les trois types de clavettes de char 1 : d’après Jacobi 1977, 2 : d’après Rybova, Motykova 1983, 3 : d’après Müller 1990.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig.3 : Carte de répartition des boutons, à bélière et à centre émaillé (d’après Bozic 1993) 1 : Bibracte-Mont-Beuvray (France) ; 2 : Titelberg (Luxembourg) ; 3 : Manching (Allemagne) ; 4 : Stradonice (République tchèque) ; 5 : Trisov (République tchèque) ; 6 : Oberleisberg (Autriche) ; 7 : Liptoska-Mara (Slovaquie) ; 8 : Stalenski vrh nad Spodnjimi Gorjami (Autriche) ; 9 : Gracarca (Autriche) ; 10 : Struga Savinje v Celju (Slovénie) ; 11 : Vipota nad Pecovnikom (Slovénie) ; 12 : Gornji trg 30 v Ljubljani (Slovénie) ; 13 : Cvinger nad Virom pri Sticni (Slovénie) ; 14 : Okrajno glavarstvo v Novem mestu (Slovénie) ; 15 : Trnisca pri Mihovem (Slovénie) ; 16 : Stari grad nad Podbocjem (Slovénie) ; 17 : Gradisce pri Dunaju (Slovénie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search